23-09-14

Justice belge: cryptage du'n blog du Werkgroep Morkhoven

21.9.14.4.jpg

L'association Werkgroep Morkhoven qui a révélé le réseau de pornographie d'enfants de Zandvoort, pense que la justice belge est derrière le cryptage du blog http://fondation-princesse-de-croy.skynetblogs.be/ du Werkgroep Morkhoven 

L'an dernier, la fille de l'activiste Marcel Vervloesem et ses trois enfants mineurs étaient terrorisés pendant six mois. 

La justice de Turnhout qui a étouffé l'affaire Zandvoort, ne faisait aucune enquête contre la bande des terroristes parce qu'il y a un an qu'un membre de ce bande a accusé Vervloesem à nouveau à tort et la Justice veut en profiter pour d'imposerà nouveau un bâillon sur Marcel Vervloesem.

-----------

 

'Le site Web que vous allez ouvrir contient un logiciel malveillant

Les individus malveillants actuellement à l'œuvre sur le site www.flixya.com pourraient 

tenter d'installer des programmes dangereux sur votre ordinateur, de manière à récupérer 

vos informations (par exemple des photos, des mots de passe, des messages et 

des numéros de carte de paiement) sans votre autorisation, ou à les supprimer.

La fonctionnalité de navigation sécurisée Google a récemment permis de détecter des logiciels malveillants sur le site

fondation-princesse-de-croy.skynetblogs.be. Un site Web qui est normalement sans 

danger peut parfois être infecté par des logiciels malveillants. 

Le contenu en cause provient de l'hôte "www.flixya.com", une source de logiciels 

malveillants connue.'

28-11-13

Abus d’enfants: interdiction de parler les média

Pendant des années, l'activist Marcel Vervloesem qui a révélé l'affaire Zandvoort, a été l'object d'une interdiction de la part de la Justice belge lui empêchant de parler avec la presse et les média, d'avoir des contact avec des associations qui luttent contre l'abus d'enfants, de mener des recherches dans des affaires d'abus, d'aller à l'étranger pour y participer à des conférences sur le sujet, d'avoir des contacts avec les membres de la direction de l'abl Werkgroep Morkhoven (bien que ceux-ci avaient le droit de lui rendre visite toutes les semaines durant son séjour en prison).

Comme ses interdiction ont été levées à cause du verdict de la semaine dernière, Marcel est de nouveau libre de faire toutes ces choses-là, et cela provoque l'inquiétude de la Justice belge devant la possibilité que l'opération qu'elle a menée pendant des années pour étouffer l'affaire Zandvoort ne soit finalement défaite et révélée.
C'est pour cette raison que la Justice vient d'envoyer un avertissement à Marcel de ne pas parler avec les média.
Dans son message, la Justice déclare que, vu que toutes les parties concernées ont pendant la période de trente jours la possibilité de faire appel contre la dernière décision, Marcel devra respecter ce délais avant de contacter les média.
De cette façon-là, la Justice belge espère contenir l'indignation du publique autour de toute cette affaire.
L'interdiction de parler en publique restera donc en vigueur, selon la Justice, pendant la période ouverte à la possibilité de faire appel.
Mais cet argument n'a pas lieu, puisque Marcel est en possession d'une décision signée par trois différents juges où il n'est faite aucune mention de cette interdiction.
Dans la dernière décision de la cour de Turnhout (sur la requête du Procureur Flaasch) il est dit que la prolongation des interdits échoue à la date du verdict. Et ce verdict a donc été prononcé entre-temps.
Marcel ne se soucie plus désormais ni de la cour pour l'exécution des peines, puisque la compétence de la-dite cour en matière des interdictions concernées était limitée à une période de quatre ans, c'est à dire qu'elle a entre-temps cessée d'exister, et en conséquence cette cour a clos le dossier et les restreintes ont été levées.

Traduction: Nasus Ovidius

21-11-13

Justice belge: Marcel Vervloesem à nouveau condamné

di.rupo.milquet.turtelboom.jpg

Bruxelles, 20 novembre 2013

La cour pénale de Turnhout a de nouveau condamné Marcel Vervloesem pour avoir soi-disant abusé sexuellement d'un mineur. Cette condamnation est basée sur des écoutes ridiculement falsifiées, qui ont possiblement été fabriquées par les services judiciaires de la cour même qui vient de prononcer le verdict.

Les juges de la cour de Turnhout continuent d'être frustrés par le fait que depuis dix ans  ils  ne réussissent pas dans leurs efforts pour étouffer l'affaire pédopornograpique de Zandvoort, qui selon la police fédérale elle-même a fait autour de 90.000 victimes.

Il y a un an, il était déjà clair pour le Werkgroep Morkhoven que la police ne souhaitait pas intervenir contre une bande de jeunes qui des mois durant harcelait la fille et la petite fille agée de 15 ans de Marcel Vervloesem, exerçant une véritable campagne de terreur contre elles.

La soi-disante victime de Marcel Vervloesem participait à cette campagne en envoyant des sms et des mails contenant des menaces de mort et à la jeune fille. La mère de la fille avait imprimé ces textes pour les ajouter ensuite à la plainte qu'elle a déposée chez la police de Herentals.

Comme la cour de Turnhout ne souhaitait pas alors enquëter sur ses sms et mails imprimés, nous publieront sous peu leur contenu sur le Web.

Nous ferons de même avec toutes  les lettres que nous avons  écrites dans le passé au ministre Elio de Rupo, au Conseil Superieur, à la Commision P, et aux ministres de l'Interieur et de la Justice (Milquet, du parti cdH., -et Turtelboom du VDL), c'est à dire à tout ceux qui ont co-signé le 'Project National pour la Sécurité' mais qui ont refusé de prendre leur responsabilité dans cette affaire.

Durant leur longue campagne de terreur d'il y a un an, la bande de jeunes avait même pu utiliser un scanner de la police pour surveiller la famille Vervloesem. Les menaces contre cette famille ont même abouti à un attentat sur la vie de la fille de Marcel Vervloesem. On utulisait également des petit cocktails Molotov pour terroriser la famille. Pendant toute cette période, les blogs Skynet du Groupe Morkhoven étaient inaccessibles pour les membres du Groupe. Mais cela n'avait pas l'effet désiré, puisque le Groupe Morkhoven avait réussi à donner suffisament de publicité à l'affaire pourque Skynet soit finalement honteusement forcé d'admettre sa défaite en de réouvrir les blogs au Groupe.

Pour la ministre Turtelboom, cette affaire se produit à un moment délicat, puisque le Werkgroep Morkhoven est en état de prouver qu'elle est coresponsable pour cette nouvelle manoeuvre d'etouffement, et que ce n'a pas été un hasard que le Procureur Jan Poels de Turnhout a été nommé par elle au poste du directeur de son cabinet.

Le Werkgroep Morkhoven peut donc dès maintenant annoncer qu'il va faire son mieux pour éviter la réélection de Mme Turtelboom dans le nouveau gouvernement fédéral qui sera choisi l'année prochaine.

-----
Sur la photo: Premier-Ministre Elio di Rupo, la Ministre Turtelboom (sur la gauche) et la ministre Milquet lors de la présentation du 'Project National pour la Sécurité' qui énonçait que 'la sécurité de tous les citoyens était une priorité absolue pour le gouvernement'.

Marcel Vervloesem est diabétique, il souffre d'une malade renale et cardique, et il a le cancer. De ce dernier il a été opéré. Ses maladies ont nécessité plus de 20 admissions d'urgence à l'hôpital. Dans le prisons de Bruges et Turnhout, lors de sa précédente condamnation, il ne recevait pas les soins et les médicaments dont il avait besoin dans son état. Pour l'opération ouverte au coeur qu'il devait subir pedant cette période, on avait crû nécessaire de l'attacher avec des chaînes à la table opératoire. Les juges de la cour de Turnhout lui on imposé en 2006 une interdiction de parler avec la presse et les média, - interdiction qui est toujours en vigueur. Bien que membre de la direction du Werkgroep Morkhoven, on lui a interdit de participer aux réunions de la direction du groupe, comme à celles de ses membres. Il n'a ni le droit de collaborer avec des organisations luttant contre les abus sexuels d'enfants, ni le droit de rencontrer ses amis du Werkgroep, ou de les écrire ou télephoner, bien qu'ils lui ont fidèlement rendu visite chaque semaine durant son précédent séjour de 2 ans en prison. De même, il lui est interdit de quitter le pays, pour l'empêcher de participer à des conférences sur la pédocriminalité, de peur qu'il n'y parle de l'affaire Zandvoort.


Un grand merci à notre traducteur Nasus Ovidius

05-11-12

Abus d'enfants: La liquidation de Marcel Vervloesem

dyn009_original_443_600_jpeg_2640303_6e58f0e1022f48513ce6089fae41209a.jpgBruxelles, 13.4.2012 - Marcel Vervloesem, l'homme qui a révélé l'affaire pédocriminelle de Zandvoort (liée à l'affaire des abus sexuels d'enfants dans les crêches d'Amsterdam), est déjà depuis 2 mois enfermé à la prison de Turnhout.

