14-02-16

Zandvoort, le fichier de la honte - Karl Zéro Absolu

Carl Zero Werkgroep Morkhoven.jpg

https://youtu.be/0lRLztD1SEs

22-12-14

Le film « Outreau, l’autre vérité » est édité

serge garde.jpg

 
Madame, Monsieur, Cher-es ami-es
 
Enfin… Vous étiez nombreux à attendre ce moment…
Près de deux ans après sa sortie en salle, mon film sur l’affaire dite d’Outreau, réalisé avec l’aide et le soutien d’Innocence en Danger,
d’Homayra Sellier, de Karl Zéro, de Zelig Films, et de
Bernard de la Villardière (Ligne de Front, le producteur)
 
 « Outreau, l’autre vérité » est édité en DVD
(avec quatre bonus)
mise en vente publique  début mars 2015,
au prix de 19, 90 euros.
 
La seule version complète validée par l’équipe.
(Cette précision s’impose car plusieurs piratages circulent sur le web,
avec parfois un ajout final qui dénature le film.)
Mais, sans attendre, si vous, votre association, le désirez, vous pouvez l’acquérir en contactant Sophie Wittmer
 
 
Diffusé en soirée par la Télévision Suisse Romande le 24 novembre 2014
notre film n’a toujours pas été programmé par une chaîne de télévision française…
Mais grâce à vous, des milliers de spectatrices et de spectateurs ont pu voir le film dans des salles de cinéma d’Art et Essai.  
 
Comme je l’ai souvent déclaré au cours des nombreux débats passionnantsqui ont suivi des projections :« Le film existe, il vous appartient.A vous de le faire vivre si vous l’estimez nécessaire. »
 
Bien cordialement
 
Serge Garde

Jacqueline de Croÿ: 'Casey Bohun, a 3-years old Zandvoort victim'

Casey Bohun 1.png

Casey Bohun, a 3-years old Zandvoort victim

Jacqueline de Croÿ - 29 mars 2004

Aged three, Casey Rose Bohun lived with his mother and the companion of her mother when she disappeared on August 5 1989 from her house of the street 94A in the north of Delta (British Columbia - Canada).It was 5h38 morning when she was seen for the last time, sleeping in its room. At 9h30, her bed was empty and she was never seen again since. Four years after, a witness would have seen Casey at Kamloops, but the investigation was unfruitful. This same year 1993, a lie detector released the biological father of the child of the suspicions which weighed on him. In 2001, another child of the father of Casey was withdrawn from his guard by the authorities of Kamloops. One month after, the mother of Casey committed suicide while jumping of the Bridge of Patulo in the river Fraser in Delta. The investigation was never closed.

In February 2004, a collaborator of the Foundation Princess of Croÿ recognizes Casey Bohun on photographs of CD-ROM of the paedophile network of Zandvoort and which are published on a Dutch website. The comparative analysis of the photographs was carried out and shows a matricial difference of 342.864 between the photograph of CD-ROM, and the one of Casey Bohun, which indicates a recognition to 90%.

Officier Leeson of the Serious Crime Section of the Canadian Police of Delta has contacted the Foundation in Belgium for the investigation. Months after the discovery, the Belgian authorities are still not interested and hace not yet followed the exemple on their excellent Canadian collegues.

http://fondationprincessedecroy.morkhoven.org/07-Casey_Bohun_en.htm

18-12-14

Jacqueline de Croÿ: 'De moord op Gina Pardaens-Bernaer'

Gina Pardaens-Bernaer vermoord.gif

† Novembre,15 - 1998 †

Gina Pardaens-Bernaer, een sociaal werkster, was in juli 1998 bij de Werkgroep Morkhoven gekomen, in de tijd dat Morkhoven het Zandvoort-netwerk ontdekte. Ze had onderzoek gedaan naar het dossier-Schadwald, zogenoemd naar de jongen die 11 jaar daarvóor op 11-jarige leeftijd in Duitsland verdwenen was.. Het onderzoek naar die zaak had de Werkgroep Morkhoven op het spoor van de Zandvoort-zaak gebracht. Via de stiefvader van het kind, Rainer Wolf, kwam Gina al gauw op het spoor van de betrokkenheid van de Duitse geheime dienst bij de verdwijning van de kleine Schadwald.

Op datzelfde moment begon ze problemen te krijgen met haar telefoon, fax en internet-verbinding. Ze werd regelmatig gebeld door iemand die na een lange stilte de verbinding weer verbrak. Belgacom, die het monopolie bezat wat betreft telefonie in België, was niet in staat de oorzaak van de telefoon-problemen en de anonieme telefoontjes te ontdekken. Het zei dat hun onderzoek had uitgewezen dat er een tweede lijn op haar telefoon aangesloten was, terwijl zij die tweede lijn nooit had aangevraagd, en dat er 'een draadje los was'.

Het was Gina Pardaens-Bernaer die een copie had gemaakt van een van de Zandvoort CD's en die naar de organisatie 'CIDE" had gestuurd, die hem op zijn beurt weer aan Interpol deed toekomen. Ze had een 'snuff-movie' ontdekt waarin de verkrachting en de moord op een klein meisje te zien waren en waarop ze een vroegere compagnon van Michel Nihoul ontdekt had, de man die wegens de Dutroux-zaak bekend is geworden. Op een dag hielden een paar mannen haar staande terwijl ze op reis was met de trein, waarbij ze haar toevoegden dat ze met haar onderzoek moest ophouden. Vanaf dat moment reisde ze voortaan per auto, maar al snel merkte ze dat ze gevolgd werd. Ze noteerde de nummerplaten van de auto's die haar volgden, een ervan was een grijze Mercedes waarvan later zou blijken dat hij het eigendom was van de ex-chauffeur van de Dolo-bar, het hoofdkwartier van Michel Nihoul in Brussel, waar hij al de politie-agenten placht te ontmoeten van wie de onderzoeken naar kindermisbruik-netwerken 'mislukt' waren.

Ze had met José Desart samengewerkt aan het televisie-programma "Faits Divers' van de RTBF. Ze werden beiden door de Criminele Recherche ondervraagd over het geval Schadwald. De politieagenten waren eerder benieuwd naar haar banden met de Werkgroep Morkhoven, dan dat ze geïnteresseerd leken in de verdwijning van het kind. Het verhoor kwam op haar 'heel intimiderend over en het leek duidelijk de bedoeling om van haar te weten te komen wie haar bronnen waren', zo verklaarde ze tegenover de krant 'De Morgen'.

De belagingen via telefoon werden steeds heftiger. Ze ontving doodsbedreigingen van mensen van wie de stemmen door een elektronisch apparaat vervormd klonken. Op een dag, nadat ze op zo'n manier twee keer telefonisch bedreigd was, werd haar zoon door een auto van zijn fiets gereden, waarna de de auto doorreed zonder te stoppen.

Vier maanden nadat Gina Pardaens-Bernaer begonnen was met de Werkgroep Morkhoven samen te werken, belde zij Jan Boeykens op, de voorzitter van die vereniging. Dat was op de avond van 14 novermber 1998. De telefoonverbinding werd dermate gestoord dat ze moeite hadden elkaar te verstaan, maar hij begreep dat ze weer nieuwe doodsbedreigingen had ontvangen. '"Met wat ik heb ontdekt, gaat óf Belgie ontploffen, óf ik word vermoord'', zei ze.

In diezelfde nacht, tegen zonsopgang op 15 november, werd zij in het wrak van haar auto aangetroffen. De auto was onder een brug gecrashed. Er werden geen remsporen aangetroffen op de plek van de crash. Daarom is het aannemelijk dat de remmen van de auto onklaar gemaakt waren. De foto van de verongelukte auto maakt verder commentaar overbodig.

België is nooit ontploft. De moord werd op geen enkele manier door de politie onderzocht. Niet lang daarna werd in het bureau van haar advocaat, Arnould, ingebroken, waarbij een paar dossiers gestolen werden.

De leden van de Werkgroep Morkhoven, die Gina Pardaens-Bernaer enorm bewonderden, waren zeer aangeslagen door de moord. Hij had voorkomen kunnen worden als de politie haar plicht had gedaan. De Zandvoort Gedenkdag die wegens de tiende verjaardag van de ontdekking van het netwerk gehouden wordt, zal mede gehouden worden om haar te eren.

Vaarwel, Gina, we zullen je nooit vergeten.

Bron: http://droitfondamental.eu/07-zandvoort-gina_pardaens-bernaer-nl.html

http://fondationprincessedecroy.morkhoven.org/07-Zandvoort-Gina_Pardaens-Bernaer-nl.htm

05-12-14

Belgique: jeune fille Béatrice - mains liées et corde autour du cou

béatrice Belgique fille morte.jpg

Béatrice retrouvée les mains liées et une corde autour du cou

D'après le journal L'Avenir, Béatrice aurait été retrouvée avec les mains liées au niveau des poignets et une cordelette autour du cou. Aucune trace apparente ou rougeur ne serait visible. On attend désormais les conclusions de l'autopsie, pratiquée mardi après-midi. Au niveau de l'enquête, les choses avanceraient puisque d'après la Dernière Heure, un portrait-robot de suspect aurait été établi.

Lundi, un promeneur a fait la macabre découverte dans un bois situé sur le trajet de l'adolescente pour se rendre à l'école. Le corps avait été placé dans un petit bois situé au fond d'une propriété, caché au milieu de sapins.

L'emplacement du cadavre laisse clairement penser que l'auteur des faits est revenu sur les lieux, puisque ce fameux bois avait déjà été fouillé par les enquêteurs quelques jours plus tôt.

L'enquête avancerait puisqu'un portrait-robot a été établi. Les parents de Béatrice ont d'ailleurs été convoqués aujourd'hui par la police. Ceux-ci ont confié dans une interview avec Het Laatste Nieuws être complètement dévastés et incapables de faire leur deuil tant qu'ils ne sauront pas "ce qui est réellement arrivé à Béatrice".

Pour le moment, le parquet d'Arlon ne souhaite pas communiquer avant d'avoir rencontré les parents de la victime. Selon la DH, l'autopsie du corps de Béatrice Berlaimont aurait pris plus de temps que prévu. D'après Het Nieuwsblad et la Libre Belgique, un témoin aurait aperçu un homme qui "avait tout du marginal", de type européen, mesurant entre 1m60 et 1m70. Il portait un "treillis militaire, mais pas de l'armée belge" et une casquette qui dissimulait en partie son visage.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/2138752/2014/12/03/Beatrice-retrouvee-les-mains-liees-et-une-corde-autour-du-cou.dhtml

Belgique: La jeune disparue d'Arlon retrouvée morte

béatrice Belgique fille morte.jpg

1/12/2014 - 17:26 

Le parquet d’Arlon a indiqué ce lundi que le corps sans vie de Béatrice Berlaimont, l’adolescente de 14 ans qui avait disparu le 21 novembre alors qu’elle se rendait à l’école, a été retrouvé dans des bois à proximité de son domicile à Arlon, en province du Luxembourg.

Le jour de sa disparition, la jeune fille avait quitté sa maison vers 7h30 du matin pour se rendre à l'école, où elle n'est cependant jamais arrivée. Depuis, les grands moyens étaient déployés pour retrouver une trace de Béatrice Berlaimont.

L'armée avait même été mobilisée pour effectuer des recherches dans la région, et notamment dans les bois. Samedi dernier, des citoyens bénévoles avaient pris l'initiative de distribuer 5.000 tracts aux habitants d'Arlon, en espérant que la police récolterait ainsi des indices probants.

La Cellule Personnes disparues de la police fédérale qualifiait ce week-end la situation de très préoccupante.

Ce lundi, le parquet d'Arlon n'a pas donné davantage de détails sur les circonstances de la découverte. Une conférence de presse devait avoir lieu dans la soirée.

http://deredactie.be/cm/vrtnieuws.francais/Soci%25C3%25A9t%25C3%25A9/1.2166582

-----

DÉJA PARU:

Disparition à Arlon : les citoyens se mobilisent

 

 

23-09-14

Justice belge: cryptage du'n blog du Werkgroep Morkhoven

21.9.14.4.jpg

L'association Werkgroep Morkhoven qui a révélé le réseau de pornographie d'enfants de Zandvoort, pense que la justice belge est derrière le cryptage du blog http://fondation-princesse-de-croy.skynetblogs.be/ du Werkgroep Morkhoven 

L'an dernier, la fille de l'activiste Marcel Vervloesem et ses trois enfants mineurs étaient terrorisés pendant six mois. 

La justice de Turnhout qui a étouffé l'affaire Zandvoort, ne faisait aucune enquête contre la bande des terroristes parce qu'il y a un an qu'un membre de ce bande a accusé Vervloesem à nouveau à tort et la Justice veut en profiter pour d'imposerà nouveau un bâillon sur Marcel Vervloesem.

