16-02-16

Luxemburg geeft geheime belastingdeals prijs aan Belgische fiscus

De Belgische fiscus krijgt inzage in alle belastingakkoorden die Luxemburg afsloot met Belgische bedrijven en rijke families. Dat maakt minister van Financiën Johan Van Overtveldt (N-VA) bekend. Eerder had hij die geheime deals opgevraagd na het bekend worden van Lux Leaks. Dat Luxemburg op die vraag ingaat, is een internationale primeur.

Een goede maand geleden nog maar barstte de verontwaardiging los over Lux Leaks. Daarbij kwam aan het licht dat ook Belgische topbedrijven en rijke Belgische families in Luxemburg ingewikkelde belastingconstructies konden opzetten waardoor ze massaal belastingen in België konden ontwijken. De Luxemburgse overheid gaf haar zegen voor die constructies, waardoor België en de rest van de wereld miljarden euro's aan belastinggeld misliepen. Zo was er sprake van 548 geheime belastingakkoorden met 343 bedrijven over de hele wereld.

http://www.demorgen.be/economie/luxemburg-geeft-geheime-belastingdeals-prijs-aan-belgische-fiscus-b3fe4f6a/1H9Axu/

19:54 Gepost door Jaap in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

14-02-16

Zandvoort, le fichier de la honte - Karl Zéro Absolu

Carl Zero Werkgroep Morkhoven.jpg

https://youtu.be/0lRLztD1SEs

01-08-15

When sex abuse can lead to murder - The Guardian (1)

manuel schadwald 3.jpg

When sex abuse can lead to murder

Award-winning journalist Nick Davies concludes a series looking at the evils of paedophilia by confronting the grim mysteries of snuff movies. Today: The Amsterdam connection

Special report: child protection

Nick Davies

Monday 27 November 2000

A year after Bristol detectives finally started to unravel the ring of paedophiles who had been abusing children there for up to 20 years, they found an informant with an alarming story. The man, whom we will call Terry, had a long history of sexually abusing boys. He did not come from Bristol but, by chance, he had come across some of the paedophiles the detectives were investigating - in Amsterdam, where he said they had become involved with a group of exiled British child abusers who had succeeded in commercialising their sexual obsession. The exiled paedophiles were trafficking boys from other countries; running legitimate gay brothels and selling under-aged boys "under the counter"; they had branched out into the production of child pornography. And they had killed some of them. One boy had simply been shot through the head, Terry said: he had been causing trouble and had been executed in front of several pae dophiles. Another, he believed, had been thrown into one of the canals. But the one about whom he spoke the most was a boy who had been tortured and killed in the most painful fashion in the course of producing a pornographic video.

Terry said he had seen most of the video himself and had vomited before he could reach the end. The few detectives who specialise in the investigation of child abuse invariably say the same thing about "snuff" movies: they have often heard of them, sometimes pursued them but never found one. The videos remain one of the great unsolved mysteries of the burgeoning underworld of international sexual exploitation.

Twice told tale

Terry's account was so hideous as to invite disbelief. It was clearly possible that he was inventing the story in an attempt to curry favour with the detectives as they turned over Bristol's paedophile subculture. And yet the detectives discovered that the allegation had been made before.

Not just once but repeatedly, evidence had come to the attention of police in England and the Netherlands, that, for pleasure and profit, some of the exiled paedophiles in Amsterdam had mur dered boys in front of the camera. Some of the evidence had been pursued. Some of it had been ignored. None of it had led to a murder charge. For a short while, the Bristol detectives thought they might be able to make progress in tracking down the truth; but when two of them flew to Amsterdam in the autumn of 1998 to pass on their information to Dutch officers, they hit a wall.

Terry had described the flat in Amsterdam where he had seen the video; he had named the owner of the flat who was, by implication, also owner of the video; he had provided the name of the man who carried out the killing; he had described events on the video in detail; he had provided the approximate age and the first name of the dead boy.

Dutch police said it was not enough: without the full name of a victim, they would not begin an investigation. Having fought their way through the swamp of inertia which surrounds British policing and prosecution of child abuse, the Bristol detectives had now hit the deeper swamp of virtual paralysis that afflicts its international policing. Within their own jurisdictions, there are now specialist paedophilia detectives - for example, in London and Amsterdam - who will work relentlessly to lock up predatory child abusers.

But when they try to move abroad, the potentially powerful machine starts to misfire. The result is that there is now a flourishing underground trade in boys who are being exported from the economic chaos of eastern Europe, as well as from the streets of London, to be put to work in the sex industry of western Europe. And no effective police operation to deal with it.

Predatory paedophiles cross whatever borders they like in order to pursue their obsessions; the police who might follow them are almost always trapped within their own narrow jurisdictions, partly by differences in law and procedure, partly because they lack the manpower and money to work internationally. There is an exception to this rule of parochialism, in the highly funded war against drugs, but in the perverse world of modern policing, the trafficking, rape and alleged murder of children has a far lower priority.

We have uncovered an international paedophile ring whose roots spring from Amsterdam, where, in the late 1980s, a group of British paedophiles set up a colony, exploiting the freedom of the city's gay community as cover to make a business of their fantasies.

Legal front

One of the first to do so was Alan Williams, the "Welsh Witch", who already had a vicious history of abusing boys in south Wales. Williams arrived in Amsterdam in 1988, aged 21, and soon set himself up as the manager of a gay brothel called Boys Club 21 at 21 Spuistraat, near the central station. Across the road at number 44, another British paedophile, a chubby Londoner named Warwick Spinks, then aged 25, was running a similar club called the Gay Palace. Both clubs had a legal business, running a bar and offering the services of adult male prostitutes.

But Williams and Spinks had much crueller interests. Williams had fled to the Netherlands after being convicted in Britain of indecent assaults on boys. In Amsterdam, he boasted of the day in south Wales when he had seen a 10-year-old boy on his bike, grabbed him, raped him, and, when he cried, strangled him. From Boys Clubs 21, he organised the importing of boys from Cardiff and London, inflicting intense violence on any who defied him.

Spinks had been running a mail order pornography business from Brighton, before he moved to Amsterdam, where he pioneered the trafficking of boys as young as 10 - first, from the streets of London, and, after the collapse of the Soviet Union, from the poverty of eastern Europe. Having brought them to Amsterdam, he used these "chickens" himself, sold them into the brothels or through escort agencies and put them in front of the camera. Some resisted, some ran away, but most were made to comply through the removal of their passports and doses of drugs and violence.

By 1990, these two clubs on Spuistraat, together with Boys for Men, De Boys, the Blue Boy and the Why Not, had become the busiest watering holes in the international paedophile jungle. Dutch police estimated there were 250 paedophiles involved in the production of child pornography in Amsterdam with an unknown floating population of child sex tourists from all over the world - and it was the British who formed the hard core consumers: Stephen Smith, who had helped to found the Paedophile Information Exchange, fled there when police in England prosecuted the organisation; Russell Tricker, now 58, a former private school teacher who was convicted of child sex offences in the UK, used his job as a coach driver to ferry suitable boys from London; John Broomhall opened a porn shop on Spuistraat and was caught with more than 1,000 copies of videos of under-aged boys; Mark Enfield, now 41, sold a video of himself abusing a drugged boy.

Alan Williams introduced two paedophile friends from Wales, John Gay and Lee Tucker, both of whom were to become central targets for Bristol detectives. The two men found they could sell Welsh boys into the clubs on Spuistraat and then make more money by investing in child pornography. They bought video equipment, set up TAG Films, and visited Amsterdam regularly to make films, which they sold through distributors in the US and Germany. At the time, Dutch law punished production of child pornography with a maximum sentence of only three months.

By October 1990, detectives on the old obscene publications squad at Scotland Yard were picking up worrying signals. An informant told them that someone called Alan Williams was trafficking boys into Amsterdam and that Williams had asked him to smuggle a child porn video back into the UK. Another informant told how he had smuggled a dozen tapes in the opposite direction: they had been produced, he believed, in north London, equipped with a bondage room for boys. He had delivered the tapes in Amsterdam to "Alan from Cardiff" at Boys Club 21. The informant said he had visited the Gay Palace across the road, where he watched videos of boys in bondage, aged 11 to 14, being buggered by masked men.

Soon, other informants were offering more detail. One man said he had seen Warwick Spinks selling a special video for £4,000. It showed a boy whom he thought was only eight or nine being sexually abused and tortured by two men. But the most startling allegations came from a gay man, "Frank", who had gone to Amsterdam in July 1990 and found himself caught up in this paedophile underworld. In 1993, he spoke to the same officers at Scotland Yard.

Frank told police that Warwick Spinks had invited him to come on a trip to the Canaries, where he had suggested Frank should help him sell videos and showed him a sample. Frank said he watched in growing horror as the video played out a murder - a boy who seemed to be no older than 12 was beaten and attacked with needles, before being castrated and cut open with a knife. The video seemed to have been shot in a barn, and detectives later learned that Williams and his friends had been talking about making a video in a barn that belonged to a German from one of the Spuistraat clubs.

Scotland Yard was in a difficult position: the informants were British and so was Spinks, who by this time had left Amsterdam and was living in Hastings, East Sussex. But everything else in the story was scattered round Europe. After long negotiations within Scotland Yard and with their counterparts in the Netherlands, the detectives set up Operation Framework, and, as the Guardian reported in 1997, they recruited an undercover officer to pose as a child abuser and befriend Warwick Spinks in England.

In a series of meetings, Spinks described how he picked up boys in Dresden, in Bratislava in the Czech Republic, and in Poland, where, he claimed, they cost only 10p. The undercover officer asked Spinks if he could get him a sado-masochistic video featuring boys as young as 10, and Spinks replied that he knew people in Amsterdam who could: "I know, well I knew, some people who were involved in making snuff movies and how they did it was, they only sold them in limited editions, made 10 copies or something, 10 very rich customers in America, who paid $5,000 each or something like that".

Spinks divulged no more about the video and failed to produce a copy of it. Without more evidence, Scotland Yard could not justify the expense of keeping the undercover officer or of sending officers to Amsterdam, where, in any event, they lacked police powers. They arrested Spinks in Hastings and charged him with adbucting and raping two homeless boys from the streets of London and selling one of them into a Spuistraat brothel. He was jailed for five years. But the allegation of murder would not go away. As the Guardian reported in 1997, another gay man, Edward, claimed to have seen five Amsterdam videos, each featuring the sexual torture and death of a boy. Dutch police investigated and said they could find no evidence.

Now, Terry had offered the Bristol detectives more evidence about life on Spuistraat. He explained how John Gay and Lee Tucker set themselves up as video pornographers, first taking a group of boys to an isolated farmhouse in France, and then making visits to Amsterdam to film with the boys there. And dealing with snuff movies he told how, in 1989, he had been alone in a flat which belonged to one of the key figures in the Amsterdam paedophile scene, whom he named; he had found a video and watched as it played out a murder - a boy was beaten before being castrated and cut open with a knife.

At first sight, Terry might have been describing the video Frank saw but its details differ: Frank described a video shot in a barn; Terry says his was shot in a flat. Frank described the abuse and murder of one boy; Terry says there was a second boy, who was also being abused and who was alive at the point he turned off the tape. And yet, the overlap is striking: the specific nature of the violence is identical; and Terry names the man who actually committed the killing - he is the same German whose barn was allegedly picked as a porn studio by the child porngraphers.

Terry, Frank, Edward and Spinks certainly mixed with the paedophile colony in Amsterdam in 1989/90 and all four separately claim at least one boy was killed on video. Spinks told the undercover officer that a German boy was killed; Frank says Spinks once hinted to him that a German boy named Manny had been murdered; we have confirmed from talking to boys who worked in Spuistraat at the time that a boy of that name and nationality, then 14, did disappear. Terry, however, says he thinks the victim of the video which he saw was Dutch, named Marco and probably 16.

http://www.theguardian.com/world/2000/nov/27/childprotection.uk

When sex abuse can lead to murder - The Guardian (1)

manuel schadwald 3.jpg

When sex abuse can lead to murder

Award-winning journalist Nick Davies concludes a series looking at the evils of paedophilia by confronting the grim mysteries of snuff movies. Today: The Amsterdam connection

Special report: child protection

Nick Davies

Monday 27 November 2000

A year after Bristol detectives finally started to unravel the ring of paedophiles who had been abusing children there for up to 20 years, they found an informant with an alarming story. The man, whom we will call Terry, had a long history of sexually abusing boys. He did not come from Bristol but, by chance, he had come across some of the paedophiles the detectives were investigating - in Amsterdam, where he said they had become involved with a group of exiled British child abusers who had succeeded in commercialising their sexual obsession. The exiled paedophiles were trafficking boys from other countries; running legitimate gay brothels and selling under-aged boys "under the counter"; they had branched out into the production of child pornography. And they had killed some of them. One boy had simply been shot through the head, Terry said: he had been causing trouble and had been executed in front of several pae dophiles. Another, he believed, had been thrown into one of the canals. But the one about whom he spoke the most was a boy who had been tortured and killed in the most painful fashion in the course of producing a pornographic video.

