23-05-09

Droits de l'Homme/ Human Rights: Belgique/Amérique - Belgium/United States


clintondeguchtguantanamo.art_73280De Gucht: "Prendre nos responsabilités" - De Gucht évoque l'accueil en Belgique d'anciens détenus de Guantanamo

WASHINGTON - La question de l'accueil en Belgique de détenus du camp de Guantanamo a refait surface hier. Actuellement à Washington, le ministre belge des Affaires étrangères, Karel De Gucht (Open VLD), a déclaré dans les médias flamands que "si une demande formelle nous est adressée, nous sommes prêts à prendre nos responsabilités" . Il évoque la possibilité d'accueillir deux ou trois personnes.

Le sujet est revenu à l'abordage avec les déclarations, mercredi, du président américain, Barack Obama, qui a confirmé sa volonté de fermer Guantanamo cette année-ci (v. par ailleurs).

Mais que vont devenir les 240 prisonniers qui s'y trouvent toujours ? Certains devraient être détenus dans des prisons américaines de haute sécurité. D'autres seront tout simplement libérés par manque de preuves quant à leur implication dans une mouvance terroriste. Et pourraient être "accueillis" à l'étranger, notamment en Europe et en Belgique pour leur éviter un retour risqué dans leur pays d'origine.

Pour l'heure, en ce qui concerne la Belgique, Karel De Gucht n'a mentionné que des personnes "libérées" ou libérables, qui feraient l'objet d'un accueil. "Il ne s'agit plus de détenus. Il n'est pas question qu'elles soient emprisonnées en Belgique" , a précisé Leo De Bock, porte-parole de Stefaan De Clerck (CD&V), ministre de la Justice.

"Mais ces gens ne sont pas forcément tous des anges !" , met en garde une source proche du dossier. Et M. De Bock de préciser : "S'ils devaient arriver, cela poserait la question du suivi en Belgique. Sous quelle forme ? On ne sait pas encore. En tout cas, les paroles de M. De Gucht n'engagent pas le gouvernement, or c'est à celui-ci de prendre la décision définitive."

Le ministre des Affaires étrangères aurait-il eu la langue un peu trop pendue ? Certains le pensent. Mais dans l'entourage du Premier ministre, Herman Van Rompuy (CD&V), on estime que "M. De Gucht a fait preuve d'une grande précaution dans ses déclarations".

En outre, comme le soulignait Karel De Gucht, il s'agira d'étudier la faisabilité du projet à un échelon européen. En effet, l'arrivée d'une personne en Belgique signifie de facto son arrivée sur l'ensemble de l'espace Schengen (Allemagne, France, Benelux...) en raison de la libre circulation des personnes.

Mais, pour le moment, on étudie uniquement les modalités pratiques à mettre en œuvre en cas d'accueil d'un ex-détenu si - et seulement si - une demande formelle des États-Unis est adressée à la Belgique. Pas question donc de voir débarquer demain une ribambelle d'anciens prisonniers de Guantanamo.

La Dernière Heure, 23/05/2009
Antoine Clevers

© La Dernière Heure 2009


soins_intensifs_002Marcel Vervloesem est condamné à mort

Bruxelles, 17.4.2009

Marcel Vervloesem, l'activist du Werkgroep Morkhoven qui luttait contre les réseaux d'abus des enfants, est gravement malade (opérations de cancer, opérations de coeur, maladie du sucre, maladie des reins...).

Il est en prison depuis 7 mois, sans preuves contre lui, sans procès libre et juste.

La Justice belge veut l'enfermer jusqu'à la fin de sa vie.

L’assassinat politique est une culture du pouvoir en Belgique. C’est tout un système de pouvoir qui fonctionne grâce aux crimes politiques.


Marcel Vervloesem est libéré ! (archives)

Ce Mardi 31 mai 2005, la Chambre du Conseil de Turnhout vient de décider de libérer Marcel Vervloesem, sous certaines conditions. Celui-ci avait décidé quelques jours auparavant de se réalimenter après une grève de la faim de 31 jours qu’il avait entreprise pour protester de son innocence. Le juge d’instruction qui se doit instruire à charge et à décharge,- fallait-il le rappeler ?- fait actuellement une enquête sur la validité des plaintes.

On sait que les plaintes déposées en septembre 1998, accusant Marcel Vervloesem de viol, ont créé de tels problèmes de fiabilité que le Tribunal Correctionnel de Turnhout a reporté plusieurs fois l’examen de celles-ci. Cette première affaire est fixée actuellement au 14 septembre 2005. Ce délai était nécessaire pour faire subir à Marcel Vervloesem le test du polygraphe (détecteur de mensonges). Ce qui a retardé cette procédure, c’est que Marcel Vervloesem a demandé que ses accusateurs subissent le même test. Ce qu’il semble avoir obtenu, actuellement.

Bientôt, peut-être, toute la lumière sera faite sur cette sordide affaire. Pour nous,- et nous le disons après avoir lu certains communiqués d’agences qui ne lésinent pas sur les nuances, Marcel Vervloesem est toujours présumé innocent.

http://www.wittecomitesblancs.be/article.php3?id_article=351

Dans la même rubrique:
- Revendications du réseau de Vigilance et de Solidarité des Comites Blancs
- Comment on détruit un homme
- Pétition de Soutien à Marcel Vervloesem
- Mémorandum du Collectif Citoyen Pour le Droit des Victimes
- Lettre ouverte au Procureur Général de Liege
- Pétition "Pour une justice plus humaine"


declerck.286380CONTACT:

N'hésitez pas à lui envoyer une carte postale, car ça le soulagera de savoir que sa vie n'a pas été écourtée en vain:
Gevangenis Brugge (Prison de Bruges)
Sectie 35 - K 62
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (Belgique)

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles (Belgique)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

---------

LINKS

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz

---------

PHOTOS

- Hillary Clinton et Karel De Gucht, le ministre belge des Affaires étrangères, sont devenus des bons amis. L'Amérique et la Belgique sont choisies pour la Comité des Nations Unies pour les Droits de l'Homme.
L'Amérique est bien connu pour Guantanamo. La Belqique ouvre sa propre Guantanamo en Hollande...
- La prison américaine sur Guantanamo où les Droits de l'Homme sont constamment violés.
- A son arrivée aux urgences à l'hôpital Sint Jan à Bruges (Belgique), l'activiste Marcel Vervloesem a été isolé dans une chambre entourée par 2 gardiens (ou des agents de sécurité belge), malgré l’état de sa santé critique.
Lors de ses opérations, et le séjour à l'hôpital (pendant 20 jours), Marcel Vervloesem était enchaîné par des menotes à la table d'opération, au lit, au brancard, au chaise roulante et aux appareils médicaux.
- Le ministre de la justice belge, Stefaan De Clerck (CD&V - Parti flamand des Démocrates Chrétiens)


De commentaren zijn gesloten.