A cause de son emprisonnement 'en préventive' par les mêmes juges du tribunal de Turnhout qui l'ont poursuivi pendant 11 ans pour pouvoir étouffer l'affaire Zandvoort, et à cause des harcèlements horribles qu'il subit à la prison de Turnhout (même les lettres envoyées par sa fille et sa petite-fille sont bloquées), il a à nouveau des poblèmes cardiaques et diabétiques.
Il a, comme cela s'était aussi produit il y a quelques années dans la même prison, à nouveau de l'eau dans les jambes. 
Son état de santé devient à nouveau critique. 
C'était il y a quelques années, dans cette même prison, qu'il était tombé dans le coma.  Cela avait causé la panique à ce moment parce qu'on était déjà depuis longtemps au courant de ses problèmes de santé et on avait même arrêté de lui donner ses injections d'insuline.
Il a fallu une ambulance équipée d'appareils de réanimation pour lui sauver la vie.  Si il n'avait pas survécu, la direction de la prison, le ministre de la justice et Mr. Hans Meurisse du Directoriat-général des prisons belges, qui étaient tous depuis longtemps au courant, auraient pû être accusés de meurtre.

La situation de Marcel prouve qu'on continue  d'étouffer l'affaire Zandvoort par tous les moyens possibles et qu'il n'y a rien de changé depuis la dernière condamnation en date de la Belgique par le Comité Européen Contre les Tortures et des Traitements Inhumains.

Hier, j'ai mis le ministre de la justice belge, A. Turtelboom (Open VLD, Parti libéral flamand), à nouveau  au courant de cette situation très dangereuse et inhumaine.  J'ai envoyé au ministre à nouveau la liste avec toutes les hospitalisations ennumérées dans le dossier médical de Marcel, ce que nous avions déjà fait en 2010 au moment qu'il était enfermé à la même prison.
Mais le ministre qui est déjà depuis longtemps au courant, ne répond pas. 
Elle semble n'avoir aucun problème avec le traitement inhumain, l'état critique et enfin la liquidation de Marcel.
La Ministre Turtelboom prêche 'l'impartialilté de la Justice' et 'la lutte contre la surpopulation des prisons'.
Son chef de cabinet est le procureur Jan Poels du tribunal de Turnhout (c.a.d du même tribunal qui juge du cas de Marcel...)
A la prison de Turnhout il n'y a de place que pour 120 détenus tandis qu'elle abrite 210 détenus dont une grande partie doit dormir sur des matelats posés au ras du sol.

Nous lançons un appel à tous les Français pour aller protester auprès du Comité Européen Contre les Tortures et auprès du Président de la Cour européenne.

Depuis 4 ans Marcel a une procédure urgente en cours à la Cour des Droits de l'Homme à Strasbourg.
Si on continue à ne rien faire, nous allons pouvoir inviter le Président de la Cour à l'enterrement de Marcel.

29-04-12

Marcel Vervloesem à nouveau hospitalisé

zandvoortfotos.jpg

Bruxelles, 28.4.2012 - Marcel Vervloesem, incarcéré et privé de soin de santé en dépit de son état cardiaque, a été hospitalisé cette nuit sans en aviser sa famille. Sa libération lui a été refusée hier, par une omission volontaire de joindre à son dossier le rapport psychiatrique de son calomniateur. Le règlement des prisons ne permet d’ouvrir la porte d’une cellule la nuit qu’en cas de danger de mort, en présence du directeur de la prison qu’il faut réveiller pour ce faire, et d’une équipe de six gardes...

------

Pendant 4 mois déjà Marcel Vervloesem, l'homme qui a été poursuivi durant 14 années à cause de ses révélations dans l'affaire pédocriminelle de Zandvoort, est enfermé à la prison de Turnhout où il y tant de prisonniers qu'ils sont tenus de dormir sur des matelats au sol.

Voici une liste avec des hospitalisations et des interventions chirurgicales que Marcel Vervloesem a subie:

1) Cancer malin – Hopital St H. Hart à Lier – 2 fois
2) Reins – 5 fois – Hôpital St Elisabeth à Herentals

3) Pancréas – 2 fois – 1X Hopital St H. Hart à Lier, 1X UIA d’Anvers
4) Urgence en soins intensifs pancréatite 2 –
5) Urgence en soins intensifs pancréatite 1 – UIA d’Anvers
6) Soins intensifs – Hôpital Fabiola à Sambreville/Hôpital St Elisabeth à Herentals 11X
7) Reins – Gasthuisberg à Louvain – 2 X
8. Des problèmes cardiaques opération à l’AZ Imelda Bonheiden – 3X
9) Soins intensifs diabétiques – Hopital St H. Hart à Lier 4X
10) Reins – Hôpital St H. Hart à Lier – 1X
11) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges – 1X
12) Dialyse rénale – Hopital St H. Hart à Lier- 1X
13) Hémorragie interne – AZ St Jan Bruges – 1X
14) Opération – AZ St Jan Bruges – 1X
15) Placement chirurgical de tuyaux de dialyse – AZ St Jan Bruges – 1X
16) Soins intensifs cardiaques – St Elisabeth Turnhout – 1X
17) Urgence soins intensifs anémie (leucémie) – St Elisabeth Turnhout – 1X
18) Urgence soins intensifs – St Elisabeth à Herentals – 1X
19) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges
20) En date du 14 mai 2009 il devait du à des problèmes cardiaque consécutif entre autre au manque de médication et un traitement insuffisant être admit en urgence à l’hôpital AZ Sint Jan Bruges mais la direction de la prison avec son avis négatif a réussi 1 jour avant l’admission sur base du rapport du PSD éviter cette admission

--

Photo des victimes dans l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort qui a été révélé par Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven

12-04-12

l'Affaire pédocriminelle d'Amsterdam: Est-ce que le ministre de la justice belge a caché d'information ?

Robert M..jpgIl y a quelques semaines déjà que le Werkgroep Morkhoven envoyait des documents de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort qui révèlent le réseau pédocriminel autour les crèches d'Amsterdam, au ministre de la justice belge, Annemie Turtelboom (Open VLD, Parti libéral).

Elle demandait au ministre  de les transmettre à la justice hollandaise.  Mais le ministre n'a jamais répondu sur le demande du Werkgroep Morkhoven...

Entretemps l'activist du Werkgroep Morkhoven, Marcel Vervloesem, qui a révélé l'affaire Zandvoort, meurt lentement à la prison de Turnhout. 

Le ministre a été contacté pour que la vie de Marcel Vervloesem pourrait sauver mais elle ne répond pas.

Ce sont les juges Vander Flaas et Jacobs du tribunal de Turnhout qui ont étouffé l'affaire Zandvoort par poursuivre Marcel Vervloesem pendant 11 ans et qui gardent Marcel Vervloesem 'en prévention' depuis 2 mois à la prison de Turnhout.  Le Werkgroep craint qu'ils veulent meurtrier Marcel Vervloesem.

Par hasard le chef du cabinet de ministre Turtelboom qui prêche 'une magistrature impartiale', est le procureur Jan Poels du tribunal de Turnhout...

---------

Une peine de vingt ans de prison a été requise jeudi par le parquet à l'encontre d'un ancien employé de crèche d'Amsterdam, accusé d'avoir commis des agressions sexuelles sur 67 enfants.

«Le parquet a requis contre Robert M. une peine de vingt ans de prison assortie d'une obligation de soins», a déclaré Yvonne van der Leede, une porte-parole du parquet d'Amsterdam, selon laquelle il s'agit de «la peine la plus élevée pouvant être requise pour ce genre de crimes».

«Les abus sexuels d'enfants ne sont pas uniques, mais la gravité, la manière et l'échelle à laquelle l'accusé l'a fait le sont», a ajouté la porte-parole: «de plus, Robert M. n'a pas montré de vrais remords, que ce soit lors des audiences ou lors des interrogatoires».

L'accusé plaide coupable

Le procès de Robert M., un Néerlandais d'origine lettone âgé de 28 ans, qui avait été arrêté le 7 décembre 2011, s'était ouvert le 12 mars à Amsterdam. Ayant reconnu les faits, l'accusé plaide coupable.

Il avait été employé dans des crèches d'Amsterdam entre 2007 et 2010 où étaient gardés des enfants âgés de quatre ans et moins. Il travaillait aussi comme baby-sitter depuis 2009, entrant en contact avec des parents via internet et gagnant leur confiance pour qu'ils lui confient leurs enfants.

Son conjoint, un Néerlandais de 39 ans, comparaît à ses côtés, accusé de possession de documents de pornographie infantile. Le parquet a requis une peine de douze ans de prison à son encontre.

Quatorze jours d'audience étaient prévus lors du procès, en grande partie à huis clos, d'ici au 20 avril. Les plaidoiries de la défense commenceront mercredi. La date du jugement, qui sera mis en délibéré, n'a pas encore été déterminée.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1197...

05-04-12

Abus des enfants: 10 millions de fichiers à caractère pédopornographique...

zandvoortfotos.jpgL'infirmier soupçonné d'avoir abusé d'enfants avait déjà été arrêté au Brésil en 2006

Un infirmier aurait abusé de dizaines d'enfants dans les années 80 et 90, en Belgique, au Brésil et en Pologne. Les enquêteurs ont retrouvé sur son ordinateur 10 millions de fichiers à caractère pédopornographique. L'homme est derrière les barreaux depuis le 31 janvier. Il risque jusqu'à 10 ans de prison.