Terry said he had seen most of the video himself and had vomited before he could reach the end. The few detectives who specialise in the investigation of child abuse invariably say the same thing about "snuff" movies: they have often heard of them, sometimes pursued them but never found one. The videos remain one of the great unsolved mysteries of the burgeoning underworld of international sexual exploitation.

Twice told tale

Terry's account was so hideous as to invite disbelief. It was clearly possible that he was inventing the story in an attempt to curry favour with the detectives as they turned over Bristol's paedophile subculture. And yet the detectives discovered that the allegation had been made before.

Not just once but repeatedly, evidence had come to the attention of police in England and the Netherlands, that, for pleasure and profit, some of the exiled paedophiles in Amsterdam had mur dered boys in front of the camera. Some of the evidence had been pursued. Some of it had been ignored. None of it had led to a murder charge. For a short while, the Bristol detectives thought they might be able to make progress in tracking down the truth; but when two of them flew to Amsterdam in the autumn of 1998 to pass on their information to Dutch officers, they hit a wall.

Terry had described the flat in Amsterdam where he had seen the video; he had named the owner of the flat who was, by implication, also owner of the video; he had provided the name of the man who carried out the killing; he had described events on the video in detail; he had provided the approximate age and the first name of the dead boy.

Dutch police said it was not enough: without the full name of a victim, they would not begin an investigation. Having fought their way through the swamp of inertia which surrounds British policing and prosecution of child abuse, the Bristol detectives had now hit the deeper swamp of virtual paralysis that afflicts its international policing. Within their own jurisdictions, there are now specialist paedophilia detectives - for example, in London and Amsterdam - who will work relentlessly to lock up predatory child abusers.

But when they try to move abroad, the potentially powerful machine starts to misfire. The result is that there is now a flourishing underground trade in boys who are being exported from the economic chaos of eastern Europe, as well as from the streets of London, to be put to work in the sex industry of western Europe. And no effective police operation to deal with it.

Predatory paedophiles cross whatever borders they like in order to pursue their obsessions; the police who might follow them are almost always trapped within their own narrow jurisdictions, partly by differences in law and procedure, partly because they lack the manpower and money to work internationally. There is an exception to this rule of parochialism, in the highly funded war against drugs, but in the perverse world of modern policing, the trafficking, rape and alleged murder of children has a far lower priority.

We have uncovered an international paedophile ring whose roots spring from Amsterdam, where, in the late 1980s, a group of British paedophiles set up a colony, exploiting the freedom of the city's gay community as cover to make a business of their fantasies.

Legal front

One of the first to do so was Alan Williams, the "Welsh Witch", who already had a vicious history of abusing boys in south Wales. Williams arrived in Amsterdam in 1988, aged 21, and soon set himself up as the manager of a gay brothel called Boys Club 21 at 21 Spuistraat, near the central station. Across the road at number 44, another British paedophile, a chubby Londoner named Warwick Spinks, then aged 25, was running a similar club called the Gay Palace. Both clubs had a legal business, running a bar and offering the services of adult male prostitutes.

But Williams and Spinks had much crueller interests. Williams had fled to the Netherlands after being convicted in Britain of indecent assaults on boys. In Amsterdam, he boasted of the day in south Wales when he had seen a 10-year-old boy on his bike, grabbed him, raped him, and, when he cried, strangled him. From Boys Clubs 21, he organised the importing of boys from Cardiff and London, inflicting intense violence on any who defied him.

Spinks had been running a mail order pornography business from Brighton, before he moved to Amsterdam, where he pioneered the trafficking of boys as young as 10 - first, from the streets of London, and, after the collapse of the Soviet Union, from the poverty of eastern Europe. Having brought them to Amsterdam, he used these "chickens" himself, sold them into the brothels or through escort agencies and put them in front of the camera. Some resisted, some ran away, but most were made to comply through the removal of their passports and doses of drugs and violence.

By 1990, these two clubs on Spuistraat, together with Boys for Men, De Boys, the Blue Boy and the Why Not, had become the busiest watering holes in the international paedophile jungle. Dutch police estimated there were 250 paedophiles involved in the production of child pornography in Amsterdam with an unknown floating population of child sex tourists from all over the world - and it was the British who formed the hard core consumers: Stephen Smith, who had helped to found the Paedophile Information Exchange, fled there when police in England prosecuted the organisation; Russell Tricker, now 58, a former private school teacher who was convicted of child sex offences in the UK, used his job as a coach driver to ferry suitable boys from London; John Broomhall opened a porn shop on Spuistraat and was caught with more than 1,000 copies of videos of under-aged boys; Mark Enfield, now 41, sold a video of himself abusing a drugged boy.

Alan Williams introduced two paedophile friends from Wales, John Gay and Lee Tucker, both of whom were to become central targets for Bristol detectives. The two men found they could sell Welsh boys into the clubs on Spuistraat and then make more money by investing in child pornography. They bought video equipment, set up TAG Films, and visited Amsterdam regularly to make films, which they sold through distributors in the US and Germany. At the time, Dutch law punished production of child pornography with a maximum sentence of only three months.

By October 1990, detectives on the old obscene publications squad at Scotland Yard were picking up worrying signals. An informant told them that someone called Alan Williams was trafficking boys into Amsterdam and that Williams had asked him to smuggle a child porn video back into the UK. Another informant told how he had smuggled a dozen tapes in the opposite direction: they had been produced, he believed, in north London, equipped with a bondage room for boys. He had delivered the tapes in Amsterdam to "Alan from Cardiff" at Boys Club 21. The informant said he had visited the Gay Palace across the road, where he watched videos of boys in bondage, aged 11 to 14, being buggered by masked men.

Soon, other informants were offering more detail. One man said he had seen Warwick Spinks selling a special video for £4,000. It showed a boy whom he thought was only eight or nine being sexually abused and tortured by two men. But the most startling allegations came from a gay man, "Frank", who had gone to Amsterdam in July 1990 and found himself caught up in this paedophile underworld. In 1993, he spoke to the same officers at Scotland Yard.

Frank told police that Warwick Spinks had invited him to come on a trip to the Canaries, where he had suggested Frank should help him sell videos and showed him a sample. Frank said he watched in growing horror as the video played out a murder - a boy who seemed to be no older than 12 was beaten and attacked with needles, before being castrated and cut open with a knife. The video seemed to have been shot in a barn, and detectives later learned that Williams and his friends had been talking about making a video in a barn that belonged to a German from one of the Spuistraat clubs.

Scotland Yard was in a difficult position: the informants were British and so was Spinks, who by this time had left Amsterdam and was living in Hastings, East Sussex. But everything else in the story was scattered round Europe. After long negotiations within Scotland Yard and with their counterparts in the Netherlands, the detectives set up Operation Framework, and, as the Guardian reported in 1997, they recruited an undercover officer to pose as a child abuser and befriend Warwick Spinks in England.

In a series of meetings, Spinks described how he picked up boys in Dresden, in Bratislava in the Czech Republic, and in Poland, where, he claimed, they cost only 10p. The undercover officer asked Spinks if he could get him a sado-masochistic video featuring boys as young as 10, and Spinks replied that he knew people in Amsterdam who could: "I know, well I knew, some people who were involved in making snuff movies and how they did it was, they only sold them in limited editions, made 10 copies or something, 10 very rich customers in America, who paid $5,000 each or something like that".

Spinks divulged no more about the video and failed to produce a copy of it. Without more evidence, Scotland Yard could not justify the expense of keeping the undercover officer or of sending officers to Amsterdam, where, in any event, they lacked police powers. They arrested Spinks in Hastings and charged him with adbucting and raping two homeless boys from the streets of London and selling one of them into a Spuistraat brothel. He was jailed for five years. But the allegation of murder would not go away. As the Guardian reported in 1997, another gay man, Edward, claimed to have seen five Amsterdam videos, each featuring the sexual torture and death of a boy. Dutch police investigated and said they could find no evidence.

Now, Terry had offered the Bristol detectives more evidence about life on Spuistraat. He explained how John Gay and Lee Tucker set themselves up as video pornographers, first taking a group of boys to an isolated farmhouse in France, and then making visits to Amsterdam to film with the boys there. And dealing with snuff movies he told how, in 1989, he had been alone in a flat which belonged to one of the key figures in the Amsterdam paedophile scene, whom he named; he had found a video and watched as it played out a murder - a boy was beaten before being castrated and cut open with a knife.

At first sight, Terry might have been describing the video Frank saw but its details differ: Frank described a video shot in a barn; Terry says his was shot in a flat. Frank described the abuse and murder of one boy; Terry says there was a second boy, who was also being abused and who was alive at the point he turned off the tape. And yet, the overlap is striking: the specific nature of the violence is identical; and Terry names the man who actually committed the killing - he is the same German whose barn was allegedly picked as a porn studio by the child porngraphers.

Terry, Frank, Edward and Spinks certainly mixed with the paedophile colony in Amsterdam in 1989/90 and all four separately claim at least one boy was killed on video. Spinks told the undercover officer that a German boy was killed; Frank says Spinks once hinted to him that a German boy named Manny had been murdered; we have confirmed from talking to boys who worked in Spuistraat at the time that a boy of that name and nationality, then 14, did disappear. Terry, however, says he thinks the victim of the video which he saw was Dutch, named Marco and probably 16.

http://www.theguardian.com/world/2000/nov/27/childprotection.uk

 

Manuel Schadwald - Die Welt (1)

manuel schadwald 3.jpg

Auf den Spuren der verlorenen Kinder

1996 schockierte Kinderschänder Dutroux die Welt. Er war vermutlich Teil eines Netzwerks mit Verbindungen in höchste Kreise. Viele die mit dem Fall zu tun hatten, starben unter mysteriösen Umständen.Eine Chronik – 24. Juli 1993: Manuel Schadwald, damals zwölf Jahre alt, verschwindet an einem Samstagvormittag. Er sagte seiner Mutter, er wolle in einen Berliner Freizeitpark. Dort kam er allerdings nie an. 16. Juni 1994: Ein Mann ruft bei einer Berliner Beratungsstelle an und sagt, Manuel sei in Amsterdam gestorben. Die Berliner Polizei bittet die Kollegen dort um Hilfe. Die Beamten ermitteln einige Monate in der Rotterdamer Kinderprostitutionsszene, zunächst erfolglos. Im Juni 1995 gibt es einen neuen Hinweis. Demnach wurde Schadwald nach Holland verschleppt. Wenn Jean Lambrecks über die Kindheit seiner Tochter spricht, verschwindet die Traurigkeit aus seinem Gesicht. Dann vergisst er für wenige Momente, was Belgiens bekanntester Verbrecher Marc Dutroux seiner Eefje angetan hat. Erinnert sich, wie liebevoll sie war, als Kind schon, wie spontan, interessiert. Vor allem an Technik und Musik. Ihre Noten waren gut, das Abitur hatte sie ja gerade erst erfolgreich bestanden. Journalistin wollte sie werden, sagt Jean Lambrecks, "sie wollte über andere Menschen berichten".

Stattdessen wurde über sie berichtet, weltweit. Über das 19-jährige Mädchen, das vergewaltigt, gefesselt und betäubt worden war. Das in eine Plastikfolie eingewickelt und lebendig begraben wurde auf einem Grundstück nahe der trostlosen Stadt Charleroi in der Wallonie, Belgien. Wo man sie schließlich verscharrt unter einem Schuppen fand. Die Traurigkeit ist in das Gesicht des 67-Jährigen längst zurückgekehrt. Er erinnert sich noch genau.

Eefje hatte mit ihrer Freundin An Marchal Urlaub an der belgischen Küste in Westende gemacht. Von einem Ausflug kamen sie nicht zurück. Blieben verschwunden, trotz umfangreicher Suchaktionen. Monate, ein Jahr.

Gefoltert und vergewaltigt

376 Tage später, am 3. September 1996, wurden ihre Leichen ausgegraben. Drei Wochen, nachdem Marc Dutroux in Belgien verhaftet worden war, das Ausmaß seiner Verbrechen langsam offenbar wurde. Zwei weitere Mädchen hatte er vergraben, zwei konnte die Polizei aus einem geheimen Verlies im Keller seines Hauses befreien. Alle Mädchen waren gefoltert und vergewaltigt worden.

Am 13. August 1996 wurde Marc Dutroux festgenommen

Der Skandal um Marc Dutroux erschütterte Belgien in den Neunzigerjahren nachhaltig und sorgte weltweit für Entsetzen. Wie konnte es sein, dass ein polizeibekannter Sexualstraftäter, der wegen Entführung und Missbrauch bereits mehrere Jahre in Haft gesessen hatte, nicht früher gefasst worden war? Wie war ein Mensch zu so grausamen Verbrechen an Kindern in der Lage?

2004 fand schließlich der Prozess statt, Marc Dutroux wurde zu lebenslanger Haft verurteilt. Aber Zweifel begleiteten den Fall weiter. Vor wenigen Wochen erst veröffentlichte die belgische Zeitschrift "Le Soir Magazine" eine Umfrage zum Fall Dutroux. Das Ergebnis: 80 Prozent der Befragten sind der Meinung, dass die Wahrheit nicht bekannt sei – fast 20 Jahre nach der Verhaftung des Kindermörders. Wurde wirklich alles getan, um den Fall aufzuklären? Gibt es noch weitere Opfer? Und weitere Täter? Fragen, die lauter werden.

