23-09-14

Justice belge: cryptage du'n blog du Werkgroep Morkhoven

21.9.14.4.jpg

L'association Werkgroep Morkhoven qui a révélé le réseau de pornographie d'enfants de Zandvoort, pense que la justice belge est derrière le cryptage du blog http://fondation-princesse-de-croy.skynetblogs.be/ du Werkgroep Morkhoven 

L'an dernier, la fille de l'activiste Marcel Vervloesem et ses trois enfants mineurs étaient terrorisés pendant six mois. 

La justice de Turnhout qui a étouffé l'affaire Zandvoort, ne faisait aucune enquête contre la bande des terroristes parce qu'il y a un an qu'un membre de ce bande a accusé Vervloesem à nouveau à tort et la Justice veut en profiter pour d'imposerà nouveau un bâillon sur Marcel Vervloesem.

-----------

 

'Le site Web que vous allez ouvrir contient un logiciel malveillant

Les individus malveillants actuellement à l'œuvre sur le site www.flixya.com pourraient 

tenter d'installer des programmes dangereux sur votre ordinateur, de manière à récupérer 

vos informations (par exemple des photos, des mots de passe, des messages et 

des numéros de carte de paiement) sans votre autorisation, ou à les supprimer.

La fonctionnalité de navigation sécurisée Google a récemment permis de détecter des logiciels malveillants sur le site

fondation-princesse-de-croy.skynetblogs.be. Un site Web qui est normalement sans 

danger peut parfois être infecté par des logiciels malveillants. 

Le contenu en cause provient de l'hôte "www.flixya.com", une source de logiciels 

malveillants connue.'

05-05-14

Abus sexuels enfants: Marcel Vervloesem à nouveau hospitalisé

marcel.2.jpg

28 Avril 2014

Marcel Vervloesem, le militant de l'association belge 'Werkgroep Morkhoven' qui a été persécuté et stigmatisé pendant une 15 zaine années par les authorités belges qui voulaient étouffer sur ce façon l'affaire pédopornographie de Zandvoort, est hospitalisé à nouveau.

 
Vervloesem qui est très malade et qu'on a refusé ses médicaments en prison, a eu un cancer, a des problèmes très graves au cœur et aux reins.  Il a aussi le diabète et nécessite beaucoup de médicaments.
 
Il y a quelques jours qu'il ne se sentait pas bien à sa maison. patient se sent pas bien. Puis il est tombé au sol , il a attrapé une casserole d'eau bouillante qui était sur la cuisinière à gaz. Sa jambe gauche a été brûlé au troisième degré et les spécialistes pensent à une intervention chirurgicale.
 
Il souffre beaucoup et l'accident est une grave problème pour son cœur (une intervention chirurgicale à son cœur n'est plus possible parce que les risques sont trop grands).
 
Ce qui a sans doute joué un rôle dans la dégradation de l'état de santé de Vervloesem est le fait qu'il y a environ deux ans, que la justice belge a poursuivi Vervloesem à nouveau à cause «d'abus sexuel». La 'preuve' de cette nouvelle accusation était une histoire imaginaire de son neveu Dimitri qui, comme d'habitude, était publiée dans le journal 'Het Nieuwsblad'.  
Il est à noter que ce Dimitri a de bons contacts avec Victor V., le demi-frère de Vervloesem. Celui-ci  et quelques des ses amis homosexuels, accusait Vervloesem «d'abus sexuels» il y a 15 ans. Les accusations étaient fondées sur des soi-disant faits qui auraient eu lieu au passé. Ces histoires étaient aussi publiées par certains journalistes du journal 'Het Nieuwsblad'  qui ont de bonnes relations avec le pouvoir judiciaire.  
C'était juste au moment que la presse internationale, y compris les trois journaux principaux  japonais, venait au village Morkhoven pour interviewer Vervloesem autour sa découverte de l'affaire Zandvoort qui, selon un rapport de la police fédérale belge, comptait 88.539 enfants maltraités et sexuellement abusés.
 
Comme précédemment avait été le cas, les juges de Turnhout qui ont étouffés l'affaire pédopornographique de Zandvoort, ne considèrent pas les déclarations justificatives qui démontraient l'innocence de Vervloesem dans le cas de Dimitri.
 
Les juges de Turnhout  sont aussi restés observateur passifs, au moment que ce nommé Dimitri, avec l'aide de Victor V., a commencé à terroriser la fille et la petite-fille de 15 ans de Vervloesem. Grâce au silence des juges, la terreur, a duré plusieurs mois. 
Les blogs de l'association Werkgroep Morkhoven étaient également fermés pendant des plusieurs mois pour empêcher qu'on rapporterait de ce scandale judiciaire qui est connecté à l'étouffement de l'affaire Zandvoort. 
 
La fille et les amis de Vervloesem avaient dénoncé à plusieurs reprises à la police de la ville d'Herentals et de Turnhout.  Les plaintes été accompagnés par les preuves nécessaires. 
 
Victor V. et le nommé Dimitri n'ont jamais été poursuivi pour ces actes terroristes. Le Comité P, un organe parlementaire doit vérifier le comportement de la police, écrivait récemment qu'elle effectuer at aucune enquête 'parce que le ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet (cdH, démocrates-chrétiens) avait déjà contacté le procureur de la justice de Turnhout'. De cette façon, l'affaire est à nouveau étouffée et nous nous retrouvons dans un cercle vicieux.
 
Le Ministre de la Justice belge Annemie Turtelboom (Open VLD, Parti Libérale) laissait répondre par un employé de son cabinet 'qu'elle ne peut rien faire en raison du principe de la séparation des pouvoirs', tandis qu'elle a nommé le procureur Jan Poels de la Justice de Turnhout comme chef de son cabinet. L' étouffemment de l'affaire Zandvoort et les actes terroristes sont donc le résultat de la corruption politique et judiciaire.
 
L'enquête dans l'affaire Zandvoort et les poursuites des petits criminels qui peuvent terroriser la des citoyens innocents et la famille de l'activiste Marcel Vervloesem, sont donc complètement bloqués par les autorités belges corrompus.
Le tribunal de Turnhout va certainement continuer à utiliser toutes sortes de petits criminels qu'ils peuvent utiliser à détruire la santé de Vervloesem.
 
Ce qui est très grave dans cette affaire est le fait qu'il y a 30 procès-verbaux de Victor V. concernant des infractions sexuelles sur des petits garçons. Ils ne sont jamais enquêtés tandis que chaque accusation de Vervloesem est suivi par une poursuite et une persécution dans les médias belges qui soutenont la corruption et ne parlent jamais de l'affaire Zandvoort.
Victor V. qui peut à peine écrire est inconditionnellement soutenu par le maire de Herentals Jan Peeters,  qui est comme lui, un membre de la direction du parti socialiste flamande.
Jan Peeters, à son tour, est aussi un membre du Parlement du parti socialiste.
Dans les années 90, il était le secrétaire d'État et le ministre de la Sécurité. Premier Di Rupo qui est un gay prononcée était Vice-Premier dans ce temps.
Victor V. est devenu conseiller municipal. Il a été nommé comme: membre de la direction de 'Geelse Huisvesting' (logements sociaux), membre de la direction du centre public d'aide sociale, président du Comité pour la sécurité et la police d'Herentals et membre de la direction du Conseil de la police locale dont Peeters est le président. Il représente la ville d'Herentals dans 2 deux intercommunales.
Durant les mois que la petite-fille et la fille (qui a 2 autres petits enfants) de Vervloesem étaient terrorisés,  on utilisait un scanner de la police. Il y a des témoins qui ont vu ce scanner dans la voiture de Victor V.  qui était stationné  près de la maison de la famille Vervloesem. Dans la voiture se trouvait Victor V. et certains membres du gang...

22-02-14

La Justice belge sépare les mères de leurs enfants

http://youtu.be/lNmpPwuUiu0
https://www.youtube.com/watch?v=lNmpPwuUiu0#t=94

La Convention internationale des droits de l’enfant

La Convention relative aux droits de l’enfant a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée Générale des Nations Unies le 20 novembre 1989. Composée de cinquante-quatre articles, la Convention se veut un instrument exhaustif qui établit des droits définissant des normes et principes universels relatifs au statut des enfants. Elle reconnaît aux enfants des libertés et des droits fondamentaux tout en prenant en compte leur besoin de recevoir une assistance et une protection spécifiques en raison de leur vulnérabilité. La Convention fut le premier traité international relatif aux droits de l’homme qui rassemblait en un seul document aussi bien les droits civils et politiques que les droits économiques, sociaux et culturels. Aujourd'hui, elle reste l’outil international relatif aux droits de l’homme le plus largement ratifié.

La Convention des Nations Unies est entrée en vigueur en Belgique le 15 janvier 1992 suite à l’adoption d’une loi et de décrets d’approbation des différentes entités fédérées. Le décret d'approbation a été adopté par la Communauté française le 3 juillet 1991.

L'article 42 de la Convention est libellé comme suit: les Etats parties s'engagent à faire largement connaître les principes et les dispositions de la présente Convention, par des moyens actifs et appropriés, aux adultes comme aux enfants.

Comme l'Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse a dans ses missions la mise en oeuvre de cet article spécifique de la Convention, nous vous proposons de découvrir la Convention sous trois formes différentes

À télécharger :

Texte intégral de la Convention adopté par les Nations Unies.

Texte de la Convention dans un langage adapté aux enfants (childfriendly).

