07-06-09

Bruges Prison: Activist starts to vomit blood


clintondeguchtMan responsible for revelation of child pornography case Zandvoort will pass away soon

Brussels, 5.6.2009

The emission of June 3rd last on the French channel BFM where the French journalist Serge Garde would have an interview with the well-known TV-presenter Karl Zéro about the detention circumstances of the Belgian activist Marcel Vervloesem in Bruges prison, was not able to happen duet o the french elections and the crash involving an air plane of the French flight company Air France.
The emission should happen next week instead.

Meanwhile, things are not going well with the Belgian activist, whom was incorrectly labeled a ‘pedophile’ by the Dutch organisation “Stop Child Porn”.
The last few nights he started to vomit blood in Bruges prison, where he has been refusing his medication and any medical treatment since 3 weeks now.
The Italian doctor Giorgio Gagliardi has made known his intention to come to Belgium as soon as possible, as the dehydration and the dark brown discoloration of Marcel Vervloesem’s skin indicates that he may die over the next few days.

The Belgian minister of Justice Stefaan De Clerck informed the lawyer of Marcel Vervloesem over a month ago by letter that he would order an investigation to be done by the ‘Central Commission of Supervison within prisons’ into the inhuman detention circumstances of Marcel Vervloesem.
Nothing further was heard or seen of the minister, the investigation simply did not happen.

Minister De Clerck and the colleagues of his cabinet received another mail regarding this situation yesterday. Even an Open Letter was delivered at the cabinet, but the minister does not react anymore since his (first and maybe last) 'answer' of 30 April 2009. His adjunct-spokeswoman Lieselot Bleyenberg, announced to the French journalist Serge Garde last week in a Flemish dialect 'Sir, we do not communicate about mister Vervloesem'.
Serge Garde who wrote a book about the child pronography case Zandvoort, is currently putting together a TV-coverage about this case, for which he wanted to interview the Belgian minister.

Minister De Clerck will receive a fax and a registered letter today, in which he will be requested to urgently find a solution for the case Vervloesem. It could be a matter of a few days after all.

It is incomprehensible that the Minister who went and complained with the Dutch government about his overpopulated prisons and who wants to let hundreds of Belgian prisoners be locked up in the prison of Tilburg, is prepared to let very ill people like Marcel Vervloesem die in prison.
De Clerck writes about a ‘human and fair justice’ on his website, continuously talks about it in his ‘reformation policy’ and his 'Masterplan 2008-2012 for a prison structure in hcircumstances', however it is clear that his words do not conform with reality.
Does the Minister want to cover up the child pornography case Zandvoort and the disappearance of exempting pieces out of the court files of Marcel Vervloesem from the office of the public prosecutor in Turnhout, as well as the disappearance of the child pornography cd-roms regarding Zandvoort at the Court of Appeal in Antwerp?
Is he being put under pressure by the magistrature in Belgium, which is mainly controlled by the Christian-Democratic party (just think of the Fortis affair)?
One can only guess… What is happening here sounds unreal, especially for a Christian-Democratic constitutional state which is placed in the heart of Europe.

One should not forget that the Flemish Christian-Democrats, which have been in pozer politically for years now and even keep their power now without actually being seated in the government, have been conducting a hush-hush policy and have a tradition of conquering the hearts of the voters by sweet-talking and hypocritical statements.
They haven’t really cared about social values, despite having talked a lot about it since the start of Belgium’s existence.
The flemish Christian-Democratic Party is actually more an economical and financial lobby (even at European level) in which corruption is rife.

----------------------

Here’s a list of emergency admittances and operations of Marcel Vervloesem

1) malicious cancer - St H. Hart Lier - 2 times
2) kidneys - 5 times - Sint Elisabeth Herentals
3) pancreas - 2 times - 1x in H Hart Lier, 1x in UIA Antwerp
4) intensive care pancreatitis 2 - H. Hart Lier - Sint Elisabeth Herentals
5) intensive care pancreatitis 1 - UIA ziekenhuis Antwerp
6) intensive surgery, Fabiola hospital Sambre Ville - St Elisabeth Herentals - 11 times
7) blockage of the kidneys - Gasthuisberg hospital Leuven - 2 times
8) disfunctions of the heart, operations AZ Imelda Hospital Bonheiden - 3 times
9) intensive care, diabetic blockage - H. Hartziekenhuis Lier - 4 times
10) kidney blockage - H. Hartziekenhuis Lier - once
11) heart operation - AZ Sint Jan Brugge - once
12) kidney dialysis - AZ Sint Jan Brugge - 5 times
13) internal bleeding - AZ Sint Jan Brugge - once
14) operation - AZ Sint Jan Brugge - once
15) surgical placement of kidney dialysis tubes - AZ Sint Jan Brugge - once
16) intensive emergency care, cardiography - Sint Elisabeth Turnhout - once
17) intensive emergency care, leucemia - Sint Elisabeth Turnhout - once
18) intensieve emergency care, insuline coma - Sint Elisabeth Ziekenhuis Herentals - once
19) heart operation - AZ Sint-Jan Brugge
20) since 3 weeks he should again urgently have been admitted to the AZ Sint Jan Brugge, because of new heart problems due to a lack of medication and inadequate treatment, however exactly 1 day before he would be admitted, the director of prison came with a negative report wherein was stated that, amongst other things, his requests had been denied…

Photo: The Belgian minister of External Affairs Karel De Gucht, met the American State- Secretary Hillary Clinton in March 2009. Belgium is seated along with the US in the VN-Human Rights Council after De Gucht said he was prepared, along with other European countries, to ‘take on’ Guantanamo-prisoners.


CONTACT:

Do not hesitate to send Marcel Vervloesem a postcard, as it will releif him to know that his life was not shortened in vain:
Gevangenis (Prison) Brugge
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgium)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis (Belgium)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)

03-06-09

Child abuse - Zandvoort ring: Vervloesem case on BFM - TV


marcel

Fondation Princesses de Croÿ & Massimo Lancellotti

Brussels, June 2, 2009
 

Invitation
VERVLOESEM CASE ON BFM - TV
Serge Garde on line, interviewed by Karl Zero
Wednesday June 3 - 22:10 GTM
BFM, continuous information chanel accessible on http://www.bfmtv.fr/
 

Serge Garde, author of the Book of Shame on the French branch of the paedocriminal network Zandvoort, will speak of treatment of Marcel Vervloesem, who has discovered the file of 90.000 victims of abuse. Stefaan De Clerck, Minister for Justice, refuses to answer the press about the man who exposes for 21 years, the corruption that covers organized paedocriminality.
Paul Van Buitenen, member of the EU Parliament, will meet Marcel Vervloesem in the prison today. He wishes to get informed about the situation of this man, condemned for crimes which he is recognized physically unable to execute, to a sentence that his health condition would not allow him to survive.
Marcel Vervloesem refuses to be hospitalized without protection of an electronic bracelet, to be shackled to a hospital bed and brought back in prison as soon as the doctors foresee a chance of survival. The Ministry for Justice has granted electronic bracelets to two members of Vlaams Belang, extreme Belgian right wing, at the first day of their imprisonment, in priority to a prisoner of which the defect of health care has led him to 6 major surgeries.
 
Serge Garde will be interviewed by Karl Zéro, famous French television reporter, who also was confronted to the traps aiming to eliminate those who embarrasses.
In 2003, Karl Zéro had been presenting for ten years the "Real Journal" for television "Canal +", in the objective to say out loud what the other TV news are hiding. On Sunday May 18, of that year, the former mayor of Toulouse revealed on one of the main television channels, that his name was quoted in a "frightening machination". In a few days, two prostitutes confirmed the corruptions of the police force, seasoned disordered inclinations of the former mayor and a magistrate, which a serial killer, Patrice Alègre, showed to have financed two murders.
The media were going wild vis-à-vis the accusations, which had only been heard by the statements of these senior civil servants. The magistrate was replaced shortly after his own.

The real machination appears when the prison authorities granted Patrice Alègre, a right of visit of a journalist close to Karl Zéro, in a way that the killer could confirm his accusations in writing. The scandal was boiling since two weeks, when on June 1, 2003, Karl Zéro read this letter which was given to him by his fellow-member, in the "Real Journal", after authorisation of the television direction. The lawyers of the killer then made a press conference, to reveal the names that Karl Zéro had taken care to occult. The newspaper "Monde" exposed the names of theses senior civil servants who had already exposed themselves. The killer retracted his declarations on June 19. He then ensured that Karl Zéro, would have promised him 15.000 euros for this letter, which had no sense, since Karl Zéro could have free of charge, the material proofs supported by judicial documents, showing a underpants-less French magistrate in the Zandvoort file.

The "frightening machination" will eliminate the Gendarme Roussel, who had noted 191 disappearances and murders covered-up in suicides in the area of Toulouse, the "Real Journal" and poisoned Karl Zéro's life. He now presents the BFM 22.10 news with an extraordinary talent, and is naturally interested in all these "frightening machinations".

By Jacqueline de Croÿ

karl_zero_001

Discover what does the Belgian media hide on the Vervloesem case
http://www.bfmtv.fr/
Wednesday, June 3 – 22h10 GTM

Découvrez ce que les médias belges cachent sur l'affaire Vervloesem
http://www.bfmtv.fr/
Mercredi 3 juin – 22h10 GTM

Scoprite ciò che i media nascondono dietro il caso Vervloesem
http://www.bfmtv.fr/
Mercoledì 3 giugno – ore 22.10 GTM


Réseau pédocriminel Zandvoort: L'Affaire Vervloesem sur BFM - TV


marcel

Fondation Princesses de Croÿ & Massimo Lancellotti

Bruxelles, 2 juin 2009
 
Invitation
AFFAIRE VERVLOESEM SUR BFM - TV
Serge Garde en direct, interviewé par Karl Zéro
Mercredi 3 juin 22h10 GTM
BFM, chaine d’information continue accessible sur http://www.bfmtv.fr/

Serge Garde, auteur du Livre de Honte sur la branche française du réseau pédocriminel Zandvoort, parlera du sort réservé à Marcel Vervloesem, qui a découvert le fichier de 90.000 enfants victimes de sévices. Stefaan De Clerck, Ministre de la Justice, refuse de répondre à la presse au sujet de cet homme qui expose depuis 21 ans, la corruption qui couvre la pédocriminalité organisée.
Paul Van Buitenen, Parlementaire Européen, rencontrera Marcel Vervloesem à la prison aujourd’hui. Il souhaite s’informer de la situation de cet homme, condamné pour des crimes qu’il est reconnu physiquement incapable de commettre, à une peine que son état de santé ne lui permettrait pas de survivre.

Marcel Vervloesem refuse d’être hospitalisé sans la protection d'un bracelet électronique, pour être menotté à un lit d'hôpital et ramené en prison dès que les médecins entreverront une chance de survie. Le Ministère de la Justice a octroyé le bracelet électronique à deux membres du Vlaams Belang, extrême droite belge, au premier jour de leur incarcération en priorité sur un prisonnier dont le défaut de soin de santé a mené à 6 opérations majeures.
 
Serge Garde sera interviewé par Karl Zéro, célèbre reporter de la télévision française, qui lui aussi a été confronté aux pièges pour éliminer ceux qui gênent.

En 2003, Karl Zéro présentait depuis dix ans le "Vrai Journal" pour la télévision "Canal +", dans l’objectif de dire tout haut ce que les autres journaux télévisés cachent. Le dimanche 18 mai de cette année là, l’ancien maire de Toulouse révélait sur une des principales chaînes de télévision, que son nom était cité dans une "effarante machination". En quelques jours, deux prostituées confirmaient des corruptions de la police, assaisonnées de troubles penchants de l’ancien maire et d’un magistrat, qu’un tueur en série, Patrice Alègre, accusait d’avoir commandité deux meurtres.
Les médias étaient en folie face à des accusations qui n’ont été entendues que par les déclarations de ces notables, le magistrat remplacé au lendemain des siennes.

La réelle machination apparaît quand l’administration pénitentiaire accorda à Patrice Alègre, un droit de visite d’un journaliste proche de Karl Zéro, de manière à s'assurer que le tueur puisse confirmer ses déclarations par écrit. Le scandale bouillonnait depuis quinze jours, quand le 1er juin 2003, Karl Zéro a lu cette lettre qui lui a été remise par son confrère, dans le "Vrai Journal", avec l’accord de la direction de la télévision. Les avocats du tueur ont alors fait une conférence de presse, pour révéler les noms que Karl Zéro avait pris soin d’occulter. Le journal "Le Monde" exposa les noms des notables qui s'étaient déjà exposés. Le tueur, également mythomane, rétracta ses déclarations le 19 juin. Il assura que Karl Zéro lui aurait promis 15.000 euros pour cette lettre, ce qui n'a aucun sens, puisque Karl Zéro pouvait avoir accès gratuitement aux preuves matérielles étayées de documents judiciaires, qui exposaient un magistrat français déculotté au fichier Zandvoort.

"L’effarante machination" éliminera le Gendarme Roussel, qui avait relevé 191 disparitions et meurtres maquillés en suicides dans la région de Toulouse, le "Vrai Journal" et empoisonna la vie de Karl Zéro. Il présente actuellement les nouvelles de BFM de 22h10 avec un talent extraordinaire, et s’intéresse naturellement à toutes les "effarantes machinations".

Par Jacqueline de Croÿ

karl_zero_001Découvrez ce que les médias belges cachent sur l'affaire Vervloesem
http://www.bfmtv.fr/
Mercredi 3 juin – 22h10 GTM

Scoprite ciò che i media nascondono dietro il caso Vervloesem
http://www.bfmtv.fr/
Mercoledì 3 giugno – ore 22.10 GTM

Discover what does the Belgian media hide on the Vervloesem case
http://www.bfmtv.fr/
Wednesday, June 3 – 22h10 GTM


Rete pedocriminale Zandvoort: Il caso Vervloesem su BFM - TV


marcel

Fondation Princesses de Croÿ & Massimo Lancellotti

Bruxelles, il 2 giugno 2009
 
Invito
Il caso VERVLOESEM SU BFM - TV
Serge Garde in diretta intervistato da Karl Zéro
Mercoledì 3 giugno – ore 22.10 GTM
BFM, catena d'informazione accessibile su http://www.bfmtv.fr/

Serge Garde, autore del Il Libro della Vergogna sulla propagine francese della rete pedocriminale Zandvoort, parlerà della fine riservata a Marcel Vervloesem, che ha scoperto lo schedario di 90.000 bambini vittime di sevizie. Stefaan De Clerck, Ministro della Giustizia, rifiuta di rispondere alla stampa su quest'uomo che ha scoperto dopo 21 anni, la corruzione che copre la pedocriminalità organizzata.
Paul Van Buitenen, Parlementare Europeo, incontrerà Marcel Vervloesem nella prigione oggi. Lui si augura di avere informazioni circa la situazione di questo uomo, condannato per dei crimini che non poteva fisicamente commettere, poichè il suo stato di salute gli permetteva appena di tirare avanti.

Marcel Vervloesem rifiuta di essere ospedalizzato senza la protezione del braccialetto elettronico, e perchè era stato ammanettato al letto dell'ospedale e ricondotto in prigione quando i medici avevano intravvista una possibilità di sopravvivenza. Il Ministero della Giustizia ha permesso il braccialetto elettronico a due membri del Vlaams Belang, estrema destra belga, fin dal primo giorno della loro incarcerazione con priorità su un prigioniero la cui cagionevole salute ha condotto a sei grossi interventi chirurgici.
 
Serge Garde sarà intervistato da Karl Zéro, ceklebre reporter della televisione francese, che anche lui è stato usato con delle trappole per eliminare coloro che danno fastidio.

Nel 2003, Karl Zéro presentava dopo dieci anni il "Vrai Journal" per la televisione "Canal +", con il fine di dire ad alta voce ciò che le altre televisioni nascondevano. Domenica 18 maggio 2003 di quell'anno, l'anziano sindaco di Toulouse rivelava su una delle principali reti televisive, che il suo nome era citato in una "sbalorditiva trappola". Dopo qualche giorno, due prostitute confermavano la corruzione della polizia, condita con disordini pendenti del vecchio sindaco e di un magistrato, che un serial killer, Patrice Alègre, accusava di aver commmisionato due assassinii.
I media tripudiavano di fronte a queste accuse che erano state sentite dalle dichiarazioni dei due notabili. Il magistrato fu rimpiazzato l'indomani delle sue dichiarazioni.

La reale macchinazione apparve concreta quando l'amministrazione penitenziaria accordò a Patrice Alègre, un diritto di visita di un giornalista vicino a Karl Zéro, in modo di assicurarsi che l'assassino potesse confermare le sue dichiarazioni per iscritto. Lo scandalo bolliva ancora dopo quindici giorni, quando il 1 giugno 2003, Karl Zéro lesse questa letttera che gli aveva portato il suo collega, nel "Vrai Journal", con l'accordo della direzione della televisione. Gli avvocati dell'assassino allora fecero una confrerenza di stampa, per rivelare i nomi che Karl Zéro aveva avuto cura di nascondere. Il giornale "Le Monde" rivelò i nomi dei notabili che si erano già compromessi. L'assassino, egualmente mitomane e narcisista, ritrattò le sue dichiarazioni il 19 giugno. Lui assicurò che Karl Zéro gli aveva promesso 15.000 euro per quella lettera, mentre ciò non aveva nessun senso, poichè Karl Zéro poteva avere accesso gratuito alle prove materiali sostenute da documenti legali, che rivelavano che un magistrato francese senza mutande era rappresentato nello schedario di Zandvoort.