Hoffnung auf Aufklärung

Der Mann mit den blassblauen Augen nippt am Rotwein, während er am Kamin eines belgischen Landgasthofs in der Nähe von Hasselt von seiner langen Suche nach der Wahrheit erzählt. Das Essen rührt Jean Lambrecks kaum an. Es fällt ihm an diesem Mai-Abend sichtlich schwer, über all das zu reden. Seine Hand liegt auf der seiner neuen Lebensgefährtin Els Schreurs. Sie beschäftigt sich inzwischen fast genauso intensiv mit dem Fall wie Lambrecks. Als sie sich 2009 kennengelernt haben, war Els Schreurs sofort klar, wie viel Raum der Fall im Leben dieses Mannes einnahm, und vor allem die Hoffnung auf Aufklärung. Ihr ging es bald ähnlich.

Der Mörder von Eefje verbüßt eine lebenslange Haftstrafe im Gefängnis, aber Ruhe fanden sie nicht. "Man will uns und die Weltöffentlichkeit glauben lassen, dass Dutroux ein Einzeltäter war. Aber das stimmt nicht. Wir haben sehr viele Hinweise darauf, dass er Teil eines Netzwerkes war, das nicht nur in Belgien existierte."

Der Vater des Dutroux-Opfers Eefje Lambrecks und seine Lebensgefährtin haben jahrelang Informationen gesammelt

Jean Lambrecks und seine Lebensgefährtin tragen fast jeden Tag Informationen zu dem Dutroux-Komplex zusammen, wollen jetzt darüber sprechen. Es gebe zahlreiche Spuren, sagen sie, unter anderem nach Deutschland und in die Niederlande. "Sie werden bis heute von den Behörden vertuscht. Vermutlich deshalb, weil Geheimdienste eine Rolle spielen. Schließlich geht es um Erpressung von einflussreichen Persönlichkeiten mit Kindersex", sagt Els Schreurs.

Dutroux hatte die Kontakte ins europäische Ausland

Tatsächlich spricht auch Marc Dutroux selbst von kriminellen Strukturen mit Kontakten in hohe Gesellschaftskreise. "Ja, es gibt ein Netzwerk, das sind Schwerverbrecher. Ich stand in Verbindung mit bestimmten Leuten aus dem Netzwerk", sagte er schon beim Prozess im Jahr 2004. 2012 schrieb der Mörder einen handschriftlichen Brief an den Vater eines des anderen getöteten Mädchen, Julie Lejeune. Auch darin behauptet Dutroux, dass er "auf dem Altar der Interessen der kriminell Unantastbaren" geopfert werde, die tadellos organisiert seien und über Mittel verfügten, "die königlichen Institutionen" zu beeinflussen. Zum Fall Eefje schreibt Dutroux dort, dass vonseiten der Justiz alles unternommen worden sei, "damit die Wahrheit nur bei einem Einzeltäter gesucht wurde".

Wer diese "kriminell Unantastbaren" waren, das sagt Dutroux bis heute nicht.

Jean Lambrecks und seine Lebensgefährtin glauben dem Mörder seiner Tochter in diesem einen Punkt. "Er war eine Art Händler", sagt Els Schreurs. Dutroux habe Kontakte ins europäische Ausland. Er sei unter anderem mit einem Pädophilenring in den Niederlanden vernetzt gewesen, der für die Verschleppung von Jungen aus Polen und Deutschland in Kinderbordelle nach Rotterdam und Amsterdam verantwortlich war.

Manuel Schadwald ist einfach verschwunden

Tatsächlich war Marc Dutroux in den Niederlanden unterwegs, er ist dort mehrfach im Milieu gesehen worden, das bestätigen Augenzeugen. In Amsterdam stand er in Kontakt mit Menschen aus der Szene, verkehrte in den einschlägigen Lokalen. Und in Amsterdam verlieren sich in diesen Jahren auch die Spuren anderer Kinder. Etwa die des seit 1993 vermissten Berliners Manuel Schadwald, einer der bekanntesten Vermisstenfälle der Bundesrepublik.

Es gibt keine Leiche in diesem Fall, es gibt keinen Mörder. Der damals Zwölfjährige ist einfach verschwunden. Aber es häufen sich die Hinweise, dass es Zusammenhänge gibt zwischen dem Verschwinden Manuel Schadwalds und dem Tod des belgischen Mädchens Eefje Lambrecks.

"Es gibt Parallelen zwischen dem Tod meiner Tochter und dem Verschwinden des Berliner Jungen. In beiden Fällen ist die ganze Wahrheit bislang nicht bekannt. Irgendjemand hat ein großes Interesse daran, das Ausmaß der Verbrechen zu verschleiern", sagt Jean Lambrecks in dem Landgasthof an diesem Tag. Immer wieder wird er still. Und schaut lange in das Feuer des Kamins. Er und seine Lebensgefährtin haben sich in den vergangenen Jahren auch intensiv mit dem Fall Schadwald beschäftigt. Zeitungsartikel studiert, Zeugen getroffen, Unterlagen ausgewertet. Jean Lambrecks sagt: "Es gibt mittlerweile genügend Hinweise darauf, dass der Junge in die niederländische Kinderprostitutions-Szene verschleppt wurde."

Hinweise in Richtung Kinderprostitutions-Szene

Manuel Schadwald verschwand an einem Sonnabend, es war der 24. Juli 1993. Er wollte in ein Freizeitzentrum im Berliner Stadtteil Köpenick, sagte seine Mutter später. Doch dort kam er nie an. Manuel war ein hübscher Junge mit dunklen Haaren und zarten Gesichtszügen. Freunde beschrieben ihn als schüchtern, sensibel und introvertiert. Die Eltern hatten sich früh getrennt, Mitschüler sollen der Polizei später berichtet haben, dass sich die Mutter nicht ausreichend um ihren Sohn gekümmert und ihn manchmal über Nacht allein gelassen habe. Trotzdem war er ein guter Schüler. Er sollte nach der Grundschule auf das Gymnasium wechseln. Aber dann verschwand er.

Vier Jahre später, im November 1997, tauchte der Name des Berliner Jungen plötzlich wieder auf. Ein niederländischer Fernsehsender berichtete von dem Verdacht, dass Manuel Schadwald auf einem Kinderporno-Film zu sehen sei. Die deutschen Medien reagierten sofort, die Öffentlichkeit war schockiert.

Die Berliner Polizei dementierte schnell, dass der Junge auf dem Video Manuel Schadwald gewesen sei. Sie machte allerdings nicht öffentlich, dass es in den Jahren zuvor tatsächlich zahlreiche Hinweise an die Ermittler zu dem Verschwinden des Jungen gegeben hatte. Und dass diese Hinweise auch in die Richtung der Kinderprostitutions-Szene in den Niederlanden deuteten.

Ergebnislose Suche

So erhielt die Berliner Polizei bereits im Juni 1994 – also nicht einmal ein Jahr nach Manuel Schadwalds Verschwinden – eine wichtige Information. Damals hatte ein Mann bei der Beratungsstelle für schwule und bisexuelle Männer "Mann-O-Meter" im Berliner Stadtteil Schöneberg angerufen und folgende Nachricht hinterlassen: "Ja, ich möchte meinen Namen nicht nennen. Ich wollte nur sagen, ich hab Beweise, dass der kleine Manuel in Amsterdam, ja in Amsterdam, in Holland, dass der tot ist. Ich hab wirklich Beweise dafür." Anschließend erfolgte die Beschreibung eines Mannes. "Wenn ihr ihn habt, habt ihr auch die Leiche von Manuel in Amsterdam."

http://www.welt.de/vermischtes/article143879658/Auf-den-Spuren-der-verlorenen-Kinder.html

22-12-14

Le film « Outreau, l’autre vérité » est édité

serge garde.jpg

 
Madame, Monsieur, Cher-es ami-es
 
Enfin… Vous étiez nombreux à attendre ce moment…
Près de deux ans après sa sortie en salle, mon film sur l’affaire dite d’Outreau, réalisé avec l’aide et le soutien d’Innocence en Danger,
d’Homayra Sellier, de Karl Zéro, de Zelig Films, et de
Bernard de la Villardière (Ligne de Front, le producteur)
 
 « Outreau, l’autre vérité » est édité en DVD
(avec quatre bonus)
mise en vente publique  début mars 2015,
au prix de 19, 90 euros.
 
La seule version complète validée par l’équipe.
(Cette précision s’impose car plusieurs piratages circulent sur le web,
avec parfois un ajout final qui dénature le film.)
Mais, sans attendre, si vous, votre association, le désirez, vous pouvez l’acquérir en contactant Sophie Wittmer
 
 
Diffusé en soirée par la Télévision Suisse Romande le 24 novembre 2014
notre film n’a toujours pas été programmé par une chaîne de télévision française…
Mais grâce à vous, des milliers de spectatrices et de spectateurs ont pu voir le film dans des salles de cinéma d’Art et Essai.  
 
Comme je l’ai souvent déclaré au cours des nombreux débats passionnantsqui ont suivi des projections :« Le film existe, il vous appartient.A vous de le faire vivre si vous l’estimez nécessaire. »
 
Bien cordialement
 
Serge Garde

Jacqueline de Croÿ: 'Casey Bohun, a 3-years old Zandvoort victim'

Casey Bohun 1.png

Casey Bohun, a 3-years old Zandvoort victim

Jacqueline de Croÿ - 29 mars 2004

Aged three, Casey Rose Bohun lived with his mother and the companion of her mother when she disappeared on August 5 1989 from her house of the street 94A in the north of Delta (British Columbia - Canada).It was 5h38 morning when she was seen for the last time, sleeping in its room. At 9h30, her bed was empty and she was never seen again since. Four years after, a witness would have seen Casey at Kamloops, but the investigation was unfruitful. This same year 1993, a lie detector released the biological father of the child of the suspicions which weighed on him. In 2001, another child of the father of Casey was withdrawn from his guard by the authorities of Kamloops. One month after, the mother of Casey committed suicide while jumping of the Bridge of Patulo in the river Fraser in Delta. The investigation was never closed.

In February 2004, a collaborator of the Foundation Princess of Croÿ recognizes Casey Bohun on photographs of CD-ROM of the paedophile network of Zandvoort and which are published on a Dutch website. The comparative analysis of the photographs was carried out and shows a matricial difference of 342.864 between the photograph of CD-ROM, and the one of Casey Bohun, which indicates a recognition to 90%.

Officier Leeson of the Serious Crime Section of the Canadian Police of Delta has contacted the Foundation in Belgium for the investigation. Months after the discovery, the Belgian authorities are still not interested and hace not yet followed the exemple on their excellent Canadian collegues.

http://fondationprincessedecroy.morkhoven.org/07-Casey_Bohun_en.htm

20-12-14

Fondation Princesse de Croÿ bloqué par les autorités?

cd roms Zandvoort.jpg

Le site Web que vous allez ouvrir contient un logiciel malveillant

Les individus malveillants actuellement à l'œuvre sur le site www.flixya.com pourraient tenter d'installer des programmes dangereux sur votre ordinateur, de manière à récupérer vos informations (par exemple des photos, des mots de passe, des messages et des numéros de carte de paiement) sans votre autorisation, ou à les supprimer.

http://fondation-princesse-de-croy.skynetblogs.be/

17:21 Gepost door Jaap | Permalink | Commentaren (3) |  Facebook |

18-12-14

Jacqueline de Croÿ: 'De moord op Gina Pardaens-Bernaer'

Gina Pardaens-Bernaer vermoord.gif

† Novembre,15 - 1998 †

Gina Pardaens-Bernaer, een sociaal werkster, was in juli 1998 bij de Werkgroep Morkhoven gekomen, in de tijd dat Morkhoven het Zandvoort-netwerk ontdekte. Ze had onderzoek gedaan naar het dossier-Schadwald, zogenoemd naar de jongen die 11 jaar daarvóor op 11-jarige leeftijd in Duitsland verdwenen was.. Het onderzoek naar die zaak had de Werkgroep Morkhoven op het spoor van de Zandvoort-zaak gebracht. Via de stiefvader van het kind, Rainer Wolf, kwam Gina al gauw op het spoor van de betrokkenheid van de Duitse geheime dienst bij de verdwijning van de kleine Schadwald.

Op datzelfde moment begon ze problemen te krijgen met haar telefoon, fax en internet-verbinding. Ze werd regelmatig gebeld door iemand die na een lange stilte de verbinding weer verbrak. Belgacom, die het monopolie bezat wat betreft telefonie in België, was niet in staat de oorzaak van de telefoon-problemen en de anonieme telefoontjes te ontdekken. Het zei dat hun onderzoek had uitgewezen dat er een tweede lijn op haar telefoon aangesloten was, terwijl zij die tweede lijn nooit had aangevraagd, en dat er 'een draadje los was'.