Illustration de la Convention par une affiche pour enfants (childfrienldy)

___

Un principe intangible : l’enfant a droit à ses deux parents:
http://www.homme-culture-identite.com/article-l-enfant-a-droit-a-ses-deux-parents-note-en-faveur-de-la-residence-alternee-en-cas-de-separation-111928348.html

Tous les enfants ont droit à leurs 2 parents, leurs 2 familles et leurs 2 cultures:
http://enfantetsondroitlyon.webnode.fr/

Charte Africaine des droits et du bien-être de l'enfant
'Tout enfant qui est séparé de 1'un de ses parents ou des deux a le droit de maintenir des relations
personnelles et des contacts directs avec ses deux parents régulièrement':

http://www.achpr.org/fr/instruments/child/

21-11-13

Justice belge: Marcel Vervloesem à nouveau condamné

di.rupo.milquet.turtelboom.jpg

Bruxelles, 20 novembre 2013

La cour pénale de Turnhout a de nouveau condamné Marcel Vervloesem pour avoir soi-disant abusé sexuellement d'un mineur. Cette condamnation est basée sur des écoutes ridiculement falsifiées, qui ont possiblement été fabriquées par les services judiciaires de la cour même qui vient de prononcer le verdict.

Les juges de la cour de Turnhout continuent d'être frustrés par le fait que depuis dix ans  ils  ne réussissent pas dans leurs efforts pour étouffer l'affaire pédopornograpique de Zandvoort, qui selon la police fédérale elle-même a fait autour de 90.000 victimes.

Il y a un an, il était déjà clair pour le Werkgroep Morkhoven que la police ne souhaitait pas intervenir contre une bande de jeunes qui des mois durant harcelait la fille et la petite fille agée de 15 ans de Marcel Vervloesem, exerçant une véritable campagne de terreur contre elles.

La soi-disante victime de Marcel Vervloesem participait à cette campagne en envoyant des sms et des mails contenant des menaces de mort et à la jeune fille. La mère de la fille avait imprimé ces textes pour les ajouter ensuite à la plainte qu'elle a déposée chez la police de Herentals.

Comme la cour de Turnhout ne souhaitait pas alors enquëter sur ses sms et mails imprimés, nous publieront sous peu leur contenu sur le Web.

Nous ferons de même avec toutes  les lettres que nous avons  écrites dans le passé au ministre Elio de Rupo, au Conseil Superieur, à la Commision P, et aux ministres de l'Interieur et de la Justice (Milquet, du parti cdH., -et Turtelboom du VDL), c'est à dire à tout ceux qui ont co-signé le 'Project National pour la Sécurité' mais qui ont refusé de prendre leur responsabilité dans cette affaire.

Durant leur longue campagne de terreur d'il y a un an, la bande de jeunes avait même pu utiliser un scanner de la police pour surveiller la famille Vervloesem. Les menaces contre cette famille ont même abouti à un attentat sur la vie de la fille de Marcel Vervloesem. On utulisait également des petit cocktails Molotov pour terroriser la famille. Pendant toute cette période, les blogs Skynet du Groupe Morkhoven étaient inaccessibles pour les membres du Groupe. Mais cela n'avait pas l'effet désiré, puisque le Groupe Morkhoven avait réussi à donner suffisament de publicité à l'affaire pourque Skynet soit finalement honteusement forcé d'admettre sa défaite en de réouvrir les blogs au Groupe.

Pour la ministre Turtelboom, cette affaire se produit à un moment délicat, puisque le Werkgroep Morkhoven est en état de prouver qu'elle est coresponsable pour cette nouvelle manoeuvre d'etouffement, et que ce n'a pas été un hasard que le Procureur Jan Poels de Turnhout a été nommé par elle au poste du directeur de son cabinet.

Le Werkgroep Morkhoven peut donc dès maintenant annoncer qu'il va faire son mieux pour éviter la réélection de Mme Turtelboom dans le nouveau gouvernement fédéral qui sera choisi l'année prochaine.

-----
Sur la photo: Premier-Ministre Elio di Rupo, la Ministre Turtelboom (sur la gauche) et la ministre Milquet lors de la présentation du 'Project National pour la Sécurité' qui énonçait que 'la sécurité de tous les citoyens était une priorité absolue pour le gouvernement'.

Marcel Vervloesem est diabétique, il souffre d'une malade renale et cardique, et il a le cancer. De ce dernier il a été opéré. Ses maladies ont nécessité plus de 20 admissions d'urgence à l'hôpital. Dans le prisons de Bruges et Turnhout, lors de sa précédente condamnation, il ne recevait pas les soins et les médicaments dont il avait besoin dans son état. Pour l'opération ouverte au coeur qu'il devait subir pedant cette période, on avait crû nécessaire de l'attacher avec des chaînes à la table opératoire. Les juges de la cour de Turnhout lui on imposé en 2006 une interdiction de parler avec la presse et les média, - interdiction qui est toujours en vigueur. Bien que membre de la direction du Werkgroep Morkhoven, on lui a interdit de participer aux réunions de la direction du groupe, comme à celles de ses membres. Il n'a ni le droit de collaborer avec des organisations luttant contre les abus sexuels d'enfants, ni le droit de rencontrer ses amis du Werkgroep, ou de les écrire ou télephoner, bien qu'ils lui ont fidèlement rendu visite chaque semaine durant son précédent séjour de 2 ans en prison. De même, il lui est interdit de quitter le pays, pour l'empêcher de participer à des conférences sur la pédocriminalité, de peur qu'il n'y parle de l'affaire Zandvoort.


Un grand merci à notre traducteur Nasus Ovidius

02-05-13

Justice belge: l'affaire Maoloni

Justice.belge.Maoloni..jpg

DEMISSION DE MES DEUX AVOCATS BELGES CE 29/04/2013

CE 29/04/2013, MES DEUX AVOCATS BELGES ONT DÉCIDE DE NE PLUS ME DÉFENDRE DANS LE CADRE DES PROCÉDURES EN COURS EN BELGIQUE !!!

EMAIL ENVOYÉ A MAITRE B  ET MAITRE C
Italie, le 1er mai 2013


Maîtres,

J’ai bien reçu votre courrier que vous m’avez transmis ce 29/04/2013, jour de la naissance de ma fille Fiona dont je suis privée, ILLÉGALEMENT ET INHUMAINEMENT,  de tout contact, par la justice de Mons, depuis 6 longues années.

Dans votre courrier, vous m’informez votre démission dans le cadre de l’ensemble des procédures en cours dans mon affaire, à cause de certaines publications diffusées sur le net.

Je  tenais à vous transmettre toutes mes FÉLICITATIONS pour cette décision subtilement choisie à la veille d’audiences fixées pour des procédures d’une extrême importance en ce qui me concerne : exequatur de l’arrêt de la Cassation italienne, mandat d'arrêt pour enlèvement d’enfants et mes droits aux relations inter-personnelles avec mes enfants !!!

Vous devez vous sentir soulagés actuellement pour vous être débarrassés de ce dossier si dérangeant au sein du milieu judiciaire montois,ceci en prenant l’excuse de mes publications sur le net !

Il y a déjà longtemps que vous aviez ce souhait de démissionner mais l’occasion ne s’y présentait pas…

Dans le cadre de mon affaire, nul besoin de compétences professionnelles mais plutôt de courage à ne pas se laisser corrompre par un système qui protège la pédo-criminalité.

Le pouvoir de la VÉRITÉ pour le BIEN-ÊTRE ET LA PROTECTION DES ENFANTS doit être supérieur au pouvoir criminel envouté par le MAL !

Votre décision ne m’étonne pas, vous savez !
Je reste convaincue que vous êtes de « bons »avocats c’est-à-dire ayant la parfaite connaissance théorique des lois belges,mais hélas, dans mon affaire, cela n’est pas suffisant !

Croyez-moi, je n’éprouve aucun ressentiment à votre égard et respecte votre choix.

En ce qui me concerne, je continuerai à suivre le chemin de la VÉRITÉ (et non d’UN POUVOIR COMPLICE QUI PROTÈGE LES CRIMINELS DE L’ENFANCE).  
Ceci par AMOUR pour mes deux filles et par respect de la promesse que je leur ai faite : JAMAIS JE NE LES ABANDONNERAI !

Que Dieu me donne la force, la santé dans cette guerre impitoyable et m’apporte des ANGES à mes côtés pour combattre ces démons qui tuent nos enfants !

Je vous prie de croire, Maîtres, en l’assurance de mes salutations distinguées.

MAOLONI Maria-Pia
MAMAN de FIONA et MILLA ANTONINI
http://fionaetmilla.blogspot.com/

10-06-12

Marie-France Botte

Marie France Botte.jpg

Barones Marie-France Botte


Zaak-Dutroux

Tijdens zijn onderzoek naar de ontvoering van miljardairszoon Anthony De Clerck vond hij en zijn speurdersteam langs het meer van Nisramont de villa terug waar de jongen werd gegijzeld. Maar Bourlet's grootste verdienste bereikte hij tijdens het onderzoek naar de Zaak-Dutroux in 1996. Bourlet slaagde erin Marc Dutroux en zijn bende op te rollen en zijn jarenlang vermiste slachtoffers op te sporen. Bourlet werd legendarisch toen hij op 23 augustus 1996 in een rechtstreekse tv-uitzending van de RTBF fel reageerde op een uitspraak van barones Marie-France Botte. Zij was nogal sceptisch of alle prominente figuren wiens schuld bewezen was daadwerkelijk vervolgd zouden worden? Bourlet reageerde hierop verontwaardigd: "Si on me laisse faire!" ("Als men mij laat begaan!") Bourlet en Jean-Marc Connerotte kregen van de Belgische bevolking enorm respect en lof vanwege hun onvoorwaardelijke inzet om de zaak op te lossen, ondanks alle tegenwerking van hogerhand. In zijn memoires verklaart Bourlet dat zijn telefoon jarenlang werd afgetapt om hem op een misstap te kunnen betrappen zodat hij van het onderzoek kon worden afgehaald. Toen Connerotte vanwege het spaghetti-arrest van de zaak werd weggehaald ontstond er onder de Belgische bevolking publieke verontwaardiging, alhoewel het juridisch gezien volstrekt normaal was.

http://nl.wikipedia.org/wiki/Michel_Bourlet

--------

 

Lettre ouverte de Marie France Botte

 

«Dernière Heure» du samedi 24 août 1996 page 3

 

Élisabeth, Julie, Mélissa et tant d'autres, nous ne vous oublierons jamais.

