12-04-12

l'Affaire pédocriminelle d'Amsterdam: Est-ce que le ministre de la justice belge a caché d'information ?

Robert M..jpgIl y a quelques semaines déjà que le Werkgroep Morkhoven envoyait des documents de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort qui révèlent le réseau pédocriminel autour les crèches d'Amsterdam, au ministre de la justice belge, Annemie Turtelboom (Open VLD, Parti libéral).

Elle demandait au ministre  de les transmettre à la justice hollandaise.  Mais le ministre n'a jamais répondu sur le demande du Werkgroep Morkhoven...

Entretemps l'activist du Werkgroep Morkhoven, Marcel Vervloesem, qui a révélé l'affaire Zandvoort, meurt lentement à la prison de Turnhout. 

Le ministre a été contacté pour que la vie de Marcel Vervloesem pourrait sauver mais elle ne répond pas.

Ce sont les juges Vander Flaas et Jacobs du tribunal de Turnhout qui ont étouffé l'affaire Zandvoort par poursuivre Marcel Vervloesem pendant 11 ans et qui gardent Marcel Vervloesem 'en prévention' depuis 2 mois à la prison de Turnhout.  Le Werkgroep craint qu'ils veulent meurtrier Marcel Vervloesem.

Par hasard le chef du cabinet de ministre Turtelboom qui prêche 'une magistrature impartiale', est le procureur Jan Poels du tribunal de Turnhout...

---------

Une peine de vingt ans de prison a été requise jeudi par le parquet à l'encontre d'un ancien employé de crèche d'Amsterdam, accusé d'avoir commis des agressions sexuelles sur 67 enfants.

«Le parquet a requis contre Robert M. une peine de vingt ans de prison assortie d'une obligation de soins», a déclaré Yvonne van der Leede, une porte-parole du parquet d'Amsterdam, selon laquelle il s'agit de «la peine la plus élevée pouvant être requise pour ce genre de crimes».

«Les abus sexuels d'enfants ne sont pas uniques, mais la gravité, la manière et l'échelle à laquelle l'accusé l'a fait le sont», a ajouté la porte-parole: «de plus, Robert M. n'a pas montré de vrais remords, que ce soit lors des audiences ou lors des interrogatoires».

L'accusé plaide coupable

Le procès de Robert M., un Néerlandais d'origine lettone âgé de 28 ans, qui avait été arrêté le 7 décembre 2011, s'était ouvert le 12 mars à Amsterdam. Ayant reconnu les faits, l'accusé plaide coupable.

Il avait été employé dans des crèches d'Amsterdam entre 2007 et 2010 où étaient gardés des enfants âgés de quatre ans et moins. Il travaillait aussi comme baby-sitter depuis 2009, entrant en contact avec des parents via internet et gagnant leur confiance pour qu'ils lui confient leurs enfants.

Son conjoint, un Néerlandais de 39 ans, comparaît à ses côtés, accusé de possession de documents de pornographie infantile. Le parquet a requis une peine de douze ans de prison à son encontre.

Quatorze jours d'audience étaient prévus lors du procès, en grande partie à huis clos, d'ici au 20 avril. Les plaidoiries de la défense commenceront mercredi. La date du jugement, qui sera mis en délibéré, n'a pas encore été déterminée.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1197...

05-04-12

Abus des enfants: 10 millions de fichiers à caractère pédopornographique...

zandvoortfotos.jpgL'infirmier soupçonné d'avoir abusé d'enfants avait déjà été arrêté au Brésil en 2006

Un infirmier aurait abusé de dizaines d'enfants dans les années 80 et 90, en Belgique, au Brésil et en Pologne. Les enquêteurs ont retrouvé sur son ordinateur 10 millions de fichiers à caractère pédopornographique. L'homme est derrière les barreaux depuis le 31 janvier. Il risque jusqu'à 10 ans de prison.

4 Avril 2012 

Un infirmier psychiatrique de Asse a probablement abusé ces dernières années de dizaines de jeunes garçons, au Brésil, en Pologne et en Belgique. "Il aurait abusé d'environ 23 jeunes garçons âgés entre 8 et 16 ans. Il trouvait ses victimes principalement lors de voyages au Brésil et en Pologne. Il s'agissait pour la plupart d'enfants des rues à qui il offrait un peu d'argent. Il est possible aussi que des enfants belges aient été abusés mais il n'y a pas encore de confirmation à ce stade de l'enquête", a indiqué notre journaliste Jessica Nibelle en direct du journal de 13h.

5 jours de prison au Brésil en 2006

L'homme a été arrêté en 2006 au Brésil où il n'a purgé qu'une peine de 5 jours de prison avant d'être relâché sous conditions. Mais il s'est enfui et est revenu en Belgique où il a continué à exercer son métier d'infirmier dans une institution psychiatrique pour adultes à Grimbergen (centre psychiatrique Sint-Alexius des "Broeders van Liefde"). Mais comment se fait-il qu'il y ait eu tant de temps avant qu'il ne soit inquiété par la Justice ? "Le Brésil a tardé avant d'informer les autorités belges. Ce pays a demandé l'extradition de l'infirmier seulement trois ans après sa fuite. L'homme a été entendu par les enquêteurs belges pour la première fois il y a un an à peine. Des perquisitions ont été menées à son domicile mais elles n'ont rien donné. Les enquêteurs ont finalement perquisitionné chez ses parents où ils ont trouvé des disques durs contenant des millions de fichiers à caractère pédopornographique", a ajouté Jessica Nibelle.

Maximum 10 ans de prison

Il a donc été arrêté pour détention et production de pornographie infantile et pour abus sur mineurs d'âge. L'homme est derrière les barreaux depuis le 31 janvier. Il est arrêté pour détention et production de pornographie infantile et pour abus sur mineurs d'âge. Selon De Morgen, il risque au maximum 10 ans de prison.

"Surpris et choqués"

Le centre psychiatrique Sint-Alexius des "Broeders van Liefde" de Grimbergen (photo) s'est porté partie civile contre cet infirmier qui se trouve depuis fin janvier en cellule. Le centre Saint-Alexius a été informé, fin janvier, de l'existence d'une enquête contre l'individu pour des faits de mœurs. "Cette nouvelle nous a totalement surpris et choqués", explique-t-on au sein de l'institution.

Le pouvoir organisateur, qui a indiqué mercredi avoir offert son entière collaboration à l'enquête, a suspendu l'infirmier en attendant. Le centre Sint-Alexius, qui s'est porté partie civile, n'a pas encore reçu de communication sur le dossier.

http://www.rtl.be/info/belgique/faitsdivers/868547/l-infi...

Photo: quelques victimes dans l'affaire Zandvoort qui est étouffée par le ministre de la justice belge, Annemie Turtelboom (Open VLD, parti libéral flamand, aussi nommé 'Parti des citoyens').  Le Werkgroep Morkhoven demandait au ministre de libérer Marcel Vervloesem qui est, de façon fraduleuse, enfermé par les juges qui l'ont poursuivi durant 11 ans pour étouffer l'affaire Zandvoort.  Mais le ministre ne répond pas.  Le Werkgroep demandait au ministre aussi de transférer les documents de l'affaire Zandvoort où on trouve des informations très importantes sur les abus sexuels dans les crèches d'Amsterdam dont le procès a justement commencé (l'affaire 'Robert M.'), à son collègue, le ministre de la justice néerlandais.  Mais Turtelboom ne réagit pas.

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)


01-04-12

Gijzelname in gevangenis: Aktie in Turnhout

actie.jpg

De akties van de vzw Werkgroep Morkhoven zullen, na het letterlijk uit de weg ruimen van Marcel Vervloesem in de gevangenis van Turnhout, waarvoor justitieminister Turtelboom het licht op groen heeft gezet, gewoon blijven doorgaan...