Het was Gina Pardaens-Bernaer die een copie had gemaakt van een van de Zandvoort CD's en die naar de organisatie 'CIDE" had gestuurd, die hem op zijn beurt weer aan Interpol deed toekomen. Ze had een 'snuff-movie' ontdekt waarin de verkrachting en de moord op een klein meisje te zien waren en waarop ze een vroegere compagnon van Michel Nihoul ontdekt had, de man die wegens de Dutroux-zaak bekend is geworden. Op een dag hielden een paar mannen haar staande terwijl ze op reis was met de trein, waarbij ze haar toevoegden dat ze met haar onderzoek moest ophouden. Vanaf dat moment reisde ze voortaan per auto, maar al snel merkte ze dat ze gevolgd werd. Ze noteerde de nummerplaten van de auto's die haar volgden, een ervan was een grijze Mercedes waarvan later zou blijken dat hij het eigendom was van de ex-chauffeur van de Dolo-bar, het hoofdkwartier van Michel Nihoul in Brussel, waar hij al de politie-agenten placht te ontmoeten van wie de onderzoeken naar kindermisbruik-netwerken 'mislukt' waren.

Ze had met José Desart samengewerkt aan het televisie-programma "Faits Divers' van de RTBF. Ze werden beiden door de Criminele Recherche ondervraagd over het geval Schadwald. De politieagenten waren eerder benieuwd naar haar banden met de Werkgroep Morkhoven, dan dat ze geïnteresseerd leken in de verdwijning van het kind. Het verhoor kwam op haar 'heel intimiderend over en het leek duidelijk de bedoeling om van haar te weten te komen wie haar bronnen waren', zo verklaarde ze tegenover de krant 'De Morgen'.

De belagingen via telefoon werden steeds heftiger. Ze ontving doodsbedreigingen van mensen van wie de stemmen door een elektronisch apparaat vervormd klonken. Op een dag, nadat ze op zo'n manier twee keer telefonisch bedreigd was, werd haar zoon door een auto van zijn fiets gereden, waarna de de auto doorreed zonder te stoppen.

Vier maanden nadat Gina Pardaens-Bernaer begonnen was met de Werkgroep Morkhoven samen te werken, belde zij Jan Boeykens op, de voorzitter van die vereniging. Dat was op de avond van 14 novermber 1998. De telefoonverbinding werd dermate gestoord dat ze moeite hadden elkaar te verstaan, maar hij begreep dat ze weer nieuwe doodsbedreigingen had ontvangen. '"Met wat ik heb ontdekt, gaat óf Belgie ontploffen, óf ik word vermoord'', zei ze.

In diezelfde nacht, tegen zonsopgang op 15 november, werd zij in het wrak van haar auto aangetroffen. De auto was onder een brug gecrashed. Er werden geen remsporen aangetroffen op de plek van de crash. Daarom is het aannemelijk dat de remmen van de auto onklaar gemaakt waren. De foto van de verongelukte auto maakt verder commentaar overbodig.

België is nooit ontploft. De moord werd op geen enkele manier door de politie onderzocht. Niet lang daarna werd in het bureau van haar advocaat, Arnould, ingebroken, waarbij een paar dossiers gestolen werden.

De leden van de Werkgroep Morkhoven, die Gina Pardaens-Bernaer enorm bewonderden, waren zeer aangeslagen door de moord. Hij had voorkomen kunnen worden als de politie haar plicht had gedaan. De Zandvoort Gedenkdag die wegens de tiende verjaardag van de ontdekking van het netwerk gehouden wordt, zal mede gehouden worden om haar te eren.

Vaarwel, Gina, we zullen je nooit vergeten.

Bron: http://droitfondamental.eu/07-zandvoort-gina_pardaens-bernaer-nl.html

http://fondationprincessedecroy.morkhoven.org/07-Zandvoort-Gina_Pardaens-Bernaer-nl.htm

Austria: disguised murders

jan boeykens.jpg

CH Schachenstrasse 11, 6010 Kriens,                                     former Canton Police Luzern -
   Viktor Berisha (42) (scopolamin)                                     to 2008
   27 Februar 2013 "amok" (disguised murder)


about CH Kasimir-Pfyffer-Strasse 26, 6002 Luzern,                       Canton Police Luzern -
                                                                        since 2008

after CH Sagenstrasse 43, 6030 Ebikon,                                  residential Address
         Kevin Chew  (26)
         22 June 2012 (disguised murder)


+


CH Sagenstrasse 43, 6030 Ebikon,                                        residential Address
   Kevin Chew  (26)
   22 June 2012 (disguised murder)


about CH Bundesrain 20, 3003 Bern,                                      Federal Office of Justice

after CH Sulgeneckstrasse 19, 3007 Bern,                                USA Embassy - CIA (NORAD/NATO)


+


CH Bäumleingasse 2, 4051 Basel,                                         P26 - Gladio


about CH Papiermühlestrasse 20, 3003 Bern,                              Federal Intelligence Service - NDB

after CH Alpenstrasse 32, 3006 Bern,                                    Israel Embassy - MOSSAD


+


CH Bäumleingasse 2, 4051 Basel,                                         P26 - Gladio


about CH Bundesplatz 3, 3005 Bern,                                      Federal House

after CH Bundesrain 20, 3003 Bern,                                      Federal Office of Justice


+


CH Aabachstrasse 1, 6301 Zug,                                           Directorate of Security
                                                                        Canton Zug


about CH Bahnhofplatz, 6300 Zug,                                        Train Station/
         Olivia Ostergaard (20) (student)                               Last seen
         26 March 2013/16 April 2013 (disguised murder)

about CH Aachmülistrasse, 9122 Mogelsberg,                              Last seen ?
         Peter Roth (5)
         12 May 1984 missing

about CH Städelistr. 5, 9403 Goldach,                                   residential Address
         Brigitte Meier (17)
         31 July 1982/03 October 1982

after CH Städelistr. 6, 9403 Goldach,                                   residential Address
         Karin Gattiker (15)
         31 July 1982/03 October 1982


+


CH Rennweg 7, 8001 Zürich,                                              Hotel Widder
   Sandro Bickel (16) (Job)
   08 June 2008 (disguised murder)


about CH Kasernenstrasse 29, Zürich,                                    Zurich Cantonal Police
         Friedrich Leibacher
         27 September 2001 "amok Zug/ZG" (disguised murder)
         -
         Sandro Bickel (16)
         08 June 2008 (disguised murder)
         -
         Rabbi Abraham Grünbaum - Orthodox rabbi (from Israel)
         07 June 2001 murdered
         -
         Jean-Jacques Griessen (60)
         Private Investigators - Barschel CDU Germany/CH Geneva
         09 November 1992 (disguised murder)
         -
         ...

after CH Shopping-Brücke, 5436 Würenlos,                                Motorway Service Station A1/
         Sandro Bickel (16)                                             Scene of the Crime -
         08 June 2008 (disguised murder)                                River Limmat


+


CH Hohlstr. 47, 8004 Zürich,                                            Bar Red Lips/
   Jean-Jacques Griessen (60)                                           Scene of the Crime
   09 November 1992 (disguised murder)


about CH Kasernenstrasse 29, Zürich,                                    Zurich Cantonal Police
         Friedrich Leibacher
         27 September 2001 "amok Zug/ZG" (disguised murder)
         -
         Sandro Bickel (16)
         08 June 2008 (disguised murder)
         -
         Rabbi Abraham Grünbaum - Orthodox rabbi (from Israel)
         07 June 2001 murdered
         -
         Jean-Jacques Griessen (60)
         Private Investigators - Barschel CDU Germany/CH Geneva
         09 November 1992 (disguised murder)
         -
         ...

after CH Limmatquai 61, 8001 Zürich,                                    Canton Police


+


CH Sihlquai 255, 8005 Zürich,                                           Last seen
   Angela Alexandra Yanez Iza (20)
   29 July 2007 missing  (from D 51491 Overath)


about CH Kasernenstrasse 29, Zürich,                                    Zurich Cantonal Police
         Friedrich Leibacher
         27 September 2001 "amok Zug/ZG" (disguised murder)
         -
         Sandro Bickel (16)
         08 June 2008 (disguised murder)
         -
         Rabbi Abraham Grünbaum - Orthodox rabbi (from Israel)
         07 June 2001 murdered
         -
         Jean-Jacques Griessen (60)
         Private Investigators - Barschel CDU Germany/CH Geneva
         09 November 1992 (disguised murder)
         -
         ...

after CH Seestrasse 204, 8802 Kilchberg,                                Chocolate Factories
         15 December 2014 Sydney "ISIS Attack"                          Lindt & Sprüngli


+


CH Lavaterstrasse 33, 8002 Zürich,                                      B'nai B'rith -
                                                                        Jewish Masonic Lodge


about CH Sihlquai 255, 8005 Zürich,                                     Last seen
         Angela Alexandra Yanez Iza (20)
         29 July 2007 missing  (from D 51491 Overath)

after CH Dorfstrasse 35, 8192 Glattfelden,                              residential Address
         Sandro Bickel (16)
         08 June 2008 (disguised murder)


+


CH Limmatquai 61, 8001 Zürich,                                          Canton Police Zürich


about CH Rennweg 7, 8001 Zürich,                                        Hotel Widder
         Sandro Bickel (16) (Job)
         08 June 2008 (disguised murder)

after CH Badenerstrasse 414, 8004 Zürich,                               MEBO Telecommunication AG
         Edwin Bollier
         Lockerbie  Pan Am 103 - 21 December 1988


+


CH Kramgasse 20, 3011 Bern,                                             Police and Military Directorate


about CH Bundesrain 20, 3003 Bern,                                      Federal Office of Justice

about CH Sulgeneckstrasse 19, 3007 Bern,                                US Embassy - CIA

after CH Hauptstrasse 34, 3186 Düdingen,                                residential Address
         Alessandro Michele Fiorenza (19)
         07 May 2010/21 May 2010 (disguised murder)


+


CH Hauptstrasse 46, 4552 Derendingen,                                   J. Luxik Weapons
   Ceska 83 + sound absorber  "NSU Germany"


about CH Sagenmattstraße 11, 6003 Luzern,                               Scene of the Crime/
         Kevin Chew  (26)                                               Locality
         22 June 2012 (disguised murder)

after CH Hirschengraben 7, 6003 Luzern,                                 Marc Rich Foundation For Education               Marc Rich (Marcell Reich)                                      Culture And Welfare
         CIA, Mossad and the Russian-Jewish Mafia


+


CH Chateau Gütsch, 6003 Luzern,                                         EM-Party Gütsch/
   Kevin Chew (26)                                                      Last seen
   22.06.2012 (disguised murder)


about CH Sagenstrasse 43, 6030 Ebikon,                                  residential Address
         Kevin Chew  (26)
         22.06.2012 (disguised murder)

after CH Baarermattstrasse 3, 6340 Zug-Baar,                            Glencore International AG
         Marc Rich (Marcell Reich)
         CIA, Mossad and the Russian-Jewish Mafia


+


CH Obertorplatz 5, 5620 Bremgarten,                                     Locality - Post
   Patric Gubler (19)
   14 March 2012/23 March 2012 (disguised murder)


about CH Schneitstr. 6315 Oberägeri                                     Locality - Hut
         Olivia Ostergaard  (20) (student)
         26 March 2013/16 April 2013

after CH Fichtenstrasse 13, 6315 Oberägeri,                             residential Address - Family
         Olivia Ostergaard  (20) (student)
         26 March 2013/16 April 2013


+


CH Bahnhofplatz, 6300 Zug,                                              Train Station/
   Olivia Ostergaard (20) (student)                                     Last seen
   26 March 2013/16 April 2013 (disguised murder)


about CH Seestrasse 2, 6300 Zug,                                        Government Zug/
         Friedrich Leibacher                                            Scene of the Crime
         27 September 2001 "amok"  (disguised murder)

after CH Hofstrasse 41, 6300 Zug,                                       2. residential Address ?
         Olivia Ostergaard (20) (student)
         26 March 2013/16 April 2013 (disguised murder)

15:13 Gepost door Jaap in Austria, murders, NEWS | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

05-12-14

Belgique: jeune fille Béatrice - mains liées et corde autour du cou

béatrice Belgique fille morte.jpg

Béatrice retrouvée les mains liées et une corde autour du cou

D'après le journal L'Avenir, Béatrice aurait été retrouvée avec les mains liées au niveau des poignets et une cordelette autour du cou. Aucune trace apparente ou rougeur ne serait visible. On attend désormais les conclusions de l'autopsie, pratiquée mardi après-midi. Au niveau de l'enquête, les choses avanceraient puisque d'après la Dernière Heure, un portrait-robot de suspect aurait été établi.

Lundi, un promeneur a fait la macabre découverte dans un bois situé sur le trajet de l'adolescente pour se rendre à l'école. Le corps avait été placé dans un petit bois situé au fond d'une propriété, caché au milieu de sapins.

L'emplacement du cadavre laisse clairement penser que l'auteur des faits est revenu sur les lieux, puisque ce fameux bois avait déjà été fouillé par les enquêteurs quelques jours plus tôt.

L'enquête avancerait puisqu'un portrait-robot a été établi. Les parents de Béatrice ont d'ailleurs été convoqués aujourd'hui par la police. Ceux-ci ont confié dans une interview avec Het Laatste Nieuws être complètement dévastés et incapables de faire leur deuil tant qu'ils ne sauront pas "ce qui est réellement arrivé à Béatrice".

