22-02-14

La Justice belge sépare les mères de leurs enfants

http://youtu.be/lNmpPwuUiu0
https://www.youtube.com/watch?v=lNmpPwuUiu0#t=94

La Convention internationale des droits de l’enfant

La Convention relative aux droits de l’enfant a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée Générale des Nations Unies le 20 novembre 1989. Composée de cinquante-quatre articles, la Convention se veut un instrument exhaustif qui établit des droits définissant des normes et principes universels relatifs au statut des enfants. Elle reconnaît aux enfants des libertés et des droits fondamentaux tout en prenant en compte leur besoin de recevoir une assistance et une protection spécifiques en raison de leur vulnérabilité. La Convention fut le premier traité international relatif aux droits de l’homme qui rassemblait en un seul document aussi bien les droits civils et politiques que les droits économiques, sociaux et culturels. Aujourd'hui, elle reste l’outil international relatif aux droits de l’homme le plus largement ratifié.

La Convention des Nations Unies est entrée en vigueur en Belgique le 15 janvier 1992 suite à l’adoption d’une loi et de décrets d’approbation des différentes entités fédérées. Le décret d'approbation a été adopté par la Communauté française le 3 juillet 1991.

L'article 42 de la Convention est libellé comme suit: les Etats parties s'engagent à faire largement connaître les principes et les dispositions de la présente Convention, par des moyens actifs et appropriés, aux adultes comme aux enfants.

Comme l'Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse a dans ses missions la mise en oeuvre de cet article spécifique de la Convention, nous vous proposons de découvrir la Convention sous trois formes différentes

À télécharger :

Texte intégral de la Convention adopté par les Nations Unies.

Texte de la Convention dans un langage adapté aux enfants (childfriendly).

Illustration de la Convention par une affiche pour enfants (childfrienldy)

___

Un principe intangible : l’enfant a droit à ses deux parents:
http://www.homme-culture-identite.com/article-l-enfant-a-droit-a-ses-deux-parents-note-en-faveur-de-la-residence-alternee-en-cas-de-separation-111928348.html

Tous les enfants ont droit à leurs 2 parents, leurs 2 familles et leurs 2 cultures:
http://enfantetsondroitlyon.webnode.fr/

Charte Africaine des droits et du bien-être de l'enfant
'Tout enfant qui est séparé de 1'un de ses parents ou des deux a le droit de maintenir des relations
personnelles et des contacts directs avec ses deux parents régulièrement':

http://www.achpr.org/fr/instruments/child/

27-04-13

L'Etat belge utilise l'affaire Sharia4Belgium pour sa propre terreur

Image

L'incitation à la haine et à la violence n'est pas une bonne solution.

Mais j'ai remarqué aussi que dans l'article ci-joint, on parle de la 'liberté d'expression' et des 'fondements de la démocratie' ce que tout est bien exprimée.

Soyons un peu honnêtes. Il n'est pas du tout vrai que la loi anti-discrimination en Belgique 'n'interdit aucune opinion'.

Marcel Vervloesem, membre de la direction de notre association qui a été poursuivi pendant plus que 10 ans, a été remis en liberté, sous condition qu’il:

- respecte l’interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.

-  ne s’occupe plus d’affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui luttent contre les abus d’enfants

- ne prenne aucun contact aves ses amis de l’asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention de deux ans en prison.

- ne prenne aucun contact avec l’acteur flamand Jo Reymen (qui n’est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n’a jamais cessé de le soutenir.

- ne prenne aucun contact avec sa propre fille et petits-enfants qui sont actuellement terrorisées par les membres d'un gang criminel que l'État belge a également utilisé pour étouffer l'affaire pédocriminelle de Zandvoort (90.000 victimes).

Ces conditions qu’on lui a imposées sont anti-constitutionelles.

La liberté de réunion ou droit de réunion est aussi une liberté publique et politique généralement considérée comme fondamentale et en vertu de laquelle un groupe de personnes a la possibilité de se réunir temporairement en un même lieu, de façon pacifique et sans armes, dans toute finalité licite et conforme à la Loi. Elle est mentionnée dans l'article 20 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans l'article 21 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

====

'Un an de prison pour un ex-membre de Sharia4Belgium'

BELGA

26/4/2013

Une amende également...