-----------

 

'Le site Web que vous allez ouvrir contient un logiciel malveillant

Les individus malveillants actuellement à l'œuvre sur le site www.flixya.com pourraient 

tenter d'installer des programmes dangereux sur votre ordinateur, de manière à récupérer 

vos informations (par exemple des photos, des mots de passe, des messages et 

des numéros de carte de paiement) sans votre autorisation, ou à les supprimer.

La fonctionnalité de navigation sécurisée Google a récemment permis de détecter des logiciels malveillants sur le site

fondation-princesse-de-croy.skynetblogs.be. Un site Web qui est normalement sans 

danger peut parfois être infecté par des logiciels malveillants. 

Le contenu en cause provient de l'hôte "www.flixya.com", une source de logiciels 

malveillants connue.'

05-05-14

Abus sexuels enfants: Marcel Vervloesem à nouveau hospitalisé

marcel.2.jpg

28 Avril 2014

Marcel Vervloesem, le militant de l'association belge 'Werkgroep Morkhoven' qui a été persécuté et stigmatisé pendant une 15 zaine années par les authorités belges qui voulaient étouffer sur ce façon l'affaire pédopornographie de Zandvoort, est hospitalisé à nouveau.

 
Vervloesem qui est très malade et qu'on a refusé ses médicaments en prison, a eu un cancer, a des problèmes très graves au cœur et aux reins.  Il a aussi le diabète et nécessite beaucoup de médicaments.
 
Il y a quelques jours qu'il ne se sentait pas bien à sa maison. patient se sent pas bien. Puis il est tombé au sol , il a attrapé une casserole d'eau bouillante qui était sur la cuisinière à gaz. Sa jambe gauche a été brûlé au troisième degré et les spécialistes pensent à une intervention chirurgicale.
 
Il souffre beaucoup et l'accident est une grave problème pour son cœur (une intervention chirurgicale à son cœur n'est plus possible parce que les risques sont trop grands).
 
Ce qui a sans doute joué un rôle dans la dégradation de l'état de santé de Vervloesem est le fait qu'il y a environ deux ans, que la justice belge a poursuivi Vervloesem à nouveau à cause «d'abus sexuel». La 'preuve' de cette nouvelle accusation était une histoire imaginaire de son neveu Dimitri qui, comme d'habitude, était publiée dans le journal 'Het Nieuwsblad'.  
Il est à noter que ce Dimitri a de bons contacts avec Victor V., le demi-frère de Vervloesem. Celui-ci  et quelques des ses amis homosexuels, accusait Vervloesem «d'abus sexuels» il y a 15 ans. Les accusations étaient fondées sur des soi-disant faits qui auraient eu lieu au passé. Ces histoires étaient aussi publiées par certains journalistes du journal 'Het Nieuwsblad'  qui ont de bonnes relations avec le pouvoir judiciaire.  
C'était juste au moment que la presse internationale, y compris les trois journaux principaux  japonais, venait au village Morkhoven pour interviewer Vervloesem autour sa découverte de l'affaire Zandvoort qui, selon un rapport de la police fédérale belge, comptait 88.539 enfants maltraités et sexuellement abusés.
 
Comme précédemment avait été le cas, les juges de Turnhout qui ont étouffés l'affaire pédopornographique de Zandvoort, ne considèrent pas les déclarations justificatives qui démontraient l'innocence de Vervloesem dans le cas de Dimitri.
 
Les juges de Turnhout  sont aussi restés observateur passifs, au moment que ce nommé Dimitri, avec l'aide de Victor V., a commencé à terroriser la fille et la petite-fille de 15 ans de Vervloesem. Grâce au silence des juges, la terreur, a duré plusieurs mois. 
Les blogs de l'association Werkgroep Morkhoven étaient également fermés pendant des plusieurs mois pour empêcher qu'on rapporterait de ce scandale judiciaire qui est connecté à l'étouffement de l'affaire Zandvoort. 
 
La fille et les amis de Vervloesem avaient dénoncé à plusieurs reprises à la police de la ville d'Herentals et de Turnhout.  Les plaintes été accompagnés par les preuves nécessaires. 
 
Victor V. et le nommé Dimitri n'ont jamais été poursuivi pour ces actes terroristes. Le Comité P, un organe parlementaire doit vérifier le comportement de la police, écrivait récemment qu'elle effectuer at aucune enquête 'parce que le ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet (cdH, démocrates-chrétiens) avait déjà contacté le procureur de la justice de Turnhout'. De cette façon, l'affaire est à nouveau étouffée et nous nous retrouvons dans un cercle vicieux.
 
Le Ministre de la Justice belge Annemie Turtelboom (Open VLD, Parti Libérale) laissait répondre par un employé de son cabinet 'qu'elle ne peut rien faire en raison du principe de la séparation des pouvoirs', tandis qu'elle a nommé le procureur Jan Poels de la Justice de Turnhout comme chef de son cabinet. L' étouffemment de l'affaire Zandvoort et les actes terroristes sont donc le résultat de la corruption politique et judiciaire.
 
L'enquête dans l'affaire Zandvoort et les poursuites des petits criminels qui peuvent terroriser la des citoyens innocents et la famille de l'activiste Marcel Vervloesem, sont donc complètement bloqués par les autorités belges corrompus.
Le tribunal de Turnhout va certainement continuer à utiliser toutes sortes de petits criminels qu'ils peuvent utiliser à détruire la santé de Vervloesem.
 
Ce qui est très grave dans cette affaire est le fait qu'il y a 30 procès-verbaux de Victor V. concernant des infractions sexuelles sur des petits garçons. Ils ne sont jamais enquêtés tandis que chaque accusation de Vervloesem est suivi par une poursuite et une persécution dans les médias belges qui soutenont la corruption et ne parlent jamais de l'affaire Zandvoort.
Victor V. qui peut à peine écrire est inconditionnellement soutenu par le maire de Herentals Jan Peeters,  qui est comme lui, un membre de la direction du parti socialiste flamande.
Jan Peeters, à son tour, est aussi un membre du Parlement du parti socialiste.
Dans les années 90, il était le secrétaire d'État et le ministre de la Sécurité. Premier Di Rupo qui est un gay prononcée était Vice-Premier dans ce temps.
Victor V. est devenu conseiller municipal. Il a été nommé comme: membre de la direction de 'Geelse Huisvesting' (logements sociaux), membre de la direction du centre public d'aide sociale, président du Comité pour la sécurité et la police d'Herentals et membre de la direction du Conseil de la police locale dont Peeters est le président. Il représente la ville d'Herentals dans 2 deux intercommunales.
Durant les mois que la petite-fille et la fille (qui a 2 autres petits enfants) de Vervloesem étaient terrorisés,  on utilisait un scanner de la police. Il y a des témoins qui ont vu ce scanner dans la voiture de Victor V.  qui était stationné  près de la maison de la famille Vervloesem. Dans la voiture se trouvait Victor V. et certains membres du gang...

22-02-14

La Justice belge sépare les mères de leurs enfants

http://youtu.be/lNmpPwuUiu0
https://www.youtube.com/watch?v=lNmpPwuUiu0#t=94

La Convention internationale des droits de l’enfant

La Convention relative aux droits de l’enfant a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée Générale des Nations Unies le 20 novembre 1989. Composée de cinquante-quatre articles, la Convention se veut un instrument exhaustif qui établit des droits définissant des normes et principes universels relatifs au statut des enfants. Elle reconnaît aux enfants des libertés et des droits fondamentaux tout en prenant en compte leur besoin de recevoir une assistance et une protection spécifiques en raison de leur vulnérabilité. La Convention fut le premier traité international relatif aux droits de l’homme qui rassemblait en un seul document aussi bien les droits civils et politiques que les droits économiques, sociaux et culturels. Aujourd'hui, elle reste l’outil international relatif aux droits de l’homme le plus largement ratifié.

La Convention des Nations Unies est entrée en vigueur en Belgique le 15 janvier 1992 suite à l’adoption d’une loi et de décrets d’approbation des différentes entités fédérées. Le décret d'approbation a été adopté par la Communauté française le 3 juillet 1991.

L'article 42 de la Convention est libellé comme suit: les Etats parties s'engagent à faire largement connaître les principes et les dispositions de la présente Convention, par des moyens actifs et appropriés, aux adultes comme aux enfants.

Comme l'Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse a dans ses missions la mise en oeuvre de cet article spécifique de la Convention, nous vous proposons de découvrir la Convention sous trois formes différentes

À télécharger :

Texte intégral de la Convention adopté par les Nations Unies.

Texte de la Convention dans un langage adapté aux enfants (childfriendly).

Illustration de la Convention par une affiche pour enfants (childfrienldy)

___

Un principe intangible : l’enfant a droit à ses deux parents:
http://www.homme-culture-identite.com/article-l-enfant-a-droit-a-ses-deux-parents-note-en-faveur-de-la-residence-alternee-en-cas-de-separation-111928348.html

Tous les enfants ont droit à leurs 2 parents, leurs 2 familles et leurs 2 cultures:
http://enfantetsondroitlyon.webnode.fr/

Charte Africaine des droits et du bien-être de l'enfant
'Tout enfant qui est séparé de 1'un de ses parents ou des deux a le droit de maintenir des relations
personnelles et des contacts directs avec ses deux parents régulièrement':

http://www.achpr.org/fr/instruments/child/

29-11-13

Marcel Vervloesem – L’affaire Zandvoort (2)

Suite de Marcel Vervloesem – L’affaire Zandvoort (1)

… La dernière manoeuvre en date pour essayer d’arrêter Marcel et ces collègues dans leur travail fut donc la fausse accusation portée contre Marcel par son neveu mineur, toujours, comme d’habitude, pour abus sexuel. Les preuves de ce soit-disant crime étaient falsifiées avec l’aide de la Justice elle-même. Et cela a mené au procès de la semaine dernière où Marcel a donc de nouveau été condamné à 18 mois de prison.

En octobre de cet année la présentatrice du radio-web néerlandaise où Marcel vient de parler ce lundi dernier, avait rendu visite à Marcel pour s’informer de près de son travail. Ce qui s’était ensuivi d’une montée des pressions de la part de la Justice belge envers Marcel.

Entre-temps Marcel et son équipe Morkhoven ont prouvé que leur méthode est efficace et que toutes les campagnes et sales coups montés contre eux par les média et la Justice belge (et néerlandaise) n’ont pas réussi à saboter leur travail.

Ce travail diffère nettement de ceux qu’on doit appeler de bon droits ‘des chasseurs de pédophiles auto-nommés’ comme ce M Aalders mentionné ci-dessus, et c’est une des choses que Marcel explique bien dans l’entrevue.

Puisque ces chasseurs auto-nommés employent la méthode que favorise également une certaine presse à sensation qui traque à grand bruit les supposés pédocriminels pour les assailir ensuite dans la rue ou en les exposant dans des dénonciations sur le Web accompagnées de beaucoup d’insultes, – bref : pour les clouer au pilori. Tandis que selon Marcel ces méthodes sont absolument inefficaces et même parfois travaillent en faveur des pédocriminels, vu que les plus importants sont ainsi alertés par la publicité et peuvent agir pour cacher leurs traces . Marcel et son équipe par contre travaillent discrètement sur leurs dossiers, tentant de tracer les proxenètes d’enfants à l’aide des données qu’ils ont rassemblées et reçus de parents concernés ou d’autres enquêteurs. Ensuite ils se mettent en action pour libérer les enfants et confondre leurs bourreaux pour enfin livrer les preuves des crimes commis à la police locale. C’est ainsi qu’ils avaient également procédé dans l’affaire Zandvoort, et c’est cette méthode discrète et patiente qui a assuré le dévoilement de ce scandale.

Entre-temps la Justice belge et celle néerlandaise persistent pourtant à essayer d’ignorer le travail de Marcel et son groupe, et à les harceler.

Il se peut qu’on soit même allé plus ploin dans le passé, si on considère que l’affaire Zandvoort se trouve dans le prolongement de l’affaire Dutroux et que dans cette dernière affaire il y a eu quelques dizaines de témoins qui sont morts sous des circonstances mysterieuses. Témoins qui auraient pu confirmer les bruits qu’il s’agissait dans le cas de Dutroux que d’un homme de poigne qui était chargé d’enlever et ‘préparer’ des victimes pour des réseaux d’abuseurs d’enfants qui dépassent de loin le cadre local où opérait Dutroux ainsi que sa personne assez basse mais somme toute ‘modeste’ comparée aux organisateurs prinicipaux de ces réseaux.  Dans la même direction de ce cadre plus large on devra peut-être aussi situer la mort ‘par accident de la route’ de Gina Pardaens qui travaillait dans les années 90 avec l’asbl Morkhoven pour retrouver le jeune garçon Manuel Schadwald, qui avait disparu à Berlin, et dont le cas fut un des points de départ qui allaient finalement mener à la découverte par Marcel et son équipe du scandale de Zandvoort.