Pour le moment, le parquet d'Arlon ne souhaite pas communiquer avant d'avoir rencontré les parents de la victime. Selon la DH, l'autopsie du corps de Béatrice Berlaimont aurait pris plus de temps que prévu. D'après Het Nieuwsblad et la Libre Belgique, un témoin aurait aperçu un homme qui "avait tout du marginal", de type européen, mesurant entre 1m60 et 1m70. Il portait un "treillis militaire, mais pas de l'armée belge" et une casquette qui dissimulait en partie son visage.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/2138752/2014/12/03/Beatrice-retrouvee-les-mains-liees-et-une-corde-autour-du-cou.dhtml

Belgique: Disparition inquiétante d'une jeune fille à Arlon

disparitions Belgique Karen Thomas jeune fille Arlon.jpg

26/05/14


Le parquet d'Arlon lance un appel témoins à la suite de la disparition de Karen Thomas, une jeune fille de 15 ans, à Arlon.
Karen Thomas a été déposée devant son école, l'Athénée Royal d'Arlon, ce vendredi 23 mai. Mais la jeune fille ne s'est pas présentée en classe et n'a plus été vue depuis.

Selon l'avis de recherche lancé ce dimanche à la demande du procureur du roi d'Arlon, Karen mesure 1m70 et est de corpulence moyenne. Elle a de longs cheveux châtains foncés, les yeux bruns et porte des lunettes. Au moment de sa disparition, elle était vêtue d'une veste en tissu beige, d'un sac à dos bleu de la marque "Eastpack" et de baskets montantes de couleur bleue.


http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/1...

Belgique: La jeune disparue d'Arlon retrouvée morte

béatrice Belgique fille morte.jpg

1/12/2014 - 17:26 

Le parquet d’Arlon a indiqué ce lundi que le corps sans vie de Béatrice Berlaimont, l’adolescente de 14 ans qui avait disparu le 21 novembre alors qu’elle se rendait à l’école, a été retrouvé dans des bois à proximité de son domicile à Arlon, en province du Luxembourg.

Le jour de sa disparition, la jeune fille avait quitté sa maison vers 7h30 du matin pour se rendre à l'école, où elle n'est cependant jamais arrivée. Depuis, les grands moyens étaient déployés pour retrouver une trace de Béatrice Berlaimont.

L'armée avait même été mobilisée pour effectuer des recherches dans la région, et notamment dans les bois. Samedi dernier, des citoyens bénévoles avaient pris l'initiative de distribuer 5.000 tracts aux habitants d'Arlon, en espérant que la police récolterait ainsi des indices probants.

La Cellule Personnes disparues de la police fédérale qualifiait ce week-end la situation de très préoccupante.

Ce lundi, le parquet d'Arlon n'a pas donné davantage de détails sur les circonstances de la découverte. Une conférence de presse devait avoir lieu dans la soirée.

http://deredactie.be/cm/vrtnieuws.francais/Soci%25C3%25A9t%25C3%25A9/1.2166582

-----

DÉJA PARU:

Disparition à Arlon : les citoyens se mobilisent

 

 

09-11-14

Childabuse: Belgian government

belgian government child abuse.jpg

Belgian government finally says that the activists of the Belgian association Werkgroep Morkhoven are right: child pornography and child pornography networks must be fought.

---

“Child porn taken down too slowly”

Fri 10/10/2014 - Lynn Baes “Belgium is lagging behind in the ongoing battle against child pornography”, according to Child Focus spokeswoman Heid De Pauw. Especially when it comes to taking down the images, Belgium needs to up its game, she told the daily ‘De Standaard’.

Annually, Child Focus receives around 1,300 anonymous notifications about child pornography through their dedicated website. While it is a positive thing that people are notifying them about these harmful images, there’s not much Child Focus can do about it.

In Belgium, it is forbidden to view child pornography. Thus, if an organisation like Child Focus visits the websites to analyse the images, they are breaking the law and could be prosecuted. While in reality the chance of Child Focus being prosecuted is very small, the images they analysed could be seen as illegal evidence in court.

As a result, Child Focus forwards the notifications and complaints to the Human Trafficking Division of the Federal Police. “The police has to analyse all the notifications to get rid of duplicate or wrongful complaints”, according to Ms De Pauw. “We could do this ourselves.”

The strict Belgian laws also hinder the effort of taking these images down rapidly. “The initiatives that came into action after the Dutroux scandal, made Belgium a harbinger in the battle against child pornography. However, these days, we are bringing up the rear.”

http://deredactie.be/cm/vrtnieuws.english/News/1.2115016

14-10-14

Tiene México 45 mil niños desaparecidos

Tiene México 45 mil niños desaparecidos.jpg

http://elmanana.com.mx/noticia/37204/Tiene-Mexico-45-mil-nios-desaparecidos.html

----

El caso de pornografía infantil Zandvoort - Partidos politicos exigen explicaciones sobre de pederastas

Dos partidos políticos holandeses, uno de la oposición y otro de gobierno, han exigido a la ministra de Justicia, Winnie Sorgdrager, que explique en el Parlamento el reciente descubrimiento de una red de pornografía infantil en InternetPartidos politicos exigen explicaciones sobre de pederastas

Agencia EFE / Julio 23 de 1998

-----

Dos partidos políticos holandeses, uno de la oposición y otro de gobierno, han exigido a la ministra de Justicia, Winnie Sorgdrager, que explique en el Parlamento el reciente descubrimiento de una red de pornografía infantil en Internet. 
El grupo parlamentario democristiano (CDA), en la oposición, y los Liberales de derecha (VVD), en la coalición gubernamental, quieren una "minuciosa investigación" sobre la forma en la que la justicia ha afrontado el caso. 
Desde que fue descubierta la red de pornografía infantil, que tenía su central en la localidad holandesa de Zandvoort, Sorgdrager no ha realizado declaraciones y la prensa publicó fuertes críticas a la "permisividad" de la policía frente a estos delitos. 
El VVD y el CDA quieren que Sorgdrager explique los motivos por los que la policía no actuó a tiempo en el caso, a pesar de haber recibido las primeras pistas hace un año y por qué aún es posible obtener las imágenes distribuidas por esa red criminal en páginas holandesas de Internet. 
Por su parte, el Grupo Civil de denuncias de pornografía infantil amenazó hoy con suspender completamente sus actividades el 1 de de septiembre si la justicia continúa "colocando como última prioridad los delitos sexuales contra niños". 
El grupo, uno de los más conocidos en Holanda, aseguró que es "frustrante" seguir con sus investigaciones sin recibir ninguna subvención gubernamental y ningún apoyo policial. 
Los medios de comunicación en Holanda han criticado abiertamente a la policía desde que se reveló que ya hace un año tenían pistas y evidencias sobre al red de pederastas en Internet. 
En junio de 1997, agentes policiales confiscaron material y ordenadores del piso de Zandvoort, la central de la red criminal, pero no continuaron con la investigación porque en Holanda no está penalizado por la ley la posesión de material pornográfico. 
El descubrimiento de la red de Zandvoort, un idílico balneario holandés, conmocionó a la opinión pública del país e internacional. 
Gracias a las investigaciones y denuncias de la organización belga "Morkhoven", la red quedó al descubierto y fueron confiscadas nueve mil fotografías y cientos de videos y disquetes con imágenes de agresiones sexuales y violaciones a niños, incluidos bebés de entre los 12 y 18 meses

http://www.caracol.com.co/noticias/entretenimiento/partidos-politicos-exigen-explicaciones-sobre-red-de-pederastas/19980723/nota/42318.aspx

------

La justicia belga detuvo el caso de pornografía infantil Zandvoort con 88 539 víctimas en el encubrimiento. Más información a través de Google.

Jan Boeykens, El Presidente del grupo de 'Werkgroep Morkhoven' luchando contra las autoridades belgas por mas de 20 años.

23-09-14

Justice belge: cryptage du'n blog du Werkgroep Morkhoven

21.9.14.4.jpg

L'association Werkgroep Morkhoven qui a révélé le réseau de pornographie d'enfants de Zandvoort, pense que la justice belge est derrière le cryptage du blog http://fondation-princesse-de-croy.skynetblogs.be/ du Werkgroep Morkhoven 

L'an dernier, la fille de l'activiste Marcel Vervloesem et ses trois enfants mineurs étaient terrorisés pendant six mois. 

La justice de Turnhout qui a étouffé l'affaire Zandvoort, ne faisait aucune enquête contre la bande des terroristes parce qu'il y a un an qu'un membre de ce bande a accusé Vervloesem à nouveau à tort et la Justice veut en profiter pour d'imposerà nouveau un bâillon sur Marcel Vervloesem.

-----------

 

'Le site Web que vous allez ouvrir contient un logiciel malveillant

Les individus malveillants actuellement à l'œuvre sur le site www.flixya.com pourraient 

tenter d'installer des programmes dangereux sur votre ordinateur, de manière à récupérer 

vos informations (par exemple des photos, des mots de passe, des messages et 

des numéros de carte de paiement) sans votre autorisation, ou à les supprimer.

La fonctionnalité de navigation sécurisée Google a récemment permis de détecter des logiciels malveillants sur le site

fondation-princesse-de-croy.skynetblogs.be. Un site Web qui est normalement sans 

danger peut parfois être infecté par des logiciels malveillants. 

Le contenu en cause provient de l'hôte "www.flixya.com", une source de logiciels 

malveillants connue.'

14-08-14

Fighting child abuse: Morkhoven Group, Belgium

jan.boeykens.voorzitter.werkgroep.morkhoven.jpg

The Morkhoven Group fighting child abuse exists 25 years.

Picture: Jan Boeykens, Chairman of the Morkhoven Group.  As a result of his enduring struggle and support to Morkhoven activist Marcel Vervloesem, he is constantly threatened by pedophiles, politicians and Belgian Justice. Especially the Flemish socialist party plays an important role in the protection of pedophiles. After the Dutroux case, Belgian pedophiles, politicians and magistrates work together to cover child abuse.

16-05-14

Pedophilia: Marcel Vervloesem is back home

marcel.aparte.kamer.stuyvenbergh.1.2.jpg

Marcel Vervloesem was for 3 weeks in the hospital as a result of severe burns. He is now back home. 

The accident was the result of other health problems (heart, kidney, diabetes,) 
Doctors say he could have been death  when he lost consciousness.
Belgian justice remains to cover up the Zandvoort child pornography case and wants to prosecute Vervloesem until he dies.  Belgian corrupt politicians support this policy.

05-05-14

Abus sexuels enfants: Marcel Vervloesem à nouveau hospitalisé

marcel.2.jpg

28 Avril 2014

Marcel Vervloesem, le militant de l'association belge 'Werkgroep Morkhoven' qui a été persécuté et stigmatisé pendant une 15 zaine années par les authorités belges qui voulaient étouffer sur ce façon l'affaire pédopornographie de Zandvoort, est hospitalisé à nouveau.

 
Vervloesem qui est très malade et qu'on a refusé ses médicaments en prison, a eu un cancer, a des problèmes très graves au cœur et aux reins.  Il a aussi le diabète et nécessite beaucoup de médicaments.
 
Il y a quelques jours qu'il ne se sentait pas bien à sa maison. patient se sent pas bien. Puis il est tombé au sol , il a attrapé une casserole d'eau bouillante qui était sur la cuisinière à gaz. Sa jambe gauche a été brûlé au troisième degré et les spécialistes pensent à une intervention chirurgicale.
 
Il souffre beaucoup et l'accident est une grave problème pour son cœur (une intervention chirurgicale à son cœur n'est plus possible parce que les risques sont trop grands).
 
Ce qui a sans doute joué un rôle dans la dégradation de l'état de santé de Vervloesem est le fait qu'il y a environ deux ans, que la justice belge a poursuivi Vervloesem à nouveau à cause «d'abus sexuel». La 'preuve' de cette nouvelle accusation était une histoire imaginaire de son neveu Dimitri qui, comme d'habitude, était publiée dans le journal 'Het Nieuwsblad'.  
Il est à noter que ce Dimitri a de bons contacts avec Victor V., le demi-frère de Vervloesem. Celui-ci  et quelques des ses amis homosexuels, accusait Vervloesem «d'abus sexuels» il y a 15 ans. Les accusations étaient fondées sur des soi-disant faits qui auraient eu lieu au passé. Ces histoires étaient aussi publiées par certains journalistes du journal 'Het Nieuwsblad'  qui ont de bonnes relations avec le pouvoir judiciaire.  
C'était juste au moment que la presse internationale, y compris les trois journaux principaux  japonais, venait au village Morkhoven pour interviewer Vervloesem autour sa découverte de l'affaire Zandvoort qui, selon un rapport de la police fédérale belge, comptait 88.539 enfants maltraités et sexuellement abusés.
 
Comme précédemment avait été le cas, les juges de Turnhout qui ont étouffés l'affaire pédopornographique de Zandvoort, ne considèrent pas les déclarations justificatives qui démontraient l'innocence de Vervloesem dans le cas de Dimitri.
 
Les juges de Turnhout  sont aussi restés observateur passifs, au moment que ce nommé Dimitri, avec l'aide de Victor V., a commencé à terroriser la fille et la petite-fille de 15 ans de Vervloesem. Grâce au silence des juges, la terreur, a duré plusieurs mois. 
Les blogs de l'association Werkgroep Morkhoven étaient également fermés pendant des plusieurs mois pour empêcher qu'on rapporterait de ce scandale judiciaire qui est connecté à l'étouffement de l'affaire Zandvoort. 
 