-----------------------

Brussel 29.3.2012 - De aktie van Nederlandse en Belgische aktivisten voor de gevangenis van Turnhout alwaar Marcel Vervloesem die de kinderpornozaak Zandvoort onthulde, nu al twee maanden lang op basis van enkele beschuldigingen in Het Nieuwsblad en tegenstrijdige verklaringen bij de politie, is opgesloten, werd een sukses.

Nadat er spandoeken waren ontvouwen en er met een megafoon werd opgeroepen om de zieke aktievoerder vrij te laten, kwam de politie ter plaatse die de identiteitskaarten van de aktievoerders opvroeg.  De politie gebood om de megafoon niet langer te gebruiken en te stoppen met filmen alhoewel dit bij wet niet verboden is.
Een personeelslid van de gevangenis zei dat men Marcel Vervloesem 'enkel mocht bezoeken indien men hiervoor een toelating had'.  Het personeelslid wenste niet in te gaan op de vraag waarom het bezoekrecht van Marcel Vervloesem bijna totaal afgeschaft is.  Hij ontkende ook dat de medicatie en het diabetes-dieet van Marcel Vervloesem was stopgezet geweest terwijl uit recente gegevens blijkt, dat dit gedurende een week lang het geval was.   Het diabetes-dieet en de insuline worden nog altijd op onregelmatige tijdstippen gegeven.  De gezondheidsdienst van de gevangenis controleert ook de effecten van de voorgeschreven bloedverdunner niet zodat Marcel Vervloesem tengevolge van een hersenbloeding kan overlijden.
Twee jaar geleden kreeg Marcel Vervloesem zijn medicatie soms wekenlang ontzegd zodat hij te maken kreeg met water-opstapeling in zijn benen en hij infecties kreeg waarvoor hij diende geöpereerd te worden.  Op een bepaald moment bleek zijn medisch dossier zelfs te zijn verdwenen.

Met de spandoeken en de megafoon werd er ook aktie gevoerd voor de ingang van het feodale kasteeltje van de Turnhoutse justitie.  De aktievoerders kregen onmiddellijk te maken met twee veiligheidsagenten die, bij wijze van provokatie, al duwend bepaalden op hoeveel meters men zich van de ingang van het kasteeltje mocht opstellen.  Blijkbaar wordt het brugje over de kasteelvijver dat toegang geeft tot het kasteeltje, als een privé-eigendom of het provinciale domein van de Turnhoutse justitie beschouwd.
De voormalige justitieminister Stefaan De Clerck (CD&V, christen-democraten) die de kinderpornozaak Zandvoort mee hielp dichtdekken, liet het kasteeltje restaureren en luxueus inrichten.  Vandaar dat de Belgische justitie steeds klaagt over 'onvoldoende budgetten'.

Vervolgens werd er samengekomen op de plaats waar er bloemen waren neergelegd voor het 14-jarige meisje dat enkele maanden geleden in de vijver van het kasteeltje verdronk.  Het meisje was een vriendinnetje van Dimitri V., de 18-jarige aanklager van Marcel Vervloesem.  Zij had te veel aanstekers-gas opgesnoven en kwam totaal bedwelmd in de vijver terecht. De plaats rond het kasteeltje staat bekend als een plaats waar drugsgebruikers en drugshandelaars samenkomen.

Na enkele minuten, kwam de politie opnieuw opdagen die aan de Nederlandse aktievoerder zei dat de megafoon, op straffe van inbeslagname en drie dagen opsluiting, niet mocht gebruikt worden.  Er kwam ook een bestoft autootje met twee BOB-ers opdagen. De agenten in burger hadden blijkbaar de taak gekregen om de aktievoerders te intimideren en te provokeren.

Tenslotte werd er een affiche- en pamflettenaktie op de Grote Markt, op enkele honderden meters van het appartement van Marcel Vervloesem dat nu reeds twee maanden leegstaat, gevoerd.  De mensen reageerden over het algemeen positief op de brief van 26.2.2012 gericht aan justitieminister Turtelboom (Open VLD, Vlaamse liberalen) die een 'magistratuur zonder de minste zweem van partijdigheid' predikt maar die met de haar tot kabinetschef benoemde Turnhoutse procureur Jan Poels zelfs toelaat dat de Turnhoutse justitie meewerkt aan een YouTube rapnummertje van Dimitri V. waarin Marcel Vervloesem en zijn buurman van 'ontvoering' en 'verkrachting' worden beschuldigd en waarin de dreigementen tegenover Vervloesem's oudste kleindochter ten uitvoer worden gebracht.
De brief werd, zoals 6 andere brieven, tevergeefs naar de minister gemaild en een kopie van de brief werd een week geleden
 aan de onthaalverantwoordelijke van het ministerie van justitie op de Waterloolaan 115 te Brussel, alwaar het bureau van de minister en haar kabinet is gelegen, afgegeven. De onthaalbediende beloofde de brief 'persoonlijk aan de minister te zullen overhandigen' maar justitieminister Turtelboom blijft zwijgen en lijkt de misdaadpraktijken van de Turnhoutse justitie te willen dichtdekken.

Toen de vzw Werkgroep Morkhoven de aktie afsloot met een gezellige babbel in het café, kwam een man ons zeggen dat hij de brief 'Kindermisbruiken: Open Brief aan justitieminister Annemie Turtelboom', naar het kabinet van de minister faxte.  Er zijn wel meer mensen die dat doen en de vzw Werkgroep Morkhoven verzoekt deze mensen om haar te laten weten of minister Turtelboom het de moeite vindt om hun brieven of doorzending van bepaalde brieven, te beäntwoorden.

Toen de Open-VLD-er Marc Verwilghen dank zij zijn voorzitterschap van de commissie Dutroux, tot minister van justitie werd gebombardeerd, werd er ook geen enkele brief beäntwoord. Niemand, ook de ouders van de vermoorde Melissa Russo niet, ontving enig antwoord van Verwilghen voor wie de politieke buit blijkbaar binnen was gerijfd.
De vzw Werkgroep Morkhoven bezit zelfs een bandopname van een vrouw die vertelt hoe één van haar zoontjes, in een bekend franstalig jeugdblad, vanuit het pedofiele milieu benaderd werd.  Omdat zij blijkbaar geen reactie ontving van de redactie en omdat zij 
dergelijke praktijken onaanvaardbaar vond, maakte zij een afspraak met het kabinet van Verwilghen.  Toen zij haar verhaal vertelde, werd zij door de arrogante playboys die werkzaam waren op Verwilghen's kabinet, echter weggelachen.  Al huilend verliet zij het gebouw en zij begreep toen de politieke comedie die er rond de zaak Dutroux was opgevoerd.

De vzw Werkgroep Morkhoven plant nu met haar Nederlandse vrienden, ook akties voor de rechtbank van Amsterdam alwaar het proces tegen Robert M. startte.  Zij vroeg justitieminister Turtelboom immers om de documenten uit de kinderpornozaak Zandvoort waarin talrijke gegevens staan over het pedocriminele netwerk rond de Amsterdamse kinderkribben, aan haar Nederlandse collega-minister over te maken.  Maar Turtelboom heeft er blijkbaar voor gekozen om het proces tegen Robert M., bijgenaamd het 'monster van Riga', zonder al deze informatie te laten doorgaan. Op die manier kan het crimineel netwerk waarvan sprake in de zaak Zandvoort, dus blijven bestaan.