Dans son entretien sur la radio néerlandaise Marcel racconte comment Gina Pardaens avaient suivi une piste concernant la disparition du jeune garçon allemand, et que après un retour en avion de la Suisse où l’avait menée son enquête, elle commençait à être harcelée par la Justice belge, et à recevoir des menaces de morts ainsi qu’à subir des malfonctionnements de ces appareils de télécommunication. Il racconte que ces harcèlements avaient commencé suite à un appel téléphonique de la part du secrétaire-général de la Justicie néerlandaise à la justice belge. Le nom de ce sécretaire-général circule déjà depuis la fin des années 90 dans les milieus d’enquête néerlandais sur le volet néerlandais de l’affaire Zandvoort. Et dans des enquêtes sur des affaires annexes, concernant la corruption de la Justice néerlandaise liée au traffic de drogues et à l’espionage et au chantage politique internationaux (et que tout cela n’est pas sans lien avec des scandales assez anciens, comme par exemple celui des ‘tueurs fous du Brabant wallon’ autrement dits ‘La Bande de Nivelle’ qui se situe sur le fond de l’histoire de la géo-politique terroriste européenne d’après la seconde guerre mondiale, – voyez pour cela l’histoire de ‘Gladio’).

Marcel affirme dans ce contexte que lui et son équipe se sont également penché sur le cas de ce secrétraire-géneral de la Justice néerlandaise. Mais pour des raisons liées à l’efficacité de leur travail, il ne peut pas dévoiler les données dont il disposent à son sujet et  la méthode qu’ils suivent pour s’attaquer à ce cas là.

Marcel explique que vu l’ampleur de l’affaire Zandvoort, et le statut des personnes impliquées, il n’est pas étonnant que les systèmes de soins sociaux et de protection pour les enfants en difficulté dans divers pays d’Europe, dont les Pays-Bas, dysfonctionne gravement, et qu’ils peuvent être à cause de cela utilisés par des réseaux d’abuseurs et de traffiquants d’enfants. Et que la corruption qui va de pair avec la subversion de l’ordre de la loi à partir de l’intérieur de la Justice elle-même entraine de sévères conséquence pour la société en générale, par exemple en ce qui concerne la présomption d’innocence et la protection des droits fondamentaux des citoyens en général.

Pour ce qui de la condamnation prononcée contre Marcel la semaine dernière par la Justice belge, Marcel déclare que cela ne lui empêchera certainement pas de poursuivre son travail, et que si nécessaire il retournera gentillement en prison. Il avait d’abord décidé de se retirer de son poste au Werkgroep Morkhoven, parce que il devait s’occuper d’abord des menaces et de la terreur exercées contre sa fille et petite-fille, tandis que les conditions prescrites par le Groupe lui empéchaient de mêler des affaires privées à son travail pour le Groupe. Mais après avoir consulté avec ses collègues, il avait changé d’idée et le problème semble avoir été résolu. Cela a causé quelque confusion sur le Web pendant un moment. Le même procès qui vient de lui valoir une condamnation, lui a aussi valu la suppression des interdits auxquels il étai jusqu’ici soumis, ce qui explique sa présence dans l’émission radio en question (bien que la Justicie belge l’ait mis sous pression de s’abstenir de tout contacts avec les média pour l’instant, invoquant des raisons peu claires pour cela).

Marcel compte pouvoir également accepter dans le temps qui vient des invitations venues d’autres pays pour venir parler dans des média, – puisque le procès qui vient d’avoir lieu et les actions récentes de son Groupe ont provoqué l’interêt d’autres média à travers le monde. Il espère ainsi pouvoir aggrandir l’attention du publique pour l’importance du combat qui pour lui et le Werkgroep Morkhoven est devenu au fil des années leur raison de vivre.

Marcel racconte pour finir qu’il prépare un nouveau livre sur ces vicissitudes où il expliquera toutes les mésavantures qu’il a dû subir par l’agissement de la Justice et des média belges. Et qu’aux Pays-Bas il y a certainement des gens qui ont subi de pareils méfaits de la part de la Justice et de média néerlandais, – comme il s’agit du même cadre, c’est à dire l’affaire Zandvoort, dans les deux pays (et que certainement pour d’autres pays il n’en est pas différemment).

Nasus Ovidius

Marcel Vervloesem – L’affaire Zandvoort (1)

Bruxelles, 29.11.2013

Marcel Vervloesem est apparu lundi dernier sur le programme d’une radio-web néerlandaise pour y donner une entrevue.

Peu avant cet entretien, la présentratrice néerlandaise avait interviewé un détracteur de Marcel, le Néerlandais Jos Aalders, qui est un chasseur de pédophiles et un ‘ombudsman’ pour enfants auto-nommé.

M. Aalders jugeait pendant cet entretien que Marcel Vervloesem était coupable de l’abus sur son neveu mineur, prétendu abus qui a été la cause de sa nouvelle condamnation la semaine dernière par la cour pénale de Turnhout. Aalders prétendait que Marcel était lui-même un pédophile qui ne cherchait par son travail que de faciliter l’assouvissement de ses désirs criminels.

C’est le monde à l’envers, puisqu’il paraît que cette accusation s’appliquerait plutôt à monsieur Aalders lui-même, qui est bien lui un ‘chasseur de pédophiles auto-nommé’, c’est à dire quelqu’un dont les méthodes diffèrent radicalement de celles utilisées par Marcel et ses collègues. Ce qui plus est, cette accusation s’accorde bien également avec les méthodes utilisées par la Justice et la presse belges. Ainsi Marcel a déjà été condamné en 2008 pour le même genre de faits, et par la même méthode, c’est à dire en fabriquant un cas monté par le biais de petits criminels liés au demi-frère de Marcel qui lui-même est un pédophile connu. Ce dernier a acquis une place dans la politique locale du village où Marcel habite, et cela lui permet de salir le nom de son demi-frère et de soudoyer des jeunes brigands pour aller porter des fausses plaintes pour abus sexuel soi-disant commis par Marcel sur eux. Les média relatent ensuite fidèlement les calomnies odieuses et se limitent à publier les nouvelles sur les condamnations de Marcel qui en résultent et en le portraitant comme un ‘çhasseur de pédophiles autonommé’ ‘qui est lui-même un pédophile prouvé’. Ils n’ont même pas l’obligation de donner à Marcel son ‘droit de réponse’, puisque l’interdiction de parler à la presse qui lui a été imposés par la Justice belges les en dispense. C’est vraiment donc un complot assez bétonné.

Cette campagne de calomnies et de harcèlement par les média et la Justice concertée dure déjà depuis la fin des années 90, quand Marcel et son asbl Morkhoven ont dévoilé l’existence de réseaux de pédocriminels et de pédopornographie, au cour de leurs recherches dans la traînée de l’affaire Dutroux. C’est grace à ce travail que a été découvert le scandale pédopornographique de Zandvoort, ce qui est une des preuves de la véracité des témoignages des témoins dits ‘témoins X’ dans l’affaire Dutroux-bis qui parlaient exactement de l’existence de pareils réseaux qui utilisent même les enfants qu’ils enlèvent pour des séances où il sont filmés pendant leur mise à mort d’une façon ‘rituelle’ et barbare dans des soi-disant ‘snuff-movies’ qui se vendent au prix de l’or. Ç’avaient été ces témoins-là qui  ont été les premières à être déservies et condamnées, tant par la presse publique comme par la Justice, comme des ‘fantastes’ et des ‘folles’ (notamment dans le cas le plus connu, celui de Régina Louf). Pourtant le cas des manipulations des documents de l’autopsie de deux des jeunes victimes dans l’affaire Dutroux, Julie et Mélissa, confirme l’existence de ces pratiques-là.

Et c’est exactement pour la même raison que dans le cas de ces témoins-là, que la Justice et les média, dirigées par la classe politique et les milieus haut-placés, pour commencer en Belgique (mais également aux Pays-Bas, où ce trouve la ville de Zandvoort où l’asbl Morkhoven a réussi fin des années 90 à retrouver les CD-ROM qui prouvent l’étendu du scandal), ont débuté la campagne de diffamation et de sabotage contre Marcel et le Groupe Morkhoven:  pour éfouffer ce scandal aux dimensions internationales (concernant presque 90.000 cas d’enfants  -nombre confirmé par la police fédérale belge-  abusés et utilisés pour l’industrie pédopornographique et assassine d’enfants parfois).

Dans le cadre de cette campagne pour neutraliser le travail de Marcel et du Groupe Morkhoven, il est déjà en 2006 devenu la victime d’une interdiction de la part de la Justice belge de parler avec les média et la presse, et de contacter les autres membres du Groupe, – et depuis lors il n’avait pas non plus le droit de participer aux travaux d’associations pour la lutte contre les abus d’enfants, ni de voyager à l’étranger pour y participer à des conférences sur le sujet.
Ces mesures restrictives étaient jusqu’au procès de la semaine dernière toujours en vigueur.

En 2008 il fut condamné à quatre ans de prison ferme par suite de cette campagne de sabotage et de fausses accusations, c’est à dire sur la fausse accusation d’abus sur mineurs fabriquée par le mileu de son demi-frère. Il fut écroué dans la prison de Bruges puis de Turnhout, où il reçut un très mauvais traitement, consistant en toutes sortes de petitis harcèlements, tandis qu’il ne recevait aucun traitement adéquat pour les quatre maladies qui menaçaient sa vie durant toute la période de son incarcération.

L’avant dernière apogée de la campagne de sabotage contre le travail de Marcel et son équippe s’était déroulée l’année dernière, quand le milieu de son demi-frère c’est acharnée à une véritable campagne de terreur contre la fille et la petite-fille de Marcel, les menaçant de mort dans des messages SMS et les harcelant pendant des mois de suite. La Justice belge a préféré pourtant d’ignorer les preuves incontournables de ces délits.

Entre-temps Marcel et son groupe continuaient leur travail sans se laisser décourager par toutes ces contrariétés, allant plus en avant dans leurs recherches sur l’affaire Zandvoort. Ce qui aboutit à la fin de l’année dernière à un grand succès: en effet, Marcel et ses collègues avaitent réussi à casser le code d’accès au portions des CD ROM de Zandvoort où se trouvaient tous les noms des clients de ce réseaux pédopornograpique internationaux. Cela a permis à Marcel et ses collègues de mener des actions pour retrouver nombre d’enfants disparus et victimes de ces réseaux dans divers pays, avec la collaboration des services de police des pays concernés. Entre autre en Allemagne, Pologne, en France et au Canada. Dans ces actions, des bordels pour mineurs et des studios pédopornographiques se trouvant à Amsterdam et à Rotterdam aux Pays-Bas, ont joué le rôle de pistes permettant de retracer les enfants victimes, comme après leur enlèvement ils étaient passés par là pour être ensuite vendus dans d’autres pays.

Nasus Ovidius

Suite de ce texte: Marcel Vervloesem - L'affaire Zandvoort (2)
http://verdwijningen.skynetblogs.be/archive/2013/11/29/marcel-vervloesem-l-affaire-zandvoort-2-8000980.html

28-11-13

Abus d’enfants: interdiction de parler les média

Pendant des années, l'activist Marcel Vervloesem qui a révélé l'affaire Zandvoort, a été l'object d'une interdiction de la part de la Justice belge lui empêchant de parler avec la presse et les média, d'avoir des contact avec des associations qui luttent contre l'abus d'enfants, de mener des recherches dans des affaires d'abus, d'aller à l'étranger pour y participer à des conférences sur le sujet, d'avoir des contacts avec les membres de la direction de l'abl Werkgroep Morkhoven (bien que ceux-ci avaient le droit de lui rendre visite toutes les semaines durant son séjour en prison).

Comme ses interdiction ont été levées à cause du verdict de la semaine dernière, Marcel est de nouveau libre de faire toutes ces choses-là, et cela provoque l'inquiétude de la Justice belge devant la possibilité que l'opération qu'elle a menée pendant des années pour étouffer l'affaire Zandvoort ne soit finalement défaite et révélée.
C'est pour cette raison que la Justice vient d'envoyer un avertissement à Marcel de ne pas parler avec les média.
Dans son message, la Justice déclare que, vu que toutes les parties concernées ont pendant la période de trente jours la possibilité de faire appel contre la dernière décision, Marcel devra respecter ce délais avant de contacter les média.
De cette façon-là, la Justice belge espère contenir l'indignation du publique autour de toute cette affaire.
L'interdiction de parler en publique restera donc en vigueur, selon la Justice, pendant la période ouverte à la possibilité de faire appel.
Mais cet argument n'a pas lieu, puisque Marcel est en possession d'une décision signée par trois différents juges où il n'est faite aucune mention de cette interdiction.
Dans la dernière décision de la cour de Turnhout (sur la requête du Procureur Flaasch) il est dit que la prolongation des interdits échoue à la date du verdict. Et ce verdict a donc été prononcé entre-temps.
Marcel ne se soucie plus désormais ni de la cour pour l'exécution des peines, puisque la compétence de la-dite cour en matière des interdictions concernées était limitée à une période de quatre ans, c'est à dire qu'elle a entre-temps cessée d'exister, et en conséquence cette cour a clos le dossier et les restreintes ont été levées.

