24-11-09

Actualiteit pedo-criminele netwerken


vuurwerk-het-loo-2212

Omdat er, niettegenstaande de tegenwerkingen vanuit het pedocriminele milieu en de Stasi, heel wat beweegt op het plan van de strijd tegen de pedocriminele netwerken, starten we hier met een actualiteitsrubriek over de talloze initiatieven.

Er werden verschillende franstalige interviews van de RTBF-journalist José Dessart van een nederlandstalige ondertiteling voorzien:
Faits divers April 1998 - Temse/Madeira netwerk
Video's: Marcel Vervloesem en de Zandvoortse kinderporno (nederlandstalige ondertiteling)

Foto: vuurwerk

23-11-09

« Fan-Clubs »

« Fan-Club » de Dutroux versus « Fan-Club » de Marcel Vervloesem

Lundi, novembre 23, 2009
By Presidente
1d09edc2007101911073726

Bruxelles (Belgique)

RAPPEL DES FAITS. Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, Marc Dutroux, le pédophile qui avait assassiné quatre des six fillettes séquestrées dans sa cave de Marcinelle, sait qu’il mourra dans le quartier de haute sécurité du pénitencier d’Ittre. AUJOURD’HUI âgé de 52 ans, Dutroux qualifie sa prison de « New Buchenwald », se référant de manière malsaine et outrancière au camp de concentration nazi. Il dispose de deux cellules surveillées vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Ses sorties dans le préau lui sont consenties une heure par jour. Selon un gardien, il prend « un malin plaisir » à perturber les matchs de football que disputent ses codétenus, tous des pédophiles condamnés à de lourdes peines. « Il s’amuse à traverser le terrain de foot en diagonale au lieu de courir autour, avec les chaussures Nike Air qu’il a reçues », précise le gardien. Des chaussures de sport à 150 € ? Dutroux en a les moyens. Il dispose d’un fan-club qui lui adresse régulièrement de l’argent, des peluches et paie ses abonnements aux journaux.

L’un de ses admirateurs, un artiste lyrique d’Anvers, a envisagé de l’adopter, lui permettant ainsi de changer de nom et (surtout !) d’hériter de sa fortune.

Ces démarches, soumises à son ex-avocat Daniel Kahn, n’ont pas abouti. Durant ses heures de loisirs, Marc Dutroux continue d’éplucher son dossier. Il continue à nier l’enlèvement des enfants assassinés : « Les assassins courent toujours dans la nature », prétend-il dans des courriers adressés à ses admirateurs qui perpétuent ainsi la thèse des « réseaux », pourtant anéantie lors du procès d’assises. D’après des sources internes à la prison, il a suivi « avec intérêt » l’affaire Fourniret : « Dès qu’il a appris que le forestier français était passionné d’échecs, il a commandé le même jeu électronique que lui, un modèle Kasparov. »

Son épouse, Michelle Martin, condamnée à trente ans de réclusion pour complicité, espère sortir de prison dans un an. Elle a entrepris une procédure de libération conditionnelle et a contribué à l’écriture d’un livre, « Vous vous appelez Michelle Martin », rédigé par l’écrivaine Nicole Malinconi, dans lequel elle prétend, à la manière de Monique Olivier (l’épouse de Fourniret), qui fut sa codétenue à la prison de Namur, qu’elle ne fut qu’une « femme sous influence ».

Paul Bertrand | 02.05.2008

Sources:  http://www.leparisien.fr/faits-divers/marc-dutroux-a-un-fan-club-tres-genereux-02-05-2008-3298475316.php

————————–

Marcel Vervloesem activiste contre les réseaux pédocriminels restera en prison, tant qu’il n’avoue pas des viols figurant à des plaintes que les tribunaux belges ont reconnu dictées pour 15.000-FB, aurait décidé le ministère de la justice.

Erwin est un jeune psychologue de 28 ans, employé au Service Psychosocial de la prison de Turnhout. Il a dit à Marcel qu’un document prétendument « disparu », mais dont une partie du contenu est mentionné dans un jugement, était conservé dans les ordinateurs du ministère, ce qui présume que le jugement a été dicté par le ministère et non par le juge. Erwin a également lu à Marcel, ce qu’il lui a présenté comme une note interne du ministère, interdisant de le libérer avant que son agonie ne soit assez avancée pour qu’il ne puisse plus dire adieu à sa famille et ses amis, même si la Cour Européenne des Droits de l’Homme décide que sa condamnation est illégale.

Le service d’Erwin faisait normalement son travail, donnant son accord pour que l’Hôpital Universitaire d’Anvers assure des soins ambulatoires à Marcel, jusqu’au jour où le ministère ordonna de geler le dossier. Erwin est alors « parti en vacances » et le ministère tenta de contraindre Marcel d’accepter 12 heures de route menotté dans une cage, pour un examen à l’Hôpital de la prison de Bruges: cet examen pouvait se faire en quelques heures dans un hôpital local… Habitué à ne survivre que par une succession de miracles, Marcel a refusé.

Hier, Erwin a dit à Marcel qu’il ne sera libéré, que s’il avoue les viols, notamment le viol de l’actuel Président du Conseil de la Police, que tous les tribunaux belges ont reconnus inventé. Plus extraordinaire encore : Erwin a détaillé le contenu d’une lettre de menaces envoyée à Wendy Vervloesem, la fille de Marcel, qui est également objet des persécutions de l’Etat, ainsi que des calomnies de la bande de pervers illettrés, qui a mis en œuvre la cabale pour faire incarcérer son père, moyennant 375 euros chacun.

Marcel étant libérable pour bonne conduite depuis le 4 septembre dernier, le ministère aurait décidé de reporter le jugement de décembre qui devait en décider, car « trop sensible pour les médias », selon Erwin. Le jeune homme lui a expliqué que c’était de la faute des médias Internet des ONG, qui exposent l’application du droit international en Europe, en matière de criminalité organisée. « Des fous et des crapules qui devraient tous être enfermés en psychiatrie », a dit le psychologue, qui a demandé à Marcel : « Tu vois le résultat des contacts avec ces bandits ? » Autant de princes, de comtes, de baronnes et de médecins fous ou criminels, à enfermer comme au bon vieux temps de Staline, s’ils ne risquaient pas de corrompre les prisonniers par l’information.

Erwin assure avoir reçu, ensemble avec le psychiatre Delander, le pouvoir d’interdire à Marcel, tout courrier, communication téléphonique, visite et même de congé pénitentiaire, durant les trois prochaines années, si les « crapules » susmentionnées continuent à publier leurs articles. Il serait tout à fait normal de menotter un prisonnier durant 591 heures pour « raison de santé », selon le psychologue, qui explique qu’il y a assez de gens menottés en prison, et de malades qui meurent en prison pour le prouver.

Ces menaces sont supposées inviter Marcel à retourner volontairement au centre d’extermination de Bruges, de manière à ce que le jugement de décembre relève de ce tribunal, qui laisse le ministre lui dicter ses jugements. Les conditions de détention y sont tellement abominables, que c’est impensable, on prend donc le risque de la juridiction d’Anvers, où sait-on jamais, il y a peut-être des magistrats qui respectent la séparation des pouvoirs.

Le psychologue du service psychosocial nous qualifiait de « Maffia »: une méprisable maffia de princes, de comtes, de barons, de scientifiques et de bénévoles, qui luttent contre l’exploitation sexuelle d’enfants, par opposition à l’honorable maffia que son service assiste en prison. Il avait dit à Marcel qu’il lui volerait son courrier, qu’il manœuvrerait pour lui interdire la moindre sortie, qu’il n’autoriserait de soins hospitaliers qu’en le faisant passer par 12 heures menotté dans un fourgon à cage. Il a tenu sa promesse pour au moins six lettres envoyées à Marcel, qu’il n’a pas encore reçu et sans pouvoir ignorer qu’il serait avisé du vol. Marcel n’a pas reçu une lettre de sa fille à qui il téléphone tous les jours, ni une lettre de sa petite-fille, qui a 13 ans. Elle écrit pour demander à son grand-père de vivre pour elle et lui envoie des timbres pour qu’il puisse écrire aux sénateurs.

Le service psychosocial n’a pas remis à la date limite, son rapport devant justifier le refus de congés pénitentiaires, ce qui doit permettre à un tribunal de refuser toute libération conditionnelle. Le psychologue comptait sur le suicide de Marcel qui prévoyait de mettre une fin à sa vie samedi dernier, faute d’espoir de morphine pour soulager les souffrances aigues permanentes inhérentes à son cancer métastasé, mais laissé sans soin depuis 14 mois.

Une procédure d’extrême urgence vient de reconnaître des tortures d’un prisonnier de Bruges et a ordonné les mesures pour les faire cesser immédiatement. L’avocat de Marcel était en vacances, ce W/E-là, ce qui ne lui a pas permis d’engager cette procédure pour sauver la vie de son client.

Le service psychosocial a alors vite torché un rapport, refusant les congés pénitentiaires, au motif que Marcel aurait des contacts avec la maffia des princes. Cela ferait une publicité médiatique négative pour les victimes, selon lui, c’est à dire pour Stefaan De Clerck et pour son équipe de tortionnaires.

Pour éviter le suicide d’un détenu poussé à bout d’espoir, le ministre a fait une invention remarquable : il ne s’agit pas d’une sanction, mais d’une nouvelle mesure de sécurité dans le cadre de la loi sur prévention du suicide dans les prisons, qui remplace les cellules en duo ou en trio, prévues pour rompre l’isolement des détenus déprimés.

Ces « mesures de sécurité » interdisent non seulement le prisonnier suicidaire d’aller à la messe, mais aussi d’aller aux promenades et aux activités avec les autres prisonniers. Elles limitent les appels téléphoniques avec le monde extérieur, pour lui remonter le moral.

Par « mesure de sécurité », Marcel a du se déshabiller entièrement devant 8 gardiens et un adjudant, qui ont vu le résultat de la lutte « antéchrist versus pro Christ » : la nudité d’un honorable grand-père, activiste des droits de l’homme près de 40 ans. Un corps couvert des cicatrices des interventions chirurgicales et le trou d’une gangrène, dues à deux ministres de la justice qui ont interdit tout traitement médical à Marcel, avant que les médecins diagnostiquent qu’il n’a quasi aucune chance de survivre.

Marcel a intégré, nu comme un ver, la fameuse « cellule d’observation avec sonnette », mais qui est sans fenêtre ouvrable, donc sans aération naturelle. Les mesures de sécurité le prive de papier de toilette et l’oblige à faire pipi et caca dans un seau en plastique. Par mesures de sécurité, Marcel a été privé de table, de chaise, de gobelet, de télévision, de radio, de papier à écrire, d’enveloppes, de crayons, de livre, de ses lunettes, et même de son carnet de téléphone… au cas où il songerait à se suicider en les mangeant.

De Clerck prétend, par l’intermédiaire de ses services, interdire à Marcel tout congé pénitentiaire et son droit à être domicilié ailleurs qu’en prison, spécifiquement au motif qu’il réintégrerait la lutte contre l’exploitation sexuelle d’enfants. C’était supposé le pousser au suicide, mais Marcel a décidé de vivre, pour laisser un témoignage plus complet sur les tortures infligées aux témoins des réseaux pédocriminels par ordre de la secte de Moon aux ministres « Démocrates Chrétiens ».

Les 90.000 enfants du fichier Zandvoort le méritent, dit Marcel, mais c’est très lourd.

Extraits de: http://www.droitfondamental.eu

———————–

12/2007 en traduction automatique

Le tribunal de Gand a émis il ya quelques mois un avis négatif en ce qui concerne les demandes de congé pénitentiaire pour le détenu activiste Marcel Vervloesem. Il l’a fait dans une série de conditions très négatives et en se référant au weblog de l’association de Marcel Vervloesem le Werkgroep Morkhoven qui a « dénoncé un certain nombre d’allégations d’abus dans le système judiciaire »

La juge Nadia Goossens parle ici du « fan-club » de Marcel Vervloesem….

ElsVE.collage…Els Van Gent Eeckhaut dans un article sur son blog a  utilisé exactement la même formulation, puis est survenu la suppression du blog skynet de notre association du classement et des 100 premiers  » blogs les plus influents flamands » au profit de l’entreprise Gand MetaTale  (une société dont le Werkgroep Morkhoven n’avait jamais entendu parler).

L’association Morkhoven soulève ici des problèmes graves, car Els Van Eeckhaut est également membre du comité de probation de Gand (libération des prisonniers) et du Conseil de l’Ordre des avocats. En outre, elle a publié l’article de la condamnation de Marcel Vervloesem par la Cour d’appel d’Anvers d’un an auparavant et a même essayé de tourner en ridicule le cas, et finalement l’article a été supprimé de son blog (ou rendu inaccessible à la consultation publique).

Sources

http://gent.morkhoven.org/wordpress/?p=8
http://tevirepedo.droitfondamental.eu/?p=721


21-11-09

Pornographie enfantine de Zandvoort: Lettre ouverte au député Mark Rutte


Rutte

Affaire de pornographie enfantine de Zandvoort: Lettre ouverte au député VVD Mark Rutte (Hollande)

De: Jan Boeykens
A: m.rutte.tweedekamer
date: 10 november 2009
Sujet: pédocriminalité

 

Membres de la Chambre - VVD
Attn Monsieur Mark Rutte


Cher Monsieur Rutte,

Concerne: Lutte contre les réseaux pédocriminels


J'ai remarqué que le VVD soutient le pseudo chasseur de pédocriminels Chris Hölsken.

Ma question à vous est la suivante : Que pense entreprendre le VVD contre les réseaux pédo-pornograpiques, tels que l'affaire de pornographie enfantine de Zandvoort qui compte une dizaine de milliers de victimes (un rapport de la police fédérale Belge parle de 88539 photos d'enfants dont 75 % sont clairement abusés) et qui a été étouffé par les gouvernements et Ministres de la Justice, Néerlandais, Belge et Français d'une main d'experts.


En attente d'une réponse de votre part.
Respectueusement, 

Jan Boeykens
Président de l'Asbl Werkgroep Morkhoven
Faiderstraat 

1060 Sint-Gillis

nr. 443.439.55
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/
http://www.droitfondamental.eu/

--------------

De: Rutte M. tweedekamer.nl
à: Jan Boeykens werkgroepmorkhoven
cc: Teeven F. tweedekamer
datum: 10 november 2009
Sujet RE: pedocriminalité


Cher Monsieur, 


Par la présente j'accuse bonne réception de votre e-mail ci-dessous
Aux vues du contenu de ce dernier je l'ai porté à l'attention de mon confrère Fred Teeven.


En espérant avoir pu vous aider.

Cordialement
Mark Rutte


02-truth-freedom

http://tevirepedo.droitfondamental.eu/
Morkhoven Skynet
Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Patrice Verdi

Photo: Mark Rutte


18-11-09

Dr. Giorgio Gagliardi: Lettre au Ministre de la Justice belge


tralies.verdi

Dr. Giorgio Gagliardi
Medico Psicoterapeuta
Docente di Psicoterapia Ipnotica AMISI-Milano
Consulente di diverse Associazioni Pro-Vittime
Tel. +39 347 4712328 - +39 0321 658762
Italie

Concerne : Marcel Vervloesem

Monsieur le Ministre,

C'est une véritable honte d'assister à la démolition programmée de l'homme qui a mis au jour les tristes plaies de la société, tels que les réseaux de production de pédopornographie, et qui pour récompense, a été incarcéré trois fois, dans le cadre de procédure manifestement manipulées de tribunaux, les journaux où autre presse, le poussant l'auto destructions, comme la grève de la faim et de la soif et maintenant, au suicide. Marcel même a été persuadé par autrui, de subir une euthanasie, d'abord par les traitements infligés en prisons, et maintenant, se rajoutent les menaces de cachot à cause des diverses publications par son association. Marcel n'est certes pas comparable à un prisonnier ordinaire, mais à un prisonnier qui semble devoir être détruit par tous les moyens.

Aucune des autorités que nous avons contactées et que nous contactons encore, n'ont répondu, sauf pour préciser la bureaucratie nécessaire à lui rendre visite en prison. Aucune des organisations religieuses ou internationales n'ont répondu à nos appels, sauf une fois, pour nous déférer à une organisation subsidiée par l'état belge qui n'a pas daigné répondre.
Le cas alarmant de Marcel n'a même pas été présenté à l'Observateur du Conseil de l'Europe, qui est venu en Belgique pour constater de la situation dans les prisons. Les sources belges font état du nombre alarmant de suicides, et qui croît à la prison de Bruges, comme s'il ne s'agissait pas d'un symptôme indicateur, déjà dénoncé les observateurs de l'ONU ?

J'ai suivi les vicissitudes médicales de Marcel et j'ai remarqué que certaines interventions et conséquences, comme la gangrène survenue à l'endroit où a été inséré le cathéter pour la coronarographie, étaient prévisibles, et qu'elles auraient pu être prévenues par un traitement correct.

Les services de la défense des victimes attachés à ces affaires doivent intervenir car la situation est anomale : les changements de cellule, les ambulances qui ne l'amènent pas dans un hôpital, mais dans autre prison, avec une centre médical ! Ensuite les médicaments essentiels qui ne sont pas toujours fournis.

C'est vraiment déplorable et je ne comprends pas comment aucune enquête n'a encore été ouverte sur ces modalités d'assistance aux prisonniers aussi malades que Marcel, qui sont menottés même sur un brancard ou attaché à divers opérateurs médicaux. Puis cela continues avec un changement de cellule, pour le mettre dans une cellule avec des excréments humains. Et si un prisonnier pourrait fuir malgré son état, pourquoi ne pas lui attribuer un bracelet électronique, plus sûr et moins douloureux que les menottes ?

Les documents disparus de son dossier et les vérités cachées par l'ex ministre de justice lors d'une récente interpellation parlementaire me reviennent toujours à la mémoire. Certes, on rajoute aux traitements imposés à Marcel, celui des enfants du réseau de Zandvoort qui demandent justice, que personnes n'écoute, qui n'ont plus voix et capitulent, pendant que par contre, il n'y a d'intérêt que pour décider Marcel à capituler, de manière à enlever une épine dans le flanc de quelques autorités et amis de l'hôpital d'Anvers, où le réseau Zandvoort est apparu la première foi. La loi, que même le prêtre de la prison de Bruges a demandé pour Marcel par humanité pour des questions majeurs et un directeur qui aurait répondu en haussant les épaules !

Un beau coup d'éponge et ensuite, le silence et la poussière du temps, qui cependant ne couvriront jamais bien, ni Marcel, ni les enfants victimes des réseaux pédocriminels mis en lumière et dénoncés par Marcel.

Le tribunal de Strasbourg peut toujours exposer la honte sur les accusations retenues contre Marcel, mais rien ne parviendra à résoudre, comme ce directeur en haussant les épaules, le fait que maintenant, tous voyagent sur Internet : les gens modestes ne sont plus illettrés, ni stupides, ni déficients, et peuvent sur Internet, lire les lignes et tirer leurs conclusions.

Distinctement

Giorgio Gagliardi
1612009
22033 Asso (Italie)


Voici une liste avec plus de 20 hospitalisations d’urgence et d’opération subit par Marcel Vervloesem et qui ont été envoyés plus de 40 fois au Ministre De Clerk et ses collaborateurs de cabinet.

Le Ministre qui prône une justice « humaine et équitable » estime qu’un prisonnier ne peut être sorti de prison que 3 jours avant sa mort supposée...

1) Cancer malin – Hopital St H. Hart à Lier – 2 fois
2) Reins – 5 fois – Hôpital St Elisabeth à Herentals
3) Pancréas – 2 fois – 1X Hopital St H. Hart à Lier, 1X UIA d’Anvers
4) Urgence en soins intensifs pancréatite 2 –
5) Urgence en soins intensifs pancréatite 1 – UIA d’Anvers
6) Soins intensifs – Hôpital Fabiola à Sambreville/Hôpital St Elisabeth à Herentals 11X
7) Reins – Gasthuisberg à Louvain – 2 X
8. Disfonctionnement cardiaque opération à l’AZ Imelda Bonheiden – 3X
9) Soins intensifs diabétiques – Hopital St H. Hart à Lier 4X
10) Reins – Hopital St H. Hart à Lier – 1X
11) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges – 1X
12) Dialyse rénale – Hopital St H. Hart à Lier- 1X
13) Hémorragie interne – AZ St Jan Bruges – 1X
14) Opération – AZ St Jan Bruges – 1X
15) Placement chirugical de tuyaux de dialyse – AZ St Jan Bruges – 1X
16) Soins intensifs cardio – St Elisabeth Turnhout – 1X
17) Urgence soins intensifs anémie (leucémie) – St Elisabeth Turnhout – 1X
18) Urgence soins intensifs – St Elisabeth à Herentals – 1X
19) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges
20) En date du 14 mai 2009 il devait du à des problèmes cardiaque consécutif entre autre au manque de médication et un traitement insuffisant être admit en urgence à l’hôpital AZ Sint Jan Bruges mais la direction de la prison avec son avis négatif a réussi 1 jour avant l’admission sur base du rapport du PSD éviter cette admission.
Les hospitalisations d’urgence à Bruges et Turnhout ont eu lieu pendant l’année d’emprisonnement de Marcel Vervloesem à la prison de Turnhout et la prison de Bruges.


http://tevirepedo.droitfondamental.eu/
Morkhoven Skynet
Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Patrice Verdi


16-11-09

Lettre ouverte de la Présidente de l’Association Marcel Vervloesem-Tevirepedo


Marcel.dood.mail-4declerck.286380Lettre ouverte de la Présidente de l’Association Marcel Vervloesem-Tevirepedo pour la libération immédiate du détenu pour raison politique Marcel Vervloesem

Vendredi, novembre 6, 2009

Qui est Marcel Vervloesem ?