Omwille van Marcel Vervloesem's toestand en de onmenselijke toestanden in de Belgische gevangenissen, gaat de Werkgroep Morkhoven allerlei europese en internationale gezondheidsinspecties contacteren.  De Werkgroep vraagt zich af waarom er zoveel mensen gedurende maanden en jaren in voorarrest zitten in de overvolle Belgische gevangenissen terwijl hun schuld niet vaststaat en zij met ernstige gezondheidsprobleen kampen. Deze mensen horen niet thuis in de gevangenissen waarin men, zoals in Turnhout, tengevolge van plaatsgebrek, op een matras op de grond moet slapen in een cel die normaal gezien maar voor twee gevangenen bedoeld is. Indien het gerechtelijk onderzoek voldoende heeft uitgewezen dat de beschuldigingen die tot hun voorlopige hechtenis heeft geleid, onjuist zijn, dan moeten zij zonder uitstel terug in vrijheid gesteld worden.  Het is onbegrijpelijk dat justitieminister Turtelboom die, naast een 'onpartijdige magistratuur', ook de 'bestrijding van de overbevolking binnen de gevangenissen' predikt, dergelijke toestanden toelaat.  Zoals gezegd, werd Turtelboom reeds meermaals, maar zonder resultaat, aangaande de zaak Vervloesem en de soms bijna misdadige wanpraktijken binnen de Justitie, geschreven.  De minister neemt haar politieke verantwoordelijkheid echter niet op zodat men kan zeggen dat zij met haar gepreek over een 'onpartijdige magistratuur' en de 'strijd tegen de overbevolking in de gevangenissen, de burger eigenlijk misleidt. Turtelboom beweert dat haar doelstelling is dat men 'de gevangenis op een betere manier verlaat'. Maar als dit werkelijk haar bedoeling is, waarom laat zij dan toe dat iemand die zwaar ziek is en waarbij het onderzoek heeft uitgewezen dat de beschuldiging tegen hem onjuist was, in voorhechtenis blijft zitten alsof zijn schuld bewezen is en hij dus een daadwerkelijke straf moet uitzitten ?  Waarom moeten er zoveel mensen een straf van soms maanden en jaren uitzitten 'in afwachting van de resultaten van het onderzoek' ?  Waarom laat Turtelboom die de overbevolking in de gevangenissen wil bestrijden, de electronische enkelbanden al een jaar lang in een schuif van het ministerie van justitie liggen ?
Minister Turtelboom doet dus allerlei uitspraken die niet waar zijn.
Ex-premier Guy Verhofstadt die thans, als voorzitter van de liberale fraktie, in het europees parlement zetelt, sprak in zijn
 zogenaamde burgermanifesten over 'de partij van de burger'.  Maar dat blijkt onzin geweest te zijn. Kan een politieke partij die de burger van alles voorliegt en niets om burger- en mensenrechten geeft, een 'partij van de burger' zijn ?

Twee jaar geleden publiceerden wij de onderstaande lijst van de medische behandelingen van Marcel Vervloesem:

1) kwaadaardige kanker – St H. Hart Lier – 2 keer
2) nieren – 5 keer – Sint Elisabeth Herentals
3) pancreas – 2 keer – 1x in H Hart te Lier, 1x in de UIA te Antwerpen
4) intensieve spoed, intensieve zorgen pancreatites 2 – H. Hart Lier -Sint Elisabeth Herentals
5) intensieve spoed, intensieve zorgen pancreatites 1 – UIA ziekenhuis Antwerpen
6) intensieve heelkunde, Fabiola Ziekenhuis Sambre Ville – StElisabeth Herentals – 11 keer
7) nierblok – Gasthuisberg Ziekenhuis Leuven – 2 keer
8. hartdisfuncties, operaties AZ Imelda Ziekenhuis Bonheiden – 3 keer
9) intensieve, diabetische blok – H. Hartziekenhuis Lier – 4 keer
10) nierblok – H. Hartziekenhuis Lier – 1 keer
11) hartkijkoperatie – AZ Sint Jan Brugge – 1 keer
12) nierdyalyse – AZ Sint Jan Brugge – 5 keer
13) inwendige bloeding – AZ Sint Jan Brugge – 1 keer
14) operatie kijkwonde – AZ Sint Jan Brugge – 1 keer
15) chirurgische plaatsing nierdyalysebuisjes – AZ Sint Jan Brugge – 1 keer
16) intensieve spoed, cardio – Sint Elisabeth Turnhout – 1 keer
17) intensieve spoed, bloedarmoede (leukemie) – Sint Elisabeth Turnhout – 1 keer
18) intensieve spoed, insulinecoma – Sint Elisabeth ZiekenhuisHerentals – 1 keer
19) hartoperatie – AZ Sint-Jan Brugge
20) moest op 14 mei 2009 wegens nieuwe hartproblemen tengevolge van ondermeer een gebrek aan medicatie en een gebrekkige behandeling, opnieuw met spoed in het AZ Sint Jan te Brugge opgenomen worden. De gevangenisdirectie gaf 1 dag voor dat de opname had moeten gebeuren, een negatief advies op basis van het rapport van de psycho-sociale dienst van de gevangenis van Brugge.

-----

Update Marcel Vervloesem

Morgen komt Marcel Vervloesem voor de raadkamer van Turnhout waarin de rechters zetelen die hem gedurende 11 jaren hebben vervolgd om de kinderpornozaak Zandvoort dicht te dekken. Ook hierbij is van een 'onpartijdige magistratuur' dus geenszins sprake.

In Vervloesem's dossier is er tot op heden geen spoor weer te vinden van het psychiatrische verslag over zijn aanklager.  De raadkamer van Turnhout zei een maand geleden dat men de voorlopige aanhouding van Vervloesem met een maand wilde verlengen 'omdat men via een psychiatrisch onderzoek wou uitzoeken in hoeverre de aanklager geloofwaardig was'.  Dat bleek dus een vals voorwendsel te zijn.  Uit het feit dat  zij de gegevens uit het onderzoek waaruit blijkt dat de aanklager onjuiste beschuldigingen uitte en ook het vonnis van de Antwerpse strafuitvoeringsrechtbank onder tafel veegt, bewijst dat het hier om een persoonlijke afrekening gaat die door de hierover ingelichte en partijdig opstellende minister Turtelboom, wordt toegestaan

De Turnhoutse rechters gaven de in beslag genomen GSM aan Dimitri V. terug. Op die manier venietigden zij de bewijzen dat aanklager door middel van een zelfgemaakte collage op geluidsband, de beschuldigingen tegen Marcel Vervloesem inéénflanste.  Zij gaan dus dezelfde weg op als in het verleden waarbij al de ontlastende stukken en getuigenissen uit Vervloesem's strafdossier verdwenen. De terzake gedane vaststellingen van de Hoge Raad voor de Justitie die een 'waakhond van justitie' wordt genoemd, hebben dus geen enkel effect gehad. Men kan zich afvragen waarom de Hoge Raad voor de Justitie die is samengesteld uit magistraten, eigenlijk bestaat. Is het misschien de bedoeling om met dit orgaan de fouten en zwaarwichtige misdrijven van bepaalde magistraten toe te dekken ?

Uit het dossier van Vervloesem blijkt dat de Turnhoutse rechters nog altijd geen onderzoek lieten uitvoeren naar het door Dimitri V. gepubliceerde rapnummertje op YouTube waarin hij Marcel Vervloesem en zijn buurman van 'ontvoering' en 'verkrachting' van een meisje beschuldigt.  In het videoclipje brengt Dimitri V. ook zijn nachtelijke dreigingen tegenover Vervloesem's oudste kleindochter ten uitvoer. De Turnhoutse rechters blijken zelfs met Vervloesem's aanklager mee te werken, in die zin dat de parketwoorvoerdster van de Turnhoutse justitie al wekenlang in het videoclipje te zien is terwijl zij beschuldigingen uit ten opzichte van Marcel Vervloesem.  Ook hiervan werd justitieminister Turtelboom die een 'magistratuur zonder de minste zweem van partijdigheid' predikt ingelicht.  Maar Tuelboom die de Turnhoutse procureur Jan Poels tot kabinetschef benoemde, zwijgt. Waarom aanvaardt de justitieminister deze vorm van samenwerking van de Turnhoutse justitie met Vervloesem's aanklager ?