4 Avril 2012 

Un infirmier psychiatrique de Asse a probablement abusé ces dernières années de dizaines de jeunes garçons, au Brésil, en Pologne et en Belgique. "Il aurait abusé d'environ 23 jeunes garçons âgés entre 8 et 16 ans. Il trouvait ses victimes principalement lors de voyages au Brésil et en Pologne. Il s'agissait pour la plupart d'enfants des rues à qui il offrait un peu d'argent. Il est possible aussi que des enfants belges aient été abusés mais il n'y a pas encore de confirmation à ce stade de l'enquête", a indiqué notre journaliste Jessica Nibelle en direct du journal de 13h.

5 jours de prison au Brésil en 2006

L'homme a été arrêté en 2006 au Brésil où il n'a purgé qu'une peine de 5 jours de prison avant d'être relâché sous conditions. Mais il s'est enfui et est revenu en Belgique où il a continué à exercer son métier d'infirmier dans une institution psychiatrique pour adultes à Grimbergen (centre psychiatrique Sint-Alexius des "Broeders van Liefde"). Mais comment se fait-il qu'il y ait eu tant de temps avant qu'il ne soit inquiété par la Justice ? "Le Brésil a tardé avant d'informer les autorités belges. Ce pays a demandé l'extradition de l'infirmier seulement trois ans après sa fuite. L'homme a été entendu par les enquêteurs belges pour la première fois il y a un an à peine. Des perquisitions ont été menées à son domicile mais elles n'ont rien donné. Les enquêteurs ont finalement perquisitionné chez ses parents où ils ont trouvé des disques durs contenant des millions de fichiers à caractère pédopornographique", a ajouté Jessica Nibelle.

Maximum 10 ans de prison

Il a donc été arrêté pour détention et production de pornographie infantile et pour abus sur mineurs d'âge. L'homme est derrière les barreaux depuis le 31 janvier. Il est arrêté pour détention et production de pornographie infantile et pour abus sur mineurs d'âge. Selon De Morgen, il risque au maximum 10 ans de prison.

"Surpris et choqués"

Le centre psychiatrique Sint-Alexius des "Broeders van Liefde" de Grimbergen (photo) s'est porté partie civile contre cet infirmier qui se trouve depuis fin janvier en cellule. Le centre Saint-Alexius a été informé, fin janvier, de l'existence d'une enquête contre l'individu pour des faits de mœurs. "Cette nouvelle nous a totalement surpris et choqués", explique-t-on au sein de l'institution.

Le pouvoir organisateur, qui a indiqué mercredi avoir offert son entière collaboration à l'enquête, a suspendu l'infirmier en attendant. Le centre Sint-Alexius, qui s'est porté partie civile, n'a pas encore reçu de communication sur le dossier.

http://www.rtl.be/info/belgique/faitsdivers/868547/l-infi...

Photo: quelques victimes dans l'affaire Zandvoort qui est étouffée par le ministre de la justice belge, Annemie Turtelboom (Open VLD, parti libéral flamand, aussi nommé 'Parti des citoyens').  Le Werkgroep Morkhoven demandait au ministre de libérer Marcel Vervloesem qui est, de façon fraduleuse, enfermé par les juges qui l'ont poursuivi durant 11 ans pour étouffer l'affaire Zandvoort.  Mais le ministre ne répond pas.  Le Werkgroep demandait au ministre aussi de transférer les documents de l'affaire Zandvoort où on trouve des informations très importantes sur les abus sexuels dans les crèches d'Amsterdam dont le procès a justement commencé (l'affaire 'Robert M.'), à son collègue, le ministre de la justice néerlandais.  Mais Turtelboom ne réagit pas.

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)


30-03-12

Marcel Vervloesem: Aktie voor de gevangenis van Turnhout op 29.3.2012 (1)

actie.jpg

Brussel 29.3.2012 - De aktie van Nederlandse en Belgische aktivisten voor de gevangenis van Turnhout alwaar Marcel Vervloesem die de kinderpornozaak Zandvoort onthulde, nu al twee maanden lang op basis van enkele beschuldigingen in Het Nieuwsblad en tegenstrijdige verklaringen bij de politie, is opgesloten, werd een sukses.

Nadat er spandoeken waren ontvouwen en er met een megafoon werd opgeroepen om de zieke aktievoerder vrij te laten, kwam de politie ter plaatse die de identiteitskaarten van de aktievoerders opvroeg.  De politie gebood om de megafoon niet langer te gebruiken en te stoppen met filmen alhoewel dit bij wet niet verboden is.

Een personeelslid van de gevangenis zei dat men Marcel Vervloesem 'enkel mocht bezoeken indien men hiervoor een toelating had'.  Het personeelslid wenste niet in te gaan op de vraag waarom het bezoekrecht van Marcel Vervloesem bijna totaal afgeschaft is.  Hij ontkende ook dat de medicatie en het diabetes-dieet van Marcel Vervloesem was stopgezet geweest terwijl uit recente gegevens blijkt, dat dit gedurende een week lang het geval was.   Het diabetes-dieet en de insuline worden nog altijd op onregelmatige tijdstippen gegeven.  De gezondheidsdienst van de gevangenis controleert ook de effecten van de voorgeschreven bloedverdunner niet zodat Marcel Vervloesem tengevolge van een hersenbloeding kan overlijden.

Twee jaar geleden kreeg Marcel Vervloesem zijn medicatie soms wekenlang ontzegd zodat hij te maken kreeg met water-opstapeling in zijn benen en hij infecties kreeg waarvoor hij diende geöpereerd te worden.  Op een bepaald moment bleek zijn medisch dossier zelfs te zijn verdwenen.

De vzw Werkgroep Morkhoven die nu ook akties voor de rechtbank van Amsterdam plant omdat, in het proces tegen Robert M., het pedocrimineel netwerk rond de kinderpornoaak Zandvoort wordt doodgezwegen, gaat opnieuw de gezondheidsinspecties en internationale gezondheidsorganisaties contacteren inzake de manier waarop men zieke mensen binnen de Belgische gevangenissen behandelt.  Daarbij zal verwezen worden naar de politieke verantwoordelijkheid van justitieminister Turtelboom (VLD, Vlaamse liberalen) die geinformeerd werd maar dergelijke toestanden en mensenrechtenschendingen blijkbaar toelaat.

Twee jaar geleden publiceerden wij de onderstaande lijst van de medische behandelingen van Marcel Vervloesem:

1) kwaadaardige kanker – St H. Hart Lier – 2 keer
2) nieren – 5 keer – Sint Elisabeth Herentals
3) pancreas – 2 keer – 1x in H Hart te Lier, 1x in de UIA te Antwerpen
4) intensieve spoed, intensieve zorgen pancreatites 2 – H. Hart Lier -Sint Elisabeth Herentals
5) intensieve spoed, intensieve zorgen pancreatites 1 – UIA ziekenhuis Antwerpen
6) intensieve heelkunde, Fabiola Ziekenhuis Sambre Ville – StElisabeth Herentals – 11 keer
7) nierblok – Gasthuisberg Ziekenhuis Leuven – 2 keer
8. hartdisfuncties, operaties AZ Imelda Ziekenhuis Bonheiden – 3 keer
9) intensieve, diabetische blok – H. Hartziekenhuis Lier – 4 keer
10) nierblok – H. Hartziekenhuis Lier – 1 keer
11) hartkijkoperatie – AZ Sint Jan Brugge – 1 keer
12) nierdyalyse – AZ Sint Jan Brugge – 5 keer
13) inwendige bloeding – AZ Sint Jan Brugge – 1 keer
14) operatie kijkwonde – AZ Sint Jan Brugge – 1 keer
15) chirurgische plaatsing nierdyalysebuisjes – AZ Sint Jan Brugge – 1 keer
16) intensieve spoed, cardio – Sint Elisabeth Turnhout – 1 keer
17) intensieve spoed, bloedarmoede (leukemie) – Sint Elisabeth Turnhout – 1 keer
18) intensieve spoed, insulinecoma – Sint Elisabeth ZiekenhuisHerentals – 1 keer
19) hartoperatie – AZ Sint-Jan Brugge
20) moest op 14 mei 2009 wegens nieuwe hartproblemen tengevolge van ondermeer een gebrek aan medicatie en een gebrekkige behandeling, opnieuw met spoed in het AZ Sint Jan te Brugge opgenomen worden. De gevangenisdirectie gaf 1 dag voor dat de opname had moeten gebeuren, een negatief advies op basis van het rapport van de psycho-sociale dienst van de gevangenis van Brugge.

-----

Morgen komt Marcel Vervloesem voor de raadkamer van Turnhout waarin deels dezelfde echters zetelen die hem gedurende 11 jaren hebben vervolgd om de kinderpornozaak Zandvoort dicht te dekken.  In Vervloesem's dossier is geen spoor weer te vinden van het psychiatrische verslag over zijn aanklager.  De raadkamer van Turnhout zei een maand geleden dat Vervloesem verder bleef opgesloten 'omdat men via een psychiatrisch onderzoek wou uitzoeken in hoeverre de aanklager geloofwaardig was'.  Zij gebruikte dit valse voorwendsel nadat zij de gegevens uit het onderzoek waaruit bleek dat de aanklager onjuiste beschuldigingen had geuit, onder tafel veegde.

