21-06-10

Fundraising: A Mini Bus for children in Gaza

Children of Gaza..." A disaster "..

Nothing can describe what had happened in Gaza and to the people there...

http://www.facebook.com/video/video.php?v=102629219766751

 

Teampalestina Shaf Team Palestina: We are now fundraising to purchase a Mini Bus for Al Amal orphanage in Gaza. To be sent with Lifeline5 inshallah, We want to help the kids to be mobile for day outs and events. looking to buy a 12+ seater as new as possible. Please help them

Commentaren

Help the children in Gaza Special Needs Children in Gaza
Denied Their Education Because of Chronic Fuel Shortages

"What you need to understand about Atfaluna is that for our children, this is not just their school – for many of them it is their whole life. But we are not able to think about re-opening the school at the moment.”

Every day parents call the Atfaluna Society for Deaf Children in Gaza city, and ask Suad Lubbad when the school will re-open. Suad is the Administrative Director of the school, which has 275 pupils age 4-17, and was forced to close without notice in mid April. Because of chronic fuel shortages, the buses that normally transport the pupils to school were suddenly grounded. 90% of private cars in the Gaza Strip are still off the roads, and taxi rates have doubled in the last eight weeks, so there was no alternative transport for the pupils, who are now stranded at home.

Suad says many of the pupils at Atfaluna depend on the school for their social contact. “Many of them are very isolated at home, because they literally have no-one to communicate with” she says. “They feel that they belong here, because we really respect them. All the staff use sign language, and we also work to support them at home, by teaching their parents sign language, and encouraging them to use it” The majority of the pupils come from extremely poor backgrounds, so Atfaluna provide them with one hot meal a day, which Suad says has dramatically improved their ability to concentrate. The school also offers pupils hearing aids and the appropriate batteries. The hearing aids are expensive; each one costs at least 1,300 Shekels (almost $400). But Atfaluna hasn’t received new hearing aids or batteries since the Israeli Authorities prevented a consignment from entering Gaza six months ago, on the grounds of “Security”.

“There is now an acute shortage of hearing aids and the appropriate batteries in Gaza” says Suad. “If a child has been using a hearing aid and the battery is finished, then his abilities will start to deteriorate. Eventually it will be as though he learnt nothing. The vast majority of children attending our school have been diagnosed as profoundly deaf, so they really depend on hearing aids. And now they are being punished by the siege.”

There are approximately 25,000 deaf and hearing impaired people in the Gaza Strip, many of whom have no specialist support service. The Atfaluna Society for Deaf Children was set up in Gaza in 1992 by an American, Gerry Shawa, who has lived in Gaza city since 1971. The society started out in a rented house, with a small team of volunteers supporting 27 deaf and hearing impaired children. Sixteen years later it has 168 employees, runs a full time school, and has a specialist outreach team of social workers who are all proficient in Arabic sign language. In addition to the school, Atfaluna also runs an advanced studies program for 88 older students who struggled in mainstream education, and now want to improve their literacy skills. This program also had to be suspended because of the fuel crisis, but the program resumed one week ago, although the main school remains closed.

Eighteen year old Iman and twenty one year old Fadwa are both attending the advanced studies program. Using sign language, the young women explain what Atfaluna means to them. “When our classes were suspended, I was just stuck at home” says Fadwa. “My brothers and sisters were going to the local school, so I was at home alone, and I started to feel very low. They had stuff to talk about when they came home, but I had been doing nothing. I don’t really feel as though I fit into my own community sometimes. But I get a lot of respect at this school and I have many friends here. I’m glad to be back.”

"Life is getting worse in Gaza because of the siege” says Iman. “My family is already struggling, and when I am stuck at home all day, it puts more pressure on them, and me. They don’t always want to sign with me, so I get lonely. I am very glad to be back at the school too, and I hope we don’t have to stop our classes again.”

Collective punishment of a civilian population is illegal under international human rights law; but the fuel crisis imposed by Israel, which is disrupting education in schools across the Gaza Strip, and has hit special needs pupils especially hard, amounts to collective punishment. Schools are struggling with cope with insufficient resources, shortages of electricity, low moral, and a public transport system that simply cannot cope with the overall demand. Suad Lubbad and her colleagues do not know when they will be able to re-open their school. Meanwhile their 275 pupils are being denied their right to an education, and remain stranded at home, waiting.

