03-10-07

Affaire McCann: l'enquêteur en chef écarté


kantoor.amaral-madeleine.thumbnailL’ex-coordinateur en charge de l’enquête à la disparition de Madeleine McCann, l’inspecteur Gonçalo Amaral est retourné ce matin à Faro auprès de la Direction Régionale de la Police Judiciaire ou il reprend ses fonctions dans le combat au trafic de drogue et au banditisme...


Nouveau rebondissement dans l'affaire Maddie: l'enquêteur en chef portugais a été limogé

L'affaire Maddie n'en finit plus de susciter polémiques et interrogations. Disparue le 3 mai dernier à Praia da Luz, une station balnéaire du Portugal, la petite Madeleine McCann reste introuvable. Mardi, l'enquêteur en chef chargé de l'affaire, Gonçalo Amaral, en a été dessaisie après avoir taxé la police britannique de partialité, dénonçant notamment une investigation sur les seuls dires du couple McCann.

"La police britannique travaille uniquement sur ce que prétend le couple McCann et qui leur convient". Gonçalo Amaral, l'enquêteur en chef portugais chargé de l'affaire de la disparition de la petite Madeliene Mccann, n'aura pas "survécu" à ses propos, publiés par le quotidien lusophone Diario de Noticias. Toute la journée de mardi, le doute avait plané sur la véracité des allégations du policier portugais et ses conséquences. Dans la soirée, le chef de la Police judiciaire portugaise, Alipio Ribeiro, a annoncé le limogeage de son subalterne, coordinateur du service d'enquête criminelle de Portimao, sur les ondes de TSF, sans préciser ses motivations.

A bout de souffle ?

Amaral reprochait aux forces de police britanniques "d'enquêter sur des conjectures et des informations inventées et fabriquées par les McCann, en oubliant que le couple est soupçonné de la mort de sa fille Madeleine". Des déclarations tapageuses qui ont fortement déplu de l'autre côté de la Manche et au sein de la police et de la justice portugaises. Dans l'après-midi, le ministre de la Justice, Albert Costa, s'était vu contraint de tenir une mini-conférence de presse afin de désamorcer la polémique, en vain. Présent à Bruxelles pour une réunion de travail interministériel au sein des 27, Albert Costa avait assuré de la coopération "fructueuse" entre la Police judicaire portugaise et les enquêteurs britanniques, appelant "au travail et non aux commentaires".

L'avocat portugais du couple McCann était lui aussi monté très rapidement au créneau, précipitant un peu plus la chute d'Amaral. "Il serait utile que les policiers collaborent. C'est à cause de ce type de patriotisme de clocher, de petites chapelles, que l'enquête souvent manque de qualité", a déclaré Carlos Pinto de Abreu.

Sous la houlette de Gonçalo Amaral, le couple McCann avait été, le 7 septembre dernier, inculpé pour la disparition de Maddie par la police de Portimao. Dès lors, la "bonne entente" entre les polices portugaise et britannique, de même qu"entre les médias des deux pays s'était très rapidement dégradée. Sur les dents, enquêteurs, magistrats et médias accusent peut-être le coup devant une affaire où ne perce aucun indice tangible depuis maintenant cinq mois jour pour jour...

Alain KURAS-ARMAND, leJDD.fr, Mardi 2 Octobre 2007

http://www.lejdd.fr/cmc/societe/200740/maddie-l-enqueteur...

----------------

Mishandeld.HLN14.9.large_539498Madeleine McCann possiblement mangée par des cochons portugais

Leonor Cipriano, avant et après interrogatoire des enquêteurs de l'affaire McCannIl n'y a pas de réseau pédocriminel au Portugal, mais un cas précédent: Joana Cipriano aurait été découpée en morceaux et donnée à manger aux cochons.

Cinq officiers de la police portugaise, dont l'inspecteur en chef Amaral qui mène l'enquête de McCann et l'inspecteur en chef Pereira Cristovao, à présent chroniqueur au "Diario de Noticias" et présumé "la source proche de la police" divulguant les inviolables secrets de l'enquête McCann, ont été inculpés en juin pour torture sur la mère de Joana, rétention de preuves et falsification de documents, apprend-on avec trois mois de retard.

Joana Cipriano, âgée de 8 ans, se volatilisa le 13 septembre 2004, d'un village à quelques kilomètres d'où Madeleine McCann a disparu. Quelques jours plus tard, sa mère aurait eu l'étrange idée de confier à son amant, alors qu'ils étaient dans le quartier général de police, qu'elle aurait eu des rapports incestueux avec son frère et qu'ils avaient tué la petite fille.