"La trappola sbalorditiva" eliminerà il Gendarme Roussel, che aveva rivelato 191 scomparsi ed assassini mascherati da suicidio nella regione di Tolosa, il "Vrai Journal" ed avvelenerà la vita di Karl Zéro. Lui presenta attualmente le novità sul canale BFM delle 22.10 con un talento straordinario e si interessa naturalmente a tutte le "trappole sbalorditive".

By Jacqueline de Croÿ

karl_zero_001Scoprite ciò che i media nascondono dietro il caso Vervloesem
http://www.bfmtv.fr/
Mercoledì 3 giugno – ore 22.10 GTM

Découvrez ce que les médias belges cachent sur l'affaire Vervloesem
http://www.bfmtv.fr/
Mercredi 3 juin – 22h10 GTM

Discover what does the Belgian media hide on the Vervloesem case
http://www.bfmtv.fr/
Wednesday, June 3 – 22h10 GTM


02-06-09

Qui taît des crimes, pousse au meurtre


Marcel.dood.mail-4declerck.286380réseaupédocriminelle de Zandvoort

Lettre à Wendy Vervloesem

Je sais sur que ton papa est tombé dans un piège pour quelque chose qu'il n'y a jamais été passé. Je vais te raconter ce que je sais depuis déjà des mois. Dans la période, avant que j'ai été enfermé (dans la maison de correction de Mol), j'ai eu des contacts avec Luc V. et son fils Ruben V. (également enfermé dans la maison de correction de Mol). Je devais pour Luc V. et son fils Ruben, aller acheter des drogues (en Hollande). J'ai reçu pour cela de l'argent de Luc V. Cela a duré pendant un période. Ces drogues étaient remises par Ruben à son copain Winnie VS.

Luc V., au moment où nous étions ensemble, a dit que si nous avions des problèmes et devions être arrêtés, que nous devions alors dire à la police, que nous avions obtenu ces drogues et cet argent de ton papa pour pouvoir nous en sortir. Si nous étions enfermés, nous devions fuguer chez ton Papa. Il avait imprimés dans nos coeur que si nous avions des problèmes avec la justice, nous devions dire avoir été violés et sexuellement abusés par ton papa. Nous obtiendrons alors des avantages. Luc V. nous a dit que la justice pourrait briser ton Papa alors. Il disait que le tribunal ne pourrait jamais prouver que ces déclarations étaient inexactes. Nous devions expliquer les choses au sujet de ton papa, comme on pouvait lire de son frère Victor et la plainte dans la gazette.
Ruben était très enthousiaste de ça. Nous aurions le soutien de Victor et de ses copains. Ton Papa n'aurait certainement pas pu se défendre contre nous.

Ainsi Luc V., a envoyé son fils Ruben régulièrement à ton Papa pour faire des photocopies de lettres. De cette façon Ruben pouvait laisser entrer son copain Winnie VS chez ton Papa. Ils devaient demander à ton Papa de pouvoir jouer sur l'ordinateur, mais en réalité ils devaient ouvrir des lignes de sex. Ruben et son copain devaient placer des affaires chez ton Papa, pour pouvoir le faire accuser. C'est la vérité.

J'ai déclaré à la police (de Herentals) comment cette affaire a été règlé, avec les drogues et Luc et Ruben V. et j'ai dit à la police que j'ai vendu des drogues à Ruben. J'ai aussi raconté à la police que je n'ai pas fait de deal de drogues avec les plus jeunes mais que j'avais donné quelques droques à Luc V. qui les a probablement donné à son fils. Cela se trouve aussi comme ça dans le procès-verbal.

Normalement je avais informé ton papa mais je n'ai jamais pensé qu'ils iraient jusque là. Je veux en tout cas confirmer ceci et témoigner. Si tu vas voir ton Papa, alors souhaite lui beaucoup de force. Savez Wendy, si il y a un pédophile, alors c'est le frère de ton Papa.

Victor Vervloesem voulait violer Nickske C.(le troisième jeune qui accusait Marcel Vervloesem) et moi près de l'étang 'stekkes', mais ce récit, tu le connais déjà et je te l'ai déjà raconté.

Stefan D.

------------------

Extraits des procès-verbaux :

Déjà le 18 mai 1998, époque Temse-Madeira. (Traduction) : Lettre M.A. Heist o.d.Berg dd. 18.05.98 - TU.37.10102448/98 : "Si un jour je devais avoir des problèmes avec le tribunal, je devais alors expliquer que Marcel Vervloesem m’avait agressé. J'aurais dû alors contacter Victor Vervloesem. Celui-ci paraît avoir beaucoup à dire au tribunal. Je n'ai jamais participé à ces jeux parce que moi je sais que Victor Vervloesem a agressé deux de mes amis."
(VO: Brief M.A. Heist o.d.Berg dd. 18.05.98 - TU.37.10102448 / 98: "Als ik ooit problemen zou hebben met het gerecht dan moest ik maar verklaren dat Marcel Vervloesem mij zou aanranden. Ik moest dan met Victor Vervloesem in verbinding treden. Die zou naar het schijnt veel te zeggen hebben op het gerecht. Ik heb aan die spelletjes nooit meegedaan omdat ik weet dat Victor Vervloesem twee van mijn vriendjes heeft aangerand. ")

13 décembre 2004. (Traduction) Le procès-verbal de la police de Heist.o.d.Berg dd.13.12.2004 pv. ME.18.L7.104977/2004 l'interrogatoire Stefaan D. Arendonk : "Je peux vous dire que j’ai été agressé par Victor Vervloesem aux étangs "stekkes" à Morkhoven. Il a essayé de saisir les parties de sexe. Les faits se sont déroulés en présence de mon ami Nickske C. de Morkhoven."
(VO: Proces-verbaal Politie Heist.o.d.Berg dd.13.12.2004 pv. ME.18.L7.104977 / 2004 verhoor ST.D. uit Arendonk: " Ik kan u zeggen dat ik aangerand ben geweest door Victor Vervloesem aan "stekkesvijver" te Morkhoven. Deze heeft geprobeerd mijn geslachtsdelen te grijpen. De feiten deden zich voor in het bijzijn van mijn vriendje N.C. uit Morkhoven. ".)


Réseau pédocriminel Zandvoort: Affaire Vervloesem sur BMF - TV

Serge Garde en direct, interviewé par Karl Zéro
Mercredi 3.6.2009 - 22h10

Karl Zéro en s'entretiendra avec le journaliste Serge Garde au sujet des traitements réservés au l'activiste Marcel Vervloesem par les autorités belges BFM, chaîne de télévision française d'information continue accessible sur Internet en direct puis en différé dans le monde entier sur Internet http://www.bfmtv.fr, ce mercredi 3 juin 2009 - 22 h00 GTM

Aujourd'hui (2.6.2009) Paul Van Buitenen, membre du parlement européen, rencontra Marcel Vervloesem au prison de Bruges

-------------

CONTACT:

Jan Boeykens - Princess Jacqueline de Croÿ
Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles (Bruxelles)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz

PHOTOS:

- Marcel Vervloesem qui est gravement malade (cancer, maladie du coeur, diabète, maladie des reins,) et est enfermé pendant 9 mois à la prison.
- Stefaan De Clerck, Ministre de la justice belge, qui ne veut pas laisser enquêter l'affaire Zandvoort en les disparitions des documents et de 7 cd-roms Zandvoort aux courts de Turnhout et d'Anvers. Il y a plus qu'un mois que le Ministre déclarait à l'avocat de Vervloesem qu'il faisait enquêter sur les conditions de détentions de Marcel Vervloesem mais Le Ministre n'a pas respecté ce promesse. De Clerck (membre du Parti flamand Démocrate Chrétien) qui parle constamment d'une 'justice humaine' et de son 'Masterplan pour des prisons humaines' maintient en prison, des prisonniers gravement malades, jusqu'à la fin de leur vie. Au même moment, il se plaint au gouvernement hollandais de la 'surpopulation' de ses prisons. Il y a quelques semaines que le gouvernement hollandais a accepté de vendre à l'état belge une prison, pour déporter quelques centaines de prisonniers belges dans les prisons hollandaises, qui deviendra une sorte de Guantanamo hollandais.

Réseau pédocriminelle Zandvoort: L'Affaire Vervloesem sur BMF-tv


Marcel.dood.mail-4declerck.286380réseaupédocriminelle de Zandvoort

Le réseau pédocriminelle de Zandvoort: L'Affaire Vervloesem sur BMF

Télévision française
Karl Zéro en s'entretiendra avec le journaliste Serge Garde au sujet des traitements réservés au l'activiste Marcel Vervloesem par les authorités belges
BFM, mercredi 3.6.2009 - 22 h
http://www.bfmtv.fr
(à voir via l'Internet)

Aujourd'hui (2.6.2009) Paul Van Buitenen, membre du parlement européen, rencontra Marcel Vervloesem au prison de Bruges

-------------

Jan Boeykens - Princess Jacqueline de Croÿ
Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles (Bruxelles)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz

PHOTOS:

- Marcel Vervloesem qui est gravement malade (cancer, maladie du coeur, diabete, maladie des reins,) et est enfermé pendant 9 mois à la prison.
- Stefaan De Clerck, Ministre de la justice belge, qui ne veut pas laisser enquêter l'affaire Zandvoort en les disparations des documents et de 7 cd-roms Zandvoort aux courts de Turnhout et d'Anvers. Il y a plus qu'un mois que le Ministre déclarait à l'avocat de Vervloesem de laisser investiger les circumstances pénintentiares de Marcel Vervloesem mais Le Ministre n'a pas respecté ce promesse.
De Clerck (membre du Parti flamand des Démocrats-Chrétiens) qui parle comstamment d'une 'justice humaine' et de son 'Masterplan pour des prisons humains' garde les prisonniers qui sont gravement malades, jusqu'au le fin de leur vie à la prison. Au même temps il va se plaindre chez le gouvernement hollandais du 'surpopulation' de ses prisons. Il y a quelques semaines que le gouvernment hollandais a accepté d'enfermer quelques centaines de prisonniers belges aux prisons hollandais qui se trouvera dans une sorte de Guantanamo hollandaise vendu à l'état belge.

Prigione di Bruges: lettera del attivista Marcel Vervloesem


wanted.marcBelgio, Bruges, giovedì 21 maggio 2009

Cari Claudia, Giorgio e Giovanni,

Dal profondo del mio cuore vi ringrazio per il vostro impegno, la tua lettera del 18 maggio e il tuo intervento col ministro Stefaan de Clerck il 15 maggio. So che sta crescendo un gran dissenso per la maniera in cui è stato trattato il mio caso qui, nelle mia condizioni, dal PSD e i responsabili. Infatti come essere umano ho subito molto dal 5 settembre quando di spontanea volontà mi sono presentato presso il carcere, dopo essere stato in libertà nella mia casa a Morkhoven sotto le condizioni poste dall’accusa dopo il mio pre-arresto. Dopo quella data del 5 settembre è diventato per me una questione di sofferenze disumane, una vita senza alcun futuro. Per mesi ho percorso la strada di operazioni, ricupero, di nuovo operazioni e ricupero etc. sotto pesante pressione psichica, che venne e viene sempre nutrita da promesse di sviluppi e speranza, da possibilità di permessi, controllo elettronico e dalla possibilità di parziale messa in libertà per ragioni mediche.
Una grande promessa e speranza che è risultato essere priva di contenuto e che dev’essere stato solo adoperato per deviare e per tenere buono me e tutte le persone che si sono attivate per me.

Se faccio i conti in maniera razionale, i danni per me a livello fisico sono diventati irrecuperabilmente grandi e la mia fiducia nei responsabili ridotta a zero. Facendo i conti mi rendo conto che sono stato operato chirurgicamente 5 volte, che ho subito 5 dialisi per ore e ore. Ho avuto 5 trasfusioni di sangue e mesi di recupero, periodi di ospedalizzazione etc., con ben 591 ore attaccato con manette e catene alle mie gambe al letto d’ospedale, alla barella e così via, con la sensazione che la dignità umana fosse scesa a zero.

Tutto ciò è stato ancora rinforzato dalla lunga attesa inutile per il rapporto del PSD, che non arrivava mai, secondo loro perché la Corte di Appello di Anversa non gli mandava un documento richiesto. Il trasferimento ad un altro carcere con un sistema più umano, non fu possibile perché non si riusciva a concludere il rapporto del PSD. Infatti i permessi mi vennero sempre negati dalla direzione qui con delle scuse sempre diverse. Questa volta sarebbe Wendy a soffrire troppo ai danni della sua famiglia da me causati, se fosse distante di solo 7 chilometri delle cosiddette vittime. I suoi figli ora non farebbero parte della categoria a rischio secondo il rapporto del PSD. Un permesso presso Jan e Jacqueline ebbe sempre un giudizio negativo dalla direzione, perché l’assistente sociale che dovrebbe indagare sulla questione, sarebbe potuto venire da loro solo il 26 di maggio. La richiesta di permesso doveva essere stata fatta già l’8 maggio. Ciò significherebbe che potrei fare una nuova richiesta non prima di agosto – settembre, dopodiché la direzione impiegherebbe due mesi per dare il suo giudizio, il quale poi verrà esaminato per un altro mese presso il Servizio Casi Individuali per un giudizio finale. Quindi si tratterebbe minimo di fine novembre. Forse a dicembre 2009 potrei ottenere un permesso. Dico forse perché anche questo non è sicuro.

Nel frattempo rimango a Bruges, lontano da chi amo, Wendy, Peter, i nipotini e tanti altri che, vista la distanza, hanno grossi problemi per venire a trovarmi etc.

Ho portato tutto sulle mie spalle, stretti i denti per i dolori, e ho subito e sopportato sofferenze insopportabili. Ora, dopo mesi di questi orrori, è arrivato il rapporto del PSD, pieno di critiche e giudizi nei miei riguardi, riempito da una montagna di incertezze, la vergognosa descrizione di Wendy e così via. Un rapporto in cui il PSD ora scrive che ha forti dubbi se ‘Marcel’ sia effettivamente un pedofilo. Secondo le loro conclusioni non sarebbe attratto da bambini ma da gli adulti sì. Non sanno se esista un trattamento psichiatrico per ‘Marcel’, e se sì, dovrà essere di natura ‘residenziale’ o di natura ‘ambulante’? Addirittura non sanno se esista una terapia per ‘Marcel’. Non sanno se metterlo sotto osservazione psichiatrica o dargli una cura magari senza nessun risultato.
Dubitano perfino che ci siano delle possibilità terapeutiche nelle nostre Fiandre per seguire o trattare ‘Marcel’, e nel caso che ci fossero, sarebbe una grande sfida per le possibilità terapeutiche presenti nelle Fiandre.

Forse avrebbe successo un accompagnamento ‘ambulante’ per ‘Marcel’ se collegato alle richieste e al controllo per eventuali ricadute. Ed ecco cosa ho aspettato per 8 mesi di grandi sofferenze. Questo mentre nel mio paese centinaia di condannati con una pena identica alla mia, potevano rimanere a casa semplicemente con controllo elettronico senza passare nemmeno una sola giornata in carcere, potendo ricevere illimitatamente i loro amici e i loro familiari, potendo scontare la loro pena in circostanze più umane.

Ciò, mentre gli stessi responsabili non mi augurano nemmeno un solo permesso o controllo elettronico, nonostante le mie malattie pesanti.

Sapete cari amici, ancora soffro per tutto ciò. Effettivamente tutte le nuove ricerche mediche hanno mostrato che il mio stato di salute non vada bene. L’anticamera cardiaca sinistra non ne vuole più sapere, con forti aritmie come risultato. Battiti fino a 150 al minuto. A volte trasborda e poi si ferma un attimo improvvisamente. La mia pressione ha dei picchi alti di 21/9 – 20/9 etc. La situazione richiedeva l’assunzione di forti diluenti sanguinei. Una medicina non senza pericoli e che richiede un controllo continuo. Si suppone che si siano create delle solidificazioni nelle mie vene. Il mio diabete si alza a valori molto alti, 400 – 500 – 570 etc. Questo anche a causa di tutte quelle situazioni e per il fatto che io, come diabetico grave, posso andare solo un’oretta a passeggiare fuori dalla mia cella e sabato e domenica un poco di più. Questa è una pessima situazione per me. Un paziente diabetico ha bisogno di molto movimento. In un altro carcere mi sarebbe stato permesso di andare a passeggiare un paio di volte al giorno. Tutto questo fa sì che mi ammalo sempre di più.