“Our pupils often joke that this is actually their school, not ours” she says. “They have great potential as individuals, and we just want them to be able to come back as soon as possible.”

Almaza Mahmoud Ibrahim Al-Jadba[1] is sixteen years old. She lives in the Il Tofah district of eastern Gaza city, and is one of the 25,000 deaf and hearing impaired people in the Gaza Strip. Almaza is a seventh year student at the Atfaluna School for Deaf Children – the school, which has 275 deaf and hearing impaired students from across the Gaza Strip, was recently forced to close for more than six weeks, and has just re-opened.

PCHR is publishing this video clip in order for the international deaf and hearing impaired community to hear about the impact of the siege in Gaza in sign language, and for Almaza to be able to tell her own story to her own community in her own words. To see this video clip of Almaza’s story, please click here

My name is Almaza al-Jadba. I study at the Atfaluna Society for Deaf Children school. I have just gone back to school after staying at home for more than one month and a half.

I was very happy when I learnt that the bus would finally come to take us to school: very very happy. I spent all my time at home thinking about what I would be doing at school. When I came back to school I saw my friends again and we talked about what we had been doing for the last month and a half. I was very happy to be back at Atfaluna School. My friends told me they had also been sad because they had no one to talk with whilst staying at home. They just had to watch TV and talk to their mothers and fathers when they [their parents] had time to sign with them.

We all talked with each other, and with our teachers, and we were so happy. But I am worried that the school will be forced to close again. So, I would like to say to the whole world: Please help us! Provide us with fuel for buses in order for me to always be able to go to school to meet my friends and play, as well as learning at school

When we returned to the Atfaluna School, I made a small party together with my friends – boys and girls. We were so happy: we discussed what we would do in the next week, because we have exams very soon. We will study and learn very quickly, because our exams will be in about a month.

While we were all at home, we had started to forget many subjects in the curricula which we had learnt before. So, on the first day we came back, we sat with the teacher and made a plan to start reviewing what we had forgotten, as well as to prepare for our exams. And our teacher started to help us remember the information we had forgotten during the one month and a half. We started to have preparation exams in order to prepare ourselves for the final exams.

I wish we could have an exhibition so that we Atfaluna students could show our work in the summer, and all the people could come to see what we have done. But I am afraid we can’t have any exhibition because there is no fuel for vehicles, so people won’t be able to come.

I am saying to the whole world: Please help us! Lift the siege imposed on Gaza. Allow fuel in for vehicles. Allow deaf children to be active, play, go to the beach, make paintings, hold exhibitions and live normally without these problems.


[1] Almaza means Diamond

Gepost door: ANP | 21-06-10

Amnesty International: les mineurs à Gaza
Plus de la moitié des personnes vivant dans la bande de Gaza sont des mineurs...

Monday, June 7, 2010

Du fait du blocus de la bande de Gaza par l'armée israélienne, plus de 1,4 million d'hommes, de femmes et d'enfants palestiniens se retrouvent piégés sur une bande de terre de 40 kilomètres de long sur 9,5 kilomètres de large.
Quatre habitants de Gaza sur cinq dépendent de l'aide humanitaire en raison du fort taux de chômage, de l'extrême pauvreté, de l'insécurité alimentaire et de l'augmentation des prix des vivres due aux pénuries. La poursuite de ce blocus par Israël s'apparente à une punition collective et constitue de ce fait une violation flagrante du droit international.

Frontières fermées
Depuis le début du blocus de la bande de Gaza en juin 2007, les cinq points de passage contrôlés par Israël entre Gaza et Israël ou la Cisjordanie sont maintenus fermés.

Le sixième point de passage, situé à Rafah, à la frontière entre Gaza et l'Égypte, est contrôlé par les autorités égyptiennes et reste fermé la plupart du temps. Ces fermetures empêchent les Palestiniens d'entrer et de sortir de Gaza sauf dans de très rares cas, le plus souvent humanitaires.