Hicham C., qui était membre de l'organisation aujourd'hui dissoute Sharia4Belgium, a été condamné vendredi à un an de prison et à une amende de 300 euros par le tribunal correctionnel d'Anvers pour incitation à l'émeute à Borgerhout en septembre dernier. Le prévenu, absent à son procès, a été condamné par défaut. Le 15 septembre dernier, plusieurs centaines de jeunes d'origine étrangère avaient manifesté contre le film anti-Islam "Innocence of Muslims". Cette manifestation n'était pas autorisée.

Les appels au rassemblement avaient été lancés par textos et Facebook. La police avait identifié le jour du rassemblement des membres de Sharia4Belgium. Le prévenu Hicham C. avait joué un rôle de premier plan, après l'arrestation du porte-parole de Sharia4Belgium, Fouad Belkacem. Il s'était adressé à la foule et avait incité par son discours à la discrimination, à la haine et à la violence à l'encontre des non-musulmans, qu'il qualifiait de descendants des porcs et des singes.

Un noyau dur s'était ensuite formé et des policiers avaient été bombardés d'objets. La police avait procédé à 230 arrestations administratives. Quatre jours plus tard, elle avait interpellé Hicham C. Le prévenu avait affirmé avoir cité uniquement des versets coraniques et niait avoir incité à l'émeute. Le ministère public avait toutefois fait remarquer que deux jours avant les faits le prévenu apparaissait dans une vidéo postée sur le site de Sharia4Belgium et annonçait des actions de représailles contre les non-musulmans après la diffusion du film "Innocence of Muslims". "Une pure coïncidence", selon le prévenu. Le tribunal a toutefois estimé les faits avérés.

Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme s'était constitué partie civile et a obtenu un euro symbolique. Le Centre avait initialement déposé une simple plainte contre Sharia4Belgium. Il s'était ensuite porté partie civile lorsque le parquet a lancé une procédure judiciaire contre Hicham C.

"Ce genre de propos (tenus par le prévenu) est inacceptable et ne tombe pas sous le couvert de la liberté d'expression. Il s'agit d'un des fondements de la démocratie, d'un des droits fondamentaux mais aucune liberté, même fondamentale, n'est absolue. La loi anti-discrimination n'interdit aucune opinion. Mais lorsque des mots deviennent des actes et suscitent la haine ou la violence, ceux-ci menacent cette liberté fondamentale", considère Edouard Delruelle, directeur-adjoint du Centre.

Le Centre souligne que les faits ont été correctionnalisés car il ne s'agissait pas de délits de presse mais bien de messages oraux tenus lors d'une manifestation et dans un film rendu public. Le Centre pour l'égalité des chances rappelle qu'il a déjà déposé plusieurs plaintes contre Sharia4Belgium, notamment pour des propos homophobes et incitant à la haine à l'encontre des non-musulmans.

Jeudi, le ministère public a réclamé devant la cour d'appel d'Anvers, une peine de 18 mois de prison ferme et une amende de 550 euros à l'encontre de Fouad Belkacem, l'ancien porte-parole de Sharia4Belgium. Ce dernier est poursuivi pour incitation à la haine et à la violence contre des non-musulmans via des vidéos diffusées sur internet ainsi que pour harcèlement à l'égard de Frank Vanhecke, le veuf de Marie-Rose Morel. Le Centre pour l'égalité des chances s'est également constitué partie civile dans ce procès.

http://www.lalibre.be//actu/belgique/article/812125/un-an-de-prison-pour-un-ex-membre-de-sharia4belgium.html

16-12-12

Parents privés de leurs enfants: Maria-Pia Maoloni, maman de Fiona et Milla

Maoloni.parents.privé.enfants.Fiona_Milla.gif

De nombreux parents ont se suicidé parce que le système judiciaire leur interdisait de voir leurs enfants ce qui est un crime.

À Athènes au V-e siècle av. J.-C.,  les citoyens étaient réunis dans l'Ecclésia. Tous les mois, l'assemblée contrôlait l'action de ces magistrats et pouvait éventuellement les suspendre de leurs fonctions...