Il venerdì scorso, 15 maggio, sarei dovuto andare all’ospedale St-Jan, dove volevano fare il medesimo intervento sul mio corpo esausto, dandomi electroshock da addormentato, nell’intento di migliorare l’aritmia cardiaca etc. Il mio corpo non regge più a queste cose.
Ho rifiutato l’intervento e ho deciso e da giovedì 14 maggio ho fermato tutte le cure mediche, ricerche, interventi, medicazioni e con ciò anche l’indispensabile pompa d’insulina. Così tutto si è fermato e la pace, tranquillità potrà tornare in me.

Secondo i medici rischierò la presenza di trombosi, coma diabetico, insufficienza cardiaca. Vorrebbero che tornassi sulla mia decisione. Ora andrebbero a discutere la mia situazione con i medici responsabili vari a Bruxelles. Martedì 19 si è chiesto l’aiuto di un esperto psichiatra del policlinico. Con lui sono riuscito a fare un buon discorso, un dialogo. Mi ha saputo dire che sia lui che il Dr. Proot, capo medico qui, si impegneranno intensamente per una soluzione per me. Intanto il mio punto di vista rimane lo stesso, quindi mi distanzio da ogni cura medica medicazioni e così via.

Mercoledì mi volevano misurare il livello del diabete, ma essendo anche quella un'azione medica l’ho rifiutata. Sui documenti a me presentati per il rifiuto delle cure mediche gli ho scritto come ragione: trattamento disumano considerato il mio stato medico, senza favori e altro in detenzione.

Si dovranno accontentare così da ora in poi. Ho chiesto alla direzione di lasciarmi in pace, e così fanno.

La domanda ora è cosa dovranno fare i responsabili. La PSD ha inviato il suo rapporto agli specialisti dell’Ospedale Universitario ad Anversa (U.I.A.), per vedere se da lì mi potrebbero seguire. Mi hanno chiesto il 18 maggio, se voglio tornare nel carcere di Turnhout, più vicino a casa. Il PSD lo proporrebbe a questa direzione. Ma l’ostacolo sarà nuovamente che non è possibile a causa della mia situazione medica, e così via…

Per il PSD non servirei più a Bruges ora, loro hanno finito con me, e il loro rapporto conterebbe anche per gli altri carceri secondo loro. Come ragione perché non è stato scritto nulla dei miei problemi medici e pesanti malattie, dichiarano che ciò è dovuto ai medici responsabili qui e in Bruxelles, perché questi non li nominerebbero non ne darebbero un resoconto al loro servizio del PSD. E a loro come PSD non gli sarebbe permesso di prendere visione del contenuto del dossier medico per il ‘segreto medico’. Quindi non se ne parla nel loro rapporto alle autorità autorizzate.

E così le cose vanno sempre avanti senza che nessuno sembra sentirsi responsabile.

Eppure tutte le autorità e anche i responsabili sono fin troppo al corrente di queste situazioni drammatiche.

Il Ministro di Giustizia Stefaan de Clerck scrisse al mio avvocato Raf Jespers il 25 marzo, che se ‘Marcel’ dovesse rimanere sulla sua decisione riguardante l’eutanasia, i suoi collaboratori avrebbero nominato Professor Distelmans della Libera Università a Bruxelles per indagare sul caso.

Ma.. così scrive… la situazione di ‘Marcel’ viene seguita accuratamente dai servizi medici..!

A me iI Ministro ha scritto ancora la stessa giornata, che lui avrebbe incaricato il suo Consiglio Centrale dei carceri, Waterloolaan 115 a Bruxelles, di indagare sul regime in carcere. Fino ad oggi che vi scrivo, non ho percepito nulla di questa indagine..! E la situazione è tale e quale dei quella dei mesi scorsi.

Dal giorno in cui sono stato incarcerato sono rimasto fedele alla mia convinzione. Ne vale la pena per quelle decine di migliaia di bambini sulle immagini, anche se il mio destino è reso insopportabilmente pesante. Ora mi trovo ancora nella mia cella 62. Ieri sera, mercoledì 20 maggio, mi ha visitato il mio avvocato. Il rapporto del PSD è in suo possesso quindi. Loro sono stupefatti per tutte le strane azioni del PSD, per i permessi rifiutati, le ricerche sociali troppo ritardate e così via.. Bene, il rapporto non potrà più andar perso qui.

Personalmente non mi sento troppo bene. Ma so in onore e coscienza che un giorno tutto questo vedrà la luce del giorno. Succede già anche ora, rendendoli molto scontenti.

Sulla mia sezione 35 il personale e gli altri detenuti mi trattano bene. Su ciò non ho nulla da ridire, anzi. La direzione non la vedo e non la sento, neanche riguardo le mie lettere e rapporti che gli ho inviato, il ché si commenta da se.

Io stesso so ora davanti a quale situazione mi trovo nella mia cella e che morirò lentamente per mancanza di trattamenti, medicinali e insulina, ma non ne ho più paura.

So che Wendy e gli altri mi amano moltissimo e che di ciò non mi devo preoccupare minimamente.

Li ho trattati sempre bene. Tantissima gente segue dettagliatamente la mia situazione nazionalmente ed internazionalmente. La mia sofferenza ha avuto perfino risposta da una principessa inglese che segue i websites che mi riguardano. Anche un’organizzazione per i diritti umani ha cercato contatto e segue da settimane gli eventi e le mie sofferenze qui. Hanno già chiesto cosa potrebbero fare per me. Vedete amici, qualunque cosa succeda e per quanto lo si tenta, questo non verrà taciuto a morte. Il piccolo attivista non è stato dimenticato.

Lascio ora spazio al mio destino. E’ come mi scrisse un tedesco ancora questa settimana: “Hanno esagerato Marcel, molto, ti hanno rinchiuso in modo bestiale tutti quei mesi, io e tanti altri lo sappiamo, la tua voce è stata letta, sentita, e diffusa, quindi i tuoi nemici saranno molto inquieti, preoccupati se non verrà risolto o se avrà una fine fatale.”

E così è, in fin dei conti. Ora la parola sta a loro, mi scrisse una signora da Ieper, ma la sofferenza che ti hanno indotto ‘Marcel’, si vendicherà a sua volta su di loro.

Dei giornalisti tedeschi vogliono venirmi a trovare, anche un giornalista olandese. Tutto questo non rimmarrà di certo inpercepito. I combattimenti di tutti gli anni passati si premiano ora da soli.

Bene cari Claudia, Giovanni e Giorgio, ora chiudo ringraziandovi.

Di cuore,

tante belle cose,

Marcel


- Droit Fondamental
- Werkgroep Morkhoven
- Rete criminale di Zandvoort

Gevangenis Brugge (Prizione di Bruges)
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgio)

26-05-09

Stefaan De Clerck, ministre de la justice belge, demande une enquête...


DanièleReynders.pict_178970 Stefaan De Clerck demande une enquête sur Danièle Reynders

Le ministre de la Justice Stefaan De Clerck a demandé au procureur général de Liège de constituer un dossier sur l'attitude de la procureure de Liège Danièle Reynders, soeur du ministre des Finances Didier Reynders.
Dans son profil sur Facebook, Mme Reynders a indiqué sa préférence politique pour le MR. Le ministre n'est pas très heureux de cette prise de position publique, soulignant qu'un magistrat est censé être neutre.

La magistrate liégeoise est membre du groupe "Pour que le MR devienne en 2009 le premier parti de Wallonie et de Bruxelles" et est une des 11.901 "fans" de son frère Didier. Si elle a affiché ainsi sa préférence politique sur Facebook, son profil n'y était plus accessible dès vendredi soir.

Le ministre Stefaan De Clerck (CD&V) est d'avis que les magistrats, qu'ils appartiennent au siège ou au ministère public, ne peuvent afficher leur position politique. Il ajoute que le respect de la liberté d'expression est un principe très important mais que celui-ci est limité pour les magistrats qui, dans le cadre du respect d'un autre principe, celui de l'indépendance de la magistrature, sont censés être neutres. M. De Clerck parle d'un "devoir de prudence".

Le ministre a demandé au supérieur hiérarchique de Danièle Reynders, le procureur général Cédric Visart de Bocarmé, de constituer un dossier. Pour ce faire, le procureur général entendra Mme Reynders de telle sorte qu'elle puisse défendre son point de vue.

Stefaan De Clerck veut attendre le rapport du PG dont il devrait disposer rapidement avant de parler de sanctions.

La Libre Belgique, 25/05/2009

http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/505108/stefaan-de-clerck-demande-une-enquete-sur-daniele-reynders.html

--------------

89 réactions

De Clerck demande une enquête dans cet affaire mais il se taît sur le vol des documents du dossier de Marcel Vervloesem (constaté par le Conseil Supérieur de la Justice) et le vol des cd-roms du porno d'enfants de Zandvoort (constaté par le Conseil Supérieur de la Justice) aux tribunaux de Turnhout en d'Anvers.
Il préfère de laisser mourir Marcel Vervloesem du Werkgroep Morkhoven au prison de Bruges.

Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven asbl


declerck.286380CONTACT:

N'hésitez pas à lui envoyer une carte postale, car ça le soulagera de savoir que sa vie n'a pas été écourtée en vain:
Gevangenis Brugge (Prison de Bruges)
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgique)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles (Belgique)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

LINKS

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz

---------

PHOTOS

- La procureure de Liège Danièle Reynders
- Le ministre de la justice belge, Stefaan De Clerck (CD&V - Parti flamand des Démocrates Chrétiens)


25-05-09

Child pornography case Zandvoort: Belgian Minister of Justice


Marcel.dood.mail-4Man responsible for revelation of child pornography case Zandvoort will pass away soon

Marcel Vervloesem from the vzw Werkgroep Morkhoven who, through the negative advice from management of the prison in Brugge (request for vacation) where it was claimed that 'his daughter did not love him enough', was forced to stop his medical treatment 8 days ago (among which a new and urgent treatment for his heart), will probably pass away soon.

The Belgian government who has continued to deny the existence of a network of child pornography and who has never investigated the child pornography case Zandvoort, will be responsible for his death.

The Belgian minister of Justice, Stefaan De Clerck, who went and complained to the Dutch government about the overpopulation within the Belgian prisons and who is a supporter of a Belgian Guantanamo in Netherlands, since months does not wish to take into account the state of health of the activist who already had to be admitted to hospital 6 times in the last few months as well as has had 5 operations during this time.

The Minister who will be politically responsible for the death of Marcel Vervloesem and who is risking a court case, whishes to not take note of article 5 of the Universal Declaration of the Human Rights, which forbids a needless torturing and suffering of people.

The Minister promised over a month ago in a letter to the lawyer of Marcel Vervloesem, that he would order an investigation to be done by the Central Commission of Supervison within prisons (if such exists) into the inhuman detention circumstances of Marcel Vervloesem.

The Minister, as has happened in the past, fails to stick to his promises.
De Clerck also does not wish to organize an investigation into the by the High Court of Justice in writing recognized disappearance of the exempting pieces out of the court files of Marcel Vervloesem nor to the by the High Court of Justice recognized disappearance of 7 cd-roms with child pornography from the Courts in Turnhout and Antwerp.

It is clear that the minister of justice, who also always preaches for a ‘human justice’, has chosen to cover up these matters, including the child pornography case Zandvoort, and to sacrifice the life of Marcel Vervloesem.


CONTACT:

Do not hesitate to send Marcel Vervloesem a postcard, as it will releif him to know that his life was not shortened in vain:
Gevangenis (Prison) Brugge
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgium)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis (Belgium)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)

24-05-09

Marcel Vervloesem: Carabinieri Toscane

Marcel99Italie

11:46 Gepost door Jaap in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) | Tags: fight child abuse |  Facebook |

Netzwerke Kindesmissbrauch - Pedocriminele netwerken - Réseaux pédocriminels - Rings of childabuse

MarcelDuitsdossier1

MarcelDuitsdossier2

MarcelDuitsdossier3

MarcelDuitsdossier4

MarcelDuitsdossier5

MarcelDuitsdossier6

MarcelDuitsdossier7

MarcelDuitsdossier8

MarcelDuitsdossier9

MarcelDuitsdossier10

MarcelDuitsdossier11

MarcelDuitsdossier12

MarcelDuitsdossier13

MarcelDuitsdossier14

MarcelDuitsdossier15

23-05-09

Droits de l'Homme/ Human Rights: Belgique/Amérique - Belgium/United States


clintondeguchtguantanamo.art_73280De Gucht: "Prendre nos responsabilités" - De Gucht évoque l'accueil en Belgique d'anciens détenus de Guantanamo

WASHINGTON - La question de l'accueil en Belgique de détenus du camp de Guantanamo a refait surface hier. Actuellement à Washington, le ministre belge des Affaires étrangères, Karel De Gucht (Open VLD), a déclaré dans les médias flamands que "si une demande formelle nous est adressée, nous sommes prêts à prendre nos responsabilités" . Il évoque la possibilité d'accueillir deux ou trois personnes.

Le sujet est revenu à l'abordage avec les déclarations, mercredi, du président américain, Barack Obama, qui a confirmé sa volonté de fermer Guantanamo cette année-ci (v. par ailleurs).

Mais que vont devenir les 240 prisonniers qui s'y trouvent toujours ? Certains devraient être détenus dans des prisons américaines de haute sécurité. D'autres seront tout simplement libérés par manque de preuves quant à leur implication dans une mouvance terroriste. Et pourraient être "accueillis" à l'étranger, notamment en Europe et en Belgique pour leur éviter un retour risqué dans leur pays d'origine.

Pour l'heure, en ce qui concerne la Belgique, Karel De Gucht n'a mentionné que des personnes "libérées" ou libérables, qui feraient l'objet d'un accueil. "Il ne s'agit plus de détenus. Il n'est pas question qu'elles soient emprisonnées en Belgique" , a précisé Leo De Bock, porte-parole de Stefaan De Clerck (CD&V), ministre de la Justice.

"Mais ces gens ne sont pas forcément tous des anges !" , met en garde une source proche du dossier. Et M. De Bock de préciser : "S'ils devaient arriver, cela poserait la question du suivi en Belgique. Sous quelle forme ? On ne sait pas encore. En tout cas, les paroles de M. De Gucht n'engagent pas le gouvernement, or c'est à celui-ci de prendre la décision définitive."

Le ministre des Affaires étrangères aurait-il eu la langue un peu trop pendue ? Certains le pensent. Mais dans l'entourage du Premier ministre, Herman Van Rompuy (CD&V), on estime que "M. De Gucht a fait preuve d'une grande précaution dans ses déclarations".

En outre, comme le soulignait Karel De Gucht, il s'agira d'étudier la faisabilité du projet à un échelon européen. En effet, l'arrivée d'une personne en Belgique signifie de facto son arrivée sur l'ensemble de l'espace Schengen (Allemagne, France, Benelux...) en raison de la libre circulation des personnes.

Mais, pour le moment, on étudie uniquement les modalités pratiques à mettre en œuvre en cas d'accueil d'un ex-détenu si - et seulement si - une demande formelle des États-Unis est adressée à la Belgique. Pas question donc de voir débarquer demain une ribambelle d'anciens prisonniers de Guantanamo.

La Dernière Heure, 23/05/2009
Antoine Clevers

© La Dernière Heure 2009


soins_intensifs_002Marcel Vervloesem est condamné à mort

Bruxelles, 17.4.2009

Marcel Vervloesem, l'activist du Werkgroep Morkhoven qui luttait contre les réseaux d'abus des enfants, est gravement malade (opérations de cancer, opérations de coeur, maladie du sucre, maladie des reins...).

Il est en prison depuis 7 mois, sans preuves contre lui, sans procès libre et juste.

La Justice belge veut l'enfermer jusqu'à la fin de sa vie.

L’assassinat politique est une culture du pouvoir en Belgique. C’est tout un système de pouvoir qui fonctionne grâce aux crimes politiques.


Marcel Vervloesem est libéré ! (archives)

Ce Mardi 31 mai 2005, la Chambre du Conseil de Turnhout vient de décider de libérer Marcel Vervloesem, sous certaines conditions. Celui-ci avait décidé quelques jours auparavant de se réalimenter après une grève de la faim de 31 jours qu’il avait entreprise pour protester de son innocence. Le juge d’instruction qui se doit instruire à charge et à décharge,- fallait-il le rappeler ?- fait actuellement une enquête sur la validité des plaintes.

On sait que les plaintes déposées en septembre 1998, accusant Marcel Vervloesem de viol, ont créé de tels problèmes de fiabilité que le Tribunal Correctionnel de Turnhout a reporté plusieurs fois l’examen de celles-ci. Cette première affaire est fixée actuellement au 14 septembre 2005. Ce délai était nécessaire pour faire subir à Marcel Vervloesem le test du polygraphe (détecteur de mensonges). Ce qui a retardé cette procédure, c’est que Marcel Vervloesem a demandé que ses accusateurs subissent le même test. Ce qu’il semble avoir obtenu, actuellement.