5 septembre 2008, Mr Vervloesem se présenté à la prison de Turnhout, pour son premier transfert ordonné par l’Etat. Il commence une grève de la faim et de la soif, qui en règle générale, ne laisse que quelques jours de survie. Réponse : Promesse de bracelet électronique en mai 2009, soit quand il est prévu d’être mort. 171 bracelets électroniques seront distribués entre le 29 janvier et le 27 mai 2009, dont à des néofascistes qui ne feront pas une nuit en prison, mais Mr Vervloesem, présumé innocent n’en aura pas, malgré son cancer à soigner.

Le 9 septembre 2008, le ministère de la justice intervient de Bruxelles pour interdire l’hospitalisation prescrite par le médecin et ordonne son transfert n°2 au block médical 61 de la prison de Bruges, soit une sanction qui en soit, interdit la promenade. Il est incarcéré dans une cellule d’isolement médicalisée à fenêtre fermée et ventilateur bruyant. Il n’a accès qu’à une eau fétide, vraisemblablement en provenance d’un réservoir qui échappe aux contrôles de l’hygiène. Il arrête la grève de la soif, mais continue le jeûne, en l’attente de la visite de ses confrères.

Les sanctions imposées derechef et sans conseil disciplinaire ont totalisé :

•          32 jours d’isolement total, avec refus de mise à disposition de l’argent qui lui est envoyé pour lui permettre de téléphoner.

•          20 jours de régime d’hydratation à l’eau bouillante, qui provoque des douleurs aigues à jeun et agit en un puissant déboucheur intestinal. Conséquences : blocage rénal, déstabilisation de la glycémie et de la tension artérielle.

•          18 jours d’interdiction de visite de ses amis. Rétention de son courrier, aussi bien entrant que sortant.

•          8 jours de maintien en régime d’isolement quand il arrête la grève de la faim, sans visite du médecin ni protocole de ré hydratation. Conséquences : coma diabétique.

Transfert n° 3 en soins intensifs (48h) pour une réanimation dont il se réveille menotté. Refus de soins aux reins. Conséquences : Rétention d’eau.

Transfert n° 4 dans une cellule normale du block 61.

Transfert n° 5 à la prison de Turnhout. Régime d’isolation et privation de ses médicaments, dont l’insuline (48h).

Transfert n° 6 en cellule normale. Refus de soin de la rétention d’eau. Conséquences : Deux valves cardiaques blessées et leucémie.

Transfert n° 7 en soins intensifs en cardiologie (5 jours) : le pouls réduit à 24 battements la minute. Refus de traitement des reins et du cathétérisme cardiaque prescrit par le cardiologue.

Transfert n° 8: retour au block 61 à la prison de Bruges. Conséquence : demande d’euthanasie, à cause des conditions de détention incompatibles avec ses maladies terminales et l’impossibilité d’obtenir les traitements prescrits par les spécialistes. Réponse : incitation au suicide d’un médecin en prison l’avisant qu’il lui suffit d’arrêter ses médications et de manger normalement pour mourir en dix jours. Un deuxième médecin rencontré en prison l’encouragera ultérieurement à ce suicide en lui disant que « le ministre le libérerait pour prévenir les suicides en prison ». Le ministre de la Justice lui, n’a rien trouvé de mieux que de lui proposer une pilule pour provoquer son arrêt cardiaque.

Ses codétenus lui apprennent que la sanction normale est d’être dénudé, chevilles et poignets menottés au quatre coins d’un lit en cellule d’isolation durant 9 jours, le médecin et la directrice de la prison venant tous les jours constater l’évolution de ces prisonniers nus. Pas de régime pour diabétique autre que la privation des aliments comportant trop de sucre, sans compensation. Il échange des timbres qui lui sont envoyés contre de la nourriture.

Suite à publication de ces faits par son ONG, sanctions : interdiction de tout contact autre qu’avec des patients psychiatriques.

Transfert n° 9 en cellule dite « pour diabétique », avec un patient scatologique, donc qui répand ses excréments partout, et qui marmonne 24 heures sur 24. La nouvelle section « pour diabétique » n’assure qu’occasionnellement le régime pour diabétique. Déni de nécessité de cathétérisme prescrit par le cardiologue (12 jours). Conséquence : Tentative de suicide par refus de médication. Le médecin de prison négocie le suicide contre le cathétérisme. Conséquence :

Transfert n° 10 pour intervention chirurgicale et remise en cellule avec l’artère fémorale ouverte. Conséquence : hémorragie interne.

Transfert n° 11 en soins intensifs (3 jours) :

1.         Déblocage chirurgical des reins (après 50 jours de manœuvres dilatoires) et dialyse.

2.         Suture de la veine fémorale.

3.         Placement chirurgical d’un tube dans le cou pour une transfusion de 3 litres de sang.

Transfert n° 12 : 11 jours de soins post opératoires avec le patient scatologique. Conséquences : gangrène laissée sans soin. Refus d’hospitalisation au long cours ayant pour conséquence

5 Transferts (n° 13-17) en ambulance pour dialyses jusqu’au rétablissement de 60% de ses capacités rénales, menotté. Il est maintenu à l’hôpital, en secret de sa famille, au 17ième transfert, mené en pleine nuit en soins intensifs pour une hémorragie au niveau de l’artère fémorale. Le lendemain : amputation de chairs et d’os gangrenés, lui laissant un trou où il peut cacher la moitié de son poing. Il est maintenu 8 jours sous une lumière électrique 24 heures sur 24, menotté au lit d’hôpital, jusqu’à ce qu’il demande de rentrer en prison pour pouvoir dormir. (Torture par entrave au sommeil.)

Négociation menée par le médecin de prison au sujet des cautérisations des valves cardiaques en échange du retrait d’Internet, d’un article de la fondation Princesses de Croÿ et Massimo Lancellotti, qui relate les 5 premières hospitalisations d’urgence faites dans le secret, soit sans en aviser la famille, en violation du règlement. Marché conclu en échange de 2 hospitalisations à 3 semaines d’intervalle par opération préconisée, sans menottes, ni lumière 24 heures sur 24 et sans limitation pour la revalidation.

Transfert n° 18 en « cellule d’observation » en dehors du block médicalisé, en régime d’isolation, avec une sonnette en cas d’infarctus (48h).

Transfert n° 19 dans une cellule normale du block disciplinaire 35, sans sonnette en cas d’infarctus, mais où les gardiens assurent que les prisonniers obtiennent le régime pour diabétique. Un des directeurs le menace de sanctions avec violence, si les ONG qui exposent sa situation ne retirent pas d’Internet, le terme « tentative de meurtre » et l’enquête publique sur le médecin chef de toutes les prisons. Les ONG refusent. Conséquences:

sanction/transfert n° 20 dans la cellule du patient scatologique avec interdiction d’en sortir pour des contacts sociaux. Conseil Disciplinaire :

sanction/transfert n°21 pour 1 mois dans une cellule à trois du block disciplinaire 35, avec interdiction d’en sortir, de visites, de téléphone, d’aller à la messe, de lecture, de tous les courriers entrant et sortant. Il est privé durant 4 jours de toute médication. Le médecin de la prison ne réagit que lorsque des alertes sont lancées par des ONG sur Internet relatant que sa vie est en danger supplémentaire.

Le Conseil d’Etat juge la sanction illégale, le prisonnier ne pouvant être tenu pour responsable des écrits des ONG. Conséquence : Levée de la sanction au bout d’une semaine.

Transfert n° 22 au block disciplinaire en cellule individuelle. Rupture du marché conclu en matière médicale. Une seule opération à cœur ouvert sera autorisée, avec manœuvres dilatoires couvrant la période du 05-11-2008 au 4-03-2009. Promesse de bracelet électronique prévu pour le mois de mai, reportée au mois d’août, puis reportée sine die et refus de tout congé pénitentiaire. Il reçoit l’avis lui interdisant d’aller au baptême de son petit-fils, 8 mois après le baptême.

Les traitements réservés à Marcel soulèvent l’indignation internationale, mais aussi celle des prisonniers qui téléphonent sur leur propre crédit pour aviser ses collaborateurs quand il est en danger. Il est confronté à des détenus dangereux, violents et condamnés pour les crimes qu’il a passé sa vie à combattre. Les autres prisonniers forment une chaîne de solidarité pour le protéger. Il est également soutenu par les gardiens, qui protestent qu’un homme dans un tel état soit maintenu dans un block disciplinaire. Ils ont ordre de vérifier tous les quarts d’heure s’il n’est pas mort, et de prévenir la direction, qui prévoit de gros troubles dans la prison lorsque cela arrivera. A cette date, l’état entame une procédure en vue de l’expulser de son domicile et fait évacuer ses effets personnels de sa maison, comme s’il était déjà mort.

Transfert n° 23 : opération à cœur ouvert, avec pied enchaîné et menotté en salle de réanimation et renvoi au bout de 10 jours avec prescription de trois mois de revalidation.

Transfert n° 24 au block 61 avec le patient scatologique (48h).

Transfert n° 25 : retour au block disciplinaire 35, où la revalidation est suspendue pendant les vacances de Pâques, les W/E et les jours fériés.

Transfert n° 26 : le médecin obtient des conditions de détentions plus humaines à la prison de Louvain. Contre-ordre du service psychosocial : trois semaines après l’opération à cœur ouvert, il est enfermé menotté dans un fourgon à cage durant une journée puis ramené au block 35, dans une autre cellule, où il est privé d’insuline durant 4 jours, puis son traitement de 10 comprimés qu’il prend quotidiennement depuis plus de 10 ans est réduit à seulement 3 comprimés durant 12 jours.

Alourdissement de ces conditions de détention par harcèlement : stockage dans la cave des affaires qui lui sont envoyées, y compris le papier et les timbres. Renvoi de l’argent qui lui est destiné sous prétexte qu’il serait « inconnu ». Courrier entrant et sortant est retardé, parfois même confisqué. Même des prisonniers veulent témoigner de la cruauté exceptionnelle de ses conditions de détention. Trois semaines de manœuvres dilatoires reportant une prescription d’électrochocs cardiaques pour stabilisation d’une arythmie considérée dangereuse. Conséquences : arrêt des médications et continue à manger normalement ainsi que lui avaient indiqué deux médecins en prison. Il survit contre toute attente 44 jours à un seuil de glycémie dans le sang lui ayant causé 11 comas diabétiques, mais avec des vomissements toutes les deux heures et signes cliniques de stade critique de déshydratation.

Sa survie attire la curiosité de nombreux gouvernements, laboratoires de recherche médicale et universités, néanmoins aucune de ces personnes ne proteste au sujet des traitements inhumains dont il est victime. Il est qualifié de « miracle vivant ».

Stefaan De Clerk, Ministre de la Justice belge, ne concède la levée de sanction disciplinaire au bloc 35 que lorsqu’une télévision française fait une émission de 14 minutes, sur le scandale de cette détention. Autorisation du transfert n° 27, à la prison de Turnhout pour des conditions de détention « plus humaines », en attente de la décision du Tribunal d’Application des Peines, pour sa demande de libération conditionnelle, basée notamment sur la convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Mr VERVLOESEM reprend ses médications, mais le ministère refuse maintenant son autorisation pour l’électrochoc cardiaque autorisé 44 jours plus tôt.

Il est incarcéré à la prison de Turnhout, privé de soin pour un cancer métastasé évoluant depuis 4.5 ans, réduit à une réhydratation de fortune préconisée en Afrique en l’absence de sérum de réhydratation. Le médecin de la prison de Turnhout est très consciencieux, dit Marcel et il fait tout ce qu’il peut, mais il n’a rien à dire: c’est le ministre qui décide.

Le tribunal d’application des peines a refusé le bracelet électronique à Marcel Vervloesem il a justifié son refus par deux motifs : seul le ministre peut décider de la libération de détenus malades et d’autre part en raison de « critique de la justice » sur un site Internet auquel le détenu n’a pas accès.

Marcel Vervloesem souffre le martyr et n’est pas soigné pour son cancer, ses jambes sont pleine d’œdèmes car il est en insuffisance rénale et parce que son cœur est malade. Il a fait de multiples demandes de congé pénitentiaire, toutes ont été refusées, il n’a pas le droit à une libération pour bonne conduite alors qu’il était libérable le 5/09/2009, on lui refuse tous ses droits et le rapport établi par le service psychosocial de la prison est empêché d’arriver jusqu’au tribunal d’application des peines par des manœuvres dilatoires afin qu’il ne puisse bénéficier de ses droits.

Sa souffrance physique et les pressions exercées pour qu’il accepte d’être transféré à la prison de Bruges où il a tant souffert pour de nouveaux examens cardiaques, de même quel’attitude étrange des psychologues qui lui font  perdre l’espoir nécessaire à sa survie, le poussent à souhaiter mourir, on va encore lui refuser le 07/11/2009  sa libération par faute de transmission du rapport par le service psychosocial.  C’est ce qu‘il m’a écrit dernièrement. En tant que personne de confiance de ce détenu j’ai essayé de me faire communiquer ces derniers examens de santé, en vain.

Les députés belges , le gouvernement belge, le Conseil Supérieur de la Justice, le Roi des Belges, les ONG tous sont au courant de ces traitements inhumains et dégradants au sein de l’Union Européenne.

Cet homme courageux est au bout du rouleau, nous vous demandons d’intervenir auprès des personnes suivantes afin qu’il puisse bénéficier d’une libération et qu’il puisse finir ces jours en paix parmi les siens.

Mr Hans-Gert Pöttering Président du Parlement Européen epbrussels@europarl.europa.eu
Mr Jacques BARROT Vice Président de la Commission Européenne jacques.barrot@ec.europa.eu
Mr FRATTINI Vice-président de la Commission Européenne segreteria.frattini@esteri.it
Mr P. Nikiforos DIAMANDOUROS Médiateur Européen eo@ombudsman.europa.eu
Mr Andrew DRZEMCZEWSKI Commission des questions juridiques et des droits de l’homme de l’Assemblée Parlementaire andrew.drzemczewski@coe.int
Secrétariat Conseil des Barreaux Européens cdcj@coe.int
Mme Navanethem Pillay Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme infodesk@ohchr.org
Mr Francesco CRISAFULLI Co-agent de la Cour Européenne des Droits de l’Homme francesco.crisafulli@esteri.it
CC : Mr Stefaan DE CLERCK Ministre de la Justice (Belgique) stefaan.declerck@just.fgov.be


http://tevirepedo.droitfondamental.eu/
Morkhoven Skynet
Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Patrice Verdi

Photos: Marcel Vervloesem, Ministre de la Justice belge Stefaan De Clerck

15-11-09

Patrice Verdi: Lettre à Marcel Vervloesem


MurLaHonteVerdi

A l’attention de Monsieur Marcel VERVLOESEM

Cher ami, Je vous écris de CANNES, cette belle ville de France où les criminels semblent être sédimentés au pouvoir politique local dans l’indifférence ou la peur des concitoyens.

Je vous écris de France, ce beau pays, où JAURES, SARTRE, CAMUS n’auraient jamais imaginé malgré le communisme, une dictature d’Etat aussi bien établie dans le confort d’une démagogie qui supprime toutes formes d’opposition sociale par des moyens policiers, judiciaires ou économiques probants.

Je vous écris tout simplement mon ami afin de vous avertir que nous sommes devenus des frères dans la dénonciation des crimes et délits d’ETATS qui tentent de nous faire taire par des moyens directs ou détournés.

Je vous écris car j’ai le sentiment que mes lettres ne vous parviennent plus car je divulgue au Monde médusé les conditions scandaleuses d’une détention, la vôtre, mais aussi un système de pensées et d’actions qui permet à des pédophiles d’accéder à des fonctions sociales élevées alors que les résistants que nous sommes, sont pourchassés, harcelés et menacés de toutes les manières possibles et imaginables par des esprits pervers.

Je vous écris car ma foi en l’homme n’admet pas la peur de tous ces criminels et n’admettra jamais la dictature qui nous est imposée quotidiennement.

Je vous écris encore et toujours afin de vous assurer de mon soutien inconditionnel et que le vouvoiement que j’use dans cette lettre ouverte démontre uniquement tout le respect et l’amour que je vous porte.

En Mai 1993, j’entrais en fonction au service de la Nation, je me sentais souvent étranger au Monde mais pas à la souffrance des hommes, je parlais à tous les gens, j’essayais d’aider les plus pauvres, je ne travaillais donc pas comme un Policier mais comme un citoyen au milieu d’autres citoyens, égaux en tous points à ma fonction.

Depuis 2001, j’ai connu l’humiliation, la prison, le harcèlement financier, moral, judiciaire, politique et brusquement le regard des gens s’est transformé, j’étais devenu le corrompu, le voyou, le délinquant, toute cette bonne société me tournait le dos car elle savait que la pédophilie existe mais refusait d’y croire, le peuple avait scellé presque définitivement sa destinée, il préférerait désormais me considérer comme un traître, il ignorait certainement qu’à travers mes condamnations, c’était la population que l’on visait et tous les fonctionnaires de Police ou de Justice que l’on prévenait du sort qui pouvait leur être réservé.

Nous sommes le sept octobre 2009, la dictature s’est imposée de facto, personne n’a protesté ni les journalistes, ni les intellectuels, ni les ecclésiastes , tout le monde semble se complaire dans une France qui se débarrasse de ses chômeurs , de ses malades, de ses hommes ou femmes qui n’aspirent qu’à la liberté fondamentale de pensée et d’agir dans l’intérêt de tous et non pas dans leur propre intérêt.

La peur est palpable, les gens se taisent ou se suicident car ils ne souhaitent pas combattre un système aussi pervers et corrompu.

Pourtant, vous, Monsieur Marcel VERVLOESEM, vous le faîtes depuis plus de dix ans, vous avez sacrifié votre santé pour cette noble cause qui nous est et sera toujours commune quelle que soit notre destinée.

Par ce combat symbolique, nous serons reconnus dans l’avenir avec les membres honorables de nos associations comme les rares personnes qui n’ont jamais eu peur du système et ont combattu le despotisme institutionnel.

J’espère que vous serez libéré prochainement car si l’écrivain russe Alexandre SOLJENITSYNE a vaincu le GOULAG et donc le KGB, c’est avec de simples mots que l’histoire a changé.

Je vous embrasse comme le ferait un compagnon d’arme, un frère de sang.

Patrice VERDI

 

Bon anniversaire Marcel, toute ma famille et mes amis se joignent à moi pour vous embrasser chaleureusement ! A bientôt….

Tags : vervloesem pedophilie europe france belgique


LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
- Médecine - Droit Fondamental
- Patrice Verdi

Maria-Pia Maoloni: aucune enquête


Maria-Pia Maoloni et Rocco Antonini…

Vendredi, novembre 13, 2009
By Maria-Pia

Fiona_MillaIls vivaient près de Mons (Belgique), avec leurs deux petites filles et s’aimaient comme tout jeune couple. Lui est éducateur dans un centre pour enfants handicapés près de Charleroi et elle, enseignante en psychologie dans le supérieur, dans la région de Mons. Rocco est le fils de Roberto Antonini, condamné pour trafic de faux tableaux en 1998 et 2006 avec la complicité d’avocats (voir les liens avec l’asbl maison Leon Losseau – asbl = asso sans but lucratif = asso loi 1901, mais en Belgique), d’un notaire et autres notables (affaire Glineur- Debouche) dans la région de Mons et Bruxelles.