Leonor Cipriano a été arrêtée, le 14 novembre 2004. Des policiers, dont celui qui mène l'enquête McCann et celui présumé divulguer les secrets de l'enquête, se sont relayés pour l'interroger et la maintenir éveillée durant deux jours et deux nuits, ne lui laissant que deux heures de repos. Son corps et son visage étaient alors couverts de bleus et elle avait "admis" avoir assassiné sa fille. Elle se rétractait dès qu'elle rencontra son avocat le lendemain. Elle aurait tenté de se "suicider" en se jetant dans un escalier, selon la police.

L'oncle de l'enfant, dont le quotient intellectuel est considérablement en deçà de la moyenne, selon son avocat, également privé de son droit fondamental à la défense, avait fait une "confession" filmée par vidéo.

Ceci mena à la condamantion de Leonor et João Cipriano à seize ans de prison pour avoir découpé Joana en morceaux et l'avoir donnée à manger aux cochons, selon la "Gazette Digitale", sans contester les méthodes moyenâgeuses pour obtenir des "confessions". Un mystère persiste sur pourquoi ni la police ni les chiens pisteurs n'ont jamais retrouvé les os dans la porcherie.

Le beau-père de Joana, le témoin clé dont les accusations avaient été essentielles à la condamnation, selon "The Resident", a récemment dit au "Evening Standard": "La mère de Joana n'a jamais rien fait et elle a été arrêtée. Je crains que la même chose n'arrive à Kate McCann. A chaque fois que je regarde les nouvelles, cela me rappelle Joana. C'est dur."

http://www.droitfondamental.eu/

16:28 Gepost door Jaap in Actualiteit | Permalink | Commentaren (4) | Tags: maddie |  Facebook |

Commentaren

'Victime de la pression qui entoure l'enquête'
La Libre Belgique, Mis en ligne le 03/10/2007
- - - - - - - - - - -
Dans une déclaration au DN de mardi, Gonçalo Amaral, à l'origine de la mise en examen de Kate et Gerry McCann, a accusé ses collègues britanniques d'enquêter uniquement sur des pistes "inventées et fabriquées" par les parents de Madeleine.

Le chef des enquêteurs portugais en charge de l'affaire "Maddie", Gonçalo Amaral, limogé mardi, a été poussé à la faute par la presse anglaise et le clan McCann, dont il était la bête noire, affirment mercredi les journaux portugais. Selon le Diario de Noticias (DN), journal par qui le scandale est arrivé, Gonçalo Amaral a craqué après avoir été, pendant des semaines, la "cible" de la presse britannique.

Dans une déclaration au DN de mardi, Gonçalo Amaral, à l'origine de la mise en examen de Kate et Gerry McCann, a accusé ses collègues britanniques d'enquêter uniquement sur des pistes "inventées et fabriquées" par les parents de Madeleine, pourtant suspectés d'être responsables de la mort de leur fille. Sous le titre "La PJ démise sous pression anglaise", Correio da Manha, premier tirage de la presse portugaise, affirme que depuis le début de l'enquête, "la +haine+ se concentrait sur Gonçalo Amaral".

Limogé le jour de ses 48 ans, le patron du service d'enquête criminelle de Portimao (PJ) a été depuis le début de l'affaire critiqué pour son manque de communication, ses méthodes, mais aussi son apparence, la presse anglaise ne manquant pas d'ironiser sur son embonpoint, ses larges lunettes de soleil, et sa cravate systématiquement de travers sur un col déboutonné. Sous le titre "l'inspecteur silencieux qui un jour a trop parlé", le DN rappelle que l'inspecteur-chef, fervent catholique, père de trois filles, a été accusé, tour à tour, d'"alcoolisme", d'être "négligé", voire d'être "le cerveau d'un réseau de pédophiles".

"Nous parlons de quelqu'un qui, pendant les dernières semaines, a vu sa vie personnelle étalée, souillée, diffamée, et même surveillée, selon ce qu'a dit la presse. (...) La presse anglaise a été implacable", accuse un ancien inspecteur de la PJ Paulo Cristovao, cité par le DN.

Le quotidien de réfence Publico dénonce lui aussi les critiques dont Gonçalo Amaral a été la cible, notamment ses "déjeuners prolongés et arrosés de vin" et sa "violence supposée". Carlos Anjos, président d'un syndicat de policiers, rappelle dans Publico qu'"il a été accusé d'être ivre, de ne travailler que quatre heures et demie, d'être inculpé dans un procès pour torture, etc. Et l'un des derniers articles faisait référence à son épouse et à sa fille". Dans une tribune publiée par Correio da Manha, le criminologue Francisco Moita Flores reproche à la hiérarchie de la police de ne pas avoir défendu son inspecteur "parce que c'est lui qui enquête, c'est son métier, mais celui qui doit défendre sa réputation, c'est l'institution". "Gonçalo Amaral s'est fâché comme un idiot et a fait exactement ce que ceux, qui ne veulent pas voir l'affaire résolue, voulaient", affirme l'expert.

