19-01-09

Communiqué de presse du Werkgroep Morkhoven 19.1.2009


Claudia.gevangenissen.mailpatientenrechtenenmensenrechtenbestaannietinindegevangenisvanBruggeenhet verbeterternietop

LE MEURTRE DE L'ACTIVISTE QUI A REVELÉ LE RÉSEAU PÉDOCRIMINEL DE ZANDVOORT

Communiqué de presse du Werkgroep Morkhoven

Bruxelles, 19.1.2009

Marcel est aujourd'hui à nouveau la victime de la répression de prison de Bruges. Il doit rester, sans motivation, pendant 24 heures sur 24 dans sa cellule du centre médical, où il se trouve ensemble avec un homme qui a des troubles psychiques, qui se parle à lui-même (et qui a des intestinaux qui l'obligent de courir constamment, jour et nuit, à la toilette).

Marcel n'aurait plus de visite et plus de courrier.  Alors il a décidé de couper immédiatement sa pompe d'insuline.

Mr Vandecandelaere, assistant social et directeur de cette prison, aurait pris cette décision.
C'est lui, qui il y a quelques jours, alors que Marcel était isolé pendant 24 heures sur 24 dans une cellule non médicale, l'a convoqué à son bureau.  Il a menacé Marcel de 'nouvelles sanctions' s'il ne pouvait pas faire enlever de nos organes de presse Internet, l'expression 'tentative de meurtre' et un appel à 'écrire au ministre de la justice' concernant le Docteur Van Mol, Conseiller Général Médecin de la Service de la Santé Pénitentiaire du Ministère de la Justice.

Le Dr Van Mol est en contact direct avec le ministre de la justice. Il a nié, comme il l'avait fait concernant un autre prisonnier en 2002, que Marcel avait été menotté à la table d'opération.  Il a également fait un rapport médical mensonger pour le Service des Cas Individuels, qui décide de la libération d'un prisonnier, que l'état de santé  ne permet pas de soigner en prison.

Van Mol a caché que:

- Dés les premiers jours de sa grève de la faim en de la soif à la prison de Turnhout, le médecin de la prison avait décidé de l'hospitaliser en urgence mais qu'un coup de téléphone de Bruxelles (selon un article du 'Nieuwsblad' et nous pensons de Van Mol même), a obligé l'ambulance de repartir vide. Marcel avait alors été transporté avec une autre ambulance au service médicale du prison de Bruges.

- Marcel a été incarcéré là durant 32 jours dans une cellule d'isolation sans air frais, même si la punition maximum est de 9 jours et qu'in ne peut pas être puni deux fois pour la même chose en prison.

- Marcel a été privé durant les premières semaines de son courrier et des visites, sauf celle de sa fille et de quelqu'un qui avait par hasard aussi le nom de famille 'Vervloesem'.

- Marcel n'a pu sortir de sa cellule d'isolation que pour aller à l'infirmerie faire unsimple contrôle du sang.

- Marcel n'a eu aucun contact avec ses codétenus.  Il ne pouvait voir ses avocats que quelques minutes.  C'est une forme de torture. Il a lui a été attribué le traitement des terroristes, cent fois pire que Marc Dutroux.

- Marcel a arrêté sa grève de la soif au bout de 5 jours, puis la faim au bout de 26 jours. Il voulait reprendre ses médicaments, sinon il serait décédé, comme beaucoup d'autres avant lui.

- Il a été maintenu enfermé dans sa cellule d'isolation après l'arrêt de sa grève de la faim, sans examens médicaux, sans réhydratation, pendant une semaine, jusque quand il tombe dans le coma.

- Marcel a été hospitalisé en secret, juste le temps de le réhydrater. Ni sa fille, ni le Werkgroep Morkhoven, n'en a été avisé.  Le médecin de la prison de Turnhout avait demandé un protocole pour son cancer, mais ça n'a pas été fait.

- Après quelques semaines, Marcel a à nouveau été ramené à la prison de Turnhout. On lui avait promis qu'il serait soigné à l'hôpital. C'était un mensonge. Il a à nouveau été enfermé en une cellule d'isolation où n'y avait qu'un lit et un seau en plastique pour aller à la toilette.

- Marcel a été privé d'insuline pour son diabète pendant deux jours et deux nuits, sous prétexte que son dossier médical 'avait été oublié' à la prison de Bruges.  C'était particulièrement dangereux parce qu'il n'y a pas un service médicale à la prison de Turnhout et que les infirmières partent à 9 heure du soir.

