30-06-08

Abus d'enfants: Marcel Vervloesem invité à La Haye - Server bloqué


Marcel Vervloesem à la Cour Européenne des Droits de l’Homme

marcelNos félicitations pour la mobilisation en France où l'affaire pédocriminelle de Zandvoort avec -selon la police fédérale belge- plus que 88.000 victimes a été nommé un 'non-lieu'. La justice belge n'est pas du tout content avec l'invitation de Marcel Vervloesem au palais de la justice de La Haye concernant l'affaire Zandvoort et la mobilisation internationale contre la politique du gouvernement belge et française sur le plan de la lutte contre les réseaux pédophiles et les abus d'enfants. Directement après ce message on a bloqué le server du Werkgroep Morkhoven et de la Fondation Princesse de Croÿ qui ne peuvent même plus envoyer leurs e-mails.
Entretemps les cd-roms de l'affaire Zandvoort lesquelles le Roi belge transmettait en 1998 à la justice et qui ont été volé sur le court d'appel d'anvers, restent mystérieusement disparus. Il y a quelques semaines que le Roi et le ministre de la justice belge ont été contacté par le Werkgroep Morkhoven qui attend maintenant leur réponse...


BELGIQUE: La Cour de cassation a confirmé le 24 juin 2008, la légalité de la condamnation d'un homme pour viol, malgré un cancer de la prostate, donc d'une glande du système reproducteur masculin, dont la dysfonction conjointe à un grave diabète, anéantit toute possibilité d'imposer les sodomies ou fellations décrites par les plaignants.

La condamnation de Marcel Vervloesem est basée sur les doutes du Dr COSYNS au motif du nombre de plainte, plutôt que sur un diagnostique relatif aux effets du diabète et du cancer, selon sa mission de médecin.

CE CANCER LUI A ÉTÉ CACHÉ. Il n'a été opéré en urgence de deux cancers qu'un mars 2006, alors qu'une prise de sang datant de janvier 2005 faisait état de la tumeur. Marcel Vervloesem a survécu à 3 1/2 ans sans chimiothérapie, dont 14 mois avant les premiers soins, ce qui a résulté à 2 métastases. La Cour de Cassation a confirmé une peine de 4 ans de prison, "compte tenu de son état de santé".

Marcel Vervloesem a été condamné par la maffia depuis 1988, quant il a découvert, que les enfants qui fuyaient les maltraitances de l’hôpital Good Engels à Anvers, étaient récupérés par la maffia pour les prostituer.

Le Werkgroep Morkhoven, association d'activistes fondée par Marcel Vervloesem, reprochait au juge VAN CRAEN d’avoir accordé l’adoption de Wilfried, un jeune homosexuel de 17 ans, à un invalide de 60 ans, ouvertement homosexuel aussi, et qui sera ultérieurement condamné pour inceste. Les activistes reprochaient au Dr COSYNS de ne pas avoir vu que des enfants ressortaient des cellules d'isolation de l'hôpital Good Engels avec bras et jambes cassées et qu’une fille de cinq ans y était morte... isolée.

Ils avaient manifesté au Palais de justice d'Anvers pour libérer Wilfried, qui avait été remis en cellule d'isolation, alors que son père adoptif était en prison pour inceste. Il avait ensuite été envoyé à la maison de redressement de Mol. Marcel Vervloesem était déguisé en moine, portait le masque de la mort. Un cercueil rappelait que le destin de Wilfried ne devait pas être semblable à celui de petite fille, morte en cellule d’isolation.

A la même époque, Robbie, fils d'un patron de bordel, avait été incité à fuguer de la maison de redressement de Mol en Hollande, où il avait été prostitué. Il avait été exploité par un "service d'escorte" dès l'âge de 12 ans. Un garçon comme lui pouvait rapporter entre 450 et 900 euros la nuit, selon son père.

En 1998, Robbie avait 20 ans et voulait vivre sa vie, loin du réseau, avec sa femme et sa fille. Il a mené le Werkgroep Morkhoven au fichier Zandvoort, où figurent plus de 100.000 photos de crimes sur des enfants. Il a ensuite assassiné le propriétaire du fichier, qui le tenait sous chantage.