De Turnhoutse rechters gaven ook de in beslag genomen GSM aan de aanklager terug. Op die manier venietigden zij de bewijzen dat aanklager door middel van een zelfgemaakte collage op geluidsband, de beschuldigingen tegen Marcel Vervloesem inéénflanste.

Uit het dossier van Vervloesem blijkt dat de Turnhoutse rechters nog altijd geen onderzoek lieten uitvoeren naar het door aanklager gepubliceerde rapnummertje  op YouTube waarin hij Marcel Vervloesem en zijn buurman van 'ontvoering' en 'verkrachting' van een meisje beschuldigt.  In het videoclipje komt ook de parketwoorvoerdster van de Turnhoutse justitie voor die beschuldigingen uit ten opzichte van Marcel Vervloesem.   Justitieminister Turtelboom die een 'magistratuur zonder de minste zweem van partijdigheid' predikt maar de Turnhoutse procureur Jan Poels tot kabinetschef benoemde, zwijgt hierover. Waarom aanvaardt de justitieminister de wel zeer opmerkelijke samenwerking van de Turnhoutse justitie met Vervloesem's aanklager ?

Verwacht wordt dat de Turnhoutse raadkamer, door weglating van al deze gegevens, de anhouding van Marcel Vervloesem opnieuw wil verlengen.  De Werkgroep zal dus klacht indienen bij de Hoge Raad voor de Justitie die 2 jaar geleden schriftelijk toegaf dat alle ontlastende stukkken en getuigenissen uit Vervloesem's strafdossier te Turnhout, waren verdwenen. 

24-03-12

Kindermisbruik Zandvoort-Amsterdam: Interview Marcel Vervloesem (16.3.2012-1)

 

dyn009_original_443_600_jpeg_2640303_6e58f0e1022f48513ce6089fae41209a.jpgOp 16 maart 2012 leek de situatie in de gevangenis van Turnhout nog enigszins menselijk te zijn voor Marcel Vervloesem, de man die de kinderpornozaak Zandvoort onthulde.   Maar omdat men niet kon verhinderen dat hij via het internet en de vrije radios over zijn situatie, de kinderpornozaak Zandvoort en de daaraan verbonden zedenzaak in Amsterdam bleef spreken, schafte men zijn bezoekrecht bijna volledig af, begint met zijn brieven te blokkeren, onthoudt men zijn hoognodige medicatie, dreigt men hem in een isoleercel op te sluiten enzoverder.  Bijna 2 maanden vastzitten op basis van een gezegde in een tabloid terwijl men zwaar ziek is en men alles dreigt te verliezen, maakt het leven langzaam tot een hel. Minister Turtelboom (VLD) die een 'magistratuur zonder de minste zweem van partijdigheid' predikt maar de Turnhoutse procureur Jan Poels tot kabinetschef aanstelde, is nu politiek verantwoordelijk voor de doofpotaffaire en het langzaam uit de weg laten ruimen van Marcel Vervloesem.  Haar partijcollega, de ex-premier Guy Verhofstadt die in het Europees parlement zetelt en destijds schreef dat hij 'diep geschokt was door het kindermisbruik en hij er met zijn partij werk van wilde maken', werd reeds herhaalde malen maar tevergeefs aangeschreven.  Toen Marc Verwilghen (VLD), na zijn voorzitterschap van de commissie Dutroux, tot minister van justitie werd uitgeroepen, was de VLD niet langer meer om kindermisbruiken bekommerd.

-------

Interview met Marcel Vervloesem, 16 maart 2012

Marcel, hoe stel je het in de gevangenis in Turnhout?

Tja opgesloten zitten en van je vrijheid ontnomen zijn, is nooit een pretje. Een hotelverblijf is het zeker niet maar alle omstandigheden in acht genomen, red en overleef ik dit wel.

Hoe is de houding van de gevangenisdirectie en het personeel jegens u? Je bent toch activist?

Dat valt tot nu toe best mee. Ik mag niet zeggen dat ze me het hier moeilijk maken omdat ik een activist ben. Er zijn zoals in alle gevangenissen regels al zijn die niet altijd even duidelijk. Dus hou ik als activist een soort van afstand van personeel en directie en daar valt mee te leven. Ik heb dus tot nu toe hier geen problemen op dit vlak.

Je bent ernstig ziek, wordt dat goed opgevolgd of laat men je aan je lot over? Het moet toch niet gemakkelijk zijn in die toestand gevangen te worden gehouden?

Inderdaad ben ik ernstig ziek en de mensen van het gerecht in Turnhout en de gevangenisbeheerder weet dat ook. Elke dag word ik dan ook vijf keer naar de medische dienst ontboden. Als er dan problemen worden vastgesteld, roept men er de arts bij. Het is ook voorzien dat ik via een rapportbriefje een ontmoeting met de gevangenisgeneesheer kan vragen. Ik heb hier al een longonderzoek gehad en nu volgt er een volledig bloedonderzoek. Elke dag wordt de bloeddruk genomen. Ze houden mijn medische toestand hier wel intensief in de gaten.

Hoe verwerk jij je ziek zijn in de gevangenis?

In feite eenvoudig. Elke dag die ik overleef is er eentje meer. Ik weet en besef ook wel dat ik ernstig ziek ben en niet moet rekenen op genezing. Een chirurg zei me eens dat ik zeven levens heb gehad en hij niet begreep dat ik dat alles overleefde. Maar die medicus had gelijk, ik heb herhaaldelijk op het randje van de dood gehangen. Zodoende mag ik niet klagen.

Is het verantwoord je onder die omstandigheden in gevangenschap te houden, heb je dan geen recht op invrijheidsstelling? 

 

 

Ik vraag me soms af waar de menselijke grenzen liggen bij justitie. Je kan je inderdaad afvragen of een opsluiting onder die omstandigheden te verantwoorden valt. Het is een feit dat ik een ernstige hartpatiënt ben en al twee keer een hartoperatie moest ondergaan. Als dit mis gaat, heb ik nog het ernstig nadeel dat ik ook in de hoogste graad diabeticus ben. Ik ben ook nierpatiënt en heb onlangs een kwaadaardige kanker achter de rug. Sinds kort ben ik ook half blind aan mijn rechter oog. In feite leef ik niet meer maar overleef. Mocht ik in de avond of nacht een hartinfarct krijgen in mijn cel, dan zal dat fataal voor mij zijn.

Hoe bedoel je Marcel, dat is toch verschrikkelijk?

Kijk, om 22u gaat de celdeur voor de ganse nacht toe. Die blijft gesloten tot 6.30u in de morgen. Af en toe loopt er in de nacht een bewaker langs de cellen. Mocht er mij wat overkomen dan moet er een ganse procedure in acht worden genomen. En die toe te passen procedure is zo tijdrovend dat ik dan al lang overleden zal zijn eer er voldoende personeel aanwezig is alvorens de celdeur mag geopend worden. En zelfs dan nog, na 18u is er géén verpleging meer aanwezig in de gevangenis. Kortom, er is in de instelling maar medisch personeel aanwezig tussen 7u 's morgens en 18u 's avonds. Zo liggen de zaken nu eenmaal. Justitie, en beter nog het gerecht van Turnhout, neemt een grote verantwoordelijkheid in deze mocht er met mij wat gebeuren.

Inderdaad, hoe sta jij tegenover dit alles?

Och weet je, ik hoop dat, mocht er mij wat overkomen, dat zou gebeuren tussen 7u en 18u zodat ik nog kans heb te overleven. In het andere geval zal justitie bij overlijden m'n stoffelijk overschot overdragen aan mijn familie. Er zijn dan immers geen tralies of gevangeniscel meer nodig. Ik hou dan ook ernstig rekening daarmee. Het zou dan ook beslist geen reclame zijn voor de wijze waarop de rechters van Turnhout omspringen met mensen zoals ik. Misschien is dat zelfs de ware bedoeling achter mijn opsluiting.

Heb je dan geen advocaat die dit kan aankaarten zodat die toestand verandert?

O jawel, maar wat de advocate ook aanvoert en aan die magistraten voorlegt, wordt botweg genegeerd. Het is alsof we bij die Raadkamer van Turnhout tegen een muur aan het praten en pleiten zijn. Men kan al beter die Raadkamer afschaffen.

De Raadkamermagistraten negeren jullie pleidooien. Dat is toch ongehoord? Is er daar een reden voor?

Ja, die reden is er. Ik ben al meer dan 42 jaar activist en voerde vele protestacties tegen de vele wan- en mistoestanden binnen justitie, dus ben ik nu niet bepaald een geliefde activist bij die justitie. En er is nog een andere reden. Op de Raadkamer van Turnhout, waar moet worden beslist over mijn verdere aanhouding of vrijlating, is de Voorzitter niemand minder dan de gewezen Onderzoeksrechter tegen wie ik jarenlang acties heb gevoerd. Die Onderzoeksrechter was het die de zaak Zandvoort had moeten onderzoeken. Daar kwam uiteraard zo goed als niets van terecht. Het Openbaar Ministerie wordt op dezelfde Raadkamer waargenomen door de Substituut die in diezelfde periode het Zandvoortdossier mee onder zijn hoede had. Je kan dus raden wat de gevolgen daarvan zijn voor mij bij die twee magistraten. Dus ben ik gewoon kansloos om in vrijheid te worden gesteld door hun Raadkamer.

