20-05-12

Zandvoort case: Marcel Vervloesem has been released

Marcel_nieuwsblad_001.jpgBrussels, May 18, 2012
 
 
Dear friends,
 
Subject: Marcel has been released at last
 
On Wednesday, May 16, 2012, after five months in custody, Marcel has been released and was able to return home. They brought him back home in a small van.
 
As usual, the news was released by the news agency Belga (Belgian State) and has been copied without any comment by the newspapers under the title 'Marcel Vervloesem free under conditions'.
 
But these conditions are the same conditions that had been previously imposed on him, with one small difference: the police of the city of Turnhout  has to control from now on that he'll have no contact with our association or with the Flemish actor Jo Reymen, nor with the Foundation of princesses of Croÿ and Lancellotti.  
This is completely ridiculous. Why prevent him from having contact with his best friends and the association that he has founded ?
Marcel is also banned from having any contact with associations that fight child abuse, and he's not allowed to talk the press, nor to travel abroad. 
 
The decision to release Marcel came after a meeting of the court of Turnhout where Marcel's lawyer pleaded for half an hour and where Marcel, for the first time since his arrest, was allowed to talk himself.
 
The judges claimed they knew nothing of the judgment of the court for the Enforcement of Sentences of Antwerp in February, that had already declared Marcel innocent, on the grounds on the results of the the judicial inquiry.  These judges are the same judges who have been persecuting Marcel for 11 years for his work in the  Zandvoort case, a network of child abuse with almost 90.000 identified victims.
 
The Minister of Belgian Justice, Anne-Marie Turtelboom (Open VLD, the Flemish Liberals), was being kept informed for 5 months about Marcel's case and everything that happened in the prison of Turnhout where there are so many prisoners (210 instead of the 120 for which it has been built), that some inmates are forced to sleep on mattresses on the floor.
 
Her ministry has responded only once to our letters. This was after our complaint about the theft of our leaflets and material before the ministry of Justice where the minister has her office.
 
Turtelboom didn't respond to our complaint that the letters of Marcel (even those of his daughter and his granddaughter) were being withheld for several months while this was in violation of the basic law and the rights of prisoners. 
 
And as we know, the minister and her services even allowed that Marcel was locked-up with a mental patient in the same cell for a week, what was one of the reasons for Marcel's heart problems and infections for which he had to be urgently hospitalized in the emergency room of St. Elizabeth Hospital in Turnhout. 
There, for five days, Marcel was chained to his hospital bed. 
Marcel is a cancer patient, has a kidney and heart disease and is seriously diabetic.
 
This proves once again that Turtelboom doesn't have any respect for human rights and sees people who are being held in custody without any justified reason, as convicted criminals.
 
And then there was the whole story about the psychiatric report of V., the man who accused Marcel. 
The  judges of the Council Chamber of the court of Turnhout used this report as a pretext to keep Marcel for 5 months in prison. 
The purpose of this report was also to give V. the status of  'a credible victim', and to convict Marcel once again. 
 
Minister Turtelboom was being kept informed by us for months in this case, but she never replied.
The Minister who preaches an 'impartial judiciary', appointed the Turnhout prosecutor Jan Poels as her chief of staff ...
 
A few months ago, our association sent important documents of the Zandvoort file to Turtelboom. 
The content of these documents is directly related to the abuse and rape of children in the kindergartens in Amsterdam, for which Robert M., called the 'Monster of Riga', has been prosecuted, as if he was the only actor of these crimes.
But Turtelboom didn't respond to the demand of our association to send this information to her Dutch colleague.
 
A few days ago, I complained to the Federal Prosecutor in Brussels about the many irregularities in the prosecution of Marcel in Turnhout.
The federal prosecutor responded first with the brief statement, that there was 'no indication that the email had been really sent by me'.
Then I sent the Federal Prosecutor some more information about the falsification of the psychiatric report in which V. was portrayed as a "good boy" while the psychologist knew that V. has a criminal record in the Youth Court of Turnhout.
The federal prosecutor then told me that my letter had been forwarded to the Attorney General of Antwerp to whom he invited me to transfer all my further information in this case.
 
THANK YOU ALL FOR YOUR SUPPORT!
 
Jan Boeykens, president of the Morkhoven Group
 
-----
 
PS. You can publish this letter where-ever you want.
Help with translation: Eheu

Commentaren

Bruxelles, 18 mai 2012


Cher(e)s ami(e)s,

Sujet: Marcel est tout à fait libre

Mercredi, le 16 mai 2012, après 5 mois de la détention 'préventive', Marcel a été libéré et il a pû retourner enfin chez lui. On l'a ramené à la maison avec une petite camionette.

Comme d'habitude, la nouvelle était aussi diffusée par l'agence de presse Belga (de l'Etat belge) et elle a été copiée par les journaux, sans le moindre commentaire sous le titre 'Marcel Vervloesem en liberté conditionelle'. Mais ces conditions sont les mêmes conditions qu'il avait avant, avec une seule différence: la police de Turnhout doit contrôler qu'il n'a pas de contact avec notre association, ni avec l'acteur flamand Jo Reymen, ni avec la Fondation des pricesses de Croÿ et Lancelotti, ce qui est complètement ridicule.
Marcel a aussi l'interdiction d'avoir des contacts avec des associations qui luttent contre l'abus d'enfants.

La décision de libérer Marcel venait après la réunion du tribunal de Turnhout où l'avocat de Marcel a plaidé pendant une demi-heure et où Marcel, pour la première fois depuis son arrestation, a pû parler lui-même.

Les juges prétendaient qu'ils ne savaient rien de l'arrêt de la cour pour l'Application des Peines d'Anvers, en février déjà, déclarant Marcel innocent sur base des résultats de l'enquête judiciaire.