Verwacht wordt dat de Turnhoutse raadkamer, dank zij de stilzwijgende steun van minister Turtelboom en de Hoge Raad van de Justitie, de aanhouding van Marcel Vervloesem opnieuw zal verlengen.

Kopie: Annemie Turtelboom, Guy Verhofstadt, Open VLD-partijbestuur, Belgische Koning, Belgische parlementsleden, Nederlandse kamerleden, Europees Parlement, Child Focus, Vlaamse Liga voor de Mensenrechten, Voorzitter Hoge Raad voor de Justitie, Vlaamse diabetesvereniging, klachtendienst Vlaamse ombudsman, justitiehuis Brussel, gezondheidsdiensten, gevangenisdirecties, persagentschappen, pers,

30-03-12

Marcel Vervloesem: Aktie voor de gevangenis van Turnhout op 29.3.2012 (1)

actie.jpg

Brussel 29.3.2012 - De aktie van Nederlandse en Belgische aktivisten voor de gevangenis van Turnhout alwaar Marcel Vervloesem die de kinderpornozaak Zandvoort onthulde, nu al twee maanden lang op basis van enkele beschuldigingen in Het Nieuwsblad en tegenstrijdige verklaringen bij de politie, is opgesloten, werd een sukses.

Nadat er spandoeken waren ontvouwen en er met een megafoon werd opgeroepen om de zieke aktievoerder vrij te laten, kwam de politie ter plaatse die de identiteitskaarten van de aktievoerders opvroeg.  De politie gebood om de megafoon niet langer te gebruiken en te stoppen met filmen alhoewel dit bij wet niet verboden is.

Een personeelslid van de gevangenis zei dat men Marcel Vervloesem 'enkel mocht bezoeken indien men hiervoor een toelating had'.  Het personeelslid wenste niet in te gaan op de vraag waarom het bezoekrecht van Marcel Vervloesem bijna totaal afgeschaft is.  Hij ontkende ook dat de medicatie en het diabetes-dieet van Marcel Vervloesem was stopgezet geweest terwijl uit recente gegevens blijkt, dat dit gedurende een week lang het geval was.   Het diabetes-dieet en de insuline worden nog altijd op onregelmatige tijdstippen gegeven.  De gezondheidsdienst van de gevangenis controleert ook de effecten van de voorgeschreven bloedverdunner niet zodat Marcel Vervloesem tengevolge van een hersenbloeding kan overlijden.

Twee jaar geleden kreeg Marcel Vervloesem zijn medicatie soms wekenlang ontzegd zodat hij te maken kreeg met water-opstapeling in zijn benen en hij infecties kreeg waarvoor hij diende geöpereerd te worden.  Op een bepaald moment bleek zijn medisch dossier zelfs te zijn verdwenen.

De vzw Werkgroep Morkhoven die nu ook akties voor de rechtbank van Amsterdam plant omdat, in het proces tegen Robert M., het pedocrimineel netwerk rond de kinderpornoaak Zandvoort wordt doodgezwegen, gaat opnieuw de gezondheidsinspecties en internationale gezondheidsorganisaties contacteren inzake de manier waarop men zieke mensen binnen de Belgische gevangenissen behandelt.  Daarbij zal verwezen worden naar de politieke verantwoordelijkheid van justitieminister Turtelboom (VLD, Vlaamse liberalen) die geinformeerd werd maar dergelijke toestanden en mensenrechtenschendingen blijkbaar toelaat.

Twee jaar geleden publiceerden wij de onderstaande lijst van de medische behandelingen van Marcel Vervloesem:

1) kwaadaardige kanker – St H. Hart Lier – 2 keer
2) nieren – 5 keer – Sint Elisabeth Herentals
3) pancreas – 2 keer – 1x in H Hart te Lier, 1x in de UIA te Antwerpen
4) intensieve spoed, intensieve zorgen pancreatites 2 – H. Hart Lier -Sint Elisabeth Herentals
5) intensieve spoed, intensieve zorgen pancreatites 1 – UIA ziekenhuis Antwerpen
6) intensieve heelkunde, Fabiola Ziekenhuis Sambre Ville – StElisabeth Herentals – 11 keer
7) nierblok – Gasthuisberg Ziekenhuis Leuven – 2 keer
8. hartdisfuncties, operaties AZ Imelda Ziekenhuis Bonheiden – 3 keer
9) intensieve, diabetische blok – H. Hartziekenhuis Lier – 4 keer
10) nierblok – H. Hartziekenhuis Lier – 1 keer
11) hartkijkoperatie – AZ Sint Jan Brugge – 1 keer
12) nierdyalyse – AZ Sint Jan Brugge – 5 keer
13) inwendige bloeding – AZ Sint Jan Brugge – 1 keer
14) operatie kijkwonde – AZ Sint Jan Brugge – 1 keer
15) chirurgische plaatsing nierdyalysebuisjes – AZ Sint Jan Brugge – 1 keer
16) intensieve spoed, cardio – Sint Elisabeth Turnhout – 1 keer
17) intensieve spoed, bloedarmoede (leukemie) – Sint Elisabeth Turnhout – 1 keer
18) intensieve spoed, insulinecoma – Sint Elisabeth ZiekenhuisHerentals – 1 keer
19) hartoperatie – AZ Sint-Jan Brugge
20) moest op 14 mei 2009 wegens nieuwe hartproblemen tengevolge van ondermeer een gebrek aan medicatie en een gebrekkige behandeling, opnieuw met spoed in het AZ Sint Jan te Brugge opgenomen worden. De gevangenisdirectie gaf 1 dag voor dat de opname had moeten gebeuren, een negatief advies op basis van het rapport van de psycho-sociale dienst van de gevangenis van Brugge.

-----

Morgen komt Marcel Vervloesem voor de raadkamer van Turnhout waarin deels dezelfde echters zetelen die hem gedurende 11 jaren hebben vervolgd om de kinderpornozaak Zandvoort dicht te dekken.  In Vervloesem's dossier is geen spoor weer te vinden van het psychiatrische verslag over zijn aanklager.  De raadkamer van Turnhout zei een maand geleden dat Vervloesem verder bleef opgesloten 'omdat men via een psychiatrisch onderzoek wou uitzoeken in hoeverre de aanklager geloofwaardig was'.  Zij gebruikte dit valse voorwendsel nadat zij de gegevens uit het onderzoek waaruit bleek dat de aanklager onjuiste beschuldigingen had geuit, onder tafel veegde.

De Turnhoutse rechters gaven ook de in beslag genomen GSM aan de aanklager terug. Op die manier venietigden zij de bewijzen dat aanklager door middel van een zelfgemaakte collage op geluidsband, de beschuldigingen tegen Marcel Vervloesem inéénflanste.

Uit het dossier van Vervloesem blijkt dat de Turnhoutse rechters nog altijd geen onderzoek lieten uitvoeren naar het door aanklager gepubliceerde rapnummertje  op YouTube waarin hij Marcel Vervloesem en zijn buurman van 'ontvoering' en 'verkrachting' van een meisje beschuldigt.  In het videoclipje komt ook de parketwoorvoerdster van de Turnhoutse justitie voor die beschuldigingen uit ten opzichte van Marcel Vervloesem.   Justitieminister Turtelboom die een 'magistratuur zonder de minste zweem van partijdigheid' predikt maar de Turnhoutse procureur Jan Poels tot kabinetschef benoemde, zwijgt hierover. Waarom aanvaardt de justitieminister de wel zeer opmerkelijke samenwerking van de Turnhoutse justitie met Vervloesem's aanklager ?