- Le taux de sucre dans le sang de Marcel a été totalement déstabilisé, maintenu ente 40 à 640, alors que la norme est entre 100 et 120. Ses pieds et ses jambes ont commencé à se gorger d'eau, jusque quand il ne savaient plus marcher. Il a aussi commencé une infection à la jambe gauche, ce qui est très dangereux pour un diabétique.

- Marcel a été mis dans une cellule avec un autre prisonnier. Ils ont été fouillés complètement nu, puis enfermé pendant des heures dans une chambre de torture avec des champignons sur le plafond et les murs, mais sans toilette.  On leur a alors dit qu'ils avaient été 'oublié'.

- Un certain moment, j'ai téléphoné à Mr Geudens, directeur de la prison. Je lui ai  demandé pourquoi Marcel n'était pas hospitalisé, et il a répondu qu'il n'y avait 'aucune raison'.

- Le lendemain matin, il n'avait plus que 24 battement de cour par minute. Marcel était presque mort. Deux ambulance sont alors arrivé, dont une médicalisée avec des appareils pour réanimer.  Après sa réanimation, il a été autorisé à me téléphoner très courtement, pour donner l'impression que tout allait bien.

- Il a, directement après, été transporté en urgence à l'hôpital de Turnhout. Les médecins ont passé 6 heures à le récupérer (avec une machine de coeur, du sérum, respirateur, etc.).  C'était la deuxième hospitalisation secrète, cachée même à sa fille. Le médecin a prescrit une double opération cardiaque et trouvé une forme de leucémie : le corps de Marcel ne crée plus de globule rouges de sang.

- Le 4 novembre, 2008, Marcel venait seulement d'être détaché des appareillages pour son cour, il a été transporté à nouveau au centre médical de la prison de Bruges, sans lui permettre de faire le cathétérisme cardiaque, ni contrôler l'état de ses reins.

- Marcel a décidé d'arrêter ses médicaments au bout de 3 semaines à la Bruges, parce qu'il n'est pas soigné et ne peut plus vivre comme ça. Il a alors a été hospitalisé pour la troisième fois en secret, pour faire son cathétérisme cardiaque, sans prévenir sa fille, alors que ce n'est pas une opération sans risque. Les médecins ont vu que Marcel ne pourrait pas survivre à une double opération, mais qu'il en fallait deux.

- Il a été ramené en prison, hospitalisé le jour même en secret pour une hémorragie interne. Il a eut deux opérations d'urgence sous anesthésie totale, la première pour les reins bloqués, puis pour l'hémorragie. A nouveau, ni sa fille, ni la direction de Werkgroep Morkhoven n'a été informés de l'hospitalisation.

- En réalité, ses reins étaient bloqués depuis plusieurs semaines, ce que les médecins savaient depuis qu'il ne parvenait plus à éliminer l'eau (jambes et ses pieds gonflés d'eau). Il a du faire plusieurs semaines de dialyses, jusqu'à ce que ses reins fonctionnent à 60%. Ca veut dire qu'il a perdu 40% de ses reins.

- Marcel a été hospitalisé pour la cinquième fois en secret, pour être amputé d'une gangrène.  Ce n'est qu'à ce moment là que les médecins ont décidé de traiter sa forme de leucémie. Il a du transfusé 3 litres de sang, soit ½ litre par jour pendant 6 jours, directement après l'opération.

- Des maltraitances, tortures et traitements humiliants de Marcel, constamment menotté et entouré de deux gardes comme un dangereux bandit, et la lumière allumée la nuit dans sa chambre qui l'empêchait de dormir. Il a été menotté  jour et nuit, à son lit, pendant plusieurs heures à une chaise roulante avant son opération, à la table de l'opération et au brancard de l'ambulance.

- Il y beaucoup de morts et de suicides à la prison de Bruges.

Cette liste est incomplète, mais illustre ce que tolère le Médecin-chef du ministre de la justice pour le Service de la Santé Pénitentiaire.

Le rapport du Dr Van Mol passe sous silence que 9/9 médecins se sont opposés à l'incarcération de Marcel, à cause de sa santé, entre autre du fait qu'il est suicidaire. Il cache son cancer et des deux opérations à coeur ouvert qui doivent lui assurer de survivre.
Il cache qu'il était déjà gravement malade avant son emprisonnement : 3 opérations à cour ouvert, 3 métastases, opération du pancréas, etc.