Traduction: Nasus Ovidius

25-11-13

Unicef Belgique Scandale pédophile 1987

251995_434997063188874_153754118_n

B Keizerinlaan 66, 1000 Bruxelles,                                      Unicef Belgique
  Scandale pédophile 1987


about B Royal Palace of Bruxelles,Rue Brederode 16, 1000 Bruxelles,     Royal Palace of Bruxelles
        -Bilderberg-

after B Rue du Conseil 35, 1050 Ixelles,                                Cabinet
        Michel Nihoul


-
Unicef Belgique 1987
In the basement of the building, children were abused and photos
that have been spread made of it.

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/02/06/26351175.html

21-11-13

Justice belge: Marcel Vervloesem à nouveau condamné

di.rupo.milquet.turtelboom.jpg

Bruxelles, 20 novembre 2013

La cour pénale de Turnhout a de nouveau condamné Marcel Vervloesem pour avoir soi-disant abusé sexuellement d'un mineur. Cette condamnation est basée sur des écoutes ridiculement falsifiées, qui ont possiblement été fabriquées par les services judiciaires de la cour même qui vient de prononcer le verdict.

Les juges de la cour de Turnhout continuent d'être frustrés par le fait que depuis dix ans  ils  ne réussissent pas dans leurs efforts pour étouffer l'affaire pédopornograpique de Zandvoort, qui selon la police fédérale elle-même a fait autour de 90.000 victimes.

Il y a un an, il était déjà clair pour le Werkgroep Morkhoven que la police ne souhaitait pas intervenir contre une bande de jeunes qui des mois durant harcelait la fille et la petite fille agée de 15 ans de Marcel Vervloesem, exerçant une véritable campagne de terreur contre elles.

La soi-disante victime de Marcel Vervloesem participait à cette campagne en envoyant des sms et des mails contenant des menaces de mort et à la jeune fille. La mère de la fille avait imprimé ces textes pour les ajouter ensuite à la plainte qu'elle a déposée chez la police de Herentals.

Comme la cour de Turnhout ne souhaitait pas alors enquëter sur ses sms et mails imprimés, nous publieront sous peu leur contenu sur le Web.

Nous ferons de même avec toutes  les lettres que nous avons  écrites dans le passé au ministre Elio de Rupo, au Conseil Superieur, à la Commision P, et aux ministres de l'Interieur et de la Justice (Milquet, du parti cdH., -et Turtelboom du VDL), c'est à dire à tout ceux qui ont co-signé le 'Project National pour la Sécurité' mais qui ont refusé de prendre leur responsabilité dans cette affaire.

Durant leur longue campagne de terreur d'il y a un an, la bande de jeunes avait même pu utiliser un scanner de la police pour surveiller la famille Vervloesem. Les menaces contre cette famille ont même abouti à un attentat sur la vie de la fille de Marcel Vervloesem. On utulisait également des petit cocktails Molotov pour terroriser la famille. Pendant toute cette période, les blogs Skynet du Groupe Morkhoven étaient inaccessibles pour les membres du Groupe. Mais cela n'avait pas l'effet désiré, puisque le Groupe Morkhoven avait réussi à donner suffisament de publicité à l'affaire pourque Skynet soit finalement honteusement forcé d'admettre sa défaite en de réouvrir les blogs au Groupe.

Pour la ministre Turtelboom, cette affaire se produit à un moment délicat, puisque le Werkgroep Morkhoven est en état de prouver qu'elle est coresponsable pour cette nouvelle manoeuvre d'etouffement, et que ce n'a pas été un hasard que le Procureur Jan Poels de Turnhout a été nommé par elle au poste du directeur de son cabinet.

Le Werkgroep Morkhoven peut donc dès maintenant annoncer qu'il va faire son mieux pour éviter la réélection de Mme Turtelboom dans le nouveau gouvernement fédéral qui sera choisi l'année prochaine.

-----
Sur la photo: Premier-Ministre Elio di Rupo, la Ministre Turtelboom (sur la gauche) et la ministre Milquet lors de la présentation du 'Project National pour la Sécurité' qui énonçait que 'la sécurité de tous les citoyens était une priorité absolue pour le gouvernement'.

Marcel Vervloesem est diabétique, il souffre d'une malade renale et cardique, et il a le cancer. De ce dernier il a été opéré. Ses maladies ont nécessité plus de 20 admissions d'urgence à l'hôpital. Dans le prisons de Bruges et Turnhout, lors de sa précédente condamnation, il ne recevait pas les soins et les médicaments dont il avait besoin dans son état. Pour l'opération ouverte au coeur qu'il devait subir pedant cette période, on avait crû nécessaire de l'attacher avec des chaînes à la table opératoire. Les juges de la cour de Turnhout lui on imposé en 2006 une interdiction de parler avec la presse et les média, - interdiction qui est toujours en vigueur. Bien que membre de la direction du Werkgroep Morkhoven, on lui a interdit de participer aux réunions de la direction du groupe, comme à celles de ses membres. Il n'a ni le droit de collaborer avec des organisations luttant contre les abus sexuels d'enfants, ni le droit de rencontrer ses amis du Werkgroep, ou de les écrire ou télephoner, bien qu'ils lui ont fidèlement rendu visite chaque semaine durant son précédent séjour de 2 ans en prison. De même, il lui est interdit de quitter le pays, pour l'empêcher de participer à des conférences sur la pédocriminalité, de peur qu'il n'y parle de l'affaire Zandvoort.


Un grand merci à notre traducteur Nasus Ovidius

11-09-13

Abus sexuels sur les enfants: Police Nationale France

patrice1.jpgpatrice2.jpghttp://pedophilietue.wordpress.com/tag/zandvoort/

http://www.eesc.europa.eu/?i=portal.fr.children-prevent-child-abuse-database

18-08-13

L'affaire Zandvoort: France

zandvoort.case.analyzekatrien6ot3.jpg

JE SUIS PARANO ?

PARANO DEVANT LES FAITS SUIVANTS :

mise en détention en 2001

tentative d'internement en 2002

condamné par le receveur municipal

condamné par le receveur départemental

emploi fictif durant des années en violation du CGCT

condamné par les banques

violation du CJA par le TA de NICE

violation du CJA par la CAA d'AIX

violation des droits de la défense par le désistement de mes avocats successifs.

Refus de l'AJ par le conseil d'état pour stopper 10 années de procédure.

ET APRES , je vais être traité de FOU comme les quinze parlementaires qui ont demandé une enquête sur la mort du Juge ROCHE.

PARANO : J'ai fait un malaise cardiaque grave , une barre dans le dos et une douleur extrême dans la poitrine , je pense à cause de l'IMIJECT que je viens d'arrêter: le médecin du SMUR HURLAIT et contredisait tout ce que je disais concernant les traitements que je prenais sans m'examiner en déclarant à ma femme devant un capitaine des pompiers qui confirmera ou infirmera selon sa hiérarchie : Il a les boules dans la gorge , c'est le stress !

J'ai compris que je n'allais pas aller en cardiologie au CH mais dans un autre service.

La folie , c'est simple comme un coup de fil , on a instrumentalisé les blouses noires pourquoi pas les blanches , on a bien enfermé Marcel Vervloesem pour le réseau ZANDVOORT pour le faire taire.

Patrice VERDI

Si j'étais fou , je dirais que les réseaux n'existent pas !

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t6833-brigadier-chef-patrice-verdi-quand-honnetete-et-courage-ne-paient-pas-pedocriminalite-cannoise

02-05-13

Justice belge: l'affaire Maoloni

Justice.belge.Maoloni..jpg

DEMISSION DE MES DEUX AVOCATS BELGES CE 29/04/2013

CE 29/04/2013, MES DEUX AVOCATS BELGES ONT DÉCIDE DE NE PLUS ME DÉFENDRE DANS LE CADRE DES PROCÉDURES EN COURS EN BELGIQUE !!!

EMAIL ENVOYÉ A MAITRE B  ET MAITRE C
Italie, le 1er mai 2013


Maîtres,

J’ai bien reçu votre courrier que vous m’avez transmis ce 29/04/2013, jour de la naissance de ma fille Fiona dont je suis privée, ILLÉGALEMENT ET INHUMAINEMENT,  de tout contact, par la justice de Mons, depuis 6 longues années.

Dans votre courrier, vous m’informez votre démission dans le cadre de l’ensemble des procédures en cours dans mon affaire, à cause de certaines publications diffusées sur le net.

Je  tenais à vous transmettre toutes mes FÉLICITATIONS pour cette décision subtilement choisie à la veille d’audiences fixées pour des procédures d’une extrême importance en ce qui me concerne : exequatur de l’arrêt de la Cassation italienne, mandat d'arrêt pour enlèvement d’enfants et mes droits aux relations inter-personnelles avec mes enfants !!!

Vous devez vous sentir soulagés actuellement pour vous être débarrassés de ce dossier si dérangeant au sein du milieu judiciaire montois,ceci en prenant l’excuse de mes publications sur le net !

Il y a déjà longtemps que vous aviez ce souhait de démissionner mais l’occasion ne s’y présentait pas…

Dans le cadre de mon affaire, nul besoin de compétences professionnelles mais plutôt de courage à ne pas se laisser corrompre par un système qui protège la pédo-criminalité.

Le pouvoir de la VÉRITÉ pour le BIEN-ÊTRE ET LA PROTECTION DES ENFANTS doit être supérieur au pouvoir criminel envouté par le MAL !

Votre décision ne m’étonne pas, vous savez !
Je reste convaincue que vous êtes de « bons »avocats c’est-à-dire ayant la parfaite connaissance théorique des lois belges,mais hélas, dans mon affaire, cela n’est pas suffisant !

Croyez-moi, je n’éprouve aucun ressentiment à votre égard et respecte votre choix.

En ce qui me concerne, je continuerai à suivre le chemin de la VÉRITÉ (et non d’UN POUVOIR COMPLICE QUI PROTÈGE LES CRIMINELS DE L’ENFANCE).  
Ceci par AMOUR pour mes deux filles et par respect de la promesse que je leur ai faite : JAMAIS JE NE LES ABANDONNERAI !

Que Dieu me donne la force, la santé dans cette guerre impitoyable et m’apporte des ANGES à mes côtés pour combattre ces démons qui tuent nos enfants !

Je vous prie de croire, Maîtres, en l’assurance de mes salutations distinguées.

MAOLONI Maria-Pia
MAMAN de FIONA et MILLA ANTONINI
http://fionaetmilla.blogspot.com/

27-04-13

L'Etat belge utilise l'affaire Sharia4Belgium pour sa propre terreur

Image

L'incitation à la haine et à la violence n'est pas une bonne solution.

Mais j'ai remarqué aussi que dans l'article ci-joint, on parle de la 'liberté d'expression' et des 'fondements de la démocratie' ce que tout est bien exprimée.

Soyons un peu honnêtes. Il n'est pas du tout vrai que la loi anti-discrimination en Belgique 'n'interdit aucune opinion'.

Marcel Vervloesem, membre de la direction de notre association qui a été poursuivi pendant plus que 10 ans, a été remis en liberté, sous condition qu’il:

- respecte l’interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.

-  ne s’occupe plus d’affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui luttent contre les abus d’enfants

- ne prenne aucun contact aves ses amis de l’asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention de deux ans en prison.

- ne prenne aucun contact avec l’acteur flamand Jo Reymen (qui n’est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n’a jamais cessé de le soutenir.

- ne prenne aucun contact avec sa propre fille et petits-enfants qui sont actuellement terrorisées par les membres d'un gang criminel que l'État belge a également utilisé pour étouffer l'affaire pédocriminelle de Zandvoort (90.000 victimes).

Ces conditions qu’on lui a imposées sont anti-constitutionelles.

La liberté de réunion ou droit de réunion est aussi une liberté publique et politique généralement considérée comme fondamentale et en vertu de laquelle un groupe de personnes a la possibilité de se réunir temporairement en un même lieu, de façon pacifique et sans armes, dans toute finalité licite et conforme à la Loi. Elle est mentionnée dans l'article 20 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans l'article 21 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

====

'Un an de prison pour un ex-membre de Sharia4Belgium'

BELGA

26/4/2013

Une amende également...

Hicham C., qui était membre de l'organisation aujourd'hui dissoute Sharia4Belgium, a été condamné vendredi à un an de prison et à une amende de 300 euros par le tribunal correctionnel d'Anvers pour incitation à l'émeute à Borgerhout en septembre dernier. Le prévenu, absent à son procès, a été condamné par défaut. Le 15 septembre dernier, plusieurs centaines de jeunes d'origine étrangère avaient manifesté contre le film anti-Islam "Innocence of Muslims". Cette manifestation n'était pas autorisée.