En réponse, un nouveau contrat a garanti le paiement 375 euros à neuf délinquants pour accuser Marcel Vervloesem de viols lorsqu'ils étaient mineurs d'âge. L'un d'eux s’est retourné quand il a retrouvé son appartement vandalisé par la bande, et témoigné de ces paiements.

Trois jeunes ont alors été agressés, jusqu'à ce qu'ils acceptent de chercher de la drogue en Hollande, avec pour instruction, s'ils étaient arrêté, de dire que Marcel Vervloesem les avaient violé. Ils ont été arrêtés en mai 2005. Marcel Vervloesem a immédiatement été emprisonné, alors qu'il avait un cancer à la prostate depuis 4 mois, depuis janvier 2005 au moins. L'un des jeunes a rétracté ses accusations dés le lendemain et a été envoyé à la maison de redressement de Mol.

Le tribunal de Turnhout désignera le Dr COSYNS en septembre 2005 pour donner son avis en sa qualité d'expert. Marcel Vervloesem n’a été avisé d’un double cancer au foie et à la vésicule qu'en mars 2006, une semaine avant d'être condamné à trois ans de prison ferme sur base des doutes émis par le médecin au motif du "nombre de plaintes", sans un mot sur la prostate.

En 2007, le juge VAN CRAEN était passé du tribunal de la jeunesse à la cour d'appel. Il alourdira la peine a quatre ans de prison, au moment où Marcel Vervloesem était opéré d'une métastase "au ventre", selon ses médecins, toujours sans un mot sur la prostate.

A présent, le tribunal de cassation confirme la légalité de condamner un homme alors que le plaignant, depuis majeur, a rétracté sa plainte en assurant l’avoir porté sous la menace; alors que le tribunal a reconnu la crédibilité d'un témoin qui assure qu'une deuxième plainte a été payée 375 €; alors que cinq médecins certifient qu'il ne peut pas physiquement commettre ces dits crimes, alors que 42 pièces de la défense manquent au dossier et que le délai raisonnable est dépassé depuis deux ans.

On comprend donc pourquoi Robbie aurait pu croire préférable d'assassiner son principal abuseur, plutôt que de faire confiance à la justice. Aux Etats-Unis, plusieurs victimes ont été attribuées tous les meurtres de la mafia. Certains ont été condamnés en temps que meurtrier en série, parfois pour 80 meurtres, alors qu’ils n’en reconnaissaient que quelques-uns, tels que Papa ou Maman et les grands-parents, qui les avaient exploités sans avoir à en répondre.

Les victimes ne sont pas surprises, mais furieuses de la condamnation de Marcel Vervloesem. Elles ont toutes été objets de jugements semblables et vu tous ceux qui ont tenté de les aider sur le banc des accusés. Les enfants de maffieux, qui sont généralement les premiers exploités, témoignent de leurs méthodes. Les juges sont menacés, y compris ceux du Tribunal Européen des Droits de l'Homme, selon eux. Ca fait peur, mais ils ont eu peur aussi et beaucoup n'y ont pas survécus.

Le Werkgroep Morkhoven et la Fondation Princesse de Croÿ et Massimo Lancellotti soutiennent Marcel Vervloesem sans réserve. Ils se rendront au tribunal de Strasbourg avec des médecins, pour expliquer la possibilité de sodomiser quelqu'un avec un cancer de la prostate. De nombreux parents et jeunes, qui ont enduré ces crimes et la lâcheté des autorités, soutiennent Marcel Vervloesem, qu'ils appellent "le Nelson Mandela des enfants". Il restera un héro, sans que les mafias ne puissent rien y faire.

Source: http://www.droitfondamental.eu/


- http://www.google.fr/search?hl=fr&q=affaire+zandvoort&btnG=Rechercher&meta=
- http://www.google.be/search?hl=fr&q=Jacobs+zicot+turnhout&btnG=Rechercher&meta=
- http://www.google.be/search?hl=fr&q=Gina+Bernaer+Pardaens+Zandvoort&btnG=Rechercher&meta=
- http://www.google.be/search?num=30&hl=nl&q=Onkelinx+Zandvoort+&btnG=Zoeken&meta=
- http://www.zoegenot.be/CD-roms-pedocriminels-Onkelinx.html
- http://www.droitfondamental.eu/

