28-11-13

Abus d’enfants: interdiction de parler les média

Pendant des années, l'activist Marcel Vervloesem qui a révélé l'affaire Zandvoort, a été l'object d'une interdiction de la part de la Justice belge lui empêchant de parler avec la presse et les média, d'avoir des contact avec des associations qui luttent contre l'abus d'enfants, de mener des recherches dans des affaires d'abus, d'aller à l'étranger pour y participer à des conférences sur le sujet, d'avoir des contacts avec les membres de la direction de l'abl Werkgroep Morkhoven (bien que ceux-ci avaient le droit de lui rendre visite toutes les semaines durant son séjour en prison).

Comme ses interdiction ont été levées à cause du verdict de la semaine dernière, Marcel est de nouveau libre de faire toutes ces choses-là, et cela provoque l'inquiétude de la Justice belge devant la possibilité que l'opération qu'elle a menée pendant des années pour étouffer l'affaire Zandvoort ne soit finalement défaite et révélée.
C'est pour cette raison que la Justice vient d'envoyer un avertissement à Marcel de ne pas parler avec les média.
Dans son message, la Justice déclare que, vu que toutes les parties concernées ont pendant la période de trente jours la possibilité de faire appel contre la dernière décision, Marcel devra respecter ce délais avant de contacter les média.
De cette façon-là, la Justice belge espère contenir l'indignation du publique autour de toute cette affaire.
L'interdiction de parler en publique restera donc en vigueur, selon la Justice, pendant la période ouverte à la possibilité de faire appel.
Mais cet argument n'a pas lieu, puisque Marcel est en possession d'une décision signée par trois différents juges où il n'est faite aucune mention de cette interdiction.
Dans la dernière décision de la cour de Turnhout (sur la requête du Procureur Flaasch) il est dit que la prolongation des interdits échoue à la date du verdict. Et ce verdict a donc été prononcé entre-temps.
Marcel ne se soucie plus désormais ni de la cour pour l'exécution des peines, puisque la compétence de la-dite cour en matière des interdictions concernées était limitée à une période de quatre ans, c'est à dire qu'elle a entre-temps cessée d'exister, et en conséquence cette cour a clos le dossier et les restreintes ont été levées.

Traduction: Nasus Ovidius

10-01-11

Les victimes de la Justice: Lettre ouverte au Ministre


belgische-gevangenen-willen-niet-naar-nederland_5_460x0.jpgStefaan De Clerck, ministre de la Justice
Waterloolaan 115
1000 Brussel
 
Cher Monsieur De Clerck,
 
Sujet: les victimes de la Justice
 
J'ai l'honneur de vous annoncer que j'ai l'intention de créer dans un avenir proche un groupe sur Facebook avec le nom 'Victimes de la Justice' sur lequel tous les victimes de la Justice de ce pays pourront publier leurs histoires personelles.
 
Mais il me semble qu'il est peut-être une chose avisée de d'abord vous poser la question de savoir si un citoyen belge a bien le droit de lancer un site de ce genre.
 
Comme vous le savez peut-être. je suis empêché depuis quelques mois déjà de rendre visite à un de mes meilleurs amis et de le voir et de lui parler, du fait que la Justice lui a imposé l'interdiction de parler avec la presse et d'avoir des contacts avec moi.
 
Je suis même empêché de l'inviter pour la réunion de la direction de notre association, bien que je sois, selon la loi belge, obligé de réunir annuellement une assemblée 'generale de tous nos membres et de tous les gens responsables pour la bonne gestion des activités de notre association,
 
En attendant votre réponse, je signe,
 
respectueusement vôtre,
 
Jan Boeykens, président de l'asbl Werkgroep Morkhoven
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles

 

 

26-08-10

l'Affaire Dutroux - Presse et Justice belges attaquent WikiLeaks

 

corporate.news.jpgLa presse et Justice belges n'aiment pas les révélations...
-----
WikiLeaks au cœur d’une nouvelle
polémique avec l'affaire Dutroux