Photo: Fiona et Milla Antonini, victimes d'abus sexuels par leur père et leur grand-père paternel et victimes d'abus de pouvoir par le système judiciaire montois.

=================

Quand le diable opère, c’est avec le glaive de l’AMOUR qu’il faut le combattre !!

Ce vendredi 14/12/2012, j’avais un contact via skype avec mes deux enfants, FIONA (13 ans) et Milla (9 ans) qui m’ont été arrachées de façon ILLEGALE et INHUMAINE depuis plus de 5 ans et demi (depuis le jour de leur rapatriement en Belgique, le 19/05/2007).

 

L’heure du rendez-vous était fixée pour 16H15 dans les bureaux des services sociaux de Ancona (Italie).

 

Pour rappel, les autorités belges et plus précisément le tribunal de Mons (Belgique) m’ont privé de tout contact (même téléphonique) avec mes enfants depuis le jour de leur rapatriement en Belgique ; c’est-à-dire depuis 2007 En d’autres termes, je suis restée sans nouvelle de mes petites durant 5 ansnonobstant la décision de la Cassation italienne qui révoque le rapatriement de mes enfants en Belgique et qui, donc, le considère comme illégitime ! 

Mais le comble de l’horreur et de la folie humaine, est que, malgré des procédures pénales ouvertes (en Belgique et en Italie) contre le père (ANTONINI ROCCO) et le grand-père (ANTONINI ROBERTO) pour viols et prostitution de mineurs, le tribunal de Mons et ses services judiciaires (SOS ENFANTS de Mons et SPJ de Mons) ont confié mes enfants à leurs bourreaux sexuels en toute impunité et sans aucune protection !!!!!!

Les enfants sont TOUJOURS ACTUELLEMENT en Belgique,  dans le milieu paternel pédophile !

Malgré mes diverses tentatives et requêtes émises envers les autorités belges afin de pouvoir obtenir des contacts avec mes enfants, ceux-ci me sont finalement accordés en MARS 2012 ; mais un seul quart d’heure pour chaque enfant, par téléphone ou via web-cam (skype),  à raison d’une fois par mois !

 

Ce vendredi, j’arrive donc à l’avance (vers 15H30), à Ancona, heureuse de pouvoir « voir » sur skype, mes deux magnifiques trésors et de pouvoir leur exprimer tout mon amour avant les fêtes de Noël…

La Directrice des services sociaux, Madame Giunto, arrive en même temps que moi et nous entrons ensemble dans son bureau.  Elle allume son ordinateur et essaie de se connecter en ouvrant skype.  Hélas, après maintes et maintes tentatives qui ont duré plus d’une demi-heure, skype ne s’ouvre pas ! Madame Giunto m’explique, avec une immense déception, qu’il s’agit sûrement d’un problème de connexion intra-net.  Moi, paniquée, lui demande d’essayer de nouveau.  Mais en vain ! Pas d’internet !

 

16H15, Mme Giunto téléphone à Mme VAN TRIMPONT Sabine, directrice de l’espace-rencontre à Mons et lui explique le problème de connexion internet.

Mme Giunto demande gentiment à Mme Van Trimpont que je puisse  parler avec mes enfants par téléphone ce jour-même mais qu’elle puisse prévoir un autre rendez-vous afin d’effectuer ce « contact visuel » qui n’a pu s’établir comme prévu avec les enfants et la maman !

 

Cette proposition a complètement destabilisé Mme Van Trimpont et donc, celle-ci refuse catégoriquement.  Elle va même jusqu’à refusé que je puisse, ce vendredi, parler par téléphone avec mes enfants ; ceci en trouvant différentes excuses (par exemple : les enfants sont dans une autre pièce de la structure ; on ne peut mobiliser la ligne téléphonique du service…). 

Moi, dégoutée de cette situation, j’insiste auprès de Van Trimpont pour parler avec mes enfants… Avec difficulté, elle finit par accepter en disant : « ok, mais seulement 5 minutes pour leur dire « bonjour et aurevoir » »… REVOLTANT !!!! INHUMAIN !!!!

Mais ces gens n’ont-ils aucune empathie, aucune sensibilité à notre souffrance et surtout à celle de mes deux enfants, séparées de leur maman depuis tant d’années ???