Verwacht wordt dat de Turnhoutse raadkamer, door weglating van al deze gegevens, de anhouding van Marcel Vervloesem opnieuw wil verlengen.  De Werkgroep zal dus klacht indienen bij de Hoge Raad voor de Justitie die 2 jaar geleden schriftelijk toegaf dat alle ontlastende stukkken en getuigenissen uit Vervloesem's strafdossier te Turnhout, waren verdwenen. 

22-03-12

ESCALATION DANS L'AFFAIRE DE MOEURS D'AMSTERDAM

turtelboom-schuld-van-impasse-ligt-bij-koning-en-di-rupo.jpgBruxelles, le 21 mars 2012

A Mme la Ministre Turtelboom 115, Avenue de Waterloo 1000 Bruxelles

Objet: L'affaire pédopornographique de Zandvoort- L'affaire de moeurs d'Amsterdam- L'incarcération et le mauvais traitement de Marcel Vervloesem

Chère Madame,

Bien que j'attends toujours votre réponse à ma dernière lettre, je me permets d'ores et déjà de demander votre attention urgente au sujet des problèmes suivants, puisqu'il est question d'une escalation de la situation autour de Marcel Vervloesem.

Nous avons appris que vos services empêchent désormais M. Vervloesem de faire des appels téléphoniques, Ils font cela en négligeant de verser son argent sur sa carte téléphonique, de sorte que son crédit d'appels est épuisé.

En plus, hier nous avons appris que la prison a essayé de le forcer à laisser l'enveloppe des lettres qu'il écrit ouverte en les envoyant, pourqu'on puisse copier leur contenu avant, - ce qui est clairement une violation du secret épistolaire et de la loi sur les instiutions pénitentiaire en vigueur actuellement.

On a aussi imposé des restrictions au droit de visite de l'activiste depuis son incarcération. Il n'y a que sa fille que a le droit de lui rendre visite. Cela est une enfreinte au droit de visite du détenu. On lui interdit de parler à des journalistes, des parlementaires ou euro-parlementaires, comme à des professeurs aussi. La cour correctionelle de Turnhout lui a imposé il y a quatre ans une interdiction de parler à la presse, ce qui constitue une violation de la liberté d'expression et de la liberté de la presse que la Constitution belge garantit pourtant.

Non seulement on a confisqué le manuscrit du livre auquel M. Vervloesem travaillait, et menacé de l'incarcérer pendant deux ans s'il faisait publier ce livre, mais encore on menace d'enfermer M. Vervloesem dans la cellule d'isolement s'il ose encore parler de l'affaire pédopornographique de Zandvoort. Cela constitue une claire violation de la loi belge sur les institutions pénitentiaires, et c'est en plus une enfreinte aux traités européèns sur les droits de l'Homme, qui interdisent l'intimidation et le traitement arbitraire des détenus.

Aujourd'hui M. Vervloesem n'a reçu aucun courrier, ce qui indique que maintenant on a aussi commencé à bloquer le courrier entre lui et ses correspondants. Cela constitue de nouveau une violation de la loi belge sur les prisons et du Traité européèn sur les Droits de l'Homme qui a aussi été signé et adopté par la Belgique.

Vos services, qui trouvent également acceptable que M. Vervloesem croupisse dans une de vos prisons surpeuplées à cause d'une histoire inventée publiée dans Het Nieuwsblad, tandis qu'il souffre de graves maladies, étant malade des reins, cardiaque et diabétique, ont maintenant en plus décidé de le priver de son régime alimentaire anti-diabétique. Cela constitue une autre violation de la loi belge sur les prisons qui prescrit un droit égal aux soins médicaux pour toute personne, y compris pour ceux qui se trouvent en détention.

Si quelqu'un meurt à cause d'une privation volontaire des médicaments dont il a besoin, de soins médicaux ou de nourriture approprié, la loi considère cela comme un acte de meurtre.

Je tiens à vous rappeler que lorsque M. Vervloesem était enfermé dans la prison de Bruges, on a escamoté son dossier médical. Aussi bien dans la prison de Turnhout, que dans celles de Bruges et Hasselt on a privé M. Vervloesem des soins dont il avait besoin. Dans l'hôpital de Bruges, où M. Vervloesem a dû subir alors une lourde opération ouverte au coeur, il a été sur ordre de la Justice enchaîné à sa chaise roulante, à la table d'opération, et pendant cinq jours de suite à son lit d'hôpital. Cela sont des pratiques de torture qui en dépit des traîtés européèns qui les interdisent, s'avèrent être des pratiques quotidiennes dans les prisons européènnes, malgré le fait qu'elles ont été l'objet de nombreuses condamnations par les autorités de l'UE à Strassbourg.

L'asbl Werkgroep Morkhoven ne souhaite d'aucune façon tolérer ces pratiques illégales et inhumaines. Elle vous invite par conséquence avec insistance de prendre votre responsabilité politique dans cette affaire et d'intervenir de la façon qui s'indique.

Elle vous prie aussi de transmettre à la cour pénale d'Amsterdam les documents appartenant au dossier de l'affaire pédopornographique de Zandvoort qui se rapportent à l'affaire de moeurs à Amsterdam que cette cour est en train de juger en ce moment, pourque ses juges puissent disposer d'un dossier complet pour leur examination de cette affaire.

En attentant votre réponse, je vour prie d'agréer l'expression de mes sentiments distingués.

Jan Boeykens Président de l'asbl Werkgroep Morkhoven 10, Rue Faider 1060 Saint-Gilles

20-03-12

LES AFFAIRES PÉDOCRIMINELLES DE ZANDVOORT ET D'AMSTERDAM

Verhofstadt.jpgMANIFS AUTOUR DES AFFAIRES PÉDOCRIMINELLES DE ZANDVOORT ET D'AMSTERDAM 


Bruxelles,  14.3.2012 - L'asbl Werkgroep Morkhoven lance un appel à tous les Belges pour aller participer à Bruxelles et ailleurs à des manifestations contre le parti libéral de Guy Verhofstadt. Ce parti libéral, que l'ex premier ministre Verhofstadt qualifiait alors de 'parti du citoyen', a utilisé l'affaire Dutroux pour gagner des voix, et il est maintenant responsable politiquement pour l'étouffement de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort. 

A cause de cet étouffement de l'affaire Zandvoort, le procès dans le cadre du scandal pédocriminel à Amsterdam, qui vient de débuter, risque également d'aboutir à un échec. Dans ce scandal figurent 60 enfants abusés sexuellement dans une crèche. Les accusés dans cette affaire ont tout récemment fait la requête pour faire retirer les juges du tribunal qui traite leur cas, pour le motif qu'ils 'payeraient trop d'attention aux victimes'. Mais l'asbl Werkgroep Morkhoven soutient pleinement les victimes et leurs parents, et elle trouve que la Justice néerlandaise devrait ajouter les pièces que Marcel Vervloesem a remises il y a quelques années au procureur Bourlet de Neufchâteau au dossier d'enquête, pour pouvoir disposer d'un fichier complet dans le cas sur lequel ils doivent se prononcer. En effet, dans ces documents Marcel Vervloesem donnait des informations sur le scandal des crèches à Amsterdam. Ce fut alors la Cour de Turnhout qui a empêché la remise de ces pièces à la Justice néerlandaise, parce qu'elle les retenait pour pouvoir poursuivre Marcel Vervloesem lui-même pour 'possession de matériaux pédosexuels'. 