Affaire Zandvoort - Audition à La Haye avec Marcel Vervloesem et ses avocats
Vendredi, 4 juillet 2008
Palais de justice, Prins Clauslaan 60, AJ 's Gravenhage (La Haye), Hollande

10-06-08

La pétition n° 186/2004 retenue par le Parlement Européen


marcelLe Werkgroep Morkhoven & la Fondation Princesse de Croÿ

Présentent:

La pétition n° 186/2004 retenue par le Parlement Européen

La Belgique garde sous silence les questions relatives à la prostitution d'enfants, peut-être du fait que le pays est une plaque tournante internationale de réseaux pédocriminels, entre autre en raison de sa situation géographique idéale: à deux pas de la Hollande, l'Allemagne, la France, le Luxembourg et l'Angleterre. Probablement aussi du fait du laxisme des autorités en la matière.

Hautement politisée, la presse belge a tendance, plutôt que de diffuser une information correcte et vérifiée, de relèguer des théories déformées. Par exemple, dès à partir du moment où Neufchâteau a clôturé l'enquête Dutroux, certains journaux déclaraient qu'aucun réseau pédocriminel n'avait été découvert sur le territoire. Un message porté en triomphe, comme une victoire pour la justice belge qui avait subit de lourdes critiques depuis plusieurs années.

Malgré l’affaire Dutroux, la protestation de centaines de milliers Belges, la critique de la communauté internationale et les nombreuses promesses, le problème s’est aggravé. Le pays fait largement obstacle aux organismes qui cherchent à mettre fin au commerce d’enfants. Il impose le silence aux témoins de ces réseaux par des pressions scandaleuses, étouffant ainsi toutes les plaintes concernant la prostitution d’enfants. Ceci n’est possible que du fait que la majorité des nominations de magistrats dépend de l’appartenance politique des candidats, ce que exclut une approche indépendante de la problématique relative à la prostitution d’enfants et des réseaux.

Ainsi, Marcel Vervloesem, le représentant de l'a.s.b.l. Werkgroep Morkhoven est harcelé juridiquement depuis qu’il a transmis les CD-ROMS du réseau pédocriminel de Zandvoort aux autorités belges et internationales depuis le 19 juillet I998. Sur ces CD-ROMS, figurent des milliers d’enfants abusés sexuellement et des criminels en pleine action. Ces pièces à convictions n'ont jamais été étudiées et personne n'aurait été identifié en toutes ces années.

Malgré la loi Franchimont, le tribunal de Turnhout n’a eut aucun scrupule à poursuivre Marcel Vervloesem dans le cadre d’accusations pour lesquelles il n’a jamais été interrogé et retenir des plaintes de violeurs, voleurs, consommateurs de stupéfiants avec falsification de leur dates de naissances etc., afin de discréditer le Werkgroep Morkhoven et ses découvertes. En échange, les délateurs ont obtenu de ne pas être poursuivis pour les infractions qu'ils avaient commises précédemment.

Alors que Marcel Vervloesem était invité en tant qu’expert à une séance de la commission de sénat au sujet de la prostitution d’enfants et des réseaux, c'est en vertu d’accusations diffamatoires provenant du tribunal de Turnhout, qu'on lui interdit de témoigner. Le Sénateur Leduc a maintenu le refus de l’entendre sous ce prétexte, alors que selon le droit fondamental, toute personne est innocente tant qu’elle n’a pas été jugée. Dans sa lettre du 18 février 2002 - (ref: P2002/004) - elle explique avoir pris cette décision en raison "d’un appel téléphonique d’un journaliste".

Les responsables politiques ont été interpellés à de nombreuses reprises afin qu’ils interviennent, mais en vain. Ils nient l'existence de l'industrie pédo- pornographique en Belgique. Pourtant, le 15 octobre I996, Verwilghen, président de la commission parlementaire Dutroux, écrit au Werkgroep Morkhoven dans sa lettre (ref. : 961766) « que la réalité des réseaux et circuits pédocriminels en Belgique est indiscutable. » Une position que prend aussi le premier ministre de l'époque, Jean-Luc Dehaene dans son rapport succinct de la réunion plénière à la Chambre du jeudi 19 septembre 1996. Le gouvernement belge n'a entrepris aucune mesure et ce, en toute connaissance de cause.