Bientôt, peut-être, toute la lumière sera faite sur cette sordide affaire. Pour nous,- et nous le disons après avoir lu certains communiqués d’agences qui ne lésinent pas sur les nuances, Marcel Vervloesem est toujours présumé innocent.

http://www.wittecomitesblancs.be/article.php3?id_article=351

Dans la même rubrique:
- Revendications du réseau de Vigilance et de Solidarité des Comites Blancs
- Comment on détruit un homme
- Pétition de Soutien à Marcel Vervloesem
- Mémorandum du Collectif Citoyen Pour le Droit des Victimes
- Lettre ouverte au Procureur Général de Liege
- Pétition "Pour une justice plus humaine"


declerck.286380CONTACT:

N'hésitez pas à lui envoyer une carte postale, car ça le soulagera de savoir que sa vie n'a pas été écourtée en vain:
Gevangenis Brugge (Prison de Bruges)
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgique)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles (Belgique)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

LINKS

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz

---------

PHOTOS

- Hillary Clinton et Karel De Gucht, le ministre belge des Affaires étrangères, sont devenus des bons amis. L'Amérique et la Belgique sont choisies pour la Comité des Nations Unies pour les Droits de l'Homme.
L'Amérique est bien connu pour Guantanamo. La Belqique ouvre sa propre Guantanamo en Hollande...
- La prison américaine sur Guantanamo où les Droits de l'Homme sont constamment violés.
- A son arrivée aux urgences à l'hôpital Sint Jan à Bruges (Belgique), l'activiste Marcel Vervloesem a été isolé dans une chambre entourée par 2 gardiens (ou des agents de sécurité belge), malgré l’état de sa santé critique.
Lors de ses opérations, et le séjour à l'hôpital (pendant 20 jours), Marcel Vervloesem était enchaîné par des menotes à la table d'opération, au lit, au brancard, au chaise roulante et aux appareils médicaux.
- Le ministre de la justice belge, Stefaan De Clerck (CD&V - Parti flamand des Démocrates Chrétiens)


22-05-09

Human Rights: Belgium


Marcel.dood.mail-4From: Reuters.com Support reuters@mailca.custhelp.com
Subject: Man who provided evidence of pedophiles'networks dying in Belgian jail [Incident:090521-000075]
To: filip_marceron2003@yahoo.com
Date: Thursday, May 21, 2009, 5:53 PM

Thank you for contacting Reuters. We have received your query, and a member of our customer service team is currently reviewing it. Your feedback is invaluable to us as we continue to improve the website and develop the best user experience. We hope you continue to enjoy Reuters.com/reuters.co.uk.

Discussion Thread
Customer 21 05 2009 08:53 PM

Could you cover that story as it is so unjust that Mr Marcel Vervloesem provided large evidence of pedophiles network in Belgium and in Europe, as a consequence was victim of fabricated accusations and now dying in jail to silence him as high rank officials covered the horrors perpetrated by the pedophiles for a long time.
Please see www.droitfondamental.eu
also similar story with Patricia Poupard in Bordeaux, France : please see http://pedopitchoun2.blogspace.fr

thank you, Filip Marceron

Dear user,

The following Answers were selected for you based upon the context of your question.

Title: How does Reuters gather news?
Link: http://reuters-en.custhelp.com/cgi-bin/reuters_en.cfg/php/enduser/popup_adp.php?p_faqid=884&p_created=1133892907

Title: What makes a good news photograph?
Link: http://reuters-en.custhelp.com/cgi-bin/reuters_en.cfg/php/enduser/popup_adp.php?p_faqid=1050&p_created=1173284847

Title: How long do news items stay on the site?
Link: http://reuters-en.custhelp.com/cgi-bin/reuters_en.cfg/php/enduser/popup_adp.php?p_faqid=45&p_created=993475008

Thank you,

Reuters Support Team


CONTACT:

Do not hesitate to send Marcel Vervloesem a postcard, as it will releif him to know that his life was not shortened in vain:
Gevangenis (Prison) Brugge
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgium)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis (Belgium)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)

22:08 Gepost door Jaap in Actualiteit | Permalink | Commentaren (1) | Tags: human rights belgium |  Facebook |

02-05-09

L’Affaire Dutroux sur le net



'La thèse des réseaux de pédophilie'

Man1.fetch-15


'Plus de 1000 pages accessibles en pdf sur le net, l’affaire Dutroux est divulguée à tous'

L’affaire en tant que telle est connue, elle a défrayée la chronique. Mais il n’en va pas de mêmes des personnes interrogées dans le cadre de ce dossier qui avait secoué la Belgique. Ce site va plus loin, il est le fruit d’un travail policier méticuleux. Les faits d’enquête, le point sur le patrimoine des différents protagonistes et surtout les identités des différents suspects sont consultables sur ce site en un simple clic.

Voyeuriste, dérangeant et non respectueux de la vie privée, le site reprend des procès verbaux de synthèse, des procès verbaux qui vont dans tous les sens, dans toutes les directions prises à l’époque des faits par les enquêteurs. Rien n’est épargné à l’internaute. Les détails sont donnés sur des faits avérés mais aussi sur les fantasmes qui ont bercé la Belgique à l’époque où la thèse des réseaux de pédophilie existait toujours.

Présidents de parti, membre de la famille royale, personnalité politique et people, leurs noms figurent dans ce dossier. Des détails sont donnés sur ce que les enquêteurs ont à cette époque trouble imaginé être leur vie sexuelle. Certaines déclarations prêtent à sourire tant elles sont peu crédible comme lorsque Georges Bush est accusé de se rendre en Wallonie pour y violer de jeunes enfants, d’autres s font grimacer et sème le trouble.

Plus grave sans doute, alors qu’un autre site reprenant les identités de pédophiles a été interdit, ce dossier donne accès aux identités de nombreuses personnes ayant été inquiétées pour des faits de pédophilie. Stop Kinderporno fait office de site peu complet si ce site est analysé à la lumière de ce rapport qui permet d’avoir accès aux identités de nombreux pédophiles. Avant que Marc Dutroux soit interpellé et même suspecté des enlèvements des petites Julie et Mélissa, de nombreux pédophiles de la région liégeoise mais aussi extérieurs à cette région avaient été suspectés par les enquêteurs.

La plupart d’entre eux avait été entendu. Ce rapport reprend leurs noms mais aussi les détails des faits qu’ils avaient perpétrés par le passé et qui leur valait d’être suspectés, les noms de leurs victimes et aussi les sévices endurés par ces dernières. Ces pédophiles sont facilement reconnaissables, repérables et identifiables géographiquement à partir de site. Certains d’entre eux ont purgé leur peine. Ils sont pourtant offerts à la vindicte populaire, à la vindicte du net.
Chaque internaute peut avoir accès ces données, des données policières qui reviennent aussi sur d’autres enlèvements d’enfants et sur les rapports entretenus par les protagonistes présumés ou connus de l’affaire Dutroux.

Plus grave encore ! Alors que le respect de la vie privée est mis à mal, les victimes sont elle aussi découvertes. Dans les procès verbaux, de nombreux détails sont donnés sur le calvaire vécu par les victimes de Marc Dutroux et sur les pratiques sexuelles qui étaient imposées à ces petites filles.

Comment de tels détails d’enquête sont-t-ils sortis des bureaux de la police, qui les a mis sur le net et que faire pour empêcher leur consultation ?, ce sont autant de question qui attendent réponse.
Pourquoi avoir mis ce rapport en ligne ?

Une certitude est qu’il est le fait d’un policer de la BSR. Rien ne dit que c’est lui qui l’a publié.

Qui a publié sur le net ce rapport méticuleux qui reprend point par point les devoirs d’enquête et les détails de l’affaire Dutroux ? C’est la question qui se pose alors que le respect de la vie privée est une nouvelle fois mise à mal sur le net.

Ici, contrairement à Stop Kinderporno, l’affaire prend une autre dimension. Un enquêteur est mis en cause. Même s’il n’a pas publié lui-même ce rapport sur le net, il s’y retrouve. Comment un tel travail policier peut-il se retrouver sur le net ?
On est loin de l’initiative aux allures citoyennes.
Cette question n’obtient pas de réponse. Ce rapport est en tous cas le fait d’une personne qui a eu accès à l’ensemble du dossier Dutroux. Le nom de l’auteur de ce rapport se retrouve une page sur deux sur le document pdf.

Est-ce qu’un policier peut prendre un tel risque ? Poser la question est presque y répondre, l’auteur de ce rapport doit connaître la législation sur le respect de la vie privée. C’est une certitude. Il ne devrait donc pas avoir intentionnellement mis ce rapport sur le net une décennie après que le pays ait été secoué par l’affaireReste que ce rapport s’y retrouve. Les dégâts qu’il peut provoquer aussi bien pour les victimes d’actes de pédophilies que pour les pédophiles qui ont payé leur dette à la société sont énormes. Même un manque de vigilance ne peut intervenir dans le chef des forces de l’ordre. Sans quoi n’importe quel procès verbal pourrait se retrouver sur la toile et les moindres faits et gestes de victimes et d’auteurs d’infractions risqueraient d’être accessibles à tous.

Anne Van Brabant

soirmag.be
jeudi 30 avril 2009


IMAGE:

Manuel Schadwald - Réseau Zandvoort

Gina Bernard-Pardaens, une collaboratrice du RTBF, et Marcel Vervloesem du Werkgroep Morkhoven étaient à la recherche d'un garçon allemand, Manuel Schadwald. Gina Bernard était harcelée et menacée avec la mort pendant des mois. Enfin elle était assassinée par un 'accident de voiture'.
Marcel Vervloesem était accusé et poursuivi pendant 11 ans. Il se trouve maintenant pendant 8 mois à la prison de Bruges. Il est gravement malade mais le ministre de la justice belge, Stefaan De Clerck, ne veut pas qu'il sorte de la prison.

--------

CONTACT:

N'hésitez pas à envoyer une carte postale à Marcel Vervloesem, car ça le soulagera de savoir que sa vie n'a pas été écourtée en vain:
Gevangenis Brugge (Prison de Bruges)
Sectie 35 - Cel 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgique)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles (Belgique)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

--------

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental
- Réseau Zandvoort


27-04-09

'l'Etat démocratique' de Child Focus: censure et exclusion sociale


Batiment_ContactChild Focus et la collaboration avec la Commission européenne, ISPA Belgium, la Police fédérale et les websites de Belgacom, Euregio, Kidcity, MSN, Scarlet, Skynet et Telenet

Depuis 2002, Child Focus gère avec le soutien de la Commission européenne (Safer Internet Action Plan) un point de contact civil pour donner l'opportunité aux internautes de signaler du matériel présumé pédopornographique.

Dans le cadre d’un nouveau projet européen, des efforts supplémentaires vont être fournis pour la promotion d’un usage plus sûr de l’Internet et pour la sensibilisation de l’industrie du Net.

Fin 2004, Child Focus a commencé un nouveau projet dans le cadre du Safer Internet Action Plan de la Commission européenne et a pris contact avec l'Internet Service Providers Association (ISPA Belgium), qui s’est montré disposé à prendre part à cette initiative pour promouvoir l’utilisation à moindre risque de l’Internet.

A cette fin, Child Focus a développé un « button » qui se trouvera sur les websites des membres d’ISPA Belgium. Ce « button » permet aux visiteurs de ces websites d’ouvrir de manière simple un lien vers un formulaire sur le website http://www.childfocus-net-alert.be de Child Focus. Ce formulaire est spécialement conçu pour recevoir les signalements relatifs à du matériel présumé pédopornographique.

La collaboration avec ISPA Belgium a été mise sur pied parce que seule, une collaboration entre les différentes organisations, l’industrie du Net et les autorités peut mener à une diminution des abus sur l’Internet.

Avantages additionnels de cette collaboration : plus d’internautes sont atteints et les différents helpdesks des ISP sont déchargés de ce problème spécifique. Les informations sont également réunies de manière uniforme avant d’être envoyées aux services de la Police fédérale.

Le button ‘netalert’ est lancé ce 23 mars et se trouvera déjà sur les websites de Belgacom, Euregio, Kidcity, MSN, Scarlet, Skynet et Telenet. Ainsi 90 % des utilisateurs de l’Internet sont atteints.

ISPA Belgium, qui est la première association d’ISP avec un code de conduite volontaire et qui a signé un protocole d’accord avec la justice, est à juste titre fier de cette initiative grâce à laquelle ses membres s'investissent pour un Internet plus sécurisé.

Information pour la presse

Child Focus : Isabelle MARNEFFE, tél. :02/475.44.60
isabelle.marneffe@childfocus.org
ISPA BELGIUM : Wim ROGGEMAN, tél. : 02/503.23.28
info@ispa.be

(Archives Upladis)


large_Screenshot-StopPage'Le site web controversé Stopkinderporno n'est plus accessible depuis la Belgique. Il s'agit d'une première: jamais encore un site web n'avait été bloqué à la demande du parquet fédéral'.

Belgique - 22 avril 2009

Quatre adresses différentes du site Stopkinderporno, dont www.stopkinderporno.com, sont actuellement bloquées. Les internautes tapant l'adresse de ce site, sont, dans certains cas, redirigés vers un message d'avertissement de la Federal Computer Crime Unit, expliquant le contenu proposé par le site est jugé illégal par la législation belge.

Dix-sept fournisseurs internet belges ont reçu vendredi l'ordre de bloquer quatre sites web. Une telle demande est "très, très exceptionnelle", explique Stefan Coenjaerts, porte-parole de Telenet, dont les propos ont été relayés par plusieurs journaux flamands.

L'objectif du site était d'indiquer les quartiers où résident des personnes condamnées pour des faits de pédophilie.

Child Focus le jugeait dangereux et contre-productif

Child Focus s'oppose au site stopkinderporno.com de Chris Hölsken. Le site serait anti-démocratique et contre-productif. Ce sont les paroles de Child Focus : l’association craint qu’en publiant l’identité des pédophiles, ils échouent dans leur processus de réintégration dans la société, s’isolent, et, par conséquent, récidivent.

Selon Child Focus, il ne faut pas oublier que la majorité des auteurs se réintègrent un jour dans la société. L'organisation pense par ailleurs que dans un Etat démocratique, poursuivre les pédophiles est la tâche de la police et de la justice.

RTL


LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental
- Réseau Zandvoort
- Droit Fondamental - Petition
- Petition - Réseau pédocriminel de Zandvoort

---------

PHOTOS: Le Bâtiment de Child Focus, Le logo de 'Stop Kinderporno'

18:08 Gepost door Jaap in Actualiteit | Permalink | Commentaren (1) | Tags: victimes de l abus sexuel |  Facebook |

26-04-09

Porno d'enfants, Pétition européenne: des problèmes avec Belgacom


EU-commission_001Jacqueline de Croÿ - 25 avril 2009

Le Président de la Commission des Pétitions a accepté, ce 21 avril 2009, la pétition "Pédocriminalité organisée: violation systématique des dispositions fondamentales du droit international au sein de l'Union", qui expose une fois de plus le réseau pédocriminel ZANDVOORT.

La pétition, enregistrée en dossier n°1696/2008, a été transmise pour enquête préliminaire, à la Commission Européenne, qui avait qualifié les 90.000 victimes de meurtre, viol, torture et pédopornographie de "dossier individuel", pour rejeter toute possibilité d'intervention. La nuance majeure avec les précédentes pétitions, est qu'elle a également été transmise à la Commission du Parlement Européen qui a pour mission de contrôler que la Commission Européenne fasse son travail.

Depuis, le Tribunal International de la Haye, les ministères des affaires intérieur italiens et des affaires étrangères français, le gouvernement du Québec, le Kremlin et l’OCDE ont consulté nos sites. Le réseau criminel frémis et les téléphones grésillent... Son bataillon français d’organisme civil est à la recherche des victimes. Leur rôle avait consisté à prévenir les contactes entre les parents qui demandaient justice pour leurs enfants et le Werkgroep Morkhoven, l'ONG belge qui avait exposé le dossier. Ils ont été abandonnés en 2003, quand la juge Ringot a classé le dossier en l'absence de 90.000 pièces. Tous ont ensuite tous été condamnés pour diffamation ou dans des comédies d'échanges de rôles, parfois à de lourdes peines de prison.

Le membre d'un de ces organismes, fan club d’un magistrat français, qui apparaît déculotté avec un garçon de onze ans sur une photo du fichier Zandvoort, a immédiatement contacté Marcel Vervloesem, le témoin principal et collaborateur du Werkgroep Morkhoven, à la prison de Bruges. Le magistrat déculotté prépare sa défense en assurant que l'analyse biométrique qui l'a identifié à 99.03%, a été faite par des incompétents. Il espère s’en sortir avec la photo d'un sosie qu’il dit de être lui plus jeune. La procédure veut que les juges rejettent l’analyse biométrique qui démontre la différence entre le juge est son sosie, par une analyse faite avec des programmes qui ne font pas la différence entre une cuillère et une fourchette.

Nul ne sait si le Tribunal pénal de La Haye se prêterait à ce genre de comédie, mais on imagine que tous les mis en cause sont à la recherche des preuves à anéantir. Un bon conseil à toutes les victimes: ne communiquez jamais vos dossiers aux associations et méfiez-vous de leurs avocats.

La pétition expose l’impossibilité d’obtenir de l’aide de quiconque. Marcel Vervloesem venait de sortir d’une hospitalisation lors de laquelle il s’était réveillé menotté dans un bain de sang, au résultat d’une gangrène sciemment laissée sans soin en prison, qui a nécessité de l’amputer de chair et d’os. Le Comité contre les tortures de l’ONU a platement refusé d’intervenir. Amnesty International et la Ligue des Droits de l’Homme n’ont même pas répondu aux appels à l'aide.

