20-12-10

'Le monstre de Riga' et l'industrie de porno d'enfants

EdwinRotgans.jpgLe Werkgroep Morkhoven écrit aux parlementaires néerlandais.



En ce moment, on n'arrête pas de parler des membres du clergé qui se rendent coupable d'actes d'abus sexuel sur des enfants.
Mais s'il y a une chose que l'afffaire Zandvoort a prouvée, c'est combien de politiciens, de juges et de journalistes protègent activement l'industrie pédopornographique à cause du fait qu'eux mêmes ou leurs amis y participent activement.
Ce que nous écrivons ici n'est certainement pas un plaidoyer pour l'étouffement qu'on est en train de préparer actuellement des pratiques d'abus sexuel d'enfants à l'intérieur de l'Eglise dans ce pays.
Mais, tant qu'on ne s'attaque pas à l'industrie de la pédopornographie elle-même et aux differentes grandes affaires pédopornographiques qui font partie de l'affaire Zandvoort, on est en droit de parler d'une politique de l'etouffement qui entraine des esclandres comme celui auquel les Pays-Bas ont en ce moment affaire.
Dans cette affaire néerlandaise - où on parle du viol de petis enfants et mêmes des bébés, comme cela était le cas aussi dans l'affaire Zandvoort - on a indiqué le lien qu'elle avait avec l'association néerlandaise de pédophiles 'Martijn'.
L'activiste et membre du Werkgroep Morkhoven Marcel Vervloesem, avait déjà indiqué il y a dix ans, l'implication de 'Martijn' dans des pratiques d'abus d'enfants et dans la production de pédopornographie. Il avait fait un dossier autour de cette affaire, incluant aussi des photos, qui démontrait clairement cette implication, pour le remettre ensuite à la Justice belge, qui n'a pourtant rien fait avec ce dossier mis à part le fait de poursuivre Marcel Vervloesem lui-même pour 'possession de matériel pédopornographique'.
L'asbl Werkgroep Morkhoven écrira prochainement une lettre personelle à chaqun des parlementaires néerlandais sur ce sujet. Le cabinet de la Reine néerlandaise a déjà eté mis au courant précédemment.