Biens de première nécessité
Le blocus interdit les exportations et limite l'entrée de biens de première nécessité, comme les denrées alimentaires et le carburant. La nourriture disponible provient en grande partie des Nations Unies et d'autres organismes humanitaires, ou est passée en contrebande par des tunnels sous la frontière entre l'Égypte et Gaza et vendue à des prix exorbitants aux habitants assiégés de Gaza.

La situation a été encore aggravée par la construction par le gouvernement égyptien d'un mur d'acier le long de la frontière à Rafah, pour interrompre le passage de marchandises en contrebande - véritable cordon ombilical de Gaza - et par le pilonnage des tunnels par l'armée de l'air israélienne.

Effondrement de l'économie
Ai lieu de prendre pour cible les groupes armés, le blocus touche principalement les groupes les plus vulnérables tels que les mineurs (qui constituent plus de la moitié de la population de la bande de Gaza), les personnes âgées, les personnes malades et les nombreux réfugiés de la bande de Gaza.

Selon l‘Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), le nombre de réfugiés vivant dans une extrême pauvreté a triplé depuis le début du blocus. Ces familles n'ont même pas les moyens de s'acheter les produits les plus élémentaires tels que le savon, les fournitures scolaires et de l'eau potable. Selon les Nations unies, plus de 60 % des foyers sont actuellement en situation de précarité alimentaire.

Manque d'électricité et de gaz
Les problèmes d'approvisionnement en électricité s'aggravent dans la bande de Gaza, de nombreux habitants devant faire face à des coupures de 8 à 12 heures chaque jour. Les coupures fréquentes de gaz pour la cuisine imposent en outre la mise en œuvre d'un système de rationnement dans lequel les hôpitaux et les boulangeries sont prioritaires.

Aide bloquée
Israël autorise les organisations humanitaires internationales à faire entrer certains biens humanitaires dans la bande de Gaza, mais des limites très strictes sont imposées et les retards sont fréquents. Les Nations unies ont indiqué que les retards provoqués par le blocus avaient engendré des coûts additionnels de stockage et de transport s'élevant à environ 5 millions de dollars en 2009.

Santé
Le secteur de la santé est durement touché par le blocus, qui entraîne des pénuries d'équipements et de médicaments.

Depuis la fermeture des points de passage israéliens, les malades qui ne peuvent pas être soignés à Gaza doivent demander l'autorisation de quitter le territoire pour aller se faire soigner dans des hôpitaux étrangers ou dans les hôpitaux palestiniens de Cisjordanie.

Fréquemment, les autorités israéliennes tardent à donner leur accord ou refusent de délivrer un permis de sortie et des Gazaouis sont morts en attendant d'être autorisés à quitter le territoire pour être soignés ailleurs.

Les douaniers israéliens ont refusé à plusieurs reprises, sans explication, de laisser entrer des camions de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) transportant des équipements médicaux à destination des hôpitaux de Gaza.

Conflit dans la bande de Gaza
Entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009, les habitants de Gaza ont été soumis à une offensive militaire israélienne dévastatrice – l'opération « Plomb durci » – destinée selon Israël à faire cesser les tirs aveugles de roquettes sur Israël par le Hamas et d'autres groupes armés palestiniens.

Plus de 1 380 Palestiniens ont été tués, parmi lesquels plus de 300 enfants et autres civils, et des milliers d'entre eux ont été blessés. Plusieurs milliers de maisons ont été détruites ou gravement endommagées, de même que les réseaux d'eau et d'électricité. Des bâtiments civils, comme des hôpitaux ou des écoles, ont aussi été endommagés ou détruits.

L'opération Plomb durci a fait passer la crise humanitaire dans la bande de Gaza à un niveau catastrophique. Après la fin de l'offensive, le blocus a entravé, voire empêché, les efforts de reconstruction. Israël interdisant l'entrée de la plupart des matériaux de construction, les habitants de Gaza sont dans l'impossibilité de reconstruire leurs vies détruites.

Violence continue
En novembre 2009, le Hamas a déclaré un arrêt unilatéral des tirs de mortiers et de roquettes, bien que ce cessez-le-feu ait été violé à plusieurs reprises par des membres de groupes armés palestiniens.