Marcel, dat ruikt toch erg naar belangenvermenging? Hoe kan die Raadkamer dan zo 'in eer en geweten' over jou als activist oordelen?

Van de vereiste onafhankelijkheid is er inderdaad geen sprake ten overstaan van mij op die Raadkamer. Inderdaad kan gesproken worden over een vorm van belangenvermenging. Dat is toch erg duidelijk in mijn zaak. Het ligt simpel. Stel dat ik Rechter ben en jij schopt jarenlang tegen mijn schenen, dan is het toch niet verwonderlijk dat ik als rechter je zal treffen als je voor mij later moet verschijnen. Maar op het gerecht van Turnhout kan en mag blijkbaar alles. Als die Raadkamervoorzitter en die Substituut niet de schijn van belangenvermenging zouden willen dan zouden ze zich uit de zaak moeten terugtrekken. Maar ik zeg je, in Turnhout kan en mag alles.

Dus je verwacht niet om door de Raadkamer te worden vrijgesproken?

Zo is het. Trouwens, er zijn verontrustende voortekens. Op 18 januari 2012 werd ik aangehouden en op 19 januari voor de Onderzoeksrechter geleid die de aanhouding bevestigde en mijn opsluiting beval. Al op 20 januari 2012 verscheen er een artikel over de zaak in de krant "Het Nieuwsblad". In dat artikel stelde een Parketwoordvoerster van Turnhout dat het parket niet twijfelde aan de versie van mijn aanklager. Het onderzoek moest toen echter nog gevoerd worden. Van vooringenomenheid gesproken. Eerst betichten en opsluiten en dan pas onderzoeken, de wereld op zijn kop dus. Ik moet dus vrij zeker niet rekenen op een eerlijke behandeling en vrijlating in het gerechtshof te Turnhout.

Afbeelding: De Duitse jongen Manuel Schadwald die spoorloos verdween en waarnaar Marcel Vervloesem en de vermoorde RTBF-journaliste Gina Bernaer-Pardaens onderzoek voerden.

 

Scandal pédo-pornographique de Zandvoort: l'activiste Marcel Vervloesem

Zandvoort_clientsfrancais.gif"Le sonneur d'alarme et activiste Marcel Vervloesem s'efforce déjà depuis des années pour servir la cause des enfants victimes d'abus sexuel et de viol. Cet homme est aussi celui qui a mis au jour le scandal pédo-pornographique de Zandvoort ( Pays-Bas, '98) où il s'agit de près de 90.000 victimes.

On (c.à.d. la Justice et les média belges d'abord, autrement dit 'la politiue') fait tout depuis 14 ans déjà pour essayer de réduire Marcel Vervloesem au silence, parce que beaucoup de personages haut-placés sont impliqués dans ce scandal, et que ce scandal a des liens avec l'affaire Dutroux et avec l'affaire pédocriminelle d'Amsterdam autour de laquelle les médias et la Justice néerlandaise s'agitent récemment (mais qui remonte à au moins la même époque que l'affaire Zandvoort, et sur cette même affaire M.Vervloesem a également à cette époque déjà réceuilli et tenté de fournir aux autorités des informations importantes), et avec d'autres scandales pédocriminels à travers toute l'Europe et même le monde entier, - et tout cela a des ramifications énormément vastes et compliquées touchant à des scandales et problèmes d'un ordre mondial c.à.d. hautement 'politiques' (trafique d'armes, de drogues, crimes de guerre, terrorisme, criminalité liée aux grandes multinationales, influence de 'sociétés secrètes' ou sectes etc...)

Pour un aperçu 'historique' assez approndi et exhaustif de tous ces scandales intriqués et de toutes ces embrouilles autour de sonneurs d'alarme comme Marcel Vervloesem, je vous conseille de regarder ces 4 documentaires faits par et avec la participation de gens sérieux et professionels.

Ils sont soustitrés en néerlandais (Nederlands ondertiteld), mais comme ce sont des productions francophones, l'audio est en français. (Pour ne pas submerger le specateur moyen (assez facilement dépassé déjà il paraît, surtout aussi par les temps qui courent) par trop de matériaux, je laisse ici de côté le dernier aspect mentioné ci-dessus, c'est à dire celui des problèmes et intrigues politiques mondiaux liés à tout ceci.

Néanmoins, le 'spectateur engagé' débutant trouvera de quoi éventuellement rassasier le plus gros de sa faim en parcourant les autres documentaires français qu'on trouvera sur la même page Vimeo où se trouvent les films suivants: ) http://vimeo.com/29374513 (1ere partie) http://vimeo.com/29653140 (2eme partie) http://vimeo.com/30006971 http://vimeo.com/31807805 

15-03-12

L'affaire pédo-criminelle de Zandvoort: Serge Garde et Carl Zéro (2)

2-2 La scandalosa detenzione di Marcel Vervloesem: Il Caso Zandvoort

http://youtu.be/4wdBUpHCtxU

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem:

Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

 

L'affaire pédo-criminelle de Zandvoort: Serge Garde et Carl Zéro (1)

http://youtu.be/HbbajdT57Ig

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem:

Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

08-03-12

Réseau Zandvoort: Entretien avec Marcel Vervloesem 26.2.2012

http://www.youtube.com/watch?v=jGaWJ3Tdd3w

Interview de Marcel Vervloesem en prison (26 février 2012) :

http://www.dailymotion.com/video/xp74zr_interview-de-marcel-vervloesem-en-prison-26-fevrier-2012_news?start=173#from=embed

Traduction de l'entretien: Nicole Marie Gautreau

Sign/Signez/Teken: 

Free Marcel Vervloesem! http://www.causes.com/causes/438481-free-marcel-vervloese...

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België) 

Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)

07-03-12

Abus des enfants: L'affaire Zandvoort, une affaire d'Etat belge...

zandvoortphotos.jpgMarcel Vervloesem, l'homme qui a révélé l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort, et qui est nouveau enfermé en prison après quelques rumeurs dans le tabloid flamand Het Nieuwsblad, a reçu une lettre de la justice. Il est interdit de rencontrer toutes les personnes qui ont lutté ou écrit pour lui (donc, plus seulement les membres du Werkgroep Morkhoven qui l'ont soutenu et visité pendant les 2 ans qu'il se trouvait en prison).

Il est interdit de parler la presse; de contacter les associations qui luttent contre les abus des enfants et de contacter des hommes qui travaillent probablement pour des associations qui luttent pour les droits de l'homme ou les droits des enfants.

Aucun professeur de l'université et aucun membre de la Chambre ou du Sénat peut visiter et parler Marcel Vervloesem en prison. Les membres du Parlement européens sont aussi exclus. 'Parce que tout ces personnes sont des agitateurs qui veulent profiter de cette situation pour mettre en question la justice'.

Marcel Vervloesem est interdit de louer un ordinateur ou une machine à écrire car 'ça perturbe l'ordre public et la tranquillité dans le système judiciaire'. Marcel Vervloesem ne peut pas éditer son livre 'parce que c'est une menace pour la sécurité publique et ça viole les conditions de sa liberté provisoire'. 'Si il ose publier son livre, il a le risque d'être détenu pendant 2 ans.' Si il ose contacter certains hommes, ça peut dommager son cas'.

L'activist était invité à confirmer qu'il avait lu la lettre et de signer qu'il allait d'accord avec sa continu, ce qu'il a refusé.

On ne sait pas qui a rédigé la lettre mais on le retrouve sans doute dans le dossier judiciaire et le fait qu'il est presque totalement isolé du monde extérieur, preuve que c'est une affaire d'Etat belge 

La couche fine de la constitution démocratique belge, cache un vrai appareil répressive ce qui permit d'emprisonner des hommes sans procès.

Photos: des victimes dans l'affaire Zandvoort

---

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België)

04-03-12

Abus des enfants en Belgique: Actions avant le ministère de la justice

dyn009_original_443_600_jpeg_2640303_6e58f0e1022f48513ce6089fae41209a.jpg

Bruxelles, 3.3.2012 - Nous avons tenu aujourd'hui une nouvelle action à Bruxelles. La majorité des hommes comprennent bien que le gouvernement belge protège les personnes impliquées dans le réseau pédocriminel de Zandvoort et ils ne sont pas du tout étonnés quand nous leur racontons qu'il y a quelques jours que nous sommes été volés pendant une action avant le ministère de la justice (où se trouve le cabinet du ministre de la justice Turtelboom). On comprend aussi pourquoi le service de la sécurité de la ministère prétendait 'qu'on n'a enregistré aucune image et que les caméras de surveillance ne fonctionnaient pas.' (Il y a presque 20 caméras à travers le ministère dont 7 ont enregistré la disparition) 

Il y a quelques années, que nous avons organisé une action avant la prison de Bruges où Marcel Vervloesem, l'homme qui a révélé le réseau de Zandvoort, a été enfermé et maltraité pendant 2 ans. Pendant l'action nos pamphlets et notre caméra étaient aussi volées. La prison a d'abord nié d'être responsable pour le vol. Mais un de nos militants avaient enregistré la plaque d'immatriculation d'une voiture qui était passée pout prendre le sac avec les pamphlets et le caméra. Enfin le directeur de la prison a finalement été obligé de redonner les objets volés. 
Le ministre Turtelboom a été contacté dans cette affaire mais n'a pas répondu jusqu'à maintenant.
Les actions seront poursuivies.

Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven
--------

Photo: la recherche à la disparition de Manuel Schadwald. Le journaliste Gina Bernard-Pardaens qui travaillait avac Marcel Vervloesem autour la disparition, a été assassinée. Pendant presque un an, elle a été menacé par des inconnues et quelques semaines avant sa mort, elle était interrogée par les services de la justice d'une manière très intimidante.

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België). 

Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)  

29-02-12

Marcel Vervloesem and the amazing story of the Werkgroep Morkhoven

Isolatie.akties.pngIsolation cels action

In 1988, a man who came to visit Marcel for a cup of coffee was distressed. His son, placed in a psychiatric institute of the Social Services of Antwerp, was regularly locked up in isolation cell, sometimes for months, who he found inhuman. They went there together. Those cells where naked, without daylight but a violent lamp and the children would be left there alone. The law granted the hospital staff all the rights without least control, from where all freedom of abuse. The doctors would refuse to listen: locking a child in an isolation cells was normal.

Jan Boeykens, an intellectual from Antwerp, was one of the first men in Flanders to become activist of the patient's right in the area of those threatened by their internment in psychiatric institute. As he ran a radio program, he heard that the Werkgroep Morkhoven was making actions to sensitize people on the conditions of the children in psychiatry. He interviewed Marcel, then joined the movement and became the appointed writer of the pamphlets.

Their method was always the same: they drew the attention of people in the streets by making them laugh, and then made them realize the situation. The problematic of the isolation cells arrived at the Ministry for health. The minister Vervotte invited Marcel and Jan and heard them. She asked them to collaborate in the setting of a new law establishing a regulation on the use of isolation cells in the psychiatric institutes, with measures of control aiming at protecting the adults as well as children.

The Werkgroep Morkhoven carried on going to the institute to make sure the law was properly respected. The term "cell" had replaced by "room", and the term "isolation" had been replaced by "reflection”. As a child was previously locked into an isolation cell he was now sent to a reflection room.

The men returned in the streets of Antwerp, distributing their pamphlets. Strangely enough, the police reacted very violently. The men where arrested and interrogated and their houses where searched, as if suddenly the activists of child protection were terrorists. The Social Service carried a formal complaint for slandering against Jan. But the Werkgroep Morkhoven had collected approximately two hundred pages of testimonies and copies of police reports of complaints for ill-treatments, of which, a horrifying number of broken arms and a litle girl aged five years, who had died in a "reflection room".

Dressed in a priest robe, Marcel was followed by four men who carried a small empty coffin. As they arrived at the Law Courts of Antwerp, two other men had climbed on a crane not far from there, to call the crowd and to flood it with pamphlets. The Social Service gave up the proceedings against Jan.

 

27-02-12

Réseau Zandvoort: Régina Louf soutient Marcel Vervloesem

Louf.silence.on.tue.gifRégina Louf, un des X-témoins dans l'affaire Dutroux et l'auteur du livre 'SILENCE on tue des enfants!' soutient Marcel Vervloesem avec les mots suivants: 'Je veux le répéter encore une fois. Marcel Vervloesem n'est pas un pédophile! Cet un homme qui a lutté toute sa vie contre les abus et la maltraitance sexuelle des enfants. Il est actuellement pour la énième fois la victime de ceux qui veulent enterrer les dossiers de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort. Soutenez Marcel, s'il vous plaît. Je le demande à tout le monde qui visite mon Facebook: Soutenez Marcel s'il vous plaît, même si vous ne le connaissez pas personnellement ! Je le garantis personnellement'.

Werkgroep Morkhoven: https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

 
Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België). 
Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)

24-02-12

Affaire pédocriminelle de Zandvoort: Marcel Vervloesem reste au prison

MVervloesem.kleinkind.jpgLa chambre de Conseil de Turnhout avec les juges Jacobs et Vander Flaas, a décidé que l'activist Marcel Vervloesem doit rester au prison. On veut faire un 'enquête psychiatrique' de l'accusateur de Vervloesem. L'accusateur est actuellement enfermer dans l'institut fermé des jeunes délinquants à Mol lorsque le tribunal de l'application de la peine d'Anvers concluait que les déclarations de l'accusateur dans le tabloid Het Nieuwsblad et sa plainte chez la police, sont injustes et que Marcel Vervloesem a respecté les conditions de sa libération provisoire. Les juges Jacobs et Vander Flaas sont les mêmes juges qui, pendant 11 ans, ont mené le procès contre Marcel Vervloesem pour cacher l'affaire Zandvoort. Durant ce procès médiatisé, toutes les documents et les témoignages à la décharge de Vervloesem ont été disparu, comme le Comité Supérieur de la Justice a confirmé quelques jours avant que Vervloesem a été définitivement condamné par le Cour d'appel d'Anvers.

Photo: Marcel Vervloesem avec 1 de ses petits-enfants. Il y a quelque jours que sa petit-fille aînée qui est fort traumatisé par le campagne des médias contre sa grand-père (elle est suivi par un psychologue et n'est plus capable d'aller à l'école), a eu des téléphones de nuit qui venaient de l'accusateur où elle ést menacée. Les téléphones de nuit venaient de l'accusateur de Marcel Vervloesem. Grâce à l'appui des tabloids flamands qui publient ses commérages, et le tribunal de Turnhout qui poursuit l'activiste pendant déjà 14 ans par tous les moyens, cet homme croit qu'il peut se permettre tout. C'est ainsi que la mafia à Turnhout impose lentement ses lois à la population. A Turnhout il n'y a plus un séparation nette entre certains juges et la mafia. Le ministre de la justice, Annemie Turtelboom (VLD, Parti libérale) est politiquement responsable de cette évolution...

---------

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België). 

Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)

Le Werkgroep Morkhoven est aussi à retrouver sur Facebook

18-02-12

Let us fight the childporn industry / Battons l'industrie de pornographie des enfants

SOS.Marcel.Vervloesem.jpgBattons l'industrie de pornographie des enfants / Let us fight child pornography industry / Laat ons de kinderporno-industrie bestrijden !

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België). 

Ecrivez/Write/ Schrijf de Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België) 


14-02-12

Justice: Accusateur Marcel Vervloesem incarcéré

Nous avons entendu que l'homme (18) qui accusait Marcel Vervloesem dans le tabloid Het Nieuwsblad et dans une plainte à la police, à nouveau des 'infractions sexuels', a été enfermé dans un institution à la demande du juge. Mais pour l'activist qui révélait le réseau Zandvoort et dont la santé est très mauvaise (cancer, une maladie cardiaque, gravement diabètes, maladie rénale), le chemin de la souffrance n'est pas fini. Si le tribunal de l'application de la peine déclare qu'il a 'violé les conditions de sa mise en liberté provisoire', il reste encore 11 mois au prison, même si l'enquête preuve son innocence.

Ecrivez Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique). 

Photo: Marcel Vervloesem avec ses 4 petits enfants

13-02-12

Belgique: La présence de magistrats au sein des cabinets ministériels

turtelboom-heeft-hervorming-raad-van-state-klaar-id1838428-460x0.jpgLe chef du cabinet de la ministre de la Justice en Belgique (Annemie Turtelboom, Parti Libérale), est le procureur Jan Poels du tribunal de Turnhout. C'est le tribunal de Turnhout qui poursuivit Marcel Vervloesem depuis 1998 et qui veut étouffer l'affaire pédo-sexuelle de Zandvoort (90.000 victimes)...

-------

La présence de magistrats au sein des cabinets ministériels pose question

13 Février 2012

Dans un courrier envoyé au premier ministre Elio Di Rupo, le Conseil supérieur de la Justice (CSJ) s'inquiète de la présence de magistrats au sein des cabinets ministériels, rapportent lundi De Standaard et Het Nieuwsblad. A la suite de l'affaire Fortis, l'ancien ministre de la Justice avait recommandé la réduction de ce type de transferts entre la magistrature et le monde politique. Dans le gouvernement Di Rupo, des magistrts sont toutefois devenus chefs de cabinet pour la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet (cdH) et pour le ministre de l'Economie Johan Vande Lanotte (sp.a). Pour le CSJ, la présence de magistrats au sein des cabinets pose problème et devrait être interdite.

http://www.rtl.be/info/belgique/politique/856231/la-prese...

Photo: Ministre Turtelboom qui plaide pour une magistrature 'impartiale'

11-02-12

Childabuse: Cover up operations of the Belgian government

Vogue.jpg

Some questions about the Zandvoort childporn case
 
Why Belgian Justice has been banned the activist Marcel Vervloesem who revealed the Zandvoort case, to talk with the media, 4 years ago ?
Why Justice has banned him to travel to other countries ?
Why Justice has banned him to contact us since his provisional liberation, 2 years ago?  He is the founder of our association 'Werkgroep Morkhoven'. We are  members of the direction board of Werkgroep Morkhoven. We were working together during almost 40 years. We visited him during 2 years, every week in prison.
Why Justice has banned him to participate to all organisations fighting childabuse?
Was it the intention to criminalize him and our association ?
Was the Belgian Justice afraid that we should going on with our investigations about the childporn rings ?
Was it the intention to isolate him so that it would be easier to accuse him again in the tabloids ?
 