Le mariage bascule en janvier 2004, suite aux révélations de leur fille Fiona à sa maman et à la découverte d’images pornographiques dont certaines à tendance pédophilique ainsi que de centaines de photos d’enfants et de gens inconnus sur l’ordinateur de Rocco. Il ne s’agit pas de pédopornographie, décrétera ultérieurement un juge (alors que récemment l’expertise du disque dur a été faite en Italie dont la Justice a considéré ce contenu comme pédopornographique). Fiona accuse son père ainsi que son grand-père paternel. Elle assure également avoir été abusée par d’autres hommes, en présence d’autres enfants, donnant la description d’un endroit luxueux.

Dès ces révélations, le père a traité sa fille de menteuse et il a quitté le domicile conjugal dans la semaine, jour où il portera plainte contre sa femme pour aliénation parentale. Il reviendra néanmoins quelques jours plus tard, accompagné de son père et d’un serrurier, pour dérober l’ordinateur portable et d’autres appareils vidéo. Elle porte alors plainte contre lui et contre le grand-père pour viol et attouchements sur mineurs, et pour vol.

Aucune enquête sociale réelle et sérieuse n’a été faite chez le grand-père alors que Fiona a donné beaucoup de détails. Ils ont toutefois eu l’interdiction de voir les enfants en dehors de « l’espace rencontre » mais ces visites n’étaient pas toujours surveillées.
Les enfants furent placés en décembre 2004, sous prétexte que la mère « pourrait devenir dangereuse si une autre vérité (judiciaire) se faisait jour ».

Durant cette période, la mère toujours accusée d’aliénation parentale, s’est évertuée à prouver tout d’abord qu’elle était saine d’esprit. Outre plusieurs rapports de psychologues faits à la demande de la maman, un rapport (unilatéral) très approfondi de sa personnalité a été établi suite à 6 visites, par un médecin psychiatre très renommé à Bruxelles (Dr Golzberg), expert auprès des Tribunaux, afin de contrecarrer les expertises faites à Charleroi, par un centre (C-Bex) désigné à cet effet par la Justice de Mons, où ne travaillent que de jeunes psychologues sans expérience (diplômées en 2003 et 2004). Un autre médecin psychiatre, de Bruxelles (Dr Hebborn), qu’elle a consulté volontairement et régulièrement pendant cette période de placement des enfants, a également attesté de sa normalité.

A leur sortie de l’institution, six mois plus tard (juin 2005), la garde fut accordée à la mère moyennant un droit de visite au père, sans surveillance, un w-e sur 2 et la moitié des vacances mais interdisant tout contact avec les grands-parents paternels. Au résultat, après quelques mois, Fiona et Milla revenaient de chez leur père en pleurant et disant qu’elles avaient mal. Les examens gynécologiques ont démontré à chaque fois qu’elles avaient des vulvites et fissures anales, Fiona a même parlé des attouchements qu’elle avait subis de la part de son père au service des urgences d’un hôpital de Mons, ainsi qu’à plusieurs reprises à son généraliste et au pédiatre. Ces éléments n’ont jamais été pris en considération par la Justice montoise qui parle de médecins « complaisants » ! La maîtresse de classe de Fiona a également témoigné mais ceci est resté sans effet. Plus de 30 témoins, dont la plupart ont déposé un témoignage à la police, n’ont pas été pris en considération.

Child focus et son célèbre service de « mesures préventives vis-à-vis de parents, ou même d’enfant une fois alerté d’un cas potentiel de l’exploitation sexuelle », envoya Maria-Pia chez SOS-ENFANTS de Mons, lesquels n’ont jamais été disposés non plus à la recevoir alors que les enfants se plaignaient en rentrant de chez leur père.

« Fiona aurait beaucoup d’imagination et leur mère aurait elle-même infligé les blessures aux enfants », assurèrent les accusés, thèse qui fut reprise par le Parquet de Mons. Or, le Dr Murillo Perdomo, docteur en psychologie et expert auprès des Tribunaux (à un niveau national et international), qui a fait le suivi psychothérapeutique de Fiona pendant plus d’un an, a envoyé des déclarations spontanées au Parquet de Mons pour leur signaler que les enfants étaient en danger en présence de leur père et dans le milieu paternel, mais ces déclarations n’ont jamais été prises en considération et le spécialiste n’a jamais été entendu, même lors de son déplacement au tribunal de Mons. Bien au contraire, la justice a considéré cela comme un entêtement de la mère à vouloir prouver ce qui ne l’était pas et a décidé de replacer les enfants en institution durant les vacances d’été 2006.

Le 4 octobre 2006, après presque 2 ans d’immobilisme, Maria-Pia emmena ses filles en Italie, au cours d’une période de vacances scolaires qui lui correspondait et alors qu’elle assumait légalement la garde des petites. Ce fut le départ d’un chassé-croisé de procédures d’urgence. Il ne fallut que quarante-huit heures à la justice belge pour lancer un mandat d’arrêt international, l’accusant d’enlèvement parental alors qu’elle avait la garde principale de ses enfants au moment de son départ. Elle fut emprisonnée quatre jours, puis assignée à résidence pendant deux semaines. Le temps que la Cour d’Appel d’Ancône (Italie) décrète qu’il n’y avait aucun fait constitutif d’enlèvement parental en octobre 2006 et la libère, la Justice belge (montoise) avait déchu la mère de ses droits et décidé de rendre les enfants aux présumés pédophiles, sous la décision du Tribunal des Mineurs d’Ancône (qui s’était basé sur le jugement du Tribunal de la Jeunesse de Mons qui venait d’accorder l’autorité exclusive au père).

Quant aux deux enfants, elles furent mises dans une institution italienne dès le début de leur arrivée en Italie, suite à l’arrestation de leur maman. Les deux parents n’avaient la possibilité de les voir qu’au bout de 3 mois à raison d’une fois tous les 15 jours à tour de rôle.

Un autre Arrêt de la Cour d’Appel d’Ancône avait rejeté l’extradition des enfants en décembre 2006. Malgré cela, le juge du Tribunal des Mineurs italien a décidé d’extrader les enfants en mai 2007. Elles ont donc été enlevées avec la complicité de certaines autorités des deux pays. Les enfants ont été rendues à leur père dont l’instruction pour viol est toujours ouverte en Italie et en Belgique. En Italie, un recours en Cassation a été lancé contre la décision de rapatriement des enfants.

Plus de onze mille italiens avaient signé une pétition pour leur protection avant cette expatriation. En Italie, les associations descendirent dans les rues : les marches de protestations se succédèrent.

Alors que, depuis novembre 2006, les noms de Rocco Antonini et Maria Pia Maoloni couvrent la presse italienne, les sites Internet, et que celle-ci est régulièrement invitée sur des plateaux de télévisions italiens, la presse belge a maintenu l’omertà (loi du silence) sur leur histoire.

Le Sénateur italien Antonio Gentile a posé officiellement une question parlementaire à Clemente Mastella, à l’époque Ministre italien de la Justice, sur le comportement de son administration et les éventuelles « pressions de la Belgique ». Laurette Onkelinx serait intervenue auprès du ministre italien lors d’un voyage à Rome. En novembre 2006 déjà, juste avant l’Arrêt de la Cour d’Appel d’Ancône interdisant le rapatriement, un avion militaire belge attendait les enfants pour les rapatrier (cfr presse italienne); suite à l’échec de ce rapatriement, le Procureur du Roi Dehalu (de Mons) s’était lui-même déplacé jusqu’à Rome.

Une manifestation importante s’est faite le 20 juin 2007 devant l’ambassade de Belgique à Rome afin de contester la décision de rapatriement des enfants.

Actuellement, un grand avocat italien, Maître Taormina, a décidé de prendre en main, en Italie, la défense des intérêts de la maman et de ses enfants, et par là, de déclarer la guerre à la pédophilie au niveau européen. Tandis qu’en Belgique les choses continuent d’être tues de manière réellement suspecte…

Concernant le volet médico-psychologique, à la demande de l’avocat de la maman, deux expertises supplémentaires et approfondies de la maman ont été réalisées, l’une à Rome, l’autre à Milan, par deux des plus grands experts italiens (Prof. Bruno Francesco et Prof. Gagliardi) et leur équipe attestant, de part et d’autre, n’avoir détecté aucune présence du syndrome de Munchausen par procuration, chez elle, et qu’elle ne représente aucun danger ni pour elle-même, ni pour ses enfants, ni pour autrui.

D’autre part, le recours en Cassation a été gagné ce 27 mai 2008, il casse le jugement du Tribunal des Mineurs de Ancona (qui extradait les enfants en Belgique) et ceci sans pourvoi. Ce qui signifie que la Cour Suprême considère que le rapatriement des enfants en Belgique est illégal et qu’il n’y a pas eu enlèvement d’enfant par la mère, aux yeux de la Justice italienne.

Par ailleurs, la Justice italienne a continué son instruction concernant les faits de viols de la part du grand-père (citoyen italien) et du père; cela a abouti dernièrement au « renvoi au jugement » de la part du Procureur italien et il y aura donc un procès contre le grand-père dont l’audience d’introduction a eu lieu ce 19 décembre 2008 en Italie. La maman se constitue partie civile.

Depuis lors, il y a eu également ouverture d’une instruction pénale pour faits de viols contre le père, ce qui nécessita des démarches plus complexes, vu que celui-ci est de nationalité belge, mais elle est actuellement en cours et risque de suivre celle du grand-père puisqu’ils sont accusés des mêmes faits.

On doit également parler des expertises des dessins de Fiona, qui ont été faites dernièrement par les Dr.Crotti et Magni et qui attestent que celle-ci subit toujours actuellement des abus sexuels.

A ce jour, la maman n’a toujours aucun contact direct avec ses deux petites filles (10 et 6 ans) depuis le jour de leur rapatriement, c’est-à-dire, début mai 2007 et reste sans le moindre contact avec elles car leur père et son avocat, ainsi que le SPJ de Mons lui refusent tout contact même téléphonique, ce qui est inadmissible et constitue en soi un déni de droit.

Depuis le 19 décembre 2008 le grand-père paternel, Roberto Antonini est inculpé, en Italie, pour prostitution enfantine, pédopornographie et abus sexuels sur sa petite-fille ainée …

- http://maoloni.droitfondamental.eu/?p=39
- Maoloni Google

14-11-09

SOS Antiplagio parlera de Marcel Vervloesem


manifesto_convegno__20novSOS Antiplagio parlera de Marcel Vervloesem, prisonnier politique belge et héro des organisations de la protection de l’enfance en Italie, lors d’une conférence à Novare, le 20 novembre 2009. L’initiative fait partie d’une série de conférences sur la maltraitance des enfants organisée par la fédération Moviemto per l’Infanzia dans 15 villes italiennes, à l’occasion du 20ième anniversaire de la "Journée mondiale des droits de  l'enfant".  SOS Antiplagio parlera des réseaux pédocriminels et de Marcel Vervloesem, emprisonné en Belgique et objet de tortures couvertes par le ministère de la justice belge, après avoir exposé le réseau pédocriminel Zandvoort. Il est interdit tout congé pénitentiaire, officiellement pour prévenir qu’il ne revienne à ses enquêtes sur les réseaux pédocriminels.



Links

- Réseau pédocriminel Zandvoort
- SOS Antiplagio Google
- Justice - Marcel Vervloesem - Tribunal de Turnhout
- Procureur-général d'Anvers - lettre ouverte
- Zoé Genot cd-roms Zandvoort
- Droit Fondamental – (French, English, Italian)
- Website Morkhoven (English, French, Italian, Dutch)
- Video ‘Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance’
- Vidéo Vervloesem - Mars 1998 (1)
- Morkhoven skynet
- Morkhoven wordpress
- Morkhoven overblog
- Zandvoort ducuments
- Justice – Médecine


Marcel Vervloesem en cellule d'isolement


fkdeclerck_jpg_250

Le premier responsable dans cette affaire est le Ministre De Clerck, qui est informé aussi bien par l'avocat de Marcel Vervloesem que par moi-même.

J'ai demandé au Ministre De Clerck de faire examiner les éléments suivants :

1) La politique d'enterrement de l'affaire de pédocriminalité de Zandvoort. AUCUNE RÉPONSE
2) La disparition au Tribunal de Turnhout en 2008 de pièces du dossier pénal de Marcel Vervloesem le disculpant et reconnu par le Haut Conseil de Justice. AUCUNE RÉPONSE
3) La disparition reconnu par le Haut Conseil de Justice de 7 cd-rom's de porno enfantine à La Cour d'Appel d'Anvers. Les cd-rom's avait été transmis sur ordre du Roi (qui les avait reçu de l'ASBL Werkgroep Morkhoven)
par le Ministre de la Justice d'antan, Tony Van Parys à la procureur générale Christine Dekkers. AUCUNE RÉPONSE
4) Les 30 procès verbaux en matière de fait de mœurs avec enfants et mineurs dans lesquels est cité le  demi-frère/accusateur de Marcel Vervloesem. Une copie des procès verbaux ont été transmis à la procureur générale Anversoise Christine Dekkers en octobre 2006. Aucune enquête n'a été menée et le demi-frère de Marcel Vervloesem à été promu Président de la Commission de Sécurité et de Justice de la Ville de Herentals. AUCUNE RÉPONSE
5) La falsification du dossier médical de Marcel Vervloesem par le Service de Santé pénitentiaire du Ministère de la Justice. AUCUNE RÉPONSE
6) La subtilisation du courrier de Marcel Vervloesem à la prison de Bruges. AUCUNE REPONSE
7)L'arrêt durant plusieurs semaines de médication, kinésithérapie et de revalidation de Marcel Vervloesem à la prison de Bruges et ce après qu'il ait subît une lourde opération du cœur à L'AZ St-Jan. AUCUNE RÉPONSE
8) Le refus du droit de visite à la prison de Bruges. AUCUNE RÉPONSE
9) Les sanctions arbitraires à l'encontre de Marcel Vervloesem à la prison de Bruges. AUCUNE RÉPONSE
10) Les 591 heures pendant lesquelles Marcel Vervloesem fût enchaîné à son lit d'hôpital, à la table d'opération, au le fauteuil roulant, aux gardiens, au brancard de l'ambulance. La lumière qu'on laissa allumé jour et nuit dans sa chambre. AUCUNE RÉPONSE
11) L'enferment de Marcel Vervloesem dans une cellule d'isolation parce qu'il ne parvenait à convaincre l'ASBL Werkgroep Morkhoven d'éliminer certains articles publié sur Internet. AUCUNE RÉPONSE
12) La lettre datée du 5 mars 2009 adressée à Marcel Vervloesem dans laquelle le Ministre lui communiqua que le Haut Conseil de Surveillance instiguerait quant aux conditions de détention de Marcel Vervloesem. L'enquête n'a jamais été ouverte. AUCUNE RÉPONSE
13) La non application du décret d'application des articles 72 et de la loi en matière d'exécution de peine (libération pour raison de santé) parce que le Ministre ne les signe pas. AUCUNE RÉPONSE
14) Les interminables controverses du Service Psycho Social (PSD) de la prison de Bruges à causes duquel les demandes de congés pénitentiaires de Marcel Vervloesem ont été bloquées pendant un an. AUCUNE RÉPONSE
15) La dissimulation des rapports médicaux de Marcel Vervloesem par le PSD de Bruges à cause duquel le juge d'application des peines rendit une décision négative.  AUCUNE RÉPONSE
16) La falsification des données de la condamnation de Marcel Vervloesem par le PSD de Bruges dans lequel des "faits" ont été évoqués pour lesquels Marcel Vervloesem fut acquitté par la Cour d'Appel.  AUCUNE RÉPONSE
17) Le chantage commis par un membre de la direction de la prison de Bruge prétendant que la demande de congé pénitentiaire de Marcel Vervloesem ne serait pas prise en compte temps qu'il n'avouait pas les "faits". AUCUNE RÉPONSE
18) La manière dont le PSD de la prison de Turnhout a bloqué le dossier de Marcel Vervloesem et laissa sous entendre que l'équipe médicolégale-légale du professeur/psychiatre Cosyns de l'institut Universitaire d'Anvers en était responsable. AUCUNE RÉPONSE
19) La subtilisation du courrier de Marcel Vervloesem une fois de plus à la prison de Turnhout. AUCUNE REPONSE
20) Le témoignage et menace du psychologue du PSD de la prison de Turnhout vis-à-vis de Marcel Vervloesem après que l'ASBL Werkgroep Morkhoven publia des articles sur Internet concernant le mode de fonctionnement du PSD de Turnhout. AUCUNE RÉPONSE
21) Le fait qu'à cause du témoignage du prénommé psychologue, qui exigea entre autres que Marcel Vervloesem reconnaisse les "faits",  (pendant qu'une procédure est en cours à la Cour d'Appel des droits de l'homme à Strasbourg) poussa Marcel Vervloesem au désespoir. AUCUNE RÉPONSE
22) La liste de plus de 20 admissions d'urgence et d'opération de Marcel Vervloesem que le Ministre a reçu plus de 40 fois et qui ne laisse aucun doute quant à l'état de santé de Marcel Vervloesem.  AUCUNE RÉPONSE
23) Le témoignage du Ministre primant une Justice "équitable et humaine" les faits prouvent le contraire. AUCUNE RÉPONSE
24) Le témoignage du Ministre dans son 'Master-plan Justice' qu'il est pour une politique carcérale dans des circonstances "humaines"  les faits prouvent le contraire. AUCUNE RÉPONSE
25) 90 Million d'euros gaspiller par l'État Belge parce que le Ministre ne fait pas bon usage de la surveillance électronique, d'alternative en matière d'application des peines, la libération de prisonniers gravement malade, la libération de gens qui (en attente de leur procès) sont déjà depuis plusieurs années en dentention préventive, etcétéra...
AUCUNE RÉPONSE

Jan Boeykens
Président de l'asbl Werkgroep Morkhoven

http://pournepasoublier.blogspace.be/

------

Voici une liste avec plus de 20 hospitalisations d’urgence et d’opération subit par Marcel Vervloesem et qui ont été envoyés plus de 40 fois au Ministre De Clerk et ses collaborateurs de cabinet.

Le Ministre qui prône une justice « humaine et équitable » estime qu’un prisonnier ne peut être sorti de prison que 3 jours avant sa mort supposée bien qu’il autorise de temps en temps des exceptions pour des raison vagues.

1) Cancer malin – Hopital St H. Hart à Lier – 2 fois
2) Reins – 5 fois – Hôpital St Elisabeth à Herentals
3) Pancréas – 2 fois – 1X Hopital St H. Hart à Lier, 1X UIA d’Anvers
4) Urgence en soins intensifs pancréatite 2 –
5) Urgence en soins intensifs pancréatite 1 – UIA d’Anvers
6) Soins intensifs – Hôpital Fabiola à Sambreville/Hôpital St Elisabeth à Herentals 11X
7) Reins – Gasthuisberg à Louvain – 2 X
8. Disfonctionnement cardiaque opération à l’AZ Imelda Bonheiden – 3X
9) Soins intensifs diabétiques – Hopital St H. Hart à Lier 4X
10) Reins – Hopital St H. Hart à Lier – 1X
11) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges – 1X
12) Dialyse rénale – Hopital St H. Hart à Lier- 1X
13) Hémorragie interne – AZ St Jan Bruges – 1X
14) Opération – AZ St Jan Bruges – 1X
15) Placement chirugical de tuyaux de dialyse – AZ St Jan Bruges – 1X
16) Soins intensifs cardio – St Elisabeth Turnhout – 1X
17) Urgence soins intensifs anémie (leucémie) – St Elisabeth Turnhout – 1X
18) Urgence soins intensifs – St Elisabeth à Herentals – 1X
19) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges
20) En date du 14 mai 2009 il devait du à des problèmes cardiaque consécutif entre autre au manque de médication et un traitement insuffisant être admit en urgence à l’hôpital AZ Sint Jan Bruges mais la direction de la prison avec son avis négatif a réussi 1 jour avant l’admission sur base du rapport du PSD éviter cette admission.
Toutes ses hospitalisations d’urgence à Bruges et Turnhout ont eu lieu pendant l’année d’emprisonnement de Marcel Vervloesem à la prison de Turnhout et la prison de Bruges.

DIFFUSEZ, PUBLIEZ CE MESSAGE. PROTESTEZ CONTRE CE TRAITMENT INHUMAIN !