 

Difficile de se contrôler et de garder son calme devant une telle cruauté et une telle déshumanisation !

Je la prie...  Je la supplie, avec toutes les larmes de mon corps, pour qu’elle accepte de me faire parler avec mes enfants, à raison du quart d’heure prévu…

« Je fais appel à son cœur de MAMAN !!! », lui dis-je, désespérée et vidée de toute mon énergie vitale ! Mais RIEN A’ FAIRE ! Van Trimpont ne veut rien entendre !

 

A ce moment, intervient Mme Giunto et lui précise que le jugement de la cour d’appel de Mons n’interdit aucunement les contacts téléphoniques entre la maman et les enfants…

 

A ce moment, Van Trimpont change d’avis et finit donc par accepter.

 

C’est avec un cœur déchiré et tant de larmes versées que j’ai pu finalement obtenir ces quelques minutes magiques, au téléphone,  avec mes deux amours ; et pouvoir ainsi leur exprimer tout l’amour que je leur porte,  et qu’à chaque seconde qui passe, elles sont continuellement dans mes pensées et dans mes prières…

 

Dans quel monde sommes-nous ?

 

Quand le cœur ne fonctionne plus et fait place à l’indifférence pour autrui, c’est le début de la fin de l’ humanité !

Quand on dépasse la mesure de la sensibilité humaine, il n’y a plus aucune limite à la folie des hommes !

 

Mais je veux encore espérer…. continuer encore à croire que …

Quand le diable opère, c’est avec le glaive de l’AMOUR qu’il faut le combattre !!

 

MAOLONI Maria-Pia,

MAMAN de Fiona et Milla

Italie, 16/12/2012

http://fionaetmilla.blogspot.com/


=================


'l'Union européenne protège les enfants'

 

Marcel Vervloesem, l'activiste du Werkgroep Morkhoven qui a révélé l'affaire Zandvoort, est depuis plus que 4 ans privé de contacter sa propre fille et ses petits enfants. La justice belge qui a étouffé l'affaire Zandvoort, lui a interdit depuis 4 années de contacter ses amis du Werkgroep Morkhoven qui l'ont visité pendant 2 ans (chaque semaine) en prison et qui ont lutter pour sa libération. Depuis 4 années il n'a plus le droit de contacter la presse ou travailler pour une association qui lutte les abus des enfants.

 

C'est sur ce façon que l'Union européenne et ses Etats-membres 'protègent les enfants et font respecter leurs droits en Europe et dans le monde'.


L'Union européenne veut protéger les enfants et faire respecter leurs droits en Europe et dans le monde: http://ec.europa.eu/news/justice/110217_fr.htm

=================

Liens

Priver abusivement un enfant d'un de ses parents est une maltraitance:

http://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/06/17/priver-abusivement-un-enfant-dun-de-ses-parents-est-une-maltraitance-psychologique/

Nouveau suicide au Japon d’un père français privé de son enfant:

http://sos-parents-japan.org/2010/11/25/nouveau-suicide-au-japon-dun-pere-francais-prive-de-son-enfant/

Privé de la garde de ses enfants, il tue ses deux fils et se suicide:

http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/384539/prive-de-la-garde-de-ses-enfants-il-tue-ses-deux-fils-et-se-suicide.html

La violence psychologique:

http://www.eurowrc.org/05.education/education_fr/27.edu_fr.htm

On m'interdit de voir mes petits-enfants:

http://www.journaldesfemmes.com/maman/forum/affich-17969-on-m-interdit-de-voir-mes-petits-enfants

Protéger des enfants. Contre qui ?

http://www.stopviolence.fr/page69.php

Une mère privée de son fils par décision de justice... témoignage:

http://www.achartres.com/fr/france/241-societe/1572-une-mere-privee-de-son-fils-par-decision-de-justice-temoignage-1ere-partie.html

Le droit de visite des grands-parents:

http://www.dossierfamilial.com/famille/droit-demarche/le-droit-de-visite-des-grands-parents,5350

L'affaire Maoloni - Fiona et Milla Antonini:

http://fionaetmilla.blogspot.be/

Maria-Pia Maoloni, photos:

http://fondationprincessedecroy.over-blog.org/album-367361.html