Depuis la pétition, les tortures sont opérées par des justificatifs médicaux mortels, une grève du zèle administrative et les déliriums démocrates chrétiens de Stefaan De Clerck, le nouveau ministre de la Justice.

La Commission de l’euthanasie n’a pas trouvé le temps en six mois de préconiser des traitements susceptibles d'atténuer les souffrances inhérentes au défaut de soins aux maladies terminales de Marcel Vervloesem, mais le Ministre lui a proposé une pilule pour provoquer son arrêt cardiaque en prison. Les services sociaux ont mis huit mois à lui refuser une équipe de psychologues de l’hôpital universitaire d’Anvers, pour lui balancer le "conseiller moral" de la prison.

Les juristes du réseau comptaient sur la prescription. L'admnistration, qui est intégralement infiltrées, a alors été prise par le mal du siècle, qui est qualifié de dysfonctionnement et d’estompement de la norme. Le blocage judiciaire du dossier Zandvoort a fait passer le nombre de victimes de 90.000 à plusieurs millions en dix ans. Il s’agit donc d’un crime contre l’humanité, qui imprescriptible.

Beaucoups de parents sont complices et ne rouspètent que pour gagner un divorce, puis rouspètent parce que le réseau a décidé d'offrir sa "protection juridique" à l'autre. Mais ceux qui ont véritablement été pris de surprise et tous les témoins qui ont lutté pour protéger ces enfants, ont été persécutés au delà de toute imagination.Le jour où le Parlement Européen saisit le Tribunal International pénal de La Haye, les victimes pourront sortir de l’ombre et Marcel Vervloesem aura gagné son dernier combat.
Espérons que cela lui donne la force de renoncer au suicide qu'il prépare.

LIRE LA PETITION:

- Droit Fondamental - Petition
- Petition - Réseau pédocriminel de Zandvoort


soins_intensifs_002CONTACT:

N'hésitez pas à lui envoyer une carte postale, car ça le soulagera de savoir que sa vie n'a pas été écourtée en vain:
Gevangenis Brugge (Prison de Bruges)
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgique)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles (Belgique)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz

---------

PHOTOS:

- Logo de l'Union Européen
- A son arrivée aux urgences à l'hôpital Sint Jan à Bruges, Marcel Vervloesem a été isolé dans une chambre entourée par 2 gardiens (ou des agents de sécurité belge), malgré l’état de sa santé critique.
Lors de ses opérations, et le séjour à l'hôpital (pendant 20 jours), Marcel Vervloesem était enchaîné par des menotes à la table d'opération, au lit, au brancard, au chaise roulante et aux appareils médicaux.


Les problèmes avec Belgacom

Lettre de la Fondation Pcesses de Croÿ & M. Lancellotti à Belgacom

Bruxelles, 26.4.2009

Madame,

Concerne: Re: Votre Internet 5G volume pack

Voilà que depuis deux mois soudain, ma consommation de giga deviendrait délirante, alors que l'utilisation d'internet n'a pas changé. Le mois dernier, il y aurait eut 23 heures consécutives, comme si personne ne dormait dans ma maison. J'ai sécurisé ainsi que conseillé, de manière à ce que même les utilisateurs autorisés ne peuvent plus atteindre Internet qu'avec un fil rattaché au modem. Si ça doit continuer, je serai contrainte d’aller dans un service qui offre le double de giga pour moins cher. Belgacom peut-il faire quelque chose pour la sécurité?

Jacqueline de Croÿ

-----------

From: support@skynet.be
Sent: Thursday, April 23, 2009
To: fondation.princesse.de.croy@droitfondamental.eu
Subject: Votre Internet 5G volume pack

Chère Madame,
Cher Monsieur,

Nous avons bien reçu votre souscription au Internet 5G volume pack et vous en remercions.

Vous disposerez des 5 Gbytes de volume de transfert supplémentaire environ 30 minutes après réception de cet e-mail. Une fois ce délai atteint, nous vous conseillons une nouvelle connexion afin de rendre ce volume disponible.

Vous trouverez ci-dessous un rappel des données administratives relatives à l'option Internet 5G volume pack :

Données administratives :

Type d´abonnement : Internet 5G volume pack
Numéro de client : xxxxxxxx
Numéro de contrat : xxxxxxxx
Prix : 5.00 EUR (TVA incl.)
Date de contact : 23/04/2009

Nous avons le plaisir de vous rappeler que le volume non utilisé de votre Internet 5G volume pack est reporté aux mois suivants.

Les compteurs mis à votre disposition vous permettent de vérifier 24h/24 vos volumes de données transférées (upload et download).

Pour toute information complémentaire, nous vous invitons à consulter nos pages d'aide à l'adresse http://www.belgacom.be/support.

Sincères salutations,

Votre service Clientèle


StoppSchild fur KinderpornoSeiten


Der Zugang zu vielen kinderpornografischen Seiten im Internet wird kunftig gesperrt. Funf Internet-Anbieter unterzeichneten am Freitag in Berlin diesbezugliche Vertrage mit dem Bund.

StoppSchild-fur-KinderpornoSeiten - Video Yahoo
StoppSchild-fur-KinderpornoSeiten - Truveo

-----------

marcelLINKS:

- pädophilen Kriminalität
- Kinderhandel
- Zandvoort
- 'Operation Cathedral'
- 'Operaton Videochild'
- Morkhoven Gruppe
- Manuel Schadwald Vervloesem
- Gina Bernard Pardaens
- Dutroux
- Zoé Genot cd-roms Zandvoort

KONTAKT - SCHREIBEN SIE UNS:

Gevangenis (Gefängenis) Brugge
t.a.v. Marcel Vervloesem
Sectie 35 - Cel 62
Legeweg 200
8200 Brugge (Belgien)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10, 1060 Sint-Gillis (Belgien)
E-Mail: WerkgroepMorkhoven@gmail.com, postmaster@droitfondamental.eu
T.: 0032 2 537 49 97
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/ - http://www.droitfondamental.eu/

AFBILDUNG:

Der bekannte Kämpfer gegen Kinderpornografie Marcel Vervloesem.
Marcel Vervloesem hat viele Jahre Nachforschungen geführt, um u. a. das entführte deutsche Kind Manuel Schadwald wieder zu finden. Seine Recherchen haben schließlich das Unglaubliche aufgedeckt. 1998 lieferte dieser Mann der ganzen Welt den Beweis für die Existenz eines internationalen Netzwerkes.
Ein Netzwerk welches Kinder entführt, prostituiert, misshandelt, foltert und tötet.
Marcel Vervloesem hat durch 21 CD ROM die formellen Beweise des Unvorstellbaren gebracht, die er während seiner Untersuchung in Zandvoort (Holland) beschlagnahmt hat.
Diese CD ROM zentralisieren circa 100.000 Dokumente. Hauptsächlich Fotos, aber ebenfalls Filme, die Kinder und selbst Babys in Szene setzen. Es handelt sich um die Inszenierung suggestiver Posen für Pädophile bis hin zu Mord, über Misshandlungen, Vergewaltigung, gemeinschaftlichem Missbrauch, Folter und unzähligen weiteren barbarischen Handlungen.
Das deutsche Kind Manuel Schadwald befindet sich ebenfalls auf den CD ROM, inmitten von mehr als 83.000 verschiedenen anderen Kindern.
Diese Kinder sind größtenteils identifizierbar, ebenso wie die Kriminellen.
Die deutschen Autoritäten wurden 1998 auf den höchsten Instanzen informiert. Die Beweise in Form der CD ROM wurden übergeben.
Deutschland gab fälschlicherweise vor, nicht davon betroffen zu sein, was in den Niederlanden geschieht. Deutschland hat nichts unternommen, um diese Kinder zu identifizieren.
Deutschland hat nichts unternommen, um die Kriminellen zu identifizieren.Deutschland hat nichts getan, um das Netzwerk zu neutralisieren.
Deutschland hat nichts getan, um dieses Verbrechen gegen die Menschlichkeit zu stoppen oder zu verurteilen.

25-04-09

ZANDVOORT N°3: Précautions de la Comission des Pétitions


EU-commission_001Jacqueline de Croÿ - 25 avril 2009

Le Président de la Commission des Pétitions a accepté, ce 21 avril 2009, la pétition "Pédocriminalité organisée: violation systématique des dispositions fondamentales du droit international au sein de l'Union", qui expose une fois de plus le réseau pédocriminel ZANDVOORT.

La pétition, enregistrée en dossier n°1696/2008, a été transmise pour enquête préliminaire, à la Commission Européenne, qui avait qualifié les 90.000 victimes de meurtre, viol, torture et pédopornographie de "dossier individuel", pour rejeter toute possibilité d'intervention. La nuance majeure avec les précédentes pétitions, est qu'elle a également été transmise à la Commission du Parlement Européen qui a pour mission de contrôler que la Commission Européenne fasse son travail.

Depuis, le Tribunal International de la Haye, les ministères des affaires intérieur italiens et des affaires étrangères français, le gouvernement du Québec, le Kremlin et l’OCDE ont consulté nos sites. Le réseau criminel frémis et les téléphones grésillent... Son bataillon français d’organisme civil est à la recherche des victimes. Leur rôle avait consisté à prévenir les contactes entre les parents qui demandaient justice pour leurs enfants et le Werkgroep Morkhoven, l'ONG belge qui avait exposé le dossier. Ils ont été abandonnés en 2003, quand la juge Ringot a classé le dossier en l'absence de 90.000 pièces. Tous ont ensuite tous été condamnés pour diffamation ou dans des comédies d'échanges de rôles, parfois à de lourdes peines de prison.

Le membre d'un de ces organismes, fan club d’un magistrat français, qui apparaît déculotté avec un garçon de onze ans sur une photo du fichier Zandvoort, a immédiatement contacté Marcel Vervloesem, le témoin principal et collaborateur du Werkgroep Morkhoven, à la prison de Bruges. Le magistrat déculotté prépare sa défense en assurant que l'analyse biométrique qui l'a identifié à 99.03%, a été faite par des incompétents. Il espère s’en sortir avec la photo d'un sosie qu’il dit de être lui plus jeune. La procédure veut que les juges rejettent l’analyse biométrique qui démontre la différence entre le juge est son sosie, par une analyse faite avec des programmes qui ne font pas la différence entre une cuillère et une fourchette.

Nul ne sait si le Tribunal pénal de La Haye se prêterait à ce genre de comédie, mais on imagine que tous les mis en cause sont à la recherche des preuves à anéantir. Un bon conseil à toutes les victimes: ne communiquez jamais vos dossiers aux associations et méfiez-vous de leurs avocats.

La pétition expose l’impossibilité d’obtenir de l’aide de quiconque. Marcel Vervloesem venait de sortir d’une hospitalisation lors de laquelle il s’était réveillé menotté dans un bain de sang, au résultat d’une gangrène sciemment laissée sans soin en prison, qui a nécessité de l’amputer de chair et d’os. Le Comité contre les tortures de l’ONU a platement refusé d’intervenir. Amnesty International et la Ligue des Droits de l’Homme n’ont même pas répondu aux appels à l'aide.

Depuis la pétition, les tortures sont opérées par des justificatifs médicaux mortels, une grève du zèle administrative et les déliriums démocrates chrétiens de Stefaan De Clerck, le nouveau ministre de la Justice.

La Commission de l’euthanasie n’a pas trouvé le temps en six mois de préconiser des traitements susceptibles d'atténuer les souffrances inhérentes au défaut de soins aux maladies terminales de Marcel Vervloesem, mais le Ministre lui a proposé une pilule pour provoquer son arrêt cardiaque en prison. Les services sociaux ont mis huit mois à lui refuser une équipe de psychologues de l’hôpital universitaire d’Anvers, pour lui balancer le "conseiller moral" de la prison.

Les juristes du réseau comptaient sur la prescription. L'admnistration, qui est intégralement infiltrées, a alors été prise par le mal du siècle, qui est qualifié de dysfonctionnement et d’estompement de la norme. Le blocage judiciaire du dossier Zandvoort a fait passer le nombre de victimes de 90.000 à plusieurs millions en dix ans. Il s’agit donc d’un crime contre l’humanité, qui imprescriptible.

Beaucoups de parents sont complices et ne rouspètent que pour gagner un divorce, puis rouspètent parce que le réseau a décidé d'offrir sa "protection juridique" à l'autre. Mais ceux qui ont véritablement été pris de surprise et tous les témoins qui ont lutté pour protéger ces enfants, ont été persécutés au delà de toute imagination.Le jour où le Parlement Européen saisit le Tribunal International pénal de La Haye, les victimes pourront sortir de l’ombre et Marcel Vervloesem aura gagné son dernier combat.
Espérons que cela lui donne la force de renoncer au suicide qu'il prépare.

LIRE LA PETITION:

- Droit Fondamental - Petition
- Petition - Réseau pédocriminel de Zandvoort


soins_intensifs_002CONTACT:

N'hésitez pas à lui envoyer une carte postale, car ça le soulagera de savoir que sa vie n'a pas été écourtée en vain:
Gevangenis Brugge (Prison de Bruges)
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgique)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles (Belgique)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz

---------

PHOTOS:

- Logo de l'Union Européen
- A son arrivée aux urgences à l'hôpital Sint Jan à Bruges, Marcel Vervloesem a été isolé dans une chambre entourée par 2 gardiens (ou des agents de sécurité belge), malgré l’état de sa santé critique.
Lors de ses opérations, et le séjour à l'hôpital (pendant 20 jours), Marcel Vervloesem était enchaîné par des menotes à la table d'opération, au lit, au brancard, au chaise roulante et aux appareils médicaux.

Childporn - European commission - Petition


EU-commission_001ZANDVOORT N°3: Precautions of the Petition Commission

Jacqueline de Croÿ - 25 avril 2009

The president of the Petitions Commission has accepted, this April 21, 2009, the petition "Organized paedocriminality: systematic violation of the fundamental provisions of the international law within the Union", which exposes ounce more the paedocriminal network ZANDVOORT.

The petition, registered as dossier n°1696/2008, was transmitted for preliminary investigation, to the European commission, which had qualified the 90.000 victims of murder, rape, torture and paedopornography of an "individual file", to reject any possibility of intervention. The major nuance vis-à-vis the previous petitions, is that is was also transmitted to the European Parliament Commission that has the role of controlling that the European Commission does its work.

Since, the International Court of The Hague, the ministries for the Italian home affairs, and the French foreign affairs, the government of Quebec, the Kremlin and OECD consulted our sites. The criminal network quivers and the telephones sizzle.... Its French battalion of civil organisations is looking for the victims. Their role had consisted at preventing contacts between the parents who asked for justice for their children and Werkgroep Morkhoven, the Belgian ONG which had exposed the file. They were abandoned in 2003, when judge Ringot closed the case in absence of 90.000 parts of the file. All were then condemned for slandering, or comedies exchanging the roles, sometimes with heavy custodial sentences.

The member of one of these organisations, fan club of a French magistrate, who appears underpants-less with an eleven year old boy on a photograph of the Zandvoort file, immediately contacted Marcel Vervloesem, the Werkgroep Morkhoven' main witness and collaborator, at the prison of Bruges. The underpants-less magistrate prepares his defence by ensuring that the biometric analysis that identified him at 99.03%, was made by the inefficient people. He hopes to get away with the photograph a double by claiming that it is him when he was younger. The procedure wants that the judges reject the biometric analysis which shows the difference between the Judge and his double, by an analysis made with programs which do not make the difference between a spoon and a fork.

No one knows if The Hague Criminal Court might accept this kind of comedy, but one can imagine that all the people blamed are looking for the evidence to destroy. The best advice to all the victims: never communicate your files to the civil organisations and be wary of their lawyers.

The petition exposes impossibility of obtaining assistance of any body. Marcel Vervloesem had just left a hospitalization at the time when he had awaked shackled in a blood bath, at the result of a gangrene knowingly left without care in prison, which required chopping him off rotten flesh and bones. The UN Comity against torture has flatly refused to intervene. Amnesty International and the Human rights League did not even answer the calls for help.

Since the petition, the tortures are operated by deadly medical justification, an administrative work-to-rule strike and the Christians democratic deliriums of Stefaan De Clerck, the new Minister for Justice.

The Commission of the euthanasia did not find time in six months to recommend the treatments likely to attenuate Marcel Vervloesem's sufferings inherent to the defect of health care to his final diseases, but the Minister offered him a pill to cause a deadly cardiac attack in prison. The social services spent eight month to refuse him a team of psychologists of the university hospital of Antwerp, flinging instead, the "moral adviser" of the prison.

The lawyers of the network counted that time limit for prosecution. The administration, which is infiltrated at all level, was then taken by the evil of the century, which is qualified of dysfunctions and dimming of the standard. The legal blocking of the Zandvoort file made pass the number of victims from 90.000 to several million in ten years. It thus acts of a crime against humanity, without time limit for prosecution.

Many parents are partner in crime and complain only to win a divorce, and then complain because the network chose to offer its "judicial protection" to the other. But those who were truly trapped by surprise and all the witnesses who fought to protect these children were persecuted beyond all imagination.