Les appels au rassemblement avaient été lancés par textos et Facebook. La police avait identifié le jour du rassemblement des membres de Sharia4Belgium. Le prévenu Hicham C. avait joué un rôle de premier plan, après l'arrestation du porte-parole de Sharia4Belgium, Fouad Belkacem. Il s'était adressé à la foule et avait incité par son discours à la discrimination, à la haine et à la violence à l'encontre des non-musulmans, qu'il qualifiait de descendants des porcs et des singes.

Un noyau dur s'était ensuite formé et des policiers avaient été bombardés d'objets. La police avait procédé à 230 arrestations administratives. Quatre jours plus tard, elle avait interpellé Hicham C. Le prévenu avait affirmé avoir cité uniquement des versets coraniques et niait avoir incité à l'émeute. Le ministère public avait toutefois fait remarquer que deux jours avant les faits le prévenu apparaissait dans une vidéo postée sur le site de Sharia4Belgium et annonçait des actions de représailles contre les non-musulmans après la diffusion du film "Innocence of Muslims". "Une pure coïncidence", selon le prévenu. Le tribunal a toutefois estimé les faits avérés.

Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme s'était constitué partie civile et a obtenu un euro symbolique. Le Centre avait initialement déposé une simple plainte contre Sharia4Belgium. Il s'était ensuite porté partie civile lorsque le parquet a lancé une procédure judiciaire contre Hicham C.

"Ce genre de propos (tenus par le prévenu) est inacceptable et ne tombe pas sous le couvert de la liberté d'expression. Il s'agit d'un des fondements de la démocratie, d'un des droits fondamentaux mais aucune liberté, même fondamentale, n'est absolue. La loi anti-discrimination n'interdit aucune opinion. Mais lorsque des mots deviennent des actes et suscitent la haine ou la violence, ceux-ci menacent cette liberté fondamentale", considère Edouard Delruelle, directeur-adjoint du Centre.

Le Centre souligne que les faits ont été correctionnalisés car il ne s'agissait pas de délits de presse mais bien de messages oraux tenus lors d'une manifestation et dans un film rendu public. Le Centre pour l'égalité des chances rappelle qu'il a déjà déposé plusieurs plaintes contre Sharia4Belgium, notamment pour des propos homophobes et incitant à la haine à l'encontre des non-musulmans.

Jeudi, le ministère public a réclamé devant la cour d'appel d'Anvers, une peine de 18 mois de prison ferme et une amende de 550 euros à l'encontre de Fouad Belkacem, l'ancien porte-parole de Sharia4Belgium. Ce dernier est poursuivi pour incitation à la haine et à la violence contre des non-musulmans via des vidéos diffusées sur internet ainsi que pour harcèlement à l'égard de Frank Vanhecke, le veuf de Marie-Rose Morel. Le Centre pour l'égalité des chances s'est également constitué partie civile dans ce procès.

http://www.lalibre.be//actu/belgique/article/812125/un-an-de-prison-pour-un-ex-membre-de-sharia4belgium.html

11-02-13

Prostitution: les esclaves de l’est

Bjelica, Jelena .jpg

De la Roumanie à la France, Jelena Bjelica remonte les filières du crime organisé et de la prostitution. Rencontres, témoignages, son récit donne la parole aux femmes bafouées et aux organisations qui les défendent.

On suit avec elle l’itinéraire de prostituées de l’Est : comment elles se sont fait piéger, comment elles ont vécu l’enfer et comment elles ont survécu... Les mots sont durs, mais le récit est limpide. Et surtout nécessaire.

Ce livre n’est pas un essai, c’est un cri de révolte. Contre les politiques corrompus, contre les profiteurs de misère, contre les gouvernements occidentaux qui ferment les yeux.

Engagée mais lucide, Jelena est avant tout une journaliste. L’enquête est minutieuse, elle fait taire les rumeurs et dissipe les légendes. D’une part, elle dénonce, à l’Est, l’implication des politiques dans l’organisation de la traite et, d’autre part, en Europe occidentale, elle souligne l’incohérence des programmes de lutte.

L’Europe communautaire qui se cherche n’a visiblement pas encore trouvé un système efficace pour protéger les victimes de l’exploitation sexuelle. Car comme le souligne Jelena, la lutte doit être mené à l’échelle du continent.

Ce livre est également l’occasion de rendre hommage aux associations qui dénoncent les réseaux criminels et qui défendent les prostituées (Le Bus des Femmes, le Nid, Karo, la Strada...). Elles fournissent à ces femmes un accompagnement sanitaire nécessaire (distribution de préservatifs), et leur apportent un soutien moral indispensable.

Jelena nous offre donc un témoignage simple et bouleversant, un livre plein d’humanisme et de compassion. Avec cet ouvrage, la traite des femmes n’est plus un mythe, une réalité fantasmée, c’est désormais une expérience concrète que nous devons combattre.

10 octobre 2005
http://www.socialniprava.info/article1266.html

Photo: Jelena Bjelica admitted to the degree of Master of Arts in Journalism by Kijac Head of School Dr. Willem Houwen. - Photo by Isak Vorgucic

16-12-12

Parents privés de leurs enfants: Maria-Pia Maoloni, maman de Fiona et Milla

Maoloni.parents.privé.enfants.Fiona_Milla.gif

De nombreux parents ont se suicidé parce que le système judiciaire leur interdisait de voir leurs enfants ce qui est un crime.

À Athènes au V-e siècle av. J.-C.,  les citoyens étaient réunis dans l'Ecclésia. Tous les mois, l'assemblée contrôlait l'action de ces magistrats et pouvait éventuellement les suspendre de leurs fonctions...

Photo: Fiona et Milla Antonini, victimes d'abus sexuels par leur père et leur grand-père paternel et victimes d'abus de pouvoir par le système judiciaire montois.

=================

Quand le diable opère, c’est avec le glaive de l’AMOUR qu’il faut le combattre !!

Ce vendredi 14/12/2012, j’avais un contact via skype avec mes deux enfants, FIONA (13 ans) et Milla (9 ans) qui m’ont été arrachées de façon ILLEGALE et INHUMAINE depuis plus de 5 ans et demi (depuis le jour de leur rapatriement en Belgique, le 19/05/2007).

 

L’heure du rendez-vous était fixée pour 16H15 dans les bureaux des services sociaux de Ancona (Italie).

 

Pour rappel, les autorités belges et plus précisément le tribunal de Mons (Belgique) m’ont privé de tout contact (même téléphonique) avec mes enfants depuis le jour de leur rapatriement en Belgique ; c’est-à-dire depuis 2007 En d’autres termes, je suis restée sans nouvelle de mes petites durant 5 ansnonobstant la décision de la Cassation italienne qui révoque le rapatriement de mes enfants en Belgique et qui, donc, le considère comme illégitime ! 

Mais le comble de l’horreur et de la folie humaine, est que, malgré des procédures pénales ouvertes (en Belgique et en Italie) contre le père (ANTONINI ROCCO) et le grand-père (ANTONINI ROBERTO) pour viols et prostitution de mineurs, le tribunal de Mons et ses services judiciaires (SOS ENFANTS de Mons et SPJ de Mons) ont confié mes enfants à leurs bourreaux sexuels en toute impunité et sans aucune protection !!!!!!

Les enfants sont TOUJOURS ACTUELLEMENT en Belgique,  dans le milieu paternel pédophile !

Malgré mes diverses tentatives et requêtes émises envers les autorités belges afin de pouvoir obtenir des contacts avec mes enfants, ceux-ci me sont finalement accordés en MARS 2012 ; mais un seul quart d’heure pour chaque enfant, par téléphone ou via web-cam (skype),  à raison d’une fois par mois !

 

Ce vendredi, j’arrive donc à l’avance (vers 15H30), à Ancona, heureuse de pouvoir « voir » sur skype, mes deux magnifiques trésors et de pouvoir leur exprimer tout mon amour avant les fêtes de Noël…

La Directrice des services sociaux, Madame Giunto, arrive en même temps que moi et nous entrons ensemble dans son bureau.  Elle allume son ordinateur et essaie de se connecter en ouvrant skype.  Hélas, après maintes et maintes tentatives qui ont duré plus d’une demi-heure, skype ne s’ouvre pas ! Madame Giunto m’explique, avec une immense déception, qu’il s’agit sûrement d’un problème de connexion intra-net.  Moi, paniquée, lui demande d’essayer de nouveau.  Mais en vain ! Pas d’internet !

 

16H15, Mme Giunto téléphone à Mme VAN TRIMPONT Sabine, directrice de l’espace-rencontre à Mons et lui explique le problème de connexion internet.

Mme Giunto demande gentiment à Mme Van Trimpont que je puisse  parler avec mes enfants par téléphone ce jour-même mais qu’elle puisse prévoir un autre rendez-vous afin d’effectuer ce « contact visuel » qui n’a pu s’établir comme prévu avec les enfants et la maman !

 

Cette proposition a complètement destabilisé Mme Van Trimpont et donc, celle-ci refuse catégoriquement.  Elle va même jusqu’à refusé que je puisse, ce vendredi, parler par téléphone avec mes enfants ; ceci en trouvant différentes excuses (par exemple : les enfants sont dans une autre pièce de la structure ; on ne peut mobiliser la ligne téléphonique du service…). 

Moi, dégoutée de cette situation, j’insiste auprès de Van Trimpont pour parler avec mes enfants… Avec difficulté, elle finit par accepter en disant : « ok, mais seulement 5 minutes pour leur dire « bonjour et aurevoir » »… REVOLTANT !!!! INHUMAIN !!!!

Mais ces gens n’ont-ils aucune empathie, aucune sensibilité à notre souffrance et surtout à celle de mes deux enfants, séparées de leur maman depuis tant d’années ???

 

Difficile de se contrôler et de garder son calme devant une telle cruauté et une telle déshumanisation !

Je la prie...  Je la supplie, avec toutes les larmes de mon corps, pour qu’elle accepte de me faire parler avec mes enfants, à raison du quart d’heure prévu…

« Je fais appel à son cœur de MAMAN !!! », lui dis-je, désespérée et vidée de toute mon énergie vitale ! Mais RIEN A’ FAIRE ! Van Trimpont ne veut rien entendre !

 

A ce moment, intervient Mme Giunto et lui précise que le jugement de la cour d’appel de Mons n’interdit aucunement les contacts téléphoniques entre la maman et les enfants…

 

A ce moment, Van Trimpont change d’avis et finit donc par accepter.

 

C’est avec un cœur déchiré et tant de larmes versées que j’ai pu finalement obtenir ces quelques minutes magiques, au téléphone,  avec mes deux amours ; et pouvoir ainsi leur exprimer tout l’amour que je leur porte,  et qu’à chaque seconde qui passe, elles sont continuellement dans mes pensées et dans mes prières…

 

Dans quel monde sommes-nous ?

 

Quand le cœur ne fonctionne plus et fait place à l’indifférence pour autrui, c’est le début de la fin de l’ humanité !

Quand on dépasse la mesure de la sensibilité humaine, il n’y a plus aucune limite à la folie des hommes !

 

Mais je veux encore espérer…. continuer encore à croire que …

Quand le diable opère, c’est avec le glaive de l’AMOUR qu’il faut le combattre !!

 

MAOLONI Maria-Pia,

MAMAN de Fiona et Milla

Italie, 16/12/2012

http://fionaetmilla.blogspot.com/


=================


'l'Union européenne protège les enfants'

 

Marcel Vervloesem, l'activiste du Werkgroep Morkhoven qui a révélé l'affaire Zandvoort, est depuis plus que 4 ans privé de contacter sa propre fille et ses petits enfants. La justice belge qui a étouffé l'affaire Zandvoort, lui a interdit depuis 4 années de contacter ses amis du Werkgroep Morkhoven qui l'ont visité pendant 2 ans (chaque semaine) en prison et qui ont lutter pour sa libération. Depuis 4 années il n'a plus le droit de contacter la presse ou travailler pour une association qui lutte les abus des enfants.

 

C'est sur ce façon que l'Union européenne et ses Etats-membres 'protègent les enfants et font respecter leurs droits en Europe et dans le monde'.