Justice used some new rumours in the Flemish tabloid Het Nieuwsblad and a very disputable complaint of a very disputable person to the police to take the script of Vervloesem's book about his actions and his investigations.  Why ? 
Why they used the same trick (some rumours in Het Nieuwsblad, a complaint to the police, a prosecution by Justice) ?  It is like 14 years ago when the international press (with even 3 Japanese newspapers) was interested in the Zandvoort childporn case. 
Why they used the same trick also some years ago on the moment that a lot of people had many doubts about the accusations and the long media process ?  And why they used again young people with criminal records (robberies, burglaries, exactions, thefts, vandalism, drug trafficking, involantary manslaughter by drunkenness, sexual offenses,) ?
 
Why the Belgian minister(s) of Justice and its so called independant magistrature, accepts that ? And why they accept that the Belgian constitution is violated ?
Where are the so called freedom of expression, freedom of press, the right on defense, the right to participate to associations, the right to travel, the principle that you are innocent until proven guilty, impartial and
independant juriprudence, the right to be judges on complete files without disappearances or thefts, which is (was) guaranteed by the Belgian constitution ?
Why the Flemish tabloid Het Nieuwsblad which started the mediacampaign against Marcel Vervloesem in 1998 with a false rumour of Vervloesem's disputable half-brother Victor, silenced the Zandvoort childporn case during all that time ?
Why this tabloid, that seems to have a special relation with the Justice of Turnhout, was spreading also the false rumour that Marcel was no longer member of the direction board of our association while we can even not longer organize general meetings with all the members of the direction board and are thus unable to take important decisions ?
Why Justice does never investigate seriously the rumours, complaints, declarations of witnesses, incorrect accusations in Het Nieuwsblad and to the police ?
Why Justice says now that Marcel Vervloesem was 'violating the conditions of his provisional liberation' while his judicial assistent and his supervisor, the well-known professor Cosyns, were 'very satisfied' about that ?
Why does Justice not investigate the complaint of Vervloesem's daughter about the threatening (taperecorded) of his 14 years old granddaughter by the accuser ?
Why we hear nothing about the 14-year-old girlfriend of the nearly 18-year-old accuser who was found drowned
in the pond of the court of Turnhout after she had inhaled too much gas of a lighter ?
 
Was the mediacampaign against Vervloesem and the silencing of the Zandvoort case which gives us a lot of information about the recent childabuse case in Amsterdam, a cover up operation ?
During our investigations, Georges Zicot, the disputable inspector in the Dutroux case, was giving false information about a well-known Youth Judge in France who we found back in the Zandvoort childporn case. What is the relation between the Zandvoort case and the Dutroux case ? Was the Dutroux case with the unexplained deaths of almost 30 witnesses, also a cover up operation ?
 
The Belgian government always denied the existance of an international childporn network like the Zandvoort case. Was it the intention to protect the international child porn network centralized in Brussels ?
It is possible that Belgium, center of Europe, is also a center of the international organized mafia, including child- and women trade ?
I heard today that Belgian Justice found a 'new track' to the so called gang of Brabant whereby 20 people were murdered. It is the 43th time during the last 20 years that Belgian Justice is talking about a 'new track' in this
case.  Who can take this serious ?  Why they are talking about  it and are they giving false hope, every time that there a lot of questions about the credibility of Belgian Justice ?
 
It is clear that the Belgian church is playing a important role in cases of sexual abuse. But I am wondering that the tabloids were organizing during several months a media campaign about the scandals within the Belgian church while they organized during 14 years a media campaign to cover up the Zandvoort childporn case (90.000 victims, even babies).
 
Jan Boeykens
President of Werkgroep Morkhoven
Faiderstraat 10
1060 Brussels
(Belgium)
------------
 
You can visit 'Werkgroep Morkhoven' on Facebook if the group will not be closed again by Facebook.
 
Write to Marcel Vervloesem who is seriously ill (cancer, heart, kidneys, diabetes) and was tortured during 2 years in prison: Gevangenis Turnhout, tav Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgium)
 
Protest to the Belgian minister of Justice Annemie Turtelboom (liberals) annemie.turtelboom@just.fgov.be 
Minister of Justice, Annemie Turtelboom, Boulevard de Waterloo 115, 1000 Bruxelles (Belgium)
Téléphone : (0031) 0 2 542 80 11 - Fax : 02 542 80 00    The minister says that she will ban 'every form of partiality of the magistrature'.
 
  

05-02-12

Werkgroep Morkhoven: Le droit à un logement

Marcel.Vervloesem.Princesse.de.Croÿ.jpgLe droit à un logement durable de bonne qualité pour tous est une urgence, comme le droit à l’éducation, qui devrait être au cœur de la campagne présidentielle et des mobilisations sociales. L’actualité, particulièrement en cette période de froid, nous rappelle que c’est un droit fondamental constamment bafoué. En témoigne les familles expulsées de deux squats de Saint-Denis, il y a plusieurs semaines, dont la situation n’est toujours pas réglée.

10 millions de personnes sont touchées par la crise du logement, selon la fondation Abbé Pierre, et parmi elles 3,6 millions sont pas ou très mal logées.

C’est autant de drames humains que N. Sarkozy n’a absolument pas pris en compte dans son interview télévisé du 29 janvier. Sa politique du logement est une faillite complète. La loi Dalo est en souffrance et ne peut s’appliquer faute de logements en nombre suffisant, les budgets des centres d’hébergement et d’insertion ont été sabrés. Résultat : la flambée des prix qu’il s’agisse des loyers ou des tarifs de l’immobilier et toujours autant de personnes en mal de logement.

Pour le NPA, il est grand temps de prendre des mesures radicales pour faire du logement une priorité sociale : la mise en œuvre de la loi de réquisition des logements vides et l’interdiction des expulsions sans relogement prélable ; la création d’un grand service public du logement car le marché n’a pas de vertus régulatrices comme voudrait nous le faire croire le gouvernement ; la construction d’un million de logements sociaux de toute urgence ; le plafonnement des loyers à 20% du revenu des locataires ; l’application de la loi SRU dans toutes les localités, notamment.

A l’occasion de l’élection présidentielle comme dans les mobilisations, le NPA fera valoir ces exigences.

Le 1er février 2012.

http://www.poutou2012.org/Le-droit-au-logement-pour-tous-c

Photo: princesse J. de Croÿ, Marcel Vervloesem et un sympathisant de l'association 'Werkgroep Morkhoven' qui lutte pendant 14 ans contre la pédo-mafia qui est protégée par le gouvernement belge. La Justice belge voulait enfermer le sympathisant parce qu'il avait participé aux actions du Werkgroep Morkhoven.  Le Werkgroep Morkhoven travaille aussi autour les droits des prisonniers et des patients. Marcel Vervloesem et ses amis étaient expulsés de leur maison après un appel politique dans lequel on demandait même d'enléver le siteweb du groupe d'action de l'Internet.

02-02-12

Childporn rings: Marcel Vervloesem in prison again

 

palais-de-justice-de-paris.jpgMarcel Vervloesem, the Belgian activist who revealed the Zandvoort childporn ring case, was accused and locked up in prison again while he is very sick (heart surgeries, cancer surgery, diabetes
kidney dyalyse 3 x a week, cancer).
The Belgian Justice which is very strong related with the pedo-mafia, wants his death.
During the past 14 years, Belgian Justice and pedo-mafia used always the same system: a story in the press, false accusations, complaints, police, justice, media-campaign,  persecution and sentenced without a real investigation, locked up in prison, isolated and tortured...
-----
You can write him on this address: Gevangenis Turnhout (= Prison of Turnhout), t.v.a. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgium).
We need an international action !
Some days ago Marcel could't phone his daughter. Today the letters of his daughter and friends seem to be blocked.
We contact the Belgian Minister of Justice, Annemie Turtelboom, again who advocated an 'impartiality of the magistracy in judicial affairs''...

 

31-01-12

La petite-fille de Marcel Vervloesem a été menaçé...

Roi.Verwilghen.jpgEn espérant de cacher les sales practiques qu'on utilise pour criminaliser Marcel Vervloesem du Werkgroep Morkhoven et d'étouffer l'affaire Zandvoort (90.000  victimes), il y a quelques jours, que la Justice belge a fermé et désactivé certains mailboxes du Werkgroep Morkhoven.
Pcesse Jacqueline de Croÿ, qui était fortement harcélée par la pédo-mafia pendant les jours passés (coups téléphoniques, menaces), ne savait même plus publier sur sa siteweb et Facebook.
Sanne, la petite fille la plus ainée de Marcel Vervloesem, est menaçée par le petit neveu de Marcel Vervloesem qui, il y a quelques jours, allait avec certains histoires à la presse et alors portait plainte contre lui.  Après que Sanne enlevait ses photos du page de Facebook du petit neveu (il a presque 18 ans), ce garçon téléphonait Sanne environ 20 fois pendant la nuit suivante.  Il déclarait entre autre: 'Si tu me soutiens pas, je vais à la police pour déclarer que tu est 'violée' par ta grand-père'. La fille de Marcel Vervloesem portait plainte contre le neveu. Mais la Justice de Turnhout qui soutient systématiquement et pendant 14 années déjà, tout le monde qui porte plainte contre Marcel Vervloesem, fermera les yeux pour ces pratiques de maffia.