Vos petits regards d'enfants aux yeux pétillants de vie hanteront nos coeurs pour toujours.

Nous poursuivrons chaque jour notre lutte contre cette gigantesque pieuvre que représentent le trafic d enfants et son cortège de douleurs.

En acceptant l'existence de ces réseaux et de viols d'enfants, nous perdrions à jamais notre sens de l'humanité. C'est pourquoi la Belgique entière a refusé d'accepter l'inacceptable, en étant auprès de vous, chacun à sa manière.

 

Dans la cathédrale de Liège, où, au milieu de cette immense souffrance, vous, parents de Julie et Mélissa, étiez dignes, presque sereins.

Certainement parce que vous êtes les seuls à vous être battus jusqu'au bout pour retrouver vos enfants, espérant, avec la force du désespoir, les serrer encore entre vos bras. Vous êtes innocents, blancs comme la pureté de vos petites filles: Et où qu'elles soient aujourd'hui, elles le savent. Ne l'oubliez pas.

Dans l'église, les journalistes, les photographes, les prêtres, tous pleuraient. La compassion était revenue parmi nous. Merci petites filles, en partant vous nous avez laissé un message:« Redevenez humains »

 

Depuis dix ans, en Asie du Sud-est, mais aussi aux côtes de Claude Lelièvre en Belgique, je lutte contre cette épouvantable exploitation. Dans la cathédrale, noyée dans mes larmes, je n'ai pu arrêter le film qui se déroulait à l'intérieur de moi.

Combien d'enfants ai-je vu mourir en dix ans, tués par leurs agresseurs, contaminés HIV par ceux-ci. Combien de brûlures de cigarette, de fractures, de petits regards perdus à jamais dans la profondeur de l’horreur

Les larmes des enfants et des parents aussi ont été si nombreuses que la mer pourrait déborder. Combien d'enfants, là-bas, ici, ont souffert dans la plus grande solitude, seuls face à leurs agresseurs

 

Combien d'heures d'angoisse et de peur avons-nous vécues avec nos équipes, peur des représailles, peur que la pieuvre se réveille et nous étouffe. Brûlures de cigarette, fractures, appels anonymes... la liste est longue.

Aujourd'hui, plus que jamais, nous devons lutter pour faire reculer l'horreur.

 

Monsieur Wathelet, vous avez déclaré que votre conscience était en paix. Je ne vous crois pas.

Parce que aucun être humain ne peut avoir aujourd'hui la conscience en paix. Vous avez signe un document qui a permis à un être humain délinquant et malade de commettre l'inacceptable. Deux avis négatifs étaient suffisants pour arrêter le processus de libération conditionnelle. Toutes les conditions étaient réunies, mensonge, lâcheté...

Un psychiatre de 82 ans suivait le dossier: permettez-moi de douter de l'efficacité!

 

J'ai espéré et je continuerai à espérer que quelqu'un, dans notre gouvernement, lèvera la main au nom de vous tous, pour dire aux parents des victimes, simplement: « Nous sommes responsables de la violence qui a été faite à vos enfants ».

Une voix, une seule, pour reconnaître, avec humanité et compassion, vos responsabilités hommes politiques.

 

De grâce royale en récidives, combien de temps encore devrons-nous attendre pour qu'une politique cohérente de lutte contre la pédophilie s'installe?

Combien d'enfants devront être sacrifiés ici et là-bas

 

Difficile, Monsieur De Clerck, de gérer la situation actuelle, au milieu d'un deuil collectif, où une fois de plus la solidarité belge fonctionne face à la mort.

Je vous ai rencontré plusieurs fois et je suis convaincue que vous ne direz jamais que votre conscience est en paix; parce que vous savez, mieux que nous, que des erreurs ont été commises.

Alors, je vous demande au nom des victimes, au nom des enfants, de vous battre pour obtenir les changements que nous réclamons... Vous battre pour que notre justice reprenne une forme humaine.

 

L'heure est au lynchage. La population veut voir de près la mort de M. Dutroux. Je vous demande de réfléchir. Julie, Mélissa et toutes les autres victimes ont droit à un procès, à un face-à-face avec notre justice. Ne les privez pas, une fois de plus, de leurs droits.

 

L'enlèvement des fillettes, les violences sexuelles, la pornographie, le passage des frontières ne se gérent pas en entreprise familiale.

Pour qu'un réseau de pédophilie, pour que la machine infernale fonctionne, il faut impérativement des consommateurs d'enfants protégés. Il faut des soutiens financiers et politiques.

Monsieur De Clerck, dans tous les réseaux de diffusion de cassettes pornographiques, une liste de clients existe.

Dans le cas présent, Monsieur Dutroux serait connecte à des clients belges et internationaux.

Les carences de l'enquête ainsi que les moyens financiers importants de Dutroux m'amènent â vous demander si vous possédez une liste de consommateurs.

Nous attendons de vous, Monsieur De Clerck, la transparence.

 

Marie-France Botte

 

Marie-France Botte se dit convaincue de l'existence d'une protection de Marc Dutroux.

Au siège de son asbl, les pétitions pour une politique cohérente en matière de pédophilie reviennent par centaines (11, avenue de la Jonction. 1060 Bruxelles. Tél: 02/534.16.28.)

----------

 

 

Marie France Botte étranglée (« Soir illustré » du mercredi 16 octobre 1996 page 40)

Celle qui consacre sa vie à la lutte contre les pédophiles a reçu plus d'une fois des menaces.Jamais aussi grave que cette fois. Pourquoi ?

Qui en veut à Marie-France Botte? En mai dernier, la jeune femme avait découvert le hall de son immeuble de Forest recouvert de graffitis au mercurochrome entourant des coupures de presse et une photo de sa fillette placardée sur les murs.

- Mercredi dernier, alors qu'elle rentrait vers 22h20 d'une conférence à Wodecq, dans les environs de Lessines, elle a été physiquement agressée dans le même hall de son immeuble.

Selon le témoignage de Marie France Botte, un homme chauve, d'une quarantaine d'années, l'a d'abord frappée violemment dans le dos; puis, la plaquant contre le mur, a tenté de l'étrangler en la serrant fortement à la gorge.

Je peux vous dire que cette fois, j'ai cru que ma dernière heure était venue, raconte-t-elle.

- Marie-France Botte, qui a déjà subi deux agressions en Thaïlande, connaît des éléments de self-défense. Elle s'est laissée tomber au sol, ce qui a fait lâcher prise à son agresseur. Profitant de ce répit, la jeune femme s'est alors précipitée vers la seconde porte du hall, celle donnant à l'intérieur de l'immeuble qui, par chance, était restée entrouverte, pour s'y engouffrer et empêcher son agresseur de la suivre.Je n'ose pas imaginer ce qui se serait passé si la porte avait été fermée.

Selon les dires de Marie-France Botte, pendant l'agression, l'individu lui a dit: «Tu vas payer pour tous; je vais te tuer», une menace similaire à celle qui avait été proférée la veille, par téléphone, sur  le GSM de Marie France Botte dont - fait curieux – seules quelques personnes de confiance, dans son entourage, connaissent le numéro.

Trois minutes après l'agression, la police de Forest arrivait sur place pour les constatations d'usage. Après sa déposition au poste de police, Marie-France Botte s'est rendue à l'hôpital Saint-Pierre, pour recevoir les soins qui s'imposaient. Des lésions au cou l'obligent à porter une minerve. Mais les blessures n'étant pas graves, elle ne devra la porter que pendant quelques jours.

Reste à savoir qui en veut à Marie-France Botte au point de vouloir l'assassiner. Selon une information parue dans le journal « De Morgen », vendredi, Marie France Botte aurait été agressée par l'un des membres d'un important réseau de prostitution enfantine existant depuis 25 ans, mettant en cause d'importantes personnalités de premier rang, dont Marc Dutroux n' était qu'un «fournisseur». Mais il n'apparaît pas que Marie-France Botte ait disposé d'informations précises et circonstanciées relatives à l'existence d'un tel réseau, ni qu'elle les ait fournies aux enquêteurs.

La semaine dernière, on a reçu, à l'organisation, une ancienne victime de Dutroux-Nihoul, une personne qui a aujourd'hui 25 ans. Mon agression est peut-être liée à cela ?