Depuis le cessez-le-feu qui a fait suite à l'opération Plomb durci en janvier 2009, une personne a été tuée dans le sud d'Israël par les tirs de mortiers et de roquettes des groupes armés palestiniens.

De leur côté, les forces militaires israéliennes ont mené des raids réguliers sur Gaza et ont continué de bombarder les tunnels utilisés pour faire passer des marchandises sous la frontière entre Gaza et l'Égypte, à Rafah. Dans l'année qui a suivi l'opération Plomb durci, 71 Palestiniens ont été tués et 130 blessés dans les tunnels de Gaza en raison d'un effondrement, d'un accident ou d'une frappe aérienne.

Les soldats israéliens ont continué de tirer sur des fermiers, des pêcheurs ou d'autres civils palestiniens s'approchant du périmètre de la bande de Gaza ou de la limite des trois milles nautiques imposée par Israël le long de la côte. Ces tirs ont fait des morts et des blessés.

Sanction collective
Les autorités israéliennes ont avancé plusieurs arguments pour justifier le blocus, en invoquant le fait notamment qu'il s'agissait d'une réaction aux attaques de groupes armés palestiniens et au maintien en otage du soldat israélien Gilad Shalit, ou d'un moyen d'exercer des pressions sur le gouvernement de facto du Hamas.

Quelles que soient les justifications invoquées, le blocus punit collectivement toute la population de Gaza, dont la majorité sont des mineurs, plutôt que d'atteindre le gouvernement du Hamas ou les groupes armés.

Gepost door: Mork | 21-06-10

recent visitors 1. 21 juin 16:11 Fastweb, Milan, Lombardia, Italie
2. 21 juin 16:15 France Telecom, Toulon, Provence-Alpes-Cote d'Azur, France
3. 21 juin 16:16 France Telecom, Bordeaux, Aquitaine, France
4. 21 juin 16:20 Deutsche Telekom AG, Mainz, Rheinland-Pfalz, Allemagne
5. 21 juin 16:22 Neuf Cegetel, Maubeuge, Nord-Pas-de-Calais, France
6. 21 juin 16:24 Telecom Italia, Grumolo Delle Abbadesse, Veneto, Italie
7. 21 juin 16:29 Neuf Cegetel, Le Mans, Pays de la Loire, France
8. 21 juin 16:29 Telenet Operaties N.V., Turnhout, Antwerpen, Belgique
9. 21 juin 16:31 Telenet Operaties N.V., Turnhout, Antwerpen, Belgique
10. 21 juin 16:36 IMBALLAGGI RISSOLIO SRL, Boves, Piemonte, Italie
11. 21 juin 16:46 UAB Kauno Interneto Sistemos, Kaunas, Kauno Apskritis, Lituanie
12. 21 juin 16:50 France Telecom, Lyon, Rhone-Alpes, France
13. 21 juin 16:51 France Telecom, Fontcouverte, Poitou-Charentes, France
14. 21 juin 16:52 Telecom Italia, Pietra Ligure, Liguria, Italie
15. 21 juin 16:57 TELENET customer Digipolis, Gent, Oost-Vlaanderen, Belgique
16. 21 juin 17:06 Bluewin, Romont, Fribourg, Suisse
17. 21 juin 17:08 Boulogne-billancourt, Ile-de-France, France
18. 21 juin 17:09 Belgacom Skynet, Dilbeek, Brabant, Belgique
19. 21 juin 17:11 Free SAS, Deuil-la-barre, Ile-de-France, France
20. 21 juin 17:25 TEO LT, AB, Vilnius, Vilniaus Apskritis, Lituanie
21. 21 juin 17:31 Belgacom Skynet, Brussels, Brussels Hoofdstedelijk Gewest, Belgique
22. 21 juin 17:32 Office National des Postes et Telecommunications, Casablanca, Maroc
23. 21 juin 17:48 Fastweb, Carnate, Lombardia, Italie
24. 21 juin 17:48 TEO LT, AB, Kaunas, Kauno Apskritis, Lituanie
25. 21 juin 17:48 TEO LT, AB, Kaunas, Kauno Apskritis, Lituanie
26. 21 juin 17:49 TEO LT, AB, Kaunas, Kauno Apskritis, Lituanie
27. 21 juin 17:49 TEO LT, AB, Kaunas, Kauno Apskritis, Lituanie
28. 21 juin 17:52 Joint Stock Company TEO LT, AB, Vilnius, Vilniaus Apskritis, Lituanie
29. 21 juin 17:54 Kaunas megaNET area16 network, Kaunas, Kauno Apskritis, Lituanie
30. 21 juin 17:55 Telecom Italia, Lecce, Puglia, Italie
31. 21 juin 17:59 TEO LT, AB, Siauliai, Siauliu Apskritis, Lituanie
32. 21 juin 18:03 Sky Broadband, Leeds, Royaume-Uni
33. 21 juin 18:06 Belgacom Skynet, Blankenberge, West-Vlaanderen, Belgique
34. 21 juin 18:07 Tiscalinet, Milan, Lombardia, Italie
35. 21 juin 18:08 Fastweb, Rome, Lazio, Italie
36. 21 juin 18:08 Belgacom Skynet, Blankenberge, West-Vlaanderen, Belgique
37. 21 juin 18:10 TEO LT, AB, Kaunas, Kauno Apskritis, Lituanie
38. 21 juin 18:11 Belgacom Skynet, Blankenberge, West-Vlaanderen, Belgique