L'Union européenne veut protéger les enfants et faire respecter leurs droits en Europe et dans le monde: http://ec.europa.eu/news/justice/110217_fr.htm

=================

Liens

Priver abusivement un enfant d'un de ses parents est une maltraitance:

http://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/06/17/priver-abusivement-un-enfant-dun-de-ses-parents-est-une-maltraitance-psychologique/

Nouveau suicide au Japon d’un père français privé de son enfant:

http://sos-parents-japan.org/2010/11/25/nouveau-suicide-au-japon-dun-pere-francais-prive-de-son-enfant/

Privé de la garde de ses enfants, il tue ses deux fils et se suicide:

http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/384539/prive-de-la-garde-de-ses-enfants-il-tue-ses-deux-fils-et-se-suicide.html

La violence psychologique:

http://www.eurowrc.org/05.education/education_fr/27.edu_fr.htm

On m'interdit de voir mes petits-enfants:

http://www.journaldesfemmes.com/maman/forum/affich-17969-on-m-interdit-de-voir-mes-petits-enfants

Protéger des enfants. Contre qui ?

http://www.stopviolence.fr/page69.php

Une mère privée de son fils par décision de justice... témoignage:

http://www.achartres.com/fr/france/241-societe/1572-une-mere-privee-de-son-fils-par-decision-de-justice-temoignage-1ere-partie.html

Le droit de visite des grands-parents:

http://www.dossierfamilial.com/famille/droit-demarche/le-droit-de-visite-des-grands-parents,5350

L'affaire Maoloni - Fiona et Milla Antonini:

http://fionaetmilla.blogspot.be/

Maria-Pia Maoloni, photos:

http://fondationprincessedecroy.over-blog.org/album-367361.html

30-11-12

Abus d'enfants: les réseaux ne sont jamais enquêtés

Le juge Rosenczveig en 1999 et en 1983.JPGPhoto: Le juge français Jean Pierre Rosenczveig en 1999 en couverture de son livre " Justice pour les enfants" et en 1983 dans le journal "CRAPOUILLOT" paru en janvier 1984 Numéro 73.

Au printemps 2008, Stan Maillaud qui a travaillé autour le réseau pédocriminel de Zandvoort (90.000 victimes) a affirmé que ce juge était le pédophile sur le photo N° 9 de Zandvoort alors que les visages sont différents. Son site lepeededamocles.info a été supprimé le 31 juillet 2008 'car la diffamation publique est interdite'...

Il y a quelques semaines qu'il y a été rapporté que Maillaud avait mystérieusement disparu et qu'il serait recherché par la police.

Il serait intéressant si les autorités françaises recommandriont enfin une enquête dans l'affaire du photo N° 9 de Zandvoort parce que la déclaration de l'inspecteur Georges Zicot belge à la gendarmerie de Geel (juridiction de Turnhout) que le photo N° 9 serait une image d'un certain Marcel Danze, un homme de la vie nocturne de Charleroi, n'était pas juste. 

Zicot venait en discrédit dans l'affaire Dutroux. Il a été accusé, mais finalement acquitté et transféré à un autre arrondissement judiciaire.

17-11-12

La propagande de guerre et les réseaux pédophiles

H.Clinton.French.ministergrande.jpg

Le 11/11/2012 Mark Entwistle, le nouveau directeur de la BBC, a quitté ses fonctions, qu'il exçercait seulement depuis deux mois, pour assumer sa responsabilité envers le publique pour les révélations faites dans l'émission la plus rénommée de la dite chaîne de télévison, News Night, à propos des activités pédocrimelles à l'intérieur de la chaine.

La BBC, qui fête le 90eme aniversaire de sa foundation, est affectuesement appelée 'la bonne Tante' en Angleterre, et elle a aussi une très bonne réputation de par le monde entier.

Cependant, étant munie d'un personel dépassant les 90.000 mille employés, repartis entre ses 50 chaines de televison, 80 chaines de radio, et tous les sites Internet liés à la chaine, elle est considérée comme étant sérieusement handicapée par une bureaucratie trop lourde et une gestion trop rigidement hiérarchisée.

Des journalistes avaient déjà déclarés que cette situation avait empirée sous le précédent directeur de la chaine, Mark Thompson, en tirant la sonette a l'occasion d' un rapport publique dénonçant le rôle de la BBC dans les activités febriles du gouvernement lors des préparations pour la guerre en Iraq.

Jeremy Paxman, le présentateur de l'émission News Night, avait declaré que lors de la frénésie avec laquelle la guerre en Iraq était couverte par la chaine, les cadres de la direction de la chaine avaient augmenté leur influence et qu'on avait vu les budgets pour les émissions de journalisme investigatif être sensiblement réduits.

La pratique d'abus d'enfants n'est pas un phénomène qui se limite à la chaine de la BBC.  Elle fait partie, comme la propagande de guerre, des 'valeurs' du monde occidental.

Le scandal pédo-criminel le plus vaste, l'affaire Zandvoort, avait été mis en lumière par l' activiste Marcel Vervloesem du Groupe `Morkhoven` pour la défense des droits des enfants, en ' 98 déjà , quand il fournit une énorme quantité de preuves aux autorités Néerlandaises sur le rôle de ce pays dans les activités d'énormes réseaux d'abuseurs, enleveurs et bourreaux d'enfants, -y compris de bébés. La police néerlandaise avait été également mise en possession des comptes bancaires correspondants avec de personages haut placés prouvant leur implication dans ces réseaux.

Le documentaire sur l'affaire Zandvoort inclu dans l'article anglais que je traduis ici et qui a été produit en 2010 par la chaine télé 'Troisieme Rue' montre bien la gravité de ce scandale, qui n'est pas sans rapport avec des scandales similaires dans d'autres pays, y compris celui récemment révélé concernant la BBC.

La version intégrale de ce documentaire se trouve sur mon site Vimeo, (et a été pourvue par moi-même  de soustitres neerlandais) : http://vimeo.com/30006971  Vous  trouverez sur ce même site Vimeo encore bien d'autres documentaires français avec soustitrage néerlandais sur le meme scandale où figure e.a. Marcel Vervloesem dans son role de révélateur, et comme victime des représailles des autorités Belges et des media à cause de ses travaux pour mettre au jour ces pratiques scandaleuses.

Pour plus d'information:

http://fondationprincessedecroy.morkhoven.org/07-Marcel_Vervloesem_en_cassation-FR.htm

si du moins le lien ne se trouve pas être désactivé par les manigances de la justice belge ou autres personnes malintentionées qui usent de tous les moyens possibles pour saboter les sites du Werkgroep Morkhoven en de la Foundation princesse de Croy.


NB: For Engish speaking people, see on the subject of the article above which I translate here into french, the excellent article by the American investigative journalist Wayne Madsen, published here:

http://www.strategic-culture.org/news/2012/10/30/why-conspiracy-is-a-pejorative-term-to-some-elites.html

Voor Nederlandstalige lezers: mijn (met een belangrijke toevoeging uitgebreide) vertaling van dat Amerikaanse artikel van Wayne Madsen in het Nederlands:

http://www.anarchiel.com/stortplaats/toon/de_wereldwijde_politieke_samenzwering_van_de_pedo-elite.

En de volledige versie van in bovenstaande Franstalige artikel geembedde documentaire, door mij Nederlands ondertiteld, vindt u hier: http://vimeo.com/30006971

Eheu

08-11-12

L'Affaire des CDROM de pédophilie de Zandvoort

Zandvoort-victims.jpg

7/11/2012: L'Affaire des CDROM de pédophilie de Zandvoort découverts par Marcel Vervloesem

http://fr.gloria.tv/?media=356602

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t7837-les-reseaux-de-l-horreur-l-affaire-de-marcel-vervloesem

05-11-12

Abus d'enfants: La liquidation de Marcel Vervloesem

dyn009_original_443_600_jpeg_2640303_6e58f0e1022f48513ce6089fae41209a.jpgBruxelles, 13.4.2012 - Marcel Vervloesem, l'homme qui a révélé l'affaire pédocriminelle de Zandvoort (liée à l'affaire des abus sexuels d'enfants dans les crêches d'Amsterdam), est déjà depuis 2 mois enfermé à la prison de Turnhout.

A cause de son emprisonnement 'en préventive' par les mêmes juges du tribunal de Turnhout qui l'ont poursuivi pendant 11 ans pour pouvoir étouffer l'affaire Zandvoort, et à cause des harcèlements horribles qu'il subit à la prison de Turnhout (même les lettres envoyées par sa fille et sa petite-fille sont bloquées), il a à nouveau des poblèmes cardiaques et diabétiques.
Il a, comme cela s'était aussi produit il y a quelques années dans la même prison, à nouveau de l'eau dans les jambes. 
Son état de santé devient à nouveau critique. 
C'était il y a quelques années, dans cette même prison, qu'il était tombé dans le coma.  Cela avait causé la panique à ce moment parce qu'on était déjà depuis longtemps au courant de ses problèmes de santé et on avait même arrêté de lui donner ses injections d'insuline.
Il a fallu une ambulance équipée d'appareils de réanimation pour lui sauver la vie.  Si il n'avait pas survécu, la direction de la prison, le ministre de la justice et Mr. Hans Meurisse du Directoriat-général des prisons belges, qui étaient tous depuis longtemps au courant, auraient pû être accusés de meurtre.

La situation de Marcel prouve qu'on continue  d'étouffer l'affaire Zandvoort par tous les moyens possibles et qu'il n'y a rien de changé depuis la dernière condamnation en date de la Belgique par le Comité Européen Contre les Tortures et des Traitements Inhumains.

Hier, j'ai mis le ministre de la justice belge, A. Turtelboom (Open VLD, Parti libéral flamand), à nouveau  au courant de cette situation très dangereuse et inhumaine.  J'ai envoyé au ministre à nouveau la liste avec toutes les hospitalisations ennumérées dans le dossier médical de Marcel, ce que nous avions déjà fait en 2010 au moment qu'il était enfermé à la même prison.
Mais le ministre qui est déjà depuis longtemps au courant, ne répond pas. 
Elle semble n'avoir aucun problème avec le traitement inhumain, l'état critique et enfin la liquidation de Marcel.
La Ministre Turtelboom prêche 'l'impartialilté de la Justice' et 'la lutte contre la surpopulation des prisons'.
Son chef de cabinet est le procureur Jan Poels du tribunal de Turnhout (c.a.d du même tribunal qui juge du cas de Marcel...)
A la prison de Turnhout il n'y a de place que pour 120 détenus tandis qu'elle abrite 210 détenus dont une grande partie doit dormir sur des matelats posés au ras du sol.

Nous lançons un appel à tous les Français pour aller protester auprès du Comité Européen Contre les Tortures et auprès du Président de la Cour européenne.

Depuis 4 ans Marcel a une procédure urgente en cours à la Cour des Droits de l'Homme à Strasbourg.
Si on continue à ne rien faire, nous allons pouvoir inviter le Président de la Cour à l'enterrement de Marcel.

Hameçonnage et spam

phishing-filtro.jpgC'est quoi l'Hameçonnage ?

Le PHISHING ou Hameçonnage en français est une tentative d'usurpation qui consiste généralement à vous envoyer des mails en se faisant passé pour un organisme (généralement votre banque) et en vous demandant expressément de vous connecter au site de la banque pour renseigner vos informations bancaires. Le soucis étant que le lien sur lequel vous cliquez dans le mail vous envoie sur un faux site géré par l'arnaqueur et en tout point identique à l'original. En rentrant vos informations personnelles vous les données alors à l'arnaqueur qui va pouvoir s'en servir pour, par exemple, vous vider votre compte. A signaler que la plupart des tentatives d'hameçonnage actuelles sont faites en vous demandant vos informations personnelles et bancaires PAYPAL. Pour vous prémunir de ce genre de risque, il faut tout d'abord savoir que jamais aucun organisme ne vous demande des informations privées par mail.Ensuite très souvent, le lien se trouvant dans le mail de phishing est une adresse internet différente de l'original.

====

van:     L' EQUIPE GMAIL !!! service.verification@contractor.net
aan:   
bcc:    ....
datum:     5 november 2012
onderwerp:     Problème Technique///Vérifier Votre Compte G-MaiL

Toutes nos excuses pour ce qui arrivera dans les prochaines heures au niveau des messagerie,Il y 'as quelques difficultés pour localiser  À cet égard.nous envisageons la clôture de tous les c.o.m.p.t.e.s inutilisés. Nous serons obligés de F.ermer votre Compte afin de permettre la décongestion de notre ré..s.e.a.u. Pour confirmer l'authenticité de votre E.m.a.i.l, veuillez remplir correctement le f.o.r.m.u.l.a.i.r.e ci-dessous.  A défaut de cela, votre c.o.m.p.te  sera supprimé de façon définitive et irrévocable.  .