Jean-Marc Veszely

----------

 

ACCUSEE D'AVOIR DETOURNE 60 MILLIONS DE FRANCS, MARIE-FRANCE BOTTE PASSE A L'OFFENSIVE

LEPRINCE,PATRICE

Page 14

Mardi 8 juillet 1997

Accusée d'avoir détourné 60 millions de francs

Marie-France Botte passe à l'offensive

L'enquête ouverte sur Marie-France Botte dans le cadre de ses activités de lutte contre la pédophilie en Thaïlande se poursuit. Les enquêteurs viennent d'entendre Sanphasit Koompraphant, le directeur du CPCR, le Centre pour la protection des droits de l'enfant, basé à Bangkok. Selon ce témoin, Marie-France Botte aurait récolté de l'argent, près de 60 millions de francs, au nom de l'association alors qu'elle n'en faisait pas partie. Koompraphant accuse aussi, et surtout, la Belge de ne jamais avoir reversé le moindre franc au CPCR.

Marie-France Botte n'a pas attendu le résultat de l'audition pour se défendre. Dans un communiqué de presse, elle conteste vivement le témoignage de Sanphasit Koompraphant et rappelle avoir déposé plainte contre lui le 5 mars 1997 pour propos calomnieux et diffamatoires. Elle affirme d'autre part n'avoir jamais revendiqué appartenir au personnel du CPCR, mais seulement avoir collaboré avec lui, raison pour laquelle elle était autorisée à récolter des dons. Concernant le versement desdits dons, Mme Botte précise qu'en 1994, Koompraphant a perçu, au nom du CPCR, un chèque de 25.000 dollars, une somme provenant du prix des Droits de l'homme qui lui avait été attribué par la fondation Reebok en 1993.

Outre les actions judiciaires, ce qui inquiète surtout la Belge aujourd'hui, c'est la situation catastrophique dans laquelle se trouvent ses équipes sur le terrain. Pour elle, il y a maintenant urgence car, privée de financement, l'Opération Marie-France Botte risque bien en effet de péricliter. Difficile, donc, pour Marie-France Botte et les siens d'attendre la fin des procès en cours.

P. Le.

http://archives.lesoir.be/accusee-d-avoir-detourne-60-mil...

 

----------

Zelfmoordpoging - eind 1998

Marie-France Botte, een internationaal befaamde Waalse kinderrechtenactiviste, en fervent aanklaagster van pedofilienetwerken, spreekt in augustus 1996 van bescherming van hooggeplaatste pedofielen. Haar vereniging wordt voortdurend ondermijnd en moet uiteindelijk de deuren sluiten. Ze trachtte zich eind 1998 te zelfmoorden door een brandend middel in te slikken.

---------

 

Marie-France Botte inculpée - 20.7.2002

Pour faux, usage de faux et abus de confiance (détournement)

BRUXELLES Le juge bruxellois Jean-Claude Van Espen a inculpé Marie-France Botte de faux et d'abus de confiance. Cette double inculpation sanctionne les activités que Marie-France Botte, à travers une asbl, mena dans les années 1990 en faveur des enfants maltraités et exploités sexuellement au Cambodge et en Thaïlande. Le parquet confirme. Selon nos infos, Marie-France Botte est inculpée 1) d'abus de confiance - ce qui s'appelle aussi: détournement de fonds - ainsi que 2) de faux et d'usage de faux.

L'instruction, qui durait depuis cinq ans, est à présent clôturée. Le juge Van Espen a communiqué le dossier au parquet de Bruxelles. Il y sera traité par la section financière. La substitute Mme Mahieu prépare la chambre du conseil. Celle-ci décidera - ou non - de renvoyer Marie-France Botte devant le tribunal correctionnel.

A ce stade, il importe de rappeler qu' inculpé ne signifie pas condamné. Marie-France Botte reste présumée innocente. D'autant, selon le parquet, que MFB conteste les faits reprochés... et que ceux-ci n'ont certainement pas l'ampleur annoncée à grands fracas en décembre 1996, quand certains médias parlaient de dizaines de millions détournés. Reste que techniquement, Marie-France Botte est inculpée!

Selon le parquet, les problèmes principaux se rapportent à la comptabilité - pas toujours très orthodoxe - et à certains types de dépenses (abusivement pris en charge par l'asbl). L'asbl Opérations récoltait en Belgique des fonds qui devaient servir à la cause des enfants maltraités dans le sud-est asiatique. Ses donateurs qui lui faisaient confiance avaient droit à ce que leur argent ne permette pas à Mme Botte et à son ami de passer un week-end de remise en forme dans les Ardennes ou à payer des honoraires d'avocats! Marie-France Botte réplique que les statuts de l'asbl le lui permettaient: on verra!

Août 1996. Débuts de l'affaire Dutroux. Marie-France Botte est au faîte de sa gloire. Elle est Femme de l'année. Le Roi Albert II la fait baronne. Elle assiste aux funérailles d'An et Eefje à Hasselt et y est très applaudie. Elle dénonce les filières pédophiles - pas toujours à bon escient. Elle passe pour la meilleure spécialiste de la prostitution enfantine. Tout s'écroule trois mois plus tard: une plainte est déposée au parquet de Bruxelles. Entre-temps, la jeune femme a vécu un enfer personnel dont elle se remettait avec beaucoup de courage.

Gilbert Dupont

© La Dernière Heure 2002

http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/44332/mari...

 

----------

Veroordeeld voor klacht tegen journalist Swennen

 

9 november 2009 - Bron: belga Auteur: kld

BRUSSEL - De Brusselse correctionele rechtbank in eerste aanleg heeft kinderrechtenactiviste Marie-France Botte veroordeeld tot de betaling van 107.628 euro, met aftrek van de voorlopige schadevergoeding. Dat meldt de krant La Dernière Heure. De veroordeling dateert van 16 oktober.

Op 26 oktober 1994 werd journalist Pierre Swennen aangeklaagd in een brief van Claude Lelièvre, die toen de algemeen afgevaardigde voor de kinderrechten van de Franse Gemeenschap was, wegens pedofilie. Het was Marie-France Botte die Lelièvre inlichtte. 

De algemeen bestuurder van de RTBF ontsloeg Swennen onmiddellijk. Na een klacht wegens laster en lasterlijke aangifte kreeg Swennen van de rechtbanken al een voorlopige schadevergoeding van 10.000 euro.

Botte moet Swennen nu dus 107.628 euro betalen, met aftrek van de voorlopige schadevergoeding. Het vonnis houdt rekening met de materiële en morele schade die Swennen leed.

http://www.nieuwsblad.be/article/detail.aspx?articleid=DM...

 

29-04-12

Marcel Vervloesem à nouveau hospitalisé

zandvoortfotos.jpg

Bruxelles, 28.4.2012 - Marcel Vervloesem, incarcéré et privé de soin de santé en dépit de son état cardiaque, a été hospitalisé cette nuit sans en aviser sa famille. Sa libération lui a été refusée hier, par une omission volontaire de joindre à son dossier le rapport psychiatrique de son calomniateur. Le règlement des prisons ne permet d’ouvrir la porte d’une cellule la nuit qu’en cas de danger de mort, en présence du directeur de la prison qu’il faut réveiller pour ce faire, et d’une équipe de six gardes...

------

Pendant 4 mois déjà Marcel Vervloesem, l'homme qui a été poursuivi durant 14 années à cause de ses révélations dans l'affaire pédocriminelle de Zandvoort, est enfermé à la prison de Turnhout où il y tant de prisonniers qu'ils sont tenus de dormir sur des matelats au sol.

Voici une liste avec des hospitalisations et des interventions chirurgicales que Marcel Vervloesem a subie:

1) Cancer malin – Hopital St H. Hart à Lier – 2 fois
2) Reins – 5 fois – Hôpital St Elisabeth à Herentals

3) Pancréas – 2 fois – 1X Hopital St H. Hart à Lier, 1X UIA d’Anvers
4) Urgence en soins intensifs pancréatite 2 –
5) Urgence en soins intensifs pancréatite 1 – UIA d’Anvers
6) Soins intensifs – Hôpital Fabiola à Sambreville/Hôpital St Elisabeth à Herentals 11X
7) Reins – Gasthuisberg à Louvain – 2 X
8. Des problèmes cardiaques opération à l’AZ Imelda Bonheiden – 3X
9) Soins intensifs diabétiques – Hopital St H. Hart à Lier 4X
10) Reins – Hôpital St H. Hart à Lier – 1X
11) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges – 1X
12) Dialyse rénale – Hopital St H. Hart à Lier- 1X
13) Hémorragie interne – AZ St Jan Bruges – 1X
14) Opération – AZ St Jan Bruges – 1X
15) Placement chirurgical de tuyaux de dialyse – AZ St Jan Bruges – 1X
16) Soins intensifs cardiaques – St Elisabeth Turnhout – 1X
17) Urgence soins intensifs anémie (leucémie) – St Elisabeth Turnhout – 1X
18) Urgence soins intensifs – St Elisabeth à Herentals – 1X
19) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges
20) En date du 14 mai 2009 il devait du à des problèmes cardiaque consécutif entre autre au manque de médication et un traitement insuffisant être admit en urgence à l’hôpital AZ Sint Jan Bruges mais la direction de la prison avec son avis négatif a réussi 1 jour avant l’admission sur base du rapport du PSD éviter cette admission

--

Photo des victimes dans l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort qui a été révélé par Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven

12-04-12

l'Affaire pédocriminelle d'Amsterdam: Est-ce que le ministre de la justice belge a caché d'information ?

Robert M..jpgIl y a quelques semaines déjà que le Werkgroep Morkhoven envoyait des documents de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort qui révèlent le réseau pédocriminel autour les crèches d'Amsterdam, au ministre de la justice belge, Annemie Turtelboom (Open VLD, Parti libéral).