25/08/2010

Le site spécialisé dans la révélation de documents sensibles publie les auditions du pédophile belge Marc Dutroux et celles de personnes entendues qui n'ont pas été mises en cause.
Il n'y a pas si longtemps, WikiLeaks était en proie à des difficultés financières menaçant son existence même. Apparemment, le site spécialisé dans la révélation de dossiers secrets très sensibles semble aller mieux. Il continue ses activités et occupe même de plus en plus le paysage médiatique. Cet été, il s'est retrouvé dans le collimateur du Pentagone pour avoir publié des documents sur les opérations de l'Otan en Afghanistan. Amené à être hébergé par le Parti pirate en Suède, il fait scandale cette semaine, en Belgique, en révélant des documents confidentiels concernant l'affaire Marc Dutroux.
WikiLeaks a mis en ligne le résumé d'auditions du pédophile belge arrêté en 1996, jugé en 2004 et condamné à la prison à perpétuité. Ce document, qui compte 1 235 pages (en français, au format PDF), fait partie du dossier constitué en 2005 avant d'être transmis au juge d'instruction. Etrangement, il ne s'agit pas de l'une des dernières « fuites » du site (« leaks » signifie « fuites » en anglais) ! Ce dossier y figure depuis le 17 avril 2009. Mais le procureur général de Liège a fait part de ses critiques hier sur la RTBF. Depuis, la polémique enfle dans le pays.D'autant que l'origine du dossier mis en ligne est plutôt sulfureuse.
C'est un journaliste luxembourgeois, Jean Nicolas, qui l'a fourni. A une époque, selon la RTBF, il le vendait contre 30 euros sur son site L'Investigateur. Ce qui lui avait valu un mandat d'arrêt international pour vol.
Ce n'est pas tout. Non seulement WikiLeaks ravive une affaire, vécue comme un drame national à l'époque, mais aussi, comme à son habitude, il a publié les documents bruts de décoffrage. Autrement dit, avec quantité d'informations personnelles (téléphones, adresses, relevés bancaires), de détails de l'enquête, de témoignages, de noms de personnes. Y compris de personnes simplement entendues à l'époque et qui n'ont pas été mises en cause. Ou de personnes dont le témoignage n'a pas été pris en compte.

Pour le procureur, l'initiative de WikiLeaks relève d'une « d'une publication malheureuse, parce que les documents publiés viennent d'un dossier qui est toujours couvert par le secret d'instruction », le père de l'une des victimes de Marc Dutroux est également monté au créneau.

La méthode de WikiLeaks, un temps salué comme un modèle d'indépendance et d'audace, atteindrait-elle ses limites ? Ce nouveau coup d'éclat intervient à un moment où le site commence à essuyer des critiques, même du côté de la presse. La Croix a publié par exemple un article titré « WikiLeaks, une organisation opaque coutumière des révélations ».

Sur Mediapart, le blogueur Olivier Cimelière pose la question : « WikiLeaks, renaissance du journalisme ou imposture médiatique ? ». Quant à Reporters sans Frontières, il a dénoncé«l'incroyable irresponsabilité » du site - qu'il soutient par ailleurs - lors de la révélation des documents sur la guerre en Afghanistan. Ceux-ci contenaient des noms de civils afghans qui collaborent avec les Alliés dans la lutte contre les talibans, au risque d'en faire des cibles. Amnesty International et d'autres ONG ont également critiqué WikiLeaks.

Dans le même temps, le fondateur du site, Julien Assange, devait faire face à une opportune accusation de viol par la justice suédoise. Laquelle a retiré ses charges le jour même, tout en indiquant poursuivre son enquête.

 

http://www.01net.com/www.01net.com/editorial/520007/wikil...

http://www.01net.com/www.01net.com/editorial/520007/wikil...