02-truth-freedom

 Contact

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis
nr. 443.439.55
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu

Links

- Réseau pédocriminel Zandvoort
- Justice - Marcel Vervloesem - Tribunal de Turnhout
- Procureur-général d'Anvers - lettre ouverte
- Zoé Genot cd-roms Zandvoort
- Droit Fondamental – (French, English, Italian)
- Website Morkhoven (English, French, Italian, Dutch)
- Video ‘Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance’
- Vidéo Vervloesem - Mars 1998 (1)
- Morkhoven skynet
- Morkhoven wordpress
- Morkhoven overblog
- Zandvoort ducuments
- Justice – Médecine

Photo : Le Ministre de la Justice belge Stefaan De Clerck (CD&V - Démocrats-Chrétiens Flamands) qui est au courant de tout ces faits.

12-11-09

Marcel Vervloesem en cellule d'isolement


fkdeclerck_jpg_250

Bruxelles, 10 novembre 2009

Marcel Vervloesem a été mis en cellule d’isolement, sans télévision, ni radio, ni aération, avec un lit cloué au sol aussi qu’un pot sanitaire.

Lorsque l’activiste Marcel Vervloesem, gravèment malade, à été transféré de la prison de Bruges vers la prison de Turnhout, tout le monde de son environnement a cru que son calvaire était fini a pour cause Le PSD (centre psycho social) de la prison de Bruges par qui il a été mené en bateau pendant des mois. Il leur a fallu 3 semaines avant de bien vouloir transférer son dossier au PSD de la prison de Turnhout.

Le docteur Mol, directeur-général du service de santé pénitentiare du Ministère de la justice de Bruxelles, à qui il a fallu presque deux mois afin de transférer le dossier chirurgical de Marcel Vervloesem du centre médical de la prison de Bruges vers celui de Turnhout.

Une fois tous les dossiers et rapport arrivé à bon port, voilà que les choses tournent à nouveau mal.

Bien que Marcel Vervloesem entrait en considération pour un accompagnement ambulatoire avec l’équipe du professeur-psychiatre Cosyns de l’institution universitaire à Anvers, et que le PSD de la prison de Turnhout était déjà le 8 août 2009 en possession de toutes les pièces nécéssaires, l’affaire continuait à traîner.

Même quand le collège du personnel de la prison de Turnhout à dit qu’ils n’avaient aucune objection à ce que l’équipe du docteur Cosyns, en accord avec le PSD établisse un plan d’accompagnement, rien n’avancait.

Le PSD de la prison de Turnhout prétendait que docteur Cosyns n’avait pas encore répondu à ses lettres vu que le docteur Cosyns était en vacances, etcétéra, etcétéra.

Tout comme le dossier du PSD en matière de demande de congé pénitentaire, ou jour de sortie, surveillance électronique, mise en liberté provisoire pour raison médicale, rien n’a été fait.

Marcel Vervloesem craint que toute action entreprise auprès du PSD de la prison de Bruges, risque de se répéter à Turnhout.

Quelques semaines avant la date butoir, il semblait que le PSD n’avait pas encore finalisé son rapport.

Le Ministre de la justice De Clerk fût avertit à plusieurs reprises des difficultés rencontré avec le PSD, ces avertissement n’ont apporté aucun résultat.

Marcel Vervloesem expliqua les problèmes rencontrés avec le PSD dans une lettre adressé à l’asbl Werkgroep Morkhoven, publié sur le site internet de l’asbl.

De cela a résulté qu’un Erwin Boosten, psychologue du PSD de Turnhout, furax convoqua Marcel Vervloesem dans son bureau et l’insulta sans nom.

Boosten lui a dit que l’accompagnement ambulatoire que Marcel Vervloesem attend depuis trois mois est une mauvaise idée, et qu’il y veillera personnelement à ce que les visites et la correspondance soit restreinte. Il exiga que Marcel avoue « les faits » pour lesquels il a été blanchi.

En une fraction de seconde tout espoir de Marcel Vervloesem fût anéanti, ce qui a mené à une aggravation de son état de santé. Il ne voit pas comment sortir de cette situation, et pense inévitablement au suicide.

Le Werkgroep Morkhoven en avertit à nouveau le Ministre De Clerk.

Il y a quelques semaines des lettres de la fille de Marcel Vervloesem et de l’activiste Yvonne van Hertum une collaboratrice Hollandaise ont été retenues.

Une fois de plus le Ministre De Clerk en fût avertit.

Hier trois jours avant la date butoir Marcel Vervloesem reçu enfin le rapport de conseil de la direction de la prison de Turnhout établit par le PSD.

Le rapport est négatif sur toute la ligne. Le service psychosocial assure qu’un congé pénitentiaire est impossible, « parce que cela remettrait Marcel Vervloesem dans le milieu de la lutte contre la pédophilie, où les faits se sont déroulés ».

De même, selon le rapport, l’acteur Jo Reymen, qui soutient Marcel Vervloesem indépendamment de l’asbl Werkgroep Morkhoven, serait une personne « qui fait partie du milieu de la lutte contre la pédophilie, milieu dans lequel les faits se sont déroulés ».

Le rapport refuse toute considération que Marcel Vervloesem puisse rendre visite à sa fille et ses petits-enfants, « parce que cela pourrait inquiéter les ‘victimes’ de l’entourage ».

Il a été évoqué que les « possibles » contacts avec les médias pourraient inquiéter les victimes(c’est surtout la révélation de la politique d’étouffement autour de l’affaire de pornographie infantile de Zandvoort qui inquiète certains politiciens.

Cela aussi pousse Marcel Vervloesem au désèspoir.

Par soi-disante mesure de sécurité Marcel Vervloesem a été mis en cellule d’isolement, sans télévision, ni radio, ni aération, avec un lit cloué au sol aussi qu’un pot sanitaire.

En céllule il ne recevait déjà pas à boire ni de fruits.

Il a été décidé de le mettre 7 nuit en isolation( toutefois s’il ne se suicide pas ou s’il ne subcombe pas à un infarctus.

Aucun rapport disciplinaire ne sera établit lui dit la direction de la prison de Turnhout, pendant que cette isolation inhumaine et martyrisante ne sera aucunement bénéfique à sa santé et aux nombreuses douleurs qu’il ressent.

On ne toucherait pas à son droit de visite, son droit à la correspondance, son droit de téléphoner, aux promenades journilières ( si sa santé le lui permettait).

------

Voici une liste avec plus de 20 hospitalisations d’urgence et d’opération subit par Marcel Vervloesem et qui ont été envoyés plus de 40 fois au Ministre De Clerk et ses collaborateurs de cabinet.

Le Ministre qui prône une justice « humaine et équitable » estime qu’un prisonnier ne peut être sorti de prison que 3 jours avant sa mort supposée bien qu’il autorise de temps en temps des execptions pour des raison vagues.

1) Cancer malin – Hopital St H. Hart à Lier – 2 fois
2) Reins – 5 fois – Hôpital St Elisabeth à Herentals
3) Pancréas – 2 fois – 1X Hopital St H. Hart à Lier, 1X UIA d’Anvers
4) Urgence en soins intensifs pancréatite 2 –
5) Urgence en soins intensifs pancréatite 1 – UIA d’Anvers
6) Soins intensifs – Hôpital Fabiola à Sambreville/Hôpital St Elisabeth à Herentals 11X
7) Reins – Gasthuisberg à Louvain – 2 X
8. Disfonctionnement cardiaque opération à l’AZ Imelda Bonheiden – 3X
9) Soins intensifs diabétiques – Hopital St H. Hart à Lier 4X
10) Reins – Hopital St H. Hart à Lier – 1X
11) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges – 1X
12) Dialyse rénale – Hopital St H. Hart à Lier- 1X
13) Hémorragie interne – AZ St Jan Bruges – 1X
14) Opération – AZ St Jan Bruges – 1X
15) Placement chirugical de tuyaux de dialyse – AZ St Jan Bruges – 1X
16) Soins intensifs cardio – St Elisabeth Turnhout – 1X
17) Urgence soins intensifs anémie (leucémie) – St Elisabeth Turnhout – 1X
18) Urgence soins intensifs – St Elisabeth à Herentals – 1X
19) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges
20) En date du 14 mai 2009 il devait du à des problèmes cardiaque consécutif entre autre au manque de médication et un traitement insuffisant être admit en urgence à l’hôpital AZ Sint Jan Bruges mais la direction de la prison avec son avis négatif a réussi 1 jour avant l’admission sur base du rapport du PSD éviter cette admission.
Toutes ses hospitalisations d’urgence à Bruges et Turnhout ont eu lieu pendant l’année d’emprisonnement de Marcel Vervloesem à la prison de Turnhout et la prison de Bruges.

DIFFUSEZ, PUBLIEZ CE MESSAGE. PROTESTEZ CONTRE CE TRAITMENT INHUMAIN !

02-truth-freedom

 Contact

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis
nr. 443.439.55
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu

Links

- Réseau pédocriminel Zandvoort
- Justice - Marcel Vervloesem - Tribunal de Turnhout
- Procureur-général d'Anvers - lettre ouverte
- Zoé Genot cd-roms Zandvoort
- Droit Fondamental – (French, English, Italian)
- Website Morkhoven (English, French, Italian, Dutch)
- Video ‘Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance’
- Vidéo Vervloesem - Mars 1998 (1)
- Morkhoven skynet
- Morkhoven wordpress
- Morkhoven overblog
- Zandvoort ducuments
- Justice – Médecine

Photo : Le Ministre de la Justice belge Stefaan De Clerck (CD&V - Démocrats-Chrétiens Flamands) qui est au courant de tout ces faits.
Traduction: Vanessa

'Moon sect covers the network Zandvoort'


moon_senate_crownedmessiah

Day of the Dead: the Moon sect covers the network Zandvoort

An investigation on a hacker who was spamming our internet media revealed that the senior EU officials, the ministers and the magistrates who are covering the organised criminality have chosen for Messiah, a self-enthroned Korean sex offender: Sun Myung Moon. Their "senior ambassadors" support "Holly Hoaxes" on the Holocaust and child porn.

 

MAJOR REVELATION, HIGLIGHTED BY THE LIFE AND WORK OF MOON

Son of a Korean farmer, Sun Myung Moon, was born in 1920, under the name of Yong Myung Moon. He founded his sect in 1945 at the age of 25, the year after marrying and abandoning pregnant the first of his five wives, Christian from the Presbyterian Church. Moon would have then discovered he had been called by Jesus when he was 16, but he would have studied electronic engineering in Japan, rather than theology in Korea.

Moon proclaimed himself reverend and invented that the women were to receive the "blood of the Father" during three periods of sex with him, to be freed from the devil. The Korean Presbyterian church has excommunicated him in 1948, for these sexual rites in a cult. Moon was repeatedly sent to camps of re-education by labour, for violating social order, adultery and sectaries.

The war against communism has decided that General Mc Arthur, at the head of the UN troops, has released Moon from his re-education camp October 14, 1950, at the same time as the political opponents who were also re-educated there. Moon immediately rebuilt his sex cult in three months, which resulted to other unsuccessful attempt of re-education. He has given his sect the statute of "church" in 1970, so as to benefit from the laws of the freedom of religions.

USA greeted this sex offender in 1972, in the framework of its war against communism. Moon was inviting young people to attend a secular movement for a social reform. The program included weeks of indoctrination, by shouting and punching of the instructors, which left them little sleep. The young people were asked to consider their families as their worst enemies. The most cynical of the followers where offered carriers to which they would not have access elsewhere than in the Moon business. The others ended-up selling candies and flowers or begging in the streets for his "church" under the surveillance of a hierarchy. Those who wanted to leave the sect where sequestrated and beaten. A man was hospitalised six weeks with four bones of his face that had been broken by Moonies.

Moon became a multibillionaire, weapon dealer, owner of shipyards, newspapers, banks, universities, hotels, factories of cars, of tools, etc...Members of his sect have been exposed in the laundering of money; with drug barons and former Nazi war criminals. Moon has all the same been invited to the White House in Washington on 1 February 1974 and to Congress of the United States on December 18, 1975. He has created "The Washington Times" in 1982, which will cost him 100 million dollars of loss per year. T

The newspaper allowed him to make scandals over his enemies and the electoral campaign of his friends. He was imprisoned July 20, 1984 for thirteen months for tax evasion in the United States, as a mean to make him understand that he did not have all the rights he thought having. This sex offender was offering to buy shake hands with heads of state at a rate of $ 100,000 for their charities. Mikhail Gorbachev and George Bush agreed. The CIA placed Moonies at the United Nation. Moon has self-enthroned himself "Messiah" on 23 March 2004.

When "church" of Moon counted its profits by hundreds of billions of dollars, the "Church" of Scientology could only count them in hundreds of millions. The two sects are prosecuting together some organisations aiming at protecting the victims of the sectarianism drifts. Scientologists are notorious for their threats upon judicial experts and the departments responsible for giving moral support to their victims.

Clearly, if the Messiah of a sex cult has interests in the production of real crimes pictures, he has no problem offering $ 100,000 handshakes for the charities of the judges who make their judgments under his dictation and of ministers who are closing their eyes on the separation of capacities.

The colossal fortune of Moon was not built from the sale of candies and flowers, but the indoctrination of his employees on the respect of the sole Moony laws, in exchange for inaccessible careers. Moon is at the basis of the modern system of corruption and manipulation of the media that covers-up organized crime. The CIA left him free to do so, as in return, they could control South Korea, the United Nations and the major European institutions.

 

The carrier of Moon Senior Ambassador

Emmanuel B., alias Dr Emmy introduces himself on his Internet site, at the start as being an actor playing the leading roles in musicals, such as "The King & I" and "The Sound of Music". He became involved with the media and won a prize in a "Civil Defence Course" in 1963. He has loads of incredible diplomas, showing one can even become a Doctor of Laws in a year crush course:

  • 1968: Effective English and Personal Efficiency
  • 1969: Bachelor of Art
  • 1976: Notary Public
  • 1977: Doctor of Laws
  • 1980: Sacred Theology

Dr Emmy B. has opened a lawyer’s practice in 1978, specialised in the family and constitutional laws, with particular emphasis on the Moon concept of Human Rights. He also has diplomas of "General Thinking Skills under the Guidance of World" and of "Canon Law relating to Marriage Procedure". He has founded an "NGO for Family Rights" and of a "Democratic Reformist" political party. He states his contacts with the United States Information Service [USIS], who would have sent him to Salzburg to attend in March 1976, a "Mass Media Course". Another crush course, which has turned the "doctor" into a "Salzburg Alumnus", an important incidental reference, he says, which is only a posh name for "former student of Salzburg".

The ambassador of Moon has launched a frontal spam attack, presenting Norman Lowell, a former banker, founder of "Imperium Europa". Lowell offers to assume the leadership of a "European Empire". He has described Mein Kampf as "The Book", Adolph Hitler as "The Hero" and the Holocaust as a "Holy Hoax". Lowell was sentenced to a two-year, suspended jail term and 500 Euros fine, on March 27, 2008, on three charges of racial hatred, and one charge of insulting the President of Malta.

 

Coincidences between the Moon sect and the paedophile network Zandvoort.

All the people who, for twenty-two years, have taken turns to attack the Werkgroep Morkhoven, the Belgian NGO that has exposed the paedocriminal network Zandvoort, make a competition of the same morbid cynicism. They now applaud each attempt at murdering or inciting to suicide, Marcel Vervloesem, the main witness of the dossier. What ever education they have, may they be illiterates, psychologists, doctors or civil servants, they all give the same type of argument immoral to "justify" the violation of the law, or to refuse to perform the mission belonging to their duty.

The attack of the Moon ambassador is identical to other attacks that were already operated in the past, as if all those people had attended the same Moon workshop.

The Moonies are lazy and conceited people who refuse the work required to reap the fruits of their merits. They can choose any title and be assigned any function, without the least qualification, provided that they break the law when the are ordered to do so. This remind of one of Marcel Vervloesem calumniator, who though he is illiterate, was thanked by a job at the direction of a social service, and since, became President of the Council of the local police.

Moon appears at the top of the pyramid of crime, under cover of a dying sect, but in reality, the Moon coalition is infiltrated everywhere, seemingly without mystical goals. A fact is that the United Nations has falsified data on the paedophile network Zandvoort, and now refuses since 14 months to save Marcel Vervloesem from heaviest tortures. The next attempt of the Belgian-Moony authorities to kill Marcel is scheduled for this November 7.

Yves Leterme, former prime minister and new Minister of Foreign Affairs of Belgium, said he was chocked at recent United Nations meeting, to have been solicited by a foreign leader to help him arrest, eventually kill people. Who is he mocking by pretending he does not to know what is happening in his own country? This statement looks more of an offer to start a new workshop specialised in legalised murder.

http://www.droitfondamental.eu/001-Fete_des_morts___La_se...

00:46 Gepost door Jaap in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) | Tags: zandvoort file, moon sect |  Facebook |

Le Service Psychosocial de la prison de Turnhout


DeClerck.art_80871

 

22 octobre 2009

Marcel Vervloesem restera en prison, tant qu’il n’avoue pas des viols figurant à des plaintes que les tribunaux belges ont reconnu dictées pour 15.000-FB, aurait décidé le ministère de la justice.

Erwin est un jeune psychologue de 28 ans, employé au Service Psychosocial de la prison de Turnhout. Il a dit à Marcel qu’un document prétendument "disparu", mais dont une partie du contenu est mentionné dans un jugement, était conservé dans les ordinateurs du ministère, ce qui présume que le jugement a été dicté par le ministère et non par le juge. Erwin a également lu à Marcel, ce qu'il lui a présenté comme une note interne du ministère, interdisant de le libérer avant que son agonie ne soit assez avancée pour qu’il ne puisse plus dire adieu à sa famille et ses amis, même si la Cour Européenne des Droits de l'Homme décide que sa condamnation est illégale.

Le service d’Erwin faisait normalement son travail, donnant son accord pour que l’Hôpital Universitaire d’Anvers assure des soins ambulatoires à Marcel, jusqu’au jour où le ministère ordonna de geler le dossier. Erwin est alors "parti en vacances" et le ministère tenta de contraindre Marcel d'accepter 12 heures de route menotté dans une cage, pour un examen qui pouvait se faire en quelques heures dans un hôpital local. Habitué à ne survivre que par une succession de miracles, Marcel a refusé.

Hier, Erwin a dit à Marcel qu’il ne sera libéré, que s’il avoue les viols, notamment le viol de l’actuel Président du Conseil de la Police, que tous les tribunaux belges ont reconnus inventés. Plus extraordinaire encore : Erwin a détaillé le contenu d’une lettre de menaces envoyée à Wendy Vervloesem, la fille de Marcel, qui est également objet des persécutions de l'Etat, ainsi que des calomnies de la bande de pervers illettrés, qui a mis en œuvre la cabale pour faire incarcérer son père, moyennant 375 euros chacun.

Marcel étant libérable pour bonne conduite depuis le 4 septembre dernier, le ministère aurait décidé de reporter le jugement de décembre qui devait en décider, car "trop sensible pour les médias", selon Erwin. Le jeune homme lui a expliqué que c'était de la faute des médias Internet des ONG, qui exposent l’application du droit international en Europe, en matière de criminalité organisée. "Des fous et des crapules qui devraient tous être enfermés en psychiatrie", a dit le psychologue, qui a Marcel demandé: "Tu vois le résultat des contactes avec ces bandits ?" Autant de princes, de comtes, de baronnes et de médecins fous ou criminels, à enfermer comme au bon vieux temps de Staline, s’ils ne risquaient pas de corrompre les prisonniers par l’information.

Erwin assure avoir reçu, ensemble avec le psychiatre Delander, le pouvoir d’interdire à Marcel, tout courrier, communication téléphonique, visite et même de congé pénitentiaire, durant les trois prochaines années, si les "crapules" susmentionnées continuent à publier leurs articles. Il serait tout à fait normal de menotter un prisonnier durant 591 heures pour "raison de santé", selon le psychologue, qui explique qu’il y a assez de gens menottés en prison, et de malades qui meurent en prison pour le prouver.

Ces menaces sont supposées inviter Marcel à retourner volontairement au centre d'extermination de Bruges, de manière à ce que le jugement de décembre relève de ce tribunal, qui laisse le ministre lui dicter ses jugement. Les conditions de détention y sont tellement abominables, que c'est impensable, et il n’y a aucune différence entre un jugement dicté, qu'il soit prononcé à Anvers, à Gand, ou à Moscou. On prend donc le risque de la juridiction d’Anvers, où sait-on jamais, il y a peut-être des magistrats qui respectent la séparation des pouvoirs.

La maffia hollandaise paye très cher des hauts fonctionnaires, pour la violation des lois internationales qui favorisent leurs employés et éliminent ceux qui les exposent, selon un ex prisonnier, qui a partagé sa cellule avec un membre du réseau que l’ONG de Marcel Vervloesem a exposé. Il nous est impossible de rivaliser avec leurs moyens.

http://www.droitfondamental.eu/001-Erwin_et_le_rififi_au_...