La ministre de la Justice Mme Annemie Turtelboom (du parti Libéral) a été mise au courant de ces faits. Elle a été également informée de la disparition des pièces et des témoignages à décharge du dossier pénal de Marcel Vervloesem, disparition qui a été confirmée par le Haut Conseil pour la Justice. Elle a aussi été renseigné sur le fait que la cour de Justice de Turnhout- la même qui s'était efforcé à étouffer l'affaire de Zandvoort- a récemment de nouveau condamné et fait incarcérer Marcel Vervloesem, c.à.d. celui même qui avait révélé l'affaire Zandvoort et qui travaillait aussi sur l'affaire pédocriminelle récente concernant des crèches à Amsterdam. Mais Mme Turtelboom, tout en préconisant 'une Justice sans la moindre apparence de partialité', a laissé faire, tout comme elle n'a vu aucun inconvéniant à nommer le procureur Jan Poels de Turnhout au poste de chef de son cabinet. Elle semble même n'avoir aucun problème à permettre au dénonciateur de Marcel Vervloesem d'enrégistrer et publier une chanson rap sur YouTube en co-production avec un magistrat du Parquêt de Turnhout. Dans cette chanson Marcel Vervloesem et son voisin sont accusés 'd'enlèvement et de viol', et M. Vervloesem est accusé par dessus le marché 'd'avoir violé sa petite-fille ainée'.

Tous les moyens semblent bons, pourvu qu'on puisse empêcher Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven de parler. Tandis qu'il s'agit ici tout de même d'affaires d'abus sexuel et de viol commis sur des enfants et sur des petits gamins à l'intérieur même de leur école maternelle. Deux membres du Parlement, Hubert Brouns (Chrétiens-Démocrats) et Nelly Maes (Spirit) ont pourtant bien vu dans la maison de Marcel Vervloesem lui-même l'un des vidéos appartenant à l'affaire Zandvoort qui montre bien la gravité des faits. 

C'est parce que nous avons écrit au sujet de tout cela à Mme Turtelboom, à Guy Verhofstadt et aux autres membres du parti Libéral sans obtenir le moindre résultat, que nous déduisons que le parti Libéral s'engage dans la même voie que le faisait jadis le parti Démocrat-Chrétien, dont l'étouffement de dossiers importants était l'un des spécialités, et par conséquent nous décidons d'aller faire des manifestations autour du Parlement flamand à Bruxelles. Tout le monde est invité! Le 'parti du citoyen' en effet n'est pas seulement responsable pour les machinations politiques par lesquelles on a étouffé l'affaire pédocriminelle de Zandvoort, et donc pour toutes les conséquences terribles que cela a eu pour les petites victimes du scandal d'Amsterdam ainsi que pour leurs parents. Il est aussi responsable pour les mésures d'austérité mises en places ces derniers temps par le gouvernement et qui frappent durement les citoyens belges. 

Sur la photo: l'ex premier-ministre Guy Verhofstadt
----

Werkgroep Morkhoven
https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

Kom op voor Marcel Vervloesem !
https://www.facebook.com/groups/215391831891549/

Libérez Marcel Vervloesem !
https://www.facebook.com/groups/183813718396482/

FREE MARCEL VERVLOESEM
https://www.facebook.com/groups/351114924909219/

Liberate Marcel Vervloesem!
https://www.facebook.com/groups/401416706541407/

Interview Marcel Vervloesem 11-3-2012 Onthullend!
http://www.youtube.com/watch?v=U5aPbNFkB90

Interview Marcel Vervloesem vanuit gevangenis Turnhout (26.2.2012)
http://youtu.be/D7YUtSCoSQs

Interview de Marcel Vervloesem en prison (26.2.2012)
http://www.youtube.com/watch?v=jGaWJ3Tdd3w
http://youtu.be/jGaWJ3Tdd3w

Intervista a Marcel Vervloesem dal carcere di Turnhout 26 2 2012 KlolonlineTV .avi
http://www.youtube.com/watch?v=PKpVNFFS2as&feature=yo...
http://youtu.be/PKpVNFFS2as

Sign/Signez/Teken :
http://www.causes.com/causes/438481-free-marcel-vervloese...

vzw Werkgroep Morkhoven
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

 

07-03-12

Abus des enfants: L'affaire Zandvoort, une affaire d'Etat belge...

zandvoortphotos.jpgMarcel Vervloesem, l'homme qui a révélé l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort, et qui est nouveau enfermé en prison après quelques rumeurs dans le tabloid flamand Het Nieuwsblad, a reçu une lettre de la justice. Il est interdit de rencontrer toutes les personnes qui ont lutté ou écrit pour lui (donc, plus seulement les membres du Werkgroep Morkhoven qui l'ont soutenu et visité pendant les 2 ans qu'il se trouvait en prison).

Il est interdit de parler la presse; de contacter les associations qui luttent contre les abus des enfants et de contacter des hommes qui travaillent probablement pour des associations qui luttent pour les droits de l'homme ou les droits des enfants.

Aucun professeur de l'université et aucun membre de la Chambre ou du Sénat peut visiter et parler Marcel Vervloesem en prison. Les membres du Parlement européens sont aussi exclus. 'Parce que tout ces personnes sont des agitateurs qui veulent profiter de cette situation pour mettre en question la justice'.

Marcel Vervloesem est interdit de louer un ordinateur ou une machine à écrire car 'ça perturbe l'ordre public et la tranquillité dans le système judiciaire'. Marcel Vervloesem ne peut pas éditer son livre 'parce que c'est une menace pour la sécurité publique et ça viole les conditions de sa liberté provisoire'. 'Si il ose publier son livre, il a le risque d'être détenu pendant 2 ans.' Si il ose contacter certains hommes, ça peut dommager son cas'.

L'activist était invité à confirmer qu'il avait lu la lettre et de signer qu'il allait d'accord avec sa continu, ce qu'il a refusé.

On ne sait pas qui a rédigé la lettre mais on le retrouve sans doute dans le dossier judiciaire et le fait qu'il est presque totalement isolé du monde extérieur, preuve que c'est une affaire d'Etat belge 

La couche fine de la constitution démocratique belge, cache un vrai appareil répressive ce qui permit d'emprisonner des hommes sans procès.

Photos: des victimes dans l'affaire Zandvoort

---

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België)

04-03-12

Abus des enfants en Belgique: Actions avant le ministère de la justice

dyn009_original_443_600_jpeg_2640303_6e58f0e1022f48513ce6089fae41209a.jpg

Bruxelles, 3.3.2012 - Nous avons tenu aujourd'hui une nouvelle action à Bruxelles. La majorité des hommes comprennent bien que le gouvernement belge protège les personnes impliquées dans le réseau pédocriminel de Zandvoort et ils ne sont pas du tout étonnés quand nous leur racontons qu'il y a quelques jours que nous sommes été volés pendant une action avant le ministère de la justice (où se trouve le cabinet du ministre de la justice Turtelboom). On comprend aussi pourquoi le service de la sécurité de la ministère prétendait 'qu'on n'a enregistré aucune image et que les caméras de surveillance ne fonctionnaient pas.' (Il y a presque 20 caméras à travers le ministère dont 7 ont enregistré la disparition) 

Il y a quelques années, que nous avons organisé une action avant la prison de Bruges où Marcel Vervloesem, l'homme qui a révélé le réseau de Zandvoort, a été enfermé et maltraité pendant 2 ans. Pendant l'action nos pamphlets et notre caméra étaient aussi volées. La prison a d'abord nié d'être responsable pour le vol. Mais un de nos militants avaient enregistré la plaque d'immatriculation d'une voiture qui était passée pout prendre le sac avec les pamphlets et le caméra. Enfin le directeur de la prison a finalement été obligé de redonner les objets volés. 
Le ministre Turtelboom a été contacté dans cette affaire mais n'a pas répondu jusqu'à maintenant.
Les actions seront poursuivies.

Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven
--------

Photo: la recherche à la disparition de Manuel Schadwald. Le journaliste Gina Bernard-Pardaens qui travaillait avac Marcel Vervloesem autour la disparition, a été assassinée. Pendant presque un an, elle a été menacé par des inconnues et quelques semaines avant sa mort, elle était interrogée par les services de la justice d'une manière très intimidante.