La fille et les amis de Vervloesem avaient dénoncé à plusieurs reprises à la police de la ville d'Herentals et de Turnhout.  Les plaintes été accompagnés par les preuves nécessaires. 
 
Victor V. et le nommé Dimitri n'ont jamais été poursuivi pour ces actes terroristes. Le Comité P, un organe parlementaire doit vérifier le comportement de la police, écrivait récemment qu'elle effectuer at aucune enquête 'parce que le ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet (cdH, démocrates-chrétiens) avait déjà contacté le procureur de la justice de Turnhout'. De cette façon, l'affaire est à nouveau étouffée et nous nous retrouvons dans un cercle vicieux.
 
Le Ministre de la Justice belge Annemie Turtelboom (Open VLD, Parti Libérale) laissait répondre par un employé de son cabinet 'qu'elle ne peut rien faire en raison du principe de la séparation des pouvoirs', tandis qu'elle a nommé le procureur Jan Poels de la Justice de Turnhout comme chef de son cabinet. L' étouffemment de l'affaire Zandvoort et les actes terroristes sont donc le résultat de la corruption politique et judiciaire.
 
L'enquête dans l'affaire Zandvoort et les poursuites des petits criminels qui peuvent terroriser la des citoyens innocents et la famille de l'activiste Marcel Vervloesem, sont donc complètement bloqués par les autorités belges corrompus.
Le tribunal de Turnhout va certainement continuer à utiliser toutes sortes de petits criminels qu'ils peuvent utiliser à détruire la santé de Vervloesem.
 
Ce qui est très grave dans cette affaire est le fait qu'il y a 30 procès-verbaux de Victor V. concernant des infractions sexuelles sur des petits garçons. Ils ne sont jamais enquêtés tandis que chaque accusation de Vervloesem est suivi par une poursuite et une persécution dans les médias belges qui soutenont la corruption et ne parlent jamais de l'affaire Zandvoort.
Victor V. qui peut à peine écrire est inconditionnellement soutenu par le maire de Herentals Jan Peeters,  qui est comme lui, un membre de la direction du parti socialiste flamande.
Jan Peeters, à son tour, est aussi un membre du Parlement du parti socialiste.
Dans les années 90, il était le secrétaire d'État et le ministre de la Sécurité. Premier Di Rupo qui est un gay prononcée était Vice-Premier dans ce temps.
Victor V. est devenu conseiller municipal. Il a été nommé comme: membre de la direction de 'Geelse Huisvesting' (logements sociaux), membre de la direction du centre public d'aide sociale, président du Comité pour la sécurité et la police d'Herentals et membre de la direction du Conseil de la police locale dont Peeters est le président. Il représente la ville d'Herentals dans 2 deux intercommunales.
Durant les mois que la petite-fille et la fille (qui a 2 autres petits enfants) de Vervloesem étaient terrorisés,  on utilisait un scanner de la police. Il y a des témoins qui ont vu ce scanner dans la voiture de Victor V.  qui était stationné  près de la maison de la famille Vervloesem. Dans la voiture se trouvait Victor V. et certains membres du gang...

22-02-14

La Justice belge sépare les mères de leurs enfants

http://youtu.be/lNmpPwuUiu0
https://www.youtube.com/watch?v=lNmpPwuUiu0#t=94

La Convention internationale des droits de l’enfant

La Convention relative aux droits de l’enfant a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée Générale des Nations Unies le 20 novembre 1989. Composée de cinquante-quatre articles, la Convention se veut un instrument exhaustif qui établit des droits définissant des normes et principes universels relatifs au statut des enfants. Elle reconnaît aux enfants des libertés et des droits fondamentaux tout en prenant en compte leur besoin de recevoir une assistance et une protection spécifiques en raison de leur vulnérabilité. La Convention fut le premier traité international relatif aux droits de l’homme qui rassemblait en un seul document aussi bien les droits civils et politiques que les droits économiques, sociaux et culturels. Aujourd'hui, elle reste l’outil international relatif aux droits de l’homme le plus largement ratifié.

La Convention des Nations Unies est entrée en vigueur en Belgique le 15 janvier 1992 suite à l’adoption d’une loi et de décrets d’approbation des différentes entités fédérées. Le décret d'approbation a été adopté par la Communauté française le 3 juillet 1991.

L'article 42 de la Convention est libellé comme suit: les Etats parties s'engagent à faire largement connaître les principes et les dispositions de la présente Convention, par des moyens actifs et appropriés, aux adultes comme aux enfants.

Comme l'Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse a dans ses missions la mise en oeuvre de cet article spécifique de la Convention, nous vous proposons de découvrir la Convention sous trois formes différentes

À télécharger :

Texte intégral de la Convention adopté par les Nations Unies.

Texte de la Convention dans un langage adapté aux enfants (childfriendly).

Illustration de la Convention par une affiche pour enfants (childfrienldy)

___

Un principe intangible : l’enfant a droit à ses deux parents:
http://www.homme-culture-identite.com/article-l-enfant-a-droit-a-ses-deux-parents-note-en-faveur-de-la-residence-alternee-en-cas-de-separation-111928348.html

Tous les enfants ont droit à leurs 2 parents, leurs 2 familles et leurs 2 cultures:
http://enfantetsondroitlyon.webnode.fr/

Charte Africaine des droits et du bien-être de l'enfant
'Tout enfant qui est séparé de 1'un de ses parents ou des deux a le droit de maintenir des relations
personnelles et des contacts directs avec ses deux parents régulièrement':

http://www.achpr.org/fr/instruments/child/

07-01-14

Child abusers still protected by Belgian government


The File of Shame 1/2 (le Fichier de la Honte... door Jane Burgermeister



The File of Shame 2/2 (le Fichier de la Honte... door Jane Burgermeister

The world is full of hypocrites 

On the one hand they say they fight child abuse.
On the other hand they do everything to protect their friends...

===

Belgian justice and politicians have decided to prosecute and lock up activist Marcel Vervloesem again. More than 10 years ago, Marcel Vervloesem revealed the Zandvoort child porn case.

As happened in 1998, the complaint against Vervloesem was organized by his half-brother Victor and was combined with a campaign of terror and death threats against his daughter and his 15 -year-old granddaughter. That lasted for months.

The authorities closed at the same time all the blogs of the Group Morkhoven for months
It was a combined and very well-planned action.

The complaints of Marcel Vervloesem and his daughter which was even the victim of an attempted assassination, were never investigated.

The Group Morkhoven has the impression that Prime Minister Di Rupo, the Interior Minister J. Milquet and Justice Minister A. Turtelboom are blocking the investigation.

The police and judiciary inspections did nothing.

Some days ago, Jan Boeykens, president of the Morkhoven Group, wrote Minister Milquet and the chief of the Federal Police: they don't answer.

Marcel Vervloesem is banned since 2006 to talk the press which was covering up the Zandvoort case but some journalists have still some questions.

He is still banned to see the other members of the direction board od the Morkhoven Group who visited him during two years,  every week, in prison.
He can not work for organizations combating child abuse and should not travel abroad.

Over 130 days, there are elections in Belgium and the Morkhoven Group decided to start long-term actions again.

29-11-13

Marcel Vervloesem – L’affaire Zandvoort (2)

Suite de Marcel Vervloesem – L’affaire Zandvoort (1)

… La dernière manoeuvre en date pour essayer d’arrêter Marcel et ces collègues dans leur travail fut donc la fausse accusation portée contre Marcel par son neveu mineur, toujours, comme d’habitude, pour abus sexuel. Les preuves de ce soit-disant crime étaient falsifiées avec l’aide de la Justice elle-même. Et cela a mené au procès de la semaine dernière où Marcel a donc de nouveau été condamné à 18 mois de prison.

En octobre de cet année la présentatrice du radio-web néerlandaise où Marcel vient de parler ce lundi dernier, avait rendu visite à Marcel pour s’informer de près de son travail. Ce qui s’était ensuivi d’une montée des pressions de la part de la Justice belge envers Marcel.

Entre-temps Marcel et son équipe Morkhoven ont prouvé que leur méthode est efficace et que toutes les campagnes et sales coups montés contre eux par les média et la Justice belge (et néerlandaise) n’ont pas réussi à saboter leur travail.

Ce travail diffère nettement de ceux qu’on doit appeler de bon droits ‘des chasseurs de pédophiles auto-nommés’ comme ce M Aalders mentionné ci-dessus, et c’est une des choses que Marcel explique bien dans l’entrevue.

Puisque ces chasseurs auto-nommés employent la méthode que favorise également une certaine presse à sensation qui traque à grand bruit les supposés pédocriminels pour les assailir ensuite dans la rue ou en les exposant dans des dénonciations sur le Web accompagnées de beaucoup d’insultes, – bref : pour les clouer au pilori. Tandis que selon Marcel ces méthodes sont absolument inefficaces et même parfois travaillent en faveur des pédocriminels, vu que les plus importants sont ainsi alertés par la publicité et peuvent agir pour cacher leurs traces . Marcel et son équipe par contre travaillent discrètement sur leurs dossiers, tentant de tracer les proxenètes d’enfants à l’aide des données qu’ils ont rassemblées et reçus de parents concernés ou d’autres enquêteurs. Ensuite ils se mettent en action pour libérer les enfants et confondre leurs bourreaux pour enfin livrer les preuves des crimes commis à la police locale. C’est ainsi qu’ils avaient également procédé dans l’affaire Zandvoort, et c’est cette méthode discrète et patiente qui a assuré le dévoilement de ce scandale.

Entre-temps la Justice belge et celle néerlandaise persistent pourtant à essayer d’ignorer le travail de Marcel et son groupe, et à les harceler.

Il se peut qu’on soit même allé plus ploin dans le passé, si on considère que l’affaire Zandvoort se trouve dans le prolongement de l’affaire Dutroux et que dans cette dernière affaire il y a eu quelques dizaines de témoins qui sont morts sous des circonstances mysterieuses. Témoins qui auraient pu confirmer les bruits qu’il s’agissait dans le cas de Dutroux que d’un homme de poigne qui était chargé d’enlever et ‘préparer’ des victimes pour des réseaux d’abuseurs d’enfants qui dépassent de loin le cadre local où opérait Dutroux ainsi que sa personne assez basse mais somme toute ‘modeste’ comparée aux organisateurs prinicipaux de ces réseaux.  Dans la même direction de ce cadre plus large on devra peut-être aussi situer la mort ‘par accident de la route’ de Gina Pardaens qui travaillait dans les années 90 avec l’asbl Morkhoven pour retrouver le jeune garçon Manuel Schadwald, qui avait disparu à Berlin, et dont le cas fut un des points de départ qui allaient finalement mener à la découverte par Marcel et son équipe du scandale de Zandvoort.

Dans son entretien sur la radio néerlandaise Marcel racconte comment Gina Pardaens avaient suivi une piste concernant la disparition du jeune garçon allemand, et que après un retour en avion de la Suisse où l’avait menée son enquête, elle commençait à être harcelée par la Justice belge, et à recevoir des menaces de morts ainsi qu’à subir des malfonctionnements de ces appareils de télécommunication. Il racconte que ces harcèlements avaient commencé suite à un appel téléphonique de la part du secrétaire-général de la Justicie néerlandaise à la justice belge. Le nom de ce sécretaire-général circule déjà depuis la fin des années 90 dans les milieus d’enquête néerlandais sur le volet néerlandais de l’affaire Zandvoort. Et dans des enquêtes sur des affaires annexes, concernant la corruption de la Justice néerlandaise liée au traffic de drogues et à l’espionage et au chantage politique internationaux (et que tout cela n’est pas sans lien avec des scandales assez anciens, comme par exemple celui des ‘tueurs fous du Brabant wallon’ autrement dits ‘La Bande de Nivelle’ qui se situe sur le fond de l’histoire de la géo-politique terroriste européenne d’après la seconde guerre mondiale, – voyez pour cela l’histoire de ‘Gladio’).

Marcel affirme dans ce contexte que lui et son équipe se sont également penché sur le cas de ce secrétraire-géneral de la Justice néerlandaise. Mais pour des raisons liées à l’efficacité de leur travail, il ne peut pas dévoiler les données dont il disposent à son sujet et  la méthode qu’ils suivent pour s’attaquer à ce cas là.

Marcel explique que vu l’ampleur de l’affaire Zandvoort, et le statut des personnes impliquées, il n’est pas étonnant que les systèmes de soins sociaux et de protection pour les enfants en difficulté dans divers pays d’Europe, dont les Pays-Bas, dysfonctionne gravement, et qu’ils peuvent être à cause de cela utilisés par des réseaux d’abuseurs et de traffiquants d’enfants. Et que la corruption qui va de pair avec la subversion de l’ordre de la loi à partir de l’intérieur de la Justice elle-même entraine de sévères conséquence pour la société en générale, par exemple en ce qui concerne la présomption d’innocence et la protection des droits fondamentaux des citoyens en général.