12-10-09

Verontrustende verdwijning te Antwerpen

 


verdwenenDe vzw Werkgroep Morkhoven nam kennis van de verdwijning van de genaamde Kimberley Nardus, geboren op 23.3.1994, uit een instelling te Deurne.

Het meisje is reeds 8 dagen vermist en verdween juist voor een DNA-procedure in verband met een klacht rond sexueel misbruik waarrond heel wat vragen bestaan. Child Focus zou verwittigd zijn geweest.

Foto: blogonious.skynetblogs.be/archive-month/2009-05

20-09-09

Protestation internationale


roemenie


From: Fond. Pcesses de Croÿ & M. Lancellotti
Date: 2009/9/20
Subject: Protestation internationale contre le harcèlement d’un policier français

La Fondation Princesse de Croÿ et Massimo Lancellotti, les associations Werkgroep Morkhoven, Tevirepedo et leurs partenaires belges, français, italiens, Roumains, anglais et néerlandais, protestent vivement les violences envers la famille du Brigadier Chef Verdi. Elles demandent instamment au Président Sarkozy de faire cesser un harcèlement scandaleux, qui a consisté dernièrement à terroriser une petite fille de 6 ans en pleine rue, à sa sortie de l’école.

La directrice de l’école Marie Curie de Mandelieu La Napoule a été prévenue du jour et de l’heure de la menace qui pesait sur son élève. Plutôt que d’appeler la police pour assurer la protection d’une enfant de 6 ans, elle a signifié à son père, Mr Verdi, avoir appris « une somme d'informations accablantes » à son sujet et son intention de porter plainte contre lui, car elle n’appréciait pas son « ton ». Les grands-parents de l’enfant ont été convoqués à la police, sachant qu’ils étaient absents lors de l’agression, d’où volonté d’intimider des personnes âgées.

Le Brigadier Chef Verdi est objet de simulations d’erreurs judiciaires et administratives en série, depuis qu’il a exposé une affaire de pédophilie. Le mode opératoire des violences dont il est objet le présume témoin de faits en relation avec le réseau pédocriminel ZANDVOORT. Le Werkgroep Morkhoven, ONG belge qui expose l’industrialisation de photos de crime réels depuis 1988, a sollicité l’assistance de Mr Verdi, pour l’étude de l’implantation de ce réseau à la Côte d’Azur.

L’union des organisations européennes prie le ministre de l’intérieur de remettre un peu d’ordre dans ses gendarmeries, en leur rappelant l’inviolabilité de la dignité de deux policiers, Messieurs Verdi père et fils, qui ont sacrifié leur vie à l’application de la loi, au service de la nation française. La Princesse Jacqueline de Croÿ, ancienne directrice d’école, insiste auprès du ministre de l’éducation nationale française, pour qu’il rappelle à la direction des écoles, leur devoir d’assurer la sécurité d’élèves menacés.

L’union rappelle au Garde des Sceaux, l’identification par analyse biométrique, d’un magistrat français, déculotté dans le fichier Zandvoort, que la décence élémentaire invite à mettre à la retraite et lui demander la courtoisie d’arrêter de dire des bêtises sur son site Internet.

http://www.droitfondamental.eu/

Photo: sécuritate Roumanie


LINKS:

- Dutroux case
- Zandvoort case
- http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/

23:59 Gepost door Jaap in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) | Tags: protestation internationale |  Facebook |

La Sécuritate belge


lijsebeth_jpg_250

Stefaan de Clerck Ministre de la Justice répondant à une question parlementaire du député Michel Doomst du parti CD&V concernant le coût des écoutes téléphoniques, indique le chiffre de 21 millions d'euros.

Brice De Ruyver, professeur de criminologie, confirme qu'il s'agit d'une technique coûteuse et qui requiert un personnel important.

"Mais la police ne peut plus mener la lutte contre la criminalité sans les écoutes téléphoniques", souligne-t-il.

Nous conseillons donc à Mr De Clerck de prendre en compte le résultat des enquêtes sur le réseau pédocriminel Zandvoort de Marcel Vervloesemet du Morkhoven qui n'ont pas coûté cette somme et n'ont pas nécessité d'écoutes téléphoniques. Cela permettra à la Police de lutter contre la pédocriminalité. Mais il le sait très bien puisque ces preuves sont dans les mains de la Justice depuis 11 ans...

"Mais on arrive à la conclusion que l'on ne peut s'en passer. Les écoutes téléphoniques sont un des moyens les plus importantes pour démanteler les bandes itinérantes, lutter contre le trafic de drogue et le terrorisme ou encore tenir à l'œil les milieux extrémistes", ajoute M. De Ruyver.

Werkgroep Morkhoven est il considéré comme un groupe extrémiste à tenir à l'œil ?

Ainsi le fournisseur d'accès internet "Skynet" du Morkhoven qui dépend de l'entreprise communale "Belgacom" vient de censurer 3 de leurs blogs dont un qui a pour titre "Doofpot Justitie" en français "Justice étouffante" et qui donne accès aux archives internet du groupe activiste Morkhoven depuis 2005 et bénéficient de la visite de 140.000 visiteurs...

De même le service de compte de courrier mail du Président de Morkhoven Jan BOEYKENS est bloqué afin d'empêcher la diffusion d'informations gênantes au moment où Marcel Vervloesem très malade et toujours en prison devrait être libérable le 05/10/2009....

A l'heure où la Belgique censure le Werkgroep Morkhoven comme elle s'estabattue sur Marcel Vervloesem qui n'a pas le droit de parler à la presse, en France la femme du Brigadier Chef de la Police Municipale Patrice Verdi est menacée. Ce policier subit le même harcèlement judiciaire et administratif que Marcel Vervloesem pour avoir fait un rapport concernant une affaire de pédophilie mêlant un ami jamais appréhendé du Maire de Cannes Bernard BROCHANT qui est aussi son employeur.

Toujours en France, pays des Droits de l'Homme, Patricia POUPARD n'a pas droit à un avocat pour demander à la Justice de lui laisser la garde de son fils abusé par son père et d'autres adultes qui n'ont jamais été inquiétés...

Il ne manquerait plus que d'apprendre que toutes ces personnes sont sur écoute téléphonique pour atteinte à la sureté nationale ? Nul ne le dira car elles ne cachent rien et c'est pour cela qu'elles font l'objet de censure sans doute...


LINKS:

- Dutroux case
- Zandvoort case
- http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/

16:20 Gepost door Jaap in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) | Tags: securitate belge |  Facebook |

14-09-09

Dutroux case: Carine Russo leaves the Senate


Russo+.pict_151413

Brussels, September 13th, 2009


Carine Russo, the mother of Melissa, one of the children murdered by Marc Dutroux, announced Friday in a letter to the Federation of Ecolo (Green party) that she leaves the Senate after two years.

According to the Belga news agency she referred in her letter to her health and the "difficulties she had to adapt to the political and parliamentary life".

In November 2008 Carine Russo said however that she "was disappointed in the functioning of the institutions and the parties".

The senatrice would "not bitter" and "her commitment and her sympathy for Ecolo reserve".  
Ecolo said in a formal way "to respect the choice of Carine Russo". "She really has done the maximum to fulfill its contract, but we understand that a engaged woman has difficulties to adapt to the political realities ", said the spokesman of the French speaking Greens.

Carine Russo stated in 2007 that she wanted to work for Ecolo especially on subjects like social justice and the environment.
"Ecolo has a slogan:" A greener earth for a fairer world ". "I want to turn around, because social justice is a priority for me. Ecology don't exist without a fair court, otherwise we get an ecology of two speeds ", said Russo.

Carine Russo won the Senate election in 2007 where she was on one of the last places, with 57,747 preference votes.  She became a co-opted senatrice.
During the Federation of September 25, Ecolo will decide who will be her successor.

The association 'Morkhoven Group' which has considerable experience with the subtle-messages via the Belga news agency, found out that Carine Russo's murdered daughter Melissa was born on September 11, 1986. That day coincides exactly with the day Carine Russo said that she wanted to leave the Senate.
It is clear that Carine Russo wanted to express on the first place her fidelity to her murdered daughter. It also proves that, despite her health is broken by the loss of Melissa and the attitude of the authorities, she still fight for justice in her case and was not giving up her hope for a fairer world.
On May 24, 2002, Gino and Carine Russo decided to withdraw of the Dutroux trial.
There was also much to do in their leaves, about the extensive report on the Dutroux affair in the magazine The Sprout.   The Sprout used some pictures of the murdered Julie Lejeune and Melissa Russo.
Justice still claimed that the two victims of Dutroux, after more than 100 days, died of hunger and thirst. The pictures, however, showed conclusively that Julie and Melissa were beaten to death with excessive violence.
This proved that the Jury Members in the trial versus Dutroux, didn't know something about the autopsy reports which were relevant. Even worse, they had never seen the photos.
It is the least surprising that the Belgian press wasn't interested of the consequences of the horrific images.

Carine Russo was not the only parent of one of the victims of Dutroux who ventured into politics.
Paul Marchal, father of An Marchal who was murdered by Dutroux and his gang, created in 1998 the Party for New Politics of Belgium (PNPb).
Partly due to the extremely negative image of him in the media, the PNPb reached in the 1999 elections a paltry 0.3 percent. That same year, he said goodbye to politics.

In 2007 Tinny Mast, the mother of Kim and Ken, together with her husband Willy, were becoming independent candidates on the CAP-list (Committee for Alternative Politics).
Not believed and humiliated as "marginal" by courts and judicial police, Tinny  Mast was with the families Russo, Brichet, Marchal, Ben Aïssa, Lejeune... one of the figureheads of the White March of ten years ago. The biggest post-war march ever pulled in Brussels.
In her book "Always looking. My alphabet for Kim and Ken", Tinny called for a new solidarity.   With the words "For the life of those who will never be extinguished yet to give a meaning", she went with her book in the clinch with the rising intolerance in society and with the current political discourse in Belgium.
In the foreword of the book Carine Russo compared the struggle they lead to that of the Mothers of the Plaza de Mayo in Argentina: "Mothers just like we were crazy of uncertainty and anger for their disappeared sons and daughters. But it is not their 'madness' that has greatly contributed to the collapse of the Argentine dictatorship? (...) "


melissaLINKS:

- Dutroux case
- Zandvoort case
- http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/

13-09-09

Petition for State Security


StateSecurityFrom the archives:

Brussels, 8.2.2009

The Working Group Morkhoven, best known through the revelation of the pornographic case Zandvoort and the prosecution of her spokesman Marcel Vervloesem (who even was imposed by the Belgian court with a ban to speak the press), organized a symbolic petition to support the 150 secret agents of the Belgian State Security that for years were no longer be paid.
Morkhoven apologizes for the extra work that the Belgian State Security had during the past 20 years to silence the action group and her spokesman.
Furthermore, the Working Group calls for more meaningful work for members of the State so they are not obliged to beat constantly overtime.

Help the Belgian State Security!

------------------------------

About 150 secret agents of the State got their overtime from 2001, 2002 and 2003 have still not paid.
The newspapers De Standaard and Het Nieuwsblad wrote on Wednesday that Sypol.be, one of the unions in the State, is tired and summon Minister of Justice Stefaan De Clerck (CD & V - Flemish Christen Democratics). Some agents would increase to 1,250 the number of overtime. "We realize that those days are not just included. That would be a complete disruption of the State concerned. But exactly why the State has itself suggested that recovery days to pay ", said Anne-Marie Vansichen of Sypol.be.
Justice was expressed surprise at the summons.
On February 26 De Clerck comes again together with the unions. (DWM)

Source: Belga
January 7, 2009


LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- 'Belgian Foreign Minister De Gucht meets Hillary Clinton' (Google)
- 'Belgium voted on to United Nations Human Rights Council' (Google)
- Flemish christian democrats (Google)
- Zandvoort ring: Video 1 Marcel Vervloesem on BFM-TV - http://www.youtube.com/watch?v=-eFnm5Eov8g (F, D)
- Zandvoort ring: Video 2 Marcel Vervloesem on BFM-TV - http://www.youtube.com/watch?v=r3nzjJj9GGo
- Zandvoort ring: Video - Marcel Vervloesem on BFM-TV - Dailymotion (F)

08-09-09

Abus d'enfants: Lettre de Marcel Vervloesem à Patrice Verdi


Marcel.dood.mail-4declerck.286380Lettre de Marcel Vervloesem du 2 septembre 2009

Cher Patrice,

Merci pour votre lettre du 26.08.2009, que j’ai plaisir a recevoir, ici dans ma prison. Je m’excuse directement de vous écrire en néerlandais, parce que je ne connais pas bien le français. Si j’avais un ordinateur dans ma cellule, ce problème serait résolu avec un bon programme de traduction, mais je n’ai pas autant de luxe. Je souhaite avant tout vous répondre.

Le problème que vous décrivez est une triste réalité, qui n’est pas si simple. Il est, et reste un fait que travailler dans ce domaine, est très difficile et prend énormément de temps. Aussi, on devient rapidement victime d’obstruction par ceux qui ont le pouvoir et devraient prendre leur responsabilité. Le manque de bonne volonté, fait que le petit monde criminel peut calmement suivre son chemin, sans crainte.

Le problème dépasse les frontières et touche des milliers de victimes. Des victimes qui demandent de l’aide et ne sont pas entendues par les autorités. Mais ces milliers voix qui demandent de l’aide et de la compréhension, ne sont pas entendues, parce qu’elles ne seraient pas importantes. Les gens qui osent s’engager pour ces victimes, deviennent aussi victimes des accusations, des chasses aux sorcières, des humiliations et aussi des poursuites qui se terminent en prison. Notre optique ne nous permet toutefois pas de laisser tomber nos principes. Nous devons continuer malgré tout à lutter contre ces traitements inhumains et dégradants, parce que ces milliers de victimes ont le droit d’être aidées. Parce que ces victimes ont le droit d’être entendues. Et dans notre lutte, nous devons nous mettre sur le côté, si il le faut.

Il est un fait que ce n’est pas agréable. J’aurai aussi préféré avoir une autre vie et un autre destin. Calmement, dans un petit fauteuil devant la télévision, complètement aveugle sur les choses qui m’entourent. Mais comme activiste, je suis conscient que je ne pourrais pas vivre dans cette indifférence. Les milliers d’enfants sur les cd-roms de Zandvoort, dans le dossier national et international, dans notre pays, en France et ailleurs, ont droit à notre soutien et notre aide. C’est indépendant du destin qui nous attend.

Je comprends aussi votre situation en tant que policier, en connaisseur du terrain. Je comprends aussi votre frustration, votre sentiment de colère et votre partielle impuissance. Savez-vous pourquoi Patrice ? Parce que depuis 1998, je suis moi-même objet de cette situation et j’ai vécu ce que cela signifie. Est-ce que vous connaissez les humiliations pendant des années, le lynchage médiatique, les accusations sales, toutes les condamnations que j’étais obligé d’accepter sans protester, à cause de mon combat pour les milliers de victimes ?

Mais cette douleur n’était encore rien. Le pire, le plus pénible de voir comment les gens sont aveugles et idiots face aux victimes qui crient pour appeler à l’aide. Ma douleur est insignifiante à côté de ça. Mais peut-être ma douleur a-t-elle réveillé un certain nombre de gens ? La route est toutefois encore longue, très difficile et il ne sera pas aisé d’atteindre notre but commun.

En revanche, toute petite amélioration, toute petite avance signifie énormément pour eux. Qui sommes-nous ou serions-nous, cher Patrice, si nous restions aveugle et sourd dans cette problématique ? Serions-nous alors supérieur à ces hommes exploitent ces milliers d’enfants ? Je ne me plaints pas d’avoir toujours, avec mes propres petits moyens, lutté pour les enfants. Ils le méritent.

Pour ce moment, je suis enfermé. C’est le destin de tous les activistes. Je n’ai plus à attendre grand-chose en tant qu’activiste dans ma vie, vu ma situation médicale (diabète, cœur, reins et sang malades, cancer) qui m’oblige à aller 5 fois par jour à l’infirmerie.

Je vis dans un tout petit espace, pour ma situation médicale : 2m30 sur 4 m, que je partage avec un autre prisonnier. Savez-vous que je vis sur un espace de 81 petites dalles ? Je ne peux pas regarder à travers les barreaux de la fenêtre, parce que cette fenêtre est trop haute. Savez-vous Patrice, qu’on a du m’opérer 5 fois depuis mon incarcération, le 5 septembre 2008 et que j’ai été enchaîné durant 591 heures comme un chien, à toutes sortes de lits d’hôpitaux, appareils médicaux, etc., avec des menottes en métal au pied, parce que le règlement de prison le prescrit ?

Et pourquoi, parce qu’on s’engage pour ces milliers d’enfants. Mais mon destin est comme ça. Je n’ai pas droit au congé pénitentiaire. Je ne peux pas embrasser mes petits-enfants. Je ne peux pas rendre visite à ma famille et à tous ceux qui m’aime, parce que ma conscience m’oblige à ne pas laisse tomber mon point de vue, qui est bien connu. Ma situation n’est pas de l’eau de rose, Patrice. Je suis même obligé de taper mes lettres en caractère majuscule, parce que les petits caractères sont brisés et il n’y a pas moyen d’en avoir un autre. Je continue malgré tout à expliquer les mots de tout mon cœur.

Je sais aussi que dans beaucoup de pays, beaucoup de gens sont actifs autour de mon destin et ma douleur. Je sais qu’il y a des protestations sur ma situation, qu’elle est exposée en publique et que les autorités ont reçu de nombreuses lettres. Et je suis très heureux pour ça. Mais Patrice, pensons en première place aux milliers de victimes !

Un certain site m’a nommé le 'Nelson Mandela belge'. Je suis nommé un prisonnier politique, et je ne sais pas quoi encore. Mais cher Patrice, je suis simplement Marcel, un petit activiste et je veux le rester. Il n’y a pas de barreau, pas de chaîne, pas de mur de prison qui m’empêchera de rester comme ça et de garder ma conscience.

Je vous envoie aussi de tout cœur, mes meilleures salutations.

Marcel Vervloesem

(A la main)
De tout cœur, je vous souhaite beaucoup de courage pour votre travail magnifique.

----

Photos: 1) Marcel Vervloesem 2) Le Ministre de la Justice belge Stefaan De Clerck (CD&V - Parti des Démocrates Chrétiens Flamands)


LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
- Médecine - Droit Fondamental
- Patrice Verdi

04-09-09

Child trafficking in Antwerp


chanyut2bDekkers Ignored Tenth Urgent Request

The following letter was sent by telefax to the Attorney General of Antwerp, Christine Dekkers, on December 12, and by airmail post on December 14.

75/9 Non Pa Sang
Pha Khao District
Loei Province 42240
Thailand


December 15, 2006

Personal

Mrs. Christine Dekkers (Mevrouw Christine Dekkers)
Attorney General (Procureur-Generaal)
Attorney General’s Office (Hof van Beroep te Antwerpen)
Waalse Kaai
2000 Antwerp (Antwerpen)
Belgium (België)


Madame,

Subject: City Officials Uncooperative in Search for Missing Loved One 
 

I refer to nine urgent requests in the past 19 months for your assistance in the search for Oliver Albert Chanyut Chokjanphen, a minor, age 17, who was separated from his mother, Thanomjit Chokjanphen, in Antwerp between 1996 and 1999 (see enclosure).

Employees of school, city administration, police, judicial, postal and so-called “non-governmental organizations” in Antwerp are uncooperative. Many conspired to deny the family information; some committed fraud to cover up.

Oliver Chanyut’s family, who live in Thailand, fear for his safety.

In the last resort, the family turned to the highest legal authority in Antwerp. But there has been no reply from you or any indication that the correspondence received due and proper consideration.

Kindly order the police to put Oliver Chanyut in direct telephone contact with his family.

On behalf of the Chokjanphen family, I am,

Sincerely yours,


Signature

William Champa

Enclosure (as stated)


No Response by the Attorney General of Antwerp, Christine Dekkers, to Ten Urgent Requests for Contact with Loved One!

The attorney general of Antwerp can act directly in many matters. The attorney general has done so before. That would be by far the most effective way of handling this particular matter which involves the international traffic in children, pedophile rings and complicit officials, especially in Antwerp.

Following routine procedure, the attorney general could refer the requests to an assistant attorney general. However, an assistant attorney general, Marc Tack, who was an assistant prosecuting attorney in Antwerp's juvenile court before his current position, ignored many similar requests addressed to him in 2004. Other assistant attorney generals mishandled the requests when they were assistant prosecuting attorneys in Antwerp's main courthouse.