Le Dr Van Mol ne considère pas la demande d'euthanasie de Marcel, et dit qu'il peut être soigné dans n'importe quelle prison. Il prétend que ses problèmes cardiaque de Marcel sont de sa faute, parce qu'il 'fume', alors que tout le monde sait qu'il a une aversion à la fumée. Il prétend que Marcel serait tombé malade en prison qu'à cause de sa grève de la faim et de la soif et que c'est de 'sa propre faute'. C'est facile à dire, quand on refuse les soins à un homme, condamné grâce au vol des documents à décharge de son dossier, qui est constaté par le Conseil Supérieur de la Justice !

Les nouvelles sanctions contre Marcel, sont pas que le résultat de nos questions sur Van Mol dans nos lettres au ministre de la justice (15.1.2009) et à Me Vander Velpen, président de la Ligue de Droit de l'Homme (18.1.2009).

Hier, le Werkgroep Morkhoven a aussi diffusé en publié les textes suivants:

U.S. Department of State - Belgium Country Report on Human Rights Practices for 1997

In January 1998, the American government submits a report on the Belgian situation of children's  rights who establishes that the country is both a transit point and destination for trafficking of children, who also recognises the prostitution of children. This joins the opinion of Marc Verwilghen, former president of the Dutroux commission, ex-minister of the justice and who writes on 15/10/1996 to the president of Werkgroep Morkhoven: "the events of these last weeks do not leave any doubt of the reality of the pedo- pornographic and the prostitution of children in Belgium."

The document already foresees that the Dutroux lawsuit will not start before second half of 1998. Yet, it will only begin on the second quarter 2004, according to Marc Dutroux: due to the fact that he was just childen's provider for a certain elite of politicians, judges and police officers.

Children

Belgium has comprehensive child protection laws, which the Government seeks to enforce. The Francophone and Flemish communities have agencies dealing with children's needs. Government and private groups provide shelters for runaways and counseling for children who have been physically or sexually abused. The Government provides compulsory education up to the age of 18.

In 1995 the Government enacted laws designed to combat child pornography by increasing penalties for such crimes and for those in possession of pedophilic materials. The law permits prosecution of Belgians who commit such crimes abroad. Another 1995 law provides that criminals convicted of the sexual abuse of children cannot receive parole without first receiving specialized assistance and must continue counseling and treatment upon their release from prison.

Belgium is both a transit point and destination for trafficking in women and children. In the first half of 1997, 120 children from 37 different countries were trafficked in the country, the largest number from Romania (21).

In 1996 the authorities uncovered a pedophile/child pornography and trafficking ring. The criminal investigation of this ring continued through 1997. Five suspects remained in detention; however, their trial was unlikely to begin before mid-1998.

A parliamentary commission continued to investigate allegations of corruption and complicity in the law enforcement and judicial system.
By December no judicial or police officers had been imprisoned or sanctioned for collusion related to the pedophile case.

In response to the public outcry over the handling of the pedophile case, the Government established a center for missing and exploited children. The Prime Minister appointed the center's president and board of directors in May, and the center opened in December.

Children have the right to a voice in court cases that affect them, such as divorce proceedings. The law states that a minor "capable of understanding" can request permission to be heard by a judge, or a judge can request an interview with a child.

Child prostitution is of limited scope, but, in response to recommendations made in a 1994 government study, police have received instructions to be especially diligent in combating prostitution among those who appear to be under the age of 18.

There is no societal pattern of abuse directed against children.

----------------------------

Do you not belief in pedocriminal networks ? Here is a list of the fees for babies and children's prostitution, found by the Belgian Werkgroep Morkhoven

Children for fuck and babies for masturbation: the fees ...

Hello my dear friend. Here is a new list of girls we can offer you. I hope you are satisfied with offer. We have new girl age 4 to 17.

Choose from list you see down.

1) Marija, age 5, you can do only blowjob, no sex, only masturbate, cum on her face, no swallow, no fuck, you can film her playing with older boys. price us-dollars 100.

2) Petra, age 14, you can do everything with her, she is doing blowjob, fuck, fuck in asshole, swollow cum, maximum 2 man at a time. you can film her, you can show her, face on film. she is fucking with her dad also, you can film this ( price us-dollars 100). price for fuck us-dollars 150, fuck with 2 man us-dollars 250.