Elle demandait au ministre  de les transmettre à la justice hollandaise.  Mais le ministre n'a jamais répondu sur le demande du Werkgroep Morkhoven...

Entretemps l'activist du Werkgroep Morkhoven, Marcel Vervloesem, qui a révélé l'affaire Zandvoort, meurt lentement à la prison de Turnhout. 

Le ministre a été contacté pour que la vie de Marcel Vervloesem pourrait sauver mais elle ne répond pas.

Ce sont les juges Vander Flaas et Jacobs du tribunal de Turnhout qui ont étouffé l'affaire Zandvoort par poursuivre Marcel Vervloesem pendant 11 ans et qui gardent Marcel Vervloesem 'en prévention' depuis 2 mois à la prison de Turnhout.  Le Werkgroep craint qu'ils veulent meurtrier Marcel Vervloesem.

Par hasard le chef du cabinet de ministre Turtelboom qui prêche 'une magistrature impartiale', est le procureur Jan Poels du tribunal de Turnhout...

---------

Une peine de vingt ans de prison a été requise jeudi par le parquet à l'encontre d'un ancien employé de crèche d'Amsterdam, accusé d'avoir commis des agressions sexuelles sur 67 enfants.

«Le parquet a requis contre Robert M. une peine de vingt ans de prison assortie d'une obligation de soins», a déclaré Yvonne van der Leede, une porte-parole du parquet d'Amsterdam, selon laquelle il s'agit de «la peine la plus élevée pouvant être requise pour ce genre de crimes».

«Les abus sexuels d'enfants ne sont pas uniques, mais la gravité, la manière et l'échelle à laquelle l'accusé l'a fait le sont», a ajouté la porte-parole: «de plus, Robert M. n'a pas montré de vrais remords, que ce soit lors des audiences ou lors des interrogatoires».

L'accusé plaide coupable

Le procès de Robert M., un Néerlandais d'origine lettone âgé de 28 ans, qui avait été arrêté le 7 décembre 2011, s'était ouvert le 12 mars à Amsterdam. Ayant reconnu les faits, l'accusé plaide coupable.

Il avait été employé dans des crèches d'Amsterdam entre 2007 et 2010 où étaient gardés des enfants âgés de quatre ans et moins. Il travaillait aussi comme baby-sitter depuis 2009, entrant en contact avec des parents via internet et gagnant leur confiance pour qu'ils lui confient leurs enfants.

Son conjoint, un Néerlandais de 39 ans, comparaît à ses côtés, accusé de possession de documents de pornographie infantile. Le parquet a requis une peine de douze ans de prison à son encontre.

Quatorze jours d'audience étaient prévus lors du procès, en grande partie à huis clos, d'ici au 20 avril. Les plaidoiries de la défense commenceront mercredi. La date du jugement, qui sera mis en délibéré, n'a pas encore été déterminée.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1197...

05-04-12

Abus des enfants: 10 millions de fichiers à caractère pédopornographique...

zandvoortfotos.jpgL'infirmier soupçonné d'avoir abusé d'enfants avait déjà été arrêté au Brésil en 2006

Un infirmier aurait abusé de dizaines d'enfants dans les années 80 et 90, en Belgique, au Brésil et en Pologne. Les enquêteurs ont retrouvé sur son ordinateur 10 millions de fichiers à caractère pédopornographique. L'homme est derrière les barreaux depuis le 31 janvier. Il risque jusqu'à 10 ans de prison.

4 Avril 2012 

Un infirmier psychiatrique de Asse a probablement abusé ces dernières années de dizaines de jeunes garçons, au Brésil, en Pologne et en Belgique. "Il aurait abusé d'environ 23 jeunes garçons âgés entre 8 et 16 ans. Il trouvait ses victimes principalement lors de voyages au Brésil et en Pologne. Il s'agissait pour la plupart d'enfants des rues à qui il offrait un peu d'argent. Il est possible aussi que des enfants belges aient été abusés mais il n'y a pas encore de confirmation à ce stade de l'enquête", a indiqué notre journaliste Jessica Nibelle en direct du journal de 13h.

5 jours de prison au Brésil en 2006

L'homme a été arrêté en 2006 au Brésil où il n'a purgé qu'une peine de 5 jours de prison avant d'être relâché sous conditions. Mais il s'est enfui et est revenu en Belgique où il a continué à exercer son métier d'infirmier dans une institution psychiatrique pour adultes à Grimbergen (centre psychiatrique Sint-Alexius des "Broeders van Liefde"). Mais comment se fait-il qu'il y ait eu tant de temps avant qu'il ne soit inquiété par la Justice ? "Le Brésil a tardé avant d'informer les autorités belges. Ce pays a demandé l'extradition de l'infirmier seulement trois ans après sa fuite. L'homme a été entendu par les enquêteurs belges pour la première fois il y a un an à peine. Des perquisitions ont été menées à son domicile mais elles n'ont rien donné. Les enquêteurs ont finalement perquisitionné chez ses parents où ils ont trouvé des disques durs contenant des millions de fichiers à caractère pédopornographique", a ajouté Jessica Nibelle.

Maximum 10 ans de prison

Il a donc été arrêté pour détention et production de pornographie infantile et pour abus sur mineurs d'âge. L'homme est derrière les barreaux depuis le 31 janvier. Il est arrêté pour détention et production de pornographie infantile et pour abus sur mineurs d'âge. Selon De Morgen, il risque au maximum 10 ans de prison.

"Surpris et choqués"

Le centre psychiatrique Sint-Alexius des "Broeders van Liefde" de Grimbergen (photo) s'est porté partie civile contre cet infirmier qui se trouve depuis fin janvier en cellule. Le centre Saint-Alexius a été informé, fin janvier, de l'existence d'une enquête contre l'individu pour des faits de mœurs. "Cette nouvelle nous a totalement surpris et choqués", explique-t-on au sein de l'institution.

Le pouvoir organisateur, qui a indiqué mercredi avoir offert son entière collaboration à l'enquête, a suspendu l'infirmier en attendant. Le centre Sint-Alexius, qui s'est porté partie civile, n'a pas encore reçu de communication sur le dossier.

http://www.rtl.be/info/belgique/faitsdivers/868547/l-infi...

Photo: quelques victimes dans l'affaire Zandvoort qui est étouffée par le ministre de la justice belge, Annemie Turtelboom (Open VLD, parti libéral flamand, aussi nommé 'Parti des citoyens').  Le Werkgroep Morkhoven demandait au ministre de libérer Marcel Vervloesem qui est, de façon fraduleuse, enfermé par les juges qui l'ont poursuivi durant 11 ans pour étouffer l'affaire Zandvoort.  Mais le ministre ne répond pas.  Le Werkgroep demandait au ministre aussi de transférer les documents de l'affaire Zandvoort où on trouve des informations très importantes sur les abus sexuels dans les crèches d'Amsterdam dont le procès a justement commencé (l'affaire 'Robert M.'), à son collègue, le ministre de la justice néerlandais.  Mais Turtelboom ne réagit pas.

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)


22-03-12

ESCALATION DANS L'AFFAIRE DE MOEURS D'AMSTERDAM

turtelboom-schuld-van-impasse-ligt-bij-koning-en-di-rupo.jpgBruxelles, le 21 mars 2012

A Mme la Ministre Turtelboom 115, Avenue de Waterloo 1000 Bruxelles

Objet: L'affaire pédopornographique de Zandvoort- L'affaire de moeurs d'Amsterdam- L'incarcération et le mauvais traitement de Marcel Vervloesem

Chère Madame,

Bien que j'attends toujours votre réponse à ma dernière lettre, je me permets d'ores et déjà de demander votre attention urgente au sujet des problèmes suivants, puisqu'il est question d'une escalation de la situation autour de Marcel Vervloesem.

Nous avons appris que vos services empêchent désormais M. Vervloesem de faire des appels téléphoniques, Ils font cela en négligeant de verser son argent sur sa carte téléphonique, de sorte que son crédit d'appels est épuisé.

En plus, hier nous avons appris que la prison a essayé de le forcer à laisser l'enveloppe des lettres qu'il écrit ouverte en les envoyant, pourqu'on puisse copier leur contenu avant, - ce qui est clairement une violation du secret épistolaire et de la loi sur les instiutions pénitentiaire en vigueur actuellement.

On a aussi imposé des restrictions au droit de visite de l'activiste depuis son incarcération. Il n'y a que sa fille que a le droit de lui rendre visite. Cela est une enfreinte au droit de visite du détenu. On lui interdit de parler à des journalistes, des parlementaires ou euro-parlementaires, comme à des professeurs aussi. La cour correctionelle de Turnhout lui a imposé il y a quatre ans une interdiction de parler à la presse, ce qui constitue une violation de la liberté d'expression et de la liberté de la presse que la Constitution belge garantit pourtant.

Non seulement on a confisqué le manuscrit du livre auquel M. Vervloesem travaillait, et menacé de l'incarcérer pendant deux ans s'il faisait publier ce livre, mais encore on menace d'enfermer M. Vervloesem dans la cellule d'isolement s'il ose encore parler de l'affaire pédopornographique de Zandvoort. Cela constitue une claire violation de la loi belge sur les institutions pénitentiaires, et c'est en plus une enfreinte aux traités européèns sur les droits de l'Homme, qui interdisent l'intimidation et le traitement arbitraire des détenus.

Aujourd'hui M. Vervloesem n'a reçu aucun courrier, ce qui indique que maintenant on a aussi commencé à bloquer le courrier entre lui et ses correspondants. Cela constitue de nouveau une violation de la loi belge sur les prisons et du Traité européèn sur les Droits de l'Homme qui a aussi été signé et adopté par la Belgique.