The attorney general's office could contact the city police directly and request that it put a child in immediate telephone contact with his family. Indeed, that would be the most effective way to respond to a family's request for contact with a loved one that has been repeatedly refused by city officials.

In fact, referral of this matter by the attorney general to anyone else would be "passing the buck" and a clear signal to dispose of it through routine procedures, in effect, to ignore the family's requests and to invent excuses for not cooperating with the family, to write false reports about the child, and to stir up complaints against the child’s family and possibly murder the child to destroy incriminating evidence.

It is likely that the attorney general referred the family's requests to the prosecuting attorney for Antwerp. That can be considered standard routine procedure, but it would be inappropriate in this particularly urgent and long-neglected matter.

The prosecuting attorney, or his secretary, would refer the family's letters to an assistant prosecuting attorney in his office.

The assistant prosecuting attorney would have three options:

(1) Order the police to put the child in immediate telephone contact with his family;

(2) Refer the requests to a judge of instruction who, in turn, would

(a) Order the city police to find the child and put him in direct contact with his family or

(b) Refer the matter back to the prosecutor;

(3) Refer the requests to assistant prosecuting attorneys in the juvenile court.

Referral of the urgent requests to assistant prosecuting attorneys in the juvenile court would be a further signal to ignore the requests and, also, to cover up the matter.

The assistant prosecuting attorneys in the juvenile court could follow one of three routines:

(1) Refer the requests to the juvenile division of the city police.

The chief of the juvenile division, Sonja DeBrynt, would refer the requests to social workers with the juvenile division of the city police who would contact local city school employees and ask for information about the child and then report back to the chief of the juvenile division who would report back to the assistant prosecuting attorney at the juvenile court.

(2) Refer the letters to the Provincial Department of Social Services where social workers would contact school employees and request information about the child and report back to the assistant prosecutor.

Social workers and directors of the Provincial Department of Social Services have long been notorious for erratic and immature behavior, violent public displays of anger, utter lack of common decent manners, general dishonesty and unreliability. Some have been reported to have close links to pedophile, prostitution and child trafficking rings.

(3) Refer the family's requests to social workers in the juvenile court. The social workers would go to the school and visit the child’s living quarters and then report directly to a judge in the juvenile court with a recommendation to put the child in telephone contact with his family.

The attorney general, Dekkers, might have requested written reports from policemen and/or social workers that would excuse her intransigence.

It is possible also that Dekkers has conflicts of interests in this matter and that she herself could be complicit in the kidnapping and trafficking of Oliver Chanyut and in fraud committed by the kidnappers, traffickers and corrupt officials.

It is possible also that Dekkers, to cover cronies, is ignoring the matter in the hope of taking advantage of statutes of limitation. Earlier, many court officials seemed to believe that by blocking any court decision in this case they would prevent the family from complaining to the European Court of Human Rights which will not accept complaints without a court decision in the state concerned within the previous six months.

Website: http://thanomchokjanphen.tripod.com

03-09-09

Libération de Marcel Vervloesem: International Police Association


Mobilisation de L’IPA pour la libération de Marcel VERVLOESEM

Mardi, septembre 1, 2009
By B-C Verdi

IPAMessieurs,

De nombreux membres de l’IPA, International Police Association, protestent vivement des traitements réservés à Mr Marcel VERVLOESEM, qui comme beaucoup d’entre nous, a été calomnié et condamné en dépit des dispositions fondamentales du droit international, suite à nos rapports sur le crime organisé ou la corruption.

Mr VERVLOESEM a apporté à nos collègues belges et hollandais lesdits « CD-ROMS de ZANDVOORT » en 1998, où se trouvent 93 081 photos d’enfants abusés, selon nos collègues d’Interpol. Il a été incarcéré en dépit de la reconnaissance par le Conseil Supérieur de la Justice Belge, de deux fautes de procédure et d’un état de santé qui le présumait dans l’impossibilité de pouvoir survivre à la prison.

Nous estimons que les conditions de détention de notre ami enquêteur et « Policier d’Honneur » sont inacceptables :

Il a été privé de soins de santé élémentaires, engendrant cinq opérations majeures in extremis, dont l’amputation d’une gangrène, et est privé de traitement à un cancer métastasé. Il est exposé au mépris du public avec des menottes, bien  que reconnu sans risque d’évasion. La présence de gardiens durant les consultations de médecins lui est imposée, d’où violation du secret médical. Il est privé de congés pénitentiaires, avec mention des publications sur le réseau qu’il a dénoncé, mais dont il n’est pas l’auteur.

Nous attendons la libération de Mr VERVLOESEM, selon la loi belge qui prévoit qu’un prisonnier est libérable au tiers de sa peine, déduit du double de la période de détention préventive, soit le 5 octobre 2009.  Cette mesure a été accordée à un criminel condamné et exposé par Mr VERVLOESEM dans son PV: n°8.220/01 – 03.04.2001 – T.3620/96 : Michel NIHOUL, complice de Marc DUTROUX !

Bien placés pour connaître les traitements réservés à ceux qui exposent les réseaux, nous apportons tout notre soutien à ce prisonnier, qui partage les valeurs d’honneur et de courage qui qualifient notre corporation.

Patrice VERDI
Police municipale – matricule n° 096632
06400 CANNES
FRANCE

http://reseaux-francais.droitfondamental.eu/wordpress/?p=...


Après ce message, le website de Monsieur Patrice Verdi a été piraté.
La France est touchée par le réseau Zandvoort mais, comme la Belgique, elle étouffe l'affaire.

01-09-09

Abus sexuels: Lettre à Marcel Vervloesem

 

chezMarcel-pospital 006Expéditeur : MANGIONE Martine
Destinataire : Monsieur Marcel VERVLOESEM
C/O : GEVANGENIS TURNHOUT
WEZENSTRAAT, 1
2300 TURNHOUT Belgique

Cher Marcel,

Je tiens à vous exprimer publiquement mon soutien entier et total dansvotre lutte qui honore toutes les femmes et tous les hommes et votreinnocence doit être reconnue tout de suite !

Vous avez donné votre vie entière et votre santé pour la seule chose quivaille la peine qu’on lutte dans ce monde: la protection pour un enfantet une chance supplémentaire pour lui de ne pas croiser un jour sur sonchemin des prédateurs qui abiment son corps et son âme à tout jamais.

Je me bats et me battrais à vos côtés et aux côtés de tous ceux quisouffrent pour faire éclater la vérité. S’il vous assassine ou s’il vousgarde emprisonné malgré votre état de santé ils ne feront que décuplernotre détermination à les combattre. Pour un qu’ils tenterontd’anéantir, dix se lèveront contre eux et s’ils tentent d’anéantir cesdix, alors cent se lèveront.

Tous ceux qui se taisent et rendent des jugements injustes, couvrenthonteusement des crimes contre l’humanité, il est donc temps qu’ilsrendent la liberté aux innocents, reconnaissent l’existence devéritables réseaux organisés, fassent libérer ces enfants et punissentTOUS les coupables sévèrement

Certains se croient intouchables car ils occupent des postes hautsplacés et pensent que rien ne peut les atteindre mais ils se trompent.Ils s’enivrent de cette pseudo-puissance mais en vérité ils ne sont quedes impuissants pour avoir besoin d’asservir des corps de bébés etd’enfants…

Leur heure a sonné car c’est une chose que de s’en prendre à des enfantssans défense, s’en est une autre que de s’en prendre à des personnesdéterminées comme nous le sommes.

Ils peuvent commettre leurs crimes qui rapportent la somme de 10milliards $ (8 milliards €) selon les chiffres UNICEF lors du troisièmecongrès mondial des ONG au Brésil en 2008, grâce à l’inertie coupabledes gouvernements du monde y compris de l’Union Européenne.

Cessons de croire à cette hypocrisie qui consiste à multiplier les déclarations officielles et les textes législatifs de protection des enfants contre les abus sexuels alors qu’il n’y a aucune volonté politique ni action sérieuse pour arrêter les responsables à grande échelle c’est-à-dire les commanditaires des enlèvements d’enfants, les « consommateurs » qui s’en servent car enfin allons nous voir la réalité en face:

Ces photos et vidéos ne sont pas des enfants virtuels. Derrière chacune d’elle il y a un enfant qui a été enlevé, vendu, torturé, violé et souvent tué en direct pour en faire des « snuffs movies » qui s’achètent à des prix que seuls quelques uns parmi les plus riches peuvent se payer.

C’est parce que vous vous êtes retrouvé face à cela Marcel que vous avez été sali, tourmenté, ruiné, et que vous êtes en prison aujourd’hui après un procès grotesque qui vous a condamné en dépit de fautes de procédure énormes, et d’un déni de droit absolu.

Mais nous sommes chaque jour plus nombreux car s’il y a une chose que les gens haïssent au plus haut point ce sont les lâches qui s’attaquent aux enfants et ceux qui les protègent !

Allez Marcel ne doutez pas que nous œuvrons chaque jour avec vous et pour ces enfants qui attendent que la Lumière de la liberté éclaire enfin leurs cachettes où des criminels les enferment pour les abuser.

Je vous envoie toutes mes pensées positives cher Marcel et je suis fière de lutter à vos côtés !

A bientôt de vous voir

Martine MANGIONE

http://justice-medecine.blog.droitfondamental.eu/wordpress/

Contact et droit de réponse: werkgroep@morkhoven.org, werkgroepmorkhoven@gmail.com


- Website Morkhoven (anglais, français, italien, néerlandais)
- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental (français, anglais, italien)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Prisons belges - tortures
- Prisonniers belges en Hollande
- Prisonniers de Guantanamo - Karel De Gucht et Hillary Clinton
- Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU: La Belgique
- surpopulation carcérale
- prisonniers malades
- prisonniers malades: Loi Dupont
- Droits des prisonniers - l'Ombudsman européen
- prisonniers malades: La Convention européenne des Droits de l'Homme

- Réseaux pédocriminels: Zandvoort
- Réseau pédocriminel de Zandvoort: question parlementaire
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 1 (français, soustitres néerlandais)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 2 (français, soustitres néerlandais)
- Video 'SOS Marcel LIBRE'
- Video 'Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance'


12-08-09

Violation des droits de l'homme dans les prisons belges: Députés Européens

 

declerck.286380

Madame, Monsieur le Député Européen,

L'association Werkgroep Morkhoven et moi-même vous avons interpellé à la mi-juillet 2009, au sujet de l'état de santé très grave de Marcel Vervloesem, détenu à la prison de Turnhout en Belgique. Nous vous demandions de bien vouloir intervenir auprès des autorités belges afin de vous assurer qu'il puisse bénéficier des soins de santé auquel tout
être humain a droit.

Actuellement, Marcel Vervloesem ne reçoit toujours pas de soins à son triple cancer. J'ai pu constater, lors de ma visite à la prison, qu’il présente des œdèmes des membres inférieurs et une coloration jaune de la peau, présumant d'une évolution de ce cancer non traité. Il est aussi porteur d'une pathologie cardiaque, d'un diabète insulinodépendant et d'une insuffisance rénale, (ses reins ne fonctionnant plus qu'à 50% d'après ce qu'on lui a dit). Il a besoin d’un bilan médical complet et d'un traitement de toute urgence.

Stefaan De Clerck, ministre de la justice, a fait transférer Marcel Vervloesem à la prison de Turnhout pour lui octroyer des conditions de
détention « plus humaines ». Le PSD (service psychosocial des prisons flamandes) sous la tutelle de ce ministre, a pour mission de donner un
avis sur l’opportunité des congés pénitentiaires et des libérations conditionnelles sous surveillance  électronique pour raison de santé. Le règlement l’oblige, en cas de transfert d’un prisonnier, à communiquer son dossier à leurs confrères de la prison où il est transféré.

Le PSD de Bruges n’a pas encore, en six semaines, communiqué au PSD de Turnhout le rapport psycho social de Marcel Vervloesem. La violation du
règlement empêche que le service ad hoc émette un avis, ce qui lui permettrait d'aller consulter un médecin à l'extérieur. Trois semaines de manœuvre dilatoires supplémentaires feraient atteindre la
date butoir, avec pour effet de reporter de six mois, un accès à des soins de santé urgents.

Le Ministre De Clerck ne répond pas au courrier qui lui est envoyé pour sauver ce que peut de l’état de santé de Marcel Vervloesem. Le Président du Werkgroep Morkhoven a écrit à tous les membres du parlement belge ainsi qu'au médiateur fédéral, mais en vain. Personne ne répond.

En désespoir de cause, nous faisons appel encore une fois à votre intervention, pour le respect des lois européennes en Europe.
Nous vous prions de bien vouloir insister auprès du  s'assure que  ses services respectent ses propres règlements, et  fasse envoyer d’urgence le dossier de Mr Vervloesem au PSD de la prison de Turnhout.

En vous remerciant d’avance de bien vouloir considérer le droit à la vie d’un prisonnier, nous vous prison d’agréer l’expression de toute notre
considération.


Martine Mangione,

Professionnelle de la santé et Collaboratrice
Fondation Princesses de Croÿ et Massimo Lancellotti
Werkgroep Morkhoven asbl/vzw


Les correspondances ou réponses sont à envoyer à Jacqueline de Croÿ Vice-présidente du WERKGROEP MORKHOVEN à l'adresse suivante:
werkgroep.morkhoven@droitfondamental.eu


- Website Morkhoven (anglais, français, italien, néerlandais)
- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental (français, anglais, italien)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Prisons belges - tortures
- Prisonniers belges en Hollande
- Prisonniers de Guantanamo - Karel De Gucht et Hillary Clinton
- Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU: La Belgique
- surpopulation carcérale
- prisonniers malades
- prisonniers malades: Loi Dupont
- Droits des prisonniers - l'Ombudsman européen
- prisonniers malades: La Convention européenne des Droits de l'Homme

- Réseaux pédocriminels: Zandvoort
- Réseau pédocriminel de Zandvoort: question parlementaire
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 1 (français, soustitres néerlandais)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 2 (français, soustitres néerlandais)
- Video 'SOS Marcel LIBRE'
- Video 'Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance'

Photo:
Le Ministre de la Justice belge Stefaan De Clerck (Chrétiens Democrates flamands)

24-07-09

Réseaux pédocriminels: Président du Werkgroep Morkhoven à l'hôpital

 

jan hopital 011

24.7.2009

A Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven

Cher Jan,

Très désolé d'apprendre la crise que tu viens de souffrir.
Toutes ces monstruosités commises sur des enfants avec de surcroit la couverture de ces horreurs par des officiels ont de quoi rendre malade les honnêtes gens, Marcel a été particulierement atteint, on le serait a moins.
Un tel degré de dégradation humaine et se produisant avec l'implication de personnages du plus haut niveau est probablement sans precédent dans l'histoire de la Belgique (et de la France !), pourriture qui peut croitre puisqu'aucun détenteur de pouvoir ne veut vraiment s'y opposer, que ce soit de l'interieur ou de l'exterieur du pays.

Je reste convaincu que ceux qui commettent ces atrocités sur enfants, ces corruptions, mensonges et traffics en tous genres auront un jour a payer personnellement pour leurs crimes, a quelque niveau qu'ils se trouvent. Personne n'échappe a la justice naturelle qui est supérieure a la justice humaine car sans faille et sans bureaucratie: ceux qui ont rendu malade autrui par leurs mauvaises actions a leur tour avec le temps subiront de justes consequences et aucun pouvoir humain ne pourra les en protéger.

Je te souhaite de tout mon coeur de te retablir bien vite

Filip M.


- Website Morkhoven (anglais, français, italien, néerlandais)
- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental (français, anglais, italien)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Prisons belges - tortures
- Prisonniers belges en Hollande
- Prisonniers de Guantanamo - Karel De Gucht et Hillary Clinton
- Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU: La Belgique
- surpopulation carcérale
- prisonniers malades
- prisonniers malades: Loi Dupont
- Droits des prisonniers - l'Ombudsman européen
- prisonniers malades: La Convention européenne des Droits de l'Homme

- Réseaux pédocriminels: Zandvoort
- Réseau pédocriminel de Zandvoort: question parlementaire
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 1 (français, soustitres néerlandais)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 2 (français, soustitres néerlandais)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV - Dailymotion (français)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV (français, soustitres italiens)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV (français, soustitres anglais)
- Video 'SOS Marcel LIBRE'
- Video 'Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance'

Photos:
- Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven, qui a été hospitalisé du 10 à 21.7.2009. Ses problèmes médicals étaient liés au stress de l'enfermement inhumain de Marcel Vervloesem, enquêteur et porte-parole de l'association, à la prison de Bruges.
- Michael Jackson, faussement accusé de pédophilie et poursuivi par la presse.

05-07-09

Soutien à Maria-Pia Maoloni, maman de Fiona et Milla


Maria.gioia di gruppo 2.261x196Le Werkgroep Morkhoven rappelle que c'est un droit fondamental des parents de voir leurs enfants

BONSOIR,

Je vous transmets un modèle de lettre que vous pourriez envoyer aux différentes institutions belges et internationales afin de les solliciter à répondre sur la situation dramatique de mes enfants et les raisons pour lesquelles mes enfants et moi-même restons sans contact depuis plus de DEUX ANS; ceci à l'encontre des conventions internationales des droits de l'Homme et de l'Enfant.

Cela serait important que vous puissiez, en tant que citoyen, écrire à ces institutions et de leur demander de s'expliquer sur cette scandaleuse injustice qui perdure depuis des années et qui semble ne déranger personne dans les hautes sphères de ce pays, qui se dit "Etat de droit".

Pourriez-vous m'envoyer, sur cette adresse email (mariapia@live.fr) la copie de votre lettre en mentionnant les institutions à qui vous l'avez adressée (et les adresses emails correspondantes)?

Ci-dessous, je vous transmets le modèle de lettre à envoyer ainsi que les adresses des différentes institutions.

L'union fait la force, dit-on! Si chacun d'entre nous réunissait son énergie pour lutter contre la violence sur nos enfants, mes petites filles ne seraient pas actuellement violentées devant l'indifférence des autorités et des institutions belges. Le silence est COMPLICE des actes criminels infligés sur mes enfants. Je vous remercie infiniment pour vos démarches qui représentent, à mes yeux, l'espoir que des valeurs d'humanité et de respect pour la vie existent encore chez certaines personnes qui ont le courage de les défendre.

Au nom de Fiona et Milla, je vous remercie infiniment,

MAOLONI Maria-Pia,
Maman de Fiona et Milla

"sauver un enfant, c'est sauver l'humanité entière"


MODELE DE LETTRE A ENVOYER:

J'ai pris connaissance de l'histoire de Mme Maria-Pia MAOL0NI et de ses petites filles Fiona et Milla ANTONINI sur Internet.

Je suis stupéfaite d'apprendre que ces 2 petites filles enlevées en Italie, sont, à ce jour, séquestrées en Belgique par leur famille paternelle, suspectée d’abus sexuels sur celles-ci.

Leur maman, Maria Pia MAOLONI, n'a plus de nouvelles depuis plus de 900 jours.

De plus, la famille maternelle qui réside en Belgique ne peut avoir contact avec Fiona et Milla.

Je dois vous dire que j'ai du mal à comprendre pourquoi Fiona et Milla sont aussi bien privées de contact avec leur maman et avec leur famille maternelle depuis autant de temps.

J'ose espérer que vous pourrez m'éclairer sur la question.

Cordialement.