Gepost door: Mork | 21-06-10

Victims: Izz el-Deen Aboul Aish
Télé israélienne : le cri de désespoir d'un médecin palestinien.

C'est un cri de désespoir qui s'est invité, hier, en prime time dans les foyers israéliens. Un témoignage bouleversant de Gaza, diffusé en direct sur la dixième chaîne de la télévision israélienne : celui d'un médecin palestinien, meurtri par la mort soudaine de trois de ses enfants, provoquée par l'attaque d'un tank de Tsahal sur sa maison.


Izz el-Deen Aboul Aish est un médecin connu des spectateurs israéliens. Ce gynécologue palestinien, qui parle parfaitement l'hébreu, exerce à la fois dans un hôpital de Tel Aviv et dans la bande de Gaza, où vit sa famille. Depuis le début des raids, il y a 21 jours, il était resté à Gaza. L'accès des journalistes étant strictement contrôlé, il fut très vite sollicité par les média israéliens pour témoigner des conditions de vie sur place.

Comme à l'habitude, son intervention d'hier soir avait été calée préalablement à l'avance. Sur la dixième chaîne, tout le monde attendait l'appel du médecin. Mais cette fois-ci, c'est un père en deuil qui a déversé ses sanglots, par l'intermédiaire d'un téléphone portable, rapporté, en direct, dans le studio par son interlocuteur israélien, le journaliste Shlomi Eldar.

« Oh mon Dieu, Oh mon Dieu, mes filles ont été tuées. Ils ont tué mes enfants... Est-ce que quelqu'un peut nous venir en aide ? », peut-on entendre sur la vidéo de l'émission (voir ci-dessous), postée rapidement sur YouTube.

Le présentateur, Shlomi Eldar, est blême, au bord des larmes. Il invite Izz el-Deen Aboul Aish à continuer à parler, tout en lui suggérant de donner quelques détails sur son adresse, afin qu'il puisse recevoir de l'aide. Puis, après quelques secondes, il retire son oreillette et se lève. « Je ne peux pas raccrocher ce téléphone, je préfère sortir du studio », dit-il.

Un peu plus tard, on apprendra que des ambulances sont venues secourir les survivants, y compris Izz el-Deen Aboul Aish, pour les faire sortir de Gaza.

« Mes filles étaient assises à la maison, en train de planifier leur avenir... », sanglote Izz el-Deen Aboul Aish dans la vidéo ci-dessous.

Ses filles font partie des quelque 1 150 Palestiniens morts depuis le début des opérations.