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België). 

Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)  

24-02-12

Affaire pédocriminelle de Zandvoort: Marcel Vervloesem reste au prison

MVervloesem.kleinkind.jpgLa chambre de Conseil de Turnhout avec les juges Jacobs et Vander Flaas, a décidé que l'activist Marcel Vervloesem doit rester au prison. On veut faire un 'enquête psychiatrique' de l'accusateur de Vervloesem. L'accusateur est actuellement enfermer dans l'institut fermé des jeunes délinquants à Mol lorsque le tribunal de l'application de la peine d'Anvers concluait que les déclarations de l'accusateur dans le tabloid Het Nieuwsblad et sa plainte chez la police, sont injustes et que Marcel Vervloesem a respecté les conditions de sa libération provisoire. Les juges Jacobs et Vander Flaas sont les mêmes juges qui, pendant 11 ans, ont mené le procès contre Marcel Vervloesem pour cacher l'affaire Zandvoort. Durant ce procès médiatisé, toutes les documents et les témoignages à la décharge de Vervloesem ont été disparu, comme le Comité Supérieur de la Justice a confirmé quelques jours avant que Vervloesem a été définitivement condamné par le Cour d'appel d'Anvers.

Photo: Marcel Vervloesem avec 1 de ses petits-enfants. Il y a quelque jours que sa petit-fille aînée qui est fort traumatisé par le campagne des médias contre sa grand-père (elle est suivi par un psychologue et n'est plus capable d'aller à l'école), a eu des téléphones de nuit qui venaient de l'accusateur où elle ést menacée. Les téléphones de nuit venaient de l'accusateur de Marcel Vervloesem. Grâce à l'appui des tabloids flamands qui publient ses commérages, et le tribunal de Turnhout qui poursuit l'activiste pendant déjà 14 ans par tous les moyens, cet homme croit qu'il peut se permettre tout. C'est ainsi que la mafia à Turnhout impose lentement ses lois à la population. A Turnhout il n'y a plus un séparation nette entre certains juges et la mafia. Le ministre de la justice, Annemie Turtelboom (VLD, Parti libérale) est politiquement responsable de cette évolution...

---------

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België). 

Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)

Le Werkgroep Morkhoven est aussi à retrouver sur Facebook

13-02-12

Belgique: La présence de magistrats au sein des cabinets ministériels

turtelboom-heeft-hervorming-raad-van-state-klaar-id1838428-460x0.jpgLe chef du cabinet de la ministre de la Justice en Belgique (Annemie Turtelboom, Parti Libérale), est le procureur Jan Poels du tribunal de Turnhout. C'est le tribunal de Turnhout qui poursuivit Marcel Vervloesem depuis 1998 et qui veut étouffer l'affaire pédo-sexuelle de Zandvoort (90.000 victimes)...

-------

La présence de magistrats au sein des cabinets ministériels pose question

13 Février 2012

Dans un courrier envoyé au premier ministre Elio Di Rupo, le Conseil supérieur de la Justice (CSJ) s'inquiète de la présence de magistrats au sein des cabinets ministériels, rapportent lundi De Standaard et Het Nieuwsblad. A la suite de l'affaire Fortis, l'ancien ministre de la Justice avait recommandé la réduction de ce type de transferts entre la magistrature et le monde politique. Dans le gouvernement Di Rupo, des magistrts sont toutefois devenus chefs de cabinet pour la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet (cdH) et pour le ministre de l'Economie Johan Vande Lanotte (sp.a). Pour le CSJ, la présence de magistrats au sein des cabinets pose problème et devrait être interdite.

http://www.rtl.be/info/belgique/politique/856231/la-prese...

Photo: Ministre Turtelboom qui plaide pour une magistrature 'impartiale'

09-02-12

Justice: 'un nouveau déontologie pour la magistrature'...

 

 

Turtelboom.Koekelberg.jpgL'affaire pédo pornographique de Zandvoort (90.000 victimes) doit être caché


Marcel Vervloesem et son avocat étaient invités pour apparaître demain avant le tribunal de la peine. Mais hier, il a entendu que les membres de ce tribunal de la peine qui l'a interdit de parler la presse et de contacter le Werkgroep Morkhoven, ont été déjà réunié le lundi passé et qu'ils ont décidé que sa liberté conditionelle doit arrêter 'pour des raisons graves'. Normalement vu, on reste innocent jusqu'a on prouve qu'on est coupable. Mais en Belgique on a renversé la loi. On est déjà coupable au moment que les tabloids publient quelques rumeurs et accusations. Et on ne peut pas se défendre. En effet, on ne plus parler d'un 'Etat de Droit' en Belgique parce que tout le monde peut être poursuivi (et même liquidé) sur la même manière que Marcel Vervloesem.

Photo: Le Ministre de la Justice belge, Annemie Turtelboom (Parti Liberal), qui prétend de 'lutter la partialité de la magistrature par un nouveau déontologie pour la magistrature'.  
L'homme sur le photo est le (ex) commissaire général de la police fédérale Fernand Koekelberg. Ce dernier se voyait accusé par une plainte anonyme de dépenses privées sur le compte de la police...  Le chef de cabinet de ministre Turtelboom est le procureur Jan Poels de la cour de Turnhout. C'est la justice de Turnhout qui étouffait l'affaire Zandvoort et d'autres affaires concerne l'abus sexuel des enfants. C'est la Justice de Turnhout qui poursuit l'activiste Marcel Vervloesem pendant 14 ans via un procès des médias qui ne respectent pas la présomption d'innocence des accusés et qui considèrent leurs propres publications comme des preuves de la culpabilité de quelqu'un.

-------------------------------------------------

ACTION

Adresses et sites web du ministre de la justice, Annemie Turtelboom
Site Internet http://www.justice.belgium.be/
Cellule stratégique et Secrétariat de la Ministre de la Justice :
Boulevard de Waterloo 115
1000 Bruxelles
Téléphone : 02 542 80 11
Fax : 02 542 80 00
E-mai :l annemie.turtelboom@just.fgov.be 

Publiez vos lettres au ministre qui prétend de lutter pour une 'magistrature impartiale' !

------------

Marcel pourra sortir pour raison de santé. Mais la Justice belge (et le ministre de la Justice qui est au courant), le veulent laisser mourir au prison. C'est pour ce raison que nous devons nous organiser et contacter toutes les vraies associations pour les droits de l'homme et les associations qui luttent contre l'abus de l'enfant.

Pour celui qui veut écrire Marcel: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (België, Belgique, Belgium). Vous le pouvez envoyer aussi des timbres ou de le demander de le visiter au prison.

Marcel Vervloesem est gravement malade (cancer, coeur, reins, dyabète,).  Nous sommes en plein de contacter des médecins qui ne se laissent pas taire par l'Etat belge.

http://www.facebook.com/groups/MarcelVervolsemGroupeDeSou...

05-02-12

Ministre Annemie Turtelboom: "Ne jugeons pas seulement sur base d'images"

200906261330_turtelboom-voor-21-juli-praten-over-asieldossier.jpg

Le Werkgroep Morkhoven qui lutte déjà longtemps contre les réseaux pédophiles qui sont protégés par le gouvernement belge, a contacté le ministre de la justice Annemie Turtelboom (VLD, Parti libérale) sur sa page Facebook, concernant la nouvelle campagne de média contre Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven.  La nouvelle campagne dans les tabloïds flamands, est exclusivement basé sur une déclaration d'un neveu de Marcel Vervloesem qui probablement fait partie du milieu de drogues à Turnhout. Il y a 2 mois que sa petite amie de 14 ans a était retrouvée noyée dans l'étang de la Cour de la Justice à Turnhout. Elle avait reniflé trop de gaz de son briquet.   Dans l' article de journal publié par les tabloïds flamands, le militant Marcel Vervloesem était, comme pendant le procès de média contre lui pendant ces 12 dernières années, à nouveau présenté comme un vrai criminel. Le ministre qui plaide pour un 'système judiciaire impartial' et 'un nouveau déontologie pour la magistrature', n'a pas répondu sur les questions du Werkgroep Morkhoven. Au même moment le ministre déclarait: 'Ne jugeons pas seulement sur base d'images'...