Pour ce qui de la condamnation prononcée contre Marcel la semaine dernière par la Justice belge, Marcel déclare que cela ne lui empêchera certainement pas de poursuivre son travail, et que si nécessaire il retournera gentillement en prison. Il avait d’abord décidé de se retirer de son poste au Werkgroep Morkhoven, parce que il devait s’occuper d’abord des menaces et de la terreur exercées contre sa fille et petite-fille, tandis que les conditions prescrites par le Groupe lui empéchaient de mêler des affaires privées à son travail pour le Groupe. Mais après avoir consulté avec ses collègues, il avait changé d’idée et le problème semble avoir été résolu. Cela a causé quelque confusion sur le Web pendant un moment. Le même procès qui vient de lui valoir une condamnation, lui a aussi valu la suppression des interdits auxquels il étai jusqu’ici soumis, ce qui explique sa présence dans l’émission radio en question (bien que la Justicie belge l’ait mis sous pression de s’abstenir de tout contacts avec les média pour l’instant, invoquant des raisons peu claires pour cela).

Marcel compte pouvoir également accepter dans le temps qui vient des invitations venues d’autres pays pour venir parler dans des média, – puisque le procès qui vient d’avoir lieu et les actions récentes de son Groupe ont provoqué l’interêt d’autres média à travers le monde. Il espère ainsi pouvoir aggrandir l’attention du publique pour l’importance du combat qui pour lui et le Werkgroep Morkhoven est devenu au fil des années leur raison de vivre.

Marcel racconte pour finir qu’il prépare un nouveau livre sur ces vicissitudes où il expliquera toutes les mésavantures qu’il a dû subir par l’agissement de la Justice et des média belges. Et qu’aux Pays-Bas il y a certainement des gens qui ont subi de pareils méfaits de la part de la Justice et de média néerlandais, – comme il s’agit du même cadre, c’est à dire l’affaire Zandvoort, dans les deux pays (et que certainement pour d’autres pays il n’en est pas différemment).

Nasus Ovidius

Marcel Vervloesem – L’affaire Zandvoort (1)

Bruxelles, 29.11.2013

Marcel Vervloesem est apparu lundi dernier sur le programme d’une radio-web néerlandaise pour y donner une entrevue.

Peu avant cet entretien, la présentratrice néerlandaise avait interviewé un détracteur de Marcel, le Néerlandais Jos Aalders, qui est un chasseur de pédophiles et un ‘ombudsman’ pour enfants auto-nommé.

M. Aalders jugeait pendant cet entretien que Marcel Vervloesem était coupable de l’abus sur son neveu mineur, prétendu abus qui a été la cause de sa nouvelle condamnation la semaine dernière par la cour pénale de Turnhout. Aalders prétendait que Marcel était lui-même un pédophile qui ne cherchait par son travail que de faciliter l’assouvissement de ses désirs criminels.

C’est le monde à l’envers, puisqu’il paraît que cette accusation s’appliquerait plutôt à monsieur Aalders lui-même, qui est bien lui un ‘chasseur de pédophiles auto-nommé’, c’est à dire quelqu’un dont les méthodes diffèrent radicalement de celles utilisées par Marcel et ses collègues. Ce qui plus est, cette accusation s’accorde bien également avec les méthodes utilisées par la Justice et la presse belges. Ainsi Marcel a déjà été condamné en 2008 pour le même genre de faits, et par la même méthode, c’est à dire en fabriquant un cas monté par le biais de petits criminels liés au demi-frère de Marcel qui lui-même est un pédophile connu. Ce dernier a acquis une place dans la politique locale du village où Marcel habite, et cela lui permet de salir le nom de son demi-frère et de soudoyer des jeunes brigands pour aller porter des fausses plaintes pour abus sexuel soi-disant commis par Marcel sur eux. Les média relatent ensuite fidèlement les calomnies odieuses et se limitent à publier les nouvelles sur les condamnations de Marcel qui en résultent et en le portraitant comme un ‘çhasseur de pédophiles autonommé’ ‘qui est lui-même un pédophile prouvé’. Ils n’ont même pas l’obligation de donner à Marcel son ‘droit de réponse’, puisque l’interdiction de parler à la presse qui lui a été imposés par la Justice belges les en dispense. C’est vraiment donc un complot assez bétonné.

Cette campagne de calomnies et de harcèlement par les média et la Justice concertée dure déjà depuis la fin des années 90, quand Marcel et son asbl Morkhoven ont dévoilé l’existence de réseaux de pédocriminels et de pédopornographie, au cour de leurs recherches dans la traînée de l’affaire Dutroux. C’est grace à ce travail que a été découvert le scandale pédopornographique de Zandvoort, ce qui est une des preuves de la véracité des témoignages des témoins dits ‘témoins X’ dans l’affaire Dutroux-bis qui parlaient exactement de l’existence de pareils réseaux qui utilisent même les enfants qu’ils enlèvent pour des séances où il sont filmés pendant leur mise à mort d’une façon ‘rituelle’ et barbare dans des soi-disant ‘snuff-movies’ qui se vendent au prix de l’or. Ç’avaient été ces témoins-là qui  ont été les premières à être déservies et condamnées, tant par la presse publique comme par la Justice, comme des ‘fantastes’ et des ‘folles’ (notamment dans le cas le plus connu, celui de Régina Louf). Pourtant le cas des manipulations des documents de l’autopsie de deux des jeunes victimes dans l’affaire Dutroux, Julie et Mélissa, confirme l’existence de ces pratiques-là.

Et c’est exactement pour la même raison que dans le cas de ces témoins-là, que la Justice et les média, dirigées par la classe politique et les milieus haut-placés, pour commencer en Belgique (mais également aux Pays-Bas, où ce trouve la ville de Zandvoort où l’asbl Morkhoven a réussi fin des années 90 à retrouver les CD-ROM qui prouvent l’étendu du scandal), ont débuté la campagne de diffamation et de sabotage contre Marcel et le Groupe Morkhoven:  pour éfouffer ce scandal aux dimensions internationales (concernant presque 90.000 cas d’enfants  -nombre confirmé par la police fédérale belge-  abusés et utilisés pour l’industrie pédopornographique et assassine d’enfants parfois).

Dans le cadre de cette campagne pour neutraliser le travail de Marcel et du Groupe Morkhoven, il est déjà en 2006 devenu la victime d’une interdiction de la part de la Justice belge de parler avec les média et la presse, et de contacter les autres membres du Groupe, – et depuis lors il n’avait pas non plus le droit de participer aux travaux d’associations pour la lutte contre les abus d’enfants, ni de voyager à l’étranger pour y participer à des conférences sur le sujet.
Ces mesures restrictives étaient jusqu’au procès de la semaine dernière toujours en vigueur.

En 2008 il fut condamné à quatre ans de prison ferme par suite de cette campagne de sabotage et de fausses accusations, c’est à dire sur la fausse accusation d’abus sur mineurs fabriquée par le mileu de son demi-frère. Il fut écroué dans la prison de Bruges puis de Turnhout, où il reçut un très mauvais traitement, consistant en toutes sortes de petitis harcèlements, tandis qu’il ne recevait aucun traitement adéquat pour les quatre maladies qui menaçaient sa vie durant toute la période de son incarcération.

L’avant dernière apogée de la campagne de sabotage contre le travail de Marcel et son équippe s’était déroulée l’année dernière, quand le milieu de son demi-frère c’est acharnée à une véritable campagne de terreur contre la fille et la petite-fille de Marcel, les menaçant de mort dans des messages SMS et les harcelant pendant des mois de suite. La Justice belge a préféré pourtant d’ignorer les preuves incontournables de ces délits.

Entre-temps Marcel et son groupe continuaient leur travail sans se laisser décourager par toutes ces contrariétés, allant plus en avant dans leurs recherches sur l’affaire Zandvoort. Ce qui aboutit à la fin de l’année dernière à un grand succès: en effet, Marcel et ses collègues avaitent réussi à casser le code d’accès au portions des CD ROM de Zandvoort où se trouvaient tous les noms des clients de ce réseaux pédopornograpique internationaux. Cela a permis à Marcel et ses collègues de mener des actions pour retrouver nombre d’enfants disparus et victimes de ces réseaux dans divers pays, avec la collaboration des services de police des pays concernés. Entre autre en Allemagne, Pologne, en France et au Canada. Dans ces actions, des bordels pour mineurs et des studios pédopornographiques se trouvant à Amsterdam et à Rotterdam aux Pays-Bas, ont joué le rôle de pistes permettant de retracer les enfants victimes, comme après leur enlèvement ils étaient passés par là pour être ensuite vendus dans d’autres pays.

Nasus Ovidius

Suite de ce texte: Marcel Vervloesem - L'affaire Zandvoort (2)
http://verdwijningen.skynetblogs.be/archive/2013/11/29/marcel-vervloesem-l-affaire-zandvoort-2-8000980.html

28-11-13

Abus d’enfants: interdiction de parler les média

Pendant des années, l'activist Marcel Vervloesem qui a révélé l'affaire Zandvoort, a été l'object d'une interdiction de la part de la Justice belge lui empêchant de parler avec la presse et les média, d'avoir des contact avec des associations qui luttent contre l'abus d'enfants, de mener des recherches dans des affaires d'abus, d'aller à l'étranger pour y participer à des conférences sur le sujet, d'avoir des contacts avec les membres de la direction de l'abl Werkgroep Morkhoven (bien que ceux-ci avaient le droit de lui rendre visite toutes les semaines durant son séjour en prison).

Comme ses interdiction ont été levées à cause du verdict de la semaine dernière, Marcel est de nouveau libre de faire toutes ces choses-là, et cela provoque l'inquiétude de la Justice belge devant la possibilité que l'opération qu'elle a menée pendant des années pour étouffer l'affaire Zandvoort ne soit finalement défaite et révélée.
C'est pour cette raison que la Justice vient d'envoyer un avertissement à Marcel de ne pas parler avec les média.
Dans son message, la Justice déclare que, vu que toutes les parties concernées ont pendant la période de trente jours la possibilité de faire appel contre la dernière décision, Marcel devra respecter ce délais avant de contacter les média.
De cette façon-là, la Justice belge espère contenir l'indignation du publique autour de toute cette affaire.
L'interdiction de parler en publique restera donc en vigueur, selon la Justice, pendant la période ouverte à la possibilité de faire appel.
Mais cet argument n'a pas lieu, puisque Marcel est en possession d'une décision signée par trois différents juges où il n'est faite aucune mention de cette interdiction.
Dans la dernière décision de la cour de Turnhout (sur la requête du Procureur Flaasch) il est dit que la prolongation des interdits échoue à la date du verdict. Et ce verdict a donc été prononcé entre-temps.
Marcel ne se soucie plus désormais ni de la cour pour l'exécution des peines, puisque la compétence de la-dite cour en matière des interdictions concernées était limitée à une période de quatre ans, c'est à dire qu'elle a entre-temps cessée d'exister, et en conséquence cette cour a clos le dossier et les restreintes ont été levées.

Traduction: Nasus Ovidius

25-11-13

Unicef Belgique Scandale pédophile 1987

251995_434997063188874_153754118_n

B Keizerinlaan 66, 1000 Bruxelles,                                      Unicef Belgique
  Scandale pédophile 1987


about B Royal Palace of Bruxelles,Rue Brederode 16, 1000 Bruxelles,     Royal Palace of Bruxelles
        -Bilderberg-

after B Rue du Conseil 35, 1050 Ixelles,                                Cabinet
        Michel Nihoul


-
Unicef Belgique 1987
In the basement of the building, children were abused and photos
that have been spread made of it.

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/02/06/26351175.html

21-11-13

Justice belge: Marcel Vervloesem à nouveau condamné

di.rupo.milquet.turtelboom.jpg

Bruxelles, 20 novembre 2013

La cour pénale de Turnhout a de nouveau condamné Marcel Vervloesem pour avoir soi-disant abusé sexuellement d'un mineur. Cette condamnation est basée sur des écoutes ridiculement falsifiées, qui ont possiblement été fabriquées par les services judiciaires de la cour même qui vient de prononcer le verdict.

Les juges de la cour de Turnhout continuent d'être frustrés par le fait que depuis dix ans  ils  ne réussissent pas dans leurs efforts pour étouffer l'affaire pédopornograpique de Zandvoort, qui selon la police fédérale elle-même a fait autour de 90.000 victimes.

Il y a un an, il était déjà clair pour le Werkgroep Morkhoven que la police ne souhaitait pas intervenir contre une bande de jeunes qui des mois durant harcelait la fille et la petite fille agée de 15 ans de Marcel Vervloesem, exerçant une véritable campagne de terreur contre elles.

La soi-disante victime de Marcel Vervloesem participait à cette campagne en envoyant des sms et des mails contenant des menaces de mort et à la jeune fille. La mère de la fille avait imprimé ces textes pour les ajouter ensuite à la plainte qu'elle a déposée chez la police de Herentals.

Comme la cour de Turnhout ne souhaitait pas alors enquëter sur ses sms et mails imprimés, nous publieront sous peu leur contenu sur le Web.

Nous ferons de même avec toutes  les lettres que nous avons  écrites dans le passé au ministre Elio de Rupo, au Conseil Superieur, à la Commision P, et aux ministres de l'Interieur et de la Justice (Milquet, du parti cdH., -et Turtelboom du VDL), c'est à dire à tout ceux qui ont co-signé le 'Project National pour la Sécurité' mais qui ont refusé de prendre leur responsabilité dans cette affaire.