Au delà du cas personnel de Gonçalo Amaral, l'ensemble de la pressse reconnait, à l'instar du Diario de Noticias, que ce limogeage est un nouveau "coup dur pour la PJ" portugaise. Dans un éditorial, le quotidien populaire 24Horas évoque une "intervention politique". "Et je pense cela pour ne pas penser à pire: que Gonçalo Sousa Amaral ait été démis, sous le prétexte d'une déclaration (...), par une direction nationale qui a tiré le bilan (...) de ce que la PJ s'est totalement trompée dans l'affaire Maddie".

Gepost door: Yves de Jonghe | 04-10-07

Les parents McCann intensifient leurs recherches
dimanche 30 septembre 2007

Les parents vont lancer des annonces au travers des télévisions arabe afin d’obtenir des indices « frais » sur la disparition de Madeleine. Les parents s’accrochent à l’espoir que Maddie serait vivante en Afrique du Nord. En dépit de la déception créée la semaine dernière par des témoins qui s’étaient trompés en croyant apercevoir Maddie McCann, notamment dans la ville marocaine de Zaio, les parents croient que leur fille pourrait être quelque part dans le pays.

Une nouvelle campagne à l’approche du 150ième jours de la disparition de Madeleine est prévue par des panneaux publicitaires en masse dans les villages et supermarchés sur lesquels on verra le visage de la petite mais également dès cette semaine au Portugal et en Espagne pour tous ceux qui ne serait pas encore au courant de la disparition de Madeleine.

Le patron de Virgin en colère face aux médias portugais.

Richard Branson s’en prend de façon virulente aux médias portugais. Parlant pour la première fois depuis qu’il a versé £100,000 aux époux McCann pour les aider à couvrir leurs frais d’avocats, le milliardaire, fondateur de Virgin, a critiqué la police du pays : « Les portugais ont fait pression et se sont comportés atrocement avec des histoires imprécises et toutes se sont révélés être ordurières !!! Les dernières histoires sinistres disent que le corps de Madeleine aurait été stocké dans un réfrigérateur, déplacés dans divers endroits aux environs de Praia De Luz avant d’avoir fait disparaître le corps en le déplaçant à bord de la voiture loué. Je n’ai jamais douté de leur innocence. Je les ai aidé en coulisse. J’ai senti qu’ils avaient besoin d’une main tendue. Ils n’ont pas eu le bon conseillé au Portugal, ils ont eu un avocat débutant. J’ai appris que des avocats chevronnés au Portugal ont estimés que ce qui se passait était horrible... et ainsi obtenir un avocat chevronné de leur côté m’a semblé très important. »

Les parents ont décidé de continuer à utiliser les médias pour garder Maddie au centre de toute les nouvelles. Quelques observateurs ont critiqué cette tactique et d’autres ont accusé la presse britannique pour leur action en éditant des histoires irresponsables.


http://www.spcm.org/Journal/spip.php?breve1871

Gepost door: Yves de Jonghe | 04-10-07

La justice portugaise classe l'affaire Maddie La Libre Belgique, Mis en ligne le 21/07/2008

Le Parquet a décidé de "mettre un terme à la mise en examen" des parents de la fillette, Gerry et Kate McCann, et du Britannique Robert Murat.

La justice portugaise a décidé lundi de classer "faute de preuves" l'affaire Madeleine McCann, 14 mois après la disparition de la petite Britannique, et de lever la mise en examen de ses parents et d'un troisième suspect, a annoncé le ministère public.

Le Parquet a décidé de "classer la procédure d'enquête concernant la disparition de la mineure Madeleine McCann, faute de preuves qu'un crime quelconque ait été commis par les personnes mises en examen", indique un communiqué du Procureur-général de la République.

En conséquence, le Parquet a décidé de "mettre un terme à la mise en examen" des parents de la fillette, Gerry et Kate McCann, et du Britannique résidant au Portugal Robert Murat, qui, bien que déclarés "arguidos" en mai 2007 pour Robert Murat et en septembre pour les époux McCann, n'ont jamais eu accès au dossier et n'ont jamais été officiellement informés de la nature des soupçons pesant contre eux.