The day the European Parliament seizes The Hague's International criminal court, the victims will be able to leave the shade and Marcel Vervloesem will then have won his final combat. Let us hope that he will give him the strength to give up the suicide he is preparing.

READ THE PETITION:

- Fundamental Rights - Petition
- Petition European commission - Childporn - Ring of Zandvoort


soins_intensifs_002CONTACT:

Do not hesitate to send him a postcard, as it will releif him to know that his life was not shortened in vain: Gevangenis (Prison) Brugge
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgium)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis (Belgium)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - Fundamental Rights
- Zandvoort case
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz

---------

PHOTOS:

- Logo of the European Union
- On his arrival with the urgencies at the hospital Sint Jan in Bruges, Marcel Vervloesem was isolated in a room surrounded by 2 guards/belgian security agents, in spite of the state of his health.
During the operations and the entire hospitalisation (during 20 days), Marcel Vervloesem was shackled at the operating table, his bed, the stretcher, the wheelchair and the medical machinery.

17-04-09

Prisonniers politiques belges: torturés et assassinés


soins_intensifs_002Marcel Vervloesem est condamné à mort

Bruxelles, 17.4.2009

Marcel Vervloesem, l'activist du Werkgroep Morkhoven qui luttait contre les réseaux d'abus des enfants, est gravement malade (opérations de cancer, opérations de coeur, maladie du sucre, maladie des reins...).

Il est en prison depuis 7 mois, sans preuves contre lui, sans procès libre et juste.

La Justice belge veut l'enfermer jusqu'à la fin de sa vie.

L’assassinat politique est une culture du pouvoir en Belgique. C’est tout un système de pouvoir qui fonctionne grâce aux crimes politiques.


Marcel Vervloesem est libéré ! (archives)

Ce Mardi 31 mai 2005, la Chambre du Conseil de Turnhout vient de décider de libérer Marcel Vervloesem, sous certaines conditions. Celui-ci avait décidé quelques jours auparavant de se réalimenter après une grève de la faim de 31 jours qu’il avait entreprise pour protester de son innocence. Le juge d’instruction qui se doit instruire à charge et à décharge,- fallait-il le rappeler ?- fait actuellement une enquête sur la validité des plaintes.

On sait que les plaintes déposées en septembre 1998, accusant Marcel Vervloesem de viol, ont créé de tels problèmes de fiabilité que le Tribunal Correctionnel de Turnhout a reporté plusieurs fois l’examen de celles-ci. Cette première affaire est fixée actuellement au 14 septembre 2005. Ce délai était nécessaire pour faire subir à Marcel Vervloesem le test du polygraphe (détecteur de mensonges). Ce qui a retardé cette procédure, c’est que Marcel Vervloesem a demandé que ses accusateurs subissent le même test. Ce qu’il semble avoir obtenu, actuellement.

Bientôt, peut-être, toute la lumière sera faite sur cette sordide affaire. Pour nous,- et nous le disons après avoir lu certains communiqués d’agences qui ne lésinent pas sur les nuances, Marcel Vervloesem est toujours présumé innocent.

http://www.wittecomitesblancs.be/article.php3?id_article=351

Dans la même rubrique:
- Revendications du réseau de Vigilance et de Solidarité des Comites Blancs
- Comment on détruit un homme
- Pétition de Soutien à Marcel Vervloesem
- Mémorandum du Collectif Citoyen Pour le Droit des Victimes
- Lettre ouverte au Procureur Général de Liege
- Pétition "Pour une justice plus humaine"


declerck.286380CONTACT:

N'hésitez pas à lui envoyer une carte postale, car ça le soulagera de savoir que sa vie n'a pas été écourtée en vain:
Gevangenis Brugge (Prison de Bruges)
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgique)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles (Belgique)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz

---------

PHOTOS:

- A son arrivée aux urgences à l'hôpital Sint Jan à Bruges, Marcel Vervloesem a été isolé dans une chambre entourée par 2 gardiens (ou des agents de sécurité belge), malgré l’état de sa santé critique.
Lors de ses opérations, et le séjour à l'hôpital (pendant 20 jours), Marcel Vervloesem était enchaîné par des menotes à la table d'opération, au lit, au brancard, au chaise roulante et aux appareils médicaux.
- Le ministre de la justice belge, Stefaan De Clerck (CD&V - Parti flamand des Démocrates Chrétiens)

'dans un Etat démocratique, poursuivre les pédophiles est la tâche de la police et de la justice' (Child Focus)

13-04-09

Werkgroep Morkhoven, der belgischen Bürgerinitiative gegen Kinderpornographie


marcel27.07.98

Archiv - Aus FOCUS Nr. 31 (1998) - Ausland Belgien - Dokumente des Horrors

Die private Ermittlergruppe aus Morkhoven übergibt der Polizei mehr als 10 000 sichergestellte Pornobilder von Kindern und Babys

Von FOCUS-Korrespondentin Saskia van Laere

Die Mitarbeiter der belgischen Bürgerinitiative gegen Kinderpornographie in dem kleinen Ort Morkhoven triumphierten, obwohl am Montag voriger Woche die Polizei anrückte, um ihren Sprecher Marcel Vervloesem zu verhaften. Die Finger zum Siegeszeichen gespreizt, ließ er sich abführen und erklärte: „Ich werde festgenommen, weil ich den Kinderschänderring aufgedeckt habe.“

Sechs Stunden später waren sein Verhör und das Kräftemessen zwischen den Hobbyermittlern und der Polizei beendet. Die Morkhoven-Initiative, die sich zuvor geweigert hatte, mit den Behörden zu kooperieren, übergab einen Schuhkarton voller Dokumente, die maßgeblich zum Auffliegen der Kinderpornobande in dem niederländischen Badeort Zandvoort beigetragen haben. „Die Fahnder haben uns versprochen, weiter zu ermitteln. Außerdem haben wir Kopien behalten“, sagte Vervloesem.

Zu der Kontroverse war es gekommen, weil die Polizei die Morkhoven-Gruppe beschuldigt hatte, das Beweismaterial in der Wohnung eines mutmaßlichen Kopfes der Bande, des Niederländers Gerrit Ulrich, gestohlen zu haben.

Ulrich ist im Juni in Italien ums Leben gekommen, und zwar durch eine Kugel seines belgischen Komplizen Robby Van der Plancken, der seitdem in Pisa in Haft sitzt. Kurz zuvor hatte Ulrich Kontakt zu der Morkhoven-Gruppe aufgenommen.

Die italienische Justiz erwägt die Freilassung des Belgiers, denn der tödliche Schuß soll ein Unfall gewesen sein. Das jedenfalls behaupten der Inhaftierte und sein Anwalt. Die Behörden schließen nicht aus, daß Van der Plancken seinem schwer aidskranken Freund Sterbehilfe leistete. Die Niederlande haben die Auslieferung beantragt.

Vorige Woche sprach FOCUS mit Vervloesem über den Erfolg der Morkhoven-Initiative und die Vorwürfe gegen seine Gruppe:

- FOCUS: Haben Sie der Polizei alle Unterlagen aus Ulrichs Wohnung übergeben?

Vervloesem: Ich habe alle PC-Disketten mit rund 10 000 pornographischen Fotos ausgehändigt. Jetzt folgen die Terminkalender, Adressenlisten und die Buchhaltung. Dann fahre ich in die Niederlande, um das Material den Behörden dort zu übergeben.

- FOCUS: Warum haben Sie zuerst die Zusammenarbeit verweigert?

Vervloesem: Ich wollte Garantien, daß die Ermittler unsere Informationen auch wirklich nutzen werden.

- FOCUS: Hatten Sie Zweifel daran?

Vervloesem: Und wie! Ich habe schon 1992 der Polizei gemeldet, daß Van der Plancken in den Verkauf von zwei Kindern involviert war. Man hat das lediglich zu Protokoll genommen. Ebenfalls vor sechs Jahren habe ich die Polizei informiert, daß Van der Plancken Kontakte zur Kinderprostitutionsszene unterhält. Der Fall ist dann jahrelang liegengeblieben.

- FOCUS: Beunruhigt es Sie, daß dieser Mann möglicherweise bald aus dem Gefängnis in Italien freikommt?

Vervloesem: Das wäre schlimm. Er könnte dann einfach verschwinden!

- FOCUS: Was erwarten Sie von den jetzigen Ermittlungen?

Vervloesem: Nicht viel. Justiz und Polizei haben in der Vergangenheit viele Fehler gemacht. Sie werden die Sache also herunterspielen oder decken müssen.

- FOCUS: Warum engagieren Sie sich in diesem Bereich?

Vervloesem: Der Fall Dutroux hat uns gezeigt, wie die Polizei arbeitet. Wenn wir auf die Behörden vertraut hätten, hätten wir die Netzwerke nie gefunden.

- FOCUS: Ihnen werden aber illegale Untersuchungsmethoden vorgeworfen . . .

Vervloesem: In einer Organisation wie der unsrigen macht man Recherchen, die unabhängig von denen der Behörden ablaufen. Einmal habe ich zum Beispiel ein Kinderfoto von mir an eine mutmaßliche Kinderpornoagentur geschickt. Weil sie sofort darauf eingegangen ist, wurde eine weitere Verknüpfung in dem Netzwerk aufgedeckt.

- FOCUS: Stimmt es, daß ein ehemaliges Mitglied Ihrer Gruppe wegen Sexualdelikten vorbestraft ist?

Vervloesem: An einer früheren Aktion war auch eine andere Gruppe beteiligt. Ein Mitglied dieser Gruppe war wegen Sexualdelikten verurteilt worden. In der Presse hat man dann verschiedene Aktionen und unterschiedliche Gruppen verwechselt.

- FOCUS: Kritiker weisen auch auf Ihr persönliches Strafregister hin.

Vervloesem: Mein Strafregister ist zwar lang, trotzdem steht da kaum etwas drin. Als ich 16 war, hatte ich zum Beispiel eine gleichaltrige Freundin. Damals war man mit 16 minderjährig, und die Beziehung wurde deshalb als eine Sittenwidrigkeit bezeichnet. Heute wäre das kein Problem.

- FOCUS: Warum wurden Sie zu sechs Monaten Haft auf Bewährung verurteilt?

Vervloesem: Dieses Urteil wird immer wieder herbeizitiert, um uns als Kriminelle abzustempeln. Wir wurden u. a. verurteilt, weil wir in einer Protestaktion eine Ladung Heuschrecken vor der Staatsanwaltschaft abgeladen haben. Und in der Berufung wurde ich freigesprochen.


Marcel Vervloesem wurde während 11 Jahre falsch beschuldigt und verfolgt.
Im 2008 wurde er zu drei Jahren Gefängnis verurteilt und ins Gefängnis gesperrt. Im Gefängnis wurde er gefoltert.
Er ist schwer krank und wurde vor knapp 5 woche am Herzen operiert.
Marcel Vervloesem jedoch unter anderem an Krebs und Diabetes leidet, ist zu befürchten, dass sich sein Zustand im Gefängnis ernsthaft verschlechtert, sofern man ihm eine ausreichende medizinische Versorgung verweigert.
Die belgische Justiz, die den Zandvoort Fall zum Schweigen brachte, entschieden um ihn im Gefängnis sterben zu lassen.

Fordern Sie Marcel Vervloesem sofortige und bedingungslose Freilassung, sofern seine Inhaftierung gegen Artikel 19 des Internationalen Pakts über bürgerliche und politische Rechte verstößt, das Belgien unterzeichnet hat. Drücken Sie Ihre Sorge um seinen Gesundheitszustand aus und verlangen Sie, dass er die nötige medizinische Versorgung erhält. Protestieren Sie gegen die unmenschliche belgische Politik !

Appelle an:

Minister der Justiz, Stefaan De Clerck
Waterloostraat 115, 1000 Brüssel (Belgien)
E-Mail: info@just.fgov.be
T.: 0032 2 233 51 11 - Fax: 0032 2 230 10 67
Net: http://www.just.fgov.be

Vizepremierminister und Minister der Sozialen Angelegenheiten und Volksgesundheit, Laurette Onkelinx
Handelsstraat 78-80, Brüssel (Belgien)
E-Mail: info@laurette-onkelinx.be
T. 00 32 2/233 51 11 - Fax 00 32-2/2 20 20 67

Premierminister des Königreichs Belgien, Herman Van Rompuy
Wetstraat 16, 1000 Brüssel (Belgien)
E-Mail: info@premier.fed.be
T. 00 32-2/5 01 02 11 - Fax 00 32-2/5 12-69 53, 5 11 79 14

Hans-Gert Pöttering, Präsident des Europäischen Parlaments
Europäisches Parlament, Rue Wiertz, PHS 11B011 BE-1047, Brüssel (Belgien)
hans-gert.poettering@europarl.europa.eu

José Manuel Barroso
Präsident der Europäischen Kommission
1049 Brüssel, Belgien
E-Mail: oib-info@ec.europa.eu
http://ec.europa.eu/commission_barroso/president/contact/mail/index_de.htm

-------

Gevangenis Brugge
t.a.v. Marcel Vervloesem
Sectie 35 - Cel 54
Legeweg 200
8200 Brugge (Belgien)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10, 1060 Sint-Gillis (Belgien)
E-Mail: WerkgroepMorkhoven@gmail.com, postmaster@droitfondamental.eu
T.: 0032 2 537 49 97
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/ - http://www.droitfondamental.eu/


LINKS:

- pädophilen Kriminalität
- Kinderhandel
- Zandvoort
- 'Operation Cathedral'
- 'Operaton Videochild'
- Morkhoven Gruppe
- Manuel Schadwald Vervloesem
- Gina Bernard Pardaens
- Dutroux
- Zoé Genot cd-roms Zandvoort

PHOTO: Marcel Vervloesem

12-04-09

Les victimes d'une répression impitoyable


'dans un Etat démocratique, poursuivre les pédophiles est la tâche de la police et de la justice' (Child Focus)

marcelTiny.27f5302a-4962-4a2b-a844-7b03ae31f7e9Anne-Marie_Lizin1Adieu, GinacarineEN NW PKG BELGIUM LAWYER 22HkinderrechtenenmensenrechtenbestaannietinBelgië

Lettre ouverte au Procureur Général de Liège

Concernant le refus du Juge Langlois de faire procéder à l’analyse des 6000 cheveux

Mercredi, 13 juin 2007

Monsieur le Procureur Général,

Nous ne connaissons pas tout des codes judiciaires, et, juridiquement nous ne sommes pas parties à la cause des enfants assassinés.Mais nous ne l’étions pas plus lorsque nous avons marché dans les rues de Bruxelles, le 20 octobre 1996.
Et tout en respectant profondément l’Etat de droit, nous désirons montrer qu’il existe encore des membres de la société civiles qui refusent la clôture du dossier concernant l’enlèvement, la séquestration et la mort de Julie et Melissa, An et Eefje, et l’enlèvement et la séquestration de Sabine et Laetitia.

Et nous le demandons non seulement parce que nous voulons vivre dans une société où la sécurité des enfants et des citoyens ne peut exister sans la recherche constante de la vérité, mais également parce que nous voulons avoir affaire à une justice qui se respecte elle-même.

Envoyer aux oubliettes, sous prétexte que plus personne ne s’en émeut, toutes les questions reléguées automatiquement au dossier appelé « bis » parce qu’elles concernaient des présences et des complicités d’autres personnes que celle jugées à Arlon, serait pour la justice une façon de donner à penser à la société qui lui a donné mission, qu’elle est incapable de rigueur, de logique, de constance et de consistance, et que finalement elle n’a que peu d’intérêt, elle-même, à poursuivre le crime, dès qu’on ne la regarde pas.

Laissez nous d’abord vous dire que nous ne faisons pas l’erreur d’appeler du nom de « dossier bis », expression employée par la presse, ce qui aurait dû être le prolongement de l’instruction, puisque si l’on s’en tient aux arrêts de la Chambre des mises en accusation il ne s’agit que de poursuites disjointes de celles qui ont amené les quatre inculpés connus à la Cour d’Assises d’Arlon. L’arrêt disait en effet ni plus ni moins que « cette disjonction a pour effet d’éviter de prolonger au-delà du raisonnable la durée des diverses détentions préventives, sans pour autant qu’elle n’empêche que soient découvertes ultérieurement d’éventuelles nouvelles charges à l’égard des dites personnes...etc.. » Ces poursuites contre « x » consistaient à relever tous les indices de présences et de complicités d’autres personnes. Dans cet esprit, les analyses des 6000 cheveux et des micro-traces, pour essentielles qu’elles soient ne constituaient qu’une partie de ce qui devait être le prolongement logique de l’instruction du dossier 86/96.

A l’argument qui consiste à dire que ces analyses sont inutiles, argument employé, selon la presse, par le juge Langlois dans son rapport, nous sommes stupéfaits de voir que n’a pas été fait, en plus de 10 ans, le travail de relever, dans les témoignages repris au dossier, les noms des personnes dont la présence est attestée dans les véhicules ou les lieux ayant servi aux enlèvements, transports, séquestrations, tortures et assassinats, à Marcinelle, à Jumet et ailleurs, personnes sur lesquels un prélèvement d’ADN aurait rendu opératoire une comparaison systématique avec l’ADN des cheveux.

