22-02-14

La Justice belge sépare les mères de leurs enfants

http://youtu.be/lNmpPwuUiu0
https://www.youtube.com/watch?v=lNmpPwuUiu0#t=94

La Convention internationale des droits de l’enfant

La Convention relative aux droits de l’enfant a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée Générale des Nations Unies le 20 novembre 1989. Composée de cinquante-quatre articles, la Convention se veut un instrument exhaustif qui établit des droits définissant des normes et principes universels relatifs au statut des enfants. Elle reconnaît aux enfants des libertés et des droits fondamentaux tout en prenant en compte leur besoin de recevoir une assistance et une protection spécifiques en raison de leur vulnérabilité. La Convention fut le premier traité international relatif aux droits de l’homme qui rassemblait en un seul document aussi bien les droits civils et politiques que les droits économiques, sociaux et culturels. Aujourd'hui, elle reste l’outil international relatif aux droits de l’homme le plus largement ratifié.

La Convention des Nations Unies est entrée en vigueur en Belgique le 15 janvier 1992 suite à l’adoption d’une loi et de décrets d’approbation des différentes entités fédérées. Le décret d'approbation a été adopté par la Communauté française le 3 juillet 1991.

L'article 42 de la Convention est libellé comme suit: les Etats parties s'engagent à faire largement connaître les principes et les dispositions de la présente Convention, par des moyens actifs et appropriés, aux adultes comme aux enfants.

Comme l'Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse a dans ses missions la mise en oeuvre de cet article spécifique de la Convention, nous vous proposons de découvrir la Convention sous trois formes différentes

À télécharger :

Texte intégral de la Convention adopté par les Nations Unies.

Texte de la Convention dans un langage adapté aux enfants (childfriendly).

Illustration de la Convention par une affiche pour enfants (childfrienldy)

___

Un principe intangible : l’enfant a droit à ses deux parents:
http://www.homme-culture-identite.com/article-l-enfant-a-droit-a-ses-deux-parents-note-en-faveur-de-la-residence-alternee-en-cas-de-separation-111928348.html

Tous les enfants ont droit à leurs 2 parents, leurs 2 familles et leurs 2 cultures:
http://enfantetsondroitlyon.webnode.fr/

Charte Africaine des droits et du bien-être de l'enfant
'Tout enfant qui est séparé de 1'un de ses parents ou des deux a le droit de maintenir des relations
personnelles et des contacts directs avec ses deux parents régulièrement':

http://www.achpr.org/fr/instruments/child/

02-05-13

Justice belge: l'affaire Maoloni

Justice.belge.Maoloni..jpg

DEMISSION DE MES DEUX AVOCATS BELGES CE 29/04/2013

CE 29/04/2013, MES DEUX AVOCATS BELGES ONT DÉCIDE DE NE PLUS ME DÉFENDRE DANS LE CADRE DES PROCÉDURES EN COURS EN BELGIQUE !!!

EMAIL ENVOYÉ A MAITRE B  ET MAITRE C
Italie, le 1er mai 2013


Maîtres,

J’ai bien reçu votre courrier que vous m’avez transmis ce 29/04/2013, jour de la naissance de ma fille Fiona dont je suis privée, ILLÉGALEMENT ET INHUMAINEMENT,  de tout contact, par la justice de Mons, depuis 6 longues années.

Dans votre courrier, vous m’informez votre démission dans le cadre de l’ensemble des procédures en cours dans mon affaire, à cause de certaines publications diffusées sur le net.

Je  tenais à vous transmettre toutes mes FÉLICITATIONS pour cette décision subtilement choisie à la veille d’audiences fixées pour des procédures d’une extrême importance en ce qui me concerne : exequatur de l’arrêt de la Cassation italienne, mandat d'arrêt pour enlèvement d’enfants et mes droits aux relations inter-personnelles avec mes enfants !!!

Vous devez vous sentir soulagés actuellement pour vous être débarrassés de ce dossier si dérangeant au sein du milieu judiciaire montois,ceci en prenant l’excuse de mes publications sur le net !

Il y a déjà longtemps que vous aviez ce souhait de démissionner mais l’occasion ne s’y présentait pas…

Dans le cadre de mon affaire, nul besoin de compétences professionnelles mais plutôt de courage à ne pas se laisser corrompre par un système qui protège la pédo-criminalité.

Le pouvoir de la VÉRITÉ pour le BIEN-ÊTRE ET LA PROTECTION DES ENFANTS doit être supérieur au pouvoir criminel envouté par le MAL !

Votre décision ne m’étonne pas, vous savez !
Je reste convaincue que vous êtes de « bons »avocats c’est-à-dire ayant la parfaite connaissance théorique des lois belges,mais hélas, dans mon affaire, cela n’est pas suffisant !

Croyez-moi, je n’éprouve aucun ressentiment à votre égard et respecte votre choix.

En ce qui me concerne, je continuerai à suivre le chemin de la VÉRITÉ (et non d’UN POUVOIR COMPLICE QUI PROTÈGE LES CRIMINELS DE L’ENFANCE).  
Ceci par AMOUR pour mes deux filles et par respect de la promesse que je leur ai faite : JAMAIS JE NE LES ABANDONNERAI !

Que Dieu me donne la force, la santé dans cette guerre impitoyable et m’apporte des ANGES à mes côtés pour combattre ces démons qui tuent nos enfants !

Je vous prie de croire, Maîtres, en l’assurance de mes salutations distinguées.

MAOLONI Maria-Pia
MAMAN de FIONA et MILLA ANTONINI
http://fionaetmilla.blogspot.com/