Dans son rapport du 30 janvier I998 sur le respect des droits de l’homme en Belgique, le département d’état américain suivait la même position et déclarait que la Belgique est un point de destination et de transit pour le trafic d’enfants.

Une opinion largement répartie. En fin février 2004, l’expert Jaap Hoek de la police des moeurs d’Amsterdam (Hollande) a déclaré dans un interview sur la télévision luxembourgeoise que l’enquête des CD-ROMS de Zandvoort a été très mal menée. Une critique qui est aussi étayée par les Nations Unies dont le rapport de la résolution du 27 janvier 2OO3, (ref : E/CN.4/2OO3/79Add.2.) qui déclare que les CD-ROMS de Zandvoort doivent d’urgence être remis aux services spécialisés européens afin qu’ils identifient les nombreux criminels et les milliers de victimes qui s’y trouvent.

L’approche gouvernementale du commerce d’enfants et des réseaux est inexistante en Belgique. En mars 2001, le procureur Bourlet voulait diriger une enquête sur ces réseaux. Il demandait alors au Werkgroep Morkhoven de transférer toutes les données possibles : documents, lettres, CD-ROMS pédo- pornographiques etc... à la cellule de recherche de Neufchâteau. Le Werkgroep Morkhoven a donc remis ce matériel à la cellule, ce qui a été établis dans les procès verbaux ref : 8219/01 - 8220/01 et 8257/01.

Le procureur Bourlet n'a pas pu mener d'enquête, par opposition aux communiqués de presse qui prétendaient que ses investigations n’ont pas pu démontrer de réseaux pédocriminels. En effet, dans sa lettre du 23.I0.2001, Ref. T.3620-11/96 le Procureur Bourlet disait qu'un budget lui a été accordé pour examiner ces CD-ROMS et que l’enquête était transmise au tribunal de Turnhout, ce que confirmait l’Avocat Général liégeois Pierre Jacquemin dans sa lettre du 12 juillet 2OO1, ref. D/376O6/2O2/M.3/CK. Il doit être rajouté qu’aucun mandat ou devoir d’enquête sur le réseau n’a été établis par la commission parlementaire « Dutroux ». Les enquêtes de Turnhout sur les CD-ROM Zandvoort n’ont abouti à aucun résultat.

Les parlementaires belges ne voient pas tous d’un bon oeil la manière dont la justice belge a traité les CD-ROMS de Zandvoort. Déjà le 18 avril 2001 à 11.30 heures, le parlementaire Decroly a demandé parmi ses questions au ministre de la Justice, ce qui était prévu pour les CD-ROMS de Neufchâteau et si la Justice n’utiliserait se transfert pour criminaliser à nouveau Marcel Vervloesem. Le 21 octobre 2003, Zoé Genot posait la question parlementaire n° 0067 sur les CD-ROMS. Le ministre de la Justice répondait que le tribunal de Turnhout devait traiter le problème le 10 mars 2004 : au jour et à l’heure du jugement pour la cabale à l'encontre de Marcel Vervloesem et par ceux qui lui refusait alors toute forme de consultation de son dossier N°45.98.100301/01.

Réseau CRIES

Les données majeures qui auraient pu permettre de poursuivre ces criminels et sauver des enfants ont été tenues secrètes du public, mais plus grave encore: secrètes des instances internationales. Dans la documentation transmise sur l'affaire CRIES aux services du procureur Bourlet, une affaire de pédophilie qui s'est produite au sein des bâtiments de l'UNICEF à Bruxelles.

Ainsi le dénommé Bert MEIER dont le nom se retrouve sur la liste du réseau, a récemment kidnappé un enfant en Suisse. Il a été arrêté en France et était en possession de photos de bébés torturés qui se retrouvent dans le matériel que le Werkgroep Morkhoven a transmis au procureur Bourlet. Le gouvernement Suisse a demandé son extradition et l'homme est maintenant incarcéré dans une prison de Zurich. Entre-temps les services policiers anglais constatent qu’il s’agissait de l’homme qu’ils recherchaient pour le meurtre d’un enfant de deux ans dans le Nord Angleterre.

Les déclarations du Werkgroep Morkhoven à Neufchâteau au sujet du réseau CRIES n’ont débouchés sur aucune enquête.