Kate et Gerry McCann sont soulagés par la levée de leur mise en examen et le classement de l'affaire par la justice portugaise "faute de preuves", a annoncé lundi leur porte-parole à Londres. "Il y a un certain soulagement mais pas du tout de célébration", a déclaré Clarence Mitchell. Les parents de Madeleine "n'auraient jamais dû être mis en examen. Le fait qu'ils s'en soient sortis sans avoir été formellement inculpés le prouve", a-t-il ajouté.

"Ils doivent digérer la nouvelle... Ils vont l'accueillir favorablement", a-t-il ajouté. "La chose principale dorénavant est de tout recentrer sur les recherches de Madeleine. La seule chose qui préoccupe (les parents) est de retrouver leur fille. Tout cela a mis à mal leur réputation. Ils doivent dorénavant évaluer ce qu'ils vont faire", a ajouté le porte-parole.

"Nous espérons que la police portugaise, les autorités portugaises, vont continuer à coopérer avec les détectives privés (embauchés par les McCann, ndlr) afin de permettre" la poursuite des recherches de Maddie, a-t-il poursuivi. "Ils doivent coopérer et permettre l'accès aux dossiers afin que l'enquête privée se poursuive pour retrouver Madeleine et la ramener à la maison", selon le porte-parole.

L'enquête pourra être rouverte "si de nouveaux éléments de preuves" le justifient et le dossier "pourra être consulté par toute personne montrant un intérêt légitime, au terme des délais légaux", soit à la mi-août, a précisé le Parquet.

Madeleine McCann a disparu le 3 mai 2007 quelques jours avant son quatrième anniversaire alors qu'elle dormait dans un complexe touristique de Praia da Luz, dans le sud du Portugal, où elle séjournait avec sa famille.

Se disant persuadés que leur fille avait été enlevée, les époux McCann avaient lancé une campagne de mobilisation sans précédent pour la retrouver avant d'être mis en examen, le 7 septembre, après le revirement des enquêteurs portugais, convaincus de la mort de la fillette. Pour sa part, Robert Murat, mis en examen une dizaine de jours après le disparition de la fillette, avait déjà obtenu la semaine dernière 600.000 livres (750.000 euros) de réparations de plusieurs médias britanniques qu'il poursuivait en diffamation.

Gepost door: Werkgroep Morkhoven | 21-07-08

La justice portugaise classe l'affaire Maddie La Dernière Heure, 21/07/2008

L'enquête sur la disparition de Madeleine McCann
Faute de preuves, la justice a levé la mise en examens des parents McCann et du 3e suspect, Robert Murat

La justice portugaise a décidé lundi de classer "faute de preuves" l'affaire Madeleine McCann, 14 mois après la disparition de la petite Britannique, et de lever la mise en examen de ses parents et d'un troisième suspect, a annoncé le ministère public.

Le Parquet a décidé de "classer la procédure d'enquête concernant la disparition de la mineure Madeleine McCann, faute de preuves qu'un crime quelconque ait été commis par les personnes mises en examen", indique un communiqué du Procureur-général de la République.

En conséquence, le Parquet a décidé de "mettre un terme à la mise en examen" des parents de la fillette, Gerry et Kate McCann, et du Britannique résidant au Portugal Robert Murat, qui, bien que déclarés "arguidos" en mai 2007 pour Robert Murat et en septembre pour les époux McCann, n'ont jamais eu accès au dossier et n'ont jamais été officiellement informés de la nature des soupçons pesant contre eux.

L'enquête pourra être rouverte "si de nouveaux éléments de preuves" le justifient et le dossier "pourra être consulté par toute personne montrant un intérêt légitime, au terme des délais légaux", soit à la mi-août, a précisé le Parquet.

Madeleine McCann a disparu le 3 mai 2007 quelques jours avant son quatrième anniversaire alors qu'elle dormait dans un complexe touristique de Praia da Luz, dans le sud du Portugal, où elle séjournait avec sa famille.

Se disant persuadés que leur fille avait été enlevée, les époux McCann avaient lancé une campagne de mobilisation sans précédent pour la retrouver avant d'être mis en examen, le 7 septembre, après le revirement des enquêteurs portugais, convaincus de la mort de la fillette.

Pour sa part, Robert Murat, mis en examen une dizaine de jours après le disparition de la fillette, avait déjà obtenu la semaine dernière 600.000 livres (750.000 euros) de réparations de plusieurs médias britanniques qu'il poursuivait en diffamation.

Gepost door: Werkgroep Morkhoven | 21-07-08

De commentaren zijn gesloten.