Le Werkgroep Morkhoven a contacté le ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, dans cette affaire. Elle contestait aussi la nouvelle campagne des média contre Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven.  Mais le Ministre ne répond pas et soutient alors la pédo-mafia lorsque elle pretendait il y a quelques semaines qu'elle ne supporterait 'aucune partialité du côté de la magistrature'...

---

Photo: Le Roi belge qui a reçu un exemplaire du cd-rom du réseau de Zandvoort (qui a été disparu) et l'ex-ministre de la Justice Marc Verwilghen qui était le président du Commission Dutroux. Après le Sp.a (socialistes) et le CD&V (démocrats-chrétiens), le Parti libérale est de plus en plus impliqué dans le scandale de l'affaire Zandvoort.

Soutenez Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique)

27-01-12

Affaire Vervloesem: La justice belge, "chasseur de pornographie infantile"

Parmi les CD-Roms du réseau Zandvoort qui sont disparus chez la Justice belge, figure le CD-Rom que le Werkgroep Morkhoven avait à l’époque transmis au Roi belge. La maison royale belge a fait parvenir alors ce CD-Rom au ministre de la Justice d’alors, Tony van Parijs (du parti Chrétien-Démocrate, CD&V), qui aurait normalement dû le mettre entre les mains des procureurs du Roi pour servir à ‘des fins d’enquête’.

Marcel Vervloesem est, après une nouvelle campagne des média qui aident à étouffer l'affaire Zandvoort (90.000 victimes), actuellement incarcéré à nouveau à la prison de Turnhout.  Le script de son livre où il décrit sa vie et ses actions avec le Werkgroep Morkhoven, a été saisi par la Justice.  Pendant 4 ans déjà il a un interdiction de contacter la presse et ses amis du asbl Werkgroep Morkhoven dont il est membre de la direction.  Marcel Vervloesem ne sait pas à contacter sa fille pendant 2 jours. C'est clair qu'on le veut isoler complètement.

Soutenez Marcel Vervlosem: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, 2300 Turnhout
Werkgroep Morkhoven sur Facebook:https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

zandvoort_viols_bebe_creche_b.gif

 

La Justice belge: 'chasseur de pornographie infantile'

La Justice belge est très actif à ce moment.  Le Werkgroep Morkhoven a des problèmes téléphoniques et des problèmes d'Internet (serveur, ordinateurs, entrée d'Internet).  La distribution de la communiqué de presse du Werkgroep Morkhoven était bloquée.  Le siteweb 'Fondation Princesse de Croÿ' qui donne des bonnes informations sur l'affaire Zandvoort, était complètement blocqué sur l'ordinateur de la princesse (elle ne savait plus de publier). A cause des campagnes médiatiques contre Marcel Vervloesem pendant 14 ans, elle reçoit des menaçes de pédophiles qui se posent comme 'anti-pédophile' Le script du livre de Marcel Vervloesem où il décrit sa vie et ses actions avec le Werkgroep Morkhoven, a été saisi par la Justice.  Marcel Vervloesem a pendant 4 ans déjà un interdiction de contacter la presse et le Werkgroep Morkhoven dont il est membre de la direction.  Alors, il se ne sait plus se défendre contre toutes ces phantasmes et accusations dans les média.  Sa fille qui est bien au courant et qui raconte une autre histoire autour les nouvelles phantasmes et accusations dans la presse, est comme habitude, pas été contacté par la presse qui aide à étouffer l'affaire pédocriminelle de Zandvoort (90.000 victimes).  Comme son père et le Werkgroep Morkhoven, elle est exclut par les médias belges.  Marcel Vervloesem ne sait pas contacter sa fille pendant déjà 2 jours. La ministre de la Justice Annemie Turtelboom est au courant.  Mais le Ministre qui prétend de 'lutter la partialité de la magistrature dans le cadre d'un nouveau déontologie', soutient ce procès de média contre Marcel Vervloesem, sa famille et le Werkgroep Morkhoven. La censure est totale et le ministre de la justice est responsable pour cette nouvelle situation.


Marcel Vervloesem interview de Serge Garde par...

http://www.dailymotion.com/video/x9ogjg_marcel-vervloesem...

Soutenez Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, 2300 Turnhout

Werkgroep Morkhoven sur Facebook:https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

C'est possible que la Justice belge qui censure toute l'information de l'affaire Zandvoort (90.000 victimes), bloque le lien à ce vidéo.  (Les liens à Facebook 'Marcel Vervloesem', 'Werkgroep Morkhoven', 'Jan Boeykens', 'Pcesse de Croÿ', sont régulièrement bloqués)

16-01-11

La mère de Marcel Vervloesem

Nos plus sincères condoléances, cher Marcel

16 janvier 2011
Marcel Vervloesem, quand il a fait une grève de la faim pour sortir trois membres de sa fratrie, psychiatrisés pour cacher les abus des enfants dans les institutions

Marcel Vervloesem, quand il a fait une grève de la faim pour sortir trois membres de sa fratrie, psychiatrisés pour cacher les abus des enfants dans les institutions

La mère de Marcel Vervloesem a demandé à le voir sur son lit de mort, mais sa fratrie s’est opposée aux dernières volontés de la mourante. Maria Van Gompel est décédée le 11 janvier 2011, sans pouvoir demander pardon à son fils. Marcel  est l’aîné de dix enfants, dont sept ont été abandonnés à la naissance. Il se croyait orphelin jusqu’à ce qu’un officier de l’Etat civil lui demande l’autorisation de sa mère pour qu’il puisse se marier avant l’âge de 21 ans.  Sa mère la lui a refusé.

Marcel est un diamant sur un tas de fumiers. Il a fait sa première grève de la faim pour sortir trois d’entre eux de la psychiatrie, où ils avaient été internés pour cacher les sévices qu’ils avaient subis dans les institutions. Il a brillé par son charisme et sa vocation de protéger les enfants abandonnés, avec l’ONG Morkhoven.  Il est parvenu en dix minutes à faire voir à un procureur portugais, ce que la justice belge n’avait pas vu en dix ans. Le dossier allait le mener au réseau  Zandvoort, le commanditaire de photos d’abus sexuel d’enfants, pour les revendre à des magazines pornographiques.

En mai 1998, les médias ont été avisés d’un contrat d’impunité à qui parviendrait à expliquer l’aveuglement des ministres belges. Les journalistes de Het Nieuwsblad, la Gazet van Antwerpen, Het Laatste Nieuws et Telefacts (VTM) ont mis quatre mois à monter une cabale. Ils ont trouvé le maillon faible dans la famille de Marcel. Un de ses demi-frères, qui a « trouvé » les moyens d’offrir 15.000-FB (sic – 375-€) à quiconque prétendrait avoir été violé par Marcel durant leur minorité.

Dix ans plus tard, les meilleurs amis de Marcel sont traités en poseurs de bombe, condamnés à enlever leurs souliers, même un pied cassé et à passer par des détecteurs de métaux, pour le persuader à renoncer à mourir pour la cause en prison.  Il a été sauvé par la lumière de Dieu, qui l’a hydraté lorsqu’il a été mis en régime de déshydratation, qui stoppé l’évolution de son cancer et empêché que son cœur ne cède aux interdictions de traitements essentiels. 

Marcel a été libéré sous des conditions qui doivent prévenir toute diffusion de l’information sur le réseau Zandvoort. Il n’a plus le droit de nous écrire ou de nous téléphoner, alors qu’il nous a téléphoné tous les jours de la prison durant deux ans.  Nous avons sacrifié nos réveillons de Noël et de Nouvel an deux années consécutives pour lui remonter le moral, mais nous ne pourrons fêter sa libération ou l’inviter au restaurant avant 2012.

La fratrie pensait verser des larmes de crocodiles à l’enterrement du fils prodige, mais elle les versa lorsqu’il a été libéré en vie, et elle les versera à l’enterrement de leur mère. Maria Van Gompel  a eu peur de l’enfer, pour avoir protégé le frère ennemi de celui de ses fils, qui a été sauvé par la lumière de Dieu.  Tous ont caché à Marcel que sa mère se trouvait aux soins palliatifs d’un hôpital à deux pas de chez lui, où il est lui-même soigné.

Marcel est si différent de la fratrie,  qu’on ne peut leur imaginer un père commun. Pourquoi une très jeune fille se marie-t-elle à la hâte, pour abandonner son premier-né avec le patronyme de son mari ? L’identité du père de Marcel a-t-elle motivé obstruction aux dernières volontés de sa mère ? Qui est tombé amoureux de Maria Van Gompel, une très jeune fille de Lier, le 14 janvier 1952 ?

http://blog.droitfondamental.eu/wordpress/?p=943

http://www.facebook.com/profile.php?id=100000757324550&am...