La Ministre de la Justice belge, Anne-Marie Turtelboom (Open VLD, les libéraux flamands) a été pendant 5 mois au courant du dossier de Marcel et de tout ce qui s'est passé dans la prison de Turnhout où il y a tellement de prisonniers (210 au lieu des 120 pour lesquels elle est équipée), qu'une partie des détenus est obligée de dormir sur des matelas à même le sol.
Son ministère n'a répondu qu'une seule fois à nos lettres. C'était après notre plainte concernant le vol de nos brochures et de notre matériel devant le ministère de la Justice à Bruxelles, où se situe son bureau.

Turtelboom ne réagit pas à notre plainte que les lettres de Marcel (même celles de sa fille et de sa petite-fille) étaient retenues pendant plusieurs mois tandis que cela était en violation de la loi et des droits des prisonniers. Et comme nous le savons, le ministre et ses services permettaient même que Marcel fût enfermé avec un malade mental dans la même cellule pendant une semaine, ce qui a été la raison du fait que Marcel a eu des infections et des problèmes cardiaques pour lesquels il a dû partir au service des urgences de l'hôpital St. Elizabeth à Turnhout. Là, pendant 5 jours, Marcel a été enchaîné à son lit d'hôpital.
Cela prouve encore une fois que Turtelboom voit les gens qui sont enfermés sans la moindre raison justificative en détention préventive comme des criminels.

Et puis il y a eu toute l'histoire au sujet du rapport psychiatrique de V., l'homme qui accusait Marcel, et que les juges de la Chambre du Conseil (chambre correctionelle) de Turnhout ont utilisé comme un prétexte pour garder Marcel pendant 5 mois en prison. Ces juges sont les mêmes qui ont poursuivi Marcel pendant 11 ans dans l'affaire de Zandvoort.
Le but de ce rapport était aussi de donner à V. le statut de 'victime crédible' et de pouvoir accuser Marcel de nouveau. Le ministre Turtelboom était informée sans cesse pendant des mois dans cette affaire, mais elle ne répondait jamais.

Le ministre a nommé le procureur Jan Poels comme son chef de cabinet...

Il y a quelques mois, notre association a envoyé des documents importants de l'affaire Zandvoort à Turtelboom. Le contenu de ces documents était directement lié aux abus et viols des enfants dans les crèches d'Amsterdam.Mais Turtelboom ne répondait pas à la demande de notre association d'envoyer ces informations à son collègue hollandais.

Il y a quelques jours, je me suis plaint auprès du parquet fédéral à Bruxelles au sujet des nombreuses irrégularités dans la poursuite pénale de Marcel à Turnhout.
Le procureur fédéral a répondu d'abord avec la brève déclaration 'qu'il n'y avait aucune indication que l'émail était vraiment envoyé par moi''.
Puis j'ai envoyé au parquet fédéral de plus amples renseignements au sujet de la falsification du rapport psychiatrique dans lequel V. était dépeint comme un «bon garçon» tandis que le psychologue savait que V. a un casier judiciaire au tribunal de la Jeunesse de Turnhout.
Le procureur fédéral me répondit alors que ma lettre avait été transmise au procureur d'Anvers où je pouvais transférer toutes mes informations dans cette affaire.

MERCI À VOUS TOUS POUR VOTRE SOUTIEN !
Jan Boeykens, président de l'association Werkgroep Morkhoven

-----

PS. Vous pouvez publier ma lettre.

Gepost door: Morkhoven | 20-05-12

Bonsoir Monsieur BOEYKENS, je découvre à la lecture de ce document que l'Administration pénitentiaire de FOREST -dirigée en 2007 par Madame Christine ZICOT - m'a fait subir durant 3 jours (du 27 au 29 mar 2007) le même traitement qui a été infligé à Marcel VERVLOESSEM durant 1 semaine. Arguant de ma qualité de médecin et de la dangerosité que représentait le co-détenu avec lequel l'Administration pénitentiaire venait de m'apparier en suite de ma protestation du 26 mars 2007... (dangerosité pour lui-même et pour les autres en ce compris les gardiens de prison), j'ai été assez rapidement transféré à la cellule # 1040 en condition de "détention en isolement" du 30 mars 2007 au 25 juillet 2007 c'est-à-dire seul sans co-détenu. Un "luxe" relatif qui m'a permis de rédiger tranquillement mes conclusions de 75 pages destinées à la Cour de cassation; conclusions acheminées avec retard délibérément le 09 avril 2007 alors que je les avais déposées au Greffe de la prison de FOREST le 05 avril 2007 comme l'impose l'article 31 de la loi du 20 juillet 1990 sur la détention préventive. "Luxe" relatif car si physiquement et psychologiquement j'étais seul dans la cellele n° 1040 (rez-de-chaussée de l'aile D de la prison de FOREST), moralement et "socialement" aux yeux des autres détenus et des gardiens j'étais un personnage "très dangereux". Et de fait, au fil du temps, j'apprendrai que j'avais pour "voisin" (à la cellule 1037), le major génocidaire rwandais NTUYAGA et d'autres criminels ayant tué seul ou en bande... La Belgique est décidément un Etat de droit où cohabitent les pratiques sinistres, sordides dans l'envers du décor et, au grand jour, les apparences civilisées des garanties de l'Etat de droit.

Gepost door: KANINDA | 16-09-12

La 'détention préventive'... Je me demande combien d'hommes sont le victime de ce système.
Laissez moi savoir qu'est-ce que passe maintenant dans votre dossier. Je suis toujours prêt à publier de votre cas.

Gepost door: Boeykens | 10-11-12

De commentaren zijn gesloten.