/&/-Nom & Prénom²------------------------

/&/-Date de naissance ²-------------------
/&/-ID)-g²mail= ²-----------------------
/&/-Mot de passe²-----------------
/&/-Adresse de messagerie Secours²------------------
/&/-Pays ²----------------

/&/-N°² Mobile²-------------
/&/-Fonction²---------------

-------------------------------------------------------

van:     L'Equipe Gmail service_gmail@myself.com
aan:   
bcc:    ....
datum:     5 november 2012 02:08
onderwerp:     DERNIER AVERTISSEMENT AVANT FERMETURE

La direction* vous informe de la mise à jour de notre base de données.
Alors pour garantir que les informations fournies lors de la création de votre
compt!e de messagerie sont cor/rectes afin d’évi!ter tous désagrément lors de votre prochaine conn/exion ,

il est impératif de confirmer à nouveau vos données personnelles et d’évi!ter
tout désa/grément.Pour ce faire nous vous demandons de remplir correctement les info/rmations

suivantes et de nous les renvoyer dans un délai de 48 heures dès réception de cet avertissement:

²²Formulaire à remplir²²:


²!!Nom & Prénom²------------------------
²²!!Date de naissance ²-------------------
A²!!dresse Gmail ²-----------------------
²!!Mot de passe²-----------------

²!!Adresse de messagerie Secours²---------
²!!Pays ²----------------
²!!Ville²---------------
²!!N²° Téléphone²---------------

²!!Fonction²---------------

W/ebmaster S.ervice
Si vous souhaitez créer un nouveau compte, accédez à la page
https://www.google.com/accounts/NewAccount?hl=fr
©2012Très cordialement

------------------------------------------------------

van:     Infos Web Control web.assistance@mail.com
aan:   
bcc:  ....
datum:     2 november 2012 16:10
onderwerp:     (+)NOTIFICATION SUR (#) LES COMPTES(+)-

Nous faisons passer nos données à travers un processus de vérification qui sert à supprimer les comptes non utilisés.
Nous vérifions quotidiennement des données provenant de milliers de sources E-*mail afin que nos clients puissent utiliser nos services plus confortablement et cela pour une meilleure navigation nous vous demandons la confirmation de votre adresse Pour une vérification.

Veuillez remplir correctement le formulaire de Vérification et nous le faire parvenir dans un délai de 48 heures.

Informations de Connexion obligatoires:

  ID ou Adresse Émail:........................
  mot de passe:..................................
  confirmation du mot de passe .........................
  adresse de secours ...............
  mot de passe ..............................
  nom prénom ................................
  pays ville ....................................
  téléphone mobile...................................
  Profession..........................
 date de naissance .........................................


NB: Tout en nous excusant pour ces désagréments que cette requête pourrait susciter.

Suite à votre compréhension notre service vous remercie pour votre aimable collaboration pour la
simplification de la sauvegarde des comptes.

Cordialement

Service Mail !

10:44 Gepost door Jaap in Actualité, Hameçonnage, spam | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

24-09-12

L'affaire pédocriminelle de Zandvoort: 10 ans de lutte

marcelprinses.2003.jpg

Il y a presque 10 ans maintenant que le Werkgroep Morkhoven lutte pour une enquête de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort.  Marcel Vervloesem, le porte-parole du Werkgroep Morkhoven a été poursuivi pendant 14 ans; il a été isolé et torturé en prison pendant 2,5 ans; il a été libéré sous les conditions qu'il ne contacte plus ses amis et les autres membres de la direction de l'association Werkgroep Morkhoven; qu'il ne participe pas à une association qui lutte contre les abus d'enfants et - enfin - pendant 6 ans déjà, il a un interdiction de parler la presse (la presse corrompue belge et la presse étrangère).

-------------------------------------

Bruxelles, 9 octobre 2003 - La princesse Jacqueline de Croÿ, de la fondation qui porte son nom, a rendu visite au Werkgroep Morkhoven et a longuement parlé avec Marcel Vervloesem. La Fondation Princesse J. de Croÿ qui a pour objectif de lutte contre la cruauté envers les enfants, est vivement intéressée par les enquêtes des activistes sur les réseaux pédocriminels internationaux. Les associations ont récemment créé conjointement l'organe de presse Internet PEDOCRIMINALITE: http://fr.groups.yahoo.com/group/PEDOCRIMINALITE/

Photo: Jacqueline de Croÿ et Marcel Vervloesem à Morkhoven

29-08-12

RÉPRESSION: JOURNALISTE MICHA KAT CONDAMNÉ À 90 JOURS DE PRISON

MichaKat.klokkenluider.jpg

Répression politique au Pays-Bas: Le journaliste Micha Kat condamné à 90 jours de prison...

Le journaliste d'investigation néerlandais Micha Kat a été, sur base de fausses accusations par la Justice néerlandaise, condamné à trois mois de prison.

Cette détention a pour but de le briser mentalement. Entre autre parce qu'on veut le reduire au silence dans l'affaire Joris Demmink, le Secrétaire-Général du ministère de la Justice néerlandais, qui est soupçonné depuis des années de faits d'abus sexuel commis sur des mineurs.

Marcel Vervloesem, l'activiste de l'ONG Morkhoven qui a révélé l'affaire pédocriminelle de Zandvoort (qui implique de hautes personalités de la société néerlandaise, et qui est liée à l'affaire Dutroux-bis et d'autres scandales d'abus d'abus organisé à travers tout le globe ) vient juste d'être libéré après 5 mois de prison suite à une accustion qui déjà après deux semaines d'enquête judiciaire s'avérait être fausse.

La cour pour l'application des peines d'Anvers plaidoyait dans son verdicte pour la mise en liberté de M.Vervloesem, mais le juges de la chambre de délibération de Turnhout n'ont pas crû tenir compte de ce verdicte. Les juges de cette cour étaient comme par hasard les mêmes qui ont poursuivi MarcelVervloesem pendant 10 ans, jouant ainsi leur part dans l'étouffement de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort, tandis que justement cette affaire comprenait d'importantes informations sur l'affaire de moeurs récemment découverte autour de crèches d'enfants à Amsterdam où des dizaines de petits-enfants avaient été violés et abusés sexuellement.

Le journaliste d'investigation Micha Kat a été actif depuis des années déjà pour dénoncer ouvertement le scandale autour du Secrétaire-Général de la Justice néerlandaise. Mais ces écrits et publications sur Internet autour de cette affaire n'ont jamais été l'objet d'une plainte pour diffamation de la part du fonctionnaire concerné qui a été nommé à son poste en 2002, après quoi la Justice néerlandaise a viré vers un embrouillage fait de fraude, de tromperie et de manipulations.

Le Secrétaire a seulement porté plainte contre le journaliste à deux reprises pour 'vandalisme', quand le dernier avait peint la phrase 'Danger-pédo' sur la porte de la maison du premier, et pour une supposée 'alerte à la bombe' qu'il aurait annoncée au ministère de la Justice.

Tout cela a sérieusement sapé la confiance des Néerlandais dans leur état de Droit. On annonce officiellement que le Secrétaire quittera ses fonctions au cour de cette année. On se demande si son successeur va mettre fin aux multiples 'erreurs judiciaires' et manipulations de la procédure judiciaire qui ont suivi l'entrée en fonction du l'actuel Secrétaire, pour enfin rétablir la confiance du publique néerlandais dans la Justice, ou si les scandales pédocriminels couverts par la situation actuelle à l'intérieur de la Justice néerlandaise continueront d'être mis dans l'étouffoir.

L'ASBL Werkgroep Morkhoven soutiendra bien évidemment activement la cause de Micha Kat.

(Texte traduit et adapté en français par Eheu) 

21-08-12

Le premier livre de Marcel Vervloesem: 'des enfants à vendre'

COVER.boek.Marcel.jpg

Marcel Vervloesem, l'activiste belge qui a révélé le réseau pédo-criminel de Zandvoort, a écrit son premier livre. Un dessin rempli de sensibilité, qui tranche avec le contenu vraiment dramatique de son livre. Après l’avoir lu, le citoyen belge sera désemparé par l’ampleur des réseaux de consommation des enfants, aussi bien que par les complicités judiciaires qui protègent la pédophilie belge. Effarant. Bouleversant. Inquiétant........

Le livre 'Kinderen te koop' ('Des enfants à vendre') est disponible actuellement en version numérique par clé USB.
On attend une traduction en français.

On peut commander le livre (en néerlandais) aux adresses suivantes:

Pour la Hollandebrenninkmeijer.c@gmail.com
Pour la Belgique: vt6788107@base.be

http://www.cineyrgie.nl/?id=3244

http://www.pedopolis.com/

22-06-12

Affaire Dutroux: La Belgique abuse la psychiatrie pour faire taire le député Laurent Louis.

Paul.Cosyns.jpg

Expertise psychiatrique pour Laurent Louis

BELGA

22.6.2012 - Le juge d'instruction bruxellois Olivier Anciaux a ordonné l'expertise psychiatrique du député Laurent Louis, a annoncé ce dernier sur le réseau Twitter. Le parlementaire est inculpé de recel de pièces issus du dossier Dutroux et pour calomnie à l'encontre d'un journaliste du Soir. M. Louis a d'ores et déjà annoncé qu'il refuserait de se soumettre à ce qu'il qualifie de "mascarade" et qui n'aurait pour seul but que de le "salir".

"A peine réalisée, je suis certain que cette expertise se retrouvera dans la presse et vu le travail uniquement à charge du juge d'instruction, je suis presque déjà certain du résultat de cette expertise", a-t-il ajouté.

L'unique député du Mouvement Libéral Démocrate (MLD) avait suscité la réprobation générale au mois d'avril après qu'il eut donné une conférence de presse sur l'affaire Dutroux et publié sur son site internet le rapport d'autopsie de deux des victimes du tueur, Julie et Melissa. Son bureau avait été perquisitionné le 25 avril.

Le parquet de Bruxelles n'a pu être joint vendredi en fin d'après-midi pour confirmer l'information relative à l'expertise psychiatrique.

http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/745677/expert...

-----

Photo: Le psychiatre expert belge, le professeur Cosyns, mis en cause dans la première affaire traitée par l’association Morkhoven à l’hopital psychiatrique Good Engels d’Anvers où des enfants étaient isolés et abusés.

10-06-12

Marie-France Botte

Marie France Botte.jpg

Barones Marie-France Botte


Zaak-Dutroux

Tijdens zijn onderzoek naar de ontvoering van miljardairszoon Anthony De Clerck vond hij en zijn speurdersteam langs het meer van Nisramont de villa terug waar de jongen werd gegijzeld. Maar Bourlet's grootste verdienste bereikte hij tijdens het onderzoek naar de Zaak-Dutroux in 1996. Bourlet slaagde erin Marc Dutroux en zijn bende op te rollen en zijn jarenlang vermiste slachtoffers op te sporen. Bourlet werd legendarisch toen hij op 23 augustus 1996 in een rechtstreekse tv-uitzending van de RTBF fel reageerde op een uitspraak van barones Marie-France Botte. Zij was nogal sceptisch of alle prominente figuren wiens schuld bewezen was daadwerkelijk vervolgd zouden worden? Bourlet reageerde hierop verontwaardigd: "Si on me laisse faire!" ("Als men mij laat begaan!") Bourlet en Jean-Marc Connerotte kregen van de Belgische bevolking enorm respect en lof vanwege hun onvoorwaardelijke inzet om de zaak op te lossen, ondanks alle tegenwerking van hogerhand. In zijn memoires verklaart Bourlet dat zijn telefoon jarenlang werd afgetapt om hem op een misstap te kunnen betrappen zodat hij van het onderzoek kon worden afgehaald. Toen Connerotte vanwege het spaghetti-arrest van de zaak werd weggehaald ontstond er onder de Belgische bevolking publieke verontwaardiging, alhoewel het juridisch gezien volstrekt normaal was.

http://nl.wikipedia.org/wiki/Michel_Bourlet

--------

 

Lettre ouverte de Marie France Botte

 

«Dernière Heure» du samedi 24 août 1996 page 3

 

Élisabeth, Julie, Mélissa et tant d'autres, nous ne vous oublierons jamais.

Vos petits regards d'enfants aux yeux pétillants de vie hanteront nos coeurs pour toujours.

Nous poursuivrons chaque jour notre lutte contre cette gigantesque pieuvre que représentent le trafic d enfants et son cortège de douleurs.

En acceptant l'existence de ces réseaux et de viols d'enfants, nous perdrions à jamais notre sens de l'humanité. C'est pourquoi la Belgique entière a refusé d'accepter l'inacceptable, en étant auprès de vous, chacun à sa manière.

 

Dans la cathédrale de Liège, où, au milieu de cette immense souffrance, vous, parents de Julie et Mélissa, étiez dignes, presque sereins.

Certainement parce que vous êtes les seuls à vous être battus jusqu'au bout pour retrouver vos enfants, espérant, avec la force du désespoir, les serrer encore entre vos bras. Vous êtes innocents, blancs comme la pureté de vos petites filles: Et où qu'elles soient aujourd'hui, elles le savent. Ne l'oubliez pas.

Dans l'église, les journalistes, les photographes, les prêtres, tous pleuraient. La compassion était revenue parmi nous. Merci petites filles, en partant vous nous avez laissé un message:« Redevenez humains »

 

Depuis dix ans, en Asie du Sud-est, mais aussi aux côtes de Claude Lelièvre en Belgique, je lutte contre cette épouvantable exploitation. Dans la cathédrale, noyée dans mes larmes, je n'ai pu arrêter le film qui se déroulait à l'intérieur de moi.