ADRESSES A ENVOYER :

Direction générale de la Législation et des Libertés et Droits fondamentaux,
Autorité centrale d’Entraide judiciaire internationale en matière civile
Boulevard de Waterloo 115
B- 1000 BRUXELLES
Numéro de téléphone/ telephone number : + 32 (2) 542 67 00
Numéro de télécopie/telefax number : + 32 (2) 542 70 06
e-mail : rapt-parental@just.fgov.be
kinderontvoering@just.fgov.be

Cour Pénale Internationale - Les communications et les plaintes conformément à l’article 15 du Statut de Rome peuvent être envoyées à:
Unité des informations et des éléments de preuve
Bureau du Procureur
Boîte Postale 19519
2500 CM, La Haye
Pays-Bas
ou par courriel à: otp.informationdesk@icc-cpi.int
ou par télécopie au: +31 70 515 8555

AJE, Association des journalistes européens - Section française
=> envoi d'un article de presse
37, rue de la Crête
59650 Villeneuve d'Ascq
Tél. : 06 09 12 11 16 - Mél. : contact@ajefrance.com

Jacques Barrot
Vice-président de la Commission européenne
Responsable pour Justice, Liberté et Sécurité
=> Formulaire en ligne rempli
jacques.barrot@ec.europa.eu

Monsieur Bensaida, directeur du SPJ et de l'aide à la jeunesse de Mons: taoufik.bensaida@cfwb.be

La commission deontologique du service de protection de la jeunesse : laetitia.lambot@cfwb.be

OMBUDSMAN EUROPEEN : eo@ombudsman.europa.eu

PRI@dekamer.be

CONSEIL SUPERIEUR DE LA JUSTICE BELGE : Info@csj.be

SERVICE DE PROTECTION JUDICIAIRE DE MONS : spj.mons@cfwb.be

La Ligue des droits de l'Homme
Chaussée d'Alsemberg, 303
1190 Bruxelles (Belgique)
Tél : (32) 2.209.62.80
Fax : (32) 2.209.63.80
E-mail : ldh@liguedh.be

Direction
Dominique ROZENBERG
Emmanuelle DELPLACE
Tel: 02/209.62.85
drozenberg@liguedh.be

RAPPORTEUR DU RESPECT DES DROITS DE L’ENFANT CONTRE L’EXPLOITATION SEXUELLE ET LA PEDO-CRIMINALITE:
JUAN MIGUEL PETIT
urgent-action@ohchr.org
tb-petitions@ohchr.org
1503@ohchr.org

Le médiateur du Parlement européen pour les enfants victimes d'enlèvement parental transfrontalier:
Evelyne GEBHARDT, MEP
c/o Magdalena KLEIM
ASP 05G302
Rue Wiertz
B-1047 Brussels, Belgium
Email: MediationChildAbduct@europarl.europa.eu
Fax: 0032 2 283 2042

LE PARLEMENT EUROPEEN:
Hans-Gert Pöttering
Président du Parlement européen
rue Wiertz 60
Wiertzstraat 60
B-1047 Bruxelles
B-1047 Brussel (Belgique)
+32 / (0)2 284 20 05
+32 / (0)2 230 75 55
epbrussels@europarl.europa.eu

CHILD FOCUS
site@childfocus.org
abuse@provider.be
secretariat@missingchildreneurope.eu
BELGIQUE/BELGIUM

Roseline DEMOUSTIER
Directeur Général, Service Public Fédéral Justice, Ministère de la Justice, Boulevard de Waterloo 115, B-1000
roseline.demoustier@just.fgov.be

Jean GAUTIER
Conseiller Général, Direction Générale des Affaires Consulaires, Ministère des Affaires Etrangères, Rue des Petits Carmes 15, B-1000 BRUXELLES
Tel. +32 2 501 87 67, Fax: +32 2 513 55 47, E-mail: jean.gautier@diplobel.fed.be

ITALIE/ITALY
Francesco CRISAFULLI
Magistrat, Attaché juridique R.P. - Co-agent à la Cour européenne des Droits de l’Homme, Représentation Permanente de l’Italie auprès du Conseil de l’Europe, 3 rue Schubert, 67000 STRASBOURG
Tel. +33 (0)3 88 60 82 11, Fax : +33 (0)3 88 60 65 64
E-mail: francesco.crisafulli@esteri.it

ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE/PARLIAMENTARY ASSEMBLY
Commission des questions juridiques et des droits de l'homme de l'Assemblée/Committee on Legal Affairs and Human Rights of the Assembly
Andrew DRZEMCZEWSKI
Head of Secretariat, Committee on Legal Affairs and Human Rights, Parliamentary Assembly on Legal Affairs, Room 6001, Palais de l’Europe, STRASBOURG
Tel. +33 (0)3 88 41 23 26, Fax: + 33 (0)3 88 41 27 02
E-mail: Andrew.DRZEMCZEWSKI@coe.int

CONSEIL DES BARREAUX EUROPEENS/COUNCIL OF THE BARS AND LAW SOCIETIES OFEUROPE

SECRETARIAT (CDCJ E-mail: cdcj@coe.int)
RUE EMILE CLAUS / EMILE CLAUSSTRAAT,28
WebSite: www.consbruxelles.esteri.it/consolato_bruxelles
ITALIE

Ambassade de la République italienne
1050 IXELLES
ambbruxelles@esteri.it

04-07-09

Réseaux pédocriminels - Zandvoort: Archives

 

wanted.marc
Réseaux pédophiles : 90.000 enfants concernés et personne ne s’en souvient ! (partie 1)

C’est l’histoire du plus grand réseau de pédophilie jamais démantelé (90.081 enfants concernés selon Interpol), et ce essentiellement à l’initiative d’une petite association belge sans but lucratif qui étudie les problèmes de maltraitance et de disparitions d’enfants. L’asbl Morkhoven est active depuis la fin des années 80, elle tire son nom du village où habite son président, Monsieur Marcel Vervloesem, elle fût mise sous les feux de la rampe en juillet 1998 lorsqu’elle divulgua aux autorités des supports informatiques et des cassettes vidéo possédant un contenu à caractère pédophile.

Ces documents à caractère pédophile proviennent d’un appartement de Zandvoort, sur la côte hollandaise, à partir duquel les images étaient vendues sur internet.[1] Les personnes impliquées sont de diverses nationalités, le réseau pédophile était actif dans plusieurs pays rendant le dossier relativement complexe.

La RTBF, télévision publique belge, diffuse un long reportage retraçant cette affaire le 09/09/1998 dans l’émission « Faits Divers ». Il est actuellement disponible sur dailymotion. Cet article est principalement basé sur les informations contenues dans ce reportage ainsi que sur la plainte déposée le 04/03/2001 par l’asbl Morkhoven au Procureur du Roi de Neufchâteau (Belgique).

Voici les éléments importants de cette affaire présentés de manière chronologique.

Fin 1991 - début 1992 : Le film amateur « Madeira » est projeté à plusieurs reprises, au café « Monty » situé à Temse (Belgique), à titre de « catalogue de voyage » de l’île de Madère et des « facilités » qu’elle propose. Son contenu est à caractère pédophile. Ce café ainsi qu’un autre café de Temse (le « Gayati ») étaient notamment fréquentés par des pédophiles dont certains organisent des voyages en hollande avec des jeunes garçons marginaux ou issus de familles défavorisées.

29/01/1992 : L’asbl Morkhoven, suite à des liens avec des enquêtes précédentes, a découvert cette situation inquiétante et envoie au ministre belge de la justice du matériel de pornographie enfantine lié au réseau de Temse.

Peu de temps plus tard, se sentant découvert, des personnes gravitant autour des 2 cafés portent plusieurs fois plainte pour chantage, diffamation et escroquerie contre Marcel Verloesem, le président de l’asbl.

18/09/1992 : Suite à une intervention de la police hollandaise dans un appartement de Waalre (non loin d’Eindhoven), le bureau d’Interpol de La Haye adresse à celui de Lisbonne une liste des 4 adultes qui se trouvaient dans l’appartement. Ces adultes ont été surpris en compagnie de 2 jeunes adolescents à demi-drogués et complètement nus. Ils étaient en possession de photos à caractère pédophile (contenant des enfants portugais) et étaient en train de regarder des films pornographiques amateurs.

Dans l’un d’entre-eux, on pouvait observer sur une plage du Portugal l’un des adultes présent dans l’appartement, à savoir le belge Robbie Van Der Plancken. Etant né le 07/09/74, il était encore forcément mineur au moment du tournage. En sus de Robbie, on retrouvait également sur cette liste Lothar Glandorf (allemand né en 60), Norbert De Ryck (belge né en 49 et domicilié à Temse) ainsi qu’un hollandais domicilié à Waalre. Lors de son audition, Lothar Glandorf admet connaître Norbert De Ryck et avoir déjà rencontré chez lui un anglais, un certain Warwick Spinks.

92 & 93 : Les autorités « compétentes » sont donc en possession de preuves solides et pourtant l’affaire n’évolue pas. La presse est également muette.

24/07/93 : Le petit Manuel Schadwald de Berlin disparaît à l’âge de 12 ans.

Une année plus tard, un groupement d’aide social enregistre un coup de fil anonyme dans lequel l’interlocuteur déclare détenir des preuves attestant que le petit Manuel est mort à Amsterdam et que l’homme qui porte sa mort sur sa conscience se trouve régulièrement à la gare en fin de matinée. Il ne connait pas son nom mais donne une brève description de cet homme qui se promènerait presque toujours avec sa clé de voiture en main.

19/09/94 : Manuel est vu, selon des observateurs travaillant pour la police de Rotterdam, en compagnie de Lothar Glandorf rentrant tous deux dans un bar.

Fin 1994 : Suite à une collaboration avec la police allemande, la police de Rotterdam démantèle un réseau de prostitution enfantine et parvient à soustraire une série de jeunes garçons sans pour autant mettre la main sur le petit Manuel.
Deux bars sont fermés par la police, l’un des propriétaires n’est autre que Lothar Glandorf et il sera condamné en octobre 1995 à une peine de 6 ans de prison pour traite d’êtres humains, débauche de mineurs de moins de 16 ans et occupation de garçons de - de 18 ans dans un bordel. Plusieurs de leurs clients, dont un français, un anglais et deux américains, furent également condamné à des peines de prison.

Mai 1995 : Le président d’Interpol et chef de la police suédoise, Bjorn Eriksson, déclare lors d’une conférence qu’il y aurait, en Europe, 30.000 pédophiles liés aux réseaux et à la publication de pornographie enfantine. (source)

05/10/1996 : Un certain Dirk, l’une des personnes qui avait porté plainte contre Marcel Verloesem, déclare à la TV hollandaise NOVA ainsi que dans la presse écrite que sa plainte avait été déposée afin de monter un dossier de toutes pièces parce que « Verloesem allait trop loin ».

08/04/1997 : Une émission appelée « Boy Business » est diffusée en Angleterre.
Un ancien compagnon de Warwick Spinks, nommé Edward, fait des révélations terribles sur ce milieu qu’il a définitivement quitté. Il parle en effet de snuff movie ! Il affirme avoir vu 5 cassettes vidéo où des enfants sont soumis à des abus sexuels, puis mis à mort devant la caméra. Il implique Warwick dans ces meurtres. Dans l’une des vidéos, il dit notamment avoir vu un enfant mourir étouffé par les parties génitales de son abuseur. La scène se déroule sur un bateau et le décès a provoqué une véritable panique parmi les adultes.

Juin 1997 : Warwick Spinks qui était emprisonné depuis 1994 pour cause d’enlèvement, de prise de photos indécentes et d’agression sexuelle grave d’un garçon de 14 ans, est libéré de manière anticipée. Scotland Yard et la police hollandaise se disent choqués par cette libération.

Courant 97 : Marcel Verloesem est condamné dans le cadre de la plainte de Dirk au tribunal de 1ère instance (il fera évidemment appel à ce jugement) . Il fera l’objet d’une détention de 15 jours suite à cette condamnation et c’est celle-ci qui permit d’ouvrir la boîte de pandore. En effet, il put prendre connaissance de son dossier dans lequel figurait également toutes les pièces concernant le réseau de Temse.

Il s’empressa dès lors de recopier l’intégralité de ce dossier dont notamment le procès verbal du dépôt au greffe du tribunal de Dendermonde le 02/12/1992 :-d’agendas dont l’un ayant appartenu à Norbert De Ryck contenant des adresses à Madère.
-de 27 cassettes vidéo dont l’une intitulée « Madeira » comportant la mention « enfants violés ».
Dans ce dossier, il figurait également une photo d’un homme comportant la mention « n’a pas été identifié ». Cette photo était extraite de la vidéo « Madeira ».

Octobre 1997 : L’asbl se met alors en quête de cet homme en plaçant la photo sur une affiche d’avis de recherche. Ils parviennent de cette manière à retrouver l’individu, un certain Robert Vander Naaten (hollandais), qui accepte un rendez-vous avec Marcel Vervloesem. Très inquiet de se savoir découvert, il déclare n’avoir jamais rien fait avec des enfants et il est prêt à charger ses complices dont De Ryck. Pour cela, il remet à Marcel Vervloesem plusieurs cassettes dont « Madeira ».

Marcel Vervloesem fera alors le voyage au Portugal pour remettre un copie des cassettes vidéo qu’il possède, en présence de caméras, dans les mains de la police de Funchal.

05/11/1997 : La députée flamande Nelly Maes relaye publiquement des éléments du dossier, lesquels feront plusieurs titres dans la presse belge du lendemain.

07/11/1997 : Le ministre de la justice belge (de l’époque mais aussi l’actuel), Stefaan De Clerck, déclare dans le journal Het Volk qu’il n’y a pas de réseau de pornographie enfantine à Temse.

Novembre 1997 : Un reportage de 2 journalistes-correspondants portugais basés à Bruxelles est diffusé sur une chaîne portugaise, il montre des extraits de la cassette « Madeira » et c’est ce qui « permettra » véritablement aux autorités judiciaires des différents pays de réagir.

Grâce aux informations transmises par l’asbl Morkhoven, le procureur général de Funchal lance alors un mandat d’arrêt international contre tous les acteurs identifiés sur les cassettes. Plusieurs personnes sont arrêtées parmi lesquelles se trouve le hollandais Robert Vander Naaten (celui qui a donné les cassettes à Vervloesem) et Norbert De Ryck (le belge de Temse). Ils seront respectivement condamnés à 2 et 8 années de prison. Le jeune belge Robbie Van Der Plancken, qui faisait pourtant partie de la liste d’Interpol en 92, n’est pas inquiété.

1998 : Marcel Vervloesem rentre en contact avec les parents de Robbie Van Der Plancken. Ces derniers lui permettent de téléphoner à Robbie. Marcel Vervloesem lui pose alors des questions pertinentes sur la disparition de Manuel Schadwald, ce qui inquiéta fortement Robbie.

En réutilisant donc la même méthode qui lui avait permis de déjouer le « réseau Temse-Madeira » quelques mois plus tôt, Marcel Vervloesem obtiendra plusieurs rendez-vous avec Robbie Van Der Plancken en mai et juin 98. Il parviendra même à convaincre Robbie d’être accompagné, le 4 juin, par les caméras de l’équipe de télévision belge « Faits Divers ». (à partir de la 5ème minute du lien)

04/06/1998 : La rencontre a lieu en plein centre d’Amsterdam, sur la terrasse d’un café. Les éléments importants de cet entretien sont le fait que Robbie déclare :
1° avoir rencontré Manuel Schadwald accompagné de Lothar Glandorf en 1993, à savoir l’année de sa disparition. Il est persuadé que Glandorf est la personne décrite dans le coup de fil anonyme de 94 grâce à l’indice de la clé de voiture perpétuellement en main. Robbie prétend que Manuel Schadwald est toujours en vie, contrairement à ce que racontent les récits des milieux pédophiles.
2° que le business de la prostitution enfantine et des cassettes pédophiles lui permettait de gagner facilement 7.500 à 10.000 € mensuellement.[2]3° que la vente d’une cassette vidéo, suivant les moyens financiers du client, pouvait se négocier jusqu’à plus de 25.000 € si celle-ci avait été réalisée à la demande du client.[2]

A l’issue de l’interview, lorsque les caméras sont rangées, le compagnon de Robbie les rejoint, il se nomme Gerrit Ulrich, il est âgé de 49 ans et est à la tête d’une société informatique nommée « Cube Hardware ». Ils boivent un verre ensemble et à l’insu de Robbie, Ulrich s’adresse à Marcel Vervloesem et lui donne un rendez-vous. Ulrich se sent en effet très mal à l’aise depuis qu’il sait qu’un lien a été fait entre Manuel Schadwald et son compagnon. De plus, il sait que peu de temps avant cette interview, Robbie a été interrogé pendant plusieurs heures par la police d’Amsterdam.

11/06/1998 : Le rendez-vous se déroule à l’appartement d’Ulrich, situé à Zanvoort sur la côte hollandaise. Via 6 ordinateurs, cet appartement diffuse sur internet [1] des photos à caractère pédophile.

Ulrich tente de prouver que son compagnon Robbie est plus une victime qu’un acteur et pour se faire, il fournit en main propre un disque JAZ (1 giga) à Marcel Vervloesem, ce matériel constituant une fraction de l’ensemble des photos diffusées sur le net. Parmi ces 8.000 photos, des bébés se font violer par des sexes adultes.

Les paiements pour accéder aux images se faisaient directement sur le compte bancaire d’Ulrich avec en communication le nom de code du site : « Apollo ». Ce nom était également le nom d’un voilier de luxe, propriété d’un homme d’affaire néerlandais (Léo V.G.), grâce auquel Robbie et Ulrich organisaient des croisières « particulières ». Des photos d’abus sexuels d’enfants perpétrés sur ce bateau ont été prises et figurent dans le matériel fourni à Marcel Vervloesem.

Durant cette même journée, Marcel Vervloesem prendra contact avec la gendarmerie d’Alost pour les informer de l’existence de ce matériel.

Quelques jours plus tard, de Lyon, Ulrich reprend contact par téléphone auprès de Marcel Vervloesem pour lui révéler où se trouvait une planque dans laquelle il cachait du contenu à caractère pédophile. Après quoi, il quitte précipitamment l’appartement où il se trouve pour prendre la fuite en Italie.

19/06/1998 : Marcel Vervloesem apprend le décès d’Ulrich et décide de prendre contact avec la famille du défunt chez laquelle se situe sa planque secrète. La belle-soeur d’Ulrich retrouvera alors sous un plancher du matériel de pornographie enfantine (cassettes vidéo et disquettes) ainsi que des vêtements pour bébés ! Ce matériel fut ensuite saisi par la police de Zandvoort.

Quelques jours plus tard, Robbie Van Der Plancken est arrêté en Italie et sera condamné d’une peine de 15 ans de prison pour le meurtre de son compagnon Gerrit Ulrich.

La justice hollandaise demandera plus tard l’extradiction de Robbie Van Der Plancken pour les chefs d’inculpation suivants :
-pour avoir du 01/08/1997 au 19/06/1998 diffusé des images pornographiques de mineurs via internet montrant l’acte sexuel complet entre adultes et mineurs
-pour avoir de surcroît produit semblables images et en avoir assuré le suivi.
-pour avoir enlevé le mineur Manuel Schadwald d’Allemagne vers les Pays-bas le 24/08/1993. (rappel le petit Manuel avait disparu de Berlin le 24/07/1993)
-pour avoir fait partie d’une organisation criminelle se livrant à de semblables délits.

17/07/1998 : Christian Dufour, Procureur du Roi de Dendermonde, déclare que l’ « affaire Temse-Madeira » et celle de Zandvoort ne sont pas liées, elles ne comportent aucun lien commun. Or l’asbl Morkhoven n’a toujours pas transmis le matériel à cette date. Il était dès lors impossible que le Procureur Dufour se fasse une opinion.

20/07/1998 : Devant les caméras de la chaîne publique belge RTBF, Marcel Vervloesem explique que la justice néerlandaise est en train de prétendre qu’il aurait volé les documents à l’insu de Gerrit Ulrich. Ces documents ne pourraient dès lors pas être utilisés dans des procédures judiciaires, puisque volés.

21/07/1998 : Devant les caméras de la chaîne publique Nederland 2, le matériel est donné aux autorités belges. Vervloesem est également arrêté durant quelques heures à la demande de la justice belge.

Les journalistes sont étonnés d’apprendre qu’un simple citoyen refusait jusqu’à ce jour de remettre du matériel informatique illégal à la police. Marcel Vervloesem explique qu’il lui fallait des garanties, que c’était une réaction normale au vu de ce qui s’était passé depuis 1992.

22/07/1998 : Durant une conférence de presse, Marcel Vervloesem informe qu’il a reçu toutes les garanties de la part du juge d’instruction de Turnhout et que cette affaire sera traitée sérieusement.

28/07/1998 : Le ministre de la justice belge, Stefaan De Clerck, reconnait dans le journal Het Laatste Nieuws l’efficacité du travail de l’asbl Morkhoven et s’adresse à la presse hollandaise en ces termes : « tout le monde savait que ces choses se passent depuis longtemps, mais nous avons fermé les yeux trop longtemps ».

Mi-Août 1998 : La justice belge traite « sérieusement » le dossier : le parquet de Turnhout se dit en vacances tandis que le parquet de Dendermonde répond aux journalistes qu’il ne peut céder le matériel car les enquêteurs belges en ont besoin.

18/08/1998 : Marcel Vervloesem explique que le matériel avait été fournis en double, en prévision d’une enquête en Belgique et aux Pays-Bas, et que donc le parquet de Dendermonde aurait très bien pu fournir une copie à celui de Turnhout ou à la police hollandaise.

24/08/1998 : Devant les caméras de la RTBF, Marcel Vervloesem donne à nouveau les documents mais cette fois à la police hollandaise de Bloemendaal. L’ensemble des données ont été rassemblées sur un cd-rom pour l’occasion.