A l’attitude qui consiste à opposer le coût de ces analyses à la démarche scientifique qui, dans d’autres circonstances ou d’autres pays, se montre d’une réelle efficacité dans la résolution d’affaires de moeurs et de meurtres d’enfants, nous pouvons répondre qu’une enquête qui a duré neuf années, employant des moyens humains et matériels hors du commun ne devait pas aboutir à un procès où des enquêteurs sont venu dire sous la foi du serment qu’on les avait empêché de travailler.
Cette enquête « coûteuse » ne devait pas aboutir à un procès d’assise où des questions cruciales restaient encore à poser.
C’est l’avocat général, Andries, lui-même, qui a dû rappeler neuf coïncidences qui si elles avaient été prises en compte auraient donné un coup de projecteur sur les complicités autour de Dutroux. Pour l’enlèvement de Julie et Melissa, il citait la non prise en considération des premières pistes, des premiers témoignages et du comportement du chien pisteur arrivé sur les lieux quelques heures après l’enlèvement et la fameuse piste des « fiesta rouges ». Il y ajouta, pour l’enlèvement de An et Eefje, la non prise en considération des coïncidences reliant les relations « d’affaire » de Dutroux et Dutroux lui-même à l’hôtel Brazil de Blankenberge devant lequel An et Eefje avaient été vues l’une des dernières fois.
Les réponses, elles, furent renvoyées au dossier prolongé appelé « bis ».
Soit.
Mais alors le dossier bis aurait dû être instruit.

Il est évident, Monsieur le Procureur Général, que nous approuvons votre décision d’aller en appel contre le refus du juge Jacques Langlois.

Mais, sans illusion, ne pouvons qu’exprimer un vœux pieux sur la continuation de l’enquête.

Si le juge Langlois exprime des doutes dans son rapport concernant l’origine des cheveux et des micro-traces qui seraient « sans doute » celles laissées sur les lieux par les enquêteurs et visiteurs après le 15 août 1996, nous considérons que ce « sans doute » est en contradiction totale avec une attitude objective d’enquêteur qui doit tout vérifier, et pensons que cette instruction du dossier appelé « bis » aurait « sans doute » plus d’avenir et d’efficacité si elle était confiée à d’autres mains que celles de celui qui vient de se mettre lui-même hors course.

Carine Russo

Lettre Ouverte


LINKS:

- Droit Fondamental
- Zoé Genot cd-roms Zandvoort
- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Georges Zicot (l'affaire Dutroux) et le réseau de Zandvoort
- Réseau de Zandvoort
- Jacobs Zicot Turnhout
- Kinderpornonetwerk Zandvoort
- Gerecht Turnhout
- Justitie Turnhout
- Open Brief Procureur-Generaal
- Onkelinx Turnhout
- Hof van Beroep Antwerpen - Vervloesem
- Kinderporno ondergronds
- 'Rechten Gevangenen' - Europese Ombudsman

PHOTOS: Marcel Vervloesem (le membre du Werkgroep Morkhoven qui a mené à la découverte du réseau Zandvoort - il était poursuivi pendant 11 ans et enfermé en prison où il risque de mourir), Tinny Mast (la mère de Kim et Ken - elle était harcelée pendant des années - Kim était retrouvée morte, Ken n'a jamais été retrouvé), Anne-Marie Lizin (senateur du PS - harcelée pendant des mois, même après son opération de coeur), Gina Bernard-Pardaens (le collaborateur du RTBF - avec Marcel Vervloesem à la recherche du garçon allemand, manuel schadwald - harcelée et menacée avec la mort pendant des mois - assassinée), Carine Russo (l'affaire Dutroux - la mère de Mélissa qui est retrouvée mort - elle menait une lutte interminable avec la Justice qui n'examinait pas les affaires), Victor Hissel (l'affaire Dutroux - l'avocat des parents de Julie et Melissa - il démontrait l'existence des réseaux pédocriminelles dans l'affaire Dutroux mais il était obligé de se retirer de cet affaire parce que le fonctionnement lui était fait impossible - harcelé et discrédité - sa famille a été détruite - poignardé par son fils)

05-04-09

Repatriation of Belgian prisoners serving their sentence in UK


gevangenen.kap.180px-Calico_hoodTo Werkgroep Morkhoven

April 2th, 2009

Dear Sir/ Madam

Concerns: repatriation of Belgian prisoners serving their sentence in UK

I wondered if you might assist me in finding out more information about the legislative conditions in Belgium for one of their nationals to be returned to his home country.

I practice Prison Law in UK and very often I come in to contact with Belgian nationals.
The Belgians do not like the British judicial system. This is due to the fact that it is completely different to the Belgian system and because the sentences imposed are so much longer. They would prefer to serve their time in Belgium and I feel there must be more direct ways in which I can help them to achieve that.
It appears that whatever sentence they get in UK, it is harder for the Belgians as they are no in a position to get as many visits from family members as the Brits. In my mind, this punishes the family as much as the prisoner, if not more as they are left to take care of everything at home.

I have tried to get information from various sources in UK and Belgium in connection with this but to no avail.
I need to know what happens to them once they get back to Belgium, what the legislation is in connection with the term they have to serve etc.
I shall not make this letter too long as it may waste your time and if it does then I apologise sincerely for the intrusion.
The Belgians do get a rough deal in prisons in UK when compared to the Dutch nationals. The Belgian Embassy only send a representative once per year where as the Dutch visit on a monthly basis.
It takes me about 6 months to arrange the repatriation of a Dutch national back to Holland. So far I have NOT succeeded in assisting with the repatriation of a Belgian and I wonder why this is and what exactly makes it so difficult.

I await your kind reply and remain,

Yours sincerely

Augusta Pearson

PS If you can't help me and know of an organisation or person who can, would you please be kind enough to forward those details.

Minderjarige prostituees in Rotterdam


Italia.arton394yvanhertumminderjarigeprostitueesinrotterdam

Journalist Daan Hakkenberg schreef onder de titel 'Een jonge meid? 150 euro per uur' in het Algemeen Dagblad van 4.4.2009 een interessant artikel over minderjarige prostituees en sexueel misbruikte kinderen in Rotterdam.
In zijn artikel laat hij Yvonne van Hertum aan het woord, die zoals de Morkhoven-activist Marcel Vervloesem die 10 jaar lang als een 'zelfverklaarde kinderpornojager' werd gebrandmerkt, voordurend de 'zelfbenoemde kinderpornojaagster' wordt genoemd.
Yvonne van Hertum vertelt daarbij hoe zij een 29-jarige pooier van minderjarigen op het spoor komt en zij aangifte gaat doen bij de zedenpolitie.

Jean Custers van het controleteam Prostitutie en Mensenhandel van de Rotterdamse politie zegt dat er steeds meer en meer meisjes van 12 of 13 jaar in het prostitutiemilieu terechtkomen.

Child Focus, het Belgisch-Europese Centrum voor Verdwijningen en Sexuele Uitbuiting van Kinderen, beweert nog steeds dat de meeste kinderen het 'slachtoffer zijn van inter-familiaal geweld' en besteedde nauwelijks aandacht aan de door Marcel Vervloesem en de Werkgroep Morkhoven onthulde kinderpornozaak Zandvoort...

------------

ROTTERDAM - De politie krijgt steeds beter zicht op minderjarige prostituees die in Rotterdam actief zijn. Ze worden gedwongen hun lichaam te verkopen. Want waar vraag is, is aanbod. 'Strak en jong was geen probleem, zo werd me verteld. Het meisje was 15 jaar.'

De politie krijgt langzaam meer zicht op minderjarige prostituees in Rotterdam.

Yvonne van Hertum, de omstreden pedojaagster, schrikt niet snel. Maar toen ze de foto's van Evelien onder ogen kreeg werd ze stil. ,,Ik kreeg foto's van het meisje toegestuurd. Ze was net vijftien jaar geworden, nog een heel onschuldig kind. Ik had zo'n medelijden met 'r.''

Op een website waar prostituees zichzelf aanbieden, was Van Hertum in contact gekomen met de 29-jarige pooier Roy. Die had ook een 'jonge meid' tot z'n beschikking. Van Hertum en de pooier mailden over en weer. ,,Je maakt een babbeltje over koetjes en kalfjes. Tussendoor vraag je hoe oud het meisje nou eigenlijk is. 'Strak en jong' was geen probleem, zo werd me verteld. Het meisje bleek vijftien. De man vroeg 150 euro per uur.''

De interesse is gewekt en dat is het moment voor Van Hertum om de politie in te schakelen. ,,Met alle gegevens heb ik me bij de zedenpolitie gemeld. Ik ben op het bureau geweest en heb een verklaring afgelegd. De pooier vroeg me later om een telefoonnummer. Toen heb ik een nummer gegeven dat ik van de politie kreeg. De politie heeft toen, zogenaamd als klant, met hem een afspraak in een hotel gemaakt.''

Eind oktober wordt met Roy en het 15-jarige meisje een afspraak gemaakt in een hotel langs de snelweg in de buurt van Rotterdam. De man wordt gearresteerd en krijgt later twee jaar celstraf opgelegd, waarvan vier maanden voorwaardelijk. Hij had het meisje al zeker één keer eerder aangeboden voor seks. Dat leverde toen 700 euro op, Evelien zelf hield er een kaart met beltegoed aan over. Ondanks alles was ze nog altijd smoorverliefd op Roy.

Volgens Jean Custers van het controleteam Prostitutie en Mensenhandel van de politie Rotterdam Rijnmond is de leeftijd van Evelien 'nog redelijk standaard'. ,,Je ziet ook veel meiden van 12 of 13 jaar. Het is slechts de fantasie die beperkt,'' zegt Custers over de dingen die hij in de praktijk tegen komt. ,,Elk jaar denk ik weer: dit is wel het ergste dat ik in mijn werk ben tegen gekomen.''

Spil in de jeugdprostitutie zijn pooiers als Roy. In Rotterdam zijn er tientallen zoals hij. Zij ronselen de jonge meiden, die volledig afhankelijk zijn van hun pooier. Een relatie die zorgvuldig wordt opgebouwd. Ineke Smidt van Coördinatiecentrum Mensenhandel: ,,Meestal begint het met een vriendje. Het zijn meisjes met een heel laag zelfbeeld, weinig zelfvertrouwen en erg aanhankelijk. Zo'n jongen geeft cadeautjes en doet lief. Dan heeft hij een probleem en vraagt 'ie: nu moet je wat voor mij doen.''

,,Zodra het meisje één keer met een vriend of een relatie naar bed is geweest, begint een mechanisme van chantage. Dan ben je een slet. Er wordt gedreigd om aan ouders of op school of internet te vertellen dat ze de hoer heeft gespeeld. De dreigementen gaan gepaard met fysiek geweld, soms zelfs met verkrachting. De afhankelijkheid komt voort uit psychoterreur en geweld.''

Al snel beperkt de klantenkring zich niet meer tot bekenden of vrienden van de pooier. ,,In het klassiek patroon zijn de klanten in het begin kennissen. Het doel daarvan is om de grenzen op seksueel gebied te verleggen. Daarna volgt de uitbuiting achter het raam of als escort,'' zegt Marije van Stempvoort van Prostitutie Maatschappelijk Werk (PMW) Humanitas.

Volgens Smidt gaan loverboys zich snel als 'echte pooiers' gedragen. ,,Soms worden meiden verhandeld tussen loverboys. Bijvoorbeeld van Rotterdam naar Antwerpen gebracht en daar te werk gesteld. De loverboy wordt dan pooier en mensenhandelaar.''

Minderjarige prostituees voelen zich achteraf 'ongelooflijk vies, besmeurd en vernederd', zegt Smidt. ,,Ze durven zich niet meer in de maatschappij te vertonen en zijn zwaar getraumatiseerd, zien mannen vaak als verkrachters. Ze zien niets terug van het geld. Er is geen beloning, ze krijgen soms zakgeld of worden mee uit genomen. Echte prostituees hebben een vak, zijn zelfbewust, weten wat ze doen. Die kunnen nee zeggen tegen klanten en hebben eisen over hygiëne. Dat is bij deze meiden niet het geval. Hier is geen zeggenschap.''

DAAN HAKKENBERG
zaterdag 4 april 2009

De naam van Evelien is gefingeerd. http://www.ad.nl/rotterdam/stad/3127002/Een_jonge_meid_150_euro_per_uur.html

31-03-09

Prison à Bruges: Meurtre d'un activist de la lutte contre la pédopornographie


OKdood.mail-1Prison de Bruges
Docteur Proot, Médecin Chef
Legeweg 200 - 8200 Bruges
(Belgique)

Bruxelles, 30.3.2009

Concerne : Marcel Vervloesem

Cher Docteur Proot,

Marcel Vervloesem n'a pu nous téléphoner qu'il y a quelques heures, depuis que son transfert à la prison à Louvain a été bloqué, il y a maintenant 3 jours.
Il avait passé la totalité de la journée sans médication dans un fourgon cellulaire qui l'a ramené à la prison de Bruges.
Depuis, il n'obtient plus ses soins de revalidation, ses médicaments ou la kinésithérapie.

Vous savez pourtant qu'il a subi une opération à coeur ouvert lourde et risquée il y a trois semaines ? Le plan de revalidation de l'Hôpital Universitaire St Jean de Bruges prévoyait pourtant trois mois de kinésithérapie, entre autres pour la jambe et la poitrine, chacune ouverte sur une longueur de 40 cm. Il semblerait qu'il ne reçoit plus d'insuline, avec pour résultat le taux de sucre dans le sang est complètement déstabilisé. Obtient-il l'alimentation adaptée à son diabète ?

Chaque transfert pose un problème. Même lorsqu'il est revenu de l'hôpital à la prison après une telle opération à coeur ouvert, il n'avait reçu l'alimentation et la médication convenue que deux jours plus tard, quand il a quitté l'infirmerie pour le bloc 35 !

Marcel m'a dit qu'il n'obtient que trois petites pilules, dont l'une pour le coeur et l'autre pour le cholestérol. Il est privé de toute autre médication depuis ce faux transfert atroce à Louvain.

Marcel dit avoir beaucoup problèmes au niveau du cour et du diabète.
Il a l'impression de négligences volontaires, pour s'assurer de sa mort. Il est complètement démoralisé par tout ce qui est arrivé et cette situation sans issue.
Le service psycho social bloque son dossier ; le ministre de Justice De Clerck reste muet au sujet de l'inapplicabilité de l'article 72 de la loi d'application des peines etc.
Ces raisons l'ont poussé à refaire une demande d'euthanasie au ministre De Clerck, à la direction de la prison à Bruges et au service cas individuels (DIG).

J'espère que vous pourrez, en tant que médecin-chef de la prison de Bruges et responsable de la santé des prisonniers, prendre immédiatement les mesures convenues.

Respectueusement, en l'attente de votre réponse,

Jan Boeykens
Président du Werkgroep Morkhoven v.z.w/a.s.b.l.

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles (Belgique)
nr. 443.439.55
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu (Princesse de Croÿ)

http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/
http://www.droitfondamental.eu/


http://www.droitfondamental.eu/
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/

'dans un Etat démocratique, poursuivre les pédophiles est la tâche de la police et de la justice' (Child Focus)

24-03-09

L'omicidio giudiziario dello activist Marcel Vervloesem


265_0_KEEP_RATIO_SCALE_CENTER_FFFFFF

L'autista di Stefaan De Clerk, Ministro della Giustizia Belga, ha urtato un lampione, durante l'inaugurazione del nuovo edificio della giustizia a Turnhout questo 19 marzo, 2009. La super BMW si è leggermente ammaccata e il lampione stortato. Il Ministro ha incontrato i primi magistrati che hanno condannato Marcel Vervloesem a morte, e quelli che saranno incaricati di finirlo nella prigione locale. Uno dei magistrati che si è opposto a questo assassionio è stato degradato ad un posto di giudice di pace.


moord.justitie.imagesDe Clerck ordina di dare il colpo di grazia a Marcel Vervloesem ?!

I medici avevano previsto due operazioni a cuore aperto, dopo la cicatrizzazione della ferita lasciata dal cateterismo cardiaco. L'operazione è stata eseguita in un solo tempo, mentre la ferita sanguinava da quattro mesi. Marcel Vervloesem ha tre cicatrici : una verticale nel mezzo del torace, una orizzontale qualche centimetro sotto la verticale e una sulla sua gamba destra dal basso in alto lungo una vena superficiale. Il suo piede sinistro è stato ammanettato ed incatenato al letto dell'ospedale,questo affinchè in seguito la rigidità postmortem lo sfigurasse.

Dieci giorni dopo l'operazione, lui era di ritorno alla prigione di Bruges, nella sezione non medicalizzata, riservata ai detenuti più pericolosi del Belgio. Dopo, il Ministro della Giustizia prevede di trasferirlo in una prigione più umana, a Turnhout, dove non c'è un' infermeria o l' approvvigionamento regolare di insulina, da cui dipende Marcel per vivere.