3) Pjotr, boy age 8, is doing blowjob, you can film him with other boy play and fuck. no fuck with too long cock. he swollow cum also pissing game. for more cash (us-dollars 300) his father travel with you in austria and stay 3-4 days with you. price for fuck or piss game us-dollars 150.

4) Melija, age 7, is fucking, and doing blowjob. she swollows cum. only one man can do with her at a time. you fuck good with her, no force, because she is new girl. you can have her and sister (Petra, age 5). Petra no fuck, only blowjob, no swollow cum. you can cum on face. she is virgine. if you want fuck her special price us-dollars 400. only fuck with care. fuck with Melija cost us-dollars 150.

5) Anika, age 10, ungarian girl. she is fucking and blowjob. if you fuck her you order 2 weeks ago. has to come from ungaria with mother.
You can cum on face, in pussy or swollow cum. cost us-dollars 200. mother go to your country for us-dollars 300.

6) a very special offer : baby for masturbation. you can lick baby pussy and blowjob possible. NO FUCK. you can cum on pussy and in face. swollow cum is possible. price us-dollars 300.

7) new offer : only filming a fuck. you bring camera and make film. no fuck.


CONTACTEZ LE WERKGROEP MORKHOVEN

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl, Faiderstraat 10, 1060 Sint-Gillis
nr. 443.439.55 Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be
http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/
http://www.droitfondamental.eu/

----------------------------------------------------------------

SCHRIJF-ECRIVEZ-WRITE-SCRIVETE:

Stefaan De Clerck
Minister van Justitie - Miinistre de la Justice - Minister of Justice
Waterloolaan 115
1000 Bruxelles
(België, Belgique, Belgium, Belgio)
(Tel.: 02 542 80 11)

Gevangenis Brugge - Prison de Bruges
t.a.v. Mevrouw Haesebrouck
Directrice
Legeweg 200
8200 Sint-Andries Brugge

Orde van geneesheren - Orde de médecins
Nationale Raad
de Jamblinne de Meuxplein 34-35
1030 Brussel
Tel.: 02.743.04.00
Fax : 02.735.35.63
e-mail: ordomedic@skynet.be

Penitentiaire Gezondheidsdienst - Service Pénitentiare
Waterloolaan 76
1000 Brussel

Gevangenis Brugge
Centre médicale - K 6104
t.a.v. Marcel Vervloesem
Legeweg 200
8200 Sint-Andries - Brugge (België-Belgique-Belgium-Belgio)
Tel: 050 45 71 11 - Fax: 050 45 71 89
Europe: Tel: 0032 50 45 71 11 - Fax: 0032 50 45 71 89

Commission de la Justice du Senat:
guy.swennen@skynet.be, patrik@vankrunkelsven.be, crombe@senators.senate.be, s.themont@skynet.be, contact@christophe-collignon.be, alaincourtois@hotmail.com, hugo@coveliers.be, contact@christinedefraigne.be, lambert@senators.senate.be, geert.lambert@yucom.be, phm@swing.be, courrier@philippe-mahoux.be, carine.russo@ecolo.be, senaat@helgastevens.be, dirkdb.mt@skynet.be, martine.taelman@skynet.be, mr.hvandenberghe@skynet.be,

Parlément européen:
marie-anne.isler-beguin@wanadoo.fr, solange.helin@europarl.europa.eu, dimitris.komodromos@europarl.europa.eu, gabriela.langada@europarl.europa.eu, armin.machmer@europarl.europa.eu, enda.mckay@europarl.europa.eu, isuka.palaugarcia@europarl.europa.eu, silvia.pelz@europarl.europa.eu, david.poyser@europarl.europa.eu, sergio.sergi@europarl.europa.eu, office@sarahludfordmep.org.uk, fiona@fionahallmep.co.uk, bill.newtondunn@europarl.europa.eu, andrew.duff@europarl.europa.eu, diana@dianawallismep.org.uk, enicholson@europarl.europa.eu, info@elspethattwoollmep.org.uk, chrisdaviesmep@cix.co.uk, info@sharonbowles.org.uk, david.mccullough@europarl.europa.eu, mariearlette.carlotti@europarl.europa.eu, giovanniclaudio.fava@europarl.europa.eu, hannes.swoboda@europarl.europa.eu, anamaria.gomes@europarl.europa.eu, maria.sornosamartinez@europarl.europa.eu, lizlynne@cix.co.uk

De commentaren zijn gesloten.