Le réseau pédocriminel CORAL et les fausses pistes de Georges Zicot

Pendant que la Justice néerlandaise analysait le CD-ROM de Zandvoort pour l’arrestation des criminels et la prévention, elle affirmait que le tribunal de Turnhout ralentissait chaque recherche et depuis deux ans, manquait totalement d’initiative pour rechercher les coupables. En effet, il aura fallu deux ans à ce tribunal pour photocopier seize pages d’un rapport de recherche néerlandais et le faire parvenir à la CBO de Bruxelles afin que les nombreux portraits d’enfants et de criminels soient analysés.

Sur un des CD-ROMS, la photo n°9 représente un homme qui abuse sexuellement d'un enfant. Celui-ci a été identifié par sa victime, alors âgée de 11 ans, en tant que le juge de la jeunesse J.P. R.ZW, qui l'avait placé en institution. Cette photo est originaire du réseau Coral, qui comporte de nombreux liens avec le dossier pédophile « CRIES » et divers politiciens belges. Au moment de la diffusion de ces photos, l'officier George Zicot, ultérieurement poursuivi pour corruption dans l’enquête Dutroux, réagissait par une télécopie confidentielle à l’officier Frans Tops pour assurer que ce magistrat français était un "homme de Charleroi".

Copie autorisée avec mention "source: Werkgroep Morkhoven - Fondation Princesse de Croÿ "


- http://www.google.be/search?num=30&hl=nl&q=kinderpornonetwerk+zandvoort&btnG=Zoeken&meta=lr%3D
- http://www.google.be/search?num=20&hl=nl&q=gerecht+Turnhout&btnG=Zoeken&meta=lr%3D
- http://www.google.be/search?num=20&hl=nl&q=Justitie+Turnhout&btnG=Zoeken&meta=
- http://www.google.be/search?hl=fr&q=Justitie+Turnhout&btnG=Recherche+Google&meta=
- http://www.google.be/search?hl=fr&q=Open+brief+procureur+generaal+Morkhoven&btnG=Rechercher&meta=
- http://www.google.be/search?hl=fr&q=Jacobs+zicot+turnhout&btnG=Rechercher&meta=
- http://www.google.be/search?num=30&hl=nl&q=Onkelinx+Zandvoort+&btnG=Zoeken&meta=
- http://www.zoegenot.be/CD-roms-pedocriminels-Onkelinx.html
- http://www.google.be/search?q=Hof+van+Beroep+Antwerpen+Vervloesem&gbv=2&hl=fr&start=0&sa=N
- http://www.google.be/search?hl=fr&q=hervorming+politie+justitie&btnG=Recherche+Google&meta=
- http://www.droitfondamental.eu/

De nieuwsbrieven van de vzw Werkgroep Morkhoven die rijkelijk voorzien zijn van bewijsstukken die het bedrog en zelfs diefstallen door justitie in de zaak Vervloesem aantonen, zijn te bestellen op het secretariaat van de vzw Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat 10, 1060 Sint-Gillis
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
Tel/Fax: 02 537 49 97
Kosten: een aantal postzegels voor de verzending

Proces Vervloesem/Zandvoort - Procès Vervloesem/Zandvoort - Trial Vervloesem/Zandvoort: 24.6.2008, Gerechtsgebouw/HofvanCassatie-PalaisdeJustice/CourdeCassation-HigherCourtofJustice, Poelaertplein, Brussel-Bruxelles-Brussels


05-06-08

De kinderporno van de Koning - Brief aan Tony Van Parys

 

De cd-roms met kinderporno van ZM de Koning zijn verdwenen

tonyVanParysM_bVan: Werkgroep Morkhoven
Verzonden: donderdag 5 juni 2008 17:04:16
Aan: tony.van.parys@skynet.be
CC: werkgroepmorkhoven@gmail.com
BCC: vermist.tros.nl; redactie.telegraaf.nl; redactie.trouw.nl; redactie.volkskrant.nl; redactie.nu.nl; redactie.parool.nl; redactie-i.telegraaf.nl; nrc.nl

Tony Van Parys - CD&V N-VA
Lid van de Commissie Justitie
Sint-Markoenstraat 18
9032 Wondelgem

Brussel, 5 juni 2008

Geachte Heer Van Parys,

De vzw Werkgroep Morkhoven bezorgde in 1998 cd-roms met kinderporno van de kinderpornozaak Zandvoort aan Zijne Majesteit de Koning die u, in uw toenmalige functie van minister van justitie, voor onderzoek aan procureur-generaal Christine Dekkers van het hof van beroep te Antwerpen overmaakte.