Gepost door: Mork | 22-06-10

Croissant-Rouge iranien: des vêtements pour les enfants palestiniens L’Iran va envoyer un bateau pour Gaza

Le Soir, Rédaction en ligne
mardi 22 juin 2010, 11:02

Le Croissant-Rouge iranien va faire partir dimanche un bateau chargé de 1.100 tonnes d’aide humanitaire pour Gaza.

Le bateau du Croissant-Rouge, baptisé ’Un bateau pour les enfants de Gaza’, quittera dimanche le port de Bandar Abbas (dans le Golfe) pour la Méditerranée », a déclaré mardi Abdolraouf Adibzadeh, chargé des Affaires internationales de cette organisation.

« Ce bateau sera chargé de 1.100 tonnes d’aide, notamment des médicaments, de la nourriture, des vêtements d’enfants et des poupées qui seront offerts aux enfants de Gaza de la part des enfants iraniens », a-t-il ajouté.

« Dix personnes seulement, cinq journalistes et cinq volontaires humanitaires, partiront avec le bateau (…) qui mettra 14 jours pour atteindre la côte de Gaza », a-t-il encore indiqué.

Le Croissant-Rouge iranien avait annoncé début juin son intention d’envoyer un bateau d’aide humanitaire et un autre avec des travailleurs humanitaires volontaires à Gaza, dans une tentative de briser le blocus imposé depuis quatre ans à l’enclave palestinienne par Israël, l’ennemi juré de l’Iran qui ne reconnaît pas l’Etat hébreu.

Le second bateau chargé de volontaires attend le feu vert des autorités iraniennes pour des questions de « sécurité », selon le Croissant-Rouge.

La décision iranienne d’envoyer deux bateaux d’aide à Gaza a été prise après l’attaque sanglante, le 31 mai, de la marine israélienne contre une flottille humanitaire dans les eaux internationales au large de l’enclave palestinienne. Neuf passagers turcs ont été tués dans ce raid israélien.

(afp)

Gepost door: Mork | 22-06-10

Israeli commandos train for confrontation Iran to send blockade-busting ship to Gaza, Israeli commandos train for confrontation

Published June 22, 2010 | Associated Press

JERUSALEM (AP) — Iran said Tuesday it would send a blockade-busting ship carrying aid and pro-Palestinian activists to Gaza, fueling concern in Israel, where commandos were training for another possible confrontation at sea.

Israel warned archenemy Iran to drop the plan. The Iranian announcement came days after Israel eased its three-year-old blockade of Gaza under international pressure following its deadly raid on a Gaza-bound flotilla last month.

"No one in their right mind can believe that a ship sent by the ayatollahs and their Revolutionary Guards has anything to do with humanitarian aid," said Israeli Foreign Ministry spokesman Yigal Palmor. "I don't think there is one single country in this region and beyond that would let such an ayatollah ship come near its coasts."

Security officials said the prospect of an Iranian boat headed for Gaza had Israel deeply worried, and that naval commandos were training for the possibility of taking on a vessel with a suicide bomber on board. The officials spoke on condition of anonymity because they were not authorized to disclose operational details.

After an international outcry over the killing of nine Turkish activists in a May 31 raid, Israel eased its land blockade of Gaza but insisted on maintaining a naval blockade it says is necessary to keep weapons shipments out of the hands of Gaza's Hamas rulers. Israel imposed the blockade after Hamas, with its violently anti-Israel agenda, overran the Palestinian territory in June 2007.

Egypt had joined Israel in blockading Gaza, but it opened its land crossing with the territory indefinitely after the May raid to let thousands of Palestinians through. Egyptian transportation official Mohammad Abdelwahab suggested his country was ready to back off the naval blockade as well.

He said Egypt would not prevent the Iranian ship from passing through the Suez Canal, a strategic passageway that connects the Red Sea with the Mediterranean Sea that Gaza borders.

"As long as the ship is not at war with Egypt and doesn't pollute the air, water or land, then it will be allowed to cross," Abdelwahab said.

Iran's state television reported that an Iranian ship called "Infants of Gaza" would sail Sunday for Gaza carrying 1,100 tons of relief supplies and 10 pro-Palestinian activists.

Israel considers Iran the most serious threat because of its suspect nuclear program, its long-range missiles and its support for Lebanese and Gaza militants.