09/09/1998 : Le reportage « Réseaux Pédophiles » est diffusé dans l’émission « Faits Divers » de la RTBF.

C’est à cette date que nous clôturons ce premier article. Des choses « sérieuses » commenceront dès le lendemain à l’encontre de Marcel Verloesem et ce sujet sera analysé plus en détail prochainement.

Cependant, il y a déjà lieu de se poser une multitude de questions parmi lesquelles :
-Pourquoi les autorités judiciaires ont-elles perdu 5 années dans cette enquête ?
-Pourquoi est-ce essentiellement grâce à une petite asbl que cette affaire a pu éclater ?
-Pourquoi cette histoire n’est pas entrée dans la mémoire collective à l’instar de l’ « affaire Dutroux » ou celle de « Fourniret » ?
-Qu’en est-il de tous ces versements versés sur le compte d’Ulrich avec la mention « Apollo » ?
-Quelles sont les personnes qui peuvent financièrement se permettre d’acheter des documents d’une telle perversité ?

A suivre...

-------------------

[1] Internet était seulement en train d’émerger en 1998, la technologie utilisée par les malfaiteurs était en réalité les serveurs BBS (bulletin board system).

[2] Les déclarations de Robbie Van Der Plancken sont sujettes à caution, il est fort à parier qu’il ait gonflé les chiffres pour se « donner de l’importance ». En effet, on parle plutôt de 5.000$ pour l’acquisition d’un snuff movie dans cet article du Guardian dont l’auteur n’est autre que celui du reportage « Boy Business ».


Auteur de l'article
Marvin G.

Réseaux pédophiles

- Website Morkhoven (anglais, français, italien, néerlandais)
- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental (français, anglais, italien)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Prisons belges - tortures
- Prisonniers belges en Hollande
- Prisonniers de Guantanamo - Karel De Gucht et Hillary Clinton
- Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU: La Belgique
- surpopulation carcérale
- prisonniers malades
- prisonniers malades: Loi Dupont
- Droits des prisonniers - l'Ombudsman européen
- prisonniers malades: La Convention européenne des Droits de l'Homme

- Réseaux pédocriminels: Zandvoort
- Réseau pédocriminel de Zandvoort: question parlementaire
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 1 (français, soustitres néerlandais)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 2 (français, soustitres néerlandais)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV - Dailymotion (français)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV (français, soustitres italiens)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV (français, soustitres anglais)
- Video 'SOS Marcel LIBRE'
- Video 'Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance'

Photo: Marcel Vervloesem

02-07-09

il attivista Marcel Vervloesem alla prigione di Turnhout (Belgio)



July 1, 2009 9:18 PM

Cari Amici,

Marcel è andata in ambulanza alla prigione di Turnhout.
E' più vicino a casa sua,di sua figlia e dei suoi nipotini.

Il suo indirizzo ora è:

Gevangenis Turnhout
tav Marcel Vervloesem
4e sectie - Cel 78
Wezenstraat 1
2300 Turnhout (Belgio)

Le ore di visita non sono quelle di Bruges.
Più informazioni si trovano ora presso la figlia Wendy Vervloesem.
Le persone che avevano diritto alla visita a Bruges, automaticamente hanno il diritto a poter andare a trovarlo nella prigione di Turnhout.

Marcel è trattato bene. Tutti i giorni servizio medico e doccia.

IL servizio psicosociale di (PSD) di Bruges 'ha dimenticato' di dare il suo dossier al PSD di Turnhout.
Il PSD di Turnhout nono sapeva che il suo dossier era presso il Tribunale delle Pene che riesamina il caso tra dieci giorni.
IL ministro della giustizia De Clerck non apre ancora l'inchiesta sui trattamenti subiti da Marcel come aveva promesso tempo fa.
Il DIG (servizio dei casi individuali del ministro della giustizia) non risponde ancora alle domanda di Marcel per i suoi giorni di congedo che non ha mai avuto, domanda del 5.3.09.
Nessuna parola del rapporto che l'assistente sociale del ministero della giustizia riceveva in data 26 maggio 2009 perchè marcel potesse stare presso Jacqueline a Bruxelles per il congedo o la libertà parziale.


clintondeguchtFONTE:

- Gruppo Morkhoven
- Droit Fondamental (I, F, A)
- Le reti pedocriminali: Zandvoort
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (I, A, F, H)
- Le reti pedocriminali - Zandvoort: Video 1 Marcel Vervloesem BFM-TV - http://www.youtube.com/watch?v=-eFnm5Eov8g (F, H)
- Le reti pedocriminali - Zandvoort: Video 2 Marcel Vervloesem BFM-TV - http://www.youtube.com/watch?v=r3nzjJj9GGo (F,H)
- Le reti pedocriminali - Zandvoort: Video Marcel Vervloesem BFM-TV - Dailymotion (F)
- Le reti pedocriminali - Zandvoort: Video 1 Marcel Vervloesem BFM-TV - You Tube (I)
- Le reti pedocriminali - Zandvoort: Video 2 Marcel Vervloesem BFM-TV - You Tube (I)
- Le reti pedocriminali - Zandvoort: Video Marcel Vervloesem BFM-TV - Blog Claudia Vinck
- Video 1-2 La scandalosa detenzione di Marcel Vervloesem: Il Caso Zandvoort
- Video 2-2 La scandalosa detenzione di Marcel Vervloesem: Il Caso Zandvoort
- Le reti pedocriminali - Zandvoort: Indymedia (A)
- Hillary Clinton - De Gucht - Guantanamo (I)
- Consiglio dei diritti umani dell' Onu: Belgio (I)
- Belgio prigione tortura

---------

CONTATTI:

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis (Belgio)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

FOTO:

Il Ministro degli Affar Esteri belga, Karel De Gucht, ha incontrato il Segretario di Stato Americano, Hillary Clinton, nel marzo 2009. Il Belgio siede attualmente insieme agli Stati Uniti al tavolo del Consiglio dei Diritti dell'Uomo - VN dopo che De Gucht ha dichiarato di essere disposto, assieme ai Paesi europei, a ‘prendere a bordo’ i detenuti di Guantanamo.


01-07-09

'Surpopulation carcerale' et prisonniers malades: Commission Européenne - plainte

 

Bruxelles, 29.6.2009
 

Le Werkgroep Morkhoven a formulé auprès du Président du Commission Européenne, une demande d’enquête sur : 

1. Les conditions de détention en Belgique
2. Le blocage de l’article 72 par le ministre de la Justice belge sur les attributions des tribunaux d’application des Peines, pour juger des libertés conditionnelles pour raisons médicales.
3. Le blocage de l’enquête promise par le ministre de la Justice belge sur les conditions de détention de Marcel Vervloesem.
4. Le nombre de prisonniers qui seraient victimes de soi disant mort naturelle dans les prisons surpeuplées.
 

- Website Morkhoven (anglais, français, italien, néerlandais)
- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental (français, anglais, italien)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Prisons belges - tortures
- Prisonniers belges en Hollande
- Prisonniers de Guantanamo - Karel De Gucht et Hillary Clinton
- Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU: La Belgique
- surpopulation carcérale
- prisonniers malades
- prisonniers malades: Loi Dupont
- Droits des prisonniers - l'Ombudsman européen
- prisonniers malades: La Convention européenne des Droits de l'Homme

- Réseaux pédocriminels: Zandvoort
- Réseau pédocriminel de Zandvoort: question parlementaire
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 1 (français, soustitres néerlandais)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 2 (français, soustitres néerlandais)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV - Dailymotion (français)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV (français, soustitres italiens)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV (français, soustitres anglais)
- Video 'SOS Marcel LIBRE'
- Video 'Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance'

Photo: José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne

19-06-09

Activist dying in jail for having evidenced pedophiles' networks in Belgium



Activist dying in jail for having evidenced pedophiles' networks in Belgium

Brussels, 19.6.2009

To: info@ap.org
Date: Thursday, June 18, 2009, 3:44 PM

Summary :
Some high ranking officials in Belgium and in France protect pedophiles and persecute the activists who try to reveal the extent of the corruption. Since 1995 more than 20 people were murdered (victim-witnesses, investigators, activists, attorneys...). Many others were threatened.

Pedophiles who belong to organized networks in Europe can abduct, rape, torture, prostitute and kill children without due prosecution : this is because some of the public officials are themselves customers of the trade.
But when some citizens become indignant about the horrors, they are the ones to be arrested. If they insist too much on justice and protection of children, then they have to leave their country (Jean-Claude Krief), or are likely to be killed in an "accident" (Gina Pardaens) or die of "natural" death in jail. This is the present situation of Marcel Vervloesem of the Werkgroep Morkhoven who brought to Belgian, French and European justice 21 CDs showing evidence of what organized perverts have been doing to children for a long time : strangely, those authorities did not press charges on the identified criminals while Mr Vervloesem was the one to be sent to jail on fabricated accusations of being a youth rapist, which given his medical conditions he is unable to be.

Now, deprived in jail of vital medical treatments, he is slowly dying while the whole of Belgium and of Europe prefer to look the other way.

Similar fate for Patricia Poupard in Bordeaux, France, who tried in vain to protect her son, raped since age 3 by his father : she was the one to be sent to jail then to forced psychiatric "treatment" to try break her resistance. Now as a consequence she is permanently disabled, while her son remains in the custody of his father, who thus could even prostitute him.

Strangely, the honest citizens and all governmental, non-governmental, European, and international organizations do nothing, as if the facts were not true or as if the problem was too big ? Therefore, the massacre of children and of those who try to protect them continue.
Even when such an event as the disappearence of the little British girl Maddie in Portugal was widely mediatized world-wide, no real action followed though the scheme is always the same : prosecute the victims and those who take their side in order to protect the criminals.

How could Europe fall so low ? Warning to foreign visitors : a number of countries in Continental Europe are unsafe for children, if your child disappears you'll be likely the one to be accused.

Filip Marceron

more facts on :
www.droitfondamental.eu
http://pedopitchoun2.blogspace.fr : in french only
http://sauvons-fiona-et-milla.blogspot.com : in french only.

----------------------

Here’s a list of emergency admittances and operations of Marcel Vervloesem

1) malicious cancer - St H. Hart Lier - 2 times
2) kidneys - 5 times - Sint Elisabeth Herentals
3) pancreas - 2 times - 1x in H Hart Lier, 1x in UIA Antwerp
4) intensive care pancreatitis 2 - H. Hart Lier - Sint Elisabeth Herentals
5) intensive care pancreatitis 1 - UIA ziekenhuis Antwerp
6) intensive surgery, Fabiola hospital Sambre Ville - St Elisabeth Herentals - 11 times
7) blockage of the kidneys - Gasthuisberg hospital Leuven - 2 times
8) disfunctions of the heart, operations AZ Imelda Hospital Bonheiden - 3 times
9) intensive care, diabetic blockage - H. Hartziekenhuis Lier - 4 times
10) kidney blockage - H. Hartziekenhuis Lier - once
11) heart operation - AZ Sint Jan Brugge - once
12) kidney dialysis - AZ Sint Jan Brugge - 5 times
13) internal bleeding - AZ Sint Jan Brugge - once
14) operation - AZ Sint Jan Brugge - once
15) surgical placement of kidney dialysis tubes - AZ Sint Jan Brugge - once
16) intensive emergency care, cardiography - Sint Elisabeth Turnhout - once
17) intensive emergency care, leucemia - Sint Elisabeth Turnhout - once
18) intensieve emergency care, insuline coma - Sint Elisabeth Ziekenhuis Herentals - once
19) heart operation - AZ Sint-Jan Brugge
20) Since May 14, 2009 he should again urgently have been admitted to the AZ Sint Jan Brugge, because of new heart problems due to a lack of medication and inadequate treatment, however exactly 1 day before he would be admitted, the director of prison came with a negative report wherein was stated that, amongst other things, his requests had been denied…


clintondeguchtLINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- 'Belgian Foreign Minister De Gucht meets Hillary Clinton' (Google)
- 'Belgium voted on to United Nations Human Rights Council' (Google)
- Flemish christian democrats (Google)
- Zandvoort ring: Video 1 Marcel Vervloesem on BFM-TV - http://www.youtube.com/watch?v=-eFnm5Eov8g (F, D)
- Zandvoort ring: Video 2 Marcel Vervloesem on BFM-TV - http://www.youtube.com/watch?v=r3nzjJj9GGo
- Zandvoort ring: Video, Marcel Vervloesem on BFM-TV - http://vimeo.com/5129955 (F)
Page not found - Sorry, "Serge Garde ivm Marcel Vervloesem 10 juni 2009" was deleted at 3:29:41 Tue Jun 16, 2009. We have no more information about it on our mainframe or elsewhere
- Zandvoort ring: Video - Marcel Vervloesem on BFM-TV - Dailymotion (F)

---------

CONTACT:

Do not hesitate to send Marcel Vervloesem a postcard, as it will releif him to know that his life was not shortened in vain:
Gevangenis (Prison) Brugge
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgium)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis (Belgium)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

PHOTO:

The Belgian minister of External Affairs Karel De Gucht, met the American State- Secretary Hillary Clinton in March 2009. Belgium is seated along with the US in the VN-Human Rights Council after De Gucht said he was prepared, along with other European countries, to ‘take on’ Guantanamo-prisoners.

17-06-09

Child trafficking: anti-porn-activist Marcel Vervloesem is dying in Belgian prison



Brussels, 16.6.2009

Karl Zéro, famous French journalist for BFM – TV, interviewed, on June 10, 2009, Serge Garde, international reporter, about the detention circumstances of the Belgian anti-child-porn activist Marcel Vervloesem in Bruges prison.

The activist the Morkhoven Group, Marcel Vervloesem who is in a quasi final stage, has been refusing his medication and medical treatment for over a month, and continues to vomit blood. Professor Giorgio Gagliardi, medical doctor, psychologist, former mayor of his town, and expert for Italian and Portuguese tribunals, has visited him on June 15 in Bruges prison and made a medico-psychological expertise.

The Belgian minister of Justice, Stefaan De Clerck, has informed Marcel Vervloesem’s lawyer months ago by letter that he would order an investigation from the ‘Central Commission of Supervision within prisons’ onto his inhuman detention conditions. Nothing further was heard or seen of the minister’s investigation. It simply was not done.

Minister De Clerck and various members of his cabinet received several mails and letters regarding this situation, but have not answered. The minister has not reacted since his first, and maybe last 'answer' of April 30, 2009, not even to an open letter delivered to his cabinet. He has received a registered letter of the Morkhoven Group’s president on June 6, 2009, in which he was asked to find a solution for the Vervloesem case in emergency.

Serge Garde, who has written a book about the child pornography case Zandvoort, “The Book of shame - child porn ring”, wanted to interview the Belgian minister of Justice, for a 90 minute television report about the case. One of Minister De Clerk’s spokesperson, Lieselot Bleyenberg, answered in a Flemish slang: “Sir, we do not communicate about Mister Vervloesem”.

Minister De Clerck, who wishes to buy a part of the Tilburg prison in Holland, to deport hundreds Belgian prisoners, has pleaded at the Dutch government that the Belgian prisons are overpopulated. He all the same maintains a person as sick as Marcel Vervloesem, to die in prison. He covers his website of ‘fair an human justice’ and 'Masterplan 2008-2012 for with ‘human prison structures and conditions’, but his real ‘reform policy’ clearly do not match his words.

The Ministry for Justice has been requested for years to ensure Marcel Vervloesem to be judged on a full dossier, but in vain. Minister De Clerck continues the policy of his predecessors. He refuses to answer on the investigation request regarding the child pornography case Zandvoort shown by Marcel Vervloesem, on the disappearance of Marcel Vervloesem’s court files exempting pieces from the office of Turnhout’s Public Prosecutor or the disappearance of child pornography cd-roms of Zandvoort file from the Court of Appeal in Antwerp.

The question is raised on whether the minister is under pressure of Belgian magistrates, who are mainly controlled by the Christian-Democrat party. The same situation occurred in the Fortis affair, where judges complained of pressures, in short to cover-up the sale of a major Belgian bank for peanuts.

The Belgian reality sounds unreal, especially for a Christian-Democrat constitutional state, at the heart of Europe.

The Flemish Christian-Democrats, who has been politically dominant for decades, have carried on dominating the political power, even when they where not part of the government. They win the voters’ hearts by sweet-talk and hypocritical statements on Christian and democratic values since the creation of Belgium, in 1830, but keeping their promises is the least of their worry. The Flemish Christian-Democrat Party is actually more of an economical and financial lobby, at the Belgian and European level, in which corruption is widespread.

----------------------

Here’s a list of emergency admittances and operations of Marcel Vervloesem

1) malicious cancer - St H. Hart Lier - 2 times
2) kidneys - 5 times - Sint Elisabeth Herentals
3) pancreas - 2 times - 1x in H Hart Lier, 1x in UIA Antwerp
4) intensive care pancreatitis 2 - H. Hart Lier - Sint Elisabeth Herentals
5) intensive care pancreatitis 1 - UIA ziekenhuis Antwerp
6) intensive surgery, Fabiola hospital Sambre Ville - St Elisabeth Herentals - 11 times
7) blockage of the kidneys - Gasthuisberg hospital Leuven - 2 times
8) disfunctions of the heart, operations AZ Imelda Hospital Bonheiden - 3 times
9) intensive care, diabetic blockage - H. Hartziekenhuis Lier - 4 times
10) kidney blockage - H. Hartziekenhuis Lier - once
11) heart operation - AZ Sint Jan Brugge - once
12) kidney dialysis - AZ Sint Jan Brugge - 5 times
13) internal bleeding - AZ Sint Jan Brugge - once
14) operation - AZ Sint Jan Brugge - once
15) surgical placement of kidney dialysis tubes - AZ Sint Jan Brugge - once
16) intensive emergency care, cardiography - Sint Elisabeth Turnhout - once
17) intensive emergency care, leucemia - Sint Elisabeth Turnhout - once
18) intensieve emergency care, insuline coma - Sint Elisabeth Ziekenhuis Herentals - once
19) heart operation - AZ Sint-Jan Brugge
20) Since May 14, 2009 he should again urgently have been admitted to the AZ Sint Jan Brugge, because of new heart problems due to a lack of medication and inadequate treatment, however exactly 1 day before he would be admitted, the director of prison came with a negative report wherein was stated that, amongst other things, his requests had been denied…


clintondeguchtLINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- 'Belgian Foreign Minister De Gucht meets Hillary Clinton' (Google)
- 'Belgium voted on to United Nations Human Rights Council' (Google)
- Flemish christian democrats (Google)
- Zandvoort ring: Video 1 Marcel Vervloesem on BFM-TV - http://www.youtube.com/watch?v=-eFnm5Eov8g (F, D)
- Zandvoort ring: Video 2 Marcel Vervloesem on BFM-TV - http://www.youtube.com/watch?v=r3nzjJj9GGo
- Zandvoort ring: Video, Marcel Vervloesem on BFM-TV - http://vimeo.com/5129955 (F)
Page not found - Sorry, "Serge Garde ivm Marcel Vervloesem 10 juni 2009" was deleted at 3:29:41 Tue Jun 16, 2009. We have no more information about it on our mainframe or elsewhere
- Zandvoort ring: Video - Marcel Vervloesem on BFM-TV - Dailymotion (F)

---------

CONTACT:

Do not hesitate to send Marcel Vervloesem a postcard, as it will releif him to know that his life was not shortened in vain:
Gevangenis (Prison) Brugge
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgium)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis (Belgium)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

PHOTO:

The Belgian minister of External Affairs Karel De Gucht, met the American State- Secretary Hillary Clinton in March 2009. Belgium is seated along with the US in the VN-Human Rights Council after De Gucht said he was prepared, along with other European countries, to ‘take on’ Guantanamo-prisoners.

08-06-09

La morta di attivista Marcel Vervloesem: Serge Garde - Karl Zéro


marcelFrom: Jan Boeykens werkgroepmorkhoven@gmail.com
Date: 2009/6/7
Subject: Karl Zéro
To: serge gardebled sgardebled@yahoo.fr

Caro Serge,

Le elezioni sino ora finite in Belgio.
Karl Zéro non avrebbe quindi nessun rischio.

Voi sapete ora in quale giorno ci sarà la trasmissione?
Marcel era troppo demoralizzato per il fatto che non c'è stata la trasmissione.
Il suo stato di salute è diventato sempre più scaduto.
Lui non ci vede più da un occhio.
Io sono ormai certo che lui si lascierà morire in prigione.
Ma siate sicuro, se lui muore si può consolare col vostro, hé !

Jan