Enkele maanden geleden moest advocaat-generaal Mark Tack, de openbare aanklager van Morkhoven-activist Marcel Vervloesem op het hof van beroep van Antwerpen die de kinderpornozaak Zandvoort een 'zeepbel' noemde terwijl er volgens het rapport van de federale politie meer dan 88.000 slachtoffers in voorkomen, toegeven dat de 7 voornoemde cd-roms spoorloos verdwenen zijn. Het lijkt er dus op dat zij door iemand die er belang bij had om het onderzoek in deze te dwarsbomen, gestolen zijn.

Graag had ik dan ook om uw tussenkomst verzocht in deze zaak.

In bijlage zend ik u nog een copie van mijn schrijven gericht aan de heer Jacques van Ypersele de Strihou, de kabinetschef van de Koning.

In afwachting van uw antwoord, teken ik,

Met de meeste hoogachting,

Jan Boeykens
Voorzitter vzw Werkgroep Morkhoven

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis
Tel/Fax 02 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com

----------------------------------------

From: Jan Boeykens
Date: 3 jun. 2008 14:19
Subject: De kinderporno van ZM de Koning
To: proj@kbs-frb.be, info@kbs-frb.be
Cc: georgette.vanmuylem@ibz.fgov.be, Patrick.dewael@ibz.fgov.be, sarah.raman@e-gov.be, silvan.declerq@ibz.fgov.be

Koning Boudewijnstichting
Ter attentie van Jacques van YPERSELE de STRIHOU,
kabinetschef van de Koning
Brederodestraat 21
B-1000 Brussel

Geachte Heer van Ypersele,

Mag ik u verzoeken om de volgende brief aan Zijne Majesteit over te maken ?

Met vriendelijke groet,

Jan Boeykens
Voorzitter vzw Werkgroep Morkhoven

------

Ter attentie van Zijne Majesteit de Koning

Brussel, 3 juni 2008

Sire,

Betreft: Uw cd-roms met kinderporno

Tien jaar geleden schreef U ons dat U, inzake de bestrijding van kindermisbruiken, 'tot op het bot' zou gaan.

Van Uw belofte is echter maar weinig in huis gekomen.

Toen Marcel Vervloesem van onze Werkgroep door de Turnhoutse Justitie en de Vlaamse media als een 'folteraar en verkrachter' aan de schandpaal werd genageld, bleken de -volgens een rapport van de federale politie- meer dan 88.000 kinderen op de cd-roms van de kinderpornozaak Zandvoort voor U niet langer meer te bestaan.

U liet deze kinderen aan hun lot over.

Ook toen duidelijk werd dat het een doofpotoperatie betrof en de kinderen niet geidentificeerd werden terwijl de kinderpornoproducenten en kindermisbruikers niet werden opgespoord, bleef U zwijgen.

U stelde zich geen vragen meer over de misbruikte kinderen en baby's waarover U zich toendertijd zo verontwaardigd toonde.

U vroeg zich ook nooit af wat er met de 7 cd-roms met kinderporno uit de kinderpornozaak Zandvoort gebeurde die de Werkgroep Morkhoven U overhandigde.

Zoals U zich misschien herinnert, maakte U die cd-roms aan de toenmalige justitieminister Tony Van Parys (CD&V) over die ze op zijn beurt 'voor onderzoek' aan procureur-generaal Christine Dekkers van het hof van beroep te Antwerpen bezorgde.

Welnu, Sire, enkele maanden geleden moest advocaat-generaal Marc Tack van de 14de Kamer van het hof van beroep te Antwerpen ter zitting toegeven dat die cd-roms gestolen zijn.
Dit werd achteraf nog eens door de Hoge Raad voor de Justitie bevestigd.