The Iranian ship is one of several that activists say will head for Gaza in the next few months. One is said to be heading for Gaza from Lebanon within days.

International Mideast envoy Tony Blair has been at the forefront of global efforts to ease the Israeli blockade, and on Tuesday, he told Gaza businesspeople and civic leaders that he expected the amount of goods entering Gaza to nearly triple within weeks. Gazans say they need far more than that.

Israel has agreed in principle to reopen land crossings so more cargo can move through, and limited quantities of construction materials will be allowed in, he said. But it wasn't clear how freely Palestinians would be able to move in and out of their territory, he added.

"Some of this will be resolved satisfactorily, and some of this will be a struggle, frankly," Blair told the group by video link from Jerusalem.

Blair also expressed concern about whether Israel would allow exports, largely banned under the blockade. Israeli government spokesman Mark Regev told The Associated Press: "Exports will be expanded further down the road."

Construction materials desperately needed to rebuild after Israel's offensive against Hamas 17 months ago have been largely barred because Israel said militants could use them to build bunkers.

The vast majority of Gaza's 1.5 million people have been trapped in their tiny territory for three years, and a ban on trade wiped out tens of thousands of manufacturing jobs.

Blair's audience was skeptical of Israel's promises, and some told the envoy that consumer goods weren't the answer to Gaza's problems.

"We are not in need of more ketchup or mayonnaise," said civic leader Amjad Shawa. "We need our freedom."

-----

Additional reporting by Karin Laub in Gaza City, Gaza Strip and Nasser Karimi in Tehran.

Photo: June 22 - Iran's Red Crescent Director for International Affairs, Abdul Rauf Adibzadeh, speaks with journalists during a news conference in Tehran. Iran is sending aid ships to blockaded Gaza.