Durant leur longue campagne de terreur d'il y a un an, la bande de jeunes avait même pu utiliser un scanner de la police pour surveiller la famille Vervloesem. Les menaces contre cette famille ont même abouti à un attentat sur la vie de la fille de Marcel Vervloesem. On utulisait également des petit cocktails Molotov pour terroriser la famille. Pendant toute cette période, les blogs Skynet du Groupe Morkhoven étaient inaccessibles pour les membres du Groupe. Mais cela n'avait pas l'effet désiré, puisque le Groupe Morkhoven avait réussi à donner suffisament de publicité à l'affaire pourque Skynet soit finalement honteusement forcé d'admettre sa défaite en de réouvrir les blogs au Groupe.

Pour la ministre Turtelboom, cette affaire se produit à un moment délicat, puisque le Werkgroep Morkhoven est en état de prouver qu'elle est coresponsable pour cette nouvelle manoeuvre d'etouffement, et que ce n'a pas été un hasard que le Procureur Jan Poels de Turnhout a été nommé par elle au poste du directeur de son cabinet.

Le Werkgroep Morkhoven peut donc dès maintenant annoncer qu'il va faire son mieux pour éviter la réélection de Mme Turtelboom dans le nouveau gouvernement fédéral qui sera choisi l'année prochaine.

-----
Sur la photo: Premier-Ministre Elio di Rupo, la Ministre Turtelboom (sur la gauche) et la ministre Milquet lors de la présentation du 'Project National pour la Sécurité' qui énonçait que 'la sécurité de tous les citoyens était une priorité absolue pour le gouvernement'.

Marcel Vervloesem est diabétique, il souffre d'une malade renale et cardique, et il a le cancer. De ce dernier il a été opéré. Ses maladies ont nécessité plus de 20 admissions d'urgence à l'hôpital. Dans le prisons de Bruges et Turnhout, lors de sa précédente condamnation, il ne recevait pas les soins et les médicaments dont il avait besoin dans son état. Pour l'opération ouverte au coeur qu'il devait subir pedant cette période, on avait crû nécessaire de l'attacher avec des chaînes à la table opératoire. Les juges de la cour de Turnhout lui on imposé en 2006 une interdiction de parler avec la presse et les média, - interdiction qui est toujours en vigueur. Bien que membre de la direction du Werkgroep Morkhoven, on lui a interdit de participer aux réunions de la direction du groupe, comme à celles de ses membres. Il n'a ni le droit de collaborer avec des organisations luttant contre les abus sexuels d'enfants, ni le droit de rencontrer ses amis du Werkgroep, ou de les écrire ou télephoner, bien qu'ils lui ont fidèlement rendu visite chaque semaine durant son précédent séjour de 2 ans en prison. De même, il lui est interdit de quitter le pays, pour l'empêcher de participer à des conférences sur la pédocriminalité, de peur qu'il n'y parle de l'affaire Zandvoort.


Un grand merci à notre traducteur Nasus Ovidius

11-09-13

Abus sexuels sur les enfants: Police Nationale France

patrice1.jpgpatrice2.jpghttp://pedophilietue.wordpress.com/tag/zandvoort/

http://www.eesc.europa.eu/?i=portal.fr.children-prevent-child-abuse-database

18-08-13

L'affaire Zandvoort: France

zandvoort.case.analyzekatrien6ot3.jpg

JE SUIS PARANO ?

PARANO DEVANT LES FAITS SUIVANTS :

mise en détention en 2001

tentative d'internement en 2002

condamné par le receveur municipal

condamné par le receveur départemental

emploi fictif durant des années en violation du CGCT

condamné par les banques

violation du CJA par le TA de NICE

violation du CJA par la CAA d'AIX

violation des droits de la défense par le désistement de mes avocats successifs.

Refus de l'AJ par le conseil d'état pour stopper 10 années de procédure.

ET APRES , je vais être traité de FOU comme les quinze parlementaires qui ont demandé une enquête sur la mort du Juge ROCHE.

PARANO : J'ai fait un malaise cardiaque grave , une barre dans le dos et une douleur extrême dans la poitrine , je pense à cause de l'IMIJECT que je viens d'arrêter: le médecin du SMUR HURLAIT et contredisait tout ce que je disais concernant les traitements que je prenais sans m'examiner en déclarant à ma femme devant un capitaine des pompiers qui confirmera ou infirmera selon sa hiérarchie : Il a les boules dans la gorge , c'est le stress !

J'ai compris que je n'allais pas aller en cardiologie au CH mais dans un autre service.

La folie , c'est simple comme un coup de fil , on a instrumentalisé les blouses noires pourquoi pas les blanches , on a bien enfermé Marcel Vervloesem pour le réseau ZANDVOORT pour le faire taire.

Patrice VERDI

Si j'étais fou , je dirais que les réseaux n'existent pas !

http://novusordoseclorum.discutforum.com/t6833-brigadier-chef-patrice-verdi-quand-honnetete-et-courage-ne-paient-pas-pedocriminalite-cannoise

02-05-13

Justice belge: l'affaire Maoloni

Justice.belge.Maoloni..jpg

DEMISSION DE MES DEUX AVOCATS BELGES CE 29/04/2013

CE 29/04/2013, MES DEUX AVOCATS BELGES ONT DÉCIDE DE NE PLUS ME DÉFENDRE DANS LE CADRE DES PROCÉDURES EN COURS EN BELGIQUE !!!

EMAIL ENVOYÉ A MAITRE B  ET MAITRE C
Italie, le 1er mai 2013


Maîtres,

J’ai bien reçu votre courrier que vous m’avez transmis ce 29/04/2013, jour de la naissance de ma fille Fiona dont je suis privée, ILLÉGALEMENT ET INHUMAINEMENT,  de tout contact, par la justice de Mons, depuis 6 longues années.

Dans votre courrier, vous m’informez votre démission dans le cadre de l’ensemble des procédures en cours dans mon affaire, à cause de certaines publications diffusées sur le net.

Je  tenais à vous transmettre toutes mes FÉLICITATIONS pour cette décision subtilement choisie à la veille d’audiences fixées pour des procédures d’une extrême importance en ce qui me concerne : exequatur de l’arrêt de la Cassation italienne, mandat d'arrêt pour enlèvement d’enfants et mes droits aux relations inter-personnelles avec mes enfants !!!

Vous devez vous sentir soulagés actuellement pour vous être débarrassés de ce dossier si dérangeant au sein du milieu judiciaire montois,ceci en prenant l’excuse de mes publications sur le net !

Il y a déjà longtemps que vous aviez ce souhait de démissionner mais l’occasion ne s’y présentait pas…

Dans le cadre de mon affaire, nul besoin de compétences professionnelles mais plutôt de courage à ne pas se laisser corrompre par un système qui protège la pédo-criminalité.

Le pouvoir de la VÉRITÉ pour le BIEN-ÊTRE ET LA PROTECTION DES ENFANTS doit être supérieur au pouvoir criminel envouté par le MAL !

Votre décision ne m’étonne pas, vous savez !
Je reste convaincue que vous êtes de « bons »avocats c’est-à-dire ayant la parfaite connaissance théorique des lois belges,mais hélas, dans mon affaire, cela n’est pas suffisant !

Croyez-moi, je n’éprouve aucun ressentiment à votre égard et respecte votre choix.

En ce qui me concerne, je continuerai à suivre le chemin de la VÉRITÉ (et non d’UN POUVOIR COMPLICE QUI PROTÈGE LES CRIMINELS DE L’ENFANCE).  
Ceci par AMOUR pour mes deux filles et par respect de la promesse que je leur ai faite : JAMAIS JE NE LES ABANDONNERAI !

Que Dieu me donne la force, la santé dans cette guerre impitoyable et m’apporte des ANGES à mes côtés pour combattre ces démons qui tuent nos enfants !

Je vous prie de croire, Maîtres, en l’assurance de mes salutations distinguées.

MAOLONI Maria-Pia
MAMAN de FIONA et MILLA ANTONINI
http://fionaetmilla.blogspot.com/

27-04-13

L'Etat belge utilise l'affaire Sharia4Belgium pour sa propre terreur

Image

L'incitation à la haine et à la violence n'est pas une bonne solution.

Mais j'ai remarqué aussi que dans l'article ci-joint, on parle de la 'liberté d'expression' et des 'fondements de la démocratie' ce que tout est bien exprimée.

Soyons un peu honnêtes. Il n'est pas du tout vrai que la loi anti-discrimination en Belgique 'n'interdit aucune opinion'.

Marcel Vervloesem, membre de la direction de notre association qui a été poursuivi pendant plus que 10 ans, a été remis en liberté, sous condition qu’il:

- respecte l’interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.

-  ne s’occupe plus d’affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui luttent contre les abus d’enfants

- ne prenne aucun contact aves ses amis de l’asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention de deux ans en prison.

- ne prenne aucun contact avec l’acteur flamand Jo Reymen (qui n’est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n’a jamais cessé de le soutenir.

- ne prenne aucun contact avec sa propre fille et petits-enfants qui sont actuellement terrorisées par les membres d'un gang criminel que l'État belge a également utilisé pour étouffer l'affaire pédocriminelle de Zandvoort (90.000 victimes).

Ces conditions qu’on lui a imposées sont anti-constitutionelles.

La liberté de réunion ou droit de réunion est aussi une liberté publique et politique généralement considérée comme fondamentale et en vertu de laquelle un groupe de personnes a la possibilité de se réunir temporairement en un même lieu, de façon pacifique et sans armes, dans toute finalité licite et conforme à la Loi. Elle est mentionnée dans l'article 20 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans l'article 21 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

====

'Un an de prison pour un ex-membre de Sharia4Belgium'

BELGA

26/4/2013

Une amende également...

Hicham C., qui était membre de l'organisation aujourd'hui dissoute Sharia4Belgium, a été condamné vendredi à un an de prison et à une amende de 300 euros par le tribunal correctionnel d'Anvers pour incitation à l'émeute à Borgerhout en septembre dernier. Le prévenu, absent à son procès, a été condamné par défaut. Le 15 septembre dernier, plusieurs centaines de jeunes d'origine étrangère avaient manifesté contre le film anti-Islam "Innocence of Muslims". Cette manifestation n'était pas autorisée.

Les appels au rassemblement avaient été lancés par textos et Facebook. La police avait identifié le jour du rassemblement des membres de Sharia4Belgium. Le prévenu Hicham C. avait joué un rôle de premier plan, après l'arrestation du porte-parole de Sharia4Belgium, Fouad Belkacem. Il s'était adressé à la foule et avait incité par son discours à la discrimination, à la haine et à la violence à l'encontre des non-musulmans, qu'il qualifiait de descendants des porcs et des singes.

Un noyau dur s'était ensuite formé et des policiers avaient été bombardés d'objets. La police avait procédé à 230 arrestations administratives. Quatre jours plus tard, elle avait interpellé Hicham C. Le prévenu avait affirmé avoir cité uniquement des versets coraniques et niait avoir incité à l'émeute. Le ministère public avait toutefois fait remarquer que deux jours avant les faits le prévenu apparaissait dans une vidéo postée sur le site de Sharia4Belgium et annonçait des actions de représailles contre les non-musulmans après la diffusion du film "Innocence of Muslims". "Une pure coïncidence", selon le prévenu. Le tribunal a toutefois estimé les faits avérés.

Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme s'était constitué partie civile et a obtenu un euro symbolique. Le Centre avait initialement déposé une simple plainte contre Sharia4Belgium. Il s'était ensuite porté partie civile lorsque le parquet a lancé une procédure judiciaire contre Hicham C.

"Ce genre de propos (tenus par le prévenu) est inacceptable et ne tombe pas sous le couvert de la liberté d'expression. Il s'agit d'un des fondements de la démocratie, d'un des droits fondamentaux mais aucune liberté, même fondamentale, n'est absolue. La loi anti-discrimination n'interdit aucune opinion. Mais lorsque des mots deviennent des actes et suscitent la haine ou la violence, ceux-ci menacent cette liberté fondamentale", considère Edouard Delruelle, directeur-adjoint du Centre.

Le Centre souligne que les faits ont été correctionnalisés car il ne s'agissait pas de délits de presse mais bien de messages oraux tenus lors d'une manifestation et dans un film rendu public. Le Centre pour l'égalité des chances rappelle qu'il a déjà déposé plusieurs plaintes contre Sharia4Belgium, notamment pour des propos homophobes et incitant à la haine à l'encontre des non-musulmans.

Jeudi, le ministère public a réclamé devant la cour d'appel d'Anvers, une peine de 18 mois de prison ferme et une amende de 550 euros à l'encontre de Fouad Belkacem, l'ancien porte-parole de Sharia4Belgium. Ce dernier est poursuivi pour incitation à la haine et à la violence contre des non-musulmans via des vidéos diffusées sur internet ainsi que pour harcèlement à l'égard de Frank Vanhecke, le veuf de Marie-Rose Morel. Le Centre pour l'égalité des chances s'est également constitué partie civile dans ce procès.

http://www.lalibre.be//actu/belgique/article/812125/un-an-de-prison-pour-un-ex-membre-de-sharia4belgium.html

1 2 3 4 5 6 7 8 Volgende