De Werkgroep Morkhoven schreef terzake naar justitieminister Vandeurzen die -zoals bij de verdwijning van de talloze dossierstukken uit het strafdossier van Marcel Vervloesem die door de Hoge Raad voor de Justitie werd geconstateerd- zich maar weinig bezorgd toonde over deze gang van zaken.
Vandeurzen stuurde onze brief gewoon door naar de procureur-generaal van het hof van beroep te Antwerpen en hoopt daarmee dat de procureur-generaal aan zichzelf of aan zijn vrienden-collega's zal vragen wie Uw cd-roms gestolen heeft.
Ook indien er geen gevolg aan zijn schrijven wordt gegeven, beschouwt de minister deze zaak daarmee waarschijnlijk als zijnde afgesloten.

Het is om die reden dat ik de heer Vandeurzen ook nog eens een aangetekende brief heb toegestuurd die U op onze skynetblog 'Werkgroep Morkhoven' kan lezen.

Indien het U echt menens is voor wat de bestrijding van kindermisbruiken betreft, dan zou ik U willen verzoeken om bij justitieminister Vandeurzen te informeren waar Uw cd-roms met kinderporno gebleven zijn en wat de stand van zaken is in het onderzoek naar de cd-roms Zandvoort.

Minister Onkelinx noemde het kinderpornodossier Zandvoort in antwoord op de parlementaire vraag van Ecolo-parlementslid Zoé Genot een 'individueel dossier waarover zij geen verdere details kon verstrekken' maar een dossier waarin zich bijna 90.000 kinderen (volgens Europol gaat het zelfs over 92.000 kinderen) en tientallen kindermisbruikers bevinden, kan men moeilijk een 'individueel dossier' noemen.

In afwachting van uw antwoord, teken ik,

Met de meeste hoogachting,

Jan Boeykens
Voorzitter vzw Werkgroep Morkhoven

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis
Tel/Fax 02 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
erkenningsn. 443.439.55


Hou er rekening mee dat de onderstaande links door de Belgische overheid die alles heeft gedaan om de kinderpornozaak Zandvoort in de doofpot te steken en die Morkhoven-onderzoeker Marcel Vervloesem door middel van een vonnis een spreekverbod met de pers oplegde, wel eens worden geblokkeerd !

- brieven aan Child Focus en Het Koningshuis
- http://www.google.be/search?num=30&hl=nl&q=kinderpornonetwerk+zandvoort&btnG=Zoeken&meta=lr%3D
- http://www.google.be/search?num=20&hl=nl&q=gerecht+Turnhout&btnG=Zoeken&meta=lr%3D
- http://www.google.be/search?num=20&hl=nl&q=Justitie+Turnhout&btnG=Zoeken&meta=
- http://www.google.be/search?hl=fr&q=Justitie+Turnhout&btnG=Recherche+Google&meta=
- http://www.google.be/search?hl=fr&q=Open+brief+procureur+generaal+Morkhoven&btnG=Rechercher&meta=
- http://www.google.be/search?hl=fr&q=Jacobs+zicot+turnhout&btnG=Rechercher&meta=
- http://www.google.be/search?num=30&hl=nl&q=Onkelinx+Zandvoort+&btnG=Zoeken&meta=
- http://www.zoegenot.be/CD-roms-pedocriminels-Onkelinx.html
- http://www.google.be/search?q=Hof+van+Beroep+Antwerpen+Vervloesem&gbv=2&hl=fr&start=0&sa=N
- http://praatstoel-belgische-politiek.skynetblogs.be/post/5880142/justitie-doofpot-zaak-dutroux--doofpot-kinder
- http://www.droitfondamental.eu/

De nieuwsbrieven van de vzw Werkgroep Morkhoven die rijkelijk voorzien zijn van bewijsstukken die het bedrog en zelfs diefstallen door justitie in de zaak Vervloesem aantonen, zijn te bestellen op het secretariaat van de vzw Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat 10, 1060 Sint-Gillis
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
Tel/Fax: 02 537 49 97
Kosten: een aantal postzegels voor de verzending

Proces Vervloesem/Zandvoort - Procès Vervloesem/Zandvoort - Trial Vervloesem/Zandvoort: 24.6.2008, Gerechtsgebouw/HofvanCassatie-PalaisdeJustice/CourdeCassation-HigherCourtofJustice, Poelaertplein, Brussel-Bruxelles-Brussels

19:33 Gepost door Jaap in Actualiteit | Permalink | Commentaren (10) | Tags: justitie |  Facebook |