-----

Mme Turtelboom demande un enquête sur les liens entre diamantaires et juges à Anvers

 

ANVERS 11,1, 2012

 - La ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open Vld) va demander au procureur général d'Anvers un rapport sur la visite de plusieurs magistrats dans un temple hindou en banlieue anversoise, suivie d'un repas qui leur aurait été offert par le secteur du diamant anversois, pourtant objet de plusieurs enquêtes. 

"Ne jugeons pas seulement sur base d'images", a toutefois mis en garde Mme Turtelboom sur les ondes de la VRT radio, au lendemain d'un reportage télévisé de la chaîne publique flamande révélant l'existence de ce dîner.

Il est vrai qu'"il ne peut y avoir le moindre doute sur l'indépendance des magistrats et des juges". Dès lors, s'il ressort du rapport demandé au procureur général Yves Liégeois une "apparence de partialité", Annemie Turtelboom prendra des mesures.

Le reportage de la VRT est d'autant plus surprenant qu'une perquisition avait été ordonnée la semaine dernière par le procureur général chez son substitut Peter Van Calster, en charge de plusieurs dossiers de fraude diamantaire portant sur des millions d'euros.

"Le procureur général estime que des fautes de procédure ont pu être commises, qui pourraient faire échouer les poursuites devant un tribunal; il veut faire la clarté, ce qui est une bonne chose", a commenté Mme Turtelboom.

La VRT a révélé mardi dans son émission "Panorama" que plusieurs juges du tribunal de première instance d'Anvers avaient visité le mois dernier un temple hindou à Wilrijk (Anvers), où ils ont ensuite été invités à un lunch par l'"Antwerp World Diamond Center", l'organisation sectorielle du diamant.

http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/381685/mme...

-----------------------

Traduisez et diffusez svp

Nous sommes à retrouver sur Facebook sous le nom 'Werkgroep Morkhoven' (si la Justice ne bloque pas le lien à notre groupe)

http://www.facebook.com/groups/MarcelVervolsemGroupeDeSou...

04-02-12

Werkgroep Morkhoven et la lutte contre les abus des enfants

Zandvoort.childporn.jpgNous avons trouvé un virus sur notre ordinateur. Il se trouvait sur un document concerne un magistrat de la jeunesse, très célèbre en France, qui a de bons contacts avec le gouvernement français. 

Le Werkgroep Morkhoven trouvait son nom et photo dans le dossier de l'affaire Zandvoort (90.000 victimes) qui est étouffé par la Justice belge.

Le magistrat, qui soi disant, 'défend les droits de l'enfant', se trouvait avec un garçon de 12 ans sur un lit. Ils étaient tous les deux nus et posaient avant le camera. Le garçon était obligé de prendre le pénis de ce magistrat dans les mains.

Il y a 5 ans, un des magistrats de la Justice de Turnhout (Belgique) qui a poursuivi Marcel Vervloesem du Werkgroep Morkhoven pendant 14 ans à travers une campagne médiatique (avec des déclarations fausses et la disparition de documents du dossier de la cour correctionelle), a promit d'enquêter cette affaire disant qu'il ne 'croyait pas en la culpabilité du magistrat'.

Il n'a avait jamais eu d'enquête, comme c'était déjà dans le cas de demi-frère-accusateu de Marcel Vervloesem, un homo-sexuel qui a un trentaine de procès-verbaux avec des affaires de moeurs avec des très jeunes garçons sur son nom. 

C'est le même magistrat qui décidait il y a quelques jours que l'activiste Marcel Vervloesem doit rester à la prison à cause d'une nouvelle fausse accusation basé sur une nouvelle histoire dans le tabloïde flamande 'Het Nieuwsblad'. Il y a 14 ans et justement au moment que l'affaire Zandvoort faisait part des nouvelles internationales, que ce tabloide publiçait la fausse histoire du demi-frère de Marcel Vervloesem.
Le ministre de la justice belge Annemie Turtelboom (VLD, libérales flamandes) et ses prédécesseurs politiques (De Clerck, Van Parys, Onkelinx, Van Deurzen, Verwilghen), sont au courant de cette affaire mais ils se taisent. Ca preuve à nouveau que ces politiciens sont impliqués et qu'ils protègent les abuseurs sexuels d'enfants et les réseaux pédo-sexuels.

Jan Boeykens, président du Werkgroep Morkhoven

---

Photo: le journalist français Carl Zéro qui, avec l'auteur Serge Garde, faisait un réportage autour l'affaire Zandvoort et l'enfermement (+tortures) de Marcel Vervloesem aux prisons de Turnhout, Hasselt et Bruges.

Soutenez la lutte contre la pédo-mafia et écrivez Marcel Vervloesem:
Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, 2300 Turnhout.
Le Werkgroep Morkhoven est ausi à retrouver sur Facebook, si le lien n'est pas bloqué à nouveau par la Justice belge: https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

27-01-12

La Justice belge: 'chasseur de pornographie infantile'

La Justice belge est très actif à ce moment.  Le Werkgroep Morkhoven a des problèmes téléphoniques et des problèmes d'Internet (serveur, ordinateurs, entrée d'Internet).  La distribution de la communiqué de presse du Werkgroep Morkhoven était bloquée.  Le siteweb 'Fondation Princesse de Croÿ' qui donne des bonnes informations sur l'affaire Zandvoort, était complètement blocqué sur l'ordinateur de la princesse (elle ne savait plus de publier). A cause des campagnes médiatiques contre Marcel Vervloesem pendant 14 ans, elle reçoit des menaçes de pédophiles qui se posent comme 'anti-pédophile' Le script du livre de Marcel Vervloesem où il décrit sa vie et ses actions avec le Werkgroep Morkhoven, a été saisi par la Justice.  Marcel Vervloesem a pendant 4 ans déjà un interdiction de contacter la presse et le Werkgroep Morkhoven dont il est membre de la direction.  Alors, il se ne sait plus se défendre contre toutes ces phantasmes et accusations dans les média.  Sa fille qui est bien au courant et qui raconte une autre histoire autour les nouvelles phantasmes et accusations dans la presse, est comme habitude, pas été contacté par la presse qui aide à étouffer l'affaire pédocriminelle de Zandvoort (90.000 victimes).  Comme son père et le Werkgroep Morkhoven, elle est exclut par les médias belges.  Marcel Vervloesem ne sait pas contacter sa fille pendant déjà 2 jours. La ministre de la Justice Annemie Turtelboom est au courant.  Mais le Ministre qui prétend de 'lutter la partialité de la magistrature dans le cadre d'un nouveau déontologie', soutient ce procès de média contre Marcel Vervloesem, sa famille et le Werkgroep Morkhoven. La censure est totale et le ministre de la justice est responsable pour cette nouvelle situation.


Marcel Vervloesem interview de Serge Garde par...

http://www.dailymotion.com/video/x9ogjg_marcel-vervloesem...

Soutenez Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, 2300 Turnhout

Werkgroep Morkhoven sur Facebook:https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

C'est possible que la Justice belge qui censure toute l'information de l'affaire Zandvoort (90.000 victimes), bloque le lien à ce vidéo.  (Les liens à Facebook 'Marcel Vervloesem', 'Werkgroep Morkhoven', 'Jan Boeykens', 'Pcesse de Croÿ', sont régulièrement bloqués)