Vos services, qui trouvent également acceptable que M. Vervloesem croupisse dans une de vos prisons surpeuplées à cause d'une histoire inventée publiée dans Het Nieuwsblad, tandis qu'il souffre de graves maladies, étant malade des reins, cardiaque et diabétique, ont maintenant en plus décidé de le priver de son régime alimentaire anti-diabétique. Cela constitue une autre violation de la loi belge sur les prisons qui prescrit un droit égal aux soins médicaux pour toute personne, y compris pour ceux qui se trouvent en détention.

Si quelqu'un meurt à cause d'une privation volontaire des médicaments dont il a besoin, de soins médicaux ou de nourriture approprié, la loi considère cela comme un acte de meurtre.

Je tiens à vous rappeler que lorsque M. Vervloesem était enfermé dans la prison de Bruges, on a escamoté son dossier médical. Aussi bien dans la prison de Turnhout, que dans celles de Bruges et Hasselt on a privé M. Vervloesem des soins dont il avait besoin. Dans l'hôpital de Bruges, où M. Vervloesem a dû subir alors une lourde opération ouverte au coeur, il a été sur ordre de la Justice enchaîné à sa chaise roulante, à la table d'opération, et pendant cinq jours de suite à son lit d'hôpital. Cela sont des pratiques de torture qui en dépit des traîtés européèns qui les interdisent, s'avèrent être des pratiques quotidiennes dans les prisons européènnes, malgré le fait qu'elles ont été l'objet de nombreuses condamnations par les autorités de l'UE à Strassbourg.

L'asbl Werkgroep Morkhoven ne souhaite d'aucune façon tolérer ces pratiques illégales et inhumaines. Elle vous invite par conséquence avec insistance de prendre votre responsabilité politique dans cette affaire et d'intervenir de la façon qui s'indique.

Elle vous prie aussi de transmettre à la cour pénale d'Amsterdam les documents appartenant au dossier de l'affaire pédopornographique de Zandvoort qui se rapportent à l'affaire de moeurs à Amsterdam que cette cour est en train de juger en ce moment, pourque ses juges puissent disposer d'un dossier complet pour leur examination de cette affaire.

En attentant votre réponse, je vour prie d'agréer l'expression de mes sentiments distingués.

Jan Boeykens Président de l'asbl Werkgroep Morkhoven 10, Rue Faider 1060 Saint-Gilles

20-03-12

LES AFFAIRES PÉDOCRIMINELLES DE ZANDVOORT ET D'AMSTERDAM

Verhofstadt.jpgMANIFS AUTOUR DES AFFAIRES PÉDOCRIMINELLES DE ZANDVOORT ET D'AMSTERDAM 


Bruxelles,  14.3.2012 - L'asbl Werkgroep Morkhoven lance un appel à tous les Belges pour aller participer à Bruxelles et ailleurs à des manifestations contre le parti libéral de Guy Verhofstadt. Ce parti libéral, que l'ex premier ministre Verhofstadt qualifiait alors de 'parti du citoyen', a utilisé l'affaire Dutroux pour gagner des voix, et il est maintenant responsable politiquement pour l'étouffement de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort. 

A cause de cet étouffement de l'affaire Zandvoort, le procès dans le cadre du scandal pédocriminel à Amsterdam, qui vient de débuter, risque également d'aboutir à un échec. Dans ce scandal figurent 60 enfants abusés sexuellement dans une crèche. Les accusés dans cette affaire ont tout récemment fait la requête pour faire retirer les juges du tribunal qui traite leur cas, pour le motif qu'ils 'payeraient trop d'attention aux victimes'. Mais l'asbl Werkgroep Morkhoven soutient pleinement les victimes et leurs parents, et elle trouve que la Justice néerlandaise devrait ajouter les pièces que Marcel Vervloesem a remises il y a quelques années au procureur Bourlet de Neufchâteau au dossier d'enquête, pour pouvoir disposer d'un fichier complet dans le cas sur lequel ils doivent se prononcer. En effet, dans ces documents Marcel Vervloesem donnait des informations sur le scandal des crèches à Amsterdam. Ce fut alors la Cour de Turnhout qui a empêché la remise de ces pièces à la Justice néerlandaise, parce qu'elle les retenait pour pouvoir poursuivre Marcel Vervloesem lui-même pour 'possession de matériaux pédosexuels'. 

La ministre de la Justice Mme Annemie Turtelboom (du parti Libéral) a été mise au courant de ces faits. Elle a été également informée de la disparition des pièces et des témoignages à décharge du dossier pénal de Marcel Vervloesem, disparition qui a été confirmée par le Haut Conseil pour la Justice. Elle a aussi été renseigné sur le fait que la cour de Justice de Turnhout- la même qui s'était efforcé à étouffer l'affaire de Zandvoort- a récemment de nouveau condamné et fait incarcérer Marcel Vervloesem, c.à.d. celui même qui avait révélé l'affaire Zandvoort et qui travaillait aussi sur l'affaire pédocriminelle récente concernant des crèches à Amsterdam. Mais Mme Turtelboom, tout en préconisant 'une Justice sans la moindre apparence de partialité', a laissé faire, tout comme elle n'a vu aucun inconvéniant à nommer le procureur Jan Poels de Turnhout au poste de chef de son cabinet. Elle semble même n'avoir aucun problème à permettre au dénonciateur de Marcel Vervloesem d'enrégistrer et publier une chanson rap sur YouTube en co-production avec un magistrat du Parquêt de Turnhout. Dans cette chanson Marcel Vervloesem et son voisin sont accusés 'd'enlèvement et de viol', et M. Vervloesem est accusé par dessus le marché 'd'avoir violé sa petite-fille ainée'.

Tous les moyens semblent bons, pourvu qu'on puisse empêcher Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven de parler. Tandis qu'il s'agit ici tout de même d'affaires d'abus sexuel et de viol commis sur des enfants et sur des petits gamins à l'intérieur même de leur école maternelle. Deux membres du Parlement, Hubert Brouns (Chrétiens-Démocrats) et Nelly Maes (Spirit) ont pourtant bien vu dans la maison de Marcel Vervloesem lui-même l'un des vidéos appartenant à l'affaire Zandvoort qui montre bien la gravité des faits. 

C'est parce que nous avons écrit au sujet de tout cela à Mme Turtelboom, à Guy Verhofstadt et aux autres membres du parti Libéral sans obtenir le moindre résultat, que nous déduisons que le parti Libéral s'engage dans la même voie que le faisait jadis le parti Démocrat-Chrétien, dont l'étouffement de dossiers importants était l'un des spécialités, et par conséquent nous décidons d'aller faire des manifestations autour du Parlement flamand à Bruxelles. Tout le monde est invité! Le 'parti du citoyen' en effet n'est pas seulement responsable pour les machinations politiques par lesquelles on a étouffé l'affaire pédocriminelle de Zandvoort, et donc pour toutes les conséquences terribles que cela a eu pour les petites victimes du scandal d'Amsterdam ainsi que pour leurs parents. Il est aussi responsable pour les mésures d'austérité mises en places ces derniers temps par le gouvernement et qui frappent durement les citoyens belges. 

Sur la photo: l'ex premier-ministre Guy Verhofstadt
----

Werkgroep Morkhoven
https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

Kom op voor Marcel Vervloesem !
https://www.facebook.com/groups/215391831891549/

Libérez Marcel Vervloesem !
https://www.facebook.com/groups/183813718396482/

FREE MARCEL VERVLOESEM
https://www.facebook.com/groups/351114924909219/

Liberate Marcel Vervloesem!
https://www.facebook.com/groups/401416706541407/

Interview Marcel Vervloesem 11-3-2012 Onthullend!
http://www.youtube.com/watch?v=U5aPbNFkB90

Interview Marcel Vervloesem vanuit gevangenis Turnhout (26.2.2012)
http://youtu.be/D7YUtSCoSQs

Interview de Marcel Vervloesem en prison (26.2.2012)
http://www.youtube.com/watch?v=jGaWJ3Tdd3w
http://youtu.be/jGaWJ3Tdd3w

Intervista a Marcel Vervloesem dal carcere di Turnhout 26 2 2012 KlolonlineTV .avi
http://www.youtube.com/watch?v=PKpVNFFS2as&feature=yo...
http://youtu.be/PKpVNFFS2as

Sign/Signez/Teken :
http://www.causes.com/causes/438481-free-marcel-vervloese...

vzw Werkgroep Morkhoven
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

 

17-03-12

Abus sexuels à Amsterdam: Le Werkgroep Morkhoven va contacter les avocats

zandvoortphotos.jpg

L'arrestation et l'enfermement de Marcel Vervloesem, l'activist qui a révélé l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort, sont directement liées à l'affaire d'Amsterdam dans laquelle plus que 60 enfants et bébés sont abusés et violés.

Dans les documents que Marcel Vervloesem avait transféré à procureur Bourlet (l'affaire Dutroux), il y a 5 ans, on parle de ces abus et viols à Amsterdam. Mais les juges de Turnhout utilisaient ces documents pour accuser Marcel Vervloesem de 'la possession de pornographie d'enfants'.

Les juges de Turnhout qui décidaient maintenant que Marcel Vervloesem doit rester en prison lorsqu'ils n'ont aucun argument pour motiver leur décision, sont les mêmes juges qui, ont utilisé le procès des médias contre l'activist pendant 11 ans, pour étouffer l'affaire Zandvoort.