Gepost door: Mork | 23-06-10

Propagande pro-israélienne, désinformation et autres sophismes
Nous savions déjà qu’Israël était un Etat au-dessus des lois, capable de violer impunément toutes les règles du droit international; de coloniser, bombarder, assiéger, affamer des populations civiles; d’exercer sans risque majeur – sauf sur le plan de l’image! un acte de piraterie dans les eaux internationales en criblant de balles des humanitaires… Ce que nous refusions d’accepter comme réalité, pourtant sans cesse imposée, c’est l’alignement manifeste sur la thèse israélienne d’une certaine presse occidentale qui a perdu là une belle occasion, si ce n’est de se réconcilier avec l’éthique journalistique, du moins de se taire.
Devant l’énormité de l’acte perpétré et le symbolisme que représentait cette flottille internationale pour la liberté, il nous semblait pourtant que les commentaires seraient emprunts, à défaut d’objectivité, d’un peu de décence. Ce serait faire preuve d’angélisme pour quiconque ayant suivi le massacre perpétré l’an dernier à Gaza, ainsi que cette couverture médiatique qui parvient en toutes circonstances à transformer le bourreau en victime. Et inversement.
C’est ainsi que nous avons pu observer quelques médias endossant l’uniforme de propagandistes et faussaires de l’information, resservant la même gamme de raisonnements fallacieux, visant à manipuler habilement la pensée. Notre esprit ne peut qu’être frappé par ces procédés rhétoriques utilisés depuis l’Antiquité grecque par les sophistes, ces influents orateurs et penseurs maudits davantage préoccupés par la persuasion de leur auditoire que la recherche de la vérité, dénoncés en ce sens par le philosophe Aristote dans ses «Réfutations sophistiques». Parmi les plus courantes techniques de désinformation se trouve l’omission. Elle consiste à mettre de côté l’information pertinente pour induire un regard déformé de la réalité. Exemple dans le cas de figure qui nous intéresse: le black-out sur le caractère illégal du raid israélien qui constitue un acte de piraterie violant le droit maritime, la flottille étant située en zone internationale au moment de l’agression. On est loin du traitement politique, médiatique et juridique réservé aux pirates somaliens – qui n’ont pourtant jamais tué leurs otages – dont le premier procès en Europe s’est ouvert le 25 mai 2010 au tribunal de Rotterdam. Ce détournement de l’attention englobe également le pourquoi de cette situation, le blocus immoral imposé à la population de Gaza, la poursuite de la colonisation dans les Territoires occupés... Si l’on ne peut cacher le retentissement du fait lui-même, un autre procédé viendra en atténuer la portée. C’est le glissement sémantique, consistant à remplacer une expression par une autre pour la vider de son contenu émotionnel et la délester de tout son sens. Parmi ces euphémismes employés volontairement ou inconsciemment et qui sont à mettre dans la même catégorie que les fameux «dégâts collatéraux», «frappes chirurgicales», «pression physique modérée» et autres «techniques d’interrogatoire»: il s’agit d’»intercepter la flottille» au lieu de la «prendre d’assaut»; «arrêter les passagers» plutôt que les «kidnapper»; «expulser» à la place de «libérer»…
Le procédé inverse est également utilisé pour alourdir le sens et ternir l’image. Ainsi, l’adjectif «humanitaire» est soigneusement évité pour être remplacé par l’insidieux «activistes pro-Palestiniens». Tant pis pour les ONG internationales, pour le prix Nobel, pour les députés européens, pour le rescapé de la Shoah qui font tous partie du convoi. La flottille humanitaire nous dit une certaine presse est préparée par une ONG islamiste turque, proche du Hamas «qui contrôle Gaza». Le mot terroriste n’a pas besoin d’être étalé. L’impact subliminal a déjà produit son effet par le biais de procédés cognitifs faisant appel à la peur.
Cette diabolisation de l’Autre qui réveille les préjugés des interlocuteurs atteint son summum quand on signale sournoisement au milieu d’une phrase «Le Hamas dont la charte ne reconnaît pas l’Etat d’Israël». Outre le fait que les leaders de ce mouvement se sont dits prêts à reconnaître Israël dans les frontières de 1967, pourquoi oublie-t-on de spécifier dans un souci d’équilibre que la charte du Likoud ne reconnaît pas non plus à la Palestine le droit à l’existence, stipulant que «le gouvernement israélien rejette catégoriquement la création d’un Etat arabo-palestinien à l’ouest de Jourdain».
Mais revenons à notre flottille et à cette conclusion excessive qui a fait parler certains médias d’armes à bord et laissons la parole au témoignage significatif de l’écrivain suédois Henning Mankell: «Au bout d’un moment, un soldat cagoulé est venu nous dire qu’ils avaient découvert des armes. Et ce parfait crétin est arrivé avec mon rasoir et un cutter qu’il avait trouvé dans la cuisine. Puis il a déclaré qu’il devait nous emmener avec lui, car nous étions des ‘‘terroristes’’».
Que la propagande militaire israélienne tente de justifier l’injustifiable est une chose mais il est inadmissible que des médias si prompts à donner des leçons de déontologie par ailleurs, nous assènent avec ce que les Grecs appelaient Argumentum ad baculum, soit la raison du plus fort, accordant exagérément la parole aux Israéliens qui se servent de fausses preuves fabriquées par leur machine de propagande. Ainsi, le commando aurait été attaqué par des activistes armés de gourdins. N’attendez pas qu’on spécifie que l’équipage de la flottille aurait été en tout état de cause dans une situation de légitime défense. Par un incroyable tour de passe-passe, les rôles sont inversés et le mot vertueux, lancé: la sécurité d’Israël. En phase avec cette logique absurde, la communauté internationale demande à ce pays de mener une «enquête impartiale», ce qui en droit commun reviendrait à demander à un assaillant qui s’est infiltré dans une maison et tué quelques personnes au passage de mener sa propre enquête. La boucle est ainsi bouclée. Le dramaturge de l’absurde Eugène Ionesco écrivait: «Prenez un cercle, caressez-le, il finira par devenir vicieux». Jusqu’à quand le monde continuera à alimenter, par sa malsaine partialité cette infernale spirale, à prendre au sérieux sa propre hypocrisie, à se complaire dans sa cécité?

Mouna Hachim

http://www.leconomiste.com/print_article.html?a=100988

Posté par MCPalestine

Gepost door: Mork | 23-06-10

De commentaren zijn gesloten.