Combien d'enfants ai-je vu mourir en dix ans, tués par leurs agresseurs, contaminés HIV par ceux-ci. Combien de brûlures de cigarette, de fractures, de petits regards perdus à jamais dans la profondeur de l’horreur

Les larmes des enfants et des parents aussi ont été si nombreuses que la mer pourrait déborder. Combien d'enfants, là-bas, ici, ont souffert dans la plus grande solitude, seuls face à leurs agresseurs

 

Combien d'heures d'angoisse et de peur avons-nous vécues avec nos équipes, peur des représailles, peur que la pieuvre se réveille et nous étouffe. Brûlures de cigarette, fractures, appels anonymes... la liste est longue.

Aujourd'hui, plus que jamais, nous devons lutter pour faire reculer l'horreur.

 

Monsieur Wathelet, vous avez déclaré que votre conscience était en paix. Je ne vous crois pas.

Parce que aucun être humain ne peut avoir aujourd'hui la conscience en paix. Vous avez signe un document qui a permis à un être humain délinquant et malade de commettre l'inacceptable. Deux avis négatifs étaient suffisants pour arrêter le processus de libération conditionnelle. Toutes les conditions étaient réunies, mensonge, lâcheté...

Un psychiatre de 82 ans suivait le dossier: permettez-moi de douter de l'efficacité!

 

J'ai espéré et je continuerai à espérer que quelqu'un, dans notre gouvernement, lèvera la main au nom de vous tous, pour dire aux parents des victimes, simplement: « Nous sommes responsables de la violence qui a été faite à vos enfants ».

Une voix, une seule, pour reconnaître, avec humanité et compassion, vos responsabilités hommes politiques.

 

De grâce royale en récidives, combien de temps encore devrons-nous attendre pour qu'une politique cohérente de lutte contre la pédophilie s'installe?

Combien d'enfants devront être sacrifiés ici et là-bas

 

Difficile, Monsieur De Clerck, de gérer la situation actuelle, au milieu d'un deuil collectif, où une fois de plus la solidarité belge fonctionne face à la mort.

Je vous ai rencontré plusieurs fois et je suis convaincue que vous ne direz jamais que votre conscience est en paix; parce que vous savez, mieux que nous, que des erreurs ont été commises.

Alors, je vous demande au nom des victimes, au nom des enfants, de vous battre pour obtenir les changements que nous réclamons... Vous battre pour que notre justice reprenne une forme humaine.

 

L'heure est au lynchage. La population veut voir de près la mort de M. Dutroux. Je vous demande de réfléchir. Julie, Mélissa et toutes les autres victimes ont droit à un procès, à un face-à-face avec notre justice. Ne les privez pas, une fois de plus, de leurs droits.

 

L'enlèvement des fillettes, les violences sexuelles, la pornographie, le passage des frontières ne se gérent pas en entreprise familiale.

Pour qu'un réseau de pédophilie, pour que la machine infernale fonctionne, il faut impérativement des consommateurs d'enfants protégés. Il faut des soutiens financiers et politiques.

Monsieur De Clerck, dans tous les réseaux de diffusion de cassettes pornographiques, une liste de clients existe.

Dans le cas présent, Monsieur Dutroux serait connecte à des clients belges et internationaux.

Les carences de l'enquête ainsi que les moyens financiers importants de Dutroux m'amènent â vous demander si vous possédez une liste de consommateurs.

Nous attendons de vous, Monsieur De Clerck, la transparence.

 

Marie-France Botte

 

Marie-France Botte se dit convaincue de l'existence d'une protection de Marc Dutroux.

Au siège de son asbl, les pétitions pour une politique cohérente en matière de pédophilie reviennent par centaines (11, avenue de la Jonction. 1060 Bruxelles. Tél: 02/534.16.28.)

----------

 

 

Marie France Botte étranglée (« Soir illustré » du mercredi 16 octobre 1996 page 40)

Celle qui consacre sa vie à la lutte contre les pédophiles a reçu plus d'une fois des menaces.Jamais aussi grave que cette fois. Pourquoi ?

Qui en veut à Marie-France Botte? En mai dernier, la jeune femme avait découvert le hall de son immeuble de Forest recouvert de graffitis au mercurochrome entourant des coupures de presse et une photo de sa fillette placardée sur les murs.

- Mercredi dernier, alors qu'elle rentrait vers 22h20 d'une conférence à Wodecq, dans les environs de Lessines, elle a été physiquement agressée dans le même hall de son immeuble.

Selon le témoignage de Marie France Botte, un homme chauve, d'une quarantaine d'années, l'a d'abord frappée violemment dans le dos; puis, la plaquant contre le mur, a tenté de l'étrangler en la serrant fortement à la gorge.

Je peux vous dire que cette fois, j'ai cru que ma dernière heure était venue, raconte-t-elle.

- Marie-France Botte, qui a déjà subi deux agressions en Thaïlande, connaît des éléments de self-défense. Elle s'est laissée tomber au sol, ce qui a fait lâcher prise à son agresseur. Profitant de ce répit, la jeune femme s'est alors précipitée vers la seconde porte du hall, celle donnant à l'intérieur de l'immeuble qui, par chance, était restée entrouverte, pour s'y engouffrer et empêcher son agresseur de la suivre.Je n'ose pas imaginer ce qui se serait passé si la porte avait été fermée.

Selon les dires de Marie-France Botte, pendant l'agression, l'individu lui a dit: «Tu vas payer pour tous; je vais te tuer», une menace similaire à celle qui avait été proférée la veille, par téléphone, sur  le GSM de Marie France Botte dont - fait curieux – seules quelques personnes de confiance, dans son entourage, connaissent le numéro.

Trois minutes après l'agression, la police de Forest arrivait sur place pour les constatations d'usage. Après sa déposition au poste de police, Marie-France Botte s'est rendue à l'hôpital Saint-Pierre, pour recevoir les soins qui s'imposaient. Des lésions au cou l'obligent à porter une minerve. Mais les blessures n'étant pas graves, elle ne devra la porter que pendant quelques jours.

Reste à savoir qui en veut à Marie-France Botte au point de vouloir l'assassiner. Selon une information parue dans le journal « De Morgen », vendredi, Marie France Botte aurait été agressée par l'un des membres d'un important réseau de prostitution enfantine existant depuis 25 ans, mettant en cause d'importantes personnalités de premier rang, dont Marc Dutroux n' était qu'un «fournisseur». Mais il n'apparaît pas que Marie-France Botte ait disposé d'informations précises et circonstanciées relatives à l'existence d'un tel réseau, ni qu'elle les ait fournies aux enquêteurs.

La semaine dernière, on a reçu, à l'organisation, une ancienne victime de Dutroux-Nihoul, une personne qui a aujourd'hui 25 ans. Mon agression est peut-être liée à cela ?

Jean-Marc Veszely

----------

 

ACCUSEE D'AVOIR DETOURNE 60 MILLIONS DE FRANCS, MARIE-FRANCE BOTTE PASSE A L'OFFENSIVE

LEPRINCE,PATRICE

Page 14

Mardi 8 juillet 1997

Accusée d'avoir détourné 60 millions de francs

Marie-France Botte passe à l'offensive

L'enquête ouverte sur Marie-France Botte dans le cadre de ses activités de lutte contre la pédophilie en Thaïlande se poursuit. Les enquêteurs viennent d'entendre Sanphasit Koompraphant, le directeur du CPCR, le Centre pour la protection des droits de l'enfant, basé à Bangkok. Selon ce témoin, Marie-France Botte aurait récolté de l'argent, près de 60 millions de francs, au nom de l'association alors qu'elle n'en faisait pas partie. Koompraphant accuse aussi, et surtout, la Belge de ne jamais avoir reversé le moindre franc au CPCR.

Marie-France Botte n'a pas attendu le résultat de l'audition pour se défendre. Dans un communiqué de presse, elle conteste vivement le témoignage de Sanphasit Koompraphant et rappelle avoir déposé plainte contre lui le 5 mars 1997 pour propos calomnieux et diffamatoires. Elle affirme d'autre part n'avoir jamais revendiqué appartenir au personnel du CPCR, mais seulement avoir collaboré avec lui, raison pour laquelle elle était autorisée à récolter des dons. Concernant le versement desdits dons, Mme Botte précise qu'en 1994, Koompraphant a perçu, au nom du CPCR, un chèque de 25.000 dollars, une somme provenant du prix des Droits de l'homme qui lui avait été attribué par la fondation Reebok en 1993.

Outre les actions judiciaires, ce qui inquiète surtout la Belge aujourd'hui, c'est la situation catastrophique dans laquelle se trouvent ses équipes sur le terrain. Pour elle, il y a maintenant urgence car, privée de financement, l'Opération Marie-France Botte risque bien en effet de péricliter. Difficile, donc, pour Marie-France Botte et les siens d'attendre la fin des procès en cours.

P. Le.

http://archives.lesoir.be/accusee-d-avoir-detourne-60-mil...

 

----------

Zelfmoordpoging - eind 1998

Marie-France Botte, een internationaal befaamde Waalse kinderrechtenactiviste, en fervent aanklaagster van pedofilienetwerken, spreekt in augustus 1996 van bescherming van hooggeplaatste pedofielen. Haar vereniging wordt voortdurend ondermijnd en moet uiteindelijk de deuren sluiten. Ze trachtte zich eind 1998 te zelfmoorden door een brandend middel in te slikken.

---------

 

Marie-France Botte inculpée - 20.7.2002

Pour faux, usage de faux et abus de confiance (détournement)

BRUXELLES Le juge bruxellois Jean-Claude Van Espen a inculpé Marie-France Botte de faux et d'abus de confiance. Cette double inculpation sanctionne les activités que Marie-France Botte, à travers une asbl, mena dans les années 1990 en faveur des enfants maltraités et exploités sexuellement au Cambodge et en Thaïlande. Le parquet confirme. Selon nos infos, Marie-France Botte est inculpée 1) d'abus de confiance - ce qui s'appelle aussi: détournement de fonds - ainsi que 2) de faux et d'usage de faux.

L'instruction, qui durait depuis cinq ans, est à présent clôturée. Le juge Van Espen a communiqué le dossier au parquet de Bruxelles. Il y sera traité par la section financière. La substitute Mme Mahieu prépare la chambre du conseil. Celle-ci décidera - ou non - de renvoyer Marie-France Botte devant le tribunal correctionnel.

A ce stade, il importe de rappeler qu' inculpé ne signifie pas condamné. Marie-France Botte reste présumée innocente. D'autant, selon le parquet, que MFB conteste les faits reprochés... et que ceux-ci n'ont certainement pas l'ampleur annoncée à grands fracas en décembre 1996, quand certains médias parlaient de dizaines de millions détournés. Reste que techniquement, Marie-France Botte est inculpée!

Selon le parquet, les problèmes principaux se rapportent à la comptabilité - pas toujours très orthodoxe - et à certains types de dépenses (abusivement pris en charge par l'asbl). L'asbl Opérations récoltait en Belgique des fonds qui devaient servir à la cause des enfants maltraités dans le sud-est asiatique. Ses donateurs qui lui faisaient confiance avaient droit à ce que leur argent ne permette pas à Mme Botte et à son ami de passer un week-end de remise en forme dans les Ardennes ou à payer des honoraires d'avocats! Marie-France Botte réplique que les statuts de l'asbl le lui permettaient: on verra!

Août 1996. Débuts de l'affaire Dutroux. Marie-France Botte est au faîte de sa gloire. Elle est Femme de l'année. Le Roi Albert II la fait baronne. Elle assiste aux funérailles d'An et Eefje à Hasselt et y est très applaudie. Elle dénonce les filières pédophiles - pas toujours à bon escient. Elle passe pour la meilleure spécialiste de la prostitution enfantine. Tout s'écroule trois mois plus tard: une plainte est déposée au parquet de Bruxelles. Entre-temps, la jeune femme a vécu un enfer personnel dont elle se remettait avec beaucoup de courage.

Gilbert Dupont

© La Dernière Heure 2002

http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/44332/mari...

 

----------

Veroordeeld voor klacht tegen journalist Swennen

 

9 november 2009 - Bron: belga Auteur: kld

BRUSSEL - De Brusselse correctionele rechtbank in eerste aanleg heeft kinderrechtenactiviste Marie-France Botte veroordeeld tot de betaling van 107.628 euro, met aftrek van de voorlopige schadevergoeding. Dat meldt de krant La Dernière Heure. De veroordeling dateert van 16 oktober.

Op 26 oktober 1994 werd journalist Pierre Swennen aangeklaagd in een brief van Claude Lelièvre, die toen de algemeen afgevaardigde voor de kinderrechten van de Franse Gemeenschap was, wegens pedofilie. Het was Marie-France Botte die Lelièvre inlichtte. 

De algemeen bestuurder van de RTBF ontsloeg Swennen onmiddellijk. Na een klacht wegens laster en lasterlijke aangifte kreeg Swennen van de rechtbanken al een voorlopige schadevergoeding van 10.000 euro.

Botte moet Swennen nu dus 107.628 euro betalen, met aftrek van de voorlopige schadevergoeding. Het vonnis houdt rekening met de materiële en morele schade die Swennen leed.

http://www.nieuwsblad.be/article/detail.aspx?articleid=DM...