Le procès à Amsterdam a justement commencé et les violeurs ont contesté le juge 'parce qu'il donnerait trop d'attention aux parents des victimes'.

Le Werkgroep Morkhoven va contacter les avocats des parents à Amsterdam.


Photo: quelques images des victimes dans l'affaire Zandvoort

----------------------------------------------------------------------

Werkgroep Morkhoven
https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

Kom op voor Marcel Vervloesem !
https://www.facebook.com/groups/215391831891549/

Libérez Marcel Vervloesem !
https://www.facebook.com/groups/183813718396482/

FREE MARCEL VERVLOESEM
https://www.facebook.com/groups/351114924909219/

Liberate Marcel Vervloesem!
https://www.facebook.com/groups/401416706541407/

Interview Marcel Vervloesem 11-3-2012 Onthullend!
http://www.youtube.com/watch?v=U5aPbNFkB90

Interview Marcel Vervloesem vanuit gevangenis Turnhout (26.2.2012)
http://youtu.be/D7YUtSCoSQs

Interview de Marcel Vervloesem en prison (26.2.2012)
http://www.youtube.com/watch?v=jGaWJ3Tdd3w
http://youtu.be/jGaWJ3Tdd3w

Intervista a Marcel Vervloesem dal carcere di Turnhout 26 2 2012 KlolonlineTV .avi
http://www.youtube.com/watch?v=PKpVNFFS2as&feature=yo...
http://youtu.be/PKpVNFFS2as

Sign/Signez/Teken :
http://www.causes.com/causes/438481-free-marcel-vervloese...

vzw Werkgroep Morkhoven
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

15-03-12

L'affaire pédo-criminelle de Zandvoort: Serge Garde et Carl Zéro (2)

2-2 La scandalosa detenzione di Marcel Vervloesem: Il Caso Zandvoort

http://youtu.be/4wdBUpHCtxU

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem:

Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

 

L'affaire pédo-criminelle de Zandvoort: Serge Garde et Carl Zéro (1)

http://youtu.be/HbbajdT57Ig

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem:

Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

08-03-12

Réseau Zandvoort: Entretien avec Marcel Vervloesem 26.2.2012

http://www.youtube.com/watch?v=jGaWJ3Tdd3w

Interview de Marcel Vervloesem en prison (26 février 2012) :

http://www.dailymotion.com/video/xp74zr_interview-de-marcel-vervloesem-en-prison-26-fevrier-2012_news?start=173#from=embed

Traduction de l'entretien: Nicole Marie Gautreau

Sign/Signez/Teken: 

Free Marcel Vervloesem! http://www.causes.com/causes/438481-free-marcel-vervloese...

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België) 

Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)

07-03-12

Abus des enfants: L'affaire Zandvoort, une affaire d'Etat belge...

zandvoortphotos.jpgMarcel Vervloesem, l'homme qui a révélé l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort, et qui est nouveau enfermé en prison après quelques rumeurs dans le tabloid flamand Het Nieuwsblad, a reçu une lettre de la justice. Il est interdit de rencontrer toutes les personnes qui ont lutté ou écrit pour lui (donc, plus seulement les membres du Werkgroep Morkhoven qui l'ont soutenu et visité pendant les 2 ans qu'il se trouvait en prison).

Il est interdit de parler la presse; de contacter les associations qui luttent contre les abus des enfants et de contacter des hommes qui travaillent probablement pour des associations qui luttent pour les droits de l'homme ou les droits des enfants.

Aucun professeur de l'université et aucun membre de la Chambre ou du Sénat peut visiter et parler Marcel Vervloesem en prison. Les membres du Parlement européens sont aussi exclus. 'Parce que tout ces personnes sont des agitateurs qui veulent profiter de cette situation pour mettre en question la justice'.

Marcel Vervloesem est interdit de louer un ordinateur ou une machine à écrire car 'ça perturbe l'ordre public et la tranquillité dans le système judiciaire'. Marcel Vervloesem ne peut pas éditer son livre 'parce que c'est une menace pour la sécurité publique et ça viole les conditions de sa liberté provisoire'. 'Si il ose publier son livre, il a le risque d'être détenu pendant 2 ans.' Si il ose contacter certains hommes, ça peut dommager son cas'.

L'activist était invité à confirmer qu'il avait lu la lettre et de signer qu'il allait d'accord avec sa continu, ce qu'il a refusé.

On ne sait pas qui a rédigé la lettre mais on le retrouve sans doute dans le dossier judiciaire et le fait qu'il est presque totalement isolé du monde extérieur, preuve que c'est une affaire d'Etat belge 

La couche fine de la constitution démocratique belge, cache un vrai appareil répressive ce qui permit d'emprisonner des hommes sans procès.

Photos: des victimes dans l'affaire Zandvoort

---

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België)

04-03-12

Abus des enfants en Belgique: Actions avant le ministère de la justice

dyn009_original_443_600_jpeg_2640303_6e58f0e1022f48513ce6089fae41209a.jpg

Bruxelles, 3.3.2012 - Nous avons tenu aujourd'hui une nouvelle action à Bruxelles. La majorité des hommes comprennent bien que le gouvernement belge protège les personnes impliquées dans le réseau pédocriminel de Zandvoort et ils ne sont pas du tout étonnés quand nous leur racontons qu'il y a quelques jours que nous sommes été volés pendant une action avant le ministère de la justice (où se trouve le cabinet du ministre de la justice Turtelboom). On comprend aussi pourquoi le service de la sécurité de la ministère prétendait 'qu'on n'a enregistré aucune image et que les caméras de surveillance ne fonctionnaient pas.' (Il y a presque 20 caméras à travers le ministère dont 7 ont enregistré la disparition) 

Il y a quelques années, que nous avons organisé une action avant la prison de Bruges où Marcel Vervloesem, l'homme qui a révélé le réseau de Zandvoort, a été enfermé et maltraité pendant 2 ans. Pendant l'action nos pamphlets et notre caméra étaient aussi volées. La prison a d'abord nié d'être responsable pour le vol. Mais un de nos militants avaient enregistré la plaque d'immatriculation d'une voiture qui était passée pout prendre le sac avec les pamphlets et le caméra. Enfin le directeur de la prison a finalement été obligé de redonner les objets volés. 
Le ministre Turtelboom a été contacté dans cette affaire mais n'a pas répondu jusqu'à maintenant.
Les actions seront poursuivies.

Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven
--------

Photo: la recherche à la disparition de Manuel Schadwald. Le journaliste Gina Bernard-Pardaens qui travaillait avac Marcel Vervloesem autour la disparition, a été assassinée. Pendant presque un an, elle a été menacé par des inconnues et quelques semaines avant sa mort, elle était interrogée par les services de la justice d'une manière très intimidante.

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België). 

Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)  

27-02-12

Réseau Zandvoort: Régina Louf soutient Marcel Vervloesem

Louf.silence.on.tue.gifRégina Louf, un des X-témoins dans l'affaire Dutroux et l'auteur du livre 'SILENCE on tue des enfants!' soutient Marcel Vervloesem avec les mots suivants: 'Je veux le répéter encore une fois. Marcel Vervloesem n'est pas un pédophile! Cet un homme qui a lutté toute sa vie contre les abus et la maltraitance sexuelle des enfants. Il est actuellement pour la énième fois la victime de ceux qui veulent enterrer les dossiers de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort. Soutenez Marcel, s'il vous plaît. Je le demande à tout le monde qui visite mon Facebook: Soutenez Marcel s'il vous plaît, même si vous ne le connaissez pas personnellement ! Je le garantis personnellement'.

Werkgroep Morkhoven: https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

 
Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België). 
Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)

24-02-12

Affaire pédocriminelle de Zandvoort: Marcel Vervloesem reste au prison

MVervloesem.kleinkind.jpgLa chambre de Conseil de Turnhout avec les juges Jacobs et Vander Flaas, a décidé que l'activist Marcel Vervloesem doit rester au prison. On veut faire un 'enquête psychiatrique' de l'accusateur de Vervloesem. L'accusateur est actuellement enfermer dans l'institut fermé des jeunes délinquants à Mol lorsque le tribunal de l'application de la peine d'Anvers concluait que les déclarations de l'accusateur dans le tabloid Het Nieuwsblad et sa plainte chez la police, sont injustes et que Marcel Vervloesem a respecté les conditions de sa libération provisoire. Les juges Jacobs et Vander Flaas sont les mêmes juges qui, pendant 11 ans, ont mené le procès contre Marcel Vervloesem pour cacher l'affaire Zandvoort. Durant ce procès médiatisé, toutes les documents et les témoignages à la décharge de Vervloesem ont été disparu, comme le Comité Supérieur de la Justice a confirmé quelques jours avant que Vervloesem a été définitivement condamné par le Cour d'appel d'Anvers.

Photo: Marcel Vervloesem avec 1 de ses petits-enfants. Il y a quelque jours que sa petit-fille aînée qui est fort traumatisé par le campagne des médias contre sa grand-père (elle est suivi par un psychologue et n'est plus capable d'aller à l'école), a eu des téléphones de nuit qui venaient de l'accusateur où elle ést menacée. Les téléphones de nuit venaient de l'accusateur de Marcel Vervloesem. Grâce à l'appui des tabloids flamands qui publient ses commérages, et le tribunal de Turnhout qui poursuit l'activiste pendant déjà 14 ans par tous les moyens, cet homme croit qu'il peut se permettre tout. C'est ainsi que la mafia à Turnhout impose lentement ses lois à la population. A Turnhout il n'y a plus un séparation nette entre certains juges et la mafia. Le ministre de la justice, Annemie Turtelboom (VLD, Parti libérale) est politiquement responsable de cette évolution...