Durante questo tempo, la Corte d'Appello di Anversa ha a differito il giudizio che dovrebbe togliergli i suoi mobili ed ammenicoli vari, per pagare i danni dei suoi calunniatori. La Corte aveva deciso questa data l'anno scorso pensando che fosse già morto, ma egli non era che in coma farmacologico. I magistrati erano nella condizione di non sapere se stavano condannando un uomo morto o togliere a sua figlia Wendy quei pochi ricordi dei suoi genitori. Loro dovevano egualmente decidere chi avrebbe dovuto pagare le spese di giustizia per le calunnie dello zio, così come degli amici di infanzia di Wendy, per otto denuncie che erano state sgonfiate dopo che uno di loro aveva riconosciuto che loro erano stati pagati 375 euros ciascuno per fare queste calunnie.

L'udienza si è tenuta a porte chiuse, poichè questa doveva così rivelare se lui era ancora tra la vita e la morte. I giudici hanno optato che sarebbe stato psicologicamente negativo per i denuncianti di giudicare il danno in un simile momento. Uno dei giovani aveva ritrattato la sua denuncia dicendo che i suoi amici e lui avevano mentito sotto la minaccia di spedirli in una casa di correzione per traffico di droga. Loro arrivavano spesso a chiedere a Marcel di raccontare ancora e poi ancora, le sue avventure quando intrappolava i pedocriminali di Zandvoort, per liberare i minori scomparsi nei bordelli olandesi. Era dunque psicologicamente negativo di far loro dei danni, per essersi esposti con delle menzogne delle quali non si perdoneranno mai, è comunque l'arma che la giustizia belga utilizza per assassinare un uomo che gli stessi ammirano.

L'avvocato di Marcel ha ricordato le accuse del PSD, servizio sociale della prigione finanziato dal Ministero della Giustizia, secondo il quale è la Corte d'Appello che blocca il suo dossier, in modo che lui venga privato dei suoi congedi dovuti ai prigionieri. La Corte d’Appello avrebbe risposto che il PSD non ha alcun bisogno del dossier per accordargli i suoi diritti di prigioniero, nè dell'autorizzazione di giudicare ciò che è già stato giudicato.
Questa è la prima volta che ci è data la parola di un magistrato che ha veramente un senso, in tutto questo dossier.

Per vendetta, uno dei magistrati avrebbe detto che la condanna non aveva altro obbiettivo che di farlo fuori. Forse per dargli una lezione salutare, magari?

Marcel Vervloesem ha condotto le ricerche per l'ONG Werkgroep Morkhoven, che ha portato anche alla scoperta della rete TemseMadera. Il senatore Brongersma (1911 † 1998) faceva parte del circolo di omosessuali che avrebbero messo assieme le sue collezioni pedoporno come per gioco. Nel marzo 1998, vicino agli 87 anni, lui scopriva Marcel Vervloesem che raccontava davanti alla televisione come si era arrivati a quelle foto, chi erano questi minori che erano stati violentati durante l'infanzia rubata, e la sofferenza dei genitori di quelli che erano scomparsi. Il vecchio senatore inviò una lettera a Marcel, per dirgli che lui inviava tutta la sua collezione alla polizia tedesca. Poi tentò più volte di suicidarsi, e ottenne un suicidio assistito, il 22 aprile 1998.

Marcel Vervloesem ha scoperto lo schedario di Zandvoort, con più di 100.000 foto di pornografia e torture di bambini, nelle foto dello schedario, compare un magistrato francese senza mutande. Marcel si è ritrovato in prigione, mentre le mutande del magistrato erano archiviate come divieto segreto di procedere in Francia,come pure in Olanda anche, perchè il dossier includeva egualmente delle mutande reali olandesi.

NO: I giudici non hanno voluto fare uno scherzo al Werkgroep Morkhoven per far loro imparare ad esporre un crimine contro l'umanità, di cui solo il senatore Brongersma avrebbe preso in seguito coscienza.

A cosa pensa il Ministro della Giustizia quando gli rifiuta il protocollo di cure per curare il cancro e che il medico della prigione di Turnhout gli ha prescritto dopo sette mesi? L'ultima volta che lui aveva deciso di rinviare Marcel a Turnhout senza questo protocollo, gli era stato promesso che sarebbe stato curato all'ospedale locale. Ma lui aveva rifiutato ogni trattamento od ospedalizzazione, finchè non avesse più di 24 battiti cardiaci al minuto ed i reni distrutti.

Loro gli avevano riservato una cella d'isolamento puzzolente, con un materasso sul pavimento ed un secchio di plastica per toilette. Il prigioniero che l'ha fatto uscire da questa cella offrendogli di condividere la sua, è stato trasferito per il sovrappopolamento carcerario. Non ci si deve quindi aspettare di meglio. Circa quindi le nuove promesse che saranno ben presto annullate quando sarà troppo tardi perchè il suo avvocato possa proteggerlo. Lui è molto fragile che possono fargli firmare ogni cosa, non importa quale sia. E' una esibizione di un regime che non è diverso da quello di Hitler, se non per una migliore qualità della propria propaganda.


- Droit Fondamental
- Werkgroep Morkhoven
- Rete criminale di Zandvoort

Gevangenis Brugge (Prizione di Bruges)
Sectie 35 - K 61
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgio)

23-03-09

Meisje van 13 verdwenen


mailOnderwerp: Vermist

beste  mensen

dit meisje op de foto is mijn dochter
ze is 13 jaar en is sinds 2 dagen verdwenen
de politie heeft geen enkel spoor en doet alles er aan om haar te vinden
ik ben doodongerust en kan alle hulp gebruiken in het vinden van mijn dochter
de politie deurne noord is het kantoor waar u moet zijn, moest je een tip hebben van waar ze kan zijn
stuur dit aub verder door aan zoveel mensen want hoe meer mensen dit mailtje bereikt hoe groter de kans is om haar terug te vinden
haar naam is Van Loon Naomi en zij is ongeveer 1m60 groot
ze heeft blauwe ogen met een bruine karee en is licht vol slank
ze werd het laatst gezien in deurne zuid op de waterbaan
help mij m'n dochter vinden

sandra van loon

12:58 Gepost door Jaap in Actualiteit | Permalink | Commentaren (4) | Tags: vermist van loon naomi |  Facebook |

18-03-09

PA-RA-DA: Romania nel 1992


mailRomanianel1992lafinedelladittaturadiCeausescuBambini

Info:
Regia: Marco Pontecorvo
Sceneggiatura: Marco Pontecorvo, Roberto Tiraboschi
Attori: Jalil Lespert, Evita Ciri, Daniele Formica, Patrice Juiff, Cristina Nita, Gabriel Adrian Rauta, Robert George Valeanu

Fotografia: Enzo Carpineta
Montaggio: Alessio Doglione
Musiche: Andrea Guerra
Produzione: Panorama Films
Distribuzione: 01 Distribution
Paese: Italia 2008
Uscita Cinema: 19/09/2008
Genere: Drammatico
Durata: 100 Min
Formato: Colore

Trama:
Parada racconta la vera storia del clown di strada Miloud Oukili, il suo arrivo in Romania nel 1992, tre anni dopo la fine della dittatura di Ceausescu, e il suo incontro con i bambini dei tombini, i cosiddetti “boskettari”.
E’ la storia dell’amicizia tra una banda di ragazzini tra i tre e i sedici anni e il giovane clown franco algerino Miloud, poco più che ventenne. I bambini vivono da straccioni, come randagi, dormono nel sottosuolo di Bucarest, nelle grandi condotte dove passano i tubi per il riscaldamento e sopravvivono con furtarelli, accattonaggio e prostituzione. Sono bambini fuggiti dagli orfanotrofi o dalla povertà di famiglie indifferenti o disperate, bambini che vivono ammassati nel sottosuolo, nella rete dei canali, su cartoni e materassi putridi, in ambienti sporchi e soffocanti.
Miloud coltiva il folle sogno di entrare in contatto con questi ragazzi diffidenti e induriti dalla loro drammatica esperienza di scontri, violenze, lutti, pedofilia e droga. Usa il suo carisma e la sua testardaggine per penetrare il muro di sospetto con cui si difendono e per tirarli fuori dalla loro condizione e portarli a una vita dignitosa. Insegnando le attività circensi e clownesche e riportandoli alla luce del sole, dà loro la speranza in un’esistenza futura.


- Droit Fondamental
- Werkgroep Morkhoven
- Rete criminale di Zandvoort

Gevangenis Brugge (Prizione di Bruges)
Sectie 35 - K 61
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgio)

12:29 Gepost door Jaap in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) | Tags: romania nel 1992 pa-ra-da |  Facebook |

17-03-09

Pedocriminal networks: the infernal fight of Marcel Vervloesem (2)


soins_intensifs_002Brussels, March 9th, 2009

Chained at hospital St John of Bruges

Marcel Vervloesem is so weak that he cannot lift a glass of water; so weak that he had not realized having a foot ringed by a light shackle attached to a heavy chain, approximately 1.5 cm large.
He just had an open-heart operation to cauterize four wounds at his cardiac valves. He is under oxygen, soaked of fever. Spasms deface him, and slight coughing makes him suffocate ounce in a while. The hospital and him are victims of the war between the doctors who want to cure the prisoners and the Belgian ministry of justice who wants to repress the "dissidents".

The false Russian miscarriages of justice have a better press, perhaps due to the fact that the Strasbourg based European Court of the Human Rights grants it more importance. It has intervened three times in two years, of which last December, to ask for the release of Vasily Alexanian from his Russian jail, but did not yet find time to lean on Marcel Vervloesem's emergency procedure in nearly seven months.

The Belgian man has denounced the industry images of torture and pornography of children, implying a higher French magistrate. He was then condemned for rapes that medicine recognizes him unable to have carried out. The Russian man had denounced the theft of an oil company by a financial montage. He was then imprisoned for fraud and money laundering.

Marcel Vervloesem and Vasily Alexanian both were victims of the same parodies of justice, then imprisoned in spite of a health condition which did not allow them to survive the prison. They both have cancer. They both made hunger strikes and became temporarily blind. Moscow and Brussels declared identicaly, that the health conditions of their respective prisoner, "did not justify hospitalisation". They both where finally hospitalised in critical conditions, and chained to their hospital bed.

The press and the humanitarian organisations denounced the Soviet "repressive poutinian system", but not the Belgian one. They widely denounce the judicial drifts in the USSR, which cause to destroy those who hinder the enrichment of the least scrupulous people. The system is identical: the constitutional law is denied, to eliminate the bothers, by declaring them guilty of facts they reproach to the opposing party.

The Russians victims are called political prisoners in honour to the cold war, whereas Europeans ones are described as victims of "miscarriages of justice", if they reach Strasbourg.

The Belgian Senators answer that politics cannot do anything. Only a higher authority can help. Unfortunately, the judicial traffic-jam in Strasbourg causes an important delay as regards of the treatment of European affairs. Some of these dossiers were rejected, without even having been open, so that many victims think that the expense is useless.

Meanwhile, Vasily Alexanian would be a horrible character who stole the poor Russian people, according to the Soviet press, but an unfortunate political prisoner "tied like an animal", according to the international press. Marcel Vervloesem, who brought more than 100.000 photographs of pornography and torture of children to justice; is described as a "self-declared paedophile hunter" and "child abuser", by hiding his state of health and a judgment in absence of 37 parts of his judicial dossier. Only one of his six hospitalisations in emergency was relayed, adding "that his lawyer could not confirm he was in intensive care." Silence was kept over the shackles on the operating table. Silence will now remain on the chains.

In Russia at least, to believe Vasily Alexanian’s lawyer, the prison warders have the right to remove the chains of the hospitalized prisoners when they receive visits. This is not the case in Belgium, where only the prison warders can appear embarrassed by delirious conditions that the Ministry of Justice imposes to the prisoners.

The man responsible for the size of the chains used to tie the prisoners to hospital beds is Doctor Van Mol, chief consultant of all the Belgian prisons, under the direct authority of the Minister for Justice: Stefaan De Clerck. This is a very original way to start the electoral campaign for the next elections!


CONTACT:

Do not hesitate to send him a postcard, as it will releif him to know that his life was not shortened in vain: Gevangenis (Prison) Brugge
Sectie 35 - K 61
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgium)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis (Belgium)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental
- Zandvoort case

Brisé par la justice européenne (2)


soins_intensifs_002Bruxelles, 9 mars 2009

Enchaîné à l’hôpital St Jean de Bruges

Marcel Vervloesem est si faible qu’il ne parvient pas à soulever un verre d'eau ; si faible qu’il ne s’était pas aperçu avoir un pied encerclé d'une fine menotte, attachée à une lourde chaîne de métal telle que celle-ci, d'environ 1.5 cm de large. Il sort d'une opération à coeur ouvert pour cautériser quatre blessures à ses valves cardiaques. Il est sous oxygène, trempé de fièvre. Des spasmes le défigurent et des toussotements le font suffoquer de temps à autre. L'hôpital et lui sont victimes de la guerre entre les médecins qui veulent soigner les prisonniers et le ministère de la justice veut réprimer les "dissidents".

----------

Les fausses erreurs judiciaires russes ont meilleure presse, peut-être du fait que la Cour Européenne des Droits de l’Homme, basée à Strasbourg, y accorde plus d'importance. Elle est intervenu trois fois en deux ans, dont en décembre dernier, pour demander la libération de Vasily Alexanian de sa prison russe, mais n'a pas encore trouvé le temps de se pencher sur la procédure d'urgence de Marcel Vervloesem en près de sept mois.

Le belge a dénoncé l'industrie des images de torture et de pornographie d'enfants, impliquant un haut magistrat français. Il a alors été condamné pour des viols que la médecine le reconnaît incapable d’avoir exécuter. Le russe avait dénoncé le vol d'une compagnie pétrolière par un montage financier. Il a alors été emprisonné pour fraude et blanchiment d'argent.

Marcel Vervloesem et Vasily Alexanian ont été victimes des mêmes parodies de justice, puis incarcérés en dépit d’un état de santé qui ne leur permettait pas de survivre à la prison. Ils ont tout deux le cancer. Ils ont tout deux fait des grèves de la faim et sont devenus momentanément aveugles. Moscou et Bruxelles ont déclaré identiquement, que l'état de santé de leur prisonnier respectif, "ne justifiait pas l'hospitalisation". Ils ont tout deux finalement été hospitalisés dans des états critiques et enchaînés à leur lit d'hôpital.

La presse et les organismes humanitaires ont dénoncé "le système répressif poutinien" soviétique, mais pas le belge. Elle dénonce largement les dérives judiciaires en URSS, qui anéantissent ceux qui font barrage à l'enrichissement de personnes peu scrupuleuses. Le système est identique: le droit constitutionnel est nié, pour éliminer les gêneurs, en les déclarant coupables des faits qu'ils reprochent à la partie adverse. Les victimes russes sont qualifiées de prisonniers politiques en honneur à la guerre froide, alors que les européennes sont qualifiées de "victimes d’erreurs judiciaires", si elles atteignent Strasbourg.

Les Sénateurs belges répondent que la politique ne peut rien faire. Seule une instance supérieure peut aider.
Malheureusement, l’embouteillage judiciaire à Strasbourg cause un important retard aux affaires européennes.
Certains de ces dossiers ont été rejetés, sans même avoir été ouvert, de manière à ce que beaucoup de victimes pensent inutile d'en faire les frais.

En attendant, Vasily Alexanian serait un horrible personnage qui a volé le pauvre peuple russe, selon la presse soviétique, mais un malheureux prisonnier politique "enchaîné comme un animal", selon la presse internationale. Marcel Vervloesem, qui a apporté plus de 100.000 photos de pornographie et torture d'enfants à la justice, est qualifié de "chasseur de pédophiles 'autoproclamé' et "violeur d'enfants", en cachant son état de santé et 37 pièces absentes au dossier judiciaire. Seule une de ses six hospitalisations d'urgence a été relayée, en rajoutant "que son avocat ne pouvait pas confirmer s'il était aux soins intensifs." Le silence a été maintenu sur les menottes à la table d'opération. Le silence sera à présent maintenu sur les chaînes.

En Russie au moins, à en croire l'avocate de Vasily Alexanian, les gardiens de prison ont le droit d'enlever les chaînes des prisonniers hospitalisés quand ils reçoivent des visites. Ce n'est pas le cas en Belgique, où seuls les gardiens de prisons peuvent apparaître embarrassés des conditions délirantes que le Ministère de la justice impose aux prisonniers.

L'homme responsable de la taille des chaînes utilisées pour attacher les prisonniers aux lits d'hôpitaux est le Docteur Van Mol, médecin chef de toutes les prison belges, sous l'autorité directe du Ministre de la Justice: Stefaan De Clerck. C'est une manière très originale d'engager la campagne électorale pour les prochaines élections !


CONTACT:

N'hésitez pas à lui envoyer une carte postale, car ça le soulagera de savoir que sa vie n'a pas été écourtée en vain:
Gevangenis Brugge (Prison de Bruges)
Sectie 35 - K 61
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgique)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles (Belgique)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental
- Réseau Zandvoort

'dans un Etat démocratique, poursuivre les pédophiles est la tâche de la police et de la justice' (Child Focus)