---------

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België). 

Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)

Le Werkgroep Morkhoven est aussi à retrouver sur Facebook

21-02-12

Abus des enfants: Palais royale belge

Il y a 2 ans que nous avons écrit le Palais royal de nouveau. Nous demandions où se trouvait le copie du cd-rom(s) du réseau pédocriminel de Zandvoort que le Werkgroep Morkhoven a envoyé en 1998 au Roi. Après 4 mois le Palais royal nous envoyait une réponse ridicule. C'était claire qu'on n'était pas du tout intéressé dans ce sujet. 

Il y a quelques années que le Palais royale nous a répondu que le cd-rom était envoyé au ministre de la justice Tony Van Parys (CD&V-DémocratesChrétiensFlamandes) qui prétendait de l'avoir envoyé au Procureur-Général. Mais pourquoi ce cd-rom semble maintenant disparu et pourquoi on lançait une campagne des médias contre Marcel Vervloesem pendant 14 ans sans parler un mot du cd-rom Zandvoort qui était envoyé au Palais royale et qui semble été disparu ?

16-02-12

Zandvoort childporn case - Réseau pédocriminel de Zandvoort

Marcel.Vervloesem.huwelijk.jpgPhoto: Marcel Vervloesem who with his Morkhoven group revealed the childporn case Zandvoort, on the day of his marriage. Since 3 weeks, he is locked up in Turnhout's prison again / Le jour de mariage de Marcel Vervloesem qui, avec le Werkgroep Morkhoven, révélait le réseau pédocriminel de Zandvoort. Depuis 3 semaines il est renfermé à la prison de Turnhout / Marcel Vervloesem, die met de Werkgroep Morkhoven de kinderpornozaak Zandvoort onthulde, bij zijn huwelijk. Het ophalen van zijn toekomstig vrouwtje. Sinds 3 weken is hij opnieuw opgesloten in de gevangenis van Turnhout.

Write/Ecrivez/ Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (België, Belgium, België).

Write/Ecrivez/ Schrijf de Werkgroep Morkhoven: Werkgroep Morkhoven, Rue Faider n° 10, 1060 Saint Gilles (Belgique, Belgium, België)

Protest to the Belgian minister of Justice / Protestez chez le ministre de la justice belge / Protesteer bij de Belgische minister van justitie: eebij Adresses et sites web du ministre de la justice,Annemie Turtelboom:

Annemie Turtelboom
Boulevard de Waterloo 115
1000 Bruxelles
Téléphone : 02 542 80 11
Fax : 02 542 80 00 

E-mail annemie.turtelboom@just.fgov.be  http://www.justice.belgium.be/

 

14-02-12

Justice: Accusateur Marcel Vervloesem incarcéré

Nous avons entendu que l'homme (18) qui accusait Marcel Vervloesem dans le tabloid Het Nieuwsblad et dans une plainte à la police, à nouveau des 'infractions sexuels', a été enfermé dans un institution à la demande du juge. Mais pour l'activist qui révélait le réseau Zandvoort et dont la santé est très mauvaise (cancer, une maladie cardiaque, gravement diabètes, maladie rénale), le chemin de la souffrance n'est pas fini. Si le tribunal de l'application de la peine déclare qu'il a 'violé les conditions de sa mise en liberté provisoire', il reste encore 11 mois au prison, même si l'enquête preuve son innocence.

Ecrivez Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique). 

Photo: Marcel Vervloesem avec ses 4 petits enfants

09-02-12

Justice: 'un nouveau déontologie pour la magistrature'...

 

 

Turtelboom.Koekelberg.jpgL'affaire pédo pornographique de Zandvoort (90.000 victimes) doit être caché


Marcel Vervloesem et son avocat étaient invités pour apparaître demain avant le tribunal de la peine. Mais hier, il a entendu que les membres de ce tribunal de la peine qui l'a interdit de parler la presse et de contacter le Werkgroep Morkhoven, ont été déjà réunié le lundi passé et qu'ils ont décidé que sa liberté conditionelle doit arrêter 'pour des raisons graves'. Normalement vu, on reste innocent jusqu'a on prouve qu'on est coupable. Mais en Belgique on a renversé la loi. On est déjà coupable au moment que les tabloids publient quelques rumeurs et accusations. Et on ne peut pas se défendre. En effet, on ne plus parler d'un 'Etat de Droit' en Belgique parce que tout le monde peut être poursuivi (et même liquidé) sur la même manière que Marcel Vervloesem.

Photo: Le Ministre de la Justice belge, Annemie Turtelboom (Parti Liberal), qui prétend de 'lutter la partialité de la magistrature par un nouveau déontologie pour la magistrature'.  
L'homme sur le photo est le (ex) commissaire général de la police fédérale Fernand Koekelberg. Ce dernier se voyait accusé par une plainte anonyme de dépenses privées sur le compte de la police...  Le chef de cabinet de ministre Turtelboom est le procureur Jan Poels de la cour de Turnhout. C'est la justice de Turnhout qui étouffait l'affaire Zandvoort et d'autres affaires concerne l'abus sexuel des enfants. C'est la Justice de Turnhout qui poursuit l'activiste Marcel Vervloesem pendant 14 ans via un procès des médias qui ne respectent pas la présomption d'innocence des accusés et qui considèrent leurs propres publications comme des preuves de la culpabilité de quelqu'un.

-------------------------------------------------

ACTION

Adresses et sites web du ministre de la justice, Annemie Turtelboom
Site Internet http://www.justice.belgium.be/
Cellule stratégique et Secrétariat de la Ministre de la Justice :
Boulevard de Waterloo 115
1000 Bruxelles
Téléphone : 02 542 80 11
Fax : 02 542 80 00
E-mai :l annemie.turtelboom@just.fgov.be 

Publiez vos lettres au ministre qui prétend de lutter pour une 'magistrature impartiale' !

------------

Marcel pourra sortir pour raison de santé. Mais la Justice belge (et le ministre de la Justice qui est au courant), le veulent laisser mourir au prison. C'est pour ce raison que nous devons nous organiser et contacter toutes les vraies associations pour les droits de l'homme et les associations qui luttent contre l'abus de l'enfant.

Pour celui qui veut écrire Marcel: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (België, Belgique, Belgium). Vous le pouvez envoyer aussi des timbres ou de le demander de le visiter au prison.

Marcel Vervloesem est gravement malade (cancer, coeur, reins, dyabète,).  Nous sommes en plein de contacter des médecins qui ne se laissent pas taire par l'Etat belge.

http://www.facebook.com/groups/MarcelVervolsemGroupeDeSou...

04-02-12

Werkgroep Morkhoven et la lutte contre les abus des enfants

Zandvoort.childporn.jpgNous avons trouvé un virus sur notre ordinateur. Il se trouvait sur un document concerne un magistrat de la jeunesse, très célèbre en France, qui a de bons contacts avec le gouvernement français. 

Le Werkgroep Morkhoven trouvait son nom et photo dans le dossier de l'affaire Zandvoort (90.000 victimes) qui est étouffé par la Justice belge.

Le magistrat, qui soi disant, 'défend les droits de l'enfant', se trouvait avec un garçon de 12 ans sur un lit. Ils étaient tous les deux nus et posaient avant le camera. Le garçon était obligé de prendre le pénis de ce magistrat dans les mains.

Il y a 5 ans, un des magistrats de la Justice de Turnhout (Belgique) qui a poursuivi Marcel Vervloesem du Werkgroep Morkhoven pendant 14 ans à travers une campagne médiatique (avec des déclarations fausses et la disparition de documents du dossier de la cour correctionelle), a promit d'enquêter cette affaire disant qu'il ne 'croyait pas en la culpabilité du magistrat'.

Il n'a avait jamais eu d'enquête, comme c'était déjà dans le cas de demi-frère-accusateu de Marcel Vervloesem, un homo-sexuel qui a un trentaine de procès-verbaux avec des affaires de moeurs avec des très jeunes garçons sur son nom. 

C'est le même magistrat qui décidait il y a quelques jours que l'activiste Marcel Vervloesem doit rester à la prison à cause d'une nouvelle fausse accusation basé sur une nouvelle histoire dans le tabloïde flamande 'Het Nieuwsblad'. Il y a 14 ans et justement au moment que l'affaire Zandvoort faisait part des nouvelles internationales, que ce tabloide publiçait la fausse histoire du demi-frère de Marcel Vervloesem.
Le ministre de la justice belge Annemie Turtelboom (VLD, libérales flamandes) et ses prédécesseurs politiques (De Clerck, Van Parys, Onkelinx, Van Deurzen, Verwilghen), sont au courant de cette affaire mais ils se taisent. Ca preuve à nouveau que ces politiciens sont impliqués et qu'ils protègent les abuseurs sexuels d'enfants et les réseaux pédo-sexuels.

Jan Boeykens, président du Werkgroep Morkhoven

---

Photo: le journalist français Carl Zéro qui, avec l'auteur Serge Garde, faisait un réportage autour l'affaire Zandvoort et l'enfermement (+tortures) de Marcel Vervloesem aux prisons de Turnhout, Hasselt et Bruges.

Soutenez la lutte contre la pédo-mafia et écrivez Marcel Vervloesem:
Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, 2300 Turnhout.
Le Werkgroep Morkhoven est ausi à retrouver sur Facebook, si le lien n'est pas bloqué à nouveau par la Justice belge: https://www